Version classiqueVersion mobile

Le thérapeute et le diplomate

 | 
Claude de Jonckheere
, 
Charles Chalverat
, 
Loïse Rufini Steck
, 
et al.

Chapitre premier. L’institution appartenances

Texte intégral

L’institution

1L’association Appartenances a été créée en 1992 par un petit collectif de personnes concernées par la problématique de la migration ou travaillant déjà dans ce domaine (professionnels de la santé mentale, travailleurs sociaux). L’approche proposée se fonde sur deux principes. Premièrement : « Les immigrants, de par la nature même de leur situation, sont des êtres vulnérables. Dans la plupart des cas, la migration représente une crise dans la vie d’un individu et la souffrance qu’elle engendre ne devrait pas être considérée comme une pathologie ou être pathologisée. » Deuxièmement : « Toute crise peut avoir une issue favorable ou défavorable mais c’est une occasion donnée aux individus de découvrir en eux-mêmes de nouvelles possibilités d’évolution. Quand l’issue de la crise est défavorable, les symptômes se cristallisent et des troubles plus graves peuvent apparaître » (Métraux et Fleury, 1996, p. 263).

2Cette approche poursuit des buts consistant à favoriser l’autonomie et la qualité de vie des migrants par la découverte et l’utilisation de leurs propres ressources et à promouvoir la rencontre entre les migrants et la société d’accueil. Leur mise en pratique se fait par des activités de prévention, afin de faciliter le processus d’intégration, et par des interventions d’aide prenant en compte les problèmes particuliers à la migration.

3L’association a développé une approche spécifique de la relation thérapeutique avec la population dont elle s’occupe en intégrant la présence d’un interprète. Son rôle consiste à établir des ponts entre deux cultures, celle du migrant et celle d’accueil, permettant la constitution d’un lien et une meilleure compréhension réciproque entre migrant et société suisse. Sa présence permet aussi la reconnaissance par le migrant d’appartenances qu’il a en commun avec l’interprète. L’intervention proposée se base sur une conception novatrice de la santé, notamment de la santé mentale, dont l’évaluation de la santé ne se limite pas à une absence de pathologie. Métraux (2004) propose une définition basée sur des valeurs. Pour lui, la santé, c’est la capacité que détient un individu ou une communauté lui permettant de créer des finalités nouvelles et de donner des sens nouveaux à ses expériences et à ses projets. La santé, c’est se savoir, en tant qu’individu ou en tant que communauté, créateur du sens que l’on donne à son existence, à ses actes et à ses projets. Une atteinte à la santé n’est donc plus définie seulement par la présence d’une menace pour la survie individuelle ou sociale et/ou par la présence d’un symptôme, mais aussi par l’inhibition des potentialités créatrices de l’individu et de la communauté, l’impossibilité de donner un sens aux expériences vécues, la paralysie de la capacité à concevoir des projets, l’attribution à un tiers de la capacité à trouver des solutions aux difficultés rencontrées et l’attribution à un tiers du sens donné à ses actes et à son existence.

4Dans ce cadre, le changement n’est plus défini en termes de problèmes à résoudre, mais en termes de ressources, imprévisibles, à développer. Prévenir signifie alors favoriser le développement des ressources et la créativité des personnes et communautés menacées d’exclusion sociale.

5Après plus de quinze ans d’activité et face à l’augmentation croissante des demandes, l’association Appartenances a considérablement grandi et se présente actuellement comme une « association pluriculturelle » dont les buts d’autonomisation et d’amélioration de la qualité de vie des migrants n’ont pas changé, mais qui a développé les rencontres entre sociétés migrantes et société d’accueil, favorisant ainsi l’interculturalité dans une société plurielle. Pour cela, elle a mis en place une approche communautaire, elle participe à la « défense des droits humains, elle développe des savoirs et des actions concrètes dans ces domaines et cherche à prévenir l’exclusion sociale » (Appartenances, 2008).

