Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des espaces collectifs d’expression au sein des institutions socio-éducatives

 | 
Manon Masse
, 
Yves Delessert
, 
Maëlle Dubath

Quatrième partie. Résultats et analyse de la deuxième phase

Texte intégral

Introduction

1Cette partie est de loin la plus volumineuse de l’ouvrage car elle présente les résultats, les analyses et la synthèse de cette deuxième phase de la recherche. Elle est évidemment bien plus développée que la troisième partie consacrée à la première phase de la recherche, que nous avons choisie de ne présenter que très succinctement, en invitant les lecteurs intéressés à prendre connaissance des résultats détaillés à l'adresse http://bit.ly/​28WM2cS.

2Nous commencerons au premier chapitre par planter le décor en présentant les contextes cantonaux dans lesquels se situent les institutions partenaires au sein desquelles s’est déroulée cette phase (à savoir Genève, Vaud et Neuchâtel), puis les contextes institutionnels propres à chacune de ces institutions, y compris les groupes d’expression qui ont été mis en place et les observations des séances effectuées par les chercheurs. Nous finissons ce chapitre en présentant les caractéristiques des participants à cette recherche.

3Le deuxième chapitre est consacré au contenu et à la structure des discussions au sein des groupes d’expression observés, de même qu’au suivi réservé aux décisions qui y sont prises.

4Le troisième chapitre s’intéresse quant à lui aux membres des groupes d’expression observés, plus particulièrement aux types de participation qui leur sont proposés.

5Le quatrième chapitre traite des rôles attribués aux différents acteurs au sein de ces groupes (présidence, secrétariat, animation…).

6Le cinquième chapitre dresse pour finir une typologie finale des groupe d’expression telle qu’elle ressort de nos observations de terrain et de nos références théoriques. Cette typologie complète et affine celle élaborée dans la première phase de la recherche à partir des questionnaires reccueillis (voir page 105).

1. Contextes

1.1 Le contexte cantonal

Genève25

  • 25 Source : plan stratégique du canton de Genève en faveur de l’intégration des personnes handicapées, (...)

7Genève connaît un système où coexistent un secteur privé subventionné et un secteur public.

8Au niveau du secteur privé, trois fondations (Aigues-Vertes, Ensemble et SGIPA) et une association (La Corolle) offrent de l’hébergement et des ateliers aux adultes déficients intellectuels, et une autre fondation (Clair Bois) offre les mêmes prestations à des personnes polyhandicapées. Une association (Point du Jour) offre également des places d’atelier.

9Au niveau du secteur public, l’Etat de Genève a créé en 1980 les Etablissements publics socio-éducatifs (EPSE) qui deviendront les Etablissements publics pour l’intégration (EPI) dès 2008, à l’issue de la fusion de plusieurs structures. Les EPI ont élargi leur champ d’intervention et s’occupent actuellement de l’intégration au sens large. Les EPI reprennent également des structures privées qui n’ont plus les forces humaines et financières pour rester indépendantes.

  • 26 K 1 36, Recueil systématique genevois.

10Le nombre de places offertes par le secteur privé tant pour l’hébergement que pour les ateliers est sensiblement le même que celui du secteur public. Toutes les institutions qui accueillent des personnes en situation de handicap adultes, qu’elles soient de droit privé ou public, sont soumises au contrôle et à la surveillance du Département de la solidarité et de l’emploi (DSE) qui est seul compétent pour délivrer ou retirer l’autorisation d’exploiter selon la Loi genevoise sur l’intégration des personnes handicapées (LIPH)26, ce qui limite sensiblement la différence de statut. Les institutions de droit privé ont toutes conclu un contrat de prestation avec l’Etat de Genève.

Vaud27

  • 27 Source : PSH2011 - Plan Stratégique Handicap 2011 - Plan stratégique vaudois en faveur de l’intégra (...)
  • 28 850.61, Recueil systématique vaudois.

11Dans le canton de Vaud, l’offre est plus disparate : 34 institutions regroupant 46 établissements de tailles diverses (de 10 à plus de 250 places) composent le réseau des établissements socio-éducatifs (ESE). Ces institutions sont fédérées au sein de l’Association vaudoise des organisations privées pour personnes en difficulté (AVOP), il n’y a donc pas de secteur public dans ce domaine. Toutefois, comme à Genève, l’Etat de Vaud, par l’intermédiaire du Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS), surveille, délivre et retire les autorisations d’exploiter en vertu de la Loi vaudoise sur les mesures d’aide et d’intégration pour personnes handicapées (LAIH)28.

12En plus de ce contrôle, les institutions sont liées à l’Etat par des conventions de financement.

13Certaines affaires mettant en cause des institutions vaudoises soupçonnées de couvrir des actes de maltraitance ont défrayé la chronique au début des années 2000, ce qui a motivé l’Etat de Vaud à commander un audit indépendant (Gottraux & Perdrix, 2007) et à prendre des mesures pour favoriser le repérage de tels actes. C’est ainsi qu’en 2009 sont introduits un Bureau cantonal de la médiation des patients et des résidants ou usagers d’établissements sanitaires et d’établissements socio-éducatifs (art. 6j LAIH) ainsi qu’une Commission d’examen des plaintes des résidants (art. 6k LAIH), faisant ainsi de l’Etat de Vaud un pionnier en la matière, de telles structures n’existant pas dans les autres cantons romands.

Neuchâtel29

  • 29 Source : République et canton de Neuchâtel : Plan stratégique, 2011, accessible sur : http://sodk.c (...)

14Le canton de Neuchâtel concentre les prestations d’hébergement et d’atelier destinées aux adultes ayant une déficience intellectuelle sur deux institutions de droit privé, la Fondation Les Perce-Neige et la Fondation Alfaset.

15L’unité de réadaptation psychique de Perreux est principalement destinée au handicap psychique, mais accueille également des personnes ayant une déficience intellectuelle, que ce soit pour de l’hébergement ou des ateliers. Il s’agit d’une entité de droit public dépendant du Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP), donc de la santé, alors que les deux fondations mentionnées plus haut ont comme interlocuteur étatique le Service des institutions spécialisées (SES), dépendant des affaires sociales. Un projet de sortir du CNP les prestations d’hébergement non hospitalier et d’atelier offertes à Perreux et de les rattacher au SES est en cours, ce qui simplifierait la planification et la coordination de l’offre de prestations.

16Si la Fondation des Perce-Neige accueille principalement des personnes ayant une déficience intellectuelle, la Fondation Alfaset est ouverte également à d’autres types de problématique (physique, psychique, sensorielle, sociale…). La première a une capacité d’hébergement supérieure, mais la seconde offre davantage de places en atelier. Ces fondations ont un contrat de prestation avec l’Etat.

  • 30 800.100.01 du recueil systématique neuchâtelois.

17Il est à relever que le canton de Neuchâtel a pris un peu de retard dans la procédure RPT. Dernier canton suisse à obtenir la reconnaissance de son plan stratégique par la Confédération, il n’a pas encore de loi cantonale sur l’intégration des personnes handicapées qui règle l’organisation, la planification et la surveillance du dispositif d’accueil et de soutien des personnes en situation de handicap. Une loi cantonale sur l’intégration sociale des personnes en situation de handicap, souffrant de dépendance ou en difficultés sociales, était prévue pour mi 2012, mais tarde à voir le jour. La surveillance des institutions est pour l’instant régie par le Règlement sur l’autorisation d’exploitation et la surveillance des institutions30 découlant de la loi sur la santé.

1.2 Le contexte géographique

18Les institutions dans lesquelles nous avons mené cette deuxième phase de la recherche sont assez représentatives de celles que l’on trouve le plus communément en Suisse romande : de taille moyenne à grande et surtout situées en campagne. L’institution B est très cachée dans un canton de Genève pourtant dense et urbain, à l’instar d’autres institutions genevoises. L’institution A est également en campagne, même si celle-ci laisse progressivement place à une zone artisanale. L’institution C est proche d’un village, mais la principale bourgade de la région est à plusieurs kilomètres. Quant à l’institution D, l’établissement-amiral se situe à mi-chemin entre les deux villes principales du canton et à 1000 mètres d’altitude. Cette localisation campagnarde est sans doute liée à plusieurs facteurs : volonté de « cacher » les personnes en situation de handicap, valorisation du retour à la nature, à la vie saine et au village dans certains courants de pensée qui ont inspiré les projets pédagogiques du début, terrains plus facile à obtenir en campagne à une époque où les abords des villes étaient destinés à la construction de cités.

19Toujours est-il que cette localisation ne favorise pas les contacts avec le monde extérieur pour des personnes dépendant des transports publics. Certes les institutions disposent de minibus pour transporter les résidants, mais dans le cadre d’activités organisées, et non à la demande spontanée d’un résidant. Cette topographie limite la citoyenneté ordinaire, celle que l’on pratique au sein d’associations regroupant des personnes de tous horizons, ou de groupes d’affinité librement choisis dans un quartier. Elle favorise en revanche une citoyenneté cocon « entre soi », où l’on ne parlerait que des problèmes de l’institution.

20Les institutions ont bien compris que leur situation géographique posait problème, notamment dans leur mission d’accompagner les personnes vers une autonomie progressive. C’est pourquoi elles mettent en place des appartements ou des petites unités situées à proximité des centres urbains. C’est ainsi que le groupe observé dans l’institution D n’habite pas à l’extérieur, mais en ville. Le groupe observé dans l’institution A est composé de travailleurs accueillis dans les ateliers de cette institution, mais vivant majoritairement avec leurs parents. Ainsi la moitié des groupes observés est moins soumise au vase-clos institutionnel, et il sera intéressant de comparer les groupes selon cet indicateur.

1.3 Le contexte institutionnel

Informations sur l’institution A

21Suite à l’initiative de l’Association vaudoise de parents de handicapés mentaux qui ont dès 1962 créé des classes à Lausanne, Cossonay, Nyon et Prilly, la Fondation vaudoise en faveur des handicapés mentaux est constituée en 1972 pour gérer ces classes et développer des résidences et ateliers. Un service éducatif itinérant, un jardin d’enfants, des classes, des foyers et des appartements protégés seront petit à petit créés dans le canton de Vaud. L’institution A, home et ateliers pour adultes, ouvre ses portes en 1977 et changera de nom en 1988 ; puis elle sera réorganisée en 2002 par secteurs d’activité, à savoir « écoles d’enseignement spécialisé », « hébergement et ateliers » et « administration et finances ».

22Au fil des ans, l’institution A a développé et diversifié ses activités, pour répondre aux besoins des personnes présentant une déficience intellectuelle, des troubles de la personnalité et/ou de comportement, et de leurs proches. De plus, depuis février 2002, deux de ses secteurs (hébergement et ateliers, administration et finances) sont certifiés ISO 9001 : 2000 et OFAS-AI 2000.

23Actuellement, cette institution est au service d’environ 600 personnes en situation de handicap dont 250 adultes environ, reçus quotidiennement dans 30 lieux différents de 13 communes vaudoises, et encadrés par près de 400 collaborateurs.

24Elle offre ses prestations dans cinq cadres différents :

  • un service éducatif itinérant pour les enfants en âge préscolaire ;

  • des classes d’enseignement spécialisé ;

  • des hébergements dans des pavillons, dans des foyers décentralisés, dans des appartements intermédiaires et dans la maison pour personnes vieillissantes ;

  • un service d’accompagnement à domicile ;

  • des ateliers de type artisanal ou industriel.

25Le secteur Hébergement et Ateliers, directement impliqué dans cette recherche, regroupe des professionnels de la santé, de l’intendance et du travail social, à savoir des éducateurs et des maîtres socioprofessionnels. Ceux-ci accompagnent les résidants au quotidien, en favorisant leur intégration et leur développement, personnel et professionnel, afin de répondre au mieux à leurs besoins et à la réalisation de leurs projets de vie. Cet accompagnement se fait dans des structures diverses : un centre principal avec plusieurs lieux de vie et des ateliers, ainsi que des infrastructures collectives (piscine, salle de gymnastique, cuisine, etc.) ; des foyers décentralisés offrant la possibilité de vivre en groupe plus restreint en ville ou dans un village ; des locatifs favorisant l’autonomie, tout en assurant une présence éducative quotidienne ; des accompagnements à domicile.

26Les ateliers offrent des activités professionnelles en rapport avec les capacités des personnes en situations de handicap. Une partie des ateliers offre des activités de type industriel, elle permet la réalisation de travaux de sous-traitance tels que la blanchisserie, l’informatique, l’entretien d’espaces verts. L’autre partie des ateliers est de type artisanal, et produit des travaux d’imprimerie, de mécanique, de conditionnement, et de sacs plastique. Il existe également un atelier de développement personnel pour les personnes nécessitant un accompagnement plus spécifique.

27Par ailleurs, depuis 2012, de nouveaux bâtiments sont en construction : en 2013, une nouvelle structure pour personnes vieillissantes va ouvrir (12 places), ainsi qu’un espace accueil de jour, afin d’offrir des prestations complémentaires à des personnes qui ne sont pas forcément en institution, ni en ateliers. Une demande de certains résidants serait de pouvoir ouvrir dans ces nouveaux bâtiments un atelier-boutique.

Informations sur les espaces collectifs d’expression de l’institution A

28Les données présentées dans ce chapitre sont issues non seulement des questionnaires, complétés par des cadres intermédiaires, mais aussi des différents entretiens.

29Trois types d’espace collectif d’expression sont présents dans cette institution : les colloques des résidants, axés sur le vécu au sein des résidences, qui ont lieu mensuellement ; les colloques d’ateliers, davantage informels, où s’échangent autant des vécus du week-end ou de la semaine que des questions organisationnelles liées à l’activité de travail, qui ont lieu hebdomadairement ; et les groupes « Donner son avis » qui permettent de débattre d’objets institutionnels, qui ont lieu semestriellement.

Groupe observé : le groupe « Donner son avis »

Historique et objectifs

30Cet espace collectif d’expression existe depuis mai 2009, à l’initiative du directeur et d’un cadre intermédiaire, créé lors de l’introduction de la procédure Qualité, dans le but d’évaluer les prestations institutionnelles. Le fonctionnement de ce groupe s’est largement inspiré de ceux existant dans une grande institution d’un canton voisin.

31Il existe trois groupes de ce type au sein de l’organisation : en moyenne, 11 personnes en situation de handicap y participent. Ces groupes comprennent des personnes internes à l’organisation, des personnes externes, et d’autres, suivies par le Service d’accompagnement à domicile. Le thème de discussion est le même pour chacun des trois groupes, qui ont un fonctionnement similaire. Ils sont co-animés par deux animateurs.

32L’objectif initial qui a été défini par un membre du personnel éducatif, un cadre intermédiaire et le directeur, est d’ausculter le degré de satisfaction des personnes accueillies. En 2011, les objectifs ont changé : ces groupes seraient devenus des espaces de débat public et de consultation sur des sujets qui touchent l’institution.

Thèmes

33Le groupe « Donner son avis » vise à aborder des thèmes plus transversaux. Il viserait même à aborder des thèmes externes à l’institution dans une dimension plus citoyenne.

34Il aborde des thèmes de la vie quotidienne institutionnelle, tels que les menus à la cafétéria, la question de la confidentialité des débats et de la distribution des procès-verbaux, les besoins en lien avec internet, le programme des animations au Centre, ou encore les revendications des travailleurs pour aménager les pauses (achat d’un babyfoot, par exemple).

35A ce jour, ce sont les thèmes de l’aménagement des vestiaires, les discussions sur le repas de midi et le programme des animations qui ont mobilisé davantage de personnes.

Fonctionnement

36Le groupe se réunit pour une séance d’une heure, deux fois par an, afin de laisser la possibilité aux décisions de se prendre, selon les explications reçues de la cheffe de projet.

37La séance est animée par un membre du personnel éducatif et un cadre intermédiaire, selon l’ordre du jour qu’ils ont préparé, sans consultation au préalable des membres du groupe. Elle a lieu dans une salle de conférence.

38Les quatre animateurs se réunissent avant chaque réunion, soit deux fois par an, afin de décider du thème de discussion.

39Les trois groupes se déroulent selon un fonctionnement similaire et récurrent : bienvenue et rappel des règles de fonctionnement ; retour et réponses sur les questions abordées la fois précédente ; consultation au sujet d’un thème amené par les facilitateurs ; tour des questions et préoccupations ; collation.

40Ils n’utilisent pas d’outil de communication alternatif, à l’exception d’un panneau sur lequel sont écrites les règles de communication :

  • pas d’attaques personnelles ;

  • une personne à la fois qui parle ;

  • je parle aussi pour les autres ;

  • tout le monde a un moment de parole.

41L’activité des animateurs est précisée dans un document, mentionnant les points suivants : toujours donner un retour ; quittancer les bonnes idées ; poser des questions plutôt que de présenter directement les choses ; reformulation ; faire circuler la parole ; vérifier la compréhension ; se répéter souvent ; orienter les doléances personnelles vers les bonnes personnes ; intégrer le mieux possible à la discussion ceux qui se taisent ; faire des tours de table, etc.

Modalités d’adhésion et de participation

42Les participants sont tous travailleurs ou résidants au sein de l’institution A. Il n’y a pas d’autres critères d’adhésion, à l’exception d’une inscription au groupe. De plus, le participant doit s’engager personnellement à être présent aux séances pendant une durée qui ne nous a pas été précisée. Ils ne représentent ni un lieu spécifique, ni un groupe de personnes, ni ne défendent un projet particulier.

43Il existe un règlement écrit et un PV pris par un membre du personnel éducateur et un cadre intermédiaire. Si chaque participant le reçoit sous pli, les équipes éducatives le reçoivent simultanément pour l’afficher à la vue de tous, dans les groupes.

44Il y a un système de gestion des présences. On peut se retirer : en principe, on donne sa démission oralement.

Légitimité

45L’absence de critères d’adhésion en fait clairement un groupe dont la légitimité est basée sur l’échantillonnage. La question de savoir s’il s’agit d’un échantillonnage simple ou stratifié est délicate, dans la mesure où le groupe est composé en grande majorité de travailleuses et travailleurs dans les ateliers de l’institution, dont certains y résident et d’autres pas. Il y a donc une volonté de faire un groupe de personnes bénéficiaires de prestations de travail, qui fonctionne en parallèle à deux autres groupes « Donner son avis », ce qui tendrait à penser à une forme de répartition stratifiée. Les deux autres groupes « Donner son avis » sont également composés de membres travailleurs et/ou résidants, ce qui limite fortement la stratification, d’autant plus que les adhésions au groupe sont libres. Le titre du groupe (Donner son avis) inscrit bien le groupe dans ce type de légitimité. Les membres y parlent en leur nom, et les travailleuses et travailleurs qui voudraient faire entendre leur avis peuvent demander leur adhésion. Ils peuvent également demander à des membres du groupe de relayer leur avis, mais ces derniers n’ont aucune obligation de le faire.

Evolutions

46Depuis sa création, des évolutions sont apparues : une personne s’est retirée du groupe, et d’autres personnes ont demandé à y venir.

47Selon la personne qui a rempli le questionnaire, les changements s’observent sur la prise de parole, et sur le fait que certains auraient pris un rôle de délégué.

Décisions et réalisations

48Bien que ce soit un espace de consultation, des décisions sont parfois prises, par consensus, sont transmises à la direction et engagent l’institution. Parfois, celle-ci refuse certaines demandes, telle l’installation de jeux de Loterie à la Cafétéria (jeux d’argent comme dans les bistrots).

49Le suivi des décisions se fait par un membre du personnel éducateur, un cadre intermédiaire, et le directeur. Les membres de ce groupe récent ne sont actuellement que rarement impliqués dans ce suivi, mais il se dessine progressivement une plus grande implication de leur part, comme nous le verrons dans des exemples de la suite de l’analyse.

50Les discussions du groupe « Donner son avis » ont initié des réalisations concrètes : poursuite du programme de réfection de l’éclairage dans les Ateliers ; possibilité d’un accès avec apprentissage d’internet au Bistrot deux fois par semaine ; des horloges dans les vestiaires de la piscine ; achat d’un babyfoot et installation d’un local de détente pour les pauses aux Ateliers.

Observations de deux séances du groupe « Donner son avis »

Observation T1 (10.11.11)

51Lors de la première séance du groupe « Donner son avis » observée (T1), 12 personnes en situation de handicap sont présentes (sept hommes, cinq femmes), ainsi que deux professionnels, une femme et un homme, qui occupent respectivement la fonction de responsable pédagogique et d’éducateur social en résidence. Dans cette séance, l’une anime et dirige la séance, l’autre prend le rôle de co-animation, et reste davantage en retrait. Ils se nomment eux-mêmes facilitateurs.

52C’est un groupe de personnes qui travaillent dans l’institution, mais n’y habitent pas pour la plupart. Huit vivent en famille (dont une en famille d’accueil), une dans un studio dans la villa familiale (absente lors de la seconde observation), et quatre vivent en groupe dans une résidence en ville, qui fait partie de l’institution (une femme est présente seulement lors de la seconde observation). Elles s’expriment toutes relativement bien, à l’exception d’une personne qui le fait par écrit. Mais tous ne prennent pas la parole spontanément, cinq personnes s’expriment davantage.

53La séance se déroule dans la salle habituelle, autour d’une grande table rectangulaire. Aucune place n’est assignée, chacun s’installe librement, y compris les animateurs, en fonction de l’ordre d’arrivée dans la salle. Toutefois une participante semble avoir besoin du soutien de l’éducateur et s’assied à côté de lui. L’animatrice principale est arrivée en premier. Les animateurs se sont mis chacun d’un côté de la table, en face à face.

54La séance débute par le premier point à l’ordre du jour, que tous ont reçu : les résidants sont invités à énoncer une à une les règles de communication, à savoir « pas d’attaques personnelles », « une personne à la fois qui parle », « je parle aussi pour les autres », « tout le monde a un moment de parole ». Elles sont écrites sur un panneau que la facilitatrice montre à tout le monde.

55Puis l’animatrice donne un retour aux questions posées lors de la séance précédente, soit au printemps 2011 : l’horaire de la pause de l’après-midi des ateliers a été modifié suite à leur demande, la demande d’avoir une piscine extérieure au site principal a été refusée par la direction à cause du coût et le fait qu’ils aient déjà une piscine intérieure sur le site principal. La demande d’utiliser les équipements de fitness dans un nouveau local est aussi refusée pour des raisons de coût. Cette partie de la séance dure 11 minutes.

  • 31 Les citations sont extraites des retranscriptions des enregistrements audio des observations des sé (...)

A1_A31 Voilà. Alors, après, comme on fait d’habitude, on vous donne un retour des réponses aux questions qu’on avait discutées la dernière fois. Alors on va reprendre ce qu’on avait dit la dernière fois, puis on va voir les réponses. Alors il y en a déjà une de réponse, très évidente, que vous avez eue, hein Nathan, tu sais laquelle c’est ? C’est quoi ?

Nathan C’est la pause de 15 heures.

A1_A Voilà. Vous aviez demandé que la pause de 15h15 soit déplacée à 15h.

Amandine Ouais.

A1_A Pour pouvoir mieux répartir le travail dans l’après-midi, hein (plusieurs acquiescent) parce que vous trouviez que c’était trop long avant la pause, et trop court après.

56Dans l’ensemble, peu de réactions surviennent suite aux décisions de la direction énoncées par l’animatrice. Une sorte d’acquiescement spontané émane du groupe alors qu’il s’agissait pourtant de leurs propositions.

57Concernant la demande de créer un atelier-boutique, il leur est annoncé que cela n’est pas possible actuellement, par-contre dans le futur projet d’accueil de jour, cela pourrait être envisageable. Suite à cette décision différée au sujet de l’atelier-boutique, l’animateur propose de relayer cette demande directement au groupe de travail créé au sein de l’institution pour penser la nouvelle structure (nommé GPROL). A ce moment-là, l’animatrice suggère que des porte-parole du groupe « Donner son avis » y participent. Quatre participants se proposent spontanément, les deux premiers sont retenus.

A2_A Une demande de faire un atelier-boutique. Cafétéria-boutique.

[…]

  • 32 Malika = responsable du secteur, membre de la direction.

A2_A tout cas, ce que nous a dit Malika32, c’est qu’on, cette demande, elle pouvait être transmise au groupe qui réfléchit à comment faire l’accueil de jour. Parce que tout n’est pas encore décidé. Donc il y a des… Elle nous a dit qu’il faudra qu’on transmette cette demande, et ceux qui réfléchissent ce nouveau projet, essaieront de tenir compte, de voir comment ils peuvent intégrer ces idées au projet d’accueil de jour.

Christine ça pourrait être un magasin d’accueil de jour ?

A2_A Alors la balle leur est lancée. On va voir pour que votre demande leur parvienne. Et puis…

A1_A Attends, le « on » justement, le « on ». Est-ce qu’il y a quelqu’un ici qui pourrait aller demander ça à la direction ? On pourrait vous accompagner, mais est-ce qu’il y aurait quelqu’un qui aimerait aller, se faire le porte-parole du groupe pour faire cette demande à, au projet là, au GPROL ?

Isaline GPROL, c’est quoi ça ?

Christine Moi j’irais bien.

A1_A Toi t’irais bien ? Alors il y aurait, tu notes si jamais, alors il y aurait Christine, et puis ?

Chloé Et puis moi.

Christine Et puis Chloé.

A1_A Et puis Chloé ?

Chloé Oui.

A1_A Vous seriez d’accord… Mais euh, bon, Christine, et Cholé, vous avez compris quelle est, quelle serait cette demande ?

Chloé Oui.

A1_A C’est quoi Chloé ?

Amandine Un magasin.

Chloé Un magasin.

[…]

A1_A Voilà, mais au moins vous serez porteurs de cette demande, et ça c’est sympa si ça vient directement de vous. Nous on va vous accompagner pour faciliter la chose, mais c’est bien si c’est vous qui faites la demande. Ok ?

Christine Ouais c’est à nous de faire (…).

A1_A Alors on se reverra en-dehors de ça, Chloé et Christine, hein. Ça joue ? Alors je crois qu’on a fini pour le point un.

58Puis ils abordent le thème de discussion de la séance, pendant trente-deux minutes : « les changements de lieu de vie, ou qu’est-ce qui fait qu’on a envie de changer ou de rester là où on habite ». Ce thème a été décidé avec la direction et les quatre animateurs, sans consultation des participants. Il est nommé sans aucune contextualisation. Comme les participants ont de la peine à réagir à ce thème, l’animatrice propose un tour de table, et chacun est invité à parler à partir de son expérience personnelle.

59L’observation n’a pas permis de dégager un souci de l’animatrice de collectiviser les expériences singulières et individuelles de chacun, pour en dégager un thème commun (changement de quartier, perte de personnes significatives, tâches administratives lourdes, etc.).

60Comme ce sont principalement des personnes qui vivent chez leurs parents, ce thème soulève la question de la mort de leurs parents, qui entraînerait un changement éventuel de lieu de vie, et beaucoup d’émotions et d’angoisse sont exprimées. C’est après plusieurs interventions que le choix du thème est expliqué, en lien avec des changements organisationnels dans l’institution, qui amèneront certains à changer de lieu de vie.

A2_A Est-ce qu’on fait un petit peu le tour, pour que tout le monde puisse s’exprimer ? Arthur, est-ce que…

Steve moi…

Christine Laisse parler, Steve…

A1_A Chut

A2_A c’est important de savoir, de pouvoir… ?

Arthur papa, maman, changer de maison, partir au ciel, décédés, quand on est malade, quand on est très très malade, quand on est malade, quand on est mort, on peut mourir…

A2_A Et pour toi, Arthur, est-ce que tu penses que tu pourrais changer de lieu de vie ?

[…]

61Enfin, la séance se termine par la récolte de questions ou remarques de la part des participants, durant les dix dernières minutes :

A1_A Je crois que, comme le temps passe, et qu’on a quand même envie de vous faire partager la collation, on va peut-être juste demander s’il y a des points que vous aviez envie d’amener ? Ici des nouveaux points, pas de ce qu’on a amené maintenant, mais d’autres choses que vous aviez envie de demander ?

62La demande de réparer le parking et une proposition de menu seront alors amenées par des participants. Cette dernière demande sera collectivisée par l’animateur, ce qui aboutira à la proposition de faire une boîte à idées pour des propositions individuelles de repas.

A2_A A travers la demande d’Amandine, je me demande, parce qu’on peut effectivement demander s’il peut faire une fois des raviolis, mais ça c’est une demande individuelle, une fois. Est-ce que ça vous intéresserait peut-être de pouvoir, qu’il y ait un endroit où vous pouvez mettre vos idées de menu ? Quand il y a quelque chose que vous aimez manger, qu’il y ait un moyen de le dire à la cuisine ? Parce que ça, ça pourrait servir à tout le monde, si on demandait par exemple au cuisinier qu’il y ait un cahier…

A1_A ou une boîte à idées…

A2_A et on lui marque… Ou une boîte à idées, et qu’on puisse lui dire, ben tiens moi j’aime bien ce repas, est-ce que c’est possible de le faire une fois ?

63Les animateurs annoncent qu’ils en parleront à la direction et au cuisinier.

A2_A Vous pensez que la boîte à idées ce serait une bonne solution pour avoir…

Christine Oui c’est une bonne idée

A2_A Alors on… peut-être ce qu’on peut faire, on en parlera à Malika, et puis au cuisinier, et comme ça on verra comment est-ce que eux, ils imaginent de mettre ça en place, s’ils peuvent et comment. En leur disant que vous aimeriez bien de temps en temps suggérer des menus. Est-ce que ça irait comme ça ?

Guy Ah c’est mieux ça, comme ça c’est mieux.

64Finalement, lors de la séance suivante, on apprendra que deux participantes sont allées parler au cuisinier avec l’animateur.

65L’ambiance est détendue, chargée d’émotions lors des échanges autour du décès des parents, et la majorité du temps, chacun écoute et respecte la parole des uns et des autres. Les participants sont invités à s’exprimer librement, par exemple pour commenter les décisions prises par la direction en début de séance (même si peu de commentaires sont émis), ou pour poser leurs questions en fin de séance. Pour traiter le thème du jour, ils sont invités à le faire par un tour de table, pour favoriser la parole de chacun, et c’est l’animatrice principale qui les relance individuellement.

66L’animatrice dirige la séance, pose des questions, suscite des réactions à partir d’éléments de la vie privée de chacun, et elle prend des notes. Le second animateur a un souci de reformulation, de synthèse, et de transformer les demandes individuelles en demandes collectives (par exemple la boîte à idées pour les menus). La coordination de l’animation semble improvisée en cours de séance plutôt que préparée à l’avance.

67La désignation des deux porte-parole pour aller au groupe de travail parler de leur projet d’atelier-boutique, se fait rapidement et de manière non concertée : l’animatrice a retenu les deux premières personnes à s’être proposées.

68En fin de séance, une collation est offerte aux participants, et la prochaine séance est annoncée, qui aura lieu au printemps suivant.

69Le diagramme de communication montre la prééminence du tour de table pour le sujet central de la séance (les changements de lieux de vie), avec des interventions fréquentes de l’animatrice pour relancer la parole des membres du groupe pas tous enclins à traiter de ce sujet. Les retours sur les propositions de la séance précédente et les nouvelles propositions des membres se font de manière plus spontanée.

Observation T2 (17.04.12)

70Lors de la seconde séance du groupe « Donner son avis » observée (T2), cinq mois plus tard, 12 personnes en situation de handicap sont présentes (sept hommes, cinq femmes), ainsi que les deux mêmes professionnels, avec les rôles inversés, l’animateur animant la séance, l’animatrice prenant des notes, en position de co-animatrice. Ce sont les mêmes participants, sauf une femme absente, et une femme « nouvelle ».

71Ils s’expriment tous relativement bien, à l’exception d’une personne qui le fait par écrit. Mais tous ne prennent pas la parole spontanément, quatre personnes s’expriment davantage.

72Ils s’installent dans la même salle, l’animatrice est en bout de table, l’animateur de côté, entre deux participantes.

73La séance se déroule de la même manière : rappel des règles de communication, retour sur les propositions de la séance précédente, discussion autour d’un thème, « nouvelles » propositions émises par les participants, collation.

74Comme lors de la première séance, la parole est donnée aux participants pour énoncer les règles, tandis que leur est montré le panneau sur lequel elles sont inscrites.

75Puis l’animateur donne un retour aux questions posées en automne 2011, durant treize minutes : la boîte à idées pour les propositions de menus est en train de se faire, deux participantes sont invitées à raconter comment s’est passée leur discussion avec le cuisinier :

A2_A On va commencer par, un peu, amener les informations qui peut y avoir par rapport aux dernières réunions. Dans ce groupe entre autres, il y avait eu l’idée d’aller voir la cuisine pour proposer de faire une boîte à idées pour les menus…

Plusieurs Ouais

A2_A Donc Amandine et Christine sont allées rencontrer Pierrick [le cuisinier] : est-ce qu’il y en a une qui veut dire comment ça s’est passé ?

Christine On a discuté avec Pierrick [le cuisinier], il nous a offert à boire…

Amandine Du coca…

Christine On a discuté des menus…

? Chut !

Christine où on doit mettre les billets qu’on veut mettre comme menu, comme les asperges, les raviolis ou les artichauts, les trucs qu’il peut proposer, mais des trucs qu’il peut pas, ça peut être dangereux pour le nouveau self.

76Puis l’animateur explique qu’une séance de présentation du nouveau bâtiment aura lieu en septembre 2012, chacun est invité à y participer et à donner son avis, et à reparler de l’atelier-boutique à ce moment-là ; la direction n’a pas encore donné de réponse concernant le revêtement du parking ; dans la salle de repos, ils sont en train de changer les matelas, si les participant ont envie que ça aille plus vite, l’animatrice les invite à s’adresser directement aux responsables concernés.

77Enfin, comme cela avait été abordé lors de la réunion d’automne, deux participantes sont allées voir un membre de la direction concernant l’atelier-boutique. L’une d’elles leur restitue le contenu des échanges.

A1_A Alors ce que vous pouvez faire, si vous avez envie que ça aille plus vite, c’est de demander à J. et à T. [responsables concernés] où ils en sont ! Mais c’est en train de se faire, j’ai déjà vu qu’ils avaient enlevé ceux qui étaient fichus… Voilà, ça c’était pour les matelas de la salle de repos. Sinon, et bien voilà je crois que c’est tout ce qu’on avait vu la dernière fois.

Christine Il y avait aussi un magasin qu’on avait vu avec Chloé et Malika, elle m’a dit ça se fera derrière, vers le locatif quand ça aura construit. Elle m’a dit ça va prendre quelques années. C’est dommage, moi j’aurais bien…

A1_A Voilà, parfait

Christine Voulu… comme ça j’aurais pu vendre tout le magasin. Et mon kiosque avec. Il y aurait du chocolat, une épicerie (plusieurs rient)…

78Avant d’aborder le thème, il y a un point sur la fête d’été (pendant trois minutes), où les résidants sont invités à s’annoncer auprès de leurs éducateurs s’ils veulent participer à la préparation.

79Puis ils abordent le thème de discussion de la séance : « quelles sont les qualités que vous appréciez et que vous attendez des personnes qui vous accompagnent dans votre quotidien dans l’institution A ? ». Comme lors de la précédente séance, le choix du thème a été fait par la direction et les animateurs et n’est pas contextualisé par l’animateur de la séance. Cette partie dure vingt-cinq minutes (pour un extrait de cette partie de séance : page 256).

80Alors que les participants ont de la peine à réagir à ce thème, l’animateur propose un tour de table, après avoir reformulé la question, pour se faire mieux comprendre. Après un début difficile, où les participants ne semblent pas comprendre ce qui leur est demandé, où ils disent comment eux-mêmes doivent se comporter, plusieurs adjectifs sont émis et repris par les suivants. Certains nomment des exemples émanant de leur vécu personnel dans leur relation avec des éducateurs.

81Enfin, la séance se termine par la récolte de questions ou remarques de la part des participants (treize minutes) : décorer la salle de repos (ou de jeux ?). L’animateur propose de faire un sondage auprès des autres travailleurs, l’un des résidants l’accompagnera.

82L’ambiance est bonne, même si le groupe est davantage dissipé. Le timing est un peu serré, les participants s’impliquent plus dans la dernière partie concernant leurs propositions, mais le risque est de ne pas pouvoir prendre du temps pour la collation, qui est bien en vue sur une table depuis le début de la séance. Pour faciliter l’expression de chacun, le tour de table est utilisé pour aborder le thème de la séance.

83L’animateur énonce les points de l’ordre du jour au fur et à mesure du déroulement de la séance, il donne la parole à chacun, reformule. L’animatrice prend des notes, intervient régulièrement pour préciser un point, ou rappeler le temps restant. La répartition des rôles entre l’animateur principal et la co-animatrice est moins différenciée que lors de la première séance observée, leur prise de parole est beaucoup plus égalitaire. Cependant, de nouveau, la préparation de l’animation semble peu concertée.

84Au niveau du diagramme de communication, on observe les mêmes tendances que lors de la première séance observée : tour de table parfois difficile pour le sujet principal, plus de spontanéité pour les retours des propositions émises lors de la séance précédente et les nouvelles propositions émises en fin de séance. Le diagramme confirme également ce qui a été dit plus haut quant à la répartition égalitaire de la parole entre les deux animateurs, mais montre également une progression : en début de séance, l’animateur principal joue son rôle, mais il est progressivement « remplacé » par l’animatrice secondaire, au point que les rôles sont quasiment inversés en fin de séance.

Informations sur l’institution B

  • 33 Les résidants de cette institution se nomment « les Villageois », en rapport avec sa forme d’organi (...)
  • 34 Créée en 1958, cette association se nommait alors l’association genevoise des parents d’enfants ina (...)
  • 35 Cet internat avait été créé en 1929 par le patronage des enfants arriérés. Par ailleurs, au niveau (...)

85Cette institution se présente sous la forme d’un village, avec des habitations, des ateliers dans lesquels travaillent les villageois33 (poterie, menuiserie, tissage, etc.), des installations sportives, des commerces et une exploitation agricole. Elle a été créée en 1960 de la volonté de l’Association genevoise de parents et d’amis de personnes mentalement handicapées (APMH)34, afin de contribuer à l’intégration sociale et économique de personnes en situation de handicap. Avant cette date, à l’exception d’un petit internat de 20 places35 pour les enfants, les personnes présentant une déficience intellectuelle, enfants et adultes, vivaient à Genève dans leur famille ou bien en hôpital psychiatrique. L’institution B a été la première institution du Canton pour les adultes ayant un handicap mental. En effet, comme nous l’avons déjà mentionné, ce n’est qu’en 1980 que l’Etat de Genève crée un établissement public socio-éducatif à leur intention. Cette institution a suivi les préceptes de l’anthroposophie pendant trente-sept ans. Sa volonté initiale était d’être autonome et non soumise au contrôle de l’Etat, c’est pourquoi elle n’était pas subventionnée par le canton de Genève, qui a néanmoins mis le terrain à disposition au moment de sa création. C’est ainsi que la vie s’y organise en quasi-autarcie, l’institution comprenant en outre une administration, une église et un cimetière.

86Peu à peu des divergences sont apparues entre les collaborateurs et les parents des personnes en situations de handicap, notamment sur la gestion de l’institution et sur l’accompagnement des résidants.

87C’est pourquoi en 1995, un nouveau directeur externe à l’institution est nommé, qui réorganise les prestations et l’accompagnement des résidants ainsi que le fonctionnement institutionnel avec de nouvelles règles et structures, abandonnant au passage la philosophie anthroposophique. Les locaux et les méthodes d’accompagnement vont s’adapter progressivement, non seulement au vieillissement de la population, mais aussi aux exigences de l’OFAS et du canton de Genève, qui devient un financeur. L’institution s’ouvre davantage à la vie extérieure en organisant pour ses résidants des activités externes.

  • 36 Les Compagnons sont des personnes en situation de handicap travaillant dans l’institution, mais hab (...)

88Cette institution B accueille actuellement 115 villageois et 15 compagnons36, encadrés par 165 collaborateurs, dans 17 lieux de vie. Elle est certifiée ISO 9001, ISO 14001, OFAS-AI 2000 et Eduqua. Les résidants sont âgés de 18 ans à plus de 65 ans, et leurs problématiques principales, outre la déficience intellectuelle, sont les troubles du comportement et les troubles du spectre de l’autisme. Dans son accompagnement aux personnes, l’institution s’appuie maintenant notamment sur les références du modèle systémique, du Processus de Production du Handicap (PPH, 1998) et de la formation des adultes.

89L’institution est organisée en différents secteurs : homes et soins, ateliers et vente, culture et sport.

90Le secteur des homes et soins s’occupe de la gestion du quotidien dans les 17 lieux de vie. Le secteur des ateliers et vente se compose de trois départements de travail et d’un département de développement. Les départements de travail sont les suivants :

  • le département agroalimentaire comprend une ferme destinée à la production de viande d’élevage, des cultures maraîchères et de la vente sur les marchés ;

  • le département artisanat offre des ateliers de textile, menuiserie et poterie ;

  • le département restauration est composé d’une boulangerie, d’une épicerie, d’un restaurant, de travaux de conditionnement, et d’une boutique en ville de Genève.

91Quant au département de développement (atelier polyvalent), il comprend des activités telles que la fabrication de bougies, de savons, d'allume feu pour barbecues, de papiers-cartes et de windowcolors (motifs destinés à la décoration de vitres par exemple).

92Enfin, le secteur culture et sport, directement impliqué dans cette recherche, se décline en trois pôles :

  • Le centre de formation (fréquenté par 47 villageois) offre des cours dans des domaines tels que le français, l’écriture, les mathématiques, l’informatique, l’histoire, la géographie et l’accueil/vente. Une unité multimédia permet également l’apprentissage des techniques audiovisuelles. De plus, plusieurs prestations proposées par des personnes externes sont offertes aux résidants, telles que des cours de théâtre, de ballet-jazz, des formations de chant ou d’instruments de musique, du yoga, etc.

  • Les prestations sportives (fréquentées par 20 villageois) sont diverses et s’adaptent aux différentes saisons.

  • Les structures participatives (fréquentées par 20 villageois) se composent du Conseil des Villageois et Compagnons (CVC), avec son Bureau et ses commissions, et de l’Assemblée des Villageois et Compagnons. Ces structures sont détaillées au chapitre suivant.

Informations sur les espaces collectifs d’expression de l’institution B

  • 37 Les données inscrites en italique sont extraites de l’entretien avec les deux animatrices de l’inst (...)

93Ces informations sont issues des données des questionnaires reçus lors de la première phase de notre recherche, ainsi que des informations récoltées lors de l’entretien avec les animatrices, qui se nomment coachs37.

94Les structures participatives de l’institution B sont le Conseil des Villageois et Compagnons qui est composé de neuf membres élus tous les deux ans – que nous avons observé plus particulièrement dans le cadre de cette recherche –, avec son Bureau (quatre membres) et ses Commissions de travail (environnement ; culture, sport & loisirs ; citoyenneté). L’Assemblée des Villageois et Compagnons est composée de tous les villageois et compagnons, elle se déroule dans la Mairie deux fois par année. La Mairie, lieu symbolique où s’exerce la vie participative du village possède son propre bâtiment ; les différentes séances précédentes s’y déroulent.

95Le Conseil des Villageois et Compagnons est le lieu où se déroulent les débats, le Bureau étant l’organe exécutif. L’accompagnant professionnel est nommé « coach ». Leur modèle d’accompagnement pour ces groupes est celui des « People first ».

C’est vrai que je me suis basée beaucoup sur les mouvements « People first » qui sont apparus aux Etats-Unis dans les années septante, les différents groupes qui existent en Europe, notamment en Belgique ou en France, où là il y a des législations qui imposent ce genre de Conseil des Résidants et c’est vrai que je me suis beaucoup basée là-dessus. J’ai pris des informations un peu à gauche à droite, il y a notamment Inclusion Europe qui font beaucoup au niveau de l’autoreprésentation, en tout cas sur leur site internet. (A1_B)

96Dans le secteur « homes et soins » il existe dans certaines des résidences des lieux d’expression collectifs qui visent le « bien vivre ensemble ». Il s’agit d’espaces de régulation informels différents selon les lieux et les éducateurs qui les accompagnent. Ces espaces d’expression ne sont pas formalisés.

Groupe observé : Le Conseil des Villageois et Compagnons

Historique et objectifs

97Cet espace collectif a été initié en janvier 1999 par le directeur et le Conseil de l’institution B, suite à la mise en place du projet institutionnel de 1998. L’objectif que ces derniers ont défini est la participation des villageois et compagnons aux décisions concernant l’organisation de l’institution.

98Ce sont tous les villageois et les compagnons qui votent et élisent ce Conseil suite à une campagne électorale des candidats. Lors des premières élections, tous les villageois et compagnons pouvaient se porter candidats à l’élection. Par la suite, il a été décidé que seuls les villageois et les compagnons ayant des compétences suffisantes, pourraient participer au processus électoral.

Le Conseil des Villageois 2003-2005 a travaillé sur l’élaboration d’un référentiel de compétences, dont les membres du Conseil auraient besoin pour accomplir… Donc on a un minimum de compétences à obtenir, on a un test que chaque villageois passe. S’ils obtiennent un certain pourcentage de réponses positives, à ce moment-là, ils peuvent participer au processus électoral. (A1_B)

99Les animatrices expliquent le processus électoral et décrivent ainsi cette sélection :

Les villageois doivent suivre plusieurs étapes. La première étape, c’est une inscription sur la liste électorale, qui implique une évaluation de leurs compétences. Ça, ça a été mis en place en 2004, 2005, […], où on a mis en place une évaluation des compétences minimum, en lecture et en compréhension, principalement […]. Le type de questions, c’est lecture d’une phrase simple, lecture d’une phrase compliquée, compréhension d’exercices [...], compréhension de consignes simples, compréhension de consignes compliquées. Voilà on ne demande pas d’écriture, mais la lecture [...]. Donc une bonne expression orale peut compenser l’aspect de non-lecteur. (A1_B et A2_B)

100Ainsi ceux qui souhaitent être candidats doivent réussir au préalable une évaluation, menée par un collaborateur du secteur culture et sports.

101Le Conseil élu comprend un président (aussi nommé maire du village), un vice-président, un secrétaire et un vice-secrétaire, formant le Bureau et cinq autres membres. Il n’y a pas de souhait de représentativité par rapport à des groupes particuliers, les élus représentent l’ensemble du village et des compagnons. La campagne électorale défend des thématiques spécifiques que chacun promeut ; une aide peut être offerte pour cette campagne (slogan, affiche, préparation des communications, etc.).

Ils représentent plutôt des thèmes, des thèmes spécifiques. Là dans ce groupe, on a un compagnon qui a été élu, donc lui c’est plutôt le représentant des compagnons, des personnes extérieures. Joël, lui ce sera plutôt du côté des aînés, et l’aspect plutôt sécurité. Après il y avait Jérôme par rapport au centre de rencontres, des réunions,… (A1_B)

Thèmes

102Le Conseil aborde des thèmes tels que l’environnement, la citoyenneté, la formation, le sport, la culture et les loisirs. Cependant, le travail, l’offre de formation et l’offre de loisirs et de sports mobilisent davantage de personnes.

Fonctionnement

103Le Conseil se réunit deux fois par mois (mercredi de 8h30 à 9h30 à la Mairie), et le Bureau se réunit tous les jeudis. Le Conseil des Villageois élu désigne en son sein les membres du Bureau. Le Conseil fait le lien entre les demandes et besoins des villageois et compagnons et la direction de l’institution B, l’inverse peut aussi exister. Le Bureau est l’organe exécutif. Les membres du Conseil des Villageois et Compagnons siègent dans des commissions : environnement, culture, sport & loisirs, citoyenneté selon leur intérêt. Les autres membres de ces commissions sont des villageois non élus qui manifestent un intérêt pour le thème abordé et souhaitent participer. Ils peuvent s’annoncer ou être co-optés par un membre de la commission, et cet intérêt est formalisé par une inscription.

Il y a au minimum un représentant du Conseil [par commission], ce qui permet de faire le lien… Et c’est le Conseil qui détermine les thèmes des commissions… (A1_B)

104De plus, ce Conseil nomme deux représentants qui siègent au Conseil de Fondation de l’institution B.

105Une personne en situation de handicap anime la séance avec l’animatrice. Celle-ci se déroule en fonction de l’ordre du jour défini lors de la séance précédente, et des différents PV. Cet ordre du jour est préparé par les membres du bureau avec l’aide de l’animatrice. Le président veille à son respect. Les prises de parole se font à la demande des participants.

106S’ils n’utilisent pas d’outil de communication alternatif (pictogrammes, photos, etc.), un ordinateur avec grand écran peut être utilisé pour présenter les informations de façon visuelle et synthétique en cours de séance. Ces présentations sont faites sous forme de présentation PowerPoint avec des images.

107Une des animatrices décrit comment elle accompagne les membres d’une commission pour une présentation de leurs activités lors de l’Assemblée du Village ; cela se déroule au moment des cours du centre de formation ou entre les séances des différentes commissions :

Et c’est vrai qu’il peut y avoir d’autres interventions, entre les séances, donc pour une intervention, par exemple à l’Assemblée du Village, si le résidant souhaite présenter un sujet ou un thème, il peut y avoir pendant la séance une présentation… on réalise ensemble un powerpoint par exemple, là ce matin on a fait quatre slides, les résidants ont choisi les phrases, le message qu’ils aimeraient transmettre pendant l’Assemblée du Village. On a cherché des photos qui mettent en valeur le message qu’ils souhaitent transmettre, pour qu’il y ait justement un message visuel qui accompagne un texte,… (C2_B)

108En février 2010, un premier bulletin d’information trimestriel du Conseil des Villageois et Compagnons a été distribué à tous les villageois et compagnons, dans le but d’informer sur le travail effectué par les membres du Conseil, du Bureau et des commissions.

109En septembre 2011 ont eu lieu les élections pour la période de 2011 à 2013 du Conseil des Villageois et Compagnons, lors d’une Assemblée des Villageois et Compagnons (semestrielle).

110Ainsi, il existe dans l’institution B, trois structures participatives pour les villageois et compagnons qui sont imbriquées les unes aux autres : l’Assemblée des Villageois et Compagnons est semestrielle, le Conseil des Villageois et Compagnons ainsi que les trois commissions de travail sont bimensuels, et le Bureau est hebdomadaire. Leurs séances se déroulent toutes dans la Mairie.

Modalités d’adhésion et de participation

111L’adhésion au Conseil des Villageois et Compagnons se fait comme cela a été dit précédemment par élection suite à une campagne électorale des candidats. La candidature est conditionnelle, elle requiert un minimum de compétences d’expression verbale, de compréhension et de capacité de lecture, définies selon un référentiel de compétences. Ces aptitudes sont évaluées préalablement par un membre du personnel du secteur culture et sports.

112La révocation pour faute grave peut se faire en tout temps par l’Assemblée des Villageois et Compagnons. Les élus participent d’office aux séances du Conseil des Villageois et Compagnons, alors que pour les commissions, il s’agit d’inscriptions après s’être annoncés ou avoir été co-optés par un membre de la commission. Il y a un système de gestion des présences. On peut se retirer en démissionnant.

113Il existe un règlement écrit du Conseil et un PV est pris par une personne en situation de handicap et l’animateur ; celui-ci est diffusé aux participants, au personnel, aux personnes en situations de handicap non participant, et à la direction.

Légitimité du groupe

114Par son mode d’adhésion par élection, le Conseil des Villageois tire sa légitimité de la représentation. Il s’agit d’une représentation sans réelle représentativité, puisque l’éligibilité dépend des facultés du candidat, et non d’une répartition équitable des unités ou types de déficience. Cette légitimité du groupe l’incite parfois à un certain élitisme.

Evolutions

115Depuis sa création, des changements ou évolutions sont apparus : la création de commissions de travail en fonction des thèmes définis par le Conseil, mais aussi le type d’animation, les sujets abordés et la prise de parole, ainsi que l’augmentation de la fréquence des séances, qui comptent désormais comme heures de travail.

Décisions

116Les décisions sont prises par consensus et vote majoritaire, sont transmises à la direction et engagent l’institution sur le plan socio-éducatif du moins, car en réalité aucun engagement légal ni formel n’existe. Parfois, celle-ci refuse des demandes, par exemple, un terrain de motocross.

117Le suivi des décisions se fait par un membre du personnel éducateur, un cadre intermédiaire, le directeur et le Conseil de Fondation de l’institution B. Des membres du Conseil des Villageois sont impliqués dans le suivi des décisions : deux d’entre eux participent aux séances de ce Conseil de Fondation à titre consultatif comme représentants des autres villageois et compagnons.

Réalisations

118Des réalisations concrètes sont issues de cet espace collectif d’expression, telles que le changement d’horaire de travail, la création de terrains de pétanque, le passage du bus 43 dans le village, le changement du nom des maisons, le développement du sport au village, ou encore la création du centre de formation interne.

Apports et inconvénients

119En termes d’apports pour les personnes en situation de handicap membres de cet espace d’expression, il s’agit de pouvoir participer aux décisions de l’institution, de se responsabiliser et de se former de manière continue, d’être à l’écoute des besoins et envies des psh non-membres et d’évaluer la faisabilité des requêtes. Les membres étant amenés à participer à ces espaces collectifs sur inscriptions et élections, et ces fonctions étant occupées durant des heures de travail et considérées comme telles, il n’y a aucun inconvénient.

120Pour les psh non-membres, les apports sont l’identification des besoins et des envies, ainsi que la proposition continue d’améliorations et/ou de prestations demandées, dans la mesure du possible et en partenariat avec la direction.

121Pour les animateurs et le personnel accompagnant en général, les apports se situent dans les onze années d’expériences de la vie des structures participatives. Un des avantages est de pouvoir calquer les pratiques professionnelles au plus près des concepts novateurs en termes d’espaces collectifs d’expression, de participation sociale et d’autodétermination.

122Enfin pour l’institution, l’apport est de pouvoir développer de manière évolutive le projet institutionnel et le projet pédagogique, en fonction de ces concepts.

Observations de deux séances du Conseil des Villageois et Compagnons

Observation T1 (22.11.11)

123Les chercheurs ont observé le Conseil du mardi 22 novembre 2011, de 8h30 à 9h30. Il est important de mentionner qu’il est constitué d’une nouvelle équipe élue lors de la dernière élection de septembre 2011. Sur les neuf élus, quatre sont nouveaux ; le Bureau a entièrement été renouvelé, la présidente faisant déjà partie du Conseil précédent.

124Les neuf élus sont présents ainsi que l’animatrice. Celle-ci et la présidente arrivent un peu en avance, les autres sont à l’heure. L’animatrice s’installe au bout d’une table avec la secrétaire à sa gauche, elle met en place le matériel informatique avec un projecteur et elle a pris avec elle des photocopies des PV des séances précédentes et l’ordre du jour de cette séance. La présidente s’assied en face d’elle, avec à sa gauche le vice-président. Le Conseil est composé de six hommes et de trois femmes. L’ambiance est cordiale avec un accent sur le bon déroulement de la séance. Un bon accueil est réservé à l’équipe de recherche, les participants connaissent la raison de leur présence et les acceptent volontiers ; les chercheurs restent en retrait.

125Le but de cette séance est de préparer l’ordre du jour et la participation des membres du Conseil à une séance de l’Assemblée des Villageois et Compagnons qui se déroulera deux jours après ; cette séance est en grande partie animée par les membres du Conseil des Villageois et des Compagnons. C’est l’animatrice qui rappelle aux membres le timing de la séance du Conseil de ce jour, l’heure de la pause et le début de la séance suivante, le focus group avec les chercheurs. Le rôle de procès-verbaliste est déjà attribué, c’est la secrétaire élue qui a un cahier spécial pour ce faire ; elle rédigera le PV dans un deuxième temps avec l’aide de l’animatrice.

126L’ordre du jour de la séance est annoncé par l’animatrice qui en fait la lecture. Cet ordre du jour est distribué aux participants (un sur deux pour l’économie de papier), tout comme le sera la préparation de la séance de l’Assemblée des Villageois et Compagnons préparée à l’avance par l’animatrice et la présidente sur un support powerpoint. Les documents écrits distribués sont donc projetés sur un grand écran tout au long de la séance pour ceux qui préfèrent voir le texte en grand et en couleur. L’ordre du jour suit la même trame à chaque séance du Conseil (lecture du PV de la séance précédente, retour sur le bureau et les différentes commissions, thème à traiter décidé par le bureau, clôture de séance).

127Le thème traité dans la séance du jour est consacré à la préparation de l’Assemblée des Villageois et Compagnons. L’ordre des points présenté suit celui apparaissant sur le powerpoint ; c’est la présidente qui annonce spontanément les points à traiter, l’animatrice l’aide dans la distribution de la parole qu’elles donnent toutes deux à peu près également, l’animatrice accordant une attention aux personnes ayant plus de difficulté à s’exprimer. Celle-ci explique les mots compliqués ; de même, plusieurs membres reformulent quand l’expression verbale de l’un ou l’autre n’est pas très claire. La séance débute avec la lecture du PV de la séance précédente par un des membres, puis les thèmes prévus sont traités. Elle commence et se termine à l’heure prévue.

128Huit des neuf membres s’expriment, une personne ayant des difficultés à s’exprimer ce jour-là. Chacun accorde une grande attention au bon déroulement de la séance et à l’ordre du jour. Les participants manifestent des attitudes corporelles d’écoute et de respect tout au long de la séance. Ils parlent rarement en même temps et plusieurs lèvent la main pour s’exprimer. La séance est axée sur les objectifs de travail annoncés. Les participants sont en général au courant des sujets à l’ordre du jour. Pour certains sujets, comme les rapports des commissions, l’animatrice n’a pas plus d’informations que les autres participants qui ne font pas partie de cette commission. Pour d’autres sujets, elle fait un intense travail d’information : son rôle d’animatrice se transforme alors en celui de représentante de l’institution qui informe les résidants de ce qui va se passer (par exemple pour les fêtes de Noël) ; elle donne les informations cadres qui permettent aux discussions de partir dans la bonne direction, ou oriente vers les bonnes ressources lorsque des questions surgissent. Selon le diagramme de communication établi par les chercheurs, ses interventions ne sont pas plus fréquentes que celles d’autres membres du groupe, et elle n’a pas un rôle de médiatrice entre les membres, ni de distribution de la parole.

129Cette séance laisse peu de place au silence et aux désaccords possibles, l’ordre du jour étant très dense. L’expression y semble cependant assez libre. Une occasion est fournie de comprendre comment sont traités les désaccords ou questionnements des membres du groupe lorsque les deux représentants du Conseil des Villageois et Compagnons qui siègent au Conseil de Fondation, expriment leur difficulté à être entendus lors des communications dans cette instance décisionnelle. Comme les sujets de discussion abordés au Conseil de Fondation sont confidentiels, ils hésitent à en reparler au CVC par la suite. Un autre membre soutient leurs propos en disant qu’« en général, les villageois sont peu entendus et qu’ils doivent répéter, répéter,… ». L’animatrice propose de mettre ce thème à l’ordre du jour d’une prochaine séance, ce que le groupe accepte. Le groupe s’autorégule au niveau de la prise de parole et du suivi de l’ordre du jour et des thèmes à traiter ; en effet ce sont plusieurs membres du groupe qui interrompent les personnes qui font des digressions.

130Outre la préparation complète de l’Assemblée des Villageois et Compagnons qui occupe la majeure partie de la séance, le groupe prend la décision d’interrompre la commission citoyenneté et porte-voix par manque de personnes intéressées à y participer, et celle de traiter lors d’un prochain conseil du thème de « comment être entendu ». Ces décisions se prennent suite à des propositions de l’animatrice ou de la présidente, les autres membres y adhèrent sans opposition.

Observation T2 (06.03.12)

131Cette séance a lieu trois mois après la précédente à laquelle nous avons assisté. Tous les membres du Conseil sont présents et à l’heure. Un membre de la direction de l’institution B participe à une partie de la séance pour la préparation d’une fête qui se déroulera dans le village et implique son secteur d’activité, les résidences. L’animatrice et la secrétaire occupent les deux mêmes places en bout de table ; en face de l’animatrice se trouve le vice-président, lui-même à droite de la présidente. L’animatrice distribue l’ordre du jour et le procès-verbal de la séance précédente sous forme papier uniquement.

132L’ordre du jour est le suivant : lecture du PV de la séance précédente, retour sur le bureau et les différentes commissions, thèmes à traiter décidés par le Bureau, clôture de séance. Les thèmes de cette séance sont : accueil d’une personne atteinte du spectre de l’autisme au Conseil des Villageois et Compagnons, fête du Village, centre de rencontre, démission de l’animatrice. Ce dernier point est nommé avec émotion et suscite des réactions des membres. L’ordre du jour annoncé est respecté. Les thèmes sont amenés au fur et à mesure de la séance par la présidente avec l’aide de l’animatrice lorsque cela est nécessaire, cette dernière intervenant peu.

133Six des membres s’expriment spontanément au cours de la séance, trois ont eu besoin d’aide pour s’exprimer et donner leur point de vue. Certains membres s’expriment plus souvent que d’autres. Cependant la parole de chacun est considérée et prise en compte, et plus particulièrement valorisée pour ceux qui s’expriment le moins.

134La conversation s’anime autour des propositions pour la fête du Village, les stands, les animations, le repas, la présentation du village, des maisons, des activités réalisées dans les ateliers, des projets des maisons, mais aussi l’invitation des familles, des associations, des enfants, etc. L’animatrice encourage la prise de parole par « brainstorming » sur ce sujet, elle donne le rythme et encourage à donner des idées sans juger ou commenter l’idée à ce stade de la préparation. Une régulation se fait entre les membres du groupe qui encouragent chacun à s’exprimer y compris les moins loquaces.

135La présidente présente le questionnaire réalisé au sujet du centre de rencontres debout devant le groupe ; elle demande l’aide de l’animatrice lorsqu’elle s’égare et celle-ci l’aide à retrouver le fil de son discours.

Présidente Alors j’aimerais un peu vous parler de la création du centre de rencontres. Et ça tombe bien que tu sois là, T. [responsable du secteur des résidences]. Donc en fait on a fait un questionnaire qu’on va envoyer dedans toutes les maisons, pour… auquel vous pourriez tous répondre. Après le questionnaire doit être, comment on dit, euh… Il peut nous le ramener à la mairie.

A1_B A la mairie.

Présidente Donc en fait il y a des questions : pour lequel but, ce centre de rencontres peut être… on va pas dire utiliser, peut être…

A1_B Oui, pourrait être utilisé.

Présidente A quel but ce centre de rencontres peut être utilisé ? est-ce que vous voudriez y participer : avec toute notre maison, juste la moitié, ou, autres, quelques autres, locataires ? J’arrive plus à trouver mes mots…

[…)

Présidente Après, derrière, il y a les heures, à laquelle je vous ai un peu proposé. Il y aurait le samedi après-midi, ou voire, le soir jusqu’à, jusqu’à très tard, si c’est faisable. Après bon ben y a autres possibilités, hum… Après j’ai de la peine, là, j’arrive plus…

136Nous retrouvons dans cette séance la même ambiance d’accueil, de respect et d’écoute que lors de la précédente rencontre que nous avons observée. Ni en retrait, ni trop en avant, l’animatrice adopte une position médiane. Une personne extérieure qui arriverait en milieu de séance mettrait un moment avant de découvrir que c’est elle l’animatrice du groupe.

137L’expression de désaccord est possible : par exemple au sujet de la fête du Village, une personne exprime son désaccord quant au choix du jour de la fête le week-end. Elle est entendue et des explications lui sont fournies quant à ce choix. Ensuite, elle semble les accepter et se propose même dans un premier temps pour être membre du comité d’organisation de la fête ; elle se retirera par la suite.

138Une décision est prise dans cette séance au sujet d’une représentation d’un membre du Conseil des Villageois et Compagnons à un comité d’organisation de la fête du Village. Cette décision prise par votation à main levée nécessitera deux tours de tables. Le rôle de ce représentant n’est pas très clair pour les chercheurs : qui représente-t-il (villageois, Conseil des Résidants) ? Comment consulter les autres villageois ou les autres membres du Conseil des résidants ? Doit-il ramener les décisions prises au Conseil ? Qui prend les décisions (le Conseil de Fondation, les membres de la direction, le comité d’organisation) ?

139Un membre propose que les villageois soient consultés lors de l’Assemblée du Village : cette proposition est refusée par la membre de la direction présente sous motif d’une difficulté de débattre en ce lieu comprenant beaucoup de personnes. Mais n’était-ce pas le meilleur lieu de consultation ?

Daphné Ce que je peux te proposer, là où on peut parler où il y a tout le monde, et où tout le monde peut entendre, si on veut bien entendre, c’est l’Assemblée du Village, où on peut bien en parler.

T. Oui mais on n’aura pas forcément le retour des idées, donc l’idée c’est que vous puissiez en discuter peut-être dans les maisons, et…

A1_B Que vous fassiez remonter les choses…

T. Et que vous fassiez remonter ce que les autres…

140Comme la fois précédente cette séance commence et se termine à l’heure annoncée et tous les thèmes prévus ont été traités.

Informations sur l’institution C

141L’institution C a été créée en 1946 selon des préceptes anthroposophiques, et accueillait alors des enfants ayant une déficience intellectuelle. Dès 1985 cette institution introduit la sociothérapie, et change de nom. En 1988 elle devient une fondation de droit privé, et dès 1994, n’accueillera plus que des adultes. A partir de 1998, après des transformations et des constructions, l’institution peut accueillir 80 personnes, dont quatre externes. Une ferme attenante au bâtiment principal a été inaugurée en 2006. L’institution est certifiée OFAS/AI 2000, en 2002 puis recertifiée en 2009. C’est un lieu de vie, de travail et de culture, favorisant l’épanouissement des adultes accueillis : les résidants sont âgés de 18 ans à plus de 65 ans, et leurs problématiques principales, outre la déficience intellectuelle, sont les troubles psychiques et les troubles du comportement.

142L’institution s’appuie sur les références des modèles psychanalytique et systémique, de la Valorisation des Rôles Sociaux, ainsi que sur la pédagogie curative et la sociothérapie d’orientation anthroposophique.

143L’institution C se compose de deux sites autonomes, le bâtiment principal et une ferme située en contrebas. Le bâtiment principal accueille deux groupes de résidants dans ses murs, et cinq groupes de résidants sont répartis dans de nouvelles maisons ; quatre personnes sont logées dans un foyer décentralisé. Ces différents lieux de vie correspondent au domaine socio-éducatif.

144La ferme accueille une partie des activités du domaine socio-professionnel : les ateliers agricoles tels que les cultures, l’élevage, le bois de cheminée, les parcs animaliers, et les ateliers hôteliers, tels que la cuisine, le restaurant, le magasin et la boulangerie. D’autres ateliers artisanaux (bois, « Lez’Arts », créativité, jardin, tissage, transformations) sont situés dans le bâtiment principal.

145Le domaine médico-thérapeutique recouvre les prestations d’infirmerie, thérapies et diététique. Le domaine socio-culturel se compose des arts, de la culture et de la formation, ainsi que du Conseil des Résidants. A ces quatre domaines s’ajoutent l’administratif et les services (conciergerie, entretien, buanderie, cuisine).

Informations sur les espaces collectifs d’expression de l’institution C

146Les données présentées ci-après sont issues non seulement des questionnaires, mais aussi des différents entretiens.

147Il existe différents lieux d’expression dans cette institution : les colloques de résidants ont lieu par maison ; les Ouvertures sont des séances pour débuter la semaine ; le groupe Ecoute est un lieu d’expression libre ; la Plénière regroupe tous les membres de l’institution ; le Conseil des Résidants est un organe représentatif ; de plus, des commissions de travail sont issues du Conseil, à savoir la commission Journal et la commission Biographie ; et le groupe Culture.

148Nous décrirons à la suite uniquement l’espace d’expression collectif observé « le Conseil des Résidants », ce groupe est étroitement articulé avec les groupes « la Plénière » et « les Ouvertures ». ici trois espaces d’expression : les Ouvertures, la Plénière, et le Conseil des Résidants, les deux premiers étant complémentaires et articulés avec l’espace collectif d’expression observé dans le cadre de notre recherche, soit le Conseil des Résidants.

Groupe observé : Le Conseil des Résidants38

Historique et objectifs

149Le Conseil des Résidants a été mis en place en juin 2007, en même temps que la Plénière des Résidants, à l’initiative d’une étudiante, sur demande des résidants et en lien avec les normes de l’OFAS. Le but de ces espaces est de favoriser la prise de conscience de la collectivité résidentielle afin de développer chez chaque résidant sa vision de l’institution et de la place qu’il occupe ; de développer l’autodétermination, de favoriser l’apprentissage des notions de citoyenneté et de représentativité, ainsi que la participation des résidants aux décisions et choix institutionnels. Ces objectifs ont été définis par une commission de travail mandatée par le groupe de sociothérapie.

Fonctionnement

150Le Conseil a lieu une fois par mois pendant une heure, en alternance avec le groupe Ecoute, le groupe Culture et les commissions, et réunit dix membres et deux collaborateurs. La première fois, l’élection des membres s’est faite par votation, pour trois ans. Puis, pour la période de 2010 à 2013, le système a été un peu modifié : il y a eu nomination d’un représentant par lieu de vie, soit huit représentants, et une secrétaire et une trésorière. Chaque lieu de vie a choisi la manière de nommer son représentant au Conseil. Dans certains cas, il s’est agi d’un choix collectif après concertation des habitants du lieu de vie ; dans d’autres lieux le choix a été fait par votation des résidants ; dans une des résidences, il y a eu une alternance de fonction entre deux personnes qui se sont proposées, l’une a quitté sa fonction de représentante et est devenue secrétaire, sans voix de vote toutefois.

151C’est un éducateur qui anime la séance à partir d’un ordre du jour, complété en début de séance par la récolte d’autres points éventuels. Une praticienne en communication facilitée est présente.

Thèmes

152Les thèmes abordés sont divers : il s’agit par exemple de l’accès à la TV et aux médias, du concept du travail, des droits et devoirs des résidants et des collaborateurs, des « salaires » des résidants, des sorties institutionnelles, de l’organisation de l’Ouverture, de la préparation des fêtes de départ de résidants ou de membres du personnel, les trois premiers ayant mobilisé davantage les résidants.

Modalités d’adhésion et de participation

153Il existe un règlement écrit, et un PV est pris par la secrétaire. Le PV est diffusé à tous les collaborateurs et résidants par les voies de communication habituelles de l’institution.

Légitimité du groupe

154Il s’agit d’un groupe dont la légitimité est basée principalement sur la représentativité. Chaque maison (unité d’hébergement) envoie un représentant au Conseil des Résidants. Le mode de désignation du représentant peut varier d’une maison à l’autre, mais il est attendu du représentant qu’il fasse un retour du Conseil à sa maison et inversement qu’il porte les préoccupations de sa maison au Conseil.

Décisions et réalisations

155Des propositions peuvent être soumises à la direction : un membre du groupe est mandaté pour apporter tel point dans les organes concernés.

156Les réalisations concrètes se font dans la Plénière des résidants. Le Conseil apporte les propositions ou recommandations dans ce second lieu qui fera les propositions finales. Ainsi, les réalisations concrètes sont celles mentionnées pour la Plénière des résidants (salaire, sortie institutionnelle négociée), le Conseil étant une sorte de courroie de transmission vers ce groupe élargi.

Apports et inconvénients

157Les apports pour les résidants membres du Conseil sont : l’apprentissage des règles de conduite des réunions et une meilleure compréhension des responsabilités de chacun et de leur rôle de représentant. Dans l’ensemble, les résidants qui y participent se sentent valorisés. Un des inconvénients repérés est la difficulté pour les résidants les plus autonomes et indépendants de partager le Conseil avec des personnes plus dépendantes et de devoir s’adapter et respecter leur rythme plus lent ou leurs difficultés de compréhension et d’expression.

158Pour le personnel éducatif, l’apport est d’être témoin d’une expérience démocratique en devenir, la difficulté étant de faire passer le message au reste de l’institution. Pour le personnel qui n’accompagne pas ce Conseil, l’inconvénient est qu’il leur est difficile de saisir l’importance de cette expérience, ne l’ayant pas vécue.

159Et pour l’institution, en regard de la démarche de qualité et du contexte actuel en faveur de l’autogestion, le Conseil vient combler le vide en termes d’organe représentatif de l’ensemble des résidants.

Observations de deux séances du Conseil des Résidants

Observation T1 (07.02.12)

160Lors de la première séance du Conseil des Résidants observée (T1), sept personnes en situation de handicap sont présentes, ainsi que trois professionnels. Les membres du Conseil sont donc ce jour-là constitués de six représentants et de la secrétaire, accompagnés d’un animateur principal, d’un éducateur en formation et d’une praticienne en communication facilitée.

161Les résidants n’ont pas tous les mêmes capacités d’expression : trois femmes s’expriment de manière aisée, un homme s’exprime facilement quoiqu’on le comprenne un peu moins bien, une femme et deux hommes s’aident de la communication facilitée pour s’exprimer.

162Ils s’installent dans une grande salle de l’institution, autour d’une grande table ovale. La secrétaire, qui prend le PV, est assise à côté de l’animateur principal ; en face a pris place l’éducateur en formation ; la praticienne en communication facilitée s’est assise entre deux participants qui ont besoin de son aide pour s’exprimer.

163La séance débute par la lecture d’un texte écrit par une résidante, texte qui sera relu également en fin de séance pour clôturer, et qui rappelle les objectifs de ce Conseil :

  • 39 Texte lu au début et à la fin du Conseil des Résidants, écrit par une participante.

164Le Conseil est dans le but de responsabiliser chacun face à la représentativité de tous dans l’institution. En faire partie donne la possibilité de faire avancer les projets et autres idées en s’investissant à fond dans ce que l’on fait. Chacun de ses membres se doit d’être au maximum de son imagination pour pouvoir créer et réaliser des souhaits.39

165L’animateur annonce l’ordre du jour : il s’agit de rendre compte des résultats d’un questionnaire envoyé aux résidants et aux professionnels, concernant la séance du lundi matin, l’Ouverture, et de déterminer les recommandations du Conseil pour les transmettre ensuite à la direction. Il contextualise le thème : il y avait eu une enquête sur l’ancienne forme des Ouvertures, et là il s’agit de faire le bilan de la nouvelle forme en place depuis cinq mois, en proposant si nécessaire des améliorations.

166Avant de traiter ce thème, il s’informe du courrier éventuel reçu (ce n’est pas le cas), et propose un tour de table pour voir si quelqu’un a des points à aborder. Nominativement, chacun son tour est invité à s’exprimer : il n’y aura pas d’ajouts à l’ordre du jour.

  • 40 Organe composé des cadres des différents domaines et du directeur, dans le but d’avoir une vue d’en (...)

167Il commence par lire les résultats des questionnaires, chacun intervient et commente spontanément, puis il précise que le Conseil peut faire des propositions d’améliorations qui seront transmises directement au Groupe de gestion institutionnelle40.

  • 41 A1_C = animateur 1 de l’institution C (éducateur) ; A2_C = animateur 2 de l’institution C (praticie (...)
  • 42 Passages en italique : extraits de la retranscription de la séance du Conseil des Résidants.

A1_C41 […] Donc voilà, là il y a tout un ensemble de propositions qui sont assez riches ! Très originales. Comment est-ce qu’on va faire avec tout ça, maintenant ?42

[…]

A1_C […] Alors quand on arrive, l’arrivée, ce qui serait bien… qu’est-ce que vous en pensez : pour commencer à 9h15, il faut quoi ?

Kate 9h15, être à l’heure

Thérèse Non, il faut être à 9h10 dans la grande salle

Kate 9h10

A1_C 9h10 dans la grande salle. Voilà, ça c’est… Donc ça, c’est les propositions du Conseil.

Thérèse Là je dois noter quelque chose, ou… ?

A1_C Non je note… Oui tu peux

[…]

A2_C Alors peut-être au niveau de la disposition, est-ce qu’il y a quelque chose à revoir ?

A1_C Voilà, est-ce que…

Thérèse Est-ce qu’on se met en demi-lune ? En demi-cercle ?

A1_C Parce que la forme du cercle…

Noémie Ben en demi-lune

A1_ C… ça invite à ce qu’il y ait quelque chose au-milieu.

Kate Ouais c’est ça.

A1_ C Alors est-ce qu’on propose de changer totalement la forme ?

Noémie On fait une demi-lune

Kate Changer totalement la forme

A1_C On fait une demi-lune ?

Plusieurs parlent en même temps

Mathieu Oui

Noémie Celui qui prend la parole, il va devant. Comme ça, c’est mieux.

[…]

A1_C […] 9h10 tous ensemble, on propose une forme en demi-lune. On est d’accord tout le monde, avec ça ?

Plusieurs Oui, oui.

168Quatre propositions seront finalement retenues (horaire, disposition, animation, prise de parole), et une représentante accompagnera l’animateur pour les présenter au groupe de gestion institutionnelle.

169L’ambiance est détendue, chacun écoute et respecte la parole des uns et des autres, plusieurs moments de rires ponctuent la séance. La communication facilitée – bien que soulevant des questions sur la part d’interprétation de la praticienne – donne une place à chacun, malgré des différences d’expression orale. Quatre des sept résidants interviennent régulièrement et interpellent l’animateur de façon très libre. Lors des propositions pour l’organisation des Ouvertures, les membres du Conseil ont une position commune, il n’y a pas de désaccord. L’animateur fait une synthèse des points à transmettre à la fin, qui bénéficie d’un accord tacite. La désignation de la représentante s’est fait rapidement et de manière non concertée : l’animateur a retenu la première personne à s’être proposée.

170L’animateur parle doucement, dans un style très peu directif, tout en gérant la direction de la discussion et le timing. L’éducateur en formation intervient très peu, et la praticienne en communication facilitée intervient parfois comme co-animatrice, mais s’exprime le plus souvent au nom d’un participant.

171Enfin, lors de la séance, des liens sont faits avec d’autres espaces d’expression comme les Ouvertures ou les Plénières, ou avec le Groupe de gestion institutionnelle, et certains résidants ont des cahiers de transmission permettant de ramener les objets des discussions aux autres habitants de leur lieu de vie.

172Le diagramme de communication montre que la prise de parole est assez inégale. Une résidante se déplace dans la pièce et s’assied à différentes places, sans que cela ne perturbe le reste du groupe.

Observation T2 (08.05.12)

173Lors de la seconde séance du Conseil observée (T2), trois mois plus tard, neuf personnes en situation de handicap sont présentes, ainsi que la praticienne en communication facilitée, qui prend le rôle d’animatrice principale (l’animateur « habituel » étant en vacances). Les membres du Conseil sont donc ce jour-là constitués de huit représentants et de la secrétaire.

174Les résidants n’ont pas tous les mêmes capacités d’expression : quatre femmes s’expriment de manière aisée, un homme s’exprime facilement quoiqu’on le comprenne un peu moins bien, un homme s’exprime très peu, une femme et deux hommes s’aident de la communication facilitée pour s’exprimer.

175La séance a lieu dans la même salle, l’animatrice s’installe à la même place qu’avait pris l’animateur la séance précédente, et la secrétaire également à ses côtés.

176Avant d’annoncer l’ordre du jour, l’animatrice s’informe du courrier reçu (concert, document à l’intention de la Commission Journal) et fait un tour de table pour voir si quelqu’un a des points à ajouter. Elle ne le finit pas, elle s’interrompt après avoir regardé s’il y avait quelque chose d’écrit dans un cahier de transmission.

177Elle annonce qu’il y a plusieurs points à traiter : retour sur le bilan des Ouvertures, bilan des moyens auxiliaires de communication (les tableaux de présence des collaborateurs), texte pour le départ d’une collaboratrice. Une résidante rappelle le départ d’une autre collaboratrice : l’animatrice décide de laisser de côté le bilan des moyens auxiliaires de communication pour pouvoir se consacrer aux deux textes de départ.

178Le retour sur le bilan des Ouvertures débute par le rappel des propositions faites à la réunion de sociothérapie : l’animatrice sollicite la représentante qui est allée les présenter.

A2_C Tu es allée représenter le Conseil à la réunion de sociothérapie.

Noémie Ouais. Ah oui, c’est que… ouhla

A2_C Est-ce que tu te souviens des propositions qui ont été faites ?

Noémie (regarde son cahier) Oui je me souviens. Je me souviens, attends…

[…]

A2_C Disposer les chaises en demi-cercle, face à la scène.

Noémie Ouais.

A2_C Aller devant pour parler.

Noémie Ouais.

A2_C Imager le plus possible les interventions, le contenu, les changements.

Noémie Ouais.

A2_C Il y avait le souhait de garder le tournus actuel d’animation.

Noémie Ouais

A2_C Ensuite, ouvrir et clôturer l’Ouverture avec de la musique, ou des chants.

Noémie Ouais.

Mathieu ( ?)

A2_C Et puis qu’il y ait un comité mixte, résidants et collaborateurs, pour préparer la salle : mettre les chaises, décorer avec des éléments de saison.

Elie Des chaises

Noémie Ouais.

A2_C Donc, tous ces éléments, tu les as proposés

[…]

Noémie Ben ça a été… J’ai proposé en réunion de sociothérapie, et ça a été accepté.

A2_C Tel quel ?

Noémie Ouais ils ont pas modifié, c’était drôle.

A2_C Pas modifié, rien apporté de plus, comme éléments ?

Noémie Non, pas à mon souvenir, ils ont pas… Ils étaient d’accord sur cette proposition.

Thérèse Je mets quoi ? (elle écrit le PV) « Noémie… euh… »

A2_C Noémie a présenté le travail au groupe de sociothérapie, les propositions pour l’Ouverture, a présenté les propositions pour l’Ouverture et ça a été accepté tel quel.

179Puis l’animatrice interroge chacun sur la manière dont se passent les Ouvertures depuis ces modifications.

A2_C Tu as assisté aux Ouvertures depuis qu’il y a eu les changements ?

Dimitri Ouais

A2_C Est-ce qu’on comprend mieux ce que les gens disent maintenant qu’ils vont devant ? Il y a une différence ?

Kate Oui on comprend mieux.

Dimitri Ouais.

Mathieu Oui c’est vrai ça.

A2_C Flora, tu as aussi assisté à l’Ouverture depuis qu’il y a eu les changements ?

Flora Oui.

A2_C Et qu’est-ce que tu en penses ?

Flora Ouais c’est mieux qu’avant.

A2_C C’est mieux qu’avant ?

Flora Oui.

A2_C Tu sais dire pourquoi c’est mieux qu’avant ?

Flora Il y a moins de bruit, on est moins stressés.

180Elle revient ensuite sur la fin du tour de table concernant les autres points à discuter lors du Conseil, points qui sont finalement traités directement : en fait ce sont des informations personnelles (invitation à une conférence, annonce de l’animation d’une fête, annonce d’une participation à une exposition féline, annonce d’une absence due à une opération) transmises au groupe.

181Puis des idées sont émises pour la rédaction de deux lettres de la part du Conseil pour le départ des collaboratrices, avec des échanges sur la tristesse occasionnée par ces départs. Une troisième lettre sera finalement ajoutée en fin de séance, pour un départ à la retraite. La séance se termine un peu abruptement, en rappelant la prochaine séance un mois après.

182L’ambiance est détendue, quoiqu’un peu chahutée par moments, certains se lèvent, plusieurs parlent en aparté. L’animatrice prend plusieurs rôles, elle écrit également dans les cahiers de transmission, pratique la communication facilitée avec certains, anime et dirige la discussion, prend des notes pour la rédaction des lettres.

183Cinq des neuf résidants s’expriment régulièrement, un résidant part avant la fin de la séance. Il y a une confusion sur le statut des lettres : messages personnels, mais adressés au nom du Conseil. Des résidantes se sont proposées pour les rédiger, l’animatrice leur transmettra ses notes. Elle propose de rencontrer deux résidants en séance personnelle pour qu’ils puissent mieux exprimer leurs messages, et elle incite également deux résidantes touchées par les départs à écrire aussi une lettre personnelle, en plus du mot du Conseil.

184Le diagramme de communication montre que la parole passe moins par l’animatrice que lors de la séance précédante, certains résidants, notamment la secrétaire, jouant davantage ce rôle. Cela est probablement dû à la pluralité des rôles de l’animatrice auprès de qui certains résidants se déplacent physiquement pour bénéficier de la communication facilitée.

Informations sur l’institution D

185C’est en 1967 que s’est créée cette institution D, à l’initiative des parents de personnes mentalement handicapées, soutenus par l’Etat de Neuchâtel. Elle accueille environ 550 personnes dans divers lieux de formation, de travail et d’hébergement. L’institution se compose d’un siège principal, et de 25 sites répartis sur l’ensemble du canton et proposant des prestations. Cette institution emploie environ 480 collaborateurs et une centaine de remplaçants et stagiaires.

186L’institution D a vécu une année difficile en 2008, avec la révélation de malversations financières, qui a conduit à plusieurs licenciements entre 2008 et 2009, et entraîné une réorganisation institutionnelle.

187Jusqu’en 2010, l’institution D était organisée en quatre secteurs et plusieurs unités, puis elle a été redéployée en domaines de compétences, qui prennent en compte les différentes déficiences, capacités et incapacités des personnes accueillies ; ce redéploiement a été effectif dès janvier 2011.

188Ainsi les quatre secteurs : secteur Enfance et Adolescence, secteur des Ateliers, secteur de l’Hébergement, et secteur des Foyers occupationnels, ont laissé la place à six domaines de compétences, chacun sous la responsabilité d’un directeur.

189Les domaines actuels sont : Ecole spécialisée, Autonomie large, Autonomie légère, Polyhandicap, Aînés, Troubles du spectre de l’autisme. Ces domaines comprennent chacun des ateliers, de l’hébergement et des espaces de jour. Chaque lieu est sous la responsabilité d’un éducateur principal ou d’un moniteur principal.

190Cette recherche se déroule plus particulièrement dans un foyer urbain de Neuchâtel, faisant partie du domaine de compétences Autonomie large. Cela signifie que les bénéficiaires adultes ont un degré d’autonomie leur permettant d’avoir des activités sociales et professionnelles qui se déroulent dans des foyers ou des ateliers urbains, ou en entreprise. Ils ont un niveau d’indépendance (capacité de « faire, d’exécuter l’action » ; elle relève du « pouvoir ») relativement important et bénéficient d’un accompagnement quotidien afin de développer leur autonomie (capacité de « penser l’action » ; elle relève du « vouloir »).

Informations sur les espaces collectifs d’expression de l’institution D

191Les données présentées ci-après sont issues non seulement des questionnaires, mais aussi des différents entretiens.

192De cette institution, nous avons reçu 13 questionnaires, qui décrivaient soit des colloques de résidants (4), soit des assemblées des travailleurs (2), soit un groupe d’expression axé sur le développement personnel, soit des groupes d’expression spécifiques comme la danse africaine, la zoo-animation ou le groupe « affectivité, intimité et sexualité ». Deux groupes étaient axés sur les soins et la santé, et un dernier n’a pas été rempli complètement et ne mentionnait pas le type de groupe.

  • 43 Il y a deux colloques par appartement (au rez et au 1er étage), l’étage des studios n’ayant pas de (...)

193Nous décrirons ici un des deux espaces d’expression d’un même lieu de vie, un foyer urbain à Neuchâtel, qui comprend deux appartements et trois studios, et qui a été inauguré en octobre 2008 : soit le Comité des Résidants qui regroupe tous les résidants du foyer et qui s’articule avec un colloque de résidants par appartement43.

194Ce foyer accueille 12 résidants adultes et est situé en centre-ville. Un couple vit dans un studio au 2e étage, une dame vit dans un autre studio sur le même palier, un homme vit dans le dernier studio, les autres résidants se répartissant dans les deux appartements de quatre personnes situés au 1er étage et au rez de la maison. La manière dont sont attribués les appartements ne nous est pas connue.

195Ces résidants présentent une déficience intellectuelle pouvant être associée avec des troubles psychiques, des troubles du comportement, des problèmes de santé (épilepsie, malformation osseuse) ou des troubles du comportement alimentaire.

  • 44 Cf. PV no 3 du Comité des Résidants, 05.04.11, « contenu » et « décisions » p. 3

196Le concept du foyer est décliné selon trois axes. Il s’agit : des valeurs partagées, des objectifs d’autonomie à atteindre par les résidants, et des principes de l’accompagnement éducatif44. Les valeurs identifiées sont par exemple la politesse, le respect, l’entraide, l’honnêteté, la solidarité, l’écoute, l’échange et le partage. Elles concernent tant les résidants que le personnel accompagnant. Les objectifs visés par les résidants sont divers, cela pourra être d’être autonome pour se déplacer seul, de trouver des solutions face à des difficultés ou encore de faire seul la cuisine et le ménage. Le travail de l’éducateur consiste à accompagner les projets de chacun, à donner l’argent et les médicaments, à soutenir les résidants dans l’apprentissage à vivre ensemble, à partager et à discuter entre eux.

Groupe observé : le Comité des Résidants

Historique et objectifs

  • 45 Cf. PV no 1 du Comité des Résidants, 01.02.11, « décisions » p. 1

197Le premier « colloque général des résidants » a lieu en février 2011, « afin que tous les représentants du foyer (appartements et studios) soient ensemble pour parler de la vie et du fonctionnement de ce foyer. C’est également un espace où tout le monde peut exprimer son mécontentement ou sa satisfaction, formuler des remarques. »45

198C’est sur l’initiative d’un éducateur en formation que s’est créé ce colloque, qui deviendra un Comité des Résidants, en avril 2011 : une proposition est faite que le « colloque des résidants » devienne un « Comité des résidants où on pourrait prendre des décisions ». Proposition acceptée par vote des résidants (9 pour, 1 contre, 2 abstentions).

199Lors du 4e comité, en mai 2011, un rappel est fait concernant la création de ce Comité : « le fait d’avoir créé un comité permet aux personnes présentes de prendre des décisions et de voter ».

200Les objectifs de ce comité nous sont également expliqués par un résidant, de manière informelle, avant le début de la première séance observée : permettre à chacun de s’exprimer sur les décisions de la maison et d’échanger sur les choses importantes qui s’y déroulent et les concernent tous.

Thèmes

201Différents thèmes sont abordés au fil des comités et concernent le fonctionnement du foyer (table du petit-déjeuner, salle de bain, appareils électroniques, électricité, meubles, corbeilles à linge, déchetterie, joints du carrelage, matériel ménage, nouvelle veilleuse, etc.), les loisirs (excursion au Tessin, camp de l’Ascension, spectacle hip-hop, concert, souper de Noël, apéro, etc.), les soins et la santé (crème solaire, boisson, Mme Police, diététicienne, etc.)

Fonctionnement

202Ce comité des résidants est organisé une fois toutes les quatre à six semaines, et ce sont les éducateurs présents à l’horaire, qui en assument l’animation.

203La description de ce lieu d’expression indique que ce sont les résidants qui proposent l’ordre du jour et qui sont amenés à prendre des décisions et à voter. Cependant, lors des entretiens, l’éducateur formule que des points à l’ordre du jour peuvent aussi être amenés par l’équipe éducative. A partir de ces indications, des entretiens réalisés et des documents fournis, il reste difficile de savoir la proportion de points amenés par l’équipe éducative et celle proposée par les résidants quant au contenu de l’ordre du jour.

204Les prises de parole se font spontanément, aucun outil de communication alternatif n’est utilisé.

205La séance dure une heure, elle se déroule dans l’appartement au rez de la maison : les participants prennent place autour de la table de la cuisine et dans les canapés.

Modalités d’adhésion et de participation

206Tous les résidants du foyer sont obligés de participer à ce comité. Il n’y a pas de critères d’adhésion, ni de procédures préalables à la participation. Il n’existe pas non plus de règlement écrit. Un membre du personnel éducatif prend un PV, qui est dans un classeur, à disposition des participants.

207Il y a un système de gestion des présences (prise en note des personnes présentes et inscription au PV), et chacun peut se retirer de la séance, après en avoir formulé la demande.

Légitimité du groupe

208Par l’obligation imposée à tous les résidants de participer au colloque, la légitimité de ce dernier est basée sur la démocratie directe. Il n’y a donc aucun devoir pour les membres de transmettre le contenu des échanges à des tiers, si ce n’est à d’éventuels absents pour de justes motifs, et la représentativité est absolue puisque toutes les personnes concernées par ce qui est dit au colloque en font partie.

Décisions et réalisations

209Des décisions peuvent être prises par vote des résidants, mais elles ne sont pas transmises à la direction, ni n’engagent l’ensemble de l’institution. Le responsable du domaine Autonomie large ne refuse pas d’entendre des demandes collectives formulées dans ces espaces, toutefois toutes les demandes ne seront pas acceptées.

210Le suivi des décisions se fait par un membre du personnel éducatif. Les membres de l’espace ne sont pas impliqués dans ce suivi. Les éducateurs parlent des questions/propositions des résidants émises lors du comité au moment de leur propre colloque d’équipe ; les propositions pourront être relayées par la voie hiérarchique si cela est jugé nécessaire.

211Les comités de résidants ont permis de prendre des décisions par rapport aux loisirs (choix du lieu de destination) et à certaines dimensions de l’organisation de la vie quotidienne (gestion des déchets ou décoration des lieux communs par exemple).

Observations de deux séances du Comité des Résidants

Observation T1 (29.02.12)

212Lors de la première séance du Comité des Résidants observée (T1), 11 personnes en situation de handicap sont présentes, ainsi que deux professionnelles, l’une éducatrice et animant la séance, l’autre en formation d’assistant socio-éducatif (ASE) et prenant le PV. Un résidant est excusé.

213Il y a quatre hommes et sept femmes, dont deux couples. Ils s’installent dans l’appartement au rez de la maison : la pièce commune est une cuisine ouverte sur un salon : trois résidants et les éducatrices prennent place autour de la table de la cuisine, quatre résidants s’installent sur un divan, en face d’un autre divan où s’asseyent également quatre résidants. L’espace est exigu, certains se tournent le dos.

214Un ordre du jour a été distribué aux chercheurs, que les résidants n’ont pas reçu, l’éducatrice expliquant l’avoir ainsi noté pour ne pas se perdre par rapport aux éléments dont ils veulent leur parler. Le voici :

  1. Reprise du PV du comité précédent (1 minute)

  2. Sortie du 1er mai (10 minutes)

  3. Absence de l’éducatrice [A1_ D] (2 minutes)

  4. Babyfoot de Jérémy (2 minutes)

  5. Déchetterie (16 minutes)

  • Briques de lait et de jus d’orange

  • Fonctionnement du compost

  • Ne plus poser les déchets par terre

  • Refus du container par la Ville, sacs gris à usage définitif

  1. Alarme incendie (5 minutes)

  • Que faire ?

  • Où aller ?

  • Exercice prévu

  1. Remplacement de C. [ancien collègue éducateur] (2 minutes)

  2. Divers (demande d’un garage : 2 minutes ; 13 minutes)

  3. Date du prochain comité (5 minutes)

215L’éducatrice commence par excuser le résidant absent, puis lit le PV du comité précédent, avant de débuter avec le premier point à l’ordre du jour, la sortie du 1er mai. Deux idées sont proposées, elles ne sont pas ou très peu décrites (Europapark ou Futuroscope), et les résidants prennent la décision du choix du lieu en votant, sans retenir la proposition d’un participant d’y réfléchir et d’en discuter ensemble davantage. Cette décision et la manière dont elle a été prise est analysée dans un paragraphe suivant en page 186.

216Puis trois informations sont transmises par l’éducatrice, concernant son absence, le remplacement d’un autre éducateur, et la réflexion toujours en cours sur l’endroit où installer un babyfoot.

217La responsabilité du suivi des demandes est assumée principalement par l’équipe éducative : les éducatrices se chargent des suivis des propositions – faire un schéma pour une meilleure compréhension du compost, formuler une demande pour un garage à vélos, faire réparer une chaîne hifi –, les résidants ne sont pas impliqués.

218Par exemple, lorsqu’un résidant fait une demande pour un garage à vélos, l’éducatrice lui annonce qu’elle la transmettra lors du colloque des professionnels.

219Le même résidant amène un problème de chaîne hifi, il est d’ailleurs responsable de tout ce qui est électrique ; l’éducatrice ne l’implique pas dans le suivi de la réparation de cette chaîne (voir extrait de la séance en page 274).

220Lors du rappel des consignes par rapport au tri des déchets, la séance s’anime, plusieurs résidants posent des questions, ou répondent à celles de l’éducatrice. A la fin, il est proposé de faire un schéma, d’imager, afin de faciliter le souvenir de ces consignes. Puis, des consignes de sécurité sont transmises par rapport au feu.

221C’est au moment des « divers » que les résidants ont la parole : signalement d’appareils électroniques défectueux, clarification du partage des tâches ménagères communes pour les résidants des studios. Un rapide tour de table permet de vérifier si quelqu’un aimerait ajouter quelque chose. Puis le point sur la modification du jour du prochain comité est traité, en fonction entre autres de la disponibilité de l’éducatrice en formation.

222Durant toute la durée du comité, l’ambiance est détendue, chacun écoute et respecte la parole des uns et des autres, plusieurs moments de rires ponctuent la séance. Sept résidants sur onze s’expriment spontanément, les autres uniquement si l’éducatrice les sollicite. Les interactions se déroulent surtout entre l’éducatrice et un ou deux résidants, les résidants échangent peu entre eux de façon spontanée.

223L’éducatrice dirige la discussion tandis que celle qui est en formation se tient plus en retrait, expliquant ou reformulant parfois pour l’un ou l’autre résidant, assis près d’elle.

224D’après le diagramme de communication de la séance, les interventions des résidants sont souvent adressées à l’animatrice, qui stimule la relance verbale en lançant des questions ou des remarques à l’assemblée, ou bien à un résidant en particulier. A noter qu’au moins deux résidants ne se sont pas du tout exprimés, alors que ces personnes ont la faculté de s’exprimer par le langage.

Observation T2 (05.06.12)

225Lors de la seconde séance du Comité (T2), observée trois mois plus tard, 12 personnes en situation de handicap sont présentes, ainsi que deux professionnels, la même éducatrice qui anime la séance, et un nouvel éducateur qui participe pour la première fois à un comité et prend le PV. Il y a cinq hommes et sept femmes. Ils s’installent dans le même lieu au rez-de-chaussée de l’immeuble (salon et cuisine) : quatre résidants et les éducateurs s’installent autour de la table, les huit autres résidants s’asseyent dans les deux canapés.

226Voici l’ordre du jour qui a été transmis aux chercheurs ; les résidants ne l’ont pas reçu, et tout comme la fois précédente, il n’est pas présenté en début de séance par l’éducatrice.

  1. Reprise du PV du comité précédent (3 minutes)

  2. Lettres suspectes (voyante Antoinette) (6 minutes)

  3. Départ de l’éducatrice en formation ASE. Que faire ? (13 minutes)

  4. Stockage de la nourriture (confiture dans le frigo, aliments dans des boîtes) (3 minutes)

  5. Déchetterie (4 minutes)

  • Briques de lait et de jus d’orange

  • Bocaux : enlever les couvercles (fer)

  • Plastiques et alu : seulement les propres

  1. Qui est intéressé par la déco (très motivé et avec des idées) (3 minutes)

  2. Qui a envie de seconder [une éducatrice, nommée animatrice 4] pour le jardin (actuel et futur) ? (3 minutes)

  3. Divers (12 minutes)

  4. Date du prochain comité (2 minutes)

227Après la lecture du PV, une information de mise en garde est donnée concernant une lettre suspecte reçue par une résidante au sujet d’une voyante sollicitant ses services par des appels téléphoniques. L’éducatrice rend chacun attentif aux coûts des appels effectués ensuite facturés lors du recours à ce genre de personnes.

228Puis l’éducatrice enchaîne sur un autre sujet en invitant à proposer des idées pour fêter le départ d’une collègue ASE qui termine sa formation. Un résidant explique qu’ils ont déjà prévu d’en discuter entre eux (cinq résidants), afin de trouver une idée de cadeau.

Denis Oui, alors moi j’aimerais juste dire quelque chose par rapport à ça.

A1_D Ouais ?

Denis C’est que, il y a, on est en train de mettre en route mais on est en train de discuter… Il y a cinq résidants qu’on est en train d’organiser quelque chose pour [cette collègue].

A1_D D’accord. J’étais pas du tout au courant. C’est qui ?

[…]

A1_D Et puis vous avez déjà une petite idée comme ça ou bien… ?

Julie Oui on a déjà une petite idée. On pensait une boîte de chocolats, mais il faudrait qu’on mette tant. Donc par exemple si on veut mettre dix, on mettrait dix, et cetera.

A1_D ça fait une sacrée boîte de chocolats, dix francs par personne.

Julie Mais ça dépend la boîte.

Denis Alors, non, on avait, on a pris une discussion un soir dans un bistrot, et on a dit, est-ce qu’on pourrait mettre par exemple chacun dix francs, par personne ?

Julie Ou même, ça dépend le budget de chacun.

Denis Et puis on fait un cadeau... ça dépend le budget de chacun, voilà.

A1_D Si chaque personne met dix francs, ça fait 120 francs, hein.

Julie Sérieux ?

Denis A cinq ?

A1_D Ah, à cinq ! Ah non, moi je pensais à tout le monde, non, non !

Julie Cinq, cinq !

Denis Non, non, cinq !

A1_D Alors, ok. Moi je trouve pas tellement normal que ce soit que vous cinq qui participiez. Je pense que si on fait quelque chose, c’est tout le monde qui peut participer.

Denis D’accord.

A1_D Enfin, je ne sais pas ce qu’en pensent les autres ?

Fabienne Quoi ?

Julie Mais écoute, Fabienne ! T’es drôle !

A1_D Le cadeau pour [la collègue qui part].

[…]

Denis Alors on laisse tomber le projet et on vous laisse aller en avant avec ça ?

A1_D Non ! Il n’y a pas besoin de laisser tomber le projet, mais pensez simplement à plus grand. Pensez qu’il n’y a pas que vous cinq qui allez participer.

Julie que nous cinq… participer…

A1_D que tout le monde va participer, que ça fait un peu une plus grosse somme.

229Après quelques échanges, l’éducatrice propose que tous les résidants participent financièrement au cadeau, et que les cinq soient le « comité de départ », c’est-à-dire qu’ils réunissent et réfléchissent aux idées pour la soirée et le cadeau.

230Elle annonce le nom du prochain stagiaire, puis explique comment stocker la nourriture pour éviter les fourmis. Ils reprennent un point sur la déchetterie, avant de demander qui est intéressé à participer à une commission pour la décoration du lieu, ou à s’occuper du jardin.

231C’est lors des « divers » que les résidants posent leurs questions sur des sujets variés : le devenir d’une bicoque devant être détruite à proximité ; le nettoyage des rideaux ; une invitation reçue pour un anniversaire ; le partage des tâches ménagères entre les résidants des studios ; les nouvelles sur les appareils électroniques, réparés ou encore défectueux.

232Finalement, une date est fixée à la rentrée pour le prochain comité.

233L’ambiance est détendue, parfois un peu chahutée, beaucoup d’humour, et les résidants s’expriment spontanément, principalement pour quatre d’entre eux.

234Concernant l’organisation du départ de l’éducatrice en fin de formation, cinq résidants sont donc chargés de réunir et d’amener des propositions à une date fixée.

A3_D Mais juste, c’est des idées, ou la décision ? Parce que, c’est quand même pas la même chose ! Est-ce que vous voulez amener… Ils amènent des idées jusque-là, et après, ben…

Julie Et on marque sur une feuille comme ça…

A1_D Moi je pense que…

A3_D C’est des idées, des idées, et après on…

Denis moi j’ai une idée, j’ai un truc qui pourrait être une idée. Nous, on va proposer des choses, et après on en rediscute entre nous, on vous, on reprend un éduc, et puis on en discute.

A3_D Ouais alors ce serait ça.

Julie N’importe quel éduc !

A1_D Mais moi ce que… Et puis on prend la décision le 25 ?

Denis Voilà, et puis on prend la décision le 25.

A1_D Moi ce que je trouverais sympa, c’est que vous regardiez aussi avec les autres, par rapport à vos idées.

Denis Ouais, d’accord.

A1_D C’est vous qui gérez le truc, les cinq là, on dira que c’est le comité de départ.

Denis D’accord.

Julie On montre pas du doigt, c’est malpoli.

Jérémy Il a été utilisé pour ça.

A1_D Je mets, décision, comité de départ. Comme ça on sait ce que c’est…

A3_D et quand on prend la décision, le 5, ensemble. Discrètement…

A1_D Le 25

A3_D Ouais, le 25.

Julie Juin.

235Par rapport à la commission de décoration, il s’agit de proposer des idées à l’éducatrice qui s’en occupe, et elle décidera ce qu’elle retiendra ou non.

A1_D […] Donc qui est-ce qui serait intéressé pour faire partie de cette commission de décoration ? Donc je vous rappelle, c’est pour faire la décoration dans les corridors, donc changer un peu, que ce soit pas toujours la même chose. Juste un petit rappel, il faut que ce soit des personnes qui sont motivées, c’est-à-dire, très intéressées, et qui ont des idées. Donc qui aurait envie de donner un coup de main à [une éducatrice, nommée animatrice 4] pour ça ? Fabienne. C’est tout ? Vincent.

Julie Et puis moi aussi.

A1_D Et Julie. Quelqu’un d’autre ?

Carmen Non.

[…]

A3_D et puis là ils amènent des idées jusqu’à quand ?

A1_D Non y a pas de… A3 _ D Y a pas… ( ?) ?)

A1_D Non, alors, non, ils n’ont pas besoin d’amener des idées, simplement [une éducatrice, nommée animatrice 4] voulait savoir qui est intéressé…

A3_D Ah d’accord.

A1_D Et après, c’est à [une éducatrice, nommée animatrice 4] qu’ils donneront des idées, je pense que ça va être par thème, style par saison, j’en sais rien du tout, moi.

[…]

A1_D Non mais il n’y a pas… Voilà, chacun amène les idées qu’il a envie d’amener, après c’est [une éducatrice, nommée animatrice 4] qui vous dira si c’est possible ou si c’est pas possible, quoi. C’est vrai qu’il y a des questions de pratique. Alors moi je vois mal l’idée de faire des graffitis, enfin des peintures dans le corridor, parce que…

236La participation des résidants au potager est décrite comme une façon de seconder les éducateurs dans cette tâche ; ce ne sont pas les résidants qui en seront responsables, mais une des éducatrices.

A1_D Voilà, il y aura un jardin, pas botanique, comment est-ce qu’on dit ? Potager.

A3_D Potager.

A1_D Qui va être mis en route. Est-ce que vous savez ce que c’est un jardin potager ?

Plusieurs oui oui

Salomé Légumes

Fabienne ( ?)

Julie Où on plante des légumes, des fruits, des machins comme ça.

? Moi j’ai une idée

Fabienne T’as des fleurs de temps en temps aussi.

A1_D Alors, c’est [une éducatrice, nommée animatrice 4] qui va aussi s’en occuper, elle a regardé avec une entreprise pour… Qu’est-ce qu’ils vont faire, dans des bacs ou je sais pas quoi ?

A3_D Oui apparemment la terre est pas bien, donc ils vont mettre des planches pour faire le tour du jardin, et remplir de terre.

[…]

A3_D Qui veut y participer ?

A1_D Alors oui, alors évidemment, un jardin potager comme ça, ça demande du travail.

Julie Il faut arroser.

Fabienne Désherber ?

A1_D Ben il faut déjà planter, il faut retourner la terre…

A1_D Il faut entretenir, il faut arroser, il faut cueillir après, et cetera. Euh, donc, est-ce qu’il y a des personnes qui seraient intéressées pour s’en occuper avec [une éducatrice, nommée animatrice 4] ?

Denis Ouais, moi je serais intéressé, ouais.

A1_D D’accord.

Salomé Moi aussi.

Julie Moi pas, moi je suis pas jardin, donc comptez pas sur moi.

Fabienne Moi non plus

A1_D Donc, Denis et Salomé, est-ce qu’il y a quelqu’un d’autre ?

A3_D Moi je peux ?

A1_D Non.

Plusieurs réagissent : mais mais, toi t’es pas un résidant, ah !

A3_D Je peux aider [une éducatrice, nommée animatrice 4] ?

A1_D Oui bien sûr que tu peux, bien sûr. Mets-toi, mets-le si ça t’intéresse.

A3_D Oui ?

A1_D Bien sûr.

237L’éducatrice poursuit en dirigeant la séance, l’éducateur reste en retrait. De nouveau, dans cette deuxième séance, les rôles d’animateur et co-animateur sont très distincts. La séance ne semble pas préparée, les rôles étant pris « intuitivement», cela s’explique peut-être par le fait que l’éducateur est présent pour la première fois à l’un de ces comités. Ce dernier, expliquant ne pas connaître le fonctionnement du Comité car il y est nouveau, demande d’ailleurs à deux reprises à l’éducatrice de préciser si les propos des résidants relèvent de propositions ou consistent en des décisions. L’éducatrice précise alors qu’il s’agit bien de recommandations et que les décisions sont prises par les éducateurs (départ d’une étudiante en formation ou pour la commission déco).

238Le diagramme de communication de la séance confirme l’importance de l’animatrice de séance dans la distribution de la parole, mais montre également un nombre plus important de dialogue entre deux ou trois résidants, parfois écoutés par le groupe, mais parfois en aparté, comme relevé précédemment.

239Le prochain paragraphe présente des caractéristiques des participants à la deuxième phase de la recherche, résidants et travailleurs des institutions, membres des groupes d’expression, les animateurs ainsi que les membres de la direction.

1.4 La présentation des participants

240La recherche a impliqué trois types d’acteurs dans chacune des quatre institutions impliquées, à savoir des personnes ayant une déficience intellectuelle, des professionnels animant les groupes d’expression, et des membres de la direction, soit 12 groupes d’acteurs.

241Nous avons élaboré deux grilles différentes pour identifier les participants : l’une pour les personnes en situation de handicap, l’autre pour les professionnels et les membres de la direction.

242Les questions sont sensiblement les mêmes, à savoir : l’âge et le sexe de la personne ; pour les personnes en situation de handicap, le type de logement occupé et le type de travail effectué, ainsi que leurs activités de loisirs ; pour les professionnels et membres des directions, la fonction occupée et les formations utiles au poste, ainsi que les prestations auxquelles le poste de professionnel ou membre de la direction se rattache, et l’âge des résidants concernés par ce poste.

243Les professionnels ont aidé les personnes en situation de handicap à compléter ces informations lorsque cela était nécessaire.

244Nous développons ici les éléments significatifs issus des questionnaires, en mettant l’accent sur les similitudes et les différences.

Portraits des participants

Nombre

245Ces 12 groupes d’acteurs totalisent 68 personnes. 43 personnes en situation de handicap ont participé aux séances des espaces collectifs d’expression que nous avons observés, ainsi qu’à l’entretien de groupe qui a suivi la première observation.

24612 professionnels se sont impliqués dans cette recherche, en animant les séances des espaces collectifs d’expression que nous avons observés, et en participant à l’entretien de groupe qui a suivi la première observation.

24713 membres des directions se sont exprimés lors d’un entretien de groupe, également après la première observation.

Tableau 2 : répartition des participants par institution

Institution

PSH

Professionnels

Membres des directions

Total

A

13

4

5

22

B

9

2

3

14

C

9

3

2

14

D

12

3

3

18

Total

43

12

13

68

248Les institutions A et C sont situées dans le canton de Vaud, l’institution B dans le canton de Genève, et l’institution D dans le canton de Neuchâtel. Ainsi, 36 participants habitent et travaillent dans le canton de Vaud, 14 dans le canton de Genève et 18 dans le canton de Neuchâtel.

249Par ailleurs, nous pouvons remarquer qu’il y a davantage de membres de la direction impliqués dans l’institution A, ce qui peut s’expliquer non seulement par la taille de l’institution et de l’organigramme, mais aussi peut-être de leur intérêt pour la thématique ; en effet, c’est notre première institution partenaire au moment de la recherche de fonds déjà, avant de débuter la première phase par questionnaire.

Sexe

250Les participants se répartissent également entre hommes et femmes, à savoir 34 personnes pour chacun des deux sexes. Cependant, les hommes sont davantage représentés dans les fonctions de membres de la direction, et les femmes chez les professionnels, alors que les personnes en situation de handicap se répartissent également (22 femmes et 21 hommes).

Tableau 3 : répartition des participants par sexe

Tableau 3 : répartition des participants par sexe

Age

251Les personnes en situation de handicap qui ont participé à cette recherche se retrouvent dans la tranche d’âge de 21 à 50 ans ; les personnes âgées de plus de 50 ans et celles à la retraite sont sous-représentées (cf. tableau 4).

252Les professionnels se répartissent également dans les tranches d’âge de 31 à 40 ans, et de 51 à 65 ans ; les tranches d’âge de 21 à 30 ans et de 41 à 50 ans sont nettement minoritaires (cf. tableau 5).

253Les membres des directions quant à eux, sont principalement âgés de 51 à 65 ans, puis de 41 à 50 ans (cf. tableau 6).

Tableau 4 : répartition des psh par âge

Tableau 4 : répartition des psh par âge

Tableau 5 : répartition des professionnels par âge

Tableau 5 : répartition des professionnels par âge

Tableau 6 : répartition des membres des directions par âge

Tableau 6 : répartition des membres des directions par âge

Caractéristiques des personnes en situation de handicap

Type d’habitation

254La majorité des personnes en situation de handicap habitent en groupe, soit dans une résidence sur le site principal de l’institution (37 %, soit 16/43 personnes), soit dans une résidence en ville (30 %, soit 13/43 personnes). Elles sont 19 % (8/43 personnes) à habiter en famille, et 9 % seulement (4/43 personnes) à habiter seules ou à deux. Deux personnes ont indiqué une autre réponse, soit habiter un studio dans la villa familiale, et habiter dans une famille d’accueil.

Tableau 7 : répartition des psh par type d’habitation

Tableau 7 : répartition des psh par type d’habitation

255Dans l’institution A, les personnes en situation de handicap travaillent sur le site, mais habitent principalement en famille, soit 9/13 personnes (y compris famille d’accueil et studio dans une villa familiale).

256Dans l’institution B, il y a un représentant des travailleurs dans le Conseil des Résidants, qui travaille sur le site et habite en famille.

257L’institution D est une résidence en ville, avec deux appartements pouvant accueillir les huit personnes, et trois studios accueillant un couple, et deux personnes habitant seules.

Type de travail

  • 46 L’un des participants ayant donné deux réponses, le total des pourcentages dépasse le 100 %.

258La majorité des personnes en situation de handicap travaille en atelier de travail occupationnel (79 %, soit 34/43 réponses) ; 14 % d’entre elles (6/43) travaillent comme employés dans une entreprise ; 5 % d’entre elles (2/43) travaillent en atelier de développement personnel, et 5 % également ont donné d’autres réponses (retraité et employé de la boulangerie appartenant au site de l’institution).46

  • 47 Là aussi, le total prend en compte deux réponses d'un participant.

Tableau 8 : répartition des psh par type de travail47

Tableau 8 : répartition des psh par type de travail47

259Dans l’institution A, toutes les personnes en situation de handicap travaillent en atelier de travail occupationnel. Trois sont dans un atelier de mécanique de sous-traitance, trois sont en atelier de soudure du plastique, un dans un atelier tissage, un dans un atelier calandrage, un dans un atelier de préparation de cuisine, un en atelier de sous-traitance industrielle, un dans un atelier bois et sous-traitance, un dans un atelier vert (jardin, paysage, etc.) et un en atelier de production.

260Dans l’institution B, 8/9 des personnes en situation de handicap travaillent en atelier de travail occupationnel, la dernière étant à la retraite. Deux sont actifs dans les ateliers Textile et Poterie, un dans la boulangerie et la poterie, un dans la menuiserie, la boulangerie et le conditionnement, un autre dans le conditionnement et la poterie, un autre dans la ferme et le textile, un au jardin, et le dernier dans le textile et le conditionnement.

261Dans l’institution C, 7/9 des personnes en situation de handicap travaillent en atelier de travail occupationnel, l’une d’entre elles travaillant également à la boulangerie appartenant au site de l’institution. Elles sont actives dans l’atelier feutrage, jardin (2), tissage, bois (2) et Lez’art et bois. 2/9 d’entre elles travaillent en atelier de développement personnel, pour personnes âgées.

262Dans l’institution D, 6/12 des personnes en situation de handicap travaillent en atelier de travail occupationnel : elles sont actives dans l’atelier apprêts, bougies, montage (2), boutique et service. 6/12 d’entre elles travaillent comme employés dans une entreprise locale.

Loisirs

263Les personnes en situation de handicap ont répondu à une question concernant leurs loisirs : elles pouvaient nommer trois activités, indiquer dans quel lieu ces activités se déroulent, et dire par qui elles sont organisées.

26458 % d’entre elles (25/43) ont nommé trois activités de loisirs, 23 % d’entre elles (10/43) en ont nommé deux, 7 % d’entre elles (3/43) en ont nommé une, et 12 % d’entre elles (5/43) n’en ont pas nommé du tout. Cela signifie-t-il qu’elles n’ont pas d’activités de loisirs, ou qu’elles n’ont pas souhaité remplir le questionnaire ?

Tableau 9 : nombre d’activités mentionnées

Tableau 9 : nombre d’activités mentionnées

26538 personnes en situation de handicap ont donc répondu, pour un total de 98 exemples d’activités de loisirs. Les différentes réponses ont été ensuite classées par catégorie, soit :

  • les activités d’expression artistique : danse, théâtre, chant, etc. ;

  • les activités sportives : foot, natation, gymnastique, pétanque, etc. ;

  • les activités de culture et découverte : cinéma, balade en ville, télévision, sortie du week-end, etc. ;

  • les activités de développement personnel : méditation, atelier de développement personnel, etc. ;

  • les activités de rencontre : voir des amis ou la famille, prendre un repas à l’extérieur, aller boire une bière, etc..

Tableau 10 : types d’activités mentionnées

Tableau 10 : types d’activités mentionnées

266Les activités sportives sont majoritaires, puis viennent les activités de culture et découverte, et celles d’expression artistique.

267Ces activités de loisirs se passent majoritairement à très majoritairement à l’extérieur de l’institution pour les résidants des institutions A (68 %) et D (69 %) et B (58 %), par contre ils se déroulent majoritairement en institution pour les-résidants de l’instituion C (55 %).

Tableau 11 : lieu des activités de loisirs

Institution

dans l’institution

hors de l’institution

N/A

Total

A

7

11

2

20

B

11

15

0

26

C

12

10

1

23

D

9

20

0

29

Total

39

56

3

98

26869 réponses ont été données à la question concernant l’organisation des activités de loisirs. Celles-ci sont donc organisées par la personne en situation de handicap dans 30 % des cas (21/69), par l’institution dans 40 % des cas (28/69), par la famille dans 7 % des cas (5/69) ; dans 17 % des cas (12/69), ces activités sont organisées en collaboration avec des associations ou des clubs sportifs. Enfin, sur les trois autres réponses, deux indiquent un prénom (est-ce un/une éducateur/trice ?), la dernière indiquant « en fonction des possibilités organisées, soit seule (balade) ou à l’institution ».

269Les associations ou clubs sportifs mentionnés sont les suivants : association les Schtroumpfs, Autrement Aujourd’hui, club de natation des Vernets, association ACTIFS, Coup d’Pouce, FCPA, Insieme, Sport Handicap, Elan.

Tableau 12 : par qui sont organisées les activités de loisirs

Tableau 12 : par qui sont organisées les activités de loisirs

Caractéristiques des professionnels et membres des directions

Fonctions occupées

270Pour 4/13, les membres des directions occupent des fonctions de directeur, les neuf autres membres occupant des postes de responsables éducatifs. Pour 3/12, les professionnels occupent également un poste de responsable éducatif, la majorité d’entre eux ayant des postes d’éducateur (6/12), l’un étant maître socioprofessionnel et deux d’entre eux étant des étudiants en formation.

Tableau 13 : répartition des professionnels et membres des directions par fonction

Tableau 13 : répartition des professionnels et membres des directions par fonction

Formations utiles au poste

271Les professionnels ont donné 19 réponses aux formations réalisées utiles à leur poste, et les membres des directions en ont donné 28.

272Les professionnels mentionnent dans 7/19 de leurs réponses, les diplômes de la formation de base en travail social (éducateur spécialisé, école supérieure en travail social, ESTS Fribourg et école études sociales), ou un diplôme équivalent (psychologue) ; ils mentionnent dans 5/19 de leurs réponses, des diplômes en lien avec l’éducation ou la formation des adultes (formation en entreprise pour ASE, licence FPSE Genève, praticienne formatrice, formatrice pour adulte FSEA I, certificat de formateur d’adulte) ; les autres réponses étant des formations continues dans le domaine du travail social.

273Les membres des directions mentionnent également, dans 9/28 de leurs réponses, leur diplôme de base en travail social ou un titre équivalent (éducateur spécialisé, psychologue, diplôme/licence de pédagogie curative, diplôme de maître socioprofessionnel) ; ils mentionnent également dans 3/28 de leurs réponses les diplômes en lien avec la formation des adultes (praticien formateur, formateur entreprise ASE) ; en outre, ils mentionnent dans 5/28 des diplômes en lien avec leurs responsabilités de direction (cours de direction d’entreprise, cadre intermédiaire, master en management socio-économique, maîtrise expert en gestion hospitalière, directeur d’institution sociale).

2. Contenu, procédures et suivi des décisions prises dans les groupes observés

274Les thèmes principaux traités et que nous avons eu l’occasion d’observer concernent tous des préoccupations institutionnelles.

275Dans l’institution A, le thème de la première séance observée peut sembler au premier abord extérieur à l’institution ; il est posé ainsi aux membres lors d’une consultation : « qu’est-ce qui fait qu’on a envie de changer ou de rester là où on habite ? » Cependant, il vise en fait à répondre à une préoccupation institutionnelle au sujet de l’aménagement d’un nouveau Pavillon pour les aînés ; cette nouvelle construction induira des changements de lieux de vie pour plusieurs résidants qui pourront éventuellement toucher des membres du groupe dans un avenir plus ou moins éloigné. La question posée était très générale et non contextualisée. Cette question sans contextualisation a été difficile à saisir pour plusieurs membres du groupe, qui l’ont exprimé. Cette question a provoqué des émotions telles que de l’angoisse, de la peur ou de la tristesse puisqu’ils vivent dans leur famille et qu’ils ne comprennent pas la raison de cette question. Ainsi, certains l’ont associée au décès ou à la maladie du parent avec qui il partage actuellement l’hébergement.

276Lors de la deuxième séance, le thème principal proposé par la direction était : « quelles sont les qualités que vous appréciez et que vous attendez des personnes qui vous accompagnent dans votre quotidien ? »

277Lors des deux séances observées, en début et en fin de séance, des demandes ou récriminations individuelles sont prises en notes ainsi qu’un résumé de leur suivi suite à une consultation auprès de la direction. Ces demandes restent individuelles ; parfois l’ébauche d’une collectivisation a été amorcée même si au départ, elle émane d’une seule personne comme nous l’avons illustré précédemment. La partie concernant les demandes des travailleurs et le suivi émanant de la séance précédente ont duré environ dix à quinze minutes pendant les deux séances observées, d’une durée d’une heure.

278Les thèmes traités dans l’institution D concernent le vécu quotidien des locataires de ces lieux quant aux partage de locaux et d’activités pratiquées en commun (utilisation du compost, évacuation des résidants en cas d’incendie, entretien d’espaces communs, panne et maintenance des appareils électroniques, création d’un potager, décoration d’un espace commun, sortie collective au moment d’une journée fériée, départ de collaborateurs, courriers à risque reçu par des locataires, etc.). Les thèmes se rapportent aux vécus des résidants, nous n’avons pas assisté à des préoccupations individuelles et plus personnelles à l’exception d’une mésentente au sujet de l’entretien d’un espace commun à deux appartements. Les sujets personnels sont relayés aux éducateurs de référence ou à d’autres membres de l’équipe.

279Les thèmes abordés dans l’institution B ont été ceux de la préparation d’une séance collective à venir et qui sera adressée à l’ensemble des villageois et la présentation des membres du nouveau Conseil des Villageois ainsi que leur projet. Si certaines personnes s’expriment en « Je » autour des thématiques choisies, la séance représente surtout une expression en « Nous » dans le but d’une future expression en « Nous Tous » pour l’ensemble du village. Lors de la deuxième séance, le thème était celui d’une consultation sur une fête de Village, les idées individuelles de chacun étaient entendues et retenues avec des échanges qui émanaient des participants, l’idée de l’un amenant l’autre à développer ou à proposer autre chose. Il y a peu de place à l’expression de ressentis individuels durant ces deux séances ; lorsque cela se produit, ils sont gentiment réorientés vers d’autres lieux d’expression où ils pourront être mieux pris en compte (résidence, personne directement concernée), et un accompagnement est proposé si nécessaire pour aider la personne.

280Dans l’institution C, les thèmes abordés ont été le remaniement de l’animation d’une séance élargie nommée « Ouverture » s’adressant à tous les résidants de l’institution, suite à une consultation préalable par questionnaire de l’ensemble des habitants de l’institution et des participants à cette séance. L’ordre du jour est lu en début de séance, une contextualisation du sujet est présentée par l’animateur principal. Les membres du groupe semblent au clair avec le sujet traité. Le groupe s’exprime collectivement et prend position sur ce qu’il fera comme recommandations à la direction. Le sujet se déroule comme un véritable échange entre les membres sur la meilleure façon de procéder. Des décisions collectives sont prises quant aux recommandations à faire au nom du groupe à la direction. Un membre du groupe se porte volontaire pour reprendre les idées du groupe. Ce point sera discuté dans le chapitre 4 consacré aux rôles et responsabilités des participants du groupe.

281La deuxième séance observée dans ce groupe est dense, elle sert à donner suite au sujet des modifications des séances d’Ouverture et à préparer des mots de départ collectifs pour des collaborateurs en partance. L’animatrice recommandera que des messages très personnels soient rédigés individuellement alors que d’autres resteront collectifs et écrits au nom du Conseil des Résidants. L’animatrice encourage une parole en « Nous ».

2.1 Le traitement du contenu des discussions des groupes observés dans son processus interne (de l’origine de la proposition à la décision du groupe)

282La question ici est de savoir qui est à l’origine des sujets abordés dans les groupes d’expression et comment, à partir de ces sujets de discussion, des décisions internes au groupe sont prises, qui sont elles-mêmes soumises, généralement sous forme de propositions, aux instances institutionnelles légitimées à les accepter ou à les refuser. Le présent chapitre est une mise en application des concepts présentés au chapitre 2 de cette partie et s’intéressera au processus interne, à savoir l’impulsion de base à la décision du groupe.

283Comme expliqué au chapitre 6 de la première partie page 72, nous avons choisi d’aborder ce processus en le comparant à la démocratie politique, et en prenant comme référence le système politique suisse dans lequel les termes « initiative» et « référendum » recouvrent une réalité bien vivante. Dans le contexte de cette recherche, ces termes vont servir à analyser l’origine et le contenu du pouvoir de proposition découlant des espaces d’expression observés. Comme le dit le directeur de l’institution B :

Ça va circuler dans les deux sens, l’information ou le lien qu’on souhaite avoir. Eux peuvent faire remonter des demandes à la direction, qu’ils proposent sous forme de projets… Et puis dans l’autre sens, effectivement, certaines de nos préoccupations, si nous voulons faire participer l’ensemble des villageois à l’atteinte d’un objectif… et bien alors c’est nous qui allons leur demander de réfléchir avec nous à des solutions… Donc en fait l’utilité va dans les deux sens.

284Le pouvoir d’initiative consiste donc à formuler des propositions émanant des membres des groupes d’expression ou des personnes qu’ils représentent, et de les faire remonter à l’instance habilitée à les traiter. C’est le « bottom up » pour reprendre un terme managérial.

285Le pouvoir référendaire consiste à soumettre à l’espace d’expression des propositions émanant d’autres instances institutionnelles, notamment de la direction, afin de connaître l’avis des résidants, voire de leur permettre de prendre une décision sur les propositions qui leur sont soumises. On est alors dans du « top down ».

Selon le modèle des initiatives

286Tous les espaces d’expression observés reconnaissent le droit d’initiative aux membres qui les composent, mais cette pratique ne constitue pas l’essentiel des débats. Les chercheurs ont pu assister à la naissance d’initiatives lors des séances observées, d’autres initiatives mentionnées plus loin ressortent des procès-verbaux d’autres séances ou des entretiens avec les acteurs (directions, animateurs, membres de groupes d’expression).

287Un premier constat concernant le droit d’initiative dans les espaces d’expression institutionnels porte sur la survalorisation de la composante individuelle de l’initiative (celui de qui est parti l’idée) par rapport aux composantes intimes (le ralliement des proches dans un « comité d’initiative ») et collectives (l’accord donné par la collectivité à l’initiative qui lui est soumise). La proposition de l’un peut ainsi devenir la proposition du groupe pour autant qu’aucun autre membre du groupe ne s’y oppose. Exemple tiré de la première séance observée dans l’institution A :

A1_A Est-ce qu’il y a quelqu’un qui pourrait, ou qui a envie d’amener un sujet dont on n’a encore pas parlé ?

[…]

Nathan Moi

A1_A Euh, Nathan ?

Nathan J’ai vu au parking, c’est foutu, fissuré, des trous, on peut tomber. Je suis déjà tombé à Lausanne, et j’ai pas envie de retomber.

A1_A Le revêtement du sol du parking ?

Nathan : Ouais le parking, ouais.

A1_A Celui que tu traverses quand tu passes par le LEB ? Quand tu viens… ?

Nathan Non, au parking ici.

A1_A Le petit parking, pas le tout grand qui est le long de la salle de gym, ou bien ?

Nathan Le petit, quand on passe… c’est fissuré.

A1_A D’accord, tu notes, c’est fissuré.

Nathan Et il y a un gros trou aussi

A1_A Et puis où il y a des trous sur les chemin entre les, ces chemins pavés, des fois il y a des trous ?

Nathan Ouais.

A2_A Donc ça serait… Et la demande par rapport à ça, ce serait donc d’améliorer…

A1_A De réparer

A2_A Pour faciliter les déplacements, c’est ça ?

A1_A Ouais, comme il est déjà tombé une fois parce qu’il avait mis un pied dans un trou, bon pas ici mais quand même, tu n’as pas envie de tomber une deuxième fois, c’est ça ?

Nathan Ben non, parce qu’autrement c’est foutu, deux mois d’absence…

A1_A Ben oui il a été en arrêt-maladie pendant pas mal de temps.

A1_A Alors ça c’est une demande de Nathan. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a envie de dire autre chose, là ?

288Personne n’ayant rien ajouté, la proposition de Nathan est acceptée tacitement par le groupe, sera inscrite au PV et obligera l’institution à effectuer les travaux ou à expliquer pourquoi ces travaux ne seront pas entrepris. Il n’y a pas de mal à ce que la proposition de Nathan soit entendue et traitée par l’institution, mais la dimension collective de l’initiative manque : qu’en pensent les autres ? Sont-ils confrontés aux mêmes désagréments ou est-ce une préoccupation personnelle de Nathan qui est déjà tombé sur un parking ? Si une discussion sur le sujet n’a pas lieu d’être, pourquoi au moins ne pas voter sur la proposition de Nathan, afin de lui donner une dimension collective, au risque, peu probable, qu’elle soit refusée ? Dans cette histoire, on est passé du « Je » de Nathan à un « Pour Eux » de l’institution, si elle décide de donner suite à la réparation du parking, sans passer par le « Nous » du groupe, ni le « Nous Tous » des représentants du groupe défendant le projet auprès de la direction.

289Cette manière de faire s’explique à notre sens par plusieurs facteurs. Premièrement, par l’origine du groupe issu du processus qualité et qui s’intitule « Donner son avis ». Dans un groupe de satisfaction issu d’une procédure qualité, l’aspect collectif importe peu. Comme le dit l’un des animateurs du groupe :

C’est parti de simplement, l’idée des groupes de satisfaction, pour aller interroger la satisfaction des clients. Et bon avant on avait des questionnaires à remplir, des grilles, des machins, et comme ça ne donnait pas grand-chose, on a eu l’idée de mettre en place un groupe de discussion. Mais au départ, le mandat que j’avais, c’est uniquement d’aller sonder la satisfaction des clients par rapport aux prestations offertes.

290Autrement dit, la relation client/prestataire de service l’emporte sur la relation groupe d’expression/institution : peu importe que Nathan ait formulé sa demande lors de la séance du groupe « Donner son avis » ou en répondant à un questionnaire de satisfaction. On ne saurait toutefois en déduire que ce mode de faire est « anti-citoyen ». Si on reprend la définition de Weinstock (2000), le statut de client consommateur de prestation est un statut juridique qui génère des droits et des obligations. Il y manque cependant l’aspect « façonnement du bien commun », cette confrontation active avec les autres bénéficiaires qui, selon Hansotte (2008), ne peut se faire que dans l’espace public, même si celui-ci est réduit à un groupe d’expression au sein d’une institution.

291Deuxièmement, l’institution, si elle veut montrer aux membres des groupes d’expression « que le système marche », que leurs propositions sont prises en compte, a tout intérêt à traiter toutes les demandes et à survaloriser l’initiative personnelle, plus facilement récoltée que l’initiative collective, qui demande une plus longue pratique. Ceci est d’autant plus vrai pour ce groupe qui ne se rencontre que deux fois par année. Le groupe reçoit ainsi la démonstration que ses propositions, même émanant d’une personne, sont prises au sérieux par la direction, ce qui peut renforcer son pouvoir d’agir et favoriser à moyen terme l’émergence de propositions plus collectives.

292Cependant, à pratiquer de la sorte, l’institution se prive du « filtre du bon sens » que constitue la confrontation d’une proposition d’un membre au reste du groupe. Ainsi dans la même institution, la directrice pédagogique nous dit : Par exemple, quelqu’un nous a demandé de mettre des automates tactilo pour jouer à la loterie. Et là on a refusé, parce que, un, on pensait que c’était une demande individuelle d’une personne – qui est un grand fan de tactilo –, et, deux, que ça mettrait d’autres personnes, au niveau de l’intérêt général, en difficulté par rapport à la gestion de l’argent. On peut raisonnablement penser que cette proposition n’aurait pas obtenu l’assentiment du groupe si elle avait été ouverte au débat et soumise à son adhésion.

293Les animateurs ont un rôle important à jouer pour faire émerger les initiatives individuelles et pour favoriser leur reprise par le groupe (voir le chapitre 5 de la première partie). La première étape est de rendre l’initiative individuelle compréhensible des autres. Extrait de la première séance observée dans l’institution D :

Denis Oui moi j’avais une autre question. Ça n’a rien à voir avec le babyfoot. Est-ce qu’il est possible dans le cadre de l’institution, d’avoir un garage ?

A1_D Comment ça ?

Denis Non, attendez.

A1_D dans le cadre de l’institution ? Ah, du foyer !

Denis Du foyer, oui. Dans le cadre du foyer. Je m’explique. Ce serait peut-être une bonne idée qu’on mette les vélos ailleurs que dans une buanderie. Parce que je trouve que la buanderie, c’est déjà… c’est plus pour les gens qui font leur linge, leur truc, et pis nous on se demandait aussi d’avoir un coin, un garage, c’est pour mettre nos vélos, nos outils, tout ce qui concerne…

Fabienne Valises, non ?

Denis Non pas valises.

A1_D Non mais elles sont à la cave.

Denis Mais tout ce qui est outils, vélos, trottinettes. Parce que ça aussi, ça prend de la place. Alors à ce moment-là, pourquoi ne pas avoir un garage par ici autour ?

A1_D Alors, euh… je pense qu’on peut faire passer la question plus loin, on peut…

Denis Ouais faudrait demander à M. [éducateur principal], par exemple.

294La proposition individuelle est posée et compréhensible, grâce notamment aux questions et reformulations de l’animatrice. Les autres membres du groupe peuvent se positionner. Peut-être que la proposition de Denis laisse les autres indifférents, peut-être que certains n’ont toujours pas compris de quoi il s’agissait, certains vont peut-être se rallier à Denis parce qu’ils l’aiment bien, d’autres s’opposer parce qu’ils ne l’aiment pas. Mais on ne saura rien de tout ça, car l’animatrice, au lieu de stimuler l’avis des autres, prend position par rapport à la proposition, ce qui a pour effet de stopper tout débat : se conformer aux attentes de l’animatrice, qui est également éducatrice dans la résidence, est prioritaire par rapport à la citoyenneté. Même l’initiant s’excusera presque d’avoir lancé cette proposition.

A1_D Mais euh, il y a juste un truc. Enfin moi je vois deux choses par rapport à ta question. C’est que déjà il faudrait un garage qui soit dans le coin, et je suis pas persuadée qu’il y ait beaucoup de garages libres par là autour. Donc ça voilà, parce que ça ne sert à rien non plus d’avoir un garage à l’autre bout de la ville, on est d’accord ?

Denis Non, non, ça c’est clair.

A1_D Et puis je suis pas sûre que ce soit… Parce que, ok, la buanderie, je comprends bien ton point de vue, il n’y a pas de problème, mais il ne faut pas oublier qu’on a deux énormes caves. Donc il n’y a pas que le local de la buanderie.

Denis Ouais mais bon, si on prend déjà les deux caves qui sont en bas : il y a un coin où il y a nos valises, il y a tout leur matériel et tout, et puis dans l’autre, il y a des cartons…

A1_D Mais au niveau place, il y aurait de la place ?

Denis Ouais.

A1_D Après je comprends aussi que c’est pas forcément pratique de devoir chaque fois demander la clé pour descendre à la cave, des trucs comme ça.

Denis Ouais.

A1_D J’entends bien ce que tu veux dire. Mais c’est vrai qu’un garage, le problème c’est que ça se loue, bon déjà faut trouver dans le coin, et puis après ça se loue, et ça coûte quand même, je sais pas, j’imagine, une centaine de francs par mois.

Denis Ouais.

A1_D Donc juste pour les vélos, je suis pas… Mais on note, enfin on a entendu ta demande, et puis, et bien on en parlera avec M. [éducateur principal].

Denis Ouais.

A1_D Au prochain colloque.

Denis Non mais c’est juste une question, hein ! C’est juste une question.

295L’affaire est entendue, Denis recevra lors du colloque suivant une réponse négative à sa demande. La recherche d’une solution acceptable pour tous ne s’opère pas.

296On ne saurait reprocher aux institutions de filtrer les initiatives des membres des groupes d’expression, car faire remonter des initiatives irréalisables qui sont systématiquement refusées par la direction peut se révéler contre-productif. Nous constatons cependant la réticence des institutions à utiliser le groupe d’expression comme filtre ou caisse de résonnance des initiatives individuelles, à permettre l’articulation entre le « Je » et le « Nous ». Deux raisons peuvent à notre sens expliquer cette attitude : premièrement la crainte que le débat, voire le vote sur la proposition d’un membre, puisse détériorer l’ambiance du groupe et nuire au développement de ses membres ; la deuxième raison tient peut-être dans la force que représenterait un groupe d’expression uni autour d’une proposition réaliste, investi d’un « Nous » fort, mais ce phénomène a déjà été développé au chapitre 6 de la première partie (page 75).

Selon le modèle des référendums

297Le référendum est passablement utilisé dans les groupes d’expression observés. Par cette procédure, l’institution essaie de recueillir l’avis du groupe d’expression sur un sujet qu’elle lui soumet. Comme on l’a dit au chapitre 6 de la première partie (page 75), les chercheurs ont repéré plusieurs types de référendums soumis aux groupes d’expression observés.

Le référendum ouvert limité

298Le référendum ouvert limité va forcément faire l’objet d’une décision du groupe, mais celle-ci n’est pas forcément issue d’un avis collectif : une votation à la majorité simple ou absolue n’est pas forcément l’expression d’une volonté commune. Pour qu’il y ait décision réellement collective, il faut que l’objet sur lequel porte la décision soit connu, que les propositions des uns et des autres soient expliquées, à l’image des brochures explicatives que chaque citoyen suisse reçoit avant toute votation. Si ce travail n’est pas fait, la personne déficiente intellectuelle risque d’être frustrée et ne pas comprendre pourquoi sa proposition n’a pas été retenue, ou plus fréquemment de ne pas avoir d’avis faute d’information et de voter pour la proposition de la personne qui lui est le plus affectivement proche, voire pour la proposition implicitement soutenue par les animateurs.

299Un exemple concret qui reprend une longue conversation du groupe à propos de la sortie du premier mai de l’institution D illustre bien ce type de référendum :

A1_D Alors, première chose, ce serait pour la sortie du premier mai : comme d’habitude, cette année on va faire une sortie tous ensemble, ceux qui sont là. Et puis on voulait savoir si vous aviez des idées à nous proposer, où c’est que vous voudriez aller, des idées de sorties. Alors, pour qu’on soit d’accord, il faut que ce soient des choses raisonnables, parce qu’on ne va pas aller à Venise pour un jour, donc…

Denis Alors moi je reviens sur l’idée qu’il y avait, il y avait Europapark

A1_D et A2_D Ouais

Denis Ça c’était une idée qu’on avait

A1_D Tout à fait

Denis Après… non…

A1_D Toi tu n’as pas d’autres idées, est-ce que quelqu’un a une autre idée ?

Vincent Roscope

A1_D Pardon ?

Vincent Turoscope. C’est comme…

A1_D Futuroscope ?

[…]

A1_D Le Futuroscope ? Ouais. Est-ce que quelqu’un a d’autres idées ? Carla, toi tu as… le premier mai, t’aurais envie d’aller quelque part de précis ?

[…]

A2_D Est-ce que tout le monde connaît Europapark ?

Vincent Oui Moi j’ai déjà été ça fait longtemps.

[…]

A1_D Le Futuroscope, c’est… C’est à côté de Paris, c’est euh…

Vincent C’est un parc d’attractions.

A1_D Ouhla, je suis allée il y a des années… Ouais c’est comme un

[…]

A1_D Ouais, vous étiez allés juste une journée ?

Vincent Oui, juste une journée.

A1_D Euh… parce que c’est vrai que c’est un peu plus loin qu’Europapark, c’est peut-être un peu plus compliqué d’y aller. Enfin, mon idée, ma question, c’était, est-ce que, on reste sur ces deux idées, et puis, on fait un vote ? Ou est-ce que vous avez envie de réfléchir encore ?

Denis Moi je pense qu’on peut réfléchir encore…

Vincent Réfléchir. Ça donne aussi des autres idées, ou…

A1_D Alors le seul souci, c’est que c’est vrai qu’après il y a des histoires de place, par exemple pour Europapark et tout, euh…

Denis Il faut téléphoner assez tôt, c’est ça ?

A1_D Ouais c’est le seul risque, disons, mais euh… Après… Parce que l’idée d’Europapark par exemple, l’idée ça aurait été de prendre un bus, un gros bus, ben comme Julie a déjà fait.

Denis Un de ces cars ?

A1_D Ouais, un de ces cars, et cetera, donc après il y a toujours la possibilité de prendre un bus de l’institution, si jamais, mais… Donc, globalement… Mais il me semble qu’on vous en avait déjà parlé, non ? Vous auriez… Le temps de réfléchir, vous ne l’aviez pas déjà eu ? Maintenant que j’y pense.

Denis Ben disons qu’on en avait pas reparlé entre nous, c’est ça le problème.

A1_D Ouais ben c’est le moment de proposer. Vous n’avez pas besoin, pour réfléchir, vous n’avez pas forcément besoin d’en parler entre vous, ou bien ? C’est le moment, c’est justement ce moment-là de… Enfin je sais pas, qu’est-ce que vous en pensez vous ?

Vincent Moi je pense que c’est possible de faire un vote.

A1_D Un vote ?

Salomé Rester sur ces deux idées.

A1_D : Rester sur ces deux idées, rester… Jérémy aussi ? Tu sais pas si tu seras là ou pas, mais…

Jérémy Je sais pas, mais je pense…

A1_D Eh bien tu, tu as aussi le choix hein, je veux dire, tu peux aussi décider de rester. Donc, les autres ?

Denis Ouais, on peut faire un vote, ouais.

A1_D Fabienne, Julie ?

? Oui, oui.

A1_D Oui quoi ? Vote ?

Fabienne Ouais.

A1_D Vote ? Constantin, Carla ? Vote ?

? Ouais.

A1_D Donc, qui aurait envie le premier mai d’aller à Europapark ? Levez la main, s’il vous plaît. Murielle ? Je suis pas sûre que tu aies bien compris, non ? La sortie du premier… Tu connais Europapark toi ?

[…]

A1_D D’accord. Constantin, Carla ? Europapark ou Futuroscope ?

Carla Je sais pas.

Constantin On sait pas.

A1_D Ben, vous n’êtes pas obligés de vous prononcer. Mais je trouve que ce serait bien que vous participiez et que vous donniez votre avis. De toute façon ce sera comme d’habitude, on est d’accord que c’est un vote à la majorité ?

Plusieurs Oui

A1_D Donc on va reprendre. Qui pour Europapark ? 1, 2, 3, 4… 5, 6, 7, 8. Carmen tu lèves la main ou pas ? Je te vois pas, moi.

Carmen Non

A1_D D’accord. Qui irait plutôt au Futuroscope ?

Carmen C’est quoi ça ?

A1_D Il me semble que je l’ai expliqué il y a deux minutes

Carmen oui mais je sais pas où je suis, alors c’est pour ça que je sais pas…

[…]

Carmen Je veux aller

A1_D Mais aller où ?

Carmen A ce que t’as dit avant…

A1_D Europapark ? Ou Futuroscope ?

Carmen Non l’autre.

A1_D Futuroscope ?

Carmen Oui.

A1_D Bon ben, 1 futuroscope. Et puis, vous… (Constantin et Carla) vous suivez ? ça vous est égal ?

Constantin parle à Carla en chuchotant. Rires.

A2_D Vous avez le droit de pas voter si vous voulez pas.

A1_D Mmh, mais, ça vous est égal ?

A2_D Si vous avez une préférence ?

A1_D Ou vous avez une préférence, ouais.

Constantin ( ?) avec ma femme

A1_D ça de toute façon, on ne va pas vous séparer, t’inquiète pas.

Constantin des câlins

A1_D Bon vous verrez… ça vous est égal ? Tant que vous êtes ensemble ça vous est égal, c’est ça ? Si j’ai bien compris…

Constantin Ouais

[…]

A1_D S’il te plaît. Alors bon, visiblement, la majorité a décidé Europapark.

300Personne, sauf Vincent, ne savait ce qu’était le Futuroscope avant de voter. Davantage de personnes connaissaient Europapark, et de plus il apparaît évident que les animatrices préfèrent Europapark, ne serait-ce que parce qu’elles savent que l’on peut y aller en une journée. La nécessité de réserver le car suffisamment à l’avance n’a pas permis de reporter le vote à la séance du mois suivant. Si ce report avait pu avoir lieu, on aurait pu, via internet, diffuser les prospectus des deux destinations, se renseigner sur la possibilité d’aller au Futuroscope en un jour. Le vote n’aurait peut-être pas été différent, mais il aurait davantage représenté la volonté collective, le « Nous » du groupe.

Le référendum ouvert non limité

301Dans ce type de référendum, le fait qu’il n’y ait pas de choix à faire, et donc pas d’exclusion des idées personnelles des membres, favorise le ralliement des membres du groupe aux propositions des autres, mais sans confrontation ou débat d’idées, puisque cela n’est pas nécessaire. Exemple tiré de réflexions sur l’amélioration des accueils du lundi matin de l’institution C :

A1_C

Oui alors certains ont demandé qu’il y ait un micro pour la prise de parole.

Kate Ouais pis…

Thérèse Mais ouais, mais même à l’Ouverture, il faudrait un micro.

Mathieu Oui c’est vrai.

Kate Même au micro, on n’arrive pas, on n’entend pas très bien, si on est assis au milieu.

A1_C Si quelqu’un parle de derrière ?

Kate Ben en fait si quelqu’un parle de devant, on entend…

Thérèse Ouais devant on entend, mais c’est celui qui est derrière

Kate Mais si tu es assis au deuxième rang, on entend déjà moins bien, ça fait, ça fait moins de bruit, ça fait…

Mathieu Des grésillements.

A2_C Même avec le micro, hein ?

Kate Ouais, ouais.

A1_C Même avec… ah ouais ? Parce que pour la fête nous avons utilisé le micro, mais on m’a dit qu’on n’entendait pas au fond.

A2_C On comprend rien du tout.

Kate On entend rien du tout, même au deuxième rang.

Thérèse Quoi, quelle fête ?

A1_C On n’articule pas assez bien.

Thérèse De quoi, la fête ?

A1_C A la fête, on a pris le micro, il y avait des gens qui étaient au fond de la salle, qui m’ont dit qu’ils n’avaient rien entendu, qu’on entendait très mal.

Thérèse Ah ouais !

Mathieu Oui c’est pour ça que ce serait utile d’avoir un micro, moi je trouve.

A1_C Donc ça c’est une proposition… Avoir un micro.

302Trois membres du groupe sur sept se sont exprimés à propos de l’utilisation d’un micro par celui qui a la parole aux accueils du lundi matin, mais la majorité n’est pas nécessaire puisque la proposition n’est pas limitée. L’idée du micro ne vient d’ailleurs pas du groupe, mais ressort d’un sondage fait auprès des résidants, que le groupe est chargé de transformer en propositions concrètes.

303De façon plus générale, le rôle de l’animateur est ici de bien fixer le cadre pour éviter que les propositions irréalistes et/ou irréalisables soient systématiquement présentées : il serait en effet fâcheux et démotivant que toutes les propositions faites par le groupe soient écartées par l’instance chargée de les sélectionner ou de prendre la décision finale. Ainsi la proposition de disposer de micros lors de l’accueil du lundi n’a pas été retenue par l’institution.

Le référendum-débat

304Observé principalement dans l’institution A, ce genre de référendum n’a pas pour but d’obtenir une décision du groupe (pour ou contre la proposition qui lui est soumise), mais de provoquer le débat sur un sujet touchant de près ses membres, « pour connaître leur vision de cette situation-là » pour reprendre les paroles de la responsable pédagogique et « utiliser ce terrain pour justement alimenter le débat », comme le dira un animateur.

305Exemples de référendum-débat observés :

  • Quelles sont les qualités que vous appréciez et que vous attendez des personnes qui vous accompagnent dans votre quotidien [dans l’institution A] ? »

  • Les changements de lieux de vie, ou qu’est-ce qui fait qu’on a envie de changer ou de rester là où on habite. »

306Il s’agit de sujets qui font débat dans l’ensemble de l’institution, sur lesquels le groupe d’expression est consulté comme l’ont été les autres instances de l’institution.

307Le thème « vivre en institution ou en famille » découle d’un audit interne relatif à la construction en 2013 d’un nouveau pavillon de 12 places pour personnes vieillissantes qui libérera le même nombre de places dans les pavillons actuels. Le groupe d’expression observé étant composé de travailleurs occupés dans les ateliers de l’institution, mais habitant majoritairement dans leurs familles, ce thème avait un sens bien précis, même si aucune pression n’a été exercée sur les membres du groupe.

308Ce processus peut augmenter les compétences des membres en termes d’écoute, d’expression et de confrontation aux idées des autres. L’aspect très affectif des thèmes traités en limite cependant les intentions pédagogiques : il est difficile de confronter ses idées sur des thèmes qui touchent autant l’intimité, et la parole reste au niveau du tour de table sans véritable échange. La succession de « Je » ne crée pas de « Nous ». On pourrait même affirmer que le « Nous » n’est pas forcément souhaitable, dans la mesure où une position commune reviendrait à nier des histoires personnelles, et que l’intérêt pour l’institution est de recueillir les avis dans leur diversité, et non de faire des statistiques de satisfaction. Comme le dit Mainardi (2004) :

Cette possibilité de participation/contribution directe à la détermination de son quotidien, de ses propres conditions de vie, à court, moyen et long terme, doit intéresser aussi la personne déficiente intellectuelle. (…) L’avis du bénéficiaire doit être considéré comme étant complémentaire aux jugements et aux déclarations des autres interlocuteurs (professionnels, représentants juridiques,...). L’ensemble de ses avis doit être pris en considération dans le processus de codétermination de la qualité institutionnelle de structures, dans lesquelles (vu la spécificité et la singularité des usagers) la différentiation et l’individualisation doivent être la norme et non pas l’exception ce qui est à l’opposé même du concept de « client type » et de standardisation des prestations destinées à l’individu/client. (p. 23)

Prise de décision et autodétermination dans les groupes observés

309La prise de décision signifie la possibilité de faire un choix éclairé entre plusieurs options sans influence externe exagérée, elle correspond à une des premières étapes d’un comportement autodéterminé (Wehmeyer et Sands, 1996). Une autre caractéristique pour qu’un comportement soit autodéterminé est que ses buts et objectifs et les moyens pour l’atteindre puissent être fixés par les personnes elles-mêmes. L’étape suivante sera sa réalisation avec l’évaluation de ce qui s’est bien passé, des choses à modifier ou encore des améliorations à faire. La réalisation du comportement projeté permettra ainsi de mieux connaître ses capacités et limites et d’améliorer l’estime de soi en allant chercher l’aide requise lorsque cela est nécessaire. Ninacs (2008), de son côté, parle plutôt d’empowerment individuel et collectif en écrivant que l’exercice du pouvoir, dans le sens de l’empowerment, se fera en choisissant librement entre plusieurs possibilités, en transformant son choix en une décision après l’analyse des différentes options, puis en assumant les conséquences de sa décision.

310Nous avons eu peu d’occasion d’observer des processus de prises de décision formels au sein des groupes observés, même sur des sujets qui concernaient uniquement le groupe restreint. Lorsque cela a été le cas, elles se sont faites par votation ou par consensus.

311Dans les situations rencontrées, nous avions l’impression que le processus pour arriver à la décision restait insuffisamment contextualisé, de telle sorte que les personnes n’en comprenaient pas bien les enjeux ou même ne pouvaient identifier les options qu’elles avaient. Par exemple dans le groupe D, lors d’un choix déjà illustré entre deux activités de loisirs, l’information au sujet des activités est restée lacunaire et l’influence des animateurs quant au meilleur choix nous est apparue importante. Un extrait à ce propos a été cité (page 142). Dans un autre cas se déroulant dans l’institution B, au sujet du choix de deux personnes pour la participation à un comité d’organisation d’une fête, l’enjeu de la votation ne semblait pas clair aux participants et une des personnes qui se présentait n’a pas voté pour elle-même. Dans l’institution A, nous n’avons pas eu l’occasion d’assister à un processus de prise de décision, en effet dans ce groupe il suffisait de faire une proposition ou d’émettre une idée pour qu’elle soit retenue sans analyse.

312Nous avons eu l’occasion d’observer une analyse plus approfondie des options possibles, une seule fois – dans l’institution C au sujet de la modification de l’animation des séances d’Ouverture – plusieurs options ont été présentées puis discutées, pour finalement faire un choix sur celles à retenir par consensus. De plus, dans ce cas, nous avons eu l’opportunité d’entendre le suivi quant à l’application des modifications faites aux séances d’Ouverture.

313A partir de ce que nous avons pu observer dans ces groupes, nous faisons le constat que les membres des groupes (participants et animateurs) doivent développer des compétences afin de prendre des décisions éclairées, de planifier leur mise en œuvre, de les réaliser, puis d’en analyser les résultats. Il s’agit d’un processus qui demande du temps.

314Nous avons pu déceler que dans les institutions où les groupes sont récents, les membres sont peu impliqués à chacune des étapes de la prise de décision, alors que dans les institutions où les groupes ont une identité reconnue et sont plus anciens, des choix sont possibles parmi plusieurs options, qui sont mieux présentées et contextualisées. Dans certains cas, une analyse a posteriori est même réalisée. Il reste que le plus souvent, les membres des groupes interviennent au moment de la réalisation de l’activité, quand elle a été conçue et pensée par d’autres (sortie de groupe, réalisation d’une décoration, tenue d’un kiosque à la fête du Village, etc.).

315Dans le cas de décisions sur le fonctionnement plus général de l’organisation, les participants des groupes s’en tiennent plutôt à des recommandations. Leurs demandes et préoccupations au sujet des dimensions institutionnelles sont acheminées vers les responsables ou la direction, parfois par des représentants du groupe, mais le plus souvent par les animateurs des groupes. Dans ce cas, ce sont les responsables et les directions qui décident.

316Le suivi des décisions prises par les directions et impliquant l’institution est rapporté consciencieusement par les animateurs des groupes ou par les représentants lorsqu’ils ont été mandatés pour porter la parole du groupe vers la direction (installation d’un abri vélo, aménagement d’une piscine extérieure, modification de l’animation des séances d’Ouverture, modification des menus, etc.).

2.2 Le traitement des décisions du groupe dans son processus externe (de la décision du groupe à sa réalisation)

317C’est peut-être au niveau du suivi des décisions que la comparaison avec la démocratie politique atteint ses limites. La démocratie politique a pour but de modifier les rapports entre l’Etat et les citoyens en créant, modifiant ou abrogeant des textes législatifs. Les décisions démocratiques politiques s’imposent à l’Etat et à la société civile qui participent eux-mêmes au processus de décision. Les groupes d’expression observés participent d’un processus parallèle qui, en l’absence de législation qui leur donnerait une existence formelle, dépend du bon vouloir des institutions qui les créent. En ce sens, la démocratie initiée par les institutions au moyen des groupes d’expression s’apparente davantage à la démocratie participative qu’à la démocratie politique. Par démocratie participative, on entend toute la gamme des consultations formelles et informelles organisées par les collectivités publiques pour connaître l’avis de la population ou de groupes déterminés de personnes au sujet de leurs projets.

318En France, l’ANESM (2010, p. 12), dans un guide de bonnes pratiques des espaces d’expression institués par la loi 2002-2, base son analyse sur quatre niveaux de participation : la communication, la consultation, la concertation, et la codécision (ou coconstruction). Ces niveaux de participation sont utiles pour évaluer les propositions discutées au sein des groupes d’expression observés : un référendum peut se situer tant au niveau de la consultation qu’au niveau de la codécision.

319Cette recherche ne nous permet cependant pas d’utiliser ces instruments de manière systématique, car elle vise en priorité à analyser et comparer des types de groupes d’expression et ne suit pas de manière longitudinale une série de propositions de leur origine à leur réalisation concrète.

320Toutefois, le sérieux avec lequel l’institution va répondre aux décisions et aux recommandations des groupes d’expression est déterminant pour juger de leur impact réel sur la vie institutionnelle et sur leur vitalité interne.

321On peut dire d’une manière générale que les directions assurent un bon suivi des décisions et propositions des groupes d’expression, sachant évidemment que « bon suivi » ne signifie pas acceptation de tout. Elles prennent parfois des risques en ne définissant pas de cadre préalable qui limite clairement le type de sujets qui peuvent faire l’objet d’une décision du groupe d’expression. Ce cadre est néanmoins tacite et dicté par le bon sens, comme le dit le directeur de l’institution B :

C’est difficile de mettre des limites, on peut poser des limites, mais j’entends, on ne peut pas verrouiller certaines limites en disant, ça, c’est de notre domaine, ça ce n’est pas du leur, dans l’absolu. Après il y a une question de compétences, de compréhension du contexte, j’entends, je peux pas confier la gestion du budget 2012 au Conseil des Villageois, pour des raisons évidentes de compréhension du contexte, de lien avec l’autorité de tutelle, voilà. Par-contre on pourrait très bien sur une partie de ce budget, si on doit faire des économies, les sensibiliser et les rendre partenaires, parce que finalement, c’est eux qui bénéficient de la prestation. Et aussi pour donner du sens peut-être à une réduction de prestations, de se dire, ben jusque là on vous a offert ça, moi on me coupe ça dans mon budget, vous ne l’aurez plus, et de les faire participer. Donc je ne vois pas qu’on puisse mettre des limites qui soient vraiment étanches, et après c’est le bon sens. Et il faut réfléchir en terme d’utilité, mais je sais que le bon sens, c’est une notion qui n’est pas figée non plus.

322Ce cadre flou ne va pas permettre aux directions d’anticiper le type de décisions pour lesquelles elles devront assurer le suivi, si ce n’est celles issues d’un référendum qu’elles ont elles-mêmes lancé.

Le suivi des décisions et propositions issues d’initiatives

323Comme on l’a vu au chapitre 6 de la première partie consacré à l’initiative (page 74), la survalorisation des initiatives individuelles qui sont retenues comme décision du groupe alors que celui-ci ne s’est pas prononcé, oblige parfois les directions à se pencher sur des propositions n’entrant pas dans le projet pédagogique de l’institution. Lorsque la proposition n’est pas réalisable pour des raisons éthiques ou pédagogiques comme l’introduction de « Tactilo », la réponse est aisée même si elle est négative. Lorsque la proposition est réalisable mais n’entre pas dans la ligne pédagogique de l’institution, l’affaire est plus délicate : on a mentionné dans le chapitre 6 de la première partie l’exemple de la cloche dans l’institution C pour sonner le début, les pauses et la fin du travail. Certaines initiatives sortent clairement du cadre budgétaire de l’institution et la réponse négative est assez aisée à expliquer. C’est le cas du refus par la direction de construire une piscine extérieure alors que l’institution dispose déjà d’une piscine intérieure.

324Les chercheurs ont constaté dans tous les groupes d’expression une bonne acceptation des refus de leurs initiatives par la direction. Il n’en va pas de même des décisions qui tardent à recevoir une acceptation ou un refus, en raison notamment du fait qu’il s’agit de sujets complexes impliquant des instances extérieures.

325Extrait de l’entretien avec le Conseil des Villageois de l’institution B au sujet de la proposition du groupe d’aller se présenter dans les écoles des environs.

  • 48 Les chercheurs se nomment : C1 = chercheur 1, C2 = chercheur 2, C3 = chercheur 3 et CE = chercheur (...)

C248 Là effectivement vous avez repéré, vous avez ce problème-là, quand vous vous déplacez, vous avez dit, ben oui, y’a des propositions qui ont été faites, faire venir les gens ici pour leur montrer ce que vous faites…

Kelly_ B Assez vite, hein, parce que moi, ça me…

C2 Assez vite. Vous avez aussi parlé de faire des conférences, euh, aller vous présenter auprès des écoles, de la région. Mais y’a des choses concrètes, c’est déjà en route ?

Kelly_ B Ben non, parce que avec le… moi, que je sais, hein ? avec le… DIP euh, c’est toujours en attente, excusez-moi le mot, c’est chiant. Parce que, on attend ! Et moi j’ai pas que ça à faire que d’attendre, dormir sur mes petites oreilles, moi je veux que ça se passe maintenant !

C2 Donc vous avez fait des demandes, et le DIP vous a dit, vous a pas répondu ? c’est ça ?

Kelly_ B Oui. Ben non ! Parce que c’est eux ! Pis ça fait vingt-trois ans moi que j’y suis à ce DIP, que je pense hein… mal, et pis ben euh c’est glandu, et moi ça me saoûle ! Voilà. Comme ça c’est clair, casé, net.

Joël_ B Oui je comprends, c’est vrai…

C1 Ca fait combien de temps que vous avez fait cette demande au DIP, ça fait un moment ?

Kelly_ B Ben, euh, ouais, ça va faire depuis… genre… bon j’étais pas encore présidente, hein, mais disons, je pense que j’ai dû faire cette demande depuis l’année passé.

C1 Y’a eu toute une année que vous attendez une réponse ? Mmm

Kelly_ B Mmm. Et ça commence vraiment à me gaver. Pour bien dire. Après je demande à [l’animatrice] si c’est possible que je peux pas écrire une lettre, aux écoles, comme euh, l’école là qui est sur le chemin… […] Et pis elle me dit, non mais c’est pas comme ça que tu vas y arriver. Au contraire ! Tu brûles les étapes, c’est comme ça qui viendront plus, plus vite. Après, c’est ma façon de penser, hein, vous savez…

C2 Et pis, la la proposition d’inviter des, des jeunes à venir ici, euh, vous en avez déjà parlé, dans le groupe, au conseil ? Ou bien c’est…

Kelly_ B Ben, les autres sont de mon avis, parce que ils en ont marre qu’on se fasse traiter, insulter, juger, et critiquer. Voilà. Et pis ben, euh voilà quoi, on attend toujours !

326En règle générale, ce n’est pas la direction qui vient communiquer la décision d’accepter ou de refuser une initiative d’un groupe d’expression. Cette décision est communiquée via les animateurs du groupe. Certains sujets sont cependant suffisamment complexes pour devoir être négociés directement avec des représentants de la direction. Dans ce cas, des représentants du groupe sont désignés pour ce faire, comme lors de la première séance observée dans l’institution A à propos du magasin (voir page 128).

327Ce qui est intéressant dans cet exemple est notamment la désignation des déléguées qui vont parler avec la direction, ce qui permet aux animateurs de reprendre le sujet pour voir si tout le monde a compris de quoi il s’agissait et si les représentantes étaient au clair sur ce qu’elles devaient demander. Cette mise au point a permis au groupe, ou du moins à certains de ses membres, de se positionner et d’initier un début de « Nous ». Devant la direction, Christine et Chloé parleront en principe en « Nous Tous », même si le « Tous » est limité à quelques membres du groupe, voire aux avis individuels des paroles. En effet, dans cet extrait apparaît le passage direct d’une parole en « Je » au « Nous Tous » sans s’être assuré préalablement d’une concertation du « Nous ». Les chercheurs constatent que les moments formels où il faut voter, se positionner, sont souvent propices à l’articulation « Je – Nous – Nous Tous », alors que ces moments sont justement rares dans les groupes observés.

328Ce que l’on a dit au sujet des initiatives qui étaient davantage individuelles que collectives a son corollaire dans leur suivi : une réponse négative apportée par la direction à une initiative d’un membre et qui n’est donc pas portée par le groupe ne va pas provoquer de grosses réactions de la part de celui-ci.

329Ce constat est renforcé par le fait qu’une personne ayant une déficience intellectuelle a tendance à se conformer à ce qu’on attend d’elle, à ce que veut et dit une perosnne d’autorité comme la direction, et par là-même à accepter les refus à ses initiatives.

330En conséquence, on pourrait supposer que si les initiatives individuelles des membres étaient davantage portées par le groupe dans son entier, leur refus par la direction aurait plus de mal à être accepté, voire provoquerait des tensions entre les groupes d’expression et l’institution.

Le suivi des décisions et propositions issues de référendum

331Le suivi des décisions prises par référendum ne devrait pas poser de problème, dans la mesure où il s’agit de propositions émanant de l’institution qu’elle désire soumettre au groupe d’expression. En choisissant cette procédure, l’institution accepte de fait d’en assurer le suivi, si cela est nécessaire. Il convient toutefois d’analyser ce suivi en fonction des types de référendums dégagés au chapitre précédent.

Dans les référendums fermés

332On a vu que le référendum fermé, tel qu’on le connaît dans le système politique, n’a pas été constaté par les chercheurs dans les groupes observés. Cela se comprend aisément par le fait que son suivi engage de manière forte l’institution et le groupe d’expression à qui il a été soumis. Fonctionnant sur le système : acceptez-vous/n’acceptez-vous pas la proposition émanant de l’institution, une acceptation par le groupe lie la direction, qui se décrédibiliserait si elle ne mettait pas en œuvre la proposition, ou devrait tout du moins expliquer sa volte-face. Un refus de la proposition par le groupe mettrait l’institution dans une situation délicate si elle espérait une acceptation, ou au contraire légitimerait sa politique si elle espérait ce refus, notamment si cette politique est contestée par d’autres instances (équipes éducatives, collectivités publiques de tutelle…). Toujours est-il que ce type de référendum et son suivi agit fortement sur les rapports de pouvoir, que les institutions observées n’ont pas envie pour le moment d’exercer, en absence de législation les y contraignant.

Dans les référendums ouverts limités

333Le référendum ouvert limité appelle de fait un suivi institutionnel : si on demande au groupe de choisir entre plusieurs propositions définies à l’avance, on accepte de se conformer au choix proposé. Rappelons que ces choix peuvent porter sur des sujets internes au groupe (comme par exemple choisir la destination d’une sortie récréative réservée aux membres du groupe), mais également sur des sujets intéressant l’ensemble de l’institution (comme par exemple donner des noms aux bâtiments de l’institution). Il serait en effet contre-productif, voire maltraitant, de soumettre des choix à un groupe et de ne finalement pas suivre ce choix. Les institutions observées suivent les choix faits en consultation.

334Une exception toutefois à ce qui vient d’être dit peut se produire lorsque le référendum ouvert limité s’inscrit dans une consultation à plus large échelle, dans laquelle le choix du groupe d’expression serait minorisé. Mais il faut alors une explication préalable au groupe quant à la portée de son choix. L’institution A a mis en place trois groupes « Donner son avis » qui fonctionnent en parallèle avec le même ordre du jour. Le résultat d’un référendum ouvert limité n’est pas forcément le même dans les trois groupes, et l’un d’eux peut donc se trouver minorisé.

Dans les référendums ouverts non limités

335Le référendum ouvert non limité appelle quant à lui un suivi relatif. S’agissant d’une consultation ouverte, une sorte de « brainstorming » où les propositions ne sont pas limitées, donc rarement négociées au sein du groupe, les propositions émises sont souvent plus nombreuses que celles qui pourront être retenues (c’est le cas par exemple de l’appel aux idées pour la fête du Village de l’institution B). Dans ce cas, il est naturel que l’institution retienne certaines propositions et en écarte d’autres ; un retour au groupe sur les motivations quant au choix des propositions retenues ou écartées serait néanmoins souhaitable, car on est dans une situation similaire à celle du suivi des initiatives.

336Lorsque les propositions du groupe issues de la consultation ont été négociées en son sein et ne dépassent pas ce qu’il est possible de mettre en place au niveau institutionnel (comme c’est le cas pour la consultation sur l’accueil du lundi matin dans l’institution C), l’institution se doit d’y donner suite et on se retrouve dans la situation du référendum ouvert limité.

Dans les référendums-débats

337Le référendum-débat n’appelle quant à lui aucun suivi formel, il s’agit d’une « prise de température » du groupe par l’institution sur un sujet donné. Il peut néanmoins influencer fortement la politique institutionnelle et aboutir ainsi à des changements importants.

3. Participation des membres des groupes observés

338Le terme participation est communément décrit comme « 1. action de participer à quelque chose ; son résultat. [...] Le fait de se prononcer aux élections, de voter. [...] Droit de regard, de libre discussion et d’intervention des membres d’une communauté.[...] 2. action de participer à (un profit, la gestion) ; son résultat. [...] » (Le Nouveau Petit Robert, 2006, article Participation, p. 1855). La manière de participer au groupe déterminera le type de prise de parole de ses membres (« Je », « Nous », « Nous Tous »).

339Le fait de se retrouver en groupe ne garantit aucunement une participation collective. La personne peut s’y exprimer uniquement à titre personnel, et le groupe ne représenter alors qu’une juxtaposition de considérations individuelles. De surcroît, l’émergence du sentiment d’appartenance à un groupe n’est pas spontanée à sa constitution, ce sentiment se construit avec le temps.

340La création d’un groupe provient la plupart du temps d’une problématique ou d’un intérêt commun à ses membres, d’un besoin de partager, d’un vécu et de préoccupations similaires entre pairs afin de se soutenir, de rechercher des solutions ensemble. Lorsqu’il se met en place dans une institution socio-éducative, le groupe peut être proposé ou imposé par l’équipe accompagnante ou par la direction. Le groupe pourra être utilisé comme un outil de médiation spécifique, comme une activité thérapeutique ou encore comme une occasion de formation ou d’apprentissage répondant aux objectifs établis dans le projet socio-éducatif personnalisé de plusieurs personnes. Il peut aussi être formé dans une visée de participation au fonctionnement institutionnel. Quoi qu’il en soit, le groupe prendra son sens au fil du temps selon ce qui s’y déroule, en fonction des événements et de la participation des membres. Il pourra se transformer, s’agrandir ou même s’interrompre.

341Ce chapitre met en relation des caractéristiques des personnes et des fonctionnements des groupes avec la participation qu’il nous a été donné d’observer. En guise de préambule, nous aimerions souligner la très grande disparité des quatre groupes observés, dont nous avons retenu certaines dimensions qui pourraient influencer la participation de leurs membres. Ces caractéristiques sont présentées ci-après, elles restent cependant difficiles à isoler, et plusieurs interagissent entre elles, ce qui limite nos analyses basées sur une approche qualitative. Nous ne pouvons donc émettre à ce stade que des hypothèses explicatives de la participation observée.

3.1 Freins et facilitateurs à la participation

342Pour chacun d’entre nous, l’expression en groupe, et par extension l’exercice d’une démocratie participative, s’apprend progressivement dès le jeune âge, dans le contact avec des pairs et les expériences partagées, d’abord au sein de sa famille puis en collectivité, à l’école, au travail, dans ses loisirs, avec des amis. Dans le contexte de cette recherche, nous entendons par participation celle qui concerne le vécu de la personne dans son rapport aux personnes avec lesquelles elle vit et travaille, dans son rapport à l’institution ainsi que dans son rapport à la société élargie.

343Cette participation requiert le développement d’aptitudes à la communication telles que celles d’écouter, d’exprimer clairement ses idées, de respecter la parole des autres, d’accepter des points de vue divergents, de reformuler, de débattre, de mémoriser, d’analyser et de comprendre. Elle suppose la possibilité de défendre ses idées, de convaincre, ou au contraire de faire des compromis et d’accepter de laisser de côté une part de ses idées et de ses souhaits et d’accepter une part de ceux des autres.

344La participation à un groupe amène souvent à prendre des décisions collectives selon divers processus (votation, consensus, majorité, etc.) qui s’apprennent au fil des occasions partagées et nécessitent une analyse des différentes propositions en jeu. Etre membre d’un groupe implique un engagement personnel et, parfois, de prendre des responsabilités et de les assumer au nom du groupe, de le représenter à l’extérieur, ou encore de le quitter harmonieusement lorsque celui-ci ne correspond plus à ses besoins, etc. Les objectifs visés lors d’une participation à ces groupes peuvent concerner la personne elle-même, son groupe d’appartenance, une communauté restreinte ou élargie (groupe de vie, institution, quartier, cité, etc.).

345Nous avons séparé ces caractéristiques en deux sections distinctes, celles qui sont propres à des caractéristiques des personnes appartenant à ces groupes et celles liées au fonctionnement des groupes, toutes deux interagissant et influençant la participation.

3.2 La participation selon les caractéristiques des membres du groupe

346Les différentes caractéristiques des membres des groupes sont synthétisées au tableau 14 dont nous reprenons ci-dessous les éléments.

Tableau 14 : caractéristiques des membres des groupes observés/participation

Institution

A (Vd)

B (Ge)

C (Vd)

D (Ne)

Dénomination du groupe

Donner son avis

Conseil des Villageois

Conseil des Résidants

Comité des Résidants

Lieux de vie des membres

Vivent en famille ou appartement au village proche

Vivent dans le même village (10/11)

Vivent sur le site de l’institution

Vivent en appartement en ville dans un même

Lieux de travail des membres

Travaillent aux ateliers d’occupation et de production de l’institution

Travaillent dans les ateliers d’occupation ou de production du village. Un parmi eux travaille en PME

Travaillent sur le site en ateliers d’occupation ou de production

immeuble Travaillent en ateliers de production en PME ou dans un atelier de l’institution

Organisation des activités de loisirs des membres par ordre décroissant

Résidant ou travailleur Proches Institution

Résidant ou travailleur Institution Proches

Résidant Institution Proches

Résidant Proches Institution

Projet commun entre les membres du groupe

Travaillent pour la plupart sur même lieu

Vivent et travaillent même village (institution)

Vivent et travaillent même institution

Vivent même appartement

Type d’engagement/groupe

Engagement Début de formalisation

Engagement formel

Engagement formel

Obligatoire

Rapport des participants à l’institution : lieu de vie ou de travail

347Les membres de deux des groupes se trouvent dans un rapport plus distant face à l’institution, il s’agit de ceux des institutions A et D. En effet, les participants du groupe de l’institution A vivent pour la plupart dans leur famille ou en appartement protégé dans un village proche de l’institution. En dehors du groupe « Donner son avis » auquel ils participent, ils se rendent sur le site principal de l’institution pour travailler en atelier pour certains ou seulement pour des événements spéciaux pour d’autres. Ils ont en commun d’être tous accompagnés par un membre du personnel socio-éducatif de façon plus ou moins soutenue pour leur activité de travail et pour leur projet d’hébergement pour ceux d’entre eux qui vivent en appartement dans un village proche.

348Les membres du comité de résidants de l’appartement de l’institution D présentent comme caractéristiques communes d’être des locataires habitant un même immeuble et pratiquant des loisirs ensemble lors des journées de congé ou lors des week-ends. Certains des résidants exercent une activité de travail au sein des ateliers de l’institution principale ou dans une entreprise locale ; toutefois, ils vivent tous dans un lieu de résidence délocalisé par rapport au site principal de l’institution.

349Par contre, les membres des groupes des institutions B et C ont des liens beaucoup plus étroits entre eux et avec l’institution. Les membres du Conseil des Résidants de l’institution C résident et travaillent tous dans une structure de l’institution sur le site principal. Quant à ceux du Conseil des Villageois et Compagnons de l’institution B, ils sont regroupés dans un petit village où ils vivent et travaillent.

350Ces caractéristiques distinctes des membres des groupes auraient pu influencer les buts et objectifs des groupes ainsi que les thèmes traités si, par exemple, les personnes qui vivent et travaillent ensemble communiquaient spontanément davantage sur des thèmes liés au vécu dans l’institution (travail et lieu de vie) ainsi qu’à son fonctionnement, et se sentaient plus concernées par ce qui s’y déroule. Nous nous serions également attendus à ce que naturellement, les membres des institutions A et D, mieux intégrés à la communauté, abordent, en plus de thèmes sur le vécu institutionnel, d’autres sujets qui parlent de leurs expériences de vie singulières (intégration au quartier, relation avec leur famille, rencontre amicale, loisirs, sentiment de solitude, etc.) ou qu’ils se sentent plus concernés par les événements de l’actualité locale, etc.

351Mais cela n’a pas pu être vérifié. En effet, dans les quatre groupes, nous avons été témoin de sujets qui concernaient le vécu des membres dans le milieu institutionnel. Cela relève sans aucun doute de la définition des buts et objectifs des groupes ainsi que de l’élaboration de l’ordre du jour qui, comme nous le verrons plus loin, émane le plus souvent du personnel accompagnant ou de la direction et est rarement co-construit avec les participants. Les événements de la communauté élargie qui auraient pu concerner les membres (décisions politiques, environnement, chômage, accès aux soins de santé, catastrophe climatique, etc.) n’ont été abordés à aucun moment lors des deux séances observées.

Aptitudes et compétences personnelles développées

Capacité d’expression et de compréhension du message

352Les groupes donnent la parole à leurs membres alors que pour certains, cette parole n’est pas simple à exprimer ou à retenir. Le maniement des règles implicites et les conventions de l’expression collective restent souvent en apprentissage ou à l’état d’ébauche. Cela s’explique par un manque d’expérience et d’occasions de s’exprimer en groupe ou par des déficiences et incapacités spécifiques des membres dans différents domaines cognitifs ou sociaux (mémoire, compréhension, expression, élocution, confiance en soi, etc.).

353Cela devrait amener les animateurs à porter une attention particulière à l’expression claire et à vérifier la compréhension de certains énoncés ou mots complexes, et à stimuler l’utilisation des modalités alternatives à la communication pour faciliter la compréhension. Toutefois, à part la reformulation, l’utilisation de PowerPoint et la communication facilitée, nous avons été témoins de peu de supports à la communication : ni images, ni photos, ni documents imagés préparés préalablement. Dans certains cas où la parole du groupe est transmise à des instances extérieures, il existe des modalités de transmission écrites pour les membres ayant des difficultés de communication ; l’écriture est alors la responsabilité d’un tiers, sans rechercher de modalités plus visuelles et accessibles à cette transmission.

Compréhension des règles sociales

354Dans le groupe de l’institution A, les animateurs ont établi une liste de règles à respecter pour s’exprimer en groupe. Ces règles sont rappelées au début de chaque séance. Les membres du groupe commencent à se les approprier ou du moins à les mémoriser. Ces règles sont présentées dans l’extrait cité dans le chapitre 4 de cette partie sur l’animation (page 253).

355De même dans tous les groupes, l’ordre du jour se répète de séance en séance, cette façon répétitive et similaire de mener les groupes permet aux participants d’intégrer la manière de fonctionner du groupe et d’y trouver des repères.

Capacité de choisir le destinataire approprié

356Parmi les manières d’aider à la communication, nous avons pu assister à une autre forme de soutien aux participants lorsqu’ils font des digressions. Parfois les participants ne savent pas où et à qui amener leur préoccupations et ils les apportent au moment de la séance du groupe alors que c’est un autre sujet qui est traité. Lorsque cela se produit, nous avons été témoins, comme c’est le cas dans l’exemple détaillé au chapitre 4, à la page 250, que l’animateur peut pallier les difficultés de la personne en l’orientant au bon endroit afin qu’elle obtienne une réponse à ses questionnements.

Vécus associés à la participation au groupe

357Nos observations des différents groupes ainsi que l’expression spontanée de certaines des personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenues ont permis de dégager des vécus positifs ou négatifs exprimés par les membres quant à leur participation à ces espaces d’expression.

Une expérience positive malgré des difficultés rencontrées

358Alors que les participants aux groupes observés possèdent des compétences à la communication inégales et que certaines habiletés restent encore à développer chez plusieurs, nous avons pu constater que dans les quatre groupes observés presque tous les membres avaient un plaisir à participer. En effet, l’ambiance des groupes est détendue et très conviviale, les membres arrivent à l’heure, ils se saluent, ils montrent une bonne écoute et un respect de la parole des uns et des autres. Cela est plus marqué lorsque le mode d’engagement au groupe est volontaire. En effet, dans le groupe où la participation est obligatoire, davantage de membres montraient des signes d’ennui ou de fatigue. Dans les trois autres groupes, l’intérêt était manifeste quel que soit le mode d’adhésion au groupe.

Représenter ses pairs, partager son expérience et ses observations avec eux, constater que ses propos sont entendus par les professionnels, participer à la mise en place d’actions ou à la formulation de propositions, appartenir, même sporadiquement, à un groupe qui fait aboutir des propositions, constituent autant d’expériences positives d’affirmation de soi. (ANESM, 2010, p. 19)

359Les participants nous ont semblé valorisés de participer à ces groupes, même si certains reconnaissaient que cela était souvent exigeant pour eux, comme l’illustre l’extrait suivant, issu de l’entretien avec les membres du Conseil des Résidants de l’institution C.

Mathieu Oui moi j’aime beaucoup participer à des Conseils de résidants comme ça, ça me plaît.

C1 Mmm. Et Patricia aussi vous aimez bien ?

Patricia Oui c’est bien, c’est bien, mais des fois c’est pas évident.

C1 Vous trouvez quand même que ce n’est pas évident ?

Patricia Ouais.

C1 Pourquoi ?

Patricia Pour plusieurs choses. Des fois on comprend pas, pour comprendre les choses des fois c’est pas évident, et puis se sentir à l’aise, des fois, c’est pas évident non plus. Avec des personnes qu’on ne connaît pas, et même si on connaît. Des fois il y a des trucs, des fois, c’est pas évident. L’autre fois, j’ai pris la parole pour un départ, et j’étais un peu émue, des fois on peut être émue…

Noémie Oui moi aussi.

Patricia Ça c’est pas évident.

C1 C’est normal d’être émue quand on parle… Vous avez dit, devant quatre-vingt personnes, huitante personnes ?

Noémie Moi j’ai dû prendre la parole au nom de tous les résidants de l’institution pour un maître d’atelier qui est parti la semaine passée, mais alors waw, j’étais émue !

360Malgré les exigences requises pour la participation à ces groupes, nous avons perçu la motivation et l’importance qui y étaient accordées par les membres. Celles-ci se sont manifestées également par l’accueil et l’engagement face à la démarche de recherche. En effet, la plupart des personnes concernées ont participé volontairement aux entretiens ainsi qu’à la séance collective de mise en commun qui s’est déroulée en décembre 2012 avec toutes les institutions. La grande majorité des membres y était présente (30/31 des personnes en situation de handicap membres des groupes, tous les animateurs ainsi que la plupart des membres de la direction travaillant encore dans l’institution une année et demi plus tard et qui avaient participé à la recherche). Si le groupe de l’institution D n’a pu se rendre à cette rencontre de mise en commun à la date proposée, presque toutes les personnes ayant participé à la recherche, membres de ce groupe, sont venues lors d’une séance de restitution et de travail sur place en février 2012 (11/12 personnes concernées, 3/4 éducateurs qui animent ces groupes et 3/3 membres de la direction).

361Par contre, une difficulté mentionnée par les membres d’un des groupes réside dans l’impression que malgré les lieux d’expression existants, la parole exprimée n’était pas suffisamment prise en compte par les responsables et que les demandes devaient être formulées souvent à plusieurs reprises avant de pouvoir se réaliser, rendant pénible le temps d’attente de la résolution. Ce sentiment peut être accentué par une impression d’un vécu qui se répète. Il en est ainsi dans l’extrait suivant émanant de l’institution B où, lors d’une séance les membres ont pu dire que

Daphné Moi je veux un peu rejoindre Ethan, parce que chaque fois qu’on veut… exprimer quelque chose… euh j’ai pas l’impression, on essaie de communiquer mais j’ai pas l’impression qu’on est vraiment à l’écoute, ou à l’entendre, ou bien qu’on croit ce qu’on veut dire, alors si la communication doit passer, qu’on nous écoute et qu’on nous croie ce qu’on dit aussi…

Joël C’est très important…

Daphné Et ça, c’est, ça manque beaucoup.

A1_B Et ça c’est de manière générale ? C’est ça ? La communication…

Joël Oui.

Daphné Oui. C’est un peu partout. Alors, si on doit communiquer, pis qu’on doit dire les choses, alors comment on veut qu’on fasse ? C’est vraiment…

A1_B Faut qu’on trouve des solutions. Une manière de dire les choses, pour que ce soit mieux entendu. Tout ça, ça fait partie aussi des objectifs du Conseil, puisque c’est (?) aux objectifs (?). Donc voilà, Vanessa ?

Vanessa Non mais, je m’excuse. Je re, je rejoins tout à fait euh Ethan et… Daphné, parce que… c’est vrai que… souvent, aussi en fait euh, ils doivent répéter, de nouveau répéter parce que… personne n’écoute, vraiment. Et pis c’est très agaçant quand les… gens n’écoutent pas. Alors le message euh… je rejoins, ça je rejoins totalement les autres, Ethan et Daphné… parce que moi je dis euh, normalement c’est, on était tous… je suis pas la seule, hein, je, je compte… on ne vise pas moi Vanessa directement, on vise tout le monde en général, c’est… c’est, voilà, donc euh, donc si on doit tous euh, tout le temps répéter, répéter, c’est fatiguant aussi pour… voilà.

A1_B Ça c’est typiquement un thème qu’on peut mettre à l’ordre du jour lors des prochaines séances… la communication.

362C’est aussi le cas dans un autre exemple déjà cité au chapitre 2, (page 197) de l’institution B, où une demande doit passer par le Département de l’instruction publique (DIP) de l’Etat de Genève pour être avalisée avant sa réalisation.

363La demande de la présidente portait là sur un sujet qui implique la communauté élargie et nécessite des collaborations et des autorisations qui dépassent le cadre institutionnel. A ce moment-là surgit la question de la légitimité du groupe à formuler cette demande externe et quelle est la position du Conseil de fondation face à cette proposition qui implique les écoles de la Commune ? Se pose ensuite la question de la formulation de la demande et auprès de quelles instances celle-ci devrait être déposée. La connaissance des différents niveaux de pouvoirs locaux facilitera les démarches pour qu’aboutisse cette démarche. Il s’agit ici d’un processus qui nécessitera du temps et où une analyse des enjeux est nécessaire avec plusieurs partenaires afin de déterminer la meilleure stratégie à adopter. Se pose alors la question du rôle que prendra le Conseil des Villageois et Compagnons dans cette négociation et de comment rendre ses membres partenaires de la négociation. C’est d’ailleurs dans cette institution où les espaces d’expression sont les plus anciens que les membres du Conseil exposent ce type de demande complexe et qui implique un réseau externe à l’institution tout en se plaignant des lenteurs administratives face à leur résolution. Probablement que leurs expériences de participation antérieures les rendent plus exigeants face aux demandes formulées et aux réponses attendues en retour.

Prendre un rôle dans le changement de représentations à leur égard

364Les participants au Conseil des Villageois et Compagnons de l’institution B perçoivent le rôle qu’ils ont face à des pairs. Ce rôle concerne d’autres villageois qu’ils représentent afin de vivre les uns et les autres en bonne harmonie et dans le respect. Plus encore, ils perçoivent qu’ils sont des acteurs potentiels des changements des représentations de la communauté élargie à l’égard des personnes en situation de handicap en général. Dans l’extrait ci-dessous lié à l’exemple précédent, la présidente fait état de l’accueil de la visite des enfants des écoles de la Commune à une activité de ferme pédagogique animée par des personnes en situation de handicap de l’institution ; elle souhaite développer cette action en proposant une activité différente pour les adolescents qui se montrent régulièrement irrespectueux à leur égard lors des trajets en bus.

Kelly C’est mieux que les ados viennent ici, on leur montre ce qu’on sait faire, on leur explique, parce qu’ils ont pas le droit de nous traiter comme ça de la sorte ! Je suis désolée !

Daphné Non ils ont pas le droit, ils ont pas le droit du tout

Joël Non ça c’est bien

C2 Alors pour…

Kelly On veut faire apprendre aux tout-petits, comme quoi, ceux de, ceux de trois ans hein, même moins, six ans hein, on leur fait, on leur explique comme quoi oui mais écoutez ici vous êtes dedans un village avec des personnes un peu handicapées, vous n’avez pas le droit de les traiter comme ça. …

3.3 La participation selon les caractéristiques des groupes

365Si la participation à un groupe dépend des caractéristiques propres à ses membres, elle se distingue encore par des caractéristiques des groupes et de leur fonctionnement. Même si plusieurs de ces caractéristiques seront résumées dans le chapitre 5 de cette partie présentant une typologie des groupes observés, nous en reprenons certaines ici de façon plus détaillée, parce qu’elles ont nous ont paru avoir un effet sur la participation. Il s’agit de l’adhésion à ces groupes, des buts et des objectifs poursuivis, de leur fréquence et durée, la localisation institutionnelle, le lieu où ils se déroulent, leur longévité et leur insertion institutionnelle ainsi que leur articulation avec d’autres espaces d’expression.

Les processus d’adhésion et leurs conséquences sur la participation

366Les institutions se distinguent par le processus d’adhésion des membres au groupe d’expression et par leur mode de représentativité. Ce thème est analysé selon un point de vue politique dans un prochain chapitre. Nous reprenons ici son impact sous l’angle de la participation et de la prise de parole en « Je », « Nous » ou « Nous Tous » de ses membres. Nous avons constaté que le processus d’adhésion au groupe semble directement associé au type de parole recherché ensuite par les animateurs de ces groupes.

Processus d’adhésion par votation et type de parole recherchée dans le groupe

367Pour rappel, dans les institutions B et C où le groupe a un statut officiel et formule des recommandations sur des dimensions du fonctionnement de l’institution, les membres du groupe sont élus. Dans l’institution B, il s’agit d’un processus électoral non représentatif. Les candidats proposent un projet, un thème, sous forme de slogan. Le sujet de leur campagne est directement en lien avec une préoccupation individuelle qu’ils souhaitent défendre au niveau institutionnel (terrain de loisirs, accès de l’institution par les transports publics, création d’un lieu de rencontre, etc.). Devenir membres du Conseil des Villageois, espace d’expression collectif, leur donne un plus grand pouvoir pour faire aboutir la réalisation de leur projet, en le portant à un niveau collectif. Pour cette élection, toutes les personnes en situation de handicap de l’institution peuvent voter pour leur meilleur candidat. Si la campagne électorale porte sur des projets ou des thèmes qui tiennent à cœur aux différents candidats, elle ne fait pas référence à une insertion particulière dans l’institution (lieu de vie, atelier de travail, problématique d’une population, etc.). Aucune représentativité n’est recherchée, les candidats représentent l’ensemble des villageois sans distinction, c’est un thème qui définit leur campagne. Cependant, les candidats au Conseil doivent posséder des compétences minimales à la communication qui sont testées avant que la candidature ne soit officielle. Le but recherché est que les personnes élues puissent représenter au mieux l’ensemble des membres de la collectivité villageoise auprès de ses instances de décision mais aussi d’instances tierces. Ces tests d’aptitudes sont administrés par des membres du personnel accompagnant. Cette forme d’élitisme se retrouve dans nos sociétés, même si les élus ne sont pas soumis à des tests, ils doivent faire des débats, parler aux médias, etc. Ce processus est commenté dans l’extrait suivant par les membres de la direction de l’institution B lors de l’entretien avec les chercheurs :

  • 49 D1_B = membre de la direction 1 ; D2_B = membre de la direction 2.

D2_B49 C’est des gens qui ont décidé de se lancer dans une carrière politique. Parce qu’effectivement, tous les deux ans, vous avez des élections, donc en amont vous avez une campagne électorale. Tout le monde peut se présenter aux élections, mais tout le monde ne sera pas… élu au niveau du Bureau ou de la Présidence. Parce qu’on…

C1 Ou du Conseil ?

D2_B Du Conseil, oui, mais c’est-à-dire qu’on a pris l’option, pour les candidats disons à la présidence, d’avoir un minimum de compétences, afin d’être, de pouvoir créer justement un partenariat de qualité avec la direction. Je veux dire, on ne souhaite pas avoir des candidats qui sont élus juste parce qu’on les aime. Il faut que ce soit des gens qui ont un minimum de compétences en compréhension, en lecture, en écriture et en calcul pour pouvoir avoir, mener un rôle de représentation qui soit de qualité.

D1_B Ça pourrait paraître très discriminant, mais en même temps, l’exigence de compétences est quand même assez faible, même si elle est présente. Si je prends la présidente précédente, elle ne savait pas lire.

D2_B Oui c’est un minimum, exactement.

D1_B Mais elle faisait quand même un discours, elle faisait son discours au moment de manifestations officielles.

D2_B Parce que l’idée, c’est que ces gens-là, ils ont quand même un rôle, voilà, de partenariat dans les représentations officielles, ils représentent l’ensemble de leurs collègues. Donc effectivement, chacun de ces candidats mène une campagne électorale avec des affiches, avec des slogans, avec des projets. On fait des débats électoraux. Ces gens-là peuvent être coachés par les facilitateurs. Ils peuvent bénéficier du secteur Culture et Sport pour la réalisation de leurs affiches, et cetera, ou dans les maisons. L’idée, c’est qu’ils viennent aussi… Bon on a eu fait des débats télévisés, où les gens venaient défendre leur projet, c’est filmé, c’est discuté, et cetera. […]

368Cette façon de faire, si elle se rapproche du fonctionnement de la société en général et d’une forme d’élitisme quant aux élus censés représenter les préoccupations de l’ensemble de la population qui la compose (le « Nous Tous » du village) questionne sur l’éviction éventuelle des membres les plus faibles et fragiles de cette communauté, et ce particulièrement dans une institution socio-éducative qui accueille des personnes ayant une déficience intellectuelle. Il existe là un risque d’exclusion par les membres élus face aux personnes les plus faibles qu’elles pourraient avoir plus de peine à représenter ou à intégrer à leur projet. Cela est ressorti du discours au moment de l’entretien réalisé juste après l’observation de la première séance avec les membres du Conseil, comme il apparaît dans cet extrait où les membres du Conseil des Villageois partagent leurs idées sur la création d’un centre de rencontre au sein du village.

Vanessa Y’a Kelly qui vient d’avoir une idée, là.

Joël Une idée, oui

Kelly Parce que, l’année passée, on avait proposé ça à A-L S., qui était l’ancienne directrice, et, elle nous a dit comme quoi ça ne pouvait pas marcher, pourquoi, parce que si y’avait pas d’éducateur, si y’a un pétage de plomb comme J. [une résidante], ben… nous, on pourrait, nous on aura, on arriverait pas à gérer. Maintenant j’ai une, j’aurai une idée, bon cela dit c’est pas sympa, mais y’aurait un centre de rencontre pour ceux, ceux qui, ceux qui, ceux qu’on voudrait avoir. Donc y pourrait y avoir Xa., R., [des résidants] euh, voilà, et puis les autres, bien sûr. Et pis les autres, genre de J. et compagnie, ben là on leur dirait non. Ce serait ça une solution.

C1 Donc y’aurait des critères d’adhésion à votre centre de rencontre…

Kelly Voilà. Y’aurait des critères. Et cette fois-ci, pour te, pour ton centre de rencontre, Jérôme, je l’écrirais moi pour en parler avec [l’animatrice]. C’est-c’est-cette fois-ci j’aurai mieux travaillé la chose, pour euh… voilà quoi

C1 Ou bien… En fait ce que vous dites, c’est que vous n’aimeriez pas avoir des gens qui ont des troubles du comportement parce que c’est trop difficile à, à gérer,…

Jérôme Ouais, voilà.

Kelly Oui.

Ethan Des troubles…

Joël C’est ça, oui.

C1 Ou bien vous pourriez envisager d’avoir de l’aide quand y’a une personne qui a un trouble du comportement ?

Ethan des troubles psychiques avec comportement…

Kelly Ben l’idée c’est ce serait ouvert à nous tous, sauf à ceux qui sont euh…

369Paradoxalement, ce groupe s’était initialement exprimé lors du même entretien sur un sentiment d’exclusion face à une appartenance à la communauté élargie, celle qui se trouve hors du village. Plusieurs de ses membres avaient ressenti une forme d’exclusion de la part de la société à leur égard, à différents moments de leur vie.

Jérôme Comme euh, Kelly et pis Daphné le soulignent, euh comme Kelly vient de le dire maintenant, il, il faudrait dire aux adolescents, mais pas seulement aux adolescents mais, mais au… au public en lui-même. Parce que y’a y’a beaucoup de… moi j’ai vu des cas, ben des.. eh ! moi j’ai vu le cas dans ma vie professionnelle, pro-professionnelle. Moi je suis épileptique, euh au petit mal, depuis l’âge de 3 ans, j’ai, j’aurai 50 ans dans un mois, ça fait quarante-sept ans de médicaments, et pis euh… j’en, je (?), et pis, de ma scolarité jusqu’à avant que je vienne ici, partout où j’ai été on m’a critiqué.

Kelly Mmm.

Joël oh tout ça, quarante-sept ans… donc quarante-sept ans…

Jérôme Alors ce que je veux plus, ce que j’ai entendu pendant, pendant euh, quarante-sept ans, euh non quarante… quarante-deux ans, bientôt quarante-trois, c’est une chose que je veux plus entendre. Parce qu’on me disait tout le temps, il est lent il est lent, t’es lent t’es lent t’es lent. Maintenant si-si si quelqu’un me dit ça, je saute sur la table et je lui… ouh… je euh… je dis tout quoi. Ça sera vulgaire, mais ça mais-mais ça fait rien. Mais c’est justement pour ça que je voulais dire que, qu’il faudrait (?), rendre euh… que les gens… et que les adultes, les euh maîtres d’atelier d’autres entreprises viennent ici, et pis nous entendent, et pis après que ça leur fasse bouger dans leurs neurones et pis qu’ils euh réagissent différemment… correctement. Comme ils le doivent. Et non pas dans la… comme on vient de le dire, dans la… crit, dans la critique.

370Deux limites de participation ressortent quant à cette forme de représentation par élection de l’« élite » d’un village situé en marge de la société, même si l’institution prône son intégration. Un des risques encourus est celui que, sans aide adaptée, les élus de ce groupe qui s’expriment en « Nous », représentent uniquement les projets des membres auxquels ils s’identifient en excluant les personnes les plus dépendantes du village, et qu’ils aient de la difficulté à prendre en compte le « Nous Tous » du village entier. Les animateurs de ces groupes y sont particulièrement attentifs. Sans eux ce processus démocratique risquerait de basculer vers un processus de discrimination et d’exclusion des plus faibles comme cela a été illustré dans des exemples précédents. D’autre part, un autre risque est, paradoxalement, un enfermement sur soi, les projets retenus pourraient se limiter à l’enceinte du village. Les personnes élues au Conseil ne sont pas impliquées dans des instances démocratiques extérieures au village et décrivent elles-mêmes des exemples difficiles d’exclusion quant à leur participation dans la société élargie.

371L’institution C fonctionne avec un processus électoral représentatif cette fois-ci. Les candidats doivent représenter les différents lieux d’hébergement de l’institution comme premier critère et si possible les différents ateliers de travail. Chaque lieu d’hébergement détermine sa façon de proposer un candidat. Dans certaines résidences, il s’agit d’un tournus, dans d’autres d’un choix lors des groupes hebdomadaires de fonctionnement des maisons animés par les éducateurs, dans d’autres ce sont les éducateurs qui recommandent les personnes. Chaque maison a son propre fonctionnement et propose un ou deux membres. Puis se déroule ensuite une votation avec l’ensemble des résidants de l’institution afin d’en retenir dix pour le Conseil des Résidants (huit représentants, une secrétaire et une trésorière). Les candidats ne sont soumis à aucun test au sujet de leurs aptitudes de communication même si certains ont des incapacités à ce niveau. Pour y pallier, une praticienne en communication facilitée participe à chaque séance. Cette manière de faire oblige les personnes élues à faire des allers et retours entre le Conseil des Résidants et les habitants des différentes maisons qu’elles représentent. Ci-après un extrait de l’entretien avec les membres du groupe de l’institution C :

Noémie Le Conseil des Résidants, c’est pour… ouais, représenter un groupe, en l’occurrence la maison dans laquelle je suis.

C1 Là vous représentez votre maison, votre lieu de vie.

Noémie Ouais.

C1 Qu’est-ce que ça signifie pour vous, représenter ?

Noémie Ben c’est… Moi si… Si les autres résidants de la maison ont quelque chose à amener au Conseil, ils me le disent, et après j’emmène.

372Le mode d’adhésion par votation procure aux membres des groupes des institutions B et C une occasion d’apprendre les enjeux du processus électoral. En effet « pour des personnes qui ont parfois des difficultés à exercer leurs droits civiques, ces occasions de voter et/ou d’être élu constituent un moyen de s’approprier ces notions » (ANESM, 2010, p. 18). Toutefois, ces modes de représentation devraient dépasser le cadre institutionnel et inciter les animateurs et accompagnants à impliquer les personnes dans des groupes démocratiques à l’extérieur de l’institution afin d’étendre la parole en « Nous Tous » à la communauté élargie.

Processus d’adhésion par volontariat ou par obligation et type de parole recherchée

373L’adhésion est volontaire ou obligatoire dans certains groupes. Dans l’institution A par exemple, il s’agit d’une adhésion volontaire pour donner un avis sur des thèmes. Souvent, le thème général de la séance ne provient pas de préoccupations des membres mais porte sur un aspect du fonctionnement ou de la vie institutionnelle qui concerne plus ou moins chacun des membres du groupe selon ses appartenances à l’institution (création d’un nouveau pavillon et lieu de vie pour les aînés, etc.). Le « Nous Tous » se limite ici au cadre institutionnel. Le thème est dans ce cas porté par les animateurs qui deviennent des relais des préoccupations de la direction ou de leurs collègues faisant partie du personnel socio-éducatif. L’expression sollicitée par l’animateur est clairement en « Je ». Il n’y a que rarement une recherche d’articulation avec une expression en « Nous ». De cette façon les propos émis le sont à titre individuel, les membres ne cherchent pas à s’associer au groupe dans leur vécu ou leur opinion donnée. En effet, il n’y a pas nécessité de recherche de consensus ou d’une parole en « Nous » lorsque l’objectif du groupe est celui de donner un avis et de le recueillir pour le porter à la direction.

374Malgré cela, nous avons assisté à deux ébauches de parole en « Nous » dans ce groupe, où l’animateur a tenté de faire d’une idée individuelle une démarche collective, l’une étant au sujet des menus à la cafeteria, lorsqu’une recherche d’expression commune est faite par le rassemblement des idées dans une boîte à idées afin de varier les menus. Un membre du groupe qui s’était exprimé à ce propos a alors été désigné par l’animateur pour exposer cette idée directement au cuisinier. Cet exemple constitue une ébauche de parole en « Nous » puisque ce rassemblement d’idées n’est pas le fruit d’une concertation du groupe. La solution collective de construire une boîte à idées se rapproche d’ailleurs du recueil d’avis individuels ; ce sera le chef cuisinier qui, au final fera le choix en fonction des propositions qu’il trouvera dans la boîte. Dans ce processus émerge l’idée d’une représentation du groupe « Donner son avis » par un de ses membres. Cette personne recueillerait les avis individuels et les porterait vers une personne extérieure. Ce rôle incomberait à la personne qui en a eu l’idée. Toutefois, cette manière de procéder pourrait mettre en péril le fait qu’un membre du groupe se propose comme représentant ou même formule une idée nouvelle. En effet, si lorsque la personne qui émet une proposition doit en assumer la responsabilité par la suite sans concertation du groupe et assumer la responsabilité de la porter ailleurs seule sans l’aide nécessaire, cela pourrait devenir dissuasif pour elle, selon ses compétences à assumer ce rôle. Cette difficulté transparaît dans l’extrait suivant observé lors d’une séance du groupe « Donner son avis ».

Amandine J’aimerais des raviolis frais.

A1_A Des quoi ?

Amandine : Des raviolis frais.

A2_A : A la cuisine ?

Isaline : Des chauds ?

Steve : Ah les raviolis frais, elle dit.

A2_A : Est-ce qu’il y en a de temps en temps ?

Amandine : Non.

A1_A : Il y en a des fois des raviolis ou pas ?

Isaline : Non il n’y en a pas.

[….]

A2 _A : Et ça, est-ce que c’est possible de demander à la cuisine ?

Amandine : Ouais.

Amandine : Par vous.

A2_A : Est-ce que c’est possible pour vous de demander directement ? Ou il y a besoin de passer par nous ?

A1_A : Tu ne penses pas Amandine que tu peux aller demander ça [au cuisinier Pierrick] ?

Amandine J’ose pas déranger.

A1_A : Tu n’oses pas déranger. Mais tu aurais envie d’aller lui dire directement ? Sans qu’il dise que tu déranges ?

[…]

A2_A : Alors on… peut-être ce qu’on peut faire, on en parlera à Malika, et puis à Pierrick, et comme ça on verra comment est-ce que eux, ils imaginent de mettre ça en place, s’ils peuvent et comment. En leur disant que vous aimeriez bien de temps en temps suggérer des menus. Est-ce que ça irait comme ça ?

375Cet exemple montre bien qu’actuellement ce groupe ne vise pas à prendre des décisions collectives et à en assurer le suivi, mais plutôt à faire des recommandations à partir de points de vue individuels. Celles-ci seront portées par les animateurs vers la direction ou vers d’autres membres du personnel qui en assumeront la décision et le suivi.

376L’autre ébauche de parole en « Nous » observée dans ce groupe concernait le projet de la construction des nouveaux pavillons où deux des membres du groupe se présenteront à la direction pour formuler des souhaits quant à ce qu’ils aimeraient voir aboutir dans ce nouveau projet. Nous disons ébauche ici, de nouveau, car dans ces deux cas, il n’y a pas eu une construction avec le groupe d’une position commune, ni même une analyse des enjeux, il s’agit d’idées qui ont été lancées et acceptées sans en faire l’analyse avec les membres du groupe. C’est une juxtaposition de paroles en « Je. ». Les étapes de la concertation et le fait de représenter le groupe vers la direction ne semblent pas clairs aux yeux des membres du groupe, comme l’illustre l’extrait d’entretien ci-dessous, dans lequel le chercheur vérifie, après avoir écouté une séquence audio de la séance, ce que signifie pour eux d’être les porte-parole du groupe.

Christine C’est Chloé et moi qu’on a dit moi.

C1 Oui exactement. Qu’est-ce que ça signifie pour vous être porte-parole ? ça veut dire quoi ce mot ? (silence) Est-ce que vous le savez ?

Chloé Moi je sais pas, moi.

C1 Vous ne savez pas ?

Chloé Non

C1 Et vous Christine, est-ce que vous savez… ?

Christine Porte-parole, ça veut dire qu’on va parler aux gens d’un projet qu’on fait.

[…]

C1 Comment vous pensez que ça va… Comment vous allez faire ça ? Alors avec Chloé, vous allez aller parler…

Christine Du projet

C1 A qui ?

Christine A Malika [responsable du secteur, membre de la Direction], [au directeur], aux responsables, ils sont d’accord.

C1 D’accord, ce serait d’après vous les responsables. Et vous, vous voyez ça comment, Chloé ?

Chloé La même chose que Christine.

C1 Vous allez les deux ensemble ?

Chloé Oui

[…]

C1 Chloé et Christine. Pourquoi c’était vous deux qui allez parler ?

Christine Parce que c’est nous qu’on s’est désignées.

C1 Oui. Et vous allez parler de ce qui vous fait envie, vous…

Christine On va parler surtout du magasin, il y aura un atelier de jour, il y aura l’atelier vert, il y aura l’atelier d’ADP (atelier de développement personnel) et la MPV (maison pour personnes vieillissantes), il y aura tout ça.

C1 Alors si vous essayez d’imaginer, comment vous allez faire ça ? Vous allez partir de, ensemble les deux ? Vous allez vous préparer avant ?

Christine Mmh. (silence)

C1 Est-ce qu’il y a quelqu’un qui va vous aider ?

Christine Il y a [l’animatrice 1] qui nous aide, il y aura [l’animateur 2], il y aura du monde, hein.

C1 D’accord. Et quand vous allez aller parler Chloé, vous allez dire ce qui vous fait envie, vous ?

Chloé Euh… je sais pas

C1 Vous ne savez pas ?

Chloé Non

C1 Et Christine vous allez dire ce qui vous fait envie, vous ?

Christine Ouais

C1 Parce que le mot porte-parole, il peut vouloir dire différentes choses. Christine vous avez dit, c’est parler, parce qu’il y a le mot parole. Mais le mot porte-parole, est-ce que quelqu’un a une idée, pourquoi il y a parole, et le mot porte, avec ?

Amandine Non

C1 ça veut dire qu’on prend la parole, et qu’on va la porter à l’extérieur. Mais on prend la parole de qui ? (silence) Vous ne savez pas ? Ce qu’on voulait savoir nous, c’est si vous, Christine et Chloé, quand vous allez aller voir Malika, [le directeur], les responsables, est-ce que vous allez parler en votre nom, ou vous allez prendre toutes les idées du groupe ?

Christine Prendre les idées, et voir ce qu’ils pensent eux, leurs idées, s’ils sont d’accord ou pas, parce que ça coûte, hein, elle m’a dit Malika.

[…]

C1 Mais ce que vous avez envie de faire dans ce lieu-là, dans le magasin, est-ce que ce sera les idées de chacun d’entre vous, d’Isaline, de Jacques, d’Hugues, de Chloé, de Justin…

Justin Mais ouais.

Amandine et de moi.

C1 d’Amandine ?

Christine Il n’y a pas seulement Amandine, hein, il y a aussi les autres. Il y a aussi Isaline.

Isaline Merci Christine.

C1 Voilà. Est-ce que ce sera les idées de votre groupe…

Christine De chacun

C1 Comment vous allez faire pour avoir les idées de chacun ?

Christine Ils nous donneront leurs idées, nous on transmettra [au directeur] et à Malika.

C1 : Comment vous allez faire pour avoir leurs idées ? Ils vont venir vers vous et ils vont vous dire leurs idées ?

Christine : Ils vont parler avec nous, et après, nous on transmet à la direction ce qu’ils veulent, et tout ça.

C1 Donc Christine, vous seriez d’accord d’écouter ce que les autres vont venir vous dire sur ce projet. Et comment les autres vont savoir que vous êtes le porte-parole ? Que vous allez transmettre après vos idées, toutes les idées, à la direction ?

Christine Parce qu’on est là pour parler, on est des camarades de travail.

Chloé Et aussi d’ateliers

C3 Aussi d’ateliers, oui.

C1 Vous allez demander aux ateliers, Chloé ?

Chloé Euh, oui

[…]

C1 A qui vous pouvez demander de l’aide comme ça, quand vous avez un rôle qui arrive, être porte-parole, c’est quand même un rôle important ? Vous pourriez demander de l’aide de quelqu’un ? Pour vous aider à savoir comment on fait ça ?

Justin Ah ben oui

Isaline Guy

C1 A Guy, à votre copain, si Guy sait.

[…]

C1 Mmh. Donc eux ils pourraient vous aider à être porte-parole, à aller chercher la parole, et à savoir comment (?). est-ce qu’on va juste vers les gens qu’on aime bien ?

Christine On va aussi vers les gens qu’on aime moyen.

Christine Il y a des gens qu’on aime bien, des gens moyen, et pis d’autres qu’on aime pas.

C1 Et ceux qui ne pensent pas comme nous, est-ce qu’on va quand même leur demander leur avis ?

Christine Non.

Plusieurs brouhaha

Christine Moi je vais pas leur demander.

Chloé Moi oui.

C1 Chloé, vous, vous dites oui.

Chloé Oui

C1 Pour avoir des avis différents ?

377Cet extrait illustre à quel point le rôle de porte-parole est complexe pour les personnes de ce groupe. Il suppose : de comprendre vers qui aller chercher cette parole (les membres du groupe, les autres travailleurs de l’institution, les accompagnants, etc.), de savoir comment aller la recueillir selon les personnes sollicitées, puis de comprendre le sens de la parole recueillie. Ce rôle implique de posséder les outils nécessaires pour retenir les différentes idées émises, tant celles qui vont dans le sens de ce que l’on pense que celles qui sont à son inverse. Le porte-parole doit ensuite identifier à qui il rapporte la parole et quel est son rôle dans ce jeu de transmission. A ces différentes étapes une aide pourra être requise. La parole en « Nous » exige de nombreuses compétences.

378Dans l’institution D, tous les membres qui habitent l’immeuble sont tenus d’être présents au groupe. Ici, la participation est obligatoire, dans ce cas il n’y a pas de représentation mais une représentativité de tous. Toutefois, cette manière de procéder peut amener des désavantages, l’obligation de participation correspond à une motivation extérieure à la personne et peut entraîner une participation factice. C’est dans ce groupe que nous avons constaté que certains membres ne semblaient pas engagés dans la démarche proposée, comme les éducateurs l’ont eux-mêmes observé (voir extrait suivant de l’entretien avec les éducateurs de l’institution D, page 225). L’ANESM (2010) préconise, dans ses recommandations des bonnes pratiques au sujet des groupes d’usagers, de ne pas rendre obligatoire la participation à ces groupes :

Autrement dit, si mettre en place des conditions acceptables de participation relève des bonnes pratiques professionnelles, la participation elle-même ne saurait en aucun cas relever d’une bonne pratique exigible de l’usager. (p. 22).

Buts et objectifs du groupe

Tels que perçus par les animateurs

379L’histoire de la création des groupes diverge. Il en est de même pour leurs buts et objectifs. Pour les institutions B et C, il est clairement évoqué la participation des usagers au fonctionnement de l’institution et une visée d’autodétermination des participants. De son côté, l’institution A ambitionnait initialement de recueillir l’avis de l’usager, deux fois par année, pour mieux saisir sa satisfaction quant aux prestations offertes et en réponse aux exigences du système qualité ; le recueil des avis individuels par questionnaire s’était avéré insuffisant pour mesurer la qualité des prestations perçue.

380Au moment de notre observation, ce groupe semblait se trouver en période de mutation quant à ses objectifs et à la participation attendue des membres, avec une évolution du groupe vers une parole en « Nous » de plus en plus fréquente, qui questionne les animateurs face à certaines évolutions survenues dans le groupe. Par exemple, dans l’extrait suivant issu de l’entretien avec les animateurs, l’un d’eux relate son incertitude face à la manière de procéder pour impliquer davantage les membres du groupe dans la transmission de leur demande auprès de la direction. Lors des dernières séances, dont celle que nous avons pu observer, les animateurs ont amené de façon spontanée l’idée de rendre les membres porte-parole des demandes faites à la direction.

A3_A […] je crois que ce qui serait bien, ce serait de réfléchir un peu plus de comment est-ce qu’un groupe « Donner son avis » pourrait être et quelles sont les choses à mettre en place par rapport à cette histoire de porte-parole. Qu’est-ce que ça veut dire d’être un porte-parole ? Quand, avant d’aller voir, enfin peut-être là, je sais pas, faut que je réfléchisse, je vais annuler ce rdv avec Malika [responsable du secteur], comme ils sont déjà au courant, je pense qu’on va y aller, mais je pense que, ce qui est important c’est de vraiment réfléchir une fois qu’est-ce que ça veut dire d’être porte-parole. Et puis que les gens… parce que pour nous c’est logique, on sait ce que ça veut dire, mais pour eux c’est pas forcément clair. Je pense qu’une fois ce serait intéressant d’aborder un peu ces questions […], tout à l’heure tu disais qu’est-ce que ça veut dire prendre une décision dans un groupe, qu’est-ce que ça veut dire donner un avis, et de dire par exemple j’aimerais des raviolis frais, qu’est-ce qu’on fait de ça ? Est-ce que quelqu’un du groupe va avec un éducateur dire au cuisinier, on aimerait avoir des… Mais ça c’est quelque chose qu’on doit travailler d’abord avec eux, j’ai l’impression. Je sais pas.

[…]

C1 Il y a une évolution du groupe ?

Plusieurs Oui, ouais

A1_A Mais c’est vrai que cette histoire de discuter une fois de ce que ça signifie être porte-parole, on pourrait le faire comme thème, une fois. Mais c’est vrai que ça se construit au fil du temps ces groupes. Nous on apprend d’eux, ils apprennent de nous. Enfin c’est quelque chose qu’on construit ensemble.

C3 Par rapport au mandat, vous avez dit au début que vous n’étiez plus trop dans le mandat premier donné par la direction, ça c’est des choses qui sont négociables dans l’évolution d’un groupe, dans le fonctionnement avec la direction ?

A1_A Je pense que si on discutait avec Malika [membre de la direction] maintenant, elle a dû faire aussi cette évolution vers l’empowerment, plutôt que simplement interroger la satisfaction. Je crois que c’est une espèce de culture qui se diffuse comme ça dans d’autres actes dans l’institution, qui font que moi je ne me sens pas trop en porte-à-faux quand même en ayant fait ce…

381Cet extrait illustre que chez les animateurs coexistent des attentes et des perceptions différentes face à ces groupes, probablement attribuables à leur évolution depuis le moment de leur création, en 2009. Un souci d’ajustement est présent afin de mieux répondre aux besoins des participants tout en étant en cohérence avec les attentes de la direction. L’échange entre les animateurs, la direction et les participants au sujet de la clarification des buts et objectifs du groupe, au fur et à mesure de son évolution, paraît essentiel. En effet, selon leurs représentations les différents animateurs, au nombre de quatre dans cette institution, animeront différemment les groupes, leurs attentes risquant de diverger ainsi que la manière dont ils impliqueront les membres dans les débats, la prise de décision et son suivi. Ce point sera repris au chapitre suivant qui traite plus particulièrement de l’animation de ces groupes.

382Un second exemple illustre la nécessité de bien repréciser les buts et objectifs de ces groupes au fil du temps. Dans l’institution D, le groupe a été créé pour assurer le « vivre ensemble » des résidants d’appartements rassemblés dans un même immeuble qui bénéficient d’un suivi éducatif restreint à quelques heures par jour. Le but annoncé du groupe est celui de traiter et de réguler entre les locataires les événements quotidiens qu’ils partagent, et de favoriser le bon fonctionnement des lieux communs et des activités collectives (sortie, jardin, compost). Toutefois, dans cette institution, les buts et objectifs du groupe ne semblent pas clairs pour les différents éducateurs qui l’animent. De plus, cette animation dépend de leur présence selon leur planning hebdomadaire, qui change régulièrement. En effet, le groupe a été constitué en 2011 par un étudiant qui ne travaille plus dans l’institution et il semble difficile pour les éducateurs de s’approprier le sens de cette démarche comme cela apparaît dans cet extrait issu de l’entretien avec les animateurs.

A1_D Donc l’idée, c’est de…

A4_D Réunir

A1_D On s’est rendus compte en fait qu’il n’y avait aucun moment où c’est que, ils étaient tous ensemble pour parler des problèmes… problèmes ou pas problèmes, hein, qui concernaient toute la maison. Donc c’est là que, ben c’est C. [éducateur en formation] qui avait eu l’idée de mettre ça en route.

C2 Parce qu’on a aussi entendu, parce que dans le questionnaire, il y avait aussi le terme de colloque général, est-ce que c’est la même chose… ?

A1_D C’était ça à l’époque, enfin je pense ?

A4_D Oui, au début on disait colloque général, après c’était…

A1_D Et après ça a été changé en comité.

A4_D C’était le truc à C., comme on disait, c’était le comité, il trouvait que ça faisait plus sérieux, plus officiel, plus…

[…]

C2 D’accord. Au niveau de l’ordre du jour, qui c’est qui fait l’ordre du jour ?

A4_D Alors tout au début il se faisait la semaine qui précédait le comité. On était peut-être un petit peu plus sérieux tant que C. était là (rires), et puis ça se faisait. Maintenant ça se fait un petit peu, enfin c’est mon impression, on a failli faire à la dernière minute, et on a repris l’organisation. Mais faudrait… il faut qu’on se…

A1_D Mais là t’as déjà commencé l’ordre du jour du prochain comité je te rappelle !

383Ce groupe émane d’une initiative personnelle d’un étudiant en formation qui a quitté l’institution aujourd’hui. Les membres de l’équipe s’y décrivent comme peu investis, ils reproduisent l’exercice sans s’en être approprié le sens. Cela se reflète par la façon peu structurée de constituer l’ordre du jour et révèle un certain flou quant à la manière de procéder qui reste encore informelle et se précise au fil des semaines selon les expériences des uns et des autres. Dans cette institution, le groupe ne semble porté par personne de l’équipe en particulier, il est maintenu sans que les éducateurs lui aient encore donné un sens commun.

Tels que perçus par les participants

384Parallèlement, nous avons constaté que le sens donné au groupe par ses participants peut différer de celui qui lui est donné par les animateurs. Il en est ainsi dans celui de l’institution D, où malgré la création récente du groupe, la plupart des participants y attachent une grande importance. C’est l’un d’entre eux, qui nous avait accueillis et expliqué à quoi servait ce groupe au moment de la première observation, qui le répète lors de l’entretien ; il en décrit les buts et objectifs qu’il a bien intégrés. Il semble que de leur côté plusieurs résidants ont assimilé le but du groupe, son fonctionnement et ses règles et lui donnent une place majeure dans la régulation de leur vie collective comme cela transparaît dans cet extrait. Ce sont ici les membres du groupe eux-mêmes qui semblent rechercher une parole en « Nous ».

Denis Alors le Comité des Résidants a été fondé par un, je vous l’ai dit la dernière fois hein, il y a un éducateur qui a quitté le foyer…

C2 C.

Denis Voilà, c’est lui qui a ouvert ce Comité des Résidants. Alors ce Comité des Résidants, il sert aussi à défendre nos intérêts. Ce que je veux dire par là, euh, on habite ici, comme tout le monde, mais on a aussi à dire ce qui va et ce qui va pas. Et comment on pourrait faire pour que ça aille mieux. Comment on pourrait faire fonctionner la maison pour que ça aille mieux. Après, c’est vrai que tout ce qui est… tout ce qui est activités, on peut proposer, c’est des choses qu’on peut proposer au Comité des Résidants. Alors voilà. Comme les éducateurs ici, ils ont leur colloque. Alors nous on a aussi un comité où on a le droit de dire, aujourd’hui, je prends un exemple, au premier étage, il y a des trucs qui ne vont pas, on peut le dire au comité, et améliorer ce qui ne va pas.

C2 Et quand vous dites qu’il y a des choses qui ne vont pas au comité, vous avez l’impression que c’est suivi ? Qu’il y a après, vous avez des retours ?

Denis Alors il y a un retour, oui, oui, il y a un retour.

Vincent Un bilan.

[…]

Denis On insiste que ça concerne que le foyer. Après s’il y a des choses qui vont plus haut que le foyer, c’est pris par les éducateurs, ça peut être redit au comité des résidants.

C2 Et de quoi vous pouvez parler à ce comité ?

Vincent Un peu de tout, on peut parler. Par exemple si on a une réclamation, ou s’il y a quelque chose qui ne va pas, ou bien…

[…]

C2 Mais ça vous arrive aussi de faire des fois des demandes communes, à plusieurs personnes, pour un sujet ou une plainte, mais pas que d’une personne, mais parce que vous vous causez entre vous, en disant ben voilà, nous à trois ou à quatre, on propose ça… ?

Denis Alors oui, oui.

Salomé Oui.

Denis Oui, il y a de temps en temps, par exemple si on décide, je sais pas moi, je prends un exemple, si on décide un soir de faire une sortie, ça peut être proposé entre trois ou quatre résidants, ça peut être… ça dépend.

C2 Et dans les choses qui vont pas, par exemple, parce que vous avez envie de causer de quelque chose qui va pas, est-ce que ça peut arriver que ce soit plusieurs personnes qui… ?

Denis Alors dans les choses qui vont pas, il faut savoir qu’au foyer, ici il y a deux appartements, d’accord ? Chaque appartement, le lundi soir, un lundi sur deux, il y a un colloque, entre chaque appart. Et dans ces apparts, ce qui concerne les tâches ménagères, tout ce qui suit, c’est discuté entre les deux appartements, avec un éducateur. C’est pas remis directement au Comité des résidants. C’est surtout entre les deux appartements.

C3 Mais est-ce que vous, vous vous voyez ensemble, avant le comité par exemple, pour discuter de certaines choses ? Ou pas forcément ?

Denis Non pas forcément.

Salomé Non

C3 D’accord. Donc si vous avez des idées que vous aimeriez discuter au comité, comment vous faites… ? Vous allez dire… ?

Vincent Au comité, on attend le comité si on a quelque chose.

C3 l’éducateur, ou pas ?

Antoinette On doit le dire à l’éduc en avance

385Aux dires des éducatrices, depuis quelque temps certains des participants se réunissent avant et après le groupe pour en discuter. Leur participation reste cependant inégale, certains sont beaucoup plus impliqués que d’autres.

C2 Mais est-ce qu’au niveau de la dynamique de groupe, vous avez senti une différence, par rapport à… ?

A1_D Euh… non je pense pas, non.

A4_D Non.

A2_D Oui moi je trouve un peu quand même. Ils en parlent plus maintenant, avant le comité des fois ils se retrouvent au salon ou comme ça, pour en discuter. Et justement c’est souvent de là qu’ils arrivent avec des idées…

A1_D Voilà alors on sent que pour eux c’est quelque chose d’important, qu’ils y tiennent, même s’il y en a qui mettent un peu les pieds au mur.

A2_D Après c’est toujours un peu les mêmes qui justement en discutent entre eux, ou comme ça. Mais ouais, ceux à qui ça tient à cœur, ouais je trouve que ça a un peu changé.

386Les exemples précédents illustrent à quel point la dimension temporelle joue un rôle important dans la définition de l’identité du groupe ; le groupe vit, évolue et s’adapte selon différentes circonstances. Les membres et les animateurs peuvent s’approprier différemment la démarche : il apparaît nécessaire que les objectifs et les buts de la démarche puissent être formulés par les uns et les autres afin de lui donner un sens commun.

Fréquence des espaces collectifs d’expression et durée des séances

387La fréquence des séances des groupes diffère : elle est semestrielle pour le groupe de l’institution A, d’une fois par quatre à six semaines pour le groupe de l’institution D, mensuel pour le groupe de l’institution C et bimensuel pour le groupe de l’institution B. La durée des séances est d’une heure pour chacun des groupes. S’il semble évident que le sentiment d’appartenance au groupe peut dépendre de la fréquence des rencontres, nous n’avons relevé aucun commentaire à ce propos venant des participants, même ceux de l’institution A qui ne se rencontrent que deux fois par année. On peut toutefois émettre l’hypothèse que ce groupe, qui visait initialement le recueil d’avis individuels, ne pourra prétendre, sans modification de sa fréquence, à une participation collective et plus engagée de ses membres. En effet, le discours collectif suppose la mise en commun d’idées, leur analyse et le débat. Cette participation présuppose la notion de projet commun qui n’était pas recherchée dans les objectifs initiaux du groupe et qui requiert des rencontres plus soutenues.

Tableau 15 : caractéristiques des institutions et des différents groupes/participation

Institution

A (Vd)

B (Ge)

C (Vd)

D (Ne)

Localisation de l’institution/ville, village

Eloigné du centre, accès aisé et fréquent par transport public

Eloigné du centre de la ville, accès aisé par transport public mais peu de bus

Eloigné du centre de la ville, accès difficile par transport public

En ville

Dénomination du groupe

Donner son avis

Conseil des Villageois

Conseil des Résidants

Comité des Résidants

Nombre de participants

12

9

10

12

Lien du groupe observé avec d’autres groupes de la maison

Aucun

Intégré à l’organigramme général

Intégré à l’organigramme général

Aucun

Année de création du groupe

Mai 2009

Janvier 1999

Juin 2007

Février 2011

Fréquence des rencontres

1 fois par six mois, 1 heure

1 fois par deux semaines, 1 heure

1 fois par mois, 1 heure

1 fois par quatre à six semaines, 1 heure

Lieu du déroulement du groupe

388Dans tous les cas, les groupes observés se déroulent dans les locaux de l’institution, même si le lieu proposé est plus ou moins adapté en termes d’espace et de disposition pour l’échange, comme c’est le cas pour l’appartement D, où les membres du groupe sont répartis entre la salle à manger et le salon, certains membres se trouvant dos à dos pendant la discussion. Pour ce qui est de l’institution A, comme la plupart des membres du groupe travaillent sur le site principal ou à proximité et que les animateurs travaillent sur ce site, le lieu proposé est celui de l’institution. Pour ces deux groupes, même si ce qui relie leurs membres est un lieu de travail ou de résidence commun et qu’ils bénéficient d’un accompagnement d’un éducateur de l’institution, un autre lieu de rencontre permettrait peut-être d’aborder des sujets et des thèmes plus près de leur vécu quotidien hors de l’institution.

389Les membres des groupes des institutions B et C quant à eux travaillent et vivent au sein de l’institution : le lieu des rencontres semble donc adapté. Cependant, cette unité de lieu pourrait limiter les sujets abordés au vécu au sein de l’institution, au détriment de thèmes qui porteraient sur leur quartier, ou la commune par exemple. L’institution B a voulu un espace spécifique dédié à l’expression des usagers et a créé une mairie, qui constitue le lieu des rencontres de groupe et des formations. Cette attribution d’un lieu spécifique dédié aux espaces d’expression renforce l’importance qui leur est octroyée au sein de l’organisation.

390De manière générale, une réflexion pourrait être faite sur le lieu où se déroulent les séances, en garantissant cependant une certaine continuité pour offrir un rituel qui peut faciliter la communication chez certains. Il pourrait être envisagé de faire des séances occasionnelles en dehors du site principal, afin de faciliter la prise en compte de sujets externes à l’institution.

L’immersion dans un monde réel s’avère indispensable pour qui veut instaurer un avenir possible de la citoyenneté. Pour aboutir à l’épanouissement de l’individu, il faut donner toute sa place et toute sa dynamique à une pratique d’accompagnement social. (Gavelle, 2002, p. 56).

391Certains participants des espaces d’expression internes pourraient être accompagnés à des débats de milieux associatifs ou de délibération politique qui se jouent à l’extérieur du lieu de vie.

Localisation institutionnelle et accessibilité

392Les appartements où habitent les résidants de l’institution D se trouvent en milieu urbain. Les trois autres institutions sont situées en périphérie d’une ville pour A et B, et d’un village pour C. L’institution B se décrit et revendique une identité de village, elle est conçue à l’image d’une communauté qui se trouve un peu isolée à la campagne. De même, la situation géographique de l’institution C est particulière, les bâtiments regroupés rappellent l’organisation des villages du Moyen Age et encerclent un château, formant le cœur de l’institution. Les institutions A, B et C qui sont éloignées du centre de la ville ou d’un village proche ont un accès par les transports publics locaux. Pour l’institution B, c’est le Conseil des Villageois qui a revendiqué l’accès des bus publics à l’intérieur de leur village : cet accès existe aujourd’hui grâce à leur action, mais la faible cadence horaire et les changements nécessaires pour la plupart des destinations en limitent l’efficacité. Pour l’institution C, qui est la plus isolée, l’utilisation des transports publics oblige les résidants à un déplacement à pied sur une route pentue afin de se rendre à l’arrêt de bus le plus proche. Les transports adaptés sont très souvent utilisés pour les membres du groupe de l’institution C lorsqu’ils doivent se déplacer à l’extérieur du site. Pour les autres institutions, cela dépend des activités pratiquées. L’institution A est localisée loin du centre mais est très bien desservie par une ligne de train régionale ; les membres du groupe observé n’y habitent pas, pour la plupart, mais travaillent dans un des ateliers : ils font alors les déplacements pour s’y rendre. Les appartements de l’institution D sont délocalisés par rapport au site principal et se trouvent en ville, leur accès est aisé par les transports publics.

393Les sites principaux de ces institutions ont été conçus il y a plusieurs dizaines d’années à l’extérieur des centres urbains, comme la plupart de celles qui accueillent cette population en Europe et dans les pays industrialisés. Les personnes en situation de handicap vivaient à l’écart du reste de la population ; l’agrandissement des villes a cependant contribué à leur rapprochement du reste de la population.

394L’éloignement de la ville ou d’un village dans trois situations sur quatre contribue à ce que les sujets abordés dans les espaces d’expression observés traitent principalement de ce qui se passe à l’intérieur de l’institution, puisque l’insertion au monde est moindre de par la localisation du lieu de vie ou de travail. Toutefois, le choix des sujets traités dans l’institution D, la mieux intégrée géographiquement, a également trait, comme pour les trois autres, à ce qui se passe à l’intérieur de l’institution. La meilleure insertion géographique de l’institution à la communauté n’a pas permis de déceler d’effets sur les sujets abordés au sein des groupes, pas plus d’ailleurs que la résidence des résidants eux-mêmes, en famille ou dans un village proche, comme cela a déjà été traité au point précédent (cette situation se retrouve pour les membres du groupe des institutions A et D). Les thèmes abordés demeurent délimités pour la grande majorité au fonctionnement du site d’hébergement ou des ateliers de travail et ne traitent qu’exceptionnellement de sujets qui sortent de cet espace. Il semblerait que la vie hors de l’institution ne fasse pas partie pour l’instant des thèmes de discussion des groupes, et ce malgré l’accès aux moyens de communications modernes ; peut-être que d’autres lieux d’expression traitent spécifiquement des thèmes de l’actualité ou de la politique dans ces institutions. Nous avons eu connaissance d’exceptions traitées lors de groupes auxquels nous n’étions pas présents et auxquelles les personnes interrogées ont fait référence. L’une au sujet du traitement des incivilités subies par les personnes en situation de handicap se rendant au village en bus dans l’institution B, et la deuxième à propos du souhait du Conseil des Villageois de cette institution de sensibiliser les adolescents des écoles des alentours à leur vécu de personne en situation de handicap. Il reste qu’une ouverture vers des thèmes ou des invités extérieurs au groupe pourrait redynamiser les discussions ; en effet, comme le recommande l’ANESM (2010) dans son guide des bonnes pratiques :

L’ouverture des groupes participatifs sur des acteurs externes (habitants, partenaires, personnes ressources…) et sur l’environnement de l’établissement renvoie à deux principaux enjeux :

  • la citoyenneté : la participation sur des questions internes peut déboucher sur une réactivation des liens de proximité et la participation à la vie locale ; cet enjeu est d’autant plus important que le risque de rejet par le voisinage est souvent fort ;

  • l’accès aux droits : les usagers connaissent parfois mal leurs droits ou sont en butte à des obstacles auprès de partenaires, dans des lieux ou au sein d’activités censés leur être ouverts. Un groupe participatif pourra d’autant plus aider à construire un rapprochement qu’il accueillera en son sein les acteurs externes en question. (p. 46)

Longévité et insertion organisationnelle

395Au moment de la recherche en hiver 2011 et au printemps 2012, les groupes existaient depuis une période plus ou moins longue (depuis treize ans dans l’institution B, cinq ans dans l’institution C. depuis deux ans et demi dans l’institution A, et depuis, une année dans l’institution D). Nous avons constaté que les groupes les plus anciens étaient mieux insérés dans l’organisation et le fonctionnement institutionnel, ce point sera repris dans la suite de l’analyse. De plus, les discours des animateurs et des directions quant aux buts visés et aux objectifs sont similaires dans les groupes les plus anciens, alors qu’il existe des points de vue divergents dans les groupes plus récents des institutions A et D.

396Les groupes des institutions B et C, plus anciens et mieux insérés au sein de l’organisation, semblent beaucoup mieux connus des participants, des animateurs et des autres résidants de l’institution. Dans ces deux institutions, des documents institutionnels (journal, documentation du système qualité, rapport d’activités) rendent compte des buts des groupes et des noms de leurs membres. Ces groupes apparaissent dans l’organigramme institutionnel.

397Voici par exemple les propos de la direction de l’institution C, qui illustrent le rôle important qu’elle attribue au groupe quant à des avis ou des propositions formulés sur les dimensions organisationnelles de l’institution.

D1_C […] On a aussi présenté le Conseil des Résidants à une journée des parents. Chaque année il y a une journée des parents, où on réunit les représentants légaux, et on travaille sur un thème qui nous préoccupe plus particulièrement, sexualité, violence, fin de vie, tout ça. Et, on a présenté une fois le Conseil, ils sont venus dans ce contexte-là, pour officialiser aussi quelque chose vis-à-vis des parents. C’était un beau moment. Ils étaient très gênés, mais c’était quand même un bon moment.

CE Qui étaient très gênés ?

D1_C Les résidants, quand ils se sont retrouvés seuls devant cette Assemblée de parents. […]

398Nous avons pu observer que les animateurs de ces groupes ont un rôle essentiel quant à la perception des groupes au sein de l’institution. Dans les institutions A et C, nous remarquons qu’il s’agit, de la part des animateurs, non seulement d’expliquer et de rendre compréhensible le but de cet espace d’expression aux personnes en situation de handicap, mais aussi à leurs collègues. Ainsi, dans l’institution A, lors de la mise en place du groupe « Donner son avis », chaque résidant a reçu une lettre l’invitant à une séance d’information, et chaque équipe a également reçu un courrier lui demandant d’être un relais auprès des résidants. Plusieurs personnes se sont inscrites à ce moment-là, quelques-unes ont arrêté depuis et d’autres ont rejoint le groupe, qui est plutôt stable maintenant. Comme ce groupe est théoriquement ouvert et que des résidants sont susceptibles de s’y inscrire, il semble aujourd’hui exister un flou sur le travail d’information ou d’encouragement existant dans les foyers, les ateliers, auprès des résidants. La personne ou l’instance garante de faire connaître cet espace et d’accompagner les résidants dans cette démarche reste indéterminée (animateurs, éducateurs, maîtres socioprofessionnels, direction). Une fois l’étape de la création du groupe passée, on constate qu’un relais de cette information dans le système de communication institutionnel via la direction en faciliterait sans doute la transmission. Dans cette institution, il est envisagé de donner la parole à des membres du groupe sur un site intranet qui sera prochainement proposé aux résidants.

399Dans l’institution C, les animateurs ont présenté et expliqué le but du Conseil des Résidants dans des réunions institutionnelles ; ils ont également fait une enquête par questionnaire auprès de chaque collaborateur et résidant, pour savoir comment chaque maison vivait ce Conseil, et ils ont distribué un journal expliquant le but du Conseil et présentant les membres, avec leurs photos. Nous relevons à nouveau l’intention d’impliquer les collègues afin de susciter la participation des résidants à ce type d’espace collectif d’expression. De même, il apparaît que le positionnement de ce groupe dans l’organigramme institutionnel en augmente la visibilité.

400Dans l’institution B, le processus électoral mis en place pour constituer le Conseil des Villageois et Compagnons en assure une grande visibilité. Les personnes qui s’y présentent sont accompagnées dans leur démarche non seulement par les animateurs, mais aussi par d’autres ressources et collaborateurs de l’institution. Les animateurs sont très présents dans ce processus, en faisant par exemple passer les tests de compétences aux candidats ou en réfléchissant avec eux sur des slogans de campagne, ou en les aidant dans la préparation de discours pour les débats électoraux.

Alors il y a la période électorale. Donc on a la liste des candidats à ce moment-là, en espérant qu’il y en ait plus que neuf, pour qu’il y ait de réelles élections. Ensuite nous avons, nous les aidons, soit nous, soit leurs maisons, à réfléchir à leur slogan de campagne pour être élu. Nous travaillons ensemble sur la réalisation d’un débat électoral. Nous les aidons pour les affiches aussi, au niveau des photos. Notamment cette année, G. a pas mal aidé pour la réalisation de portraits ou de mises en situation. Les aînés ont réalisé deux affiches et ont travaillé avec leurs villageois, une autre maison aussi, ils avaient quatre candidats (…). Et puis ensuite charge à eux de se faire connaître dans le village. Nous, nous organisons un débat électoral, cette année, c’était le jour de la fête du Village. En fait chaque candidat – on avait préparé ensemble –, a fait un discours devant une Assemblée pour convaincre l’ensemble des villageois et compagnons de voter pour eux. Ils ont aussi un espace de parole à l’Assemblée du Village pour ceux qui le souhaitent, pour se présenter, et pour pouvoir convaincre aussi les autres villageois et compagnons de voter pour eux.

401L’accompagnement par les animateurs se fait également suite aux élections, afin de soutenir ceux qui n’ont pas été élus, en les orientant si nécessaire vers d’autres types de groupes susceptible de les intéresser.

Alors je les ai pris à part avant l’annonce officielle, pour qu’ils soient au courant. On a travaillé en réseau avec leurs éducateurs, pour qu’ils comprennent bien que ce sont des élections et qu’il y a forcément deux déçus, puisqu’il n’y a que neuf places. Mais ils ont tout de même la possibilité de participer aux commissions, puisque là il n’y a pas de limitation par rapport aux compétences. Donc les commissions sont d’accès libre pour tout le monde. Après il y a des négociations avec les maisons, suivant les villageois par rapport à l’utilité réelle, par rapport au besoin du villageois s’il participe à cette commission. On a eu le cas d’une villageoise où finalement son besoin ce n’était pas de participer à la commission Citoyenneté, mais de participer à un groupe, dans lequel elle se sentait intégrée, on va dire. Donc on l’a plutôt dirigée dans un cours de géographie qui semble lui convenir, puisque là elle intervient plus.

402Enfin, dans l’institution D, où tous les résidants participent obligatoirement au Comité des Résidants, le groupe n’est pas inscrit dans l’organigramme institutionnel.

Articulation aux autres espaces d’expression et aux autres supports de participation

403Chacune des institutions propose différents espaces d’expression à ses membres. Dans les institutions B et C, ces espaces sont articulés entre eux et permettent le développement de compétences complémentaires : il s’agit de commissions ou d’autres groupes d’expression ou d’usagers. L’institution C propose par exemple un espace d’expression pour des sujets plus affectifs et personnels et moins associés au fonctionnement institutionnel, comme l’explique l’un des animateurs.

Dans la pratique, c’est autre chose. Alors que le groupe Ecoute, c’est des gens qui ont plus ou moins la parole, et qui se rencontrent aussi une fois par mois, réunions qui durent une heure et demi, et puis… Donc on fait un tour de table, l’espace est ouvert, il a fallu plusieurs années pour que ce groupe s’exprime, parce qu’il y avait aussi la gêne entre eux, de pouvoir aborder certains thèmes. Et puis dans ce groupe, on a donc abordé des thèmes comme « pourquoi je suis handicapé », « pourquoi quand je vais en ville, disons, on me regarde d’une drôle de manière », enfin, tous ces thèmes-là, on les… Mais ça, c’est libre. Mais par-contre, dans ce groupe-là, si on y vient, on signe un contrat de six mois. Pendant ces six mois, on doit venir, et puis après ces six mois, si on n’aime pas, on part. Mais on doit donner des raisons. On a fait un contrat, parce qu’il y avait du va-et-vient, des gens qui venaient, qui ne venaient pas, et cetera, et on a dit, non, stop. C’est un groupe Ecoute, c’est quand même important, pour créer un réceptacle, pour que les uns et les autres se sentent à l’aise pour pouvoir dire les choses. S’il y a du va-et-vient, ça ne va pas. Alors on a…

404L’institution B offre de son côté un programme de formation et d’accompagnement spécifique aux membres pour soutenir le développement des compétences d’expression, comme le mentionne l’un des membres de la direction.

Ce qu’il y a aussi dans l’institution B, c’est qu’au niveau des formations, on a mis en place une formation qui s’appelle l’accueil-vente. Si vous voulez dans l’accueil-vente, c’est aussi une plateforme je dirais qui doit permettre aux participants de développer des compétences de communication, de savoir-être, de savoir-vivre, et cetera. Donc tout ça est lié en fait à quelque part.

405Comme nous l’avons déjà indiqué, il existe dans l’institution B plusieurs groupes d’expression parallèles qui permettent à d’autres villageois de s’engager autour de thématiques spécifiques. L’un d’entre eux nous est apparu emblématique de notre thématique par sa nomination : il s’agit de la commission Citoyenneté et Porte-Voix. Toutefois, lors de la première séance de groupe observée, nous avons appris la décision de sa dissolution ; nous avons voulu en connaître la raison et surtout vérifier ce qu’elle signifiait pour les membres du groupe.

C2 Mais quand vous dites Citoyenneté Porte-Voix, ça voulait dire quoi Porte-Voix, pour vous ?

Ethan Porte-Voix c’est…

Daphné Faut que ça porte quelque chose, un fruit…

Ethan Ça porte quelque chose, la voix…

Vanessa C’est le travail…

C2 La voix, la voix de qui ?

Ethan Des villageois, ou des…

C2 Des villageois dans son entier ? D’accord.

Kelly Oui.

C2 C’est la voix des villageois à l’extérieur, auprès des adolescents, de la commune…

Daphné Oui, ben oui, de partout.

Kelly Oui. Oui. C’était ça le but.

406Cette commission a été temporairement dissoute car elle ne répondait plus à un besoin de l’institution. Une autre commission pourra la remplacer, ce qui illustre la souplesse du dispositif. Par ailleurs, nous avons pu constater que les membres du Conseil étaient au clair quant aux différents groupes d’expression existants et à leurs rôles.

407L’articulation des différents espaces d’expression entre eux, dans les institutions B et C, semble propice à aider les participants à mieux identifier les rôles des espaces disponibles et à définir le type d’expression possible dans chacun des lieux. Par contre, dans les institutions A et D, il ne semble pas exister à ce jour d’articulation réfléchie entre les différents espaces d’expression qui fonctionnent de manière parallèle.

4. Fonctionnement du groupe et rôle des acteurs

408Dans un groupe, les participants occupent différents rôles qui peuvent être préétablis ou s’ajuster en fonction des besoins. Ces rôles contribuent au fonctionnement du groupe, à son harmonie et à l’atteinte de ses objectifs. Comme nous l’avons présenté au chapitre 5 de la partie 1, la plupart des auteurs (Lavoie & Panet-Raymond, 2010 ; Lewin, 1945 ; Mucchielli, 2002) séparent ces rôles en trois domaines : la production vers les buts visés, la cohésion du groupe et son bon déroulement en termes de processus. Certains membres seront attachés à l’un ou l’autre de ces rôles, alors que d’autres oscilleront entre plusieurs. Des membres faciliteront la régulation et les bonnes relations en accordant par exemple une attention à chacun, ou bien en détendant l’atmosphère, en valorisant un propos, en conciliant des idées différentes, en donnant la parole à une personne timide. D’autres membres s’attarderont sur le bon déroulement de la rencontre (respect de l’ordre du jour, prise de notes, gestion du temps, rappel d’un point oublié, etc.). Toutes ces personnes contribueront à leur manière à créer une cohésion au sein du groupe et à développer une identité collective.

409Il arrive que des membres prennent plusieurs rôles, ou au contraire se spécialisent dans l’un ou l’autre des rôles. Dans certains cas des rôles sont pris spontanément ou au contraire ils sont attribués à des personnes selon leurs compétences spécifiques ; cela est souvent le cas pour l’animation ou le secrétariat, par exemple. La manière d’incarner ces rôles, qu’ils soient prédéfinis ou plutôt improvisés, dépend de la personnalité et des motivations de ceux qui les assument. Cependant avec l’expérience, des compétences peuvent se développer. De plus, la reconnaissance des pairs peut renforcer la motivation à les exercer. Ainsi, les compétences pour assumer ces rôles peuvent s’acquérir au fil du temps et se développer à partir d’expériences vécues.

410Dans une perspective de participation et d’apprentissage à la citoyenneté, objectifs annoncés par la plupart des quatre groupes observés, nous avons trouvé pertinent d’analyser comment et par qui sont assumés ces différents rôles. Dans ce chapitre, nous présentons des rôles tenus par les membres des groupes (professionnels ou personnes en situation de handicap). Nous décrirons tout d’abord le rôle d’animation qui est tenu la plupart du temps par un professionnel. Puis, nous présenterons le rôle de secrétaire qui est pris autant par les professionnels que par les personnes en situation de handicap ou par les deux. Nous nous attarderons ensuite sur le rôle de président, observé dans un seul des groupes observés, puis finalement sur celui de représentant ou de porte-parole pris dans différents groupes.

4.1 Les rôles de l’animateur

411Afin d’étudier l’articulation entre une participation individuelle et une participation collective correspondant aux intérêts individuels, communs ou à ceux d’un groupe élargi, le rapport entre le « Je », le « Nous » et le « Nous Tous » de Hansotte (2008), l’un des facteurs à prendre en compte est l’animation de ces espaces collectifs d’expression. Quels sont les éléments qui favorisent, ou au contraire, freinent, ce processus de prise en compte des préoccupations individuelles pour en dégager des demandes ou propositions collectives ?

412Les animateurs de ces groupes d’expression se nomment différemment selon les institutions observées : dans les institutions A et C, ils se nomment « facilitateurs », alors que dans l’institution B, ce sont des « coachs ». Ces termes choisis soulignent l’importance attribuée à ce rôle, et la posture que l’animateur est censé occuper pour favoriser la participation des membres du groupe d’expression. Dans ces trois premières institutions, les animateurs de séance sont fixes et animent toujours à deux. L’institution D, quant à elle, ne met pas d’accent particulier sur cette fonction : ce sont donc les éducateurs présents au planning qui animent la séance du Comité des Résidants. Cette fonction d’animation n’est alors pas considérée comme spécifique : cela pourrait s’expliquer par la relative nouveauté du groupe ou bien être associé aux objectifs de ce groupe, davantage axés sur les questions organisationnelles du lieu. Par ailleurs, cette pratique correspond aux recommandations de L’ANESM (2010), relatives à l’animation des groupes d’usagers, qui encourage le tournus des animateurs :

Certaines structures, pour familiariser les équipes avec leur nouveau positionnement au sein d’un groupe d’usagers, ont mis en place un roulement. Celui-ci permet à l’ensemble des professionnels de vivre l’expérience du groupe participatif. Ce roulement évite aussi de spécialiser sur la durée un ou deux professionnels au risque d’un désinvestissement du reste de l’équipe. (p. 36)

413Nous avons toutefois constaté dans cette institution que le rôle d’animateur restait peu investi. Si nous souscrivons au risque de désinvestissement des autres collaborateurs par rapport à ces espaces d’expression participatifs, nous mettons l’accent sur les compétences nécessaires à l’animation de ce type de groupe et privilégions plutôt le développement de compétences spécifiques à cette fonction. Souvent, des formations à l’animation ou à des formes de communication alternatives pourront être nécessaires afin de développer les compétences nécessaires. Nos observations ont mis en évidence que l’animation d’un groupe participatif avec des personnes qui présentent des déficiences intellectuelles représente un réel défi, comme le dit l’un des membres de la direction de l’institution A :

Il n’empêche que c’est quand même une fonction assez impliquante, et qui demande de la confiance en soi en termes de capacités de communication, d’animation, parce que ce n’est pas les groupes les plus faciles à animer, si on veut vraiment rester dans une éthique de ne pas être intrusif, de ne pas influencer les débats, de cueillir la parole là où elle doit être cueillie, de respecter ce qui se dit. C’est assez subtil comme fonction, donc ça demande des gens qui ont confiance dans leurs capacités à animer ce genre de groupe.

414En outre, le rôle des animateurs ne se limite pas à l’animation de la séance en tant que telle, ils accompagnent le processus de participation également hors des séances. Nous pouvons ainsi relever ce souci, de la part non seulement des animateurs mais aussi des membres des directions, que les personnes en situation de handicap s’expriment sur leur vécu dans l’institution, osent poser des questions, transmettre des demandes ou des propositions, et qu’elles soient aidées dans cette démarche de formulation par les animateurs. Mais force est de constater que l’action de transmettre ces demandes aux membres de la direction par exemple, est comprise, dans la plupart des institutions, comme le rôle des animateurs, des passeurs, et non pas des personnes en situation de handicap elles-mêmes. Or, selon Lamoureux et al. (2008)

le rôle de l’animateur consiste à aider le groupe à atteindre ses objectifs en favorisant la participation optimale des participantes et des participants. (…) En animation, promouvoir la valeur de démocratie signifie susciter la participation des membres à toutes les étapes de la réunion. (p. 358)

415La participation des personnes en situation de handicap ne pourrait se réduire uniquement à prendre part à la séance de groupe et à pouvoir ainsi exprimer son point de vue. L’animation exige une attention préalable à l’élaboration du contenu de la séance.

416Dans une première partie, nous détaillerons les rôles des animateurs de ces groupes d’expression participatifs hors des séances : ils occupent alors une position d’entre-deux, entre les résidants ou travailleurs et la direction de l’institution, ou leurs collègues travaillant dans les hébergements ou ateliers ; de plus, leur rôle est primordial dans la préparation de ces séances. Nous vérifierons comment ils favorisent la participation des résidants à l’élaboration de l’ordre du jour et de quelle manière ils préparent la séance avec les résidants.

417Dans une seconde partie, nous préciserons les tâches des animateurs par rapport à l’animation même de la séance : faciliter l’expression et la compréhension par une communication adaptée ; contextualiser le thème de discussion afin d’en distinguer les enjeux ; aider à transformer les préoccupations individuelles en propositions rejoignant l’intérêt collectif, soit d’articuler les paroles en « Je », en « Nous », voire en « Nous Tous ».

Hors des séances

Adopter une position d’entre-deux

418Les animateurs occupent de fait une position d’entre-deux : non seulement entre les personnes en situation de handicap qui participent au groupe d’expression et leurs collègues professionnels travaillant dans les hébergements ou dans les ateliers, mais également entre les participants au groupe et les membres de la direction.

419Doivent-ils être pour autant les porte-parole de la direction auprès des personnes en situation de handicap, dans le choix des thèmes à aborder par exemple ?

420Ou inversement, doivent-ils être les porte-parole des participants auprès des équipes éducatives ou de la direction, dans le suivi des propositions par exemple ?

421Dans l’institution A, comme nous l’avons déjà expliqué, le groupe « Donner son avis » en est à ses débuts, et l’objectif initial du groupe – sonder la satisfaction des résidants, soit un groupe consultatif – se transforme, ce qui amène également le rôle des animateurs à se modifier. Pour ces derniers, l’idée d’être porteurs d’un débat collectif émerge. Ils souhaitent être partenaires avec les membres du groupe et la direction dans la construction de l’avenir de la Fondation, comme le montre cet extrait issu de l’entretien avec les animateurs :

Moi je pense que ce qu’on porte, c’est le questionnement, et la construction du truc, mais moi je ne porte pas forcément les idées de la Fondation. Je crois qu’on a tous envie d’être partenaires dans la construction de cet avenir. (…) Moi je trouve que c’est bien qu’il y ait des sujets institutionnels, parce que justement on leur demande de se positionner sur… Les consulter sur des grandes questions qui touchent l’institution, après nous, on n’est ni d’un côté ni de l’autre. Des fois l’idée vient de la direction, parce qu’elle sait qu’elle est en train de réfléchir à tel problème, donc elle nous demande. Ou alors, comme la dernière fois, c’est venu un peu plus de nous, mais c’est pas qu’on est porteur de l’un ou de l’autre, c’est qu’on porte un débat public finalement. (…)
Non alors je crois qu’ils n’ont aucune attente, que la direction n’a pas d’attente par rapport à nous, si ce n’est de faire émerger une parole. (…) Moi des fois ce qui peut me faire souci, c’est que la direction peut des fois nous utiliser pour faire passer ses idées, vis-à-vis des résidants. Des fois ça, ça m’inquiète un peu, mais… un petit peu au début, quand [l’animatrice 1] est allée voir la direction pour parler des thèmes à aborder, et Malika [responsable du secteur] disait, vous pouvez parler de ça, ça et ça. Donc elle donnait un peu une injonction pour aller dans un certain sens. Après les résidants peuvent s’exprimer ou pas, mais euh, voilà.

422Cette posture d’entre-deux demande aux animateurs une vigilance afin d’éviter une « trop grande » influence de la direction, ou de leur propre part, face aux thèmes à aborder avec les résidants. Les animateurs amènent les thèmes en tentant de ne pas influencer les membres d’un côté ou de l’autre. Le but est donc de porter le débat afin de le commenter… entre espoir, idéal, et réalisme.

423Quant au suivi des propositions, le rôle des animateurs est compris comme une position neutre, un rôle de passeur de parole entre résidants et collaborateurs salariés de l’institution, comme le dit un membre de la direction :

Mais j’ai l’impression que quand même, dans ces groupes, ce qui est fondamental, c’est vraiment le facilitateur. Enfin, leur rôle, parce que, il y a vraiment quelque chose de l’ordre de passeur, d’accoucheur, parce que, ce que tu expliquais, pouvoir faciliter la parole, décoder et mettre des ponts, mais après, quand il veut aller plus loin, il doit être la même chose par rapport à… quand le facilitateur est venu poser la demande dans le groupe pour faire le règlement sur les animaux, il doit être aussi… s’il arrive en disant moi je défends les résidants, enfin je sais pas quoi, avec une position de militant, ça va coincer, donc il y a vraiment quelque chose de l’ordre de, je vérifie que l’information aille plus loin, et c’est un rôle assez central, je pense, et c’est important que ces gens aient bien cette conscience-là, qu’ils sont juste facilitateurs, et qu’il y a une forme de neutralité.

424Reste la question de la participation du résidant dans le suivi des propositions : le rôle de l’animateur n’est peut-être pas tant d’occuper une position neutre, mais de l’accompagner pour qu’il puisse lui-même porter la parole auprès des équipes éducatives ou de la direction. Ce point est traité aux paragraphes suivants qui abordent les fonctions de représentation des participants, ainsi que les prises de décision et leur suivi.

425Par rapport à leurs collègues, le rôle des animateurs peut susciter certaines craintes, au niveau de la répartition du pouvoir et de la prise de décision : si une personne en situation de handicap amène telle demande, par qui/où se prend la décision de la réponse ? La direction, les équipes éducatives, les animateurs des groupes d’expression, la personne en situation de handicap elle-même ? Le rôle d’animateur de ces groupes pourrait donner un pouvoir aux animateurs sur leurs collègues ou sur les résidants, ou même donner un pouvoir aux résidants sur d’autres collègues ; c’est en tout cas une crainte relevée par l’un des animateurs :

[En parlant de ses collègues] Je crois qu’au début, il y avait un peu des peurs, d’un coup qu’ils soient submergés de demandes qu’ils n’arrivent pas à… Et que d’un coup par notre biais qu’ils aient des demandes qu’ils n’aient pas envie d’aborder, parce que ça a été mis de côté ou je sais pas quoi, et ça finalement je crois que, les inquiétudes du départ sont un peu… ou ils en parlent moins… (…) Je crois qu’ils avaient un peu peur qu’on prenne des décisions pour eux finalement. Une des premières demandes c’était de savoir s’ils pouvaient avoir des animaux de compagnie chez eux, et je crois que la peur était là, que d’un coup, par nous, on dise ben tiens c’est une bonne idée, allez demander à votre équipe, et que finalement on court-circuite leurs choses, alors qu’en fait on n’a jamais fait ça, nous on renvoie le débat, et notre rôle de facilitateur c’est d’être sûrs, de s’assurer qu’ils ont pu entendre parler, qu’ils ont pu avoir une réponse. Notre rôle ce n’est pas qu’ils aient leur animal de compagnie, mais c’est qu’ils puissent avoir, s’assurer que la demande se fasse, qu’ils aient une réponse, qu’ils aient pu entendre aussi.

Préparer une séance

426Le rôle des animateurs est également primordial dans l’étape de préparation de la séance : d’une part, comment favorisent-ils la participation des résidants à l’élaboration de l’ordre du jour ? Et d’autre part, comment préparent-ils les résidants à participer au groupe d’expression, en termes de contenu ?

427Dans l’institution A, ce sont les animateurs qui élaborent l’ordre du jour, celui-ci se déroulant toujours selon le même canevas : retour sur les demandes, discussion autour d’un thème, tour de table de nouvelles demandes. Le thème central de la séance étant majoritairement amené par la direction, les personnes en situation de handicap ne sont que très peu sollicitées à cette étape, si ce n’est qu’elles auront les réponses aux questions posées lors de la précédente séance.

428Dans l’institution B, c’est le Bureau qui prépare l’ordre du jour du Conseil des Villageois et Compagnons. L’animatrice aide les résidants membres du Conseil, ou la présidente, à définir cet ordre du jour.

Par rapport à la séance du Conseil ? C’est le bureau, oui, tout à fait. Donc là typiquement j’ai vu Kelly [la présidente] avant, avant la séance, et on a défini ensemble l’ordre du jour. L’ordre du jour est toujours assez similaire, dans le sens qu’on commence toujours par la lecture du PV précédent, l’approbation, ensuite on fait les objectifs en cours, qu’on définit ensemble, les objectifs personnels, et la définition de la prochaine séance. Ce qui permet à tous les villageois d’avoir un certain cadre par rapport à ces séances, et d’avoir des repères, surtout.

429Dans l’institution C, c’est l’animateur qui prépare l’ordre du jour, et après l’avoir lu en début de séance, il fait un tour de table pour voir si l’un des membres du Conseil a un point à ajouter.

430Dans l’institution D, ce sont les éducateurs qui notent les points qu’ils souhaitent amener au Comité des Résidants, sur une feuille accrochée sur un panneau dans leur bureau ; si l’un des résidants vient leur demander de parler d’un thème, ils l’ajoutent, comme l’un des éducateurs l’explique dans l’extrait ci-dessous :

En fait on a une feuille maintenant qui se met contre le panneau d’affichage, et puis dès qu’on a… au lieu de le faire deux jours avant, dès qu’on pense à quelque chose, on peut le noter, voilà. Et puis deux jours avant, on peut revoir l’ensemble. (…) C’est vrai que des fois on note avant deux, trois choses dont ils [les résidants] nous ont parlé, histoire de leur rappeler qu’ils nous ont parlé de ça, et que ça serait bien d’en parler à ce moment-là. (…) Alors eux ne vont pas noter sur la feuille, c’est vrai qu’ils vont plutôt s’approcher de nous, nous dire « voilà j’aimerais parler de ça », et on va le noter, comme elle est dans le bureau. Mais je crois que la démarche, ils l’ont bien comprise.

431L’animation de ces quatre groupes d’expression suit à la lettre l’ordre du jour ; par contre, certains résidants l’obtiennent avant la séance (institution A), d’autres le reçoivent au début de la séance (institution B), d’autres en prennent connaissance et le complètent en début de séance (institution C), alors que les derniers ne sont pas au courant de l’ordre du jour (institution D), ils le découvrent au fur et à mesure de la séance.

432L’élaboration de l’ordre du jour a une influence sur le contenu de la séance : les deux institutions qui construisent l’ordre du jour avec les membres (institutions B et C) n’ont pas un point spécifiquement dédié à leurs demandes ; alors que les deux institutions dont l’ordre du jour est préparé par les animateurs (institutions A et D), réservent un temps en fin de séance pour entendre les demandes ou propositions des membres, et donnent un retour des réponses obtenues, soit avant la discussion sur un thème (institution A), soit parallèlement aux informations qu’ils transmettent (institution D). Les membres n’ont ainsi pas de temps pour se préparer, co-construire leur demande ou la formuler.

433Cette distinction peut être liée aux buts différents assignés aux espaces d’expression : le but des deux premiers groupes (B et C) est davantage axé sur une participation au fonctionnement de la vie institutionnelle, alors que les deux autres (A et D) recueillent la satisfaction des résidants pour l’un, et régulent et organisent la vie quotidienne des résidants pour l’autre. Ainsi, la réflexion, l’espace de débat concernant la vie institutionnelle est portée par les résidants dans les groupes B et C, alors que le groupe D ne s’occupe que des aspects concrets de la vie quotidienne, et que le groupe A distingue le thème à débattre, à approfondir, amené par la direction, des éventuelles demandes de la part des résidants, qui nécessitent une réponse « courte » en général.

434A notre avis, la méconnaissance de l’ordre du jour et des sujets qui seront traités ne permet pas aux participants de se préparer par une recherche d’informations sur les éléments à traiter, ou en demandant une aide lorsque le sujet est difficile à comprendre pour eux. En effet, la présence de certaines incapacités (mémoire, expression, compréhension) nécessiterait une attention d’autant plus importante à la préparation des séances avec les participants afin que leur participation puisse y être efficace.

435Cela pose la question plus large de la manière dont sont préparés les membres à participer au groupe d’expression. Cette préparation contribue à une meilleure compréhension des enjeux face à ce qui s’y déroule. Cependant elle nécessite du temps et un encadrement important de la part des animateurs. Lorsque ce temps n’est pas prévu par la direction dans le cahier des charges des accompagnants, il doit être inséré dans l’accompagnement quotidien au détriment d’autres tâches.

436Dans l’institution A, une personne membre de la direction soulève la question des personnes âgées ou plus démunies, qui ont peut-être davantage besoin d’être préparées, pour oser prendre la parole.

J’aimerais juste ajouter, par rapport à ma réflexion et par rapport aux aînés et aux plus démunis, ce que j’ai pu voir dans des colloques d’équipe par exemple, hein, dans des colloques de groupe sur le… je pense que peut-être ça mériterait qu’on réfléchisse à une possibilité pour certaines personnes de préparer leur mandat. Avant d’aller au groupe « Donner son avis », d’avoir un petit moment avec un éducateur, ou avec le référent, ou avec quelqu’un d’autre, qu’ils puissent préparer la demande ou les propositions, ce qu’il y a à dire. Parce que dans le stress, je l’ai vu pour Marjorie qui maintenant est déléguée, Marjorie au pavillon trois, qui suite à, elle avait beaucoup de demandes très légitimes et qui rejoignaient d’autres demandes d’autres résidants aussi que j’ai pu entendre, donc je l’ai encouragée à participer, et je me suis rendu compte que la première participation… donc tout a été bien organisé parce qu’elle a été accompagnée, pour qu’elle ne se perde pas, qu’elle sache où elle doit aller, enfin voilà, tout ça, ça a été très bien fait par l’équipe et par les facilitateurs, mais le contenu, quand j’ai lu le PV après, le contenu était très très succinct par rapport à ce qu’elle a pu exprimer dans un entretien à deux, enfin dans plusieurs entretiens à deux personnes ou avec des éducateurs. On n’y retrouvait pas toute la richesse de sa réflexion, en fait. Et là je me suis dit, il y a peut-être encore une étape… Préliminaire, pour mieux préparer le passage à parler en groupe, en fait. Voilà, parler en groupe, et ne pas oublier, aussi, les éléments d’une fois à l’autre, parce que déjà le fait de devoir quelques fois se déplacer, d’être pris dans… il y a un stress qui se met en place, et puis voilà, c’est humain. Donc ça pour moi c’est quelque chose qu’il faudra réfléchir.

437Si certains résidants ont davantage besoin d’être accompagnés, ce soutien semble en effet essentiel pour favoriser la participation des personnes en situation de handicap.

Pendant la séance

  • 50 Nous n’entrons pas ici dans la polémique sur la reconnaissance ou non de cette approche d’aide à la (...)

438Au niveau du type d’animation, le point commun entre les quatre institutions semble être la co-animation. Dans l’institution A, une animatrice anime la séance, pendant qu’un second co-anime, les deux s’occupant du PV ; dans l’institution B, l’animation se fait par un membre, aidé par une animatrice, tandis qu’un autre résidant prend le PV ; cependant, l’animation est comprise ici comme la fonction simplifiée d’encadrer la procédure, soit d’annoncer les sujets prévus à l’ordre du jour, tandis que les autres fonctions (soutenir la production et faciliter les relations entre les participants) sont assumées par la professionnelle ; dans l’institution C, un animateur anime la séance, pendant qu’une praticienne en communication facilitée50 aide les membres à s’exprimer, et une participante prend le PV : celui-ci sera relu et complété si nécessaire par l’animateur avant d’être transmis ; dans l’institution D, une éducatrice anime, tandis que l’autre prend le PV.

439Les résidants sont donc peu amenés à participer à ce rôle d’animateur, ou à la prise de PV. Cela pose la question des compétences, acquises ou à développer, des personnes en situation de handicap. Dans l’institution B, c’est une participante qui annonce les sujets à l’ordre du jour, soutenue par l’animatrice qui assume les autres fonctions d’animation pendant la séance ; la rencontre est ainsi préparée ensemble en amont, et cette participante peut également bénéficier de cours en parallèle pour apprendre à s’exprimer en public par exemple. Favoriser la participation des personnes en situation de handicap suppose ainsi d’élargir l’accompagnement et le soutien à d’autres étapes et espaces que la séance du groupe d’expression. Ce point a déjà été traité à la fin de chapitre précédent dans la partie concernant l’articulation aux autres espaces d’expression (page 152).

440Néanmoins, l’animateur reste une personne centrale pour accompagner le développement de la participation. Nous avons retenu trois rôles clés de l’animation d’une séance, afin de favoriser la participation des personnes en situation de handicap. Le premier est de faciliter l’expression et la compréhension par une communication adaptée ; le deuxième est de contextualiser le thème de discussion afin d’en distinguer les enjeux ; le troisième est d’aider à transformer les préoccupations individuelles en propositions rejoignant l’intérêt collectif, soit d’articuler les paroles en « Je », en « Nous », voire en « Nous Tous » ; ces deux derniers rôles clés ayant davantage trait à la production.

Faciliter la communication

441Pour les membres de la direction de l’institution A, le rôle de l’animateur consiste entre autres à aider la formulation pour rendre compréhensible la parole, étant donné les différents niveaux de compréhension de ces personnes en situation de handicap. Il s’agit de vérifier quelle est l’idée qui est transmise, si chacun l’a bien comprise, pour ensuite discuter des enjeux.

Cette histoire du mot, à faire comprendre, à faire passer, c’est vrai que la personne qui anime, qui facilite, est primordiale.

442Les animateurs eux-mêmes relèvent cette difficulté liée aux capacités d’expression orale des résidants.

Et puis pour nous, moi je pense que la difficulté, c’est peut-être de se dire, mais, est-ce qu’on va toujours avoir des sujets de conversation ? De se renouveler, de… Il y a aussi une dichotomie entre les deux groupes, […] ceux qui sont en appartement, qui ont une facilité de parole, et puis les autres, qui ont justement pas du tout, de loin pas la même facilité. Qui répondent plus par des oui ou par des non, c’est un peu… c’est pas toujours évident de… Trouver des sujets.

443Les différents animateurs sont attentifs aux techniques de l’animation énoncées par Lamoureux et al. (2008, pp. 359-364), telles que l’encadrement de la procédure ou la facilitation des relations entre les participants.

444En effet, au niveau de la forme, ils sont attentifs à favoriser la discussion en donnant la parole à chacun, en modérant les propos de certains, en suscitant l’intervention d’autres participants, ou encore en tenant précisément le timing de la séance.

445Au niveau relationnel, ils sont également attentifs à instaurer un climat convivial, propice aux échanges, en encourageant certains résidants, en verbalisant des émotions vécues au sein du groupe, ou encore en faisant preuve d’humour.

446Dans l’institution A, les animateurs ont établi une liste de règles à respecter pour s’exprimer en groupe et respecter les règles de la communication (respect, ne pas porter de jugement, ne pas couper la parole, etc.).

447Une attention est portée par les différents animateurs, pour relayer la parole vers les bons interlocuteurs et les bons lieux afin qu’elle puisse être mieux prise en compte. Cette façon de faire évite la dispersion du groupe en maintenant les objectifs de la séance et aide les participants à mieux identifier les personnes et lieux adéquats afin d’être écoutés et aidés face à ce qui les tracasse.

Daphné Alors. A propos de… je sais pas si c’est avec l’électricité ou quoi, mais, sur les télévisions ça fait souvent noir, sur les écrans y’a (?)…

Ethan Y’a des lignes !

Daphné… et pis y’a des lignes, qui fait noir, avec une écriture… est-ce que ça revient à de l’électricité ou de quoi ça vient ?

A1_B Le mieux, c’est de demander à S. G., c’est lui qui est responsable en fait de tout ça.

Joël Ben on lui demandera.

A1_B Si tu le croises tu peux lui poser la question…

Jérôme Ouais, ouais.

Ethan Parce que ça coupe les chaînes les (?), ça les coupe un peu, pis ça enlève le son.

A1_B (?) des problèmes de réseau, ou si alors il fait froid… peut-être les antennes, je sais pas. Demandez à S., ce genre de choses, d’accord ?

Joël Ouais on lui demandera. Dès qu’on le croise, on lui demandera.

448Afin de faire circuler la parole, l’ANESM, dans les recommandations de bonnes pratiques professionnelles (2010) suggère des pistes :

449le coanimateur peut solliciter les usagers qui ne s’expriment pas […] en les plaçant par exemple à côté ou en face de lui ou en organisant un tour de table (sans pour autant imposer la prise de parole). […] Des supports d’aide à l’expression pourront s’avérer utiles. (p. 43)

450L’institution B utilise des supports tels que des documents écrits (distribution du PV et de l’ordre du jour), ou des présentations PowerPoint. Par-contre, aucune des institutions n’utilise d’outil de communication alternatif, soit des photos, ou des pictogrammes, etc., si ce n’est la communication facilitée dans l’institution C. Des aides à la communication variées restent sûrement à développer, ainsi que des supports visuels (voire même audio), afin de favoriser justement la participation des personnes en situation de handicap ayant des difficultés d’expression ou de compréhension.

451Dans l’institution C, un animateur mène les séances, accompagné par une praticienne en communication facilitée. Cette dernière est présente lors de chacune des séances du Conseil des Résidants, dans un souci que toutes les personnes en situation de handicap puissent s’exprimer et se faire comprendre, d’autant plus qu’elles ont des capacités d’expression orale très différentes. Elle utilise l’approche de la communication facilitée au moment de la séance et offre des entretiens individuels avec quelques-uns en dehors des séances ou reste disponible lorsque cela est nécessaire pour faire un retour au sein des lieux de vie, représentés par les membres du Conseil. Cette dernière occupe ici un rôle important d’intermédiaire entre des membres qui n’ont parfois pas la parole ; cela suppose de sa part un grand respect des personnes afin de ne pas transmettre son point de vue personnel au détriment de celui des résidants. Elle en témoigne elle-même dans cet extrait en expliquant le soutien qu’elle apporte aux membres du groupe.

Alors pour ma part, la plupart des résidants qui sont dans le Conseil, je les ai en séance individuelle, donc quand il y a des questions, des questionnaires à remplir, des éléments de recherche sur un thème, ça passe par leur séance. Et puis je remplis avec eux, et on le ramène au Conseil. Alors là on passe par la boîte, je mets dans la boîte du Conseil avec eux, et ils savent que ce sera pris en compte au prochain conseil. Et puis on fait aussi des passages directs, par exemple, pour Maude, je la vois avant le Conseil des Résidants, on regarde ensemble quels sont les éléments, elle a un carnet normalement où c’est noté, les préoccupations du groupe… ça peut être le jour avant, ou le jour même, j’essaie de faire le plus proche possible du conseil pour que ça ait du sens. Et ensuite on ramène ensemble les points, je l’intègre dans ce que je dis, mais je vais lire ce qu’elle a préparé, et ensuite je la raccompagne à la maison, et je fais un retour à la maison. Donc c’est vite prenant. Tout se fait… Pour ces personnes-là, ça se fait à travers leurs séances de communication facilitée, et si elles n’ont pas de séance, et qu’il y a des sujets à traiter, je vais m’organiser pour les prendre en séance. Il y a eu des tentatives pour intégrer tout ce processus dans les colloques de résidants, dans les groupes, mais ça s’avère très très compliqué en fait. La préparation des séances, mais ne serait-ce que de faire un colloque de groupe avec des personnes qui ne parlent pas, c’est déjà difficile, et puis si….

452Un autre point commun entre les quatre institutions réside dans la régularité de l’ordre du jour proposé, celui-ci se déroulant toujours de la même manière, afin de donner des repères aux participants (cf. tableau 16 de la page suivante).

Tableau 16 : déroulement des groupes

Tableau 16 : déroulement des groupes

453L’ouverture de la séance débute soit par la lecture du PV précédent, soit par le rappel de règles de communication ou des objectifs du groupe. Les personnes en situation de handicap sont invitées à participer à cette étape-là, soit en énumérant les règles de communication (institution A), soit en lisant le texte rappelant les objectifs du comité (institution C), soit en lisant le PV (institution B). Dans l’institution D, c’est l’éducatrice qui résume les points du PV précédent et s’assure auprès des résidants que cela correspond bien au contenu de la séance précédente.

454Les animateurs ont un rôle à jouer à ce moment-là pour soutenir la participation : dans l’institution A par exemple, l’animatrice donne la parole, reformule ou précise. Elle profite du rappel des règles de communication pour aborder les objectifs du groupe.

A1_A Voilà. Alors, vous avez tous reçu l’ordre du jour. Et puis la première chose, c’est bien mis « rappel des règles de fonctionnement du groupe ». Alors vous savez bien que les règles, elles sont ici [montre un tableau].

Plusieurs Ouais, ouais, oui, je connais.

A1_A Est-ce que vous vous rappelez de, laquelle, la première, qu’est-ce que c’était ?

Amandine Pas attaquer les autres.

A1_A Ouais, pas d’attaque personnelle. Ça veut dire qu’on n’est pas ici pour critiquer et dire celui-ci il m’a fait ci, il m’a fait ça. Voilà, on est ici pour parler de choses du groupe de travailleurs, de ce qui se passe dans les groupes de travailleurs, mais pas pour critiquer ceux qui ne sont pas là.

Guy C’est juste, tu as raison.

A1_A La deuxième… est-ce que quelqu’un sait… ?

Christine Ne pas couper la parole.

A1_A Ne pas couper la parole. Ouais, c’est une personne à la fois qui parle. Ouais, c’est dur hein, ça, c’est dur. Il y en a qui ont envie de parler tout le temps.

Amandine Comme moi.

A1_A Ouais. Je crois qu’ils se reconnaissent bien. Alors faites un peu attention. Et puis la troisième, est-ce que quelqu’un se rappelle ? (petit silence) Tu te rappelles ? Tu arrives à lire, Nathan ?

Nathan Oui. « Ce qu’on dit est aussi utile pour les autres. »

455Ces règles pourront servir de base à l’animateur lorsque la conversation dévie du thème par exemple ou lorsqu’un membre interrompt la conversation d’un autre membre. Elle aide aussi à rappeler que ce qui se dit dans le groupe doit servir l’intérêt général, c’est un encouragement à l’expression en « Nous ». Si l’animatrice de ce groupe rappelle ces règles à chaque séance, le but visé est bien que celles-ci soient intégrées et respectées par tous les membres. De plus, dans cet extrait, elle parle d’un groupe de travailleurs, cette appartenance commune pourrait contribuer à rallier les membres de ce groupe.

456Dans l’institution B, l’animatrice formule certains termes lorsque le résidant n’arrive pas à les lire dans le PV, puis elle s’assure de la compréhension du lexique en expliquant certains mots de vocabulaire lorsque c’est nécessaire.

Ethan Alors, premier point (il lit) : Kelly souhaite la bienvenue à tous les membres du conseil, Norbert lit le PV du 2… du 18 octobre 2011 qui est approuvé. Deux : retour des bureaux. Les membres du Bureau ont travaillé sur leur rôle, chaque membre, président, vice-président et deux secrétaires, a écrit la lettre à l’attention du Conseil de Fondation concernant la représentation du Conseil des Villageois. Ont créé la première embouche…– quoi ?

A1_B Ebauche !

Ethan… ébauche au bulletin numéro 7 du Conseil. Se sont également prononcés en faveur d’une organisation du… concert et de la… chapelle [de l’institution B].

[…]

A1_B Est-ce qu’y a des mots qui n’ont pas été compris ?

Daphné Moi, c’est clair…

A1_B Tu… Ethan, ébauche ?

Ethan L’ébauche ? non, j’sais pas c’que ça veut dire.

A1_B Là, « ont créé une première ébauche »…

Daphné Ah ouais ça, je ne sais pas ce que c’est…

A1_B… ont créé une première version.

Joël version…

A1_B Voilà, c’est avant la version finale, une première ébauche, quand on a commencé à faire quelque chose.

Ethan Ah d’accord. Ok.

Daphné Voilà, comme ça je peux comprendre.

457Nous soulignons ce rôle essentiel de l’animateur de faciliter l’expression et la compréhension ; celui-ci est étroitement lié au deuxième rôle identifié, soit celui d’expliquer les enjeux liés à un thème de discussion.

Contextualiser les enjeux liés à un thème ou une question (référendum)

458La représentation d’un membre de la direction de l’institution A sur le déroulement d’une séance soulève la nécessité d’expliquer les enjeux afin que les participants puissent s’exprimer en connaissance de cause. Il s’agit de fournir les éléments nécessaires aux débats et aux prises de décision s’il y a lieu.

J’imagine qu’il y a effectivement une animation du facilitateur qui aide la parole à circuler, et qui essaie de faire, de circulariser l’information, de faire réagir les uns et les autres sur le propos amené, et en même temps un espace d’écoute, plus peut-être au début, la partie où ils amènent la thématique de consultation de la direction par rapport à une thématique particulière, où ils prennent un moment en tant que facilitateurs pour essayer d’expliquer vraiment quels sont les enjeux, qu’est-ce qu’on espère savoir, quelles sont les opportunités, pour leur donner de la substance, qu’ils puissent comprendre sur quoi ils doivent s’exprimer, et puis qu’ensuite ils récoltent la parole des uns et des autres. Il doit y avoir un moment aussi de retour sur les séances précédentes, ou sur quelles ont été les suites de leurs demandes.

459Cette contextualisation est également mise en évidence par Lamoureux et al. (2008) :

Chaque sujet à l’ordre du jour doit être présenté de façon que tous les participantes et participants comprennent clairement de quoi il s’agit. Même si cela relève de l’évidence, le groupe doit fournir à cette fin les informations de base nécessaires pour débattre intelligemment des sujets de la réunion. (…) Au besoin, une période de temps sera allouée aux questions de clarification, de manière à s’assurer que le sujet et les enjeux qui y sont rattachés sont bien compris. (p. 356)

460Or, force est de constater que cette étape est largement sous-estimée dans chacune des institutions ; étape pourtant essentielle selon nous, afin que la participation des résidants repose sur une véritable connaissance des enjeux, et ne s’arrête pas à une participation-alibi.

461Dans l’institution A, durant la première séance observée, le thème a été à peine énoncé, puis l’animatrice s’est intéressée aux expériences individuelles.

A1_A Alors, je rappelle le thème de la rencontre aujourd’hui. On va discuter : Les changements de lieux de vie, ou qu’est-ce qui fait qu’on a envie de changer ou de rester là où on habite.

Christine Oup !

Plusieurs Oh ! Oup ! Zut ! Oups…

Amandine Mystère.

A1_A Mystère. Mais est-ce qu’il y en a déjà, disons récemment, qui ont déménagé ?

Amandine Moi oui.

A1_A Toi oui, Amandine. Tu peux parler de ton déménagement ?

Amandine Tu peux dire, nouvelle chambre…

A1_A Mais tu as déménagé depuis où à où ?

Amandine Y [elle nomme le village de ses parents].

A1_A Oui t’étais à Y, mais tu étais à Y, chez tes parents.

Amandine Oui.

A1_A Parce que tes parents habitent à Y. D’accord. Et puis tu es venue… ?

Amandine habiter foyer.

462Durant la seconde séance observée, l’animateur énonce d’où vient le thème (question de la direction) et propose un tour de table, et la seconde animatrice tente brièvement de s’assurer de la compréhension de chacun (en gras).

A2_A Alors Malika [membre de la direction] a voulu vous soumettre une question ; elle et puis le comité de direction, avaient envie d’avoir votre avis sur un sujet particulier, qui est, alors je vais vous lire la phrase (sur l’ordre du jour), la question : quelles sont les qualités que vous appréciez et que vous attendez des personnes qui vous accompagnent dans votre quotidien dans l’institution A ?

Guy Ah, ah.

A2_A Ils auraient aimé avoir votre avis sur qu’est-ce que vous attendez des éducateurs, des infirmiers, de toutes les personnes qui travaillent avec vous ?

A1_A Des MSP (maîtres socioprofessionnels), et cetera.

A2_A Des MSP.

Christine Il y a aussi les parents, il y a aussi les NNSP, les infirmières elles s’occupent des pavillons, des fois aussi des externes, mais moins que nous.

A1_A Non mais ce que vous…

A2_A C’est…

A1_A Ce que vous, quand vous êtes ici, accompagnés, vous attendez de nous. Voilà c’est ça en gros. Qu’est-ce que vous attendez ?

[…]

A1_A Mais est-ce que tout le monde a compris, en fait ?

Guy ( ?)

A2_A On pourra reformuler…

A1_A Vous avez compris ce qu’on demande, là ?

Steve Euh, oui.

A1_A Qu’est-ce que tu as compris, Steve ?

Steve Euh, comme t’as dit à l’instant, on doit se… comme t’as dit avant, là.

A1_A Mais c’est pas comme j’ai dit, c’est comme t’as compris, Steve, que j’aimerais savoir.

Steve Que… si on… comment faut dire ça… Si on a besoin de quelqu’un, on leur transmet.

A1_A Voilà, mais en quoi, c’est pourquoi vous avez besoin de nous ? Qu’est-ce que vous aimez qu’on vous… qu’on fasse pour vous ?

Steve Ah

A1_A C’est ça la question, qu’est-ce que vous attendez, que vous aimez qu’on fasse pour vous, enfin quelle aide on vous donne, ou autre chose que de l’aide, je sais pas, mais qu’est-ce que vous attendez des gens qui vous accompagnent, qui vous aident, qui vous entourent ?

Steve Ben déjà les camarades d’ateliers, déjà

A1_A Pour vous c’est une ressource, c’est d’avoir des camarades dans vos ateliers.

Steve Ouais

A1_A D’accord.

463Dans l’institution B, la première séance observée concernait la préparation d’une séance plus large, ouverte à tous les résidants ; les participants en avaient donc déjà discuté lors d’autres séances, entre autre pour préparer l’ordre du jour noté sur la convocation. Néanmoins, le but de cette séance-ci a dû être précisé par l’animatrice afin que tous puissent comprendre sur quoi ils allaient travailler.

A1_B Donc : jeudi prochain, assemblée des villageois et compagnons…

Joël Oui Ethan Ce jeudi, hein ?

A1_B Ouais. Donc, tous les villageois et compagnons ont reçu l’information, soit dans leur maison, soit dans leurs ateliers, et, dans… par mail. Donc toute l’institution B a reçu cette information. Joël ( ?) l’a reçu, hein

A1_B… et puis avec les membres du bureau, on a commencé à travailler sur le PowerPoint de présentation… donc voilà, ça ce sera la première page…

Daphné Qui lit quoi ?

A1_B Alors justement : le but d’aujourd’hui, c’est de définir, qui fait quoi, à quel moment, dans cette assemblée, et surtout de définir si ça convient à tout le monde, ce qui a été écrit. Donc, l’ordre du jour… j’ai repris l’ordre du jour qu’on avait défini ensemble, qu’on avait mis sur les convocations…

464Durant la seconde séance observée, la responsable de l’hébergement a été invitée pour amener le point de discussion, soit la fête du Village. Si nous constatons un effort de présentation de ce projet, il reste à éclaircir le statut du brainstorming qui suivra : plusieurs donnent des idées en vrac, puis il leur est demandé d’en parler autour d’eux, de récolter des idées, et enfin, après plus de vingt minutes de propositions en vrac, il y a la désignation d’un représentant de ce groupe dans le groupe de travail consacré à la fête du Village. Ces différents niveaux d’implication ne sont pas clairement identifiés et expliqués. A plusieurs reprises, les résidants demandent des précisions (en gras).

A1_B Alors, qu’est-ce qu’on a comme premier objectif aujourd’hui, pour cette séance ? (petit silence)

Kelly On a… euh… on a invité T. [responsable du secteur des résidences].

Plusieurs : Bienvenue

Kelly Et on a aussi les chercheurs qui sont avec nous.

A1_B Oui. Tu lui donnes la parole, à T. ?

Kelly Ah, oui.

T. Ben écoutez, bonjour à tous, merci pour cette invitation à votre réunion. Je viens avec une demande un petit peu particulière : cette année, donc, cette année, c’est les homes qui vont organiser la fête du Village.

Joël Ah je savais pas.

T. A la différence des autres années, où c’est les ateliers qui avaient ça en charge, et puis nous on participait, très modestement. Alors voilà, on s’est plaint à plusieurs reprises pour différentes raisons, alors c’était l’occasion ou jamais, eh bien, qu’on s’exprime, et qu’on donne la forme à cette fête du Village que l’on souhaite. Alors j’ai déjà organisé un premier groupe de travail, où on a eu une première réunion, et on a évoqué plein plein plein d’idées, et une des premières qui est sortie, c’était de vous interpeller, vous, les villageois, de savoir qu’est-ce que vous aimeriez voir dans cette fête, comment vous aimeriez la voir s’organiser, et puis ma dernière chose, c’est idéalement d’avoir la présence, alors ou de Kelly, ou d’un autre membre à notre groupe de travail pour la fête du Village, pour que vous puissiez être écoutés, et participer à cette organisation tout au long, jusqu’à la date prévue.

[…]

T. Alors qui est-ce qui aimerait participer à ce groupe de travail ?

Vanessa Ce serait quoi ce groupe de travail exactement ?

T. Alors ben justement, on va justement, déjà trier dans ce que vous avez proposé ce qu’on va retenir, et puis après c’est de savoir comment ça va s’organiser, qui c’est qui va… hum… qui c’est qui va faire quoi, quelles sont les ressources qu’on a besoin, où c’est qu’on va commander le matériel, enfin… participer à ça.

[…]

A1_B Qui est-ce qui aimerait parmi vous être le porte-parole des villageois dans le groupe que T. organise ? (Ethan lève la main)

Danaé Moi je veux !

A1_B Alors il y avait Ethan, Danaé…

Vanessa C’est porte-parole de quoi ?

A1_B Norbert aussi. Alors moi je vous propose une votation.

Kelly Daphné aussi !

A1_B Daphné, pardon. (brouhaha)

Ethan Je propose une votation.

465Dans l’institution C, lors de la première séance observée, il s’agit de faire le bilan d’une réunion hebdomadaire ouverte à tous, le lundi matin. L’animateur contextualise ce projet de bilan, suite à une transformation de ladite réunion. Mais il n’explique pas la façon de procéder dans cette séance, et donne directement les retours des questionnaires, avant de passer aux propositions des membres de ce Conseil. Cela crée des difficultés de compréhension chez les participants par rapport à la démarche proposée, et l’une d’entre eux l’exprime en disant que c’est à l’animateur de se débrouiller avec ces propositions (en gras).

A1_C Donc aujourd’hui on a un thème principal, on va faire un peu le bilan des Ouvertures. Alors juste pour expliquer, chaque lundi matin, l’institution se réunit dans la grande salle pour ouvrir un espace où chacun peut dire comment il a vécu le week-end, et puis nous on peut aussi apporter des informations concernant la semaine qui va venir. Et puis cette Ouverture a une certaine forme, et on a changé de forme durant l’été, après l’été, et puis on va passer à l’évaluation de cette forme. On a demandé à chacun des résidants, ceux qui le souhaitaient…

Elie Su… Su… zie… pas là…

Thérèse Ah Suzie est excusée !

A1_C Suzie est excusée, d’accord. Oui très bien merci. Alors on a écrit une feuille avec certaines questions, pour faire le bilan des Ouvertures, nous avons envoyé ce questionnaire dans les groupes, et certains résidants ont donné leur avis. Et tous ces questionnaires sont revenus ici. Et puis, parce que nous avons donné un délai au 15 février, mais on peut déjà dire quelque chose par rapport à cette évaluation. Donc ça c’est le thème principal que nous avons. Il y a eu pas mal de résidants qui ont répondu, soit à travers le groupe, soit à travers la communication facilitée. Donc ça, nous allons faire un bilan tout à l’heure. Est-ce qu’il y a… est-ce que tu es allée voir s’il y avait du courrier ?

[…]

A1_C […] Voilà on va attaquer ce point, ce bilan. Donc vous vous souvenez qu’on avait fait un bilan, une première enquête avant les changements de la nouvelle forme, et puis là on fait le bilan de la nouvelle forme.

[…]

A1_C : Alors avant ça il y a plusieurs personnes qui se sont exprimées, pour dire que ces Ouvertures sont un moment qui est très enrichissant, pour les résidants, et de commencer la semaine avec ce moment de prise de parole, c’est vraiment bien.

Mathieu : J’ai quand même le trac.

A1_C : Mais il y a certaines personnes qui ne savent pas vraiment pourquoi, à quoi ça sert l’Ouverture qu’on fait le matin. Il semblerait que le sens leur échappe, en tout cas pour certains, c’est pas très clair. Donc ça c’était avant les changements, et il faut dire qu’après, après ces changements, on dirait que le sens s’est précisé, parce qu’il y a presque toutes les personnes qui disent qu’elles comprennent mieux le sens maintenant de ces Ouvertures. Après il y avait une deuxième question concernant le tournus de l’animation

[…]

A1_C : Donc voilà, là il y a tout un ensemble de propositions qui sont assez riches, hein ! Très originales. Comment est-ce qu’on va faire avec tout ça, maintenant ?

Thérèse : Ben tu… nous on te laisse te débrouiller !

A1_C : Mais, nous ! (plusieurs rient)

Thérèse : Tu t’es lancé là-dedans !

A1_C : Non, je ne me suis pas lancé là-dedans. Non alors, nous, nous sommes le Conseil des Résidants, alors vous, vous représentez les résidants, peut-être que vous avez… Avec tout ça, nous pouvons faire une proposition…

Thérèse : Hum, j’adore ! Le Conseil représente bien, d’accord, les résidants, moi je suis juste la secrétaire !

A1_ C : Ouais, ouais, mais tu représentes aussi, la même chose. Ce que je veux dire par là, c’est que nous, on peut essayer de faire une proposition pour que… Voilà, le Conseil des Résidants, on a pris cette question, nous on propose… que l’Ouverture ait lieu à 9h15 comme maintenant, si possible…

466Dans l’institution D, lors de la première séance observée, les participants ont dû voter sur le choix de la sortie du premier mai. Deux propositions ont été émises, Europapark et le Futuroscope, mais très peu d’informations ont été données sur ces deux choix, telles que des prospectus ou des descriptions plus détaillées. Cet exemple a déjà été cité et analysé dans le chapitre 2 de cette quatrième partie (page 186).

467Si les directions d’institution souhaitent obtenir un avis ou une participation à des sujets qu’ils proposent, à l’exemple des référendums, le rôle des animateurs est d’expliquer les enjeux pour que les participants puissent se positionner en toute connaissance de cause. Et dans le cas où ce sont les participants qui amènent une question ou proposition, sur le mode de l’initiative, alors leur rôle est d’analyser cette demande ; c’est l’objet du paragraphe suivant.

Transformer une demande individuelle en une proposition d’intérêt commun (initiative)

468Dans l’institution A, le rôle de l’animateur est défini, par l’un d’entre eux, comme le fait de donner plus de poids à une parole d’abord individuelle, pour qu’elle devienne une préoccupation institutionnelle, par rapport à la démarche de rendre les résidants acteurs, citoyens de leur institution :

[…] pour moi le défi, c’est dans la relation avec eux, dans l’échange de paroles, comment arriver toujours à faire fructifier finalement ce qui sort. Et l’exemple que vous avez vu, pour moi c’est un exemple réussi dans le sens où, une demande qui n’est pas très porteuse venant juste de la personne, collectivement n’est pas très porteuse, et arriver à une petite chose, à la rendre, à lui donner une place tout autre, et je crois que c’est ça, parce que eux, et c’est comme ça que je trouve le mot facilitateur joli, c’est que justement on les aide à avoir une parole qui a plus de, peut-être plus de poids, ou plus de force, parce que effectivement demander d’avoir une boîte à idées, ça a plus de force que de dire, je voudrais des raviolis. […] Il y a une demande un peu brute qui arrive, et comment on peut rebondir pour que ça ait un écho pour l’institution, pour eux socialement, et puis par rapport à cette démarche d’être acteurs, citoyens, dans notre fondation.

469Cet extrait illustre le souci de l’animateur d’articuler une parole en « Je » à une parole en « Nous », qui correspond à ce groupe.

470Dans l’institution B, dont le groupe existe depuis bien plus longtemps, l’articulation se pense entre le « Nous » du groupe, et le « Nous Tous » élargi de l’institution. L’une des animatrices explique l’importance de questionner les idées afin de susciter cette réflexion, pour les transformer ensuite en production utile également à l’extérieur du groupe.

On guide, moi je les guide, je les accompagne, je suscite la réflexion en fait, je pose des questions, et je pose les questions pour essayer de faire émerger la réflexion. C’est là où vraiment mon rôle est utile. Parce que, ils amènent de la matière, ils ont une réflexion, ils ont des éléments de leur quotidien qu’ils peuvent amener au sein de la commission. Après c’est de prendre du recul par rapport… Ils ont de la difficulté à prendre du recul par rapport à ces éléments-là, et à se poser des questions. Ils arrivent avec des éléments, et voilà, c’est ça. Et mon rôle à moi c’est de susciter la réflexion, de poser des questions, de savoir qu’est-ce qu’on fait et où est-ce qu’on va. […] D’analyser les conséquences et les effets, aussi de comment transformer ce qui émerge du groupe, en fait, parce que ça, ça demande quand même des facultés d’abstraction qu’ils n’ont pas forcément. Parce qu’il y a des choses qui émergent dans le groupe, il y a des idées, il y a des échanges. Mais après, quoi faire de ces échanges-là ? Je pense que là notre rôle est utile. C’est de pouvoir les aider à transformer cette matière première, quelque part, et à en faire quelque chose de productif à l’extérieur de ce qui se passe dans le groupe, en fait.

471Les membres de la direction de l’institution B sont sensibles au fait que les animateurs amènent les personnes en situation de handicap à formuler des demandes ou propositions claires. C’est vraiment au niveau de l’analyse de la demande qu’ils considèrent le rôle de l’animateur comme essentiel.

472Or, l’analyse des demandes, la co-construction d’une recherche d’intérêt commun n’est pas évidente. Lamoureux et al. (2008), parle également d’apprentissage de la distanciation :

Dans les échanges au sein d’un groupe participatif, il est courant de s’appuyer sur les expériences personnelles pour parvenir peu à peu à un niveau d’intérêt collectif. Ces échanges permettent l’apprentissage progressif de la distanciation. (p. 42)

  • 51 http://www.topozym.be/spip/spip.php? article33 (consulté le 29.11.12)

473Nous avons pu constater que les participants parlent davantage en « Je » qu’en « Nous », et que les animateurs peinent à amener cette distanciation. Hansotte (2005)51 développe cette idée de partir des expériences individuelles pour construire une préoccupation qui réponde à l’intérêt commun.

Cette vision des choses (et ses impacts méthodologiques) vient en contrepoint de la maxime « penser globalement pour agir localement », puisqu’elle nous invite au contraire à penser à partir d’un vécu particulier, dans un contexte particulier, pour partir à la recherche du Bien commun et de l’Intérêt général. Partir du vécu ici et maintenant, c’est ancrer la démarche dans l’émotion comme source motrice, pour la transformer en « paroles responsables et inventives », en recourant à des méthodes et à des procédures partagées.

474Cependant dans nos observations, les animateurs éprouvent souvent de la difficulté à rassembler les « Je » pour aider à la constitution d’un « Nous ».

Reconnaissance des tâches des animateurs

475Le rôle d’animateur n’est pas toujours reconnu par l’institution et cela entraîne également quelques difficultés, que ce soit dans la charge de travail, dans les tâches à assumer, ou encore dans l’animation en tant que telle de la séance. Dans l’institution D, dans laquelle ce sont les éducateurs présents à l’horaire qui animent ces séances du Comité des Résidants, l’animation d’un tel groupe d’expression ajoute aux tâches à faire pendant la soirée :

Alors l’inconvénient, moi je sais que, pendant plusieurs comités, c’était moi qui travaillais le mardi, et ça me faisait un peu râler. […] C’est vrai que ça alourdit pas mal la soirée, parce qu’on est stress pour être prêts à temps.

476L’ajout de tâches, perçues comme secondaires au cahier des charges des éducateurs, est également relevé comme une difficulté par un membre de la direction de l’institution A, qui a de la peine à recruter des collaborateurs pour assumer ces fonctions. D’autant que cette responsabilité d’animation implique des compétences nécessaires.

N’empêche que ce n’est pas facile de recruter. […] Bon je pense que ce n’est pas lié forcément à l’activité de facilitateur ou à ce type d’activité, je pense que c’est plutôt lié à la disponibilité des collaborateurs pour des mandats extérieurs à leur fonction. Parce qu’on a la même difficulté pour les groupes d’animation, pour toutes les commissions, et on a beaucoup de commissions et de groupes de travail en même temps. Donc il y a peut-être plus un problème de disponibilité, plus que de réticences par rapport au sujet. Il n’empêche que c’est quand même une fonction assez impliquante […]

477Ce qui nous interroge, c’est le statut de ces tâches définies comme secondaires ou annexes qui viennent s’ajouter en plus des tâches quotidiennes de l’éducateur. Cela sans que l’encouragement à la participation des résidants dans ce type d’espace fasse partie des tâches d’un éducateur de l’institution. Cela suggère la possibilité de développer une fonction spécifique en engageant une personne pour développer ce type d’espace d’expression participatif comme cela se fait dans l’institution B, où cette fonction est occupée par un formateur d’adulte et non pas par les éducateurs sociaux.

478L’une des animatrices de l’institution A relève la difficulté, du point de vue de la multiplication des commissions, de l’accumulation des heures de travail, ou encore de l’organisation que supposent ces espaces collectifs d’expression. Alors même que dans cette institution ces groupes ont lieu deux fois par an : on imagine l’investissement, la préparation des groupes organisés tous les mois, comment la direction doit l’envisager dans le temps de travail des collaborateurs. Ci-dessous des extraits de deux animateurs de l’institution A.

Ils ont tous déjà assez de commissions, assez de travail, assez d’heures supp’, assez de ci, de ça. Et il y a beaucoup d’autres groupes : pour le groupe Sexualité, c’est la même chose, on peine aussi à avoir du monde, enfin c’est… C’est pas toujours évident, entre ce qu’on veut faire, et ce qu’on peut faire, il y a quand même une sacrée marge, et finalement on fait avec ce qu’on a, et c’est vrai qu’on arrive à avoir des choses intéressantes avec ces trois groupes, même en faisant comme ça.
Bon moi c’est… difficulté, je sais pas, mais c’est l’organisation, il faut quand même, il y a quand même plein de choses à faire au niveau de l’organisation, entre les convocations à envoyer, les réunions qu’on doit faire pour préparer, après ça les PV ; il y a quand même des choses systématiques qu’il ne faut pas oublier de faire, pour que ça garde son sens, de choses quand même officielles, et que ce n’est pas simplement « ah oui oui, il y a ça », et cetera. Non c’est quand même une organisation, ça demande du temps et du suivi.

479La principale difficulté réside dans le fait de développer une crédibilité, c’est-à-dire prendre vraiment en compte la parole des résidants, et leur donner cette place d’acteurs au sein de l’institution. Ci-dessous des extraits de deux animateurs de l’institution A.

Après ça, il y a quand même une histoire de rester crédible. Parce que souvent, ce que j’entends au niveau des critiques, c’est de toute façon, ça sert à quoi de leur demander leur avis, parce que de toute façon on ne le suit pas, on fait ce qu’on veut. Parce qu’on sait très bien comment faire avec des personnes handicapées quand on a envie de faire passer une idée, on arrive suffisamment à les influencer. Il y a encore quand même ça chez pas mal de personnes, donc il y en a qui nous regardent en disant, « bon ben ils s’agitent, c’est rigolo, c’est sympa », mais la crédibilité, il faut la construire, ce n’est pas encore gagné. Pour moi c’est quand même la plus grande difficulté.
Et ce qui n’est pas évident, c’est quand leurs idées sont des projets qui sont un peu trop gros, finalement. Une boîte à idées, c’est facile à réaliser, tout le monde est d’accord, alors que cette demande de faire une cafétéria, je crois que ça fait déjà deux fois, en tout cas dans notre groupe, que ça sort, un peu comme à ABC, où il y a une cafétéria-restaurant-magasin. Voilà, là, ça demande une réflexion au niveau institutionnel beaucoup plus forte, parce que ça demande des gros changements, et c’est facile de dire non parce que ça coûte trop cher… (…) Moi après je suis pris aussi… le refus, une fois, voilà c’est pas possible, ils l’acceptent, mais après s’il y a toujours, sur des choses un peu plus grosses comme ça, qu’il y a toujours des refus, peut-être qu’au final ils se diront, c’est gentil, mais si c’est juste pour choisir la couleur du…

480Enfin, pour terminer cette partie, voici un extrait sur ce que le rôle d’animateur de groupe d’expression peut apporter, toujours selon les dires d’une animatrice de l’institution A.

Et puis sinon, par rapport à ce que ça a changé pour moi, de ça, pour moi j’ai l’impression d’arriver à vraiment travailler dans l’apprentissage de l’autodétermination, tout ça, ça a quelque chose d’assez concret au niveau de toutes ces idées qu’on entend dans les cours, et cetera. Moi je trouve qu’on arrive à expérimenter… c’est un terrain d’expériences en tant qu’éduc, en tant qu’accompagnant, que je trouve absolument génial, pour savoir si on peut mettre en pratique ces idées d’autodétermination. Ça nous remet des fois beaucoup en question. Je trouve ça passionnant, parce qu’ils nous apprennent des choses, moi je suis toujours surprise, enfin, des trucs qu’ils peuvent sortir. Et moi qui suis aux ateliers, je les vois la journée, je sais qu’ils en parlent entre eux, je les entends, c’est vivant ce truc-là, en tout cas aux ateliers, maintenant dans les groupes de vie je ne sais pas, mais au niveau des ateliers, il y en a souvent qui viennent m’interpeller.

4.2 Le rôle de secrétaire

481Dans l’institution B, ce rôle est tenu par deux membres du groupe ; il leur a été attribué pour leurs compétences spécifiques comme cela apparaît dans l’extrait suivant.

A1_B Daphné, secrétaire, prend… des notes manuscrites, écrit le PV sur ordinateur, écrit sur l’ordinateur les lettres et discours que (?)…

Joël Le Bureau…

A1_B… et Joël, en tant que vice-secrétaire, remplace Daphné le cas échéant.

482Dans l’institution C, ce rôle est tenu par un membre supplémentaire au groupe pour ses compétences particulières, cette personne n’a pas été élue pour représenter ses pairs, elle se retrouve dans le Conseil uniquement pour tenir ce rôle. Son discours laisse entrevoir qu’elle comprend bien les limites de sa participation au Conseil puisque c’est une de ses collègues de maison qui a été choisie comme représentante. Malgré, cela, elle exerce cette fonction avec application et ses pairs semblent lui en être reconnaissants.

Et on a instauré une boîte aux lettres pour les résidants, pour qu’ils puissent… S’ils ont des, des points à amener au Conseil des Résidants, ils peuvent nous donner, et moi je vais chercher, vu que je représente pas le groupe où j’habite, je suis que la secrétaire, je vais chercher le courrier, je fais la lecture du courrier au Conseil des Résidants. J’ai mon boulot, je fais la secrétaire, le courrier, et c’est tout. Et j’écoute après ce qu’il y a à dire, et si vraiment la représentante, qui est à côté de moi, Kate, n’arrive pas à parler, et bien moi je peux dire des choses, mais normalement je ne devrais pas. Je ne suis que la secrétaire.

483Dans ces deux groupes, la prise de note est secondée par un animateur. Le but est de rédiger un procès-verbal des principaux thèmes traités, ainsi que des recommandations, demandes ou décisions du groupe. Le PV est ensuite finalisé hors de la séance avec l’animateur.

CE Un peu dans le même ordre d’idée, on a vu qu’il y avait, je ne me rappelle plus son prénom, Thérèse c’est possible ?

A1_C Thérèse, ouais.

CE Une secrétaire, qui prenait un PV. Vous-mêmes prenez aussi un PV, est-ce que vous vous voyez après pour faire un PV commun ?

A1_C Non alors elle fait son PV et elle me le montre, et s’il y a des choses, je dis, ah mais on a aussi parlé de ça, t’as oublié de mettre ça, et elle dit ah ouais d’accord. Mais c’est elle qui écrit, car elle a un ordinateur. Elle fait son PV, elle me le montre, et si je dis c’est bon, elle l’envoie aux autres.

CE D’accord, et après ce PV est transmis… ?

A1_C Aux maisons, ouais, dans tous les groupes. Enfin partout dans toute l’institution.

C1 Elle a peu d’aide, elle a beaucoup de capacités au niveau de l’écriture.

A1_C Ah oui des fois c’est elle qui me corrige, elle est super en orthographe !

A2_C Ce qui manque, c’est de pouvoir aussi utiliser les canaux qui sont maintenant introduits ici, c’est-à-dire envoyer par mail, recevoir des choses par mail, ça, au niveau des résidants, c’est pas encore accessible, ils n’ont pas leur boîte, ils n’ont pas l’accès, ça doit passer par nous…

484Dans les deux groupes constitués plus récemment, le rôle de secrétaire est pris par un professionnel accompagnant (un stagiaire ou l’animateur-éducateur dans l’institution D) ou par l’animateur et le co-animateur dans le groupe (A).

485Il apparaît que dans chacun des quatre groupes, la traçabilité et la diffusion de ce qui se fait contribue au sens qui est donné au groupe par les participants. La tâche de secrétariat paraît valorisante pour la personne qui l’accomplit. La secrétaire de l’institution B nous a spontanément montré son PV et ses notes au moment de la pause, elle semblait très fière de ce travail de mémoire du groupe. Dans les quatre groupes, le PV de la séance précédente est relu partiellement ou en partie au cours de la séance suivante pour approbation dans l’institution et pour permettre un suivi des points traités. Nous avons constaté que la distribution du PV se fait dans différentes instances institutionnelles auprès des collaborateurs, des directions, des résidants et des travailleurs.

4.3 Le rôle de président

486Ce rôle officialisé a été observé dans une seule institution, celle où les groupes sont instaurés depuis de nombreuses années et sont organisés en un système de reproduction politique (voir le chapitre 5 de cette partie).

487Pour exercer ce rôle, la personne doit préalablement être élue au Conseil des Villageois. Le choix de la présidence est ensuite déterminé par le groupe des dix pairs élus au Conseil des Villageois pour une période de deux ans, cette fonction est non renouvelable. Cette personne, aussi nommée maire, a pour rôle de co-animer le Conseil des Villageois avec l’aide d’un professionnel ; de plus, tout comme ses pairs du Conseil des Villageois, elle est membre d’une ou de plusieurs commissions.

488Elle occupe par ailleurs différents rôles de représentation à l’interne lorsque des visiteurs se présentent ou lors des séances élargies de l’Assemblée du Village où elle prend la parole pour exposer les projets et thèmes traités par le Conseil des Villageois aux autres villageois et travailleurs. Il arrive qu’elle soit appelée à faire des discours lors de manifestations ou des visites plus officielles à l’intérieur ou à l’extérieur de l’institution. De même, elle peut être porte-parole des résidants et des travailleurs au moment de la création de projet qui implique des négociations avec des personnes extérieures à l’institution (DIP, direction des écoles, etc.). Un exemple, déjà cité, mentionne le souhait d’une présentation des activités des travailleurs dans les écoles du village ou lors de la venue d’adolescents au sein de la ferme pédagogique de l’institution. L’extrait suivant illustre bien ce rôle de représentation tel qu’il est perçu par la présidente, associé à l’idée de favoriser une image positive de ses pairs et d’elle-même malgré leur situation de handicap.

Mais oui ! alors nous… nous on y peut rien si on est handicapés, et pis on va se battre, moi en tout cas vu que maintenant je suis présidente, je vais me battre pour que les adolescents y viennent ici, ils viennent voir ce qu’on sait faire dedans les ateliers, ils arrêtent de nous juger pour ce qu’on est, parce que ce qu’on est, ok on a un handicap, c’est pas forcément de notre faute… et ça j’aimerais le soute, euh, le relever, quoi.

489Ce rôle requiert des compétences d’expression verbale et écrite en plus d’une capacité de communiquer en public en mémorisant un discours par exemple, compétences à développer pour toute personne qui doit exercer de telles responsabilités mais plus spécialement lorsque des incapacités cognitives sont présentes. L’extrait d’entretien suivant avec les animateurs donne un aperçu de l’accompagnement offert pour y parvenir.

C2 Mais donc l’expression orale ne suffit pas ? Il faut maîtriser des…

A1_B Et bien disons que ça peut compenser la partie lecture. Typiquement, 2009-2011, nous avions une présidente qui ne savait pas encore lire, mais qui s’exprimait relativement facilement, et ça a compensé cet aspect. Donc une bonne expression orale peut compenser l’aspect de non-lecteur. Et cela ne l’a pas empêchée d’accomplir son travail en tant que présidente. Elle improvisait pour les discours, on les préparait ensemble, et puis elle se débrouillait très bien.

490Un second extrait des membres de la direction (déjà présenté en page 237 de la même partie) confirme la nécessité de développer certaines compétences, pouvant éventuellement s’acquérir avec un soutien en cours de mandat.

491D’autre part ce rôle peut être valorisant pour la personne qui le détient, qui bénéficie de la reconnaissance qu’on lui accorde au sein de l’institution. Cela apparaît clairement dans les propos du directeur général de l’institution qui a marqué la nomination de la présidente par une lettre personnelle de félicitations.

Il y a une présidente du Conseil qui a été nommée, et bien moi formellement je lui ai envoyé une lettre de félicitations pour sa nomination, et je vois que ça crée aussi du lien, elle m’interpelle quand elle me croise dans le village, pour me dire, j’ai pensé à ça, pourquoi on ne ferait pas ceci. Donc il y a… Je veux dire, je trouve qu’il y a un rapport intéressant, parce que finalement je pourrais dire, bon vous êtes une résidante ici et moi je suis le directeur, et pas du tout. On parle à un autre niveau : elle représente des personnes qui sont les villageois, et moi je représente l’institution et la direction de l’institution, et puis on se parle de présidente à directeur, et puis voilà, on échange sur des problématiques, et je trouve ça vraiment intéressant, surtout, ben voilà, je trouve qu’elle a de bonnes idées, il y a vraiment une énergie à stimuler là pour rester, plus qu’en lien, c’est un partenariat, une collaboration avec eux.

4.4 Le rôle de représentant et le rôle de porte-parole

492Le rôle de représentant dépasse la parole en « Nous » et consiste à représenter son groupe de pairs vers une autre instance ou vers une autre personne ; il introduit l’idée d’un « Nous Tous » développée par Hansotte (2008). Il a déjà été évoqué en parlant du rôle de la présidente de l’institution B car il fait partie intégrale de son mandat. Une autre forme de représentation apparaît dans cette institution lorsque les membres du Conseil des Villageois se retrouvent dans une commission qu’ils représentent par la suite lors du Conseil des Villageois. Dans la même institution, deux membres du Conseil participent également au Conseil de fondation à titre consultatif, ces derniers n’ont pas de droit de vote tout comme c’est le cas d’ailleurs pour les membres représentant le personnel.

493Quant à l’institution C, nous avons déjà mentionné le rôle des membres du Conseil des Résidants qui sont nommés par les habitants de chacune des maisons et qu’ils représentent. Cela se fait dans un va-et-vient entre le Conseil des Résidants et la maison en faisant un compte-rendu des sujets, recommandations, demandes et décisions qui émanent du Conseil et inversement lorsqu’ils formulent au nom de leur groupe des propositions ou demandes au Conseil. De plus, dans cette institution, les membres du Conseil des Résidants, tout comme ceux de l’institution B, sont appelés à diffuser régulièrement les recommandations de leur groupe auprès d’autres instances institutionnelles (Ouvertures, Conseil de direction). Ainsi dans une séance observée, un membre se porte volontaire pour reprendre les idées du groupe auprès des instances dirigeantes. Nous avons pu vérifier dans l’entretien avec les membres du Conseil ce que signifie pour cette personne ce rôle de représentation auprès de la direction comme cela apparaît dans l’extrait suivant.

Noémie Alors je pense que y’aura tout, y’aura tout ce beau monde et pis [l’animateur 1] il va, il va parler, et puis il faudra appuyer ce que dit [l’animateur 1], quoi, je pense.

C1 D’accord, donc vous imaginez que lui, il va parler puis vous vous allez…

Noémie Je pense que, je pense que, un coup il va parler puis après, suivant quoi, j’aurais à parler un petit peu, puis autrement…

[…]

C1… euh, Noémie elle va aller au nom du Conseil, qu’est-ce que…

Thérèse ouais. Ben ouais

Patricia… des résidants, carrément de l’institution, je dirais.

C1 Au, au nom du Conseil des Résidants.

[…]

Thérèse Elle doit aller faire… elle doit aller euh amener le, les propositions des… de l’Ouverture, comment ça va se passer…

[…]

C1 Donc vous avez souhaité qu’il n’y ait pas de changement à ce niveaulà, effectivement. Ce qui va être dit, ce sont des propositions ou des décisions ?

Thérèse Non, des propositions !

C1 Qu’est-ce que c’est la différence entre les deux ?

Thérèse Une décision, c’est quand on décide, et une proposition, c’est ce qu’on propose.

Patricia C’est une idée…

C1 Et c’est qui qui va décider…

Patricia C’est une idée, une proposition.

C1 C’est une idée, une proposition, et c’est qui qui va décider au bout du compte ?

Patricia Ça c’est tous ensemble, à la grande réunion, justement, c’est là où ils prennent les décisions.

Thérèse C’est à la gestion, la fameuse réunion.

Patricia Voilà, avec le directeur.

Thérèse C’est pas à nous de décider !

494Cet exemple révèle que pour les participants, il est évident que la décision finale quant à la manière dont se fera l’Ouverture revient aux membres de la direction ; leur rôle est celui de faire des propositions au nom du Conseil.

495Les animateurs accompagnent les membres des groupes dans le suivi des propositions, questions, demandes ou recommandations formulées soit lors des séances précédentes ou soit lors de la séance en cours. Nous avons constaté que si deux des institutions (B et C) impliquent les résidants dans le suivi des propositions ou décisions, une autre en est aux balbutiements (A), et la dernière ne leur laisse pas vraiment cette place (D). Ainsi dans l’institution B, quand il s’agit de rejoindre un groupe de travail concernant la fête du Village, les membres du Conseil votent pour élire l’un des leurs à cette fonction.

496Nous n’en savons pas davantage sur l’accompagnement proposé à ce représentant du groupe de la part de l’animatrice. Dans l’institution C, lorsqu’il s’agit d’aller transmettre les propositions du Conseil des Résidants concernant la séance rituelle d’ouverture de la semaine dans une réunion d’un groupe de cadres de l’institution, l’animateur a demandé si quelqu’un accepterait d’être le porte-parole du Conseil et une personne du groupe s’est proposée. L’animateur l’accompagnera dans cette tâche et ils se répartiront le contenu à transmettre.

Alors quand il y a eu Noémie qui s’est proposée, je me suis dit tout de suite, bon comment on va faire, il faudrait qu’on se voie avant pour qu’on voie ensemble qui parle de quoi. Moi je dois faire le bilan de tout ce que j’ai reçu, et puis elle amènera, je pense, les propositions du Conseil. Mais on va se voir pour faire ça ensemble. Et c’est elle qui prendra la parole au nom du Conseil.

497Dans l’institution A, c’est l’animatrice principale, co-initiatrice des groupes, qui coordonne et fait le suivi des demandes et des propositions auprès de la direction. Au moment où nous sommes venus observer, est survenue une première tentative d’impliquer les membres, en leur proposant d’être porte-parole. Cela s’est fait spontanément en cours de séance sans préparation préalable, l’animateur n’avait pas réfléchi à la manière de s’y prendre pour préparer cette rencontre entre un représentant du groupe et la direction. Pour cette dernière, cela représente une nouvelle manière de procéder qui conforte le rôle attendu des animateurs, comme l’illustre l’extrait suivant.

Pour moi ça fait partie, c’est le rôle des animateurs. Eux ne sont pas là pour faire émerger le contenu, mais pour aider les gens à formuler, à trouver la forme. Et d’ailleurs dans la rencontre qu’ils m’ont demandée, à l’origine, c’est : « il faut dire à Malika, il faut dire à Malika » ; et le facilitateur a dit : « est-ce que vous voulez aller lui dire, vous » ? Et du coup : « oui on veut aller voir Malika. » Et puis il a pris rendez-vous. Donc il joue son rôle de facilitateur et puis il va préparer, je pense, avec eux, ce qu’ils veulent dire. Donc ça fait vraiment partie, c’est ce en quoi ils sont facilitateurs, c’est de soutenir cette prise de parole, et d’essayer de donner aux gens des outils pour pouvoir amener des revendications.

498Enfin, dans l’institution D, c’est l’éducatrice qui anime qui se charge de transmettre les demandes à ses collègues et au responsable du foyer, lors de leur colloque. Il en est de même pour toutes les demandes à faire suivre à l’institution ou à l’extérieur où peu de responsabilités semblent être confiées aux résidants. Nous avons ainsi pu voir dans ce groupe que l’un des membres est responsable de la détection des failles des appareils électriques, mais sa tâche se limite uniquement à contrôler ce qui fonctionne ou non et à le signaler. Lorsqu’il propose d’amener un appareil défectueux en réparation au magasin, l’éducatrice juge que c’est trop compliqué pour lui et le lui fait savoir. Il nous a semblé dommage qu’aucun accompagnement ne soit offert par l’équipe éducative afin de permettre à cette personne d’assumer partiellement ou totalement cette responsabilité et de développer davantage ses capacités.

A1_D La chaîne hifi faudrait l’amener…

Denis faut soit la changer, soit la donner à réparer. Peut-être qu’elle est encore sous garantie, hein !

[…]

A1_D Ouais, bien, ouais. On note et puis on amènera… Après c’est vrai que c’est toujours le problème du prix, mais je pense qu’il faut faire un devis, mais si ça devait coûter trop cher… Ecoute, on…

(…)

A1_D Ouais, hum… Donc, bon de toute façon, une fois de plus, on est obligé de passer par M. [le responsable du foyer] pour savoir ce qu’on fait, donc… On marque ça sur l’ordre du jour de notre prochain colloque à nous, on regardera avec lui, et puis… on verra. Toi éventuellement, tu… ? Ah non c’est peut-être un peu compliqué de l’amener… parce qu’il faut donner… faut remplir des feuilles, et cetera, c’est peut-être un peu trop compliqué pour toi d’aller l’amener en révision… Je pense…

Denis Ouais

A1_D Enfin, on verra. En temps voulu, on reprendra ça.

Denis Ouais

[…]

Denis Et puis, moi je voulais aussi vous dire, hein, à tous : moi je peux… vous savez que j’étais responsable de tout ce qui est électrique, alors n’hésitez pas à venir demander.

5. Typologie

499La deuxième phase de la recherche nous a permis d’affiner la typologie que nous avions élaborée à partir des questionnaires envoyés aux institutions dans la première phase. Le suivi de deux séances de quatre groupes différents, de même que les entretiens avec différents acteurs (membres des groupes, animateurs, directions) ont rendu plus concrète notre analyse des questionnaires, et permis de répondre à nos questions de recherche dans une large mesure.

500Cette typologie finale se base donc sur l’enquête de terrain, mais s’appuie également sur les concepts théoriques présentés dans la première partie et sur les résultats de la première phase, même si nous sommes encore moins persuadés, à l’issue de cette recherche, qu’une classification selon une échelle de participation comme celle proposée par Arnstein (1969) puisse mettre en lumière un niveau de citoyenneté et d’empowerment collectif tel qu’il est vécu par des résidants ou travailleurs des milieux socio-éducatifs.

501La typologie présentée ci-après ne donne donc pas de classement des bonnes pratiques participatives : l’articulation entre une parole en « Je », en « Nous », puis en « Nous Tous », pourrait se faire dans n’importe quelle catégorie décrite. Chacune d’elle présente des avantages et des inconvénients en termes de participation. Il reste aux institutions de faire évoluer leurs pratiques afin de « promouvoir activement un environnement dans lequel les personnes handicapées peuvent effectivement et pleinement participer à la conduite des affaires publiques, sans discrimination et sur la base de l’égalité avec les autres, et à encourager leur participation aux affaires publiques » (art. 29 let. b) CDPH).

502Les quatre groupes observés et les institutions qui les ont mis en place sont assez bien répartis dans cette typologie. Ils présentent en effet des caractéristiques principales que l’on peut mettre aisément dans quatre catégories différentes. Il ne faudrait pas en déduire pour autant que la typologie n’a été construite qu’à partir des constats de terrain pour répartir et distinguer judicieusement les groupes observés : les groupes retenus pour la deuxième phase de la recherche l’ont été sur la base de notre première typologie issue du questionnaire de la première phase, en prenant soin de nous centrer sur des groupes fort différents. En ce sens, cette typologie finale est une modélisation qui peut accueillir la plupart, si ce n’est la totalité des 62 groupes d’expression recensés et décrits dans les questionnaires qui nous ont été retournés.

503Les frontières entre les catégories sont perméables, celles-ci décrivant des modèles qui ne sauraient circonscrire parfaitement les caractéristiques d’un groupe ou d’une institution. Un groupe peut très bien se trouver dans une catégorie pour certaines de ses caractéristiques ou à un certain moment de son histoire, et dans une autre catégorie pour d’autres aspects ou à d’autres périodes. Les institutions qui ont mis en place plusieurs groupes d’expression peuvent très bien leur attribuer des rôles différents qui vont les placer de fait dans des catégories distinctes.

5.1 Première catégorie : les groupes de reproduction politique

Description

504Les institutions qui mettent en place ce type de groupe essaient de reproduire une partie du système politique en leur sein. La reproduction consiste tout d’abord à considérer l’institution comme un système communautaire et bienveillant constituant une entité administrative propre. Le village va souvent servir de référence, mais d’autres entités toponymiques, comme une ferme ou un château, peuvent également servir de référence. L’entité se dote ensuite des attributs économiques et politiques qui vont renforcer l’identification collective. Au niveau économique, des magasins vendent les biens élaborés ou cultivés sur place et des échanges de produits sont développés avec d’autres institutions ou la communauté élargie, dans une sorte de marché parallèle. Au niveau politique, le système politique de l’entité administrative sert de modèle pour mettre en place des bases électorales (assemblée de tous les résidants et/ou travailleurs de l’institution) et des instances représentatives élues par la base électorale. Pour achever le processus de reproduction, on attribue des termes faisant référence à l’entité reproduite pour désigner les statuts des personnes et des instances créées : les résidants deviennent des villageois, des habitants ou des fermiers, les instances représentatives des conseils et le lieu où se déroulent les débats peut prendre parfois le nom de mairie.

505Les groupes qui constituent l’instance représentative sont assez structurés, à l’image des parlements ou des conseils municipaux dont ils imitent le fonctionnement. Des fonctions peuvent être attribuées comme la présidence ou le secrétariat.

Origine du courant de pensée qui sous-tend cette catégorie

506Ce courant de pensée est souvent associé à des origines anthroposophes, mais bon nombre d’institutions dans lesquelles on retrouve ce type de groupe et cette manière d’imiter le système politique ne se réclament pas (ou plus) de l’anthroposophie. Les anthroposophes ayant été à l’origine de plusieurs institutions romandes accueillant des personnes adultes ayant une déficience intellectuelle, on peut faire l’hypothèse que les changements de courants de pensée institutionnelle n’ont pas supprimé toutes les caractéristiques des courants précédents. On peut également imaginer que les nombreux éducateurs ayant travaillé selon les approches anthroposophiques ont importé quelques manières de faire dans leurs nouvelles équipes éducatives, quand cela ne se retrouve pas dans les équipes de direction.

Rattachement à cette catégorie des groupes et institutions observés

507L’institution B et le groupe « Conseil des Villageois » se rattachent assez clairement à cette catégorie. Comme le dit le directeur de l’institution B :

Je crois qu’en termes de système aussi, on se donne l’identité d’un village, et pas d’une institution, ça change quelque chose. On est villageois, on a une mairie, donc il y a vraiment cette volonté citoyenne de participation, de s’investir, comme je vais dire n’importe qui dans son village qui se dit, bon sang c’est pas possible, je vais m’investir au plan politique au niveau de la commune, pour aller dire, non je suis pas d’accord avec ça, donc c’est vraiment créer cette dynamique-là.

508L’institution C emprunte également quelques caractéristiques à ce courant de pensée, mais cela davantage dans l’identité institutionnelle et les échanges économiques que dans la structure du groupe d’expression que nous avons observé.

Légitimité des groupes

509Les membres du groupe sont élus par la base électorale, et il y a parfois des campagnes en vue de l’élection. La légitimité est basée sur la représentation. Des retours et des échanges avec la base peuvent être prévus de manière plus ou moins formelle, mais comme dans un système représentatif ordinaire, ce sont les élections qui sanctionnent le travail des représentants.

510Les groupes issus de cette catégorie ont également une bonne légitimité sur le plan institutionnel : étant donné qu’ils sont l’un des maillons essentiels d’un système de reproduction démocratique voulu par l’institution, ils sont valorisés et apparaissent souvent en bonne place dans l’organigramme.

Conditions pour devenir membre

511Certaines institutions mettent des conditions pour pouvoir se présenter à l’élection. Elles ont trait essentiellement aux capacités d’expression et de compréhension, ainsi qu’aux compétences relationnelles des candidats (savoir lire et/ou écrire, pouvoir s’exprimer clairement devant la base électorale, voire représenter les résidants et/ou les travailleurs à l’extérieur de l’institution…). Ces conditions sont proportionnelles au rôle que l’institution entend faire jouer au groupe : celui de faire des propositions à la direction de l’institution (initiatives), de représenter les résidants et/ou les travailleurs lorsque l’institution demande l’avis du groupe (référendum), mais également parfois être la vitrine de l’institution, ou du moins des personnes qui y sont accueillies. Comme le dit Godbout (2005) à propos de la représentation politique :

512« Mon » représentant sera donc quelqu’un qui sera, éventuellement, différent de moi, idéalement mieux que moi. « Il nous représente bien, on n’a pas honte de lui. (p. 98)

Organisation interne des groupes

513Ces groupes sont souvent bien structurés avec des fonctions précises attribuées (présidence, secrétariat, membres de commissions spécifiques…). Ils se réunissent à fréquence rapprochée, avec un ordre du jour structuré et un procès-verbal de chaque séance.

Contenu et forme des débats

514Les échanges au sein de ce type de groupe se font principalement sous forme d’initiatives et de référendums ouverts. C’est là toutefois que la référence avec un parlement trouve ses limites : les référendums fermés, qui constituent une bonne partie de l’activité parlementaire ordinaire, sont ici évités, car ils stigmatiseraient les « pour » et les « contre », avec un risque important de mésentente, voire de scission. Les membres ne représentent pas de partis politiques, et le groupe ne connaît pas formellement le système majorité – minorité.

515En revanche, les référendums-débats sont rares, car les groupes sont néanmoins censés prendre des décisions ou faire des recommandations, pas débattre sur des sujets sur lesquels ils n’ont aucune prise.

Rôle de l’animateur

516L’animateur de ce type de groupe joue davantage le rôle de conseiller et de coach que celui de meneur des débats, car cette tâche échoit en général à un membre du groupe, et il en va de même pour le procès-verbal. L’animateur apporte les informations nécessaires aux prises de décision, conseille le groupe sur les stratégies à adopter pour faire avancer les propositions.

Suivi des décisions par l’institution

517Le suivi des décisions est bon puisque l’institution valorise ce type de groupe. Il n’est donc pas dans son intérêt que les décisions prises ne soient pas traitées au niveau institutionnel. A force de valoriser ces groupes, les institutions les laissent parfois s’emparer de sujets qui dépassent le cadre institutionnel, dont la réponse dépend d’instances tierces, comme cela est le cas dans l’exemple déjà cité aux la pages 197 et 209 à propos d’une demande au DIP, qui illustre l’incompréhension des lourdeurs administratives présentes dans les méandres des processus de décisions externes au cadre institutionnel.

Avantages de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

518Dans ce type de groupe, les rôles des membres sont fortement valorisés. L’imitation du système politique fait également œuvre de stimulation symbolique. Cette valorisation est encore accentuée par la place accordée au groupe par l’institution, notamment la direction. Cette valorisation, ajoutée au processus de sélection qui ne retient que les plus compétents, ainsi qu’à la fréquence rapprochée des séances, font que le groupe progresse rapidement. Des groupes observés, celui qui relève de cette catégorie était le plus avancé, le mieux organisé et disposait collectivement des meilleures compétences. Ce constat s’est vérifié lorsque nous avons réuni les groupes observés pour une séance de restitution. Le Conseil des Villageois était le groupe dont les membres s’exprimaient le plus facilement en public, et qui démontrait la plus grande cohésion entre ses membres.

519C’est le groupe observé où l’articulation du « Je » au « Nous » a été la plus fréquente, même si le « Nous Tous » était peu présent, pour les raisons exposées ci-après.

Inconvénients de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

520Les chercheurs ont identifié deux inconvénients au développement de la citoyenneté des groupes de cette catégorie.

521Premièrement, la sélection à l’entrée des membres du groupe constitue un risque d’en faire une élite valorisée qui se coupe des autres personnes accueillies. Prenons l’exemple, déjà cité à la page 135, de la proposition d’un centre de rencontre pour les personnes accueillies dans l’institution B, pour lequel il y aurait des critères qui excluraient certains résidants. Ainsi les membres de ce groupe, qui ont été présélectionnés selon leur niveau de compétences, ont tendance à reproduire le processus sur les activités qu’ils proposent, au risque de créer des statuts de résidants à deux, voire davantage, de vitesses. Ce mode de fonctionnement reste donc loin du passage au « Nous Tous » de Hansotte (2008).

522Il est évident que l’institution n’accepterait pas ce genre de discrimination, mais là se pose la question de savoir si les progrès des uns doivent se faire sur la régression, ou du moins la stagnation des autres.

523Deuxièmement, il s’agit d’une citoyenneté reproduite en vase clos, une sorte de système parallèle qui fait « comme si ». Certes les apprentis pilotes d’avions de ligne s’entraînent des heures sur des simulateurs de vol avant de prendre les commandes d’un gros porteur. Ils savent cependant qu’à la fin de leur formation, ils seront dans une situation bien réelle. Ce n’est pas le cas des membres des groupes de cette catégorie, dont les motivations reposent sur l’idée d’une société protégée qui se développe en dehors du monde réel. Or, la citoyenneté ne peut se comprendre que comme un rapport entre des individus et l’ensemble de la société qui conditionne leur existence. Ce n’est que lorsque cette conscience du monde sera réalisée que les personnes en situation de handicap auront, selon l’art. 19 let a de la CDPH,

524la possibilité de choisir, sur la base de l’égalité avec les autres, leur lieu de résidence et où et avec qui elles vont vivre et qu’elles ne soient pas obligées de vivre dans un milieu de vie particulier.

525En conséquence, ce modèle devrait accorder une place afin de développer une citoyenneté dépassant le cadre fictif dans lequel il a été conçu : la maquette doit à un moment donné se confronter à la réalité qui lui a servi de modèle. Ce n’est que si cette confrontation s’opère que la personne en situation de handicap pourra vraiment choisir entre une réalité sociétale parfois impitoyable mais source infinie d’expériences, et la réalité institutionnelle plus sécurisante. Ce choix est l’un des piliers de la citoyenneté.

5.2 Deuxième catégorie : les groupes fédératifs

Description

526Nous avons choisi de nommer ainsi les groupes de cette catégorie car leurs principales caractéristiques s’apparentent aux fédérations de la société civile qui sont des « associations de plusieurs sociétés, clubs, partis politiques, syndicats, groupes sous une autorité commune » (Le Nouveau Petit Robert, 2006, article Fédération, p. 1046). Le terme peut également avoir une signification politique lorsqu’il désigne un système politique où le pouvoir est partagé entre l’Etat central et les entités qui le composent.

527Si l’on prend l’angle de la société civile, on peut dire que les groupes d’expression fédératifs sont composés de personnes qui ont été désignées par une unité particulière de l’institution. Dans la société civile ordinaire, les fédérations sont composées de personnes morales (associations, coopératives…) qui se regroupent pour mieux faire entendre leur voix ou échanger leurs idées. Dans le cadre institutionnel, il s’agira plutôt de groupes informels de personnes qui bénéficient d’une même prestation dans un même lieu : maison, pavillon, appartement, étage, atelier, autres groupes d’expression… Sous l’angle politique, il s’agit bien d’un partage des compétences entre la fédération et les unités qui la composent, mais la comparaison s’arrête là, car les compétences octroyées aux groupes fédératifs et unités qui les composent n’ont rien d’originelles puisqu’elles dépendent de ce que l’institution est disposée à partager. Les groupes fédératifs garantissent à l’institution que les différentes catégories de bénéficiaires y seront représentées, ou du moins celles dont elle veut connaître l’avis. Les groupes fédératifs empruntent souvent au système associatif leur mode de fonctionnement, mais ils peuvent également s’inspirer du système politique, à l’instar des groupes de reproduction politique auxquels ils s’apparentent parfois.

Rattachement à cette catégorie des groupes et institutions observés

528Le Conseil des Résidants mis en place dans l’institution C peut être placé dans cette catégorie. Il est composé d’un membre par lieu de vie (huit représentants) plus un membre secrétaire et un membre trésorier. Ce groupe est en quelque sorte le comité de la Plénière des résidants qui regroupe toutes les personnes accueillies dans l’institution. La référence au système associatif est assez marquée, comme le souligne l’un des animateurs du groupe :

Ce qui est en lien avec le Conseil des Résidants, c’est donc la Plénière. Le Conseil des Résidants fonctionne comme une association, en fait, où il y a un comité – c’est le Conseil –, il y a l’Assemblée générale – qui est la Plénière des résidants, hein, si on veut –, et puis le Comité rend compte à l’Assemblée générale quatre fois par année de son activité. Enfin, c’est pas aussi simple que ça, dans le fonctionnement, mais c’est ça qui se passe. Et puis à l’intérieur de cet ensemble, Conseil et Plénière des résidants, nous avons créé des commissions qui ont un mandat particulier. Donc ça, ça appartient au Conseil des Résidants, Plénière et commissions, c’est, ça fait partie de cette association, disons ça comme ça…

529Ce rapport Plénière – Conseil des Résidants est assez proche du rapport Assemblée des Villageois – Conseil des Villageois propre à l’institution B, mais les références diffèrent : l’institution B utilise clairement le système politique comme modèle, avec une forte mise en perspective de l’élection. Les institutions qui ont mis en place des groupes de reproduction politique et/ou des groupes fédératifs sont les seules à pouvoir instaurer une participation à deux niveaux : un niveau qui regroupe l’ensemble des bénéficiaires et un autre composé de représentants issus du premier. Autant dire que les institutions doivent avoir une certaine taille pour mettre en place ce genre de système.

Légitimité des groupes

530C’est au niveau de la légitimité que la distinction entre les groupes de reproduction politique et les groupes fédératifs est la plus marquée. Alors que les premiers sont principalement basés sur la représentation, les seconds le sont davantage sur la représentativité. Il s’agit de garantir que chaque unité de l’institution soit représentée au sein du groupe. Comme expliqué au chapitre 6 de la première partie (page 70), la représentativité est une notion relative : un groupe basé sur la représentation aura une tendance représentative plus ou moins marquée selon la provenance sociale de ses membres. Dans les systèmes politiques, ce sont les circonscriptions électorales qui instaurent une représentativité géographique, très importante dans les pays pluriculturels et fédéralistes comme la Suisse. Mais le domicile des électeurs n’est qu’un facteur de représentativité, le sexe et le niveau social étant tout aussi important. Tocqueville (1840) a décrit il y a fort longtemps comment les minorités aux Etats-Unis qui n’étaient pas ou peu représentées dans le système politique agissaient au sein de la société civile américaine pour faire entendre leurs droits, et ce n’est donc pas pour rien que les groupes qui recherchent une légitimité basée sur la représentativité se réfèrent volontiers au système associatif ou fédératif, plutôt qu’au système politique.

531La légitimité basée sur la représentativité suppose des retours réguliers auprès de l’unité qui a désigné son représentant, afin qu’elle puisse être informée de la teneur des discussions et prendre position sur les décisions à venir. C’est cette plus grande proximité avec la base qui semble avoir motivé l’institution C à modifier la légitimité du Conseil des Résidants, à l’origine basée sur la représentation. Comme le dit l’un des animateurs du groupe :

Et puis aussi, ce qu’on a vu de la première formule, c’est que la question de la représentation n’était pas saisissable par les résidants, on leur disait, mais vous n’êtes pas là pour vous-même, vous ne parlez pas seulement de vous, il faut imaginer que vous représentez l’ensemble des résidants, est-ce que vous avez été… comment vous faites pour savoir qu’est-ce que Claude, Jacques et Paul pensent, comment ça, ça vient chez nous ? Toutes ces questions-là, ils ne se les posaient pas. Et après on a réfléchi entre nous, et on s’est dit que peut-être, un moyen de travailler cette représentation, c’est que dans chaque groupe, ils nomment un représentant, comme ça le groupe il va se sentir (…) Il y avait des représentants, mais la personne ne se sentait pas représentante de son groupe. Elle venait là à titre personnel, moi je, moi, et puis… Tandis que là ils viennent au nom du groupe (…) ça fonctionne beaucoup mieux, et puis à ce moment-là est venue l’idée aussi de mettre en place un cahier pour certains, de transmission.

532A la représentativité entre les unités et leurs représentants, se superpose une boîte-aux-lettres dans laquelle n’importe quel résidant peut déposer une communication au Conseil des Résidants. Cet instrument peut renforcer la représentativité, lorsqu’il s’agit de rappeler une proposition faite par l’unité qui n’a pas été relayée par le représentant, mais également la limiter si ce sont toujours les mêmes personnes des mêmes unités qui monopolisent la boîte-aux-lettres, donc indirectement l’ordre du jour des séances du Conseil des Résidants.

533La légitimité institutionnelle de ce type de groupes est bonne, car leur mise en place ne peut se faire qu’à l’issue de procédures assez lourdes tant au niveau organisationnel (définir les unités, le nombre de représentants, organiser leur désignation, trouver des animateurs…) que communicationnel (informer les équipe éducatives, les résidants et travailleurs,…). On ne voit donc pas pourquoi l’institution qui se lancerait dans une telle aventure, qui mettrait de l’énergie pour convaincre les acteurs du bien-fondé de la démarche, ne voudrait pas ensuite l’inscrire dans sa gouvernance, voire en faire une vitrine de sa politique interne.

Conditions pour devenir membre

534La désignation des membres du groupe n’est pas forcément issue d’une élection formelle. La proximité sociale au sein de l’unité qui sert de base électorale permet d’autres modes de désignation, et le choix peut être assez affectif puisque chacun des membres de l’unité connaît bien le candidat. Il n’y a donc pas forcément de conditions préalables à remplir pour être désigné. Les membres de ces groupes possèdent des compétences communicationnelles variées, ce qui implique parfois des efforts à déployer de la part des animateurs pour que les membres puissent se comprendre avec ou sans la paole, le langage verbal n’étant plus l’unique vecteur de communication. Comme le dit l’un des animateurs du Conseil des Résidants de l’institution C :

C’est vrai que la question de l’accès au langage, même pour ceux qui ont la parole, ces aspect de représentation et d’organisation, d’information, aussi de pouvoir, ne sont pas évidents à saisir, et c’est vrai que c’est là je pense qu’il y a le gros obstacle. C’est comment on peut, quelle forme trouver pour que… les résidants faibles en expression, mais aussi ceux qui ont un bon niveau à ce niveau-là, puissent trouver leur manière, parce qu’ils ont pas le même fonctionnement que nous, et il y a un gros fossé là avec l’accès au langage.

535Et une collègue, praticienne en communication facilitée, d’ajouter :

Il y a quelques fois où je suis intervenue dans les groupes, pour faciliter pendant les colloques, et puis à ce moment-là, c’est déjà plus facile. Mais il manque, ça c’est une évidence, il manque un autre langage dans cette institution. Il manque un langage beaucoup plus imagé, beaucoup plus simple et direct…

Organisation interne des groupes

536S’agissant de groupes qui se basent sur le modèle fédératif, on y retrouve une organisation proche de celle des comités d’associations, avec les fonctions de secrétariat, de trésorerie, de présidence… De par leur légitimité et leur obligation de faire des retours à la base électorale, ces groupes sont bien structurés et se réunissent fréquemment. Le sens du groupe doit être rappelé régulièrement, car la représentativité est une notion abstraite qui pourrait vite être oubliée par les membres. Ainsi chaque séance du Conseil des Résidants de l’institution C commence par la lecture d’une phrase écrite par une résidante, comme nous l’avons déjà présenté dans un extrait précédent (page 147).

Contenu et forme des débats

537Comme dans les groupes de reproduction politique, les échanges se font principalement sous forme d’initiatives et de référendums ouverts, le but étant de recueillir des propositions de la base et de soumettre à consultation des propositions venant de l’institution. Ce qui a été dit des groupes de reproduction politique à propos des référendums fermés est peut-être encore plus fort concernant les groupes fédératifs. En effet, les votes formels au sein du groupe pourraient non seulement créer une scission au sein du groupe avec des majoritaires et des minoritaires, mais également au sein de l’institution si les unités se rangent derrière leur représentant. Lors des deux séances du Conseil des Résidants que nous avons observées, il y avait une large prédominance des référendums ouverts. La représentativité des groupes de cette catégorie permet également à l’institution de faire passer des informations à destination de toutes les personnes accueillies, grâce aux retours à l’unité que doit faire le représentant.

Rôle de l’animateur

538C’est probablement dans cette catégorie que le rôle de l’animateur est le plus exigeant. Les niveaux de communication très différents des membres l’obligent, comme on l’a vu plus haut, à assurer la compréhension mutuelle des membres, en recourant à diverses méthodes d’aide à la communication. Il doit également s’assurer que les retours à l’unité de base se font bien, et que l’ordre du jour de la prochaine séance y a été discuté.

Suivi des décisions par l’institution

539En raison de la forte légitimité institutionnelle de ce type de groupe, les décisions qui y sont prises sont en général bien suivies par l’institution. Toutefois, contrairement aux groupes de reproduction politique dont le modèle pousse naturellement à la production de décisions nécessitant une mise en œuvre, les groupes fédératifs ne prennent pas forcément beaucoup de décisions nécessitant un suivi institutionnel. Ceux-ci peuvent servir principalement de vecteurs d’informations montantes et descendantes entre l’institution et les personnes qui composent les unités représentées. Comme le dit une animatrice du Conseil des Résidants :

Il n’y a pas de pouvoir décisionnel. Ceci dit on peut faire que des propositions, et après les décisions n’appartiennent plus au Conseil, elles appartiennent à l’institution, quelque part, qui peut se saisir d’une idée, mais ce qu’on est en droit d’attendre, c’est qu’il y ait un retour, et ça, c’est encore difficile.

540A noter toutefois que c’est dans l’institution C qu’a été recueillie l’anecdote de la cloche qui sonne le début et la fin du travail, dont on a déjà parlé (pages 80 et 196).

Avantages de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

541Parce qu’ils représentent l’unité qui les a désignés, les membres des groupes de cette catégorie sont valorisés par leurs pairs. Cette valorisation sera d’autant plus importante que les retours du groupe à la base sont fréquents. Elle se distingue de celle que peuvent ressentir les membres des groupes de reproduction politique dans la mesure où elle est plus locale : le membre n’a pas fait campagne au niveau de l’institution, mais au sein de son unité. Des membres valorisés par leurs pairs, qui participent à un système valorisé par l’institution, qui a mis de l’énergie pour le mettre en place, ont de bonnes chances de progresser.

542De plus, les groupes de cette catégorie impliquent l’ensemble des personnes accueillies au sein de l’institution, car le débat citoyen ne se déroule pas qu’au niveau du groupe, mais également au sein des unités représentées. Cela permet de porter le débat citoyen à l’ensemble de l’institution et peut faciliter grandement la relève des représentants. Cela peut également limiter le risque de développement citoyen à deux vitesses, avec une élite éclairée et disposant de bonnes compétences relationnelles, et qui détient des informations et a une compréhension du système institutionnel que les autres n’ont pas. Ce risque est d’autant plus limité que les aptitudes en communication peuvent être fort diverses parmi les membres des groupes de cette catégorie, comme on l’a vu précédemment.

Inconvénients de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

543Pour pouvoir fonctionner correctement, un système fédératif doit pouvoir s’appuyer sur des unités qui sont capables de parler en « Nous », afin que leurs représentants puissent s’exprimer réellement au nom de cette unité. Or, si l’articulation entre le « Je » et le « Nous » est balbutiante au niveau du groupe fédératif, il y a de grandes chances pour que les unités qui le composent ne soient pas plus avancées. Autrement dit, comment s’assurer que le représentant parle au nom de son unité ? Que se passe-t-il si le représentant ne partage pas l’avis de l’unité sur un sujet débattu au sein du groupe fédératif ? Il est attendu du représentant qu’il maîtrise en quelque sorte le « Nous Tous » de son unité, qu’il en soit le porte-parole, alors que le groupe auquel il participe n’en est pas du tout à ce stade.

544Il peut en découler un conflit de loyauté pour le représentant, entre les intérêts de son unité et ceux du groupe fédératif auquel il participe.

545Ce conflit se retrouve dans la plupart des groupes fédératifs. Il se résout souvent par le ralliement au groupe valorisant des pairs qui constituent le groupe fédératif, au détriment du groupe de pairs qui y a envoyé son représentant, introduisant ainsi une distance entre la base et l’instance fédérative. C’est le cas de certaines fédérations sportives dans lesquelles les représentants œuvrent davantage à leur réélection qu’à l’intérêt du groupe dont ils sont issus. De façon similaire, cette même distance apparaît dans des coopératives à but économique comme Migros qui, en fédéralisant ses structures, limite le pouvoir d’agir des coopérateurs consommateurs.

5.3 Troisième catégorie : les groupes de satisfaction

Description

546Comme on l’a vu au chapitre 2 de la première partie, les institutions accueillant des personnes en situation de handicap sont soumises, comme l’essentiel des structures publiques – ou privées accomplissant des tâches publiques moyennant subvention – à des contrôles d’efficience et de qualité des prestations qu’elles offrent. Le principe fondateur de la LIPPI est contenu dans son article 2 :

Chaque canton garantit que les personnes invalides domiciliées sur son territoire ont à leur disposition des institutions répondant adéquatement à leurs besoins.

547Les plans stratégiques que les cantons ont dû élaborer suite à la RPT s’articulent prioritairement autour de ce principe. Ce principe de l’adéquation de l’offre de prestations aux besoins des personnes accueillies doit pouvoir être vérifié par des indicateurs, qui vont alimenter les rapports institutionnels sur la base desquels vont se négocier les contrats de prestation entre l’institution et les pouvoirs des organes de subvention. Si les indicateurs quantitatifs sont importants dans le domaine du handicap (offre suffisante de prestations adaptées aux besoins des personnes en situation de handicap), les indicateurs qualitatifs permettent de vérifier si les prestations offertes respectent les droits fondamentaux des bénéficiaires, comme le prévoient les art. 5 et 6 de la LIPPI. Difficile donc de garantir le respect de ces droits sans demander l’avis des intéressés : les procédures de sondage de satisfaction des bénéficiaires de prestations se sont d’ailleurs généralisées à tous les domaines de la société, qu’ils soient en main publique ou privée.

548Il y a plusieurs manières de recueillir l’avis de bénéficiaires de prestations destinées aux personnes en situation de handicap. Cela peut se faire individuellement lors de bilans avec l’équipe éducative ou l’éducateur de référence, ou lors de discussions plus informelles avec un ou plusieurs bénéficiaires. Certaines institutions ont instauré des boîtes-aux-lettres dans lesquelles les personnes peuvent glisser des commentaires concernant une prestation particulière ou sur l’institution en général. Les chercheurs ont pu ainsi assister dans l’institution A à la mise en place d’une boîte à idées concernant les menus du restaurant de l’institution, mais elle devait servir davantage à donner des suggestions de menus qu’à sonder la satisfaction quant à la qualité des repas. Dans l’institution C, comme on l’a vu précédemment, une boîte aux lettres sert de transmission entre les personnes accueillies et le Conseil des Résidants.

549Mettre en place des groupes de bénéficiaires dont la principale fonction est de recueillir la satisfaction de leurs membres quant aux prestations offertes est un moyen efficace pour fixer et vérifier des indicateurs qualitatifs. Plus interactifs qu’une boîte aux lettre, ils permettent à l’animateur de passer en revue toute une série de prestations en s’assurant de recueillir un nombre d’avis suffisant. De plus, leur mise en place peut à elle seule être valorisée dans un rapport de gestion. Ils ne remplacent pas les informations recueillies individuellement, mais les complètent et sont surtout moins chronophages : un sondage sérieux effectué à l’occasion de chaque bilan individuel implique l’ensemble du personnel éducatif et un traitement des données important si l’on veut faire une synthèse à partir des avis individuels, tandis qu’une synthèse des avis pris lors d’une séance collective prend bien moins de temps, et essentiellement celui des animateurs et des personnes concertées.

Rattachement à cette catégorie des groupes et institutions observées

550Tous les groupes observés présentent des caractéristique que l’on pourrait mettre dans cette catégorie, tant il est vrai que n’importe quelle institution a naturellement besoin de connaître d’une manière ou d’une autre la satisfaction des bénéficiaires quant aux prestations qu’elle fournit, et n’importe quelle forme de groupe d’expression peut lui amener des éléments de réponse. A l’inverse, créer un groupe d’expression dont le seul but est de recueillir la satisfaction de ses membres serait un gaspillage de ressources : une fois le groupe formé et le personnel désigné pour l’animer, il serait contre-productif de ne pas y ajouter des visées pédagogiques ou citoyennes.

551C’est ainsi en tout cas que l’on peut qualifier le groupe « Donner son avis » mis en place dans l’institution A. Initialement prévu dans le but de recueillir la satisfaction des membres, les objectifs ont quelque peu changé au fil du temps, comme le dit l’une des animatrices :

Il y a gentiment un glissement, parce que si on voit ce qui s’est fait, l’histoire en fait de ce groupe. C’est parti de simplement, l’idée des groupes de satisfaction, pour aller interroger la satisfaction des clients. Et bon avant on avait des questionnaires à remplir, des grilles, des machins, et comme ça ne donnait pas grand-chose, on a eu l’idée de mettre en place un groupe de discussion. Mais au départ, le mandat que j’avais, c’est uniquement d’aller sonder la satisfaction des clients par rapport aux prestations offertes. Et c’est progressivement, en plus avec toutes ces idées d’autodétermination, d’empowerment et tout ça, qu’on a gentiment, mais alors ça s’est fait gentiment, tourné pour que ça vienne dans ce que tu dis. Alors au début, Malika me disait, les facilitateurs sont les courroies de transmission. C’est quand même différent comme image, hein, une courroie de transmission, à ce qu’on a envie de faire maintenant, où on a envie qu’ils se prennent en charge pour, qu’ils se passent de nous pour aller faire des demandes. C’est des étapes comme ça.

552Ainsi, les groupes de cette catégorie sont souvent appelés à se transformer. Il est en effet important de recueillir la satisfaction au sujet de prestations qui ont été mises en place sans consulter les bénéficiaires. Toutefois, du moment que le groupe est formé, les avis peuvent se donner avant la mise en place d’une nouvelle prestation ou la transformation d’une prestation existante. De cette manière, l’institution peut concevoir un sondage a priori, ce qui transforme le groupe de satisfaction en un groupe de consultation.

Légitimité des groupes

553La légitimité des groupes de cette catégorie est basée sur l’échantillonnage. Il s’agit de recueillir la satisfaction d’un nombre relativement important de bénéficiaires, afin que le degré de satisfaction des personnes sondées soit statistiquement représentatif. L’échantillonnage peut être simple si l’on ne se préoccupe pas des caractéristiques des membres. Il sera stratifié si l’on essaie de recruter des membres en fonction de critères plus ou moins représentés au sein de l’institution (au moins deux-tiers de femmes, 50 % de personnes de moins de 50 ans,…), ce qui affine l’échantillonnage et améliore la fiabilité de la statistique.

554La légitimité institutionnelle est assez faible. Les groupes de satisfaction peuvent être fortement valorisés dans les rapports avec les organes de subvention, notamment dans les procédures qualité. Par contre, ils seront peu valorisés à l’interne, puisqu’ils n’ont pas d’intérêt en tant que tel pour les membres, dans le sens que ce qui y est recherché n’est pas une reconnaissance de ses membres ou le développement d’une identité commune, mais plutôt leurs avis en matière de statistiques de satisfaction. La fréquence de ces groupes est d’ailleurs peu élevée, deux fois par année dans le groupe observé.

Conditions pour devenir membre

555La légitimité par échantillonnage est en principe aléatoire, donc n’importe quel bénéficiaire des prestations évaluées peut y participer. Lorsque l’échantillonnage est stratifié, il y aura évidemment des limites à l’entrée pour les catégories qui seraient surreprésentées. Rien n’empêche une institution de créer plusieurs groupes de satisfaction, qui fonctionnent en parallèle sur les mêmes prestations, ou chacun sur des prestations particulières. La création de plusieurs groupes qui donnent leur avis sur les mêmes prestations peut faire office de stratification. C’est ainsi que l’institution A a développé trois groupes « Donner son avis » en parallèle : l’un regroupe les travailleurs des ateliers de l’institution mais qui n’y sont en principe pas hébergés (c’est celui que nous avons observé), l’autre regroupe les personnes hébergées dans l’institution, et le dernier est composé de personnes hébergées dans d’autres unités de l’institution. Les ordres du jour et la fréquence des réunions sont les mêmes pour les trois groupes.

556A noter pour finir que la limite pour devenir membre est évidemment fixée par la capacité à pouvoir donner cet avis, sous quelle forme que ce soit.

Organisation interne des groupes

557Les groupes de satisfaction ont peu d’autonomie : les membres ne participent pas à l’organisation de leur fonctionnement ; ces groupes sont organisés et animés par le personnel qui fournit les prestations. Ils n’ont donc pas besoin d’une organisation particulière. Des règles de comportement et de bienséance sont toutefois souvent introduites et rappelées au début de chaque séance. Ce manque d’autonomie pose parfois la question de l’existence même du groupe : peut-on parler de groupe d’expression (de satisfaction) lorsque l’institution sonde régulièrement des groupes de personnes en situation de handicap en ouvrant à chaque fois les séances à toutes celles intéressées ? Ce changement des membres à chaque séance pourrait réduire encore davantage la possibilité de créer une identité de groupe. Dans les faits, cette question ne se pose pas vraiment, dans la mesure où ces groupes ne poursuivent pas qu’un objectif de satisfaction, et qu’il y a donc un intérêt autre à les inscrire dans la durée avec peu de variation des personnes présentes. C’est le cas des groupes « Donner son avis » de l’institution A, qui se réunissent deux fois par année, mais dont les membres s’engagent à participer sur une certaine durée, même si celle-ci n’est pas définie à notre connaissance.

Contenu et forme des débats

558Les échanges dans les groupes de satisfaction purs fonctionnent par va-et-vient entre l’institution – représentée par les animateurs – et le groupe, puis remontent à l’institution par l’intermédiaire des animateurs. Ils n’ont pas pour vocation de traiter des sujets autres que ceux que l’institution veut bien mettre à l’ordre du jour. En conséquence, c’est le référendum-débat qui est la forme privilégiée pour les échanges, avec des phrases commençant par « que pensez-vous de ? » ou « comment trouvez-vous que ? ». Les initiatives n’y sont retenues que lorsqu’elles proposent une amélioration de la prestation sondée.

Rôle de l’animateur

559L’animateur tient l’ordre du jour et privilégie le tour de table, afin de recueillir l’avis de chacun. Il contextualise la question et peut ensuite être assez directif, car le but n’est pas l’échange de points de vue. En effet, la socialisation de la satisfaction individuelle de chacun peut fausser le sondage, notamment lorsque des leaders d’opinion rallient les autres à leur point de vue. L’animateur prendra donc un soin particulier à ce que tout le monde s’exprime en confiance, avec le moins de contraintes extérieures. Les liens organiques entre les animateurs et la direction de l’institution sont assez étroits, car une concertation pour l’ordre du jour doit se faire (quel sondage de satisfaction pratiquer lors de quelle séance ?), de même qu’un retour de la séance (quel niveau de satisfaction atteint pour quelle prestation ?).

Suivi des décisions par l’institution

560S’agissant de simples sondages, l’institution n’a aucune obligation d’assurer de suivi, dans la mesure où aucune décision n’est vraiment prise. Toutefois, un suivi indirect sera néanmoins pratiqué, car on voit mal l’institution ne pas réagir lorsque l’insatisfaction face à une prestation fournie est généralisée dans le groupe. Plus l’institution réajuste ses prestations suite aux réactions des groupes de satisfaction, plus ces derniers ressentent leur utilité et confortent leur identité.

Avantages de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

561Comme dit plus haut, il n’y a pas beaucoup d’avantages pour l’empowerment et la citoyenneté à pratiquer ce genre de groupes, dans lesquels le « Je » est omniprésent et le « Nous » peu valorisé. Il ne faudrait pas pour autant rejeter cette catégorie aux oubliettes, car elle constitue un premier palier judicieux, et a tout à fait sa place dans un processus d’empowerment collectif, pour autant que l’on n’y reste pas, ou que le groupe se transforme avec le temps et se fixe d’autres objectifs, ou bien que ce groupe permette de créer en parallèle d’autres groupes par les besoins qu’ils révèlent. Donner son avis sur la nourriture, la propreté, les animations ou les sorties organisées par l’institution peut constituer un très bon tremplