Version classiqueVersion mobile

Mémoire et pédagogie

 | 
Monique Eckmann
, 
Charles Heimberg

VI. Digression : Voyage d’étude au mémorial et musée Auschwitz-Birkenau

Texte intégral

  • 1 Soutenu par la Fondation pour l’éducation à la tolérance, SET/FET, de Zurich.

1Une douzaine d’enseignants et didacticiens d’histoire, tessinois pour la plupart d’entre eux, ont effectué un voyage d’étude d’une semaine en Pologne1. Les deux chercheurs avaient été mandatés pour concevoir et accompagner ce voyage, qui a constitué non seulement un moment d’expérimentation et d’observation participante, mais aussi une opportunité de collecte de données supplémentaires à cette étude.

2Le voyage comprenait quatre jours à Oswiecim, ville polonaise où se trouvait le Camp de concentration et aujourd’hui le Mémorial et Musée Auschwitz-Birkenau, puis deux jours à Cracovie.

3Nous présenterons ci-après dans un premier temps le récit du voyage par l’un des chercheurs, récit qui mêle impressions et descriptions, puis les réflexions des participants, et enfin, dans la dernière partie du chapitre, quelques principes de construction d’un tel voyage

1. Description et impressions de voyage2

a) Auschwitz I, à Oswiecim

4Arrivée au Musée Auschwitz-Birkenau. L’arrivée au « musée » peut prêter à confusion, il est pourtant important d’être au clair : dès 1947, le gouvernement polonais a déclaré le site du camp de concentration et d’extermination comme musée. Le lieu qui est visité n’est donc pas un camp de concentration – qui n’existe plus – mais un musée sur le site même du camp et de son territoire.

5Bien qu’il soit encore tôt, des cars qui ont déjà déversé quelques flots de touristes sont alignés. On entre par un accueil qui ressemble à tous les accueils. L’entrée est libre, mais la plupart des visiteurs suivent un guide. Au fond de la première cour, le fameux portail Arbeit macht frei attire tout de suite le regard. Il nous fait pénétrer sur les lieux du premier camp d’Auschwitz I, érigé dans une vieille caserne militaire, tout d’abord destiné à des prisonniers polonais. Sa surface est assez réduite, les bâtiments de brique sont alignés, entourés de miradors et de barbelés.

6En se promenant dans le camp, il est difficile de percevoir la nature exacte de ce que l’on voit. Qu’est-ce qui a été reconstruit ? Qu’est-ce qui est authentique ? En réalité, c’est toujours un peu les deux à la fois. Et ce qui a été reconstruit l’a été pour nous rendre compte de la réalité de l’époque de cette barbarie.

7Des lieux particuliers, et surtout les commentaires des guides, nous renvoient à l’horreur concentrationnaire. Le block de l’infirmerie était l’antichambre de la mort. Mais aussi celui des ignobles expériences médicales de Mengele. Le block dit de la Justice était celui des châtiments et des mauvais traitements. Ses caves sombres et minuscules nous suggèrent le pire. Les fleurs déposées au fond de la cour des exécutions, qui était cachée par un mur, nous rappellent que le site d’Auschwitz I est aussi un cimetière. Ce que nous indiquent également avec force la chambre à gaz et le four crématoire situés tout au fond du camp, les seuls que les Allemands n’ont pas détruits avant de s’enfuir fin janvier 1945, probablement parce qu’ils n’étaient plus en fonction.

8La plupart des blocks renferment des expositions, Pour une grande partie d’entre elles, ce sont des expositions nationales qui évoquent la déportation du point de vue d’un pays ou d’une communauté de provenance. Elles sont très différentes par leurs contenus, mais surtout par le fait qu’elles ne datent pas toutes de la même époque. On y retrouve ainsi une pluralité d’espaces et de temporalités qui nous révèle deux dimensions essentielles de ce lieu : il renferme une multitude de mémoires qui correspondent chacune à la vaste ampleur territoriale de la terreur nazie ; mais il donne aussi à voir une évolution de ces mémoires au fil du temps qui pourrait nous en faire construire une histoire.

9Notre groupe d’enseignants a aussi eu accès à un block dans lequel des pièces à conviction étaient présentées, telles qu’un morceau de masque à gaz, un récipient qui contenait le fameux gaz Ziklon B de l’IG Farben, l’un des pommeaux de douche fictifs retrouvés dans les débris des crématoires et qui devaient tromper les condamnés. Parce que les nazis ont tout fait pour effacer les traces de leurs crimes, parce que les victimes de cette barbarie ont tout fait pour que ces traces puissent exister, parce que le négationnisme survit à toutes les preuves mais ne peut pas être combattu sans elles, ces objets jouent un rôle essentiel.

10Sur le site d’Auschwitz I, les nombreux visiteurs qui défilent et s’entassent dans les blocks parlent un grand nombre de langues européennes. Sans doute parce que tous ceux qui ont été déportés sur ce terrain provenaient d’un aussi grand nombre de nations. Y a-t-il en effet plus international que ce lieu de mémoire-là ? Il incarne bien sûr la destruction des Juifs d’Europe. Mais il est peut être aussi en quelque sorte le lieu le plus symbolique de la négation de l’internationalisme, au sens d’une solidarité humaine avec tous les contemporains, quelles que soient leurs identités, leurs appartenances, leur territoire de vie.

11En réalité, le site d’Auschwitz-Birkenau correspond à trois lieux très différents : le camp d’Auschwitz I, qui a fonctionné dès 1940 ; celui d’Auschwitz II-Birkenau, où se trouvait notamment un bois de bouleaux, et conçu pour la destruction de masse qui a démarré fin 1941 ; mais aussi, sept kilomètres plus loin, celui d’Auschwitz III-Monowitz, dès 1942, avec le camp de Buna, qui ne se visite malheureusement pas. Les déportés qui s’y trouvaient travaillaient pour une entreprise de l’IG Farbenindustrie installée juste à côté. Comme d’autres sous-camps installés en Haute-Silésie, il concernait ceux des déportés considérés comme aptes au travail au moment de la sélection.

b) Auschwitz II – Birkenau

12Les voies de chemin de fer et les rampes d’Auschwitz soulignent les différentes étapes de la tragédie. Au début, les trains arrivaient directement à l’entrée d’Auschwitz I. C’est notamment parce qu’Oswiecim était située près d’un nœud ferroviaire que les nazis construisirent Birkenau à trois kilomètres de là. A mi-chemin, le long de la ligne ferroviaire, la Judenrampe a fonctionné comme lieu de sélection durant une première phase de la mise en œuvre de la Solution finale. Puis, dès 1944, alors qu’Auschwitz-Birkenau était surtout utilisé pour la mise à mort des Juifs hongrois, entra encore en fonction la rampe située au cœur de Birkenau, après la célèbre porte-guérite.

13Vers la Judenrampe, sur un quai isolé, un wagon unique rappelle le lieu où débarquèrent des déportés de toute l’Europe, triés immédiatement en deux groupes distincts : les condamnés au gazage et les condamnés aux travaux forcés. Les uns marchaient vers les chambres à gaz de Birkenau, les autres, vers Auschwitz I ou vers des baraquements de l’immense camp d’Auschwitz II.

14Arrivé au camp de Birkenau, à peine a-t-il identifié la fameuse porte-guérite par laquelle arrivaient les trains que le visiteur est immédiatement frappé par l’ampleur des lieux. Une longue file de baraquements se prolonge à perte de vue, de même que des vestiges bien plus nombreux encore dont on a restauré les seules cheminées. Ici, plus moyen de penser qu’il s’agit d’autre chose. Le site, que les nazis avaient même le projet de rendre encore deux fois plus grand, n’a pas eu d’autres fonctions, il était bien à la taille de l’objectif monstrueux qui l’avait fait construire, la destruction des Juifs d’Europe.

15Le régime national-socialiste, qui s’en est aussi pris aux Tsiganes et à d’autres catégories de la population comme les homosexuels, visait l’asservissement de l’humain et sa destruction par la faim, l’épuisement, l’insalubrité, les maladies, la violence, le froid, les rats… Des conditions de détention abominables auxquelles on ne survivait en principe que quelques mois au maximum.

16Un certain nombre de baraquements sont reconstruits à Birkenau, pour donner une idée des effroyables conditions matérielles de la survie en ces lieux. Mais cet espace de recueillement se présente comme d’autant plus abstrait que les fameux chambres à gaz et fours crématoires ne sont plus que des amas de ruines suite à leur dynamitage par les Allemands en janvier 1945. La muséographie des lieux est discrète, mais fort pertinente. De temps en temps, un panneau reproduit sur les lieux mêmes où elles ont été prises, et avec la même orientation, les quelques photographies de l’époque dont disposent les archives.

17Vers la chambre à gaz n° 4, un panneau rappelle aussi l’un des rares épisodes de résistance armée, la révolte des Sonderkommandos d’octobre 1944. Elle fut déclenchée par le fait que les membres du Sonderkommando avaient bien compris qu’ils allaient sans doute être rapidement tous liquidés. Elle permit de détruire l’un des crématoires. Mais elle se termina dans un véritable bain de sang.

18Les zones dites du Kanada sont celles où les déportés étaient dépouillés de leurs affaires personnelles et de leurs vêtements. C’est donc là qu’on a retrouvé, à la libération du camp, ces amoncellements d’objets qui attestent à la fois la réalité de la déportation et sa dimension gigantesque.

19La visite de ce site immense de Birkenau, qui est d’abord un lieu d’hommage et de recueillement, se clôt sur la visite du « sauna », cet endroit où tous les détenus qui étaient destinés au monde concentrationnaire devaient se doucher, se désinfecter, puis revêtir leur tenue de déportés. On suit ainsi leur parcours en voyant des objets qui leur ont appartenu. Mais surtout, on découvre une très émouvante exposition de photographies retrouvées dans leurs valises. Elle nous rend compte de la vie antérieure, joyeuse et normale, de ces familles juives dans des villages polonais d’avant la guerre.

c) Rencontres avec des Polonais d’aujourd’hui

20Diverses rencontres ont aussi permis au groupe suisse d’échanger avec des enseignants et des éducateurs polonais. Ces échanges – des regards croisés – ont permis de se rendre compte de la complexité de la mémoire polonaise, des difficultés de reconnaissance réciproque entre Juifs et Polonais pour les souffrances endurées, mais aussi du rapprochement des ressentis et des points de vue à travers des expériences pédagogiques novatrices.

21Une rencontre avec des enseignants polonais a eu lieu à Cracovie. Elle nous a permis de prendre conscience des particularités d’un enseignement de l’histoire dans un contexte de société marqué par un passé complexe d’un pays qui a passé de l’occupation par les nazis à celle par les soviétiques, ce qui explique sans doute toutes ces cartes historiques qui s’affichent dans les bars et les restaurants, et par une histoire tellement tragique qu’elle attise une concurrence des victimes.

22L’enseignement sur la Shoah est devenu un thème obligatoire durant l’école secondaire, et il est question de l’aborder aussi dans l’école primaire à travers des activités de sensibilisation hors cadre, telles des visites de synagogues ou la visite du cimetière juif abandonné à l’occasion de la Toussaint. Au niveau secondaire, outre les cours d’histoire et de littérature, des activités extrascolaires sont mises sur pied, souvent en lien avec l’histoire locale, la mémoire des disparus du quartier ou de la commune.

  • 3 Voir www.mdsm.pl/.

23En ville d’Oswiecim, non loin du Musée d’Auschwitz-Birkenau, se trouve le Centre international de rencontre pour la jeunesse Oświęcim/Auschwitz, créé en 1986 comme lieu de formation et de dialogue germano-polonais et judéo-chrétien3. Ce centre, créé à l’initiative de l’Aktion Sühnezeichen Friedensdienste – organisation d’actions, de réconciliation et de paix – offre une multitude de séminaires et de programmes de rencontre et de formation, y compris pour des populations scolaires souvent traitées de façon marginale, tels les jeunes faiblement scolarisés, voire des jeunes sourds-muets.

24La pédagogie du centre se distingue par une approche de la Shoah qui laisse place aux multiples perspectives et mémoires nationales, ethniques et sociales, et contribue au développement d’une pédagogie européenne des lieux de mémoire. En effet, l’histoire pèse encore aujourd’hui sur les demandes de reconnaissances des divers groupes de victimes des violences du XXe siècle : si dans un premier temps c’est avant tout la mémoire des persécutés et déportés politiques des politiques nazies qui a été honorée, il a fallu arriver aux années 1980 pour voir les victimes de la politique raciale prises en compte au niveau des discours publics et des dispositifs muséaux.

25Ces pédagogies favorisent peu à peu un dialogue des mémoires, voire une réconciliation mémorielle qui s’adressent évidemment non seulement aux jeunes, mais aussi aux adultes.

26Par ailleurs, notre groupe a aussi pu assister au Congrès international d’Oswiecim pour le 60e anniversaire de la création du Musée d’Auschwitz-Birkenau, avec notamment des exposés de Elie Wiesel, Yehuda Bauer, Zygmunt Bauman, Piotr Cywinski, directeur du Musée d’Auschwitz et Wladyslaw Bartoszewski, ce qui a également nourri la réflexion en montrant l’extrême complexité du lieu et de son histoire, la multiplicité des groupes victimes et la diversité des regards que les visiteurs du monde entier jettent sur ce lieu à la fois cimetière et lieu du crime absolu.

d) Prolongement à cracovie

27Notre voyage s’est poursuivi par une visite de la ville voisine de Cracovie, en particulier le Kazimierz, son quartier juif historique, qui était en réalité une ancienne ville juive séparée de Cracovie. On y retrouve aujourd’hui les traces apparentes d’une vie juive polonaise d’avant-guerre, dont toute une série de monuments, synagogues ou cimetières. Désormais, Kazimierz est surtout un quartier touristique et à la mode. Cette présence d’une culture juive à Cracovie, dont une partie relève de la folklorisation, ne peut pourtant pas nous faire oublier que, pour l’essentiel, le monde juif polonais a bien été largement anéanti par la Shoah.

28La guide qui nous a emmené dans Kazimierz et au ghetto tenait des propos parfois discutables. Elle nous a parfaitement rendu compte de l’extermination des Juifs polonais et européens. Mais sa présentation des faits ne nous a donné à voir que des victimes et des héros polonais.

29De retour de Cracovie, il apparaît clairement que l’on n’enseignera plus la Shoah comme avant. Bien sûr, les faits sont toujours les mêmes, abominables et très bien documentés. La science historique a besoin de faire comprendre, mais elle reste plutôt modeste face à des actes d’une telle nature invraisemblable. Toutefois, le fait d’avoir vu les lieux les plus emblématiques de cette tragédie, d’avoir perçu l’absence de la grande masse de ceux qui ne reviendront pas, de pouvoir enfin associer des images dramatiques à un lieu déterminé, tout cela favorise ce travail d’histoire qui est particulièrement nécessaire, s’agissant de la Shoah.

2. Apports d’une visite au Mémorial et Musée Auschwitz-Birkenau ?

  • 4 Déclaration du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui annonçait, le 28 juin 2007, à Christc (...)

30Auschwitz-Birkenau, à Oswiecim, en Pologne, dans l’Union européenne. Quel est donc le statut de ces lieux ? Musées ? Lieux de mémoire ? Cimetières ? Dans les rues alentour, toutes les indications routières indiquent le Mémorial et Musée Auschwitz-Birkenau. De son côté, l’UNESCO a récemment déclaré que « le site et son paysage représentent un haut niveau d’authenticité et d’intégrité, d’autant que les preuves originelles ont été soigneusement conservées, sans aucune restauration superflue »4.

31Quoi qu’il en soit on ne revient pas indemne de la visite d’Auschwitz-Birkenau. Chacun des participants a ainsi pu évoquer après coup un aspect ou l’autre de la visite qui l’avait particulièrement ému : les ruines des chambres à gaz et des fours crématoires, l’immensité du camp et les innombrables cheminées des baraquements qui n’ont pas été reconstruits, les quelques photos de l’époque, celles de paisibles familles juives avant la guerre, les objets d’enfants présentés dans le block des femmes d’Auschwitz I, etc. Une participante a également souligné qu’elle avait gagné dix ans de lecture en se trouvant concrètement sur ces lieux.

32Une telle visite, en effet, rend ce drame inimaginable un peu plus concret. Elle nous encourage aussi à faire connaître aux élèves l’énorme complexité de la survie dans les camps, avec ses règles multiples, ses hiérarchies, ses activités clandestines, ses évolutions au fil de la guerre. Elle nous montre aussi en quoi cette affaire de la Shoah est vraiment centrale dans la dynamique de l’histoire contemporaine, notamment autour de la dimension de déshumanisation. D’où l’intérêt de ces histoires exemplaires de résistance, qui sont malheureusement exceptionnelles, mais qui ont pu la mettre en échec.

33Auschwitz-Birkenau incarne la politique d’extermination en ce sens que c’est à la fois le site qui a fait le plus de victimes et celui où ont été conservées le plus de traces matérielles. Qu’ils aient été reconstruits ou laissés tels quels, le fait de fouler ou de voir ces lieux ou ces objets donne une dimension nouvelle à notre perception de cette tragédie.

a) Ce qu’en disent les participants au voyage

34Durant ce voyage d’étude, nous avons mené deux séances de débriefing pour permettre aux enseignants d’exprimer leurs émotions et de questionner leurs découvertes, étonnements ou dilemmes, et d’échanger sur ce qu’ils ont appris – ou non – lors de cette visite. En voici quelques éléments :

« Au niveau historique, nous avons appris, découvert de nouveaux détails […] des histoires comme le Sonderkommando, […] comme les trois photos prises sur place, que nous ne connaissions pas. Nous avons eu une discussion sur la question de savoir quel effet ça nous avait fait de voir l’inscription emblématique Arbeit macht frei. Et en réalité, non, ça ne nous a pas fait beaucoup d’effet. […] peut-être parce que nous l’avons vu des centaines de fois dans des livres, des journaux, des manuels d’histoire ou des revues. Et puis, nous avons été surpris par d’autres choses qui nous ont beaucoup touchés. Par exemple, les cheveux, les masses de touffes de cheveux. Ou encore les tas de lunettes. C’est donc ce que nous ne connaissions pas qui nous a touchés le plus. »

35Cette ambivalence est fréquente parmi les visiteurs avertis du Musée du camp de concentration et d’extermination. Du « déjà-vu », des images stéréotypées, empêchent le visiteur de percevoir que l’essentiel, on ne peut plus le voir. Et souvent, l’attente envers soi-même, l’exigence d’éprouver des émotions fortes, empêchent l’accès à ses propres émotions. Ainsi, le camp d’Auschwitz (I), avec ses maisons en pierre, ses ruelles, ses emblèmes trop souvent vus et ses touristes, ne suscite pas vraiment d’émotion. Elle survient plutôt au moment de la visite de Birkenau (ou Auschwitz II), camp d’extermination aux dimensions énormes, qui laissent deviner la folie de l’entreprise de mort gigantesque. C’est bien ce lieu, ce territoire qui provoque un choc souvent inoubliable. En fait, ce ne sont ni les bâtiments ni les traces du passé, mais c’est l’espace entier qui forme le monument, le mémorial. Ainsi, Auschwitz-Birkenau est un cimetière, le plus grand cimetière juif et le plus grand cimetière polonais du monde.

« Et puis, nous avons été frappés par le silence, surtout à Birkenau. C’est impressionnant, le silence qu’on entend à Birkenau. […] L’émotion passe par tous les sens. »

36Mais il reste qu’on ne « voit » que si l’on « sait déjà ». On voit un immense terrain, des restes de maisons, des ruines, qui sont en fait des fours à gaz détruits par les nazis avant leur départ précipité. Les lieux de mémoire requièrent du visiteur qu’il arrive avec des clés de lecture, des informations, car le passé ne se voit pas ; il se sent par contre, et la dimension des sens évoquée par ce participant joue un rôle important pour beaucoup de visiteurs. Par contre, une visite ne permet en aucun cas de « comprendre », ni de « se mettre à la place de » :

« […] je crois que même si tu ressens quelques émotions, il n’est pas possible de percevoir et de comprendre ce qu’ils ont vécu, ce qui s’est réellement passé, il n’est pas possible d’approcher la vérité, de comprendre la réalité des horreurs, de l’imaginer. La réalité historique est inatteignable, tout s’est transformé depuis. »

37Le regard jeté par le visiteur sur ces lieux est fonction de son identité et de ses appartenances. Dans notre groupe, il y avait aussi une jeune femme d’origine juive polonaise qui avait déjà visité les lieux à plusieurs reprises. D’abord, elle ne voulait pas venir, « parce que je savais exactement ce qui m’attendait. Et tout est arrivé comme prévu ». Puis, elle a soudain découvert des photos d’avant-guerre, dans le lieu dit le « Sauna », une exposition de photos qui cherche à rétablir la dignité des personnes privées de leur nom et de leur identité avant d’être assassinées.

« Puis j’ai éprouvé quelque chose de très fort, que je ne sais pas comment appeler, devant les photographies à la fin de la Sauna. Le fait de voir des photographies de gens d’une ville, de la ville dont provient ma famille, qui n’existe plus, dont beaucoup de membres n’existent plus, et étaient peut-être sur ces photos. Ce que j’ai ressenti était très fort. […] Je ne sais pas ce que c’est comme émotion. Un sentiment de vide. Mais pour le dépasser, pour passer à la connaissance, il faut passer par les livres. Mais voir ces photos m’a fait comprendre plus de choses que d’en discuter pendant des années dans ma famille, lire des livres et des livres, etc. Je ne m’attendais pas à voir ces photos. »

38Comme le souligne une participante, ce témoignage révèle que les perceptions sont « très différentes suivant notre implication effective dans cette histoire. Nos émotions sont donc diverses ».

39Il s’agissait d’un voyage destiné à des enseignants, sans qu’il soit prévu comme modèle à reproduire avec des élèves. Selon les enseignants, ce voyage apporte effectivement un plus pour l’enseignement qu’ils désignent ainsi :

« D’un point de vue professionnel, c’est fondamental pour recharger l’intensité de notre enseignement, pour pouvoir mieux nous motiver et motiver nos élèves, sans être ascétiques, sans manquer d’émotion. »

  • 5 Voir à ce titre le projet lancé en janvier 2010 par le programme des Nations Unies pour la Journée (...)

40Ils insistent également sur l’intérêt de nouvelles approches dans l’enseignement, partant d’objets, de détails de « petites choses » pour remonter aux grands événements et narrations historiques, telle que celle pratiquée par la pédagogie par objet5.

« En enseignant, on insiste aussi sur une reconstruction historique très précise, mais je crois que je donnerais de moins en moins de matériel, parce que la dimension essentielle n’est pas dans l’exactitude, mais peut-être ailleurs, dans quelque chose qui n’a rien à voir avec la grande histoire. On peut récupérer une dimension émotive autour de petites choses. »

41Le voyage a produit une très forte impression sur les participants, et ils disent tous avoir appris énormément.

42Mais en même temps, lorsqu’on lit ces paroles, on peut être frappé par leur relative froideur, par une dissonance entre l’émotion que produit la visite de ce lieu de mémoire et la retenue avec laquelle elle est exprimée. Car les enseignants se sont souvent exprimés avec une émotion retenue, comme si celui ou celle qui parle craignait d’être emporté, débordé par cette émotion. Et en même temps, on observe aussi une étrange absence d’émotion qui, là où elle est attendue, ne se produit pas, peut-être précisément parce que le visiteur s’y rend dans l’attente de cette émotion. Or, inhibé par une quasi-obligation d’être ému, on devient presque incapable de savoir ce qu’on ressent.

b) Buts et modalités d’une visite des lieux de mémoire

  • 6 http://www.kz-gedenkstaette-dachau.de/ (consulté le 5 avril 2010).
  • 7 http://www.memorializieu.eu/ (consulté le 5 avril 2010).
  • 8 http://www.struthof.fr/ (consulté le 5 avril 2010).
  • 9 http://en.auschwitz.org.pl/m/ (consulté le 5 avril 2010).

43Plusieurs enseignants interviewés durant notre recherche avaient entrepris des voyages d’étude avec leurs élèves pour visiter des lieux de mémoire. Il s’agit de visites de la KZ-Gedenkstätte Dachau6, de la Maison d’Izieu. Mémorial des enfants juifs exterminés7, du Struthof. Site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler8 et du Mémorial et Musée Auschwitz-Birkenau9.

  • 10 http://fra.europa.eu/fraWebsite/products/publications_reports/pub_holocausteducation_en.htm (cons (...)

44De telles visites avec des élèves forment des objets d’étude et de conceptualisation de pédagogie des lieux de mémoire qui seraient trop longs à exposer ici en détail. Toute une littérature à ce sujet existe, notamment en Allemagne. Les pédagogues des lieux de mémoire germanophones sont en train de concevoir une formation pour les guides, et la FRA (la Fundamental Rights Agency de l’Union Européenne) vient de publier un rapport sur l’apport de ces lieux de mémoire à l’éducation aux droits humains10.

  • 11 http://www.holocausttaskforce.org/education/guidelines-for-teaching/revisedguidelines-on-visiting-h (...)

45Sans vouloir aller dans les détails, signalons toutefois la nécessité de soigneusement préparer de telles visites, et de donner une place importante au débriefing et à l’élaboration par la suite. Plusieurs institutions disposent de sections pédagogiques où des personnes formées guident les groupes ; plusieurs mettent à disposition une documentation qui permet aux enseignants et aux élèves de préparer une visite. Le Groupe éducation de l’ITF / Task Force a élaboré des Recommandations pour la visite de lieux de mémoire authentiques ou non authentiques qui complètent les différentes recommandations sur comment, quoi et pourquoi enseigner la Shoah11.

46Mais une question se pose. S’agit-il de faire visiter des élèves ou des enseignants ? Le but de notre voyage d’étude n’était pas de proposer aux professeurs une formule à reproduire avec leurs classes. Il nous paraît plus important d’offrir aux enseignants cette possibilité – coûteuse en énergie, en temps et en argent – puisque, comme multiplicateurs, ils sauront en tirer un bénéfice pour la qualité de leur enseignement.

3. Principes de construction d’un voyage

a) Trois composantes : le lieu, la thématique et le groupe

  • 12 Séminaires multilatéraux de plusieurs jours menés dans le cadre des coopérations interuniversitair (...)

47Un tel voyage de groupe a toujours trois composantes principales qui forment une sorte de triangle : le groupe, le territoire et l’objet/la thématique (Eckmann, 2004). Aussi faut-il construire un programme où chaque volet de ce triangle ait sa place. Ce voyage était au fond construit selon les mêmes principes que les séminaires intensifs12 que l’un d’entre nous avait développés dans les années 1990, mais en sachant qu’il y avait des contingences exceptionnelles. En effet, la conférence pour le 60e anniversaire du Musée a été à la fois un obstacle et une chance, parce que c’était un moment de bilan pour le Musée auquel nous avons pu participer.

48En premier lieu, il faut donner un espace à la construction du groupe, faire une place à l’expression de la diversité des trajectoires et expériences individuelles, familiales et collectives, aux appréhensions et attentes (souvent très élevées à l’égard de soi-même) des un-e-s et des autres et à la dynamique collective de rencontre et d’échange. En outre, prévoir des moments de débriefing est crucial, non seulement parce que venir dans cet endroit est toujours une expérience émotionnellement lourde, mais aussi parce que ces moments permettent une élaboration individuelle et collective de cette expérience.

49Au centre d’un voyage se trouve évidemment la visite du Mémorial / Musée et du territoire d’Auschwitz-Birkenau. Il est important d’y consacrer suffisamment de temps pour prendre conscience de la complexité de ce lieu et de son histoire, et saisir, dans le cadre du projet nazi, les différences et les similitudes entre les deux parties : les deux sont des lieux de massacres et de mémoire des morts, mais l’aspect prédominant d’Auschwitz I est son musée et la présentation de l’histoire du camp, alors que l’aspect prédominant d’Auschwitz-Birkenau (ou Auschwitz II) est que c’est un immense cimetière, qui force le silence et le respect et qui est surtout un lieu de recueillement pour la mémoire des victimes. La visite met en évidence la complexité des différentes catégories de victimes établies par le pouvoir nazi au gré de l’avancement de son projet meurtrier.

50Un autre point important est d’offrir une réflexion sur la question de l’authenticité et de la conservation du lieu même : ainsi, aller dans les archives était important parce que tout le monde est un peu perturbé par la question de savoir ce qui est « authentique » et ce qui ne l’est pas. Revenir sur les objets, se demander comment il faut les préserver, c’est aussi réfléchir au rapport entre le passé et le présent. Le musée a fait dès le départ, en 1947, un immense effort de conservation des traces de ce qui s’est passé, de documentation et de maintien de preuves, ce qui permet de contrer les tentatives de négationnisme. Cela explique pourquoi, dans un premier temps après la guerre, la priorité a été donnée à une perspective d’honorer les victimes, les martyrs et les résistants, notamment polonais, on pourrait presque dire une perspective antifasciste, avant d’accorder la place qui leur est due aux victimes juives.

b) Histoire et mémoire

51Par ailleurs, une telle visite doit non seulement présenter l’histoire de ce qui s’est passé en ce lieu, mais aussi celle de l’évolution de sa mémoire. Ces deux aspects – histoire et mémoire – devraient toujours être traités, mais l’un après l’autre, en laissant bien un espace pour chacun des deux. Ainsi, il faut prendre conscience du fait historique que, même si les victimes juives font la très grande majorité des victimes, chronologiquement, il y a d’abord eu des victimes polonaises.

52Aujourd’hui, toutes les déclarations officielles insistent sur ce fait, tentant de donner une place juste à chacune des mémoires. C’est donc précisément ce « dialogue des mémoires » qui doit trouver une place dans un tel voyage. Ainsi, les Polonais ont eu beaucoup de peine à reconnaître les victimes juives, presque jusqu’à la fin des années 1980, vers la fin de la guerre froide. A l’inverse, les organisations plus sensibles aux victimes juives ont parfois de la peine à reconnaître les victimes polonaises. Et à leur tour, les Polonais sont en mal de reconnaissance pour leurs morts durant les longues années d’après-guerre, période communiste et sous l’emprise soviétique. Il y a donc du travail pour dépasser la concurrence des victimes.

53Aussi, dans le contexte d’une telle visite, il ne reste guère de place pour le contexte plus large des événements, par exemple pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Une visite sur place peut rendre compte de la complexité du lieu et du système concentrationnaire, de l’immensité de cette entreprise meurtrière, etc. Mais une visite à Auschwitz-Birkenau ne peut pas procurer toutes les connaissances relatives au contexte. Il est donc d’autant plus important qu’une visite sur ces lieux soit soigneusement préparée auparavant, et que cette expérience sur place soit à son tour élaborée par la suite par un débriefing.

c) Rencontres avec la société polonaise contemporaine

54Ce qui paraît important avec un tel voyage, c’est que le groupe suisse ne visite pas seulement les lieux de mémoire des camps de la mort, mais interagisse également avec le contexte et la société polonaise d’aujourd’hui. C’est pour cela que nous tenions absolument à ce que le groupe puisse rencontrer des gens qui réfléchissent à cet enseignement en Pologne, tels que le coauteur du nouveau curriculum en Pologne, des enseignants, et également le staff du Youth Meeting Centre, exemplaire en matière de pédagogie des lieux de mémoire et de pédagogie de la rencontre. Il était important que les participants comprennent non seulement ce qui s’est passé durant la Seconde Guerre mondiale et la Shoah, mais qu’ils comprennent également la complexité des blessures et des ressentiments qui existent encore actuellement et qui rendent un dialogue international fort nécessaire. Le prolongement de l’enseignement et du travail scolaire par un travail socio-pédagogique extrascolaire paraît crucial pour approcher ces fameuses « leçons » que tout le monde vise à tirer de l’histoire. C’est important, par exemple, que les Polonais sachent qu’il y a également des débats de mémoires en Suisse. Il fallait entrer en dialogue avec la société polonaise.

55Que peut-on attendre d’une visite de Cracovie, de son ancien quartier juif ? Peut-être, cela pose-t-il la question de la thématique même de ce voyage. Mémoire ? Deuil ? Histoire ? Histoire des bourreaux, des victimes, des bystanders ? C’est important d’aller voir les traces de l’histoire juive de la région et de montrer la vie juive d’avant la Shoah ; mais c’est aussi douloureux, car cela fait entrevoir un monde complètement détruit, en dépit de tout le travail d’histoire et de mémoire qu’il est possible de faire.

56Notre guide représentait une voix polonaise qui reconnaissait le tragique du génocide des Juifs. Mais elle n’était pas capable d’entrer en dialogue avec les Juifs d’aujourd’hui, soucieuse de valoriser la résistance polonaise, sans évoquer le soupçon d’une critique de collaboration polonaise ; mais aussi parce qu’elle ne se sentait pas reconnue dans sa propre mémoire. Ainsi, un regard juif sur ce passé nous a manqué, mais n’est-ce pas normal, puisqu’il n’y a pour ainsi dire plus de Juifs en Pologne ? Le principe de multiperspectivité devrait toujours être respecté : montrer les différents narratifs, les différentes mémoires d’une même histoire.

d) Les étapes d’un tel voyage

57On devrait d’abord rassembler le groupe et se préparer au niveau des peurs et des attentes émotionnelles. Ensuite, il y a l’étape de la visite, entre musée et recueillement. Puis, il faut élaborer l’histoire elle-même, ce qui s’est passé, comment ça nous a touchés. Par la suite, souvenons-nous que la Pologne n’est pas que destruction, qu’elle a été longtemps la patrie de millions de Juifs, de Juifs diversifiés, ce qui explique qu’il y en ait eu un aussi grand nombre. Enfin, on peut parler de ce qui s’est passé et se passe dans la société polonaise. Et peut-être serait-il plus urgent aujourd’hui d’évoquer l’antisémitisme d’après-guerre plutôt que les formes de collaboration avec les nazis. Les Polonais souffrent aussi des morts du Goulag et de leur douloureuse mémoire du communisme. D’où l’importance d’entamer ce dialogue.

58Il faudrait aussi disposer d’assez de temps pour que chacun puisse se rendre compte de la complexité à la fois du passé et du présent. Chaque fois qu’on va là-bas, on doit savoir considérer que chacune des paroles exprimées est située dans un contexte de société, selon une perspective donnée.

59Mais en fin de compte, l’histoire et la mémoire servent toujours aussi à se projeter dans l’avenir. L’effet de l’histoire et de la mémoire sur les identités et les relations entre groupes sociaux et nationaux perdure encore aujourd’hui, et la qualité du vivre-ensemble dépend aussi de notre compréhension de l’histoire et de la qualité de ce dialogue de mémoires.

Notes

1 Soutenu par la Fondation pour l’éducation à la tolérance, SET/FET, de Zurich.

2 Une version plus longue de ce récit a été publiée dans Le cartable de Clio, Lausanne, Antipodes, n° 8/2008.

3 Voir www.mdsm.pl/.

4 Déclaration du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui annonçait, le 28 juin 2007, à Christchurch, la modification du nom Camp de concentration d’Auschwitz en Auschwitz-Birkenau. Camp allemand nazi de concentration et d’extermination (1940-1945).

5 Voir à ce titre le projet lancé en janvier 2010 par le programme des Nations Unies pour la Journée de la mémoire de l’Holocauste : Footprints for Hope Project (Paul Salmons) : http://www.un.org/holocaustremembrance/educational%20Footprint.shtml (consulté le 5 avril 2010).

6 http://www.kz-gedenkstaette-dachau.de/ (consulté le 5 avril 2010).

7 http://www.memorializieu.eu/ (consulté le 5 avril 2010).

8 http://www.struthof.fr/ (consulté le 5 avril 2010).

9 http://en.auschwitz.org.pl/m/ (consulté le 5 avril 2010).

10 http://fra.europa.eu/fraWebsite/products/publications_reports/pub_holocausteducation_en.htm (consulté le 5 avril 2010).

11 http://www.holocausttaskforce.org/education/guidelines-for-teaching/revisedguidelines-on-visiting-holocaust-related-sites.html(consulté le 5 avril 2010).

12 Séminaires multilatéraux de plusieurs jours menés dans le cadre des coopérations interuniversitaires Erasmus.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search