6L’association, répartie entre son siège de Lausanne et ses antennes de Vevey et Yverdon-les-Bains, se divise en plusieurs secteurs : les espaces sociaux, le service d’interprétariat communautaire, le secteur formation et recherche et la consultation psychothérapeutique pour migrants (CPM).

7Le Centre Femmes (Lausanne) et l’Espace Femmes (Vevey) sont des lieux d’accueil, de formation, d’orientation et de découvertes destinés aux femmes migrantes et à leurs enfants d’âge préscolaire. Les activités mises en place (cours de français, ateliers créatifs, rencontres communautaires, orientation sociale, accueil enfants durant les cours) visent à donner aux femmes migrantes la possibilité d’acquérir les outils nécessaires à leur autonomie et de créer de nouveaux liens sociaux. Ces deux espaces sociaux basent leur action sur la valorisation des ressources personnelles des participantes.

8L’Espace Mozaïk est un lieu d’accueil, de rencontre et de partage ouvert aux hommes, aux femmes et parfois aux enfants. Il propose une permanence d’écoute, d’orientation et d’accompagnement, des espaces de parole, des cours de français, des ateliers d’expression artistique et un accès à des ordinateurs. Sa finalité est de favoriser l’autonomie et la qualité de vie des personnes migrantes par le partage d’un lieu de vie et de reconstruction identitaire, afin de prévenir la précarité sociale.

9Dans le cadre de son service d’interprétariat communautaire, Appartenances propose des interprètes communautaires pour intervenir dans les institutions des domaines scolaire, social et de la santé du canton de Vaud. Les interprètes facilitent la compréhension mutuelle entre interlocuteurs de langues et de cultures différentes. Ils bénéficient d’une formation initiale et de formation continue organisées par l’association. A titre indicatif, en 2008, nonante-quatre interprètes d’Appartenances sont intervenus en trente-quatre langues dans trois cent cinquante-cinq institutions (Appartenances, 2008).

10Le secteur formation propose une offre variée de formations sur les questions liées aux migrations, à l’interculturalité et à la violence organisée, destinés aux professionnels des domaines scolaire, social et de la santé, aux agents communautaires et aux interprètes communautaires.

11Des recherches, diagnostics communautaires et évaluations sont menés en collaboration avec les communautés migrantes, les institutions et les universités et hautes écoles suisses et étrangères.

12Dans le cadre de ce travail, nous nous sommes intéressés spécifiquement aux pratiques des intervenants de la consultation psychothérapeutique pour migrants (CPM).

La consultation psychothérapeutique pour migrants (CPM)

13La consultation psychothérapeutique pour migrants poursuit des missions d’amélioration de l’état de santé général des migrants, de diminution du recours à la médecine en urgence ou de manière indue, d’amélioration des compétences sociales, en particulier des comportements sanitaires, du développement de l’émergence de l’autonomie et des projets de vie, de formation des professionnels confrontés aux souffrances psychiques et psychosociales des migrants, de renforcement des complémentarités et des synergies au sein du réseau médical et psychosocial (Appartenances, 2009).

14La consultation se compose d’une quinzaine de thérapeutes équivalent plein temps (médecins, psychologues et physiothérapeutes) et offre diverses modalités de prise en charge de type systémique, analytique, cognitivo-comportementale, ethnopsychiatrique ou corporelle développées pour prendre en compte la complexité des problématiques que rencontrent les patients et appuyer l’action psychothérapeutique sur divers agents et ressources à même de renforcer son adéquation, son efficacité et son efficience :

15Les thérapies individuelles permettent l’élaboration des traumatismes, des pertes et des deuils et la reconstruction de liens significatifs, ainsi que le travail sur les problématiques psychiques spécifiques visant à favoriser le regain d’autonomie. Une prise en charge médicamenteuse est proposée si nécessaire.

16La prise en compte ou en charge de la famille met l’accent sur l’importance de la filiation, de l’intergénérationnel, de la transmission, de la cohésion du couple et de la famille, du risque d’adultification et de parentification des enfants.

17La physiothérapie est centrée sur la relation corps-psychisme et vise la réappropriation corporelle et identitaire ébranlée par les traumatismes passés. En lien avec la psychothérapie, elle favorise aussi l’autonomisation et l’hygiène de vie.

18L’ethnopsychiatrie est centrée sur la culture d’origine et ses rapports avec la culture des professionnels, accueillant une pluralité de mondes et de langues et mobilisant un groupe élargi d’intervenants familiaux, culturels et professionnels. Dans cette approche, le patient, sa famille et ses proches sont entourés de plusieurs cercles d’intervenants.

19Les groupes thérapeutiques offrent un travail thérapeutique avec des personnes souffrant de problématiques similaires, qui vise également la réaffiliation sociale, tout d’abord au sein du groupe de pairs, puis de la société d’accueil, ainsi que le renforcement des ressources psychosociales. Actuellement, six groupes sont en place.

20L’approche générale des soins de la CPM est fondée sur des modalités d’intervention articulant l’axe de la vulnérabilité et celui de la spécificité socio-culturelle des besoins des populations et des individus allochtones. Elle met l’accent sur l’articulation des problématiques et des souffrances individuelles avec les problématiques, expériences et ressources collectives des divers groupes d’appartenance des individus et des familles. Elle a notamment pour spécificité une approche culturellement adaptée, c’està-dire qui tient compte de l’altérité socioculturelle. Elle est capable de prendre en compte les traumatismes liés à la torture et aux violences collectives, grâce à plusieurs dispositifs thérapeutiques spécifiques. Elle offre un cadre stable, ce qui est essentiel pour des migrants qui ont dû faire face à de nombreuses ruptures. Sauf exception, le thérapeute référent est le même sur toute la durée du traitement et il en va de même de l’interprète communautaire. Cette approche est axée sur l’alliance thérapeutique, à laquelle les thérapeutes accordent une importance particulière en intervenant avec professionnalisme et compétence, mais aussi avec engagement et empathie. Elle est multifocale, basée sur le travail en réseau et la prise en compte des dimensions familiale et communautaire ; multimodale puisqu’elle offre une prise en charge individuelle, de couple, familiale, groupale et psychosociale ; multidisciplinaire : psychologique, psychiatrique, psychothérapeutique, physiothérapeutique. Enfin, elle se veut facilitatrice de l’accès aux soins en recourant à un interprète communautaire et en intervenant auprès des membres du réseau afin de faciliter une prise en charge coordonnée des personnes migrantes et d’améliorer leurs rapports avec les réseaux médico-psycho-sociaux.

21Les personnes qui consultent à Appartenances sont issues de la migration et répondent à l’un des critères suivants : vécu de guerre, de torture ou d’une autre forme de violence collective ; souffrance psychique en lien avec la migration ; souffrance psychique en lien avec la précarité sociale ou juridique ; symptomatologie influencée par la culture d’origine.

22Le modèle théorique développé à Appartenances indique que les facteurs de crise menant à une prise en charge constituent une défaillance des systèmes de régulation internes et/ou externes. Les capacités du patient ne lui permettent plus de répondre à ses propres besoins ; des remaniements identitaires sont rendus nécessaires par les multiples deuils auxquels la personne migrante doit faire face et qui l’amènent à devoir réaménager ses ancrages identitaires et ses valeurs ; la perte de liens nécessite la création d’un nouvel environnement affectif, social et économique visant à atteindre l’autonomie.

23A titre indicatif, voici quelques chiffres concernant l’année 2008 (Appartenances, 2008). 10 882 consultations ont été effectuées, dont 66 % avec interprète, ce qui représente 948 personnes suivies. Les patients de la CPM sont originaires pour la grande majorité de pays hors Union Européenne (Ex-Yougoslavie, Afrique dont Afrique du Nord, Asie, Europe, Turquie, Amérique du Sud ainsi que Proche et Moyen-Orient). La moitié des patients sont des victimes de guerre et de torture.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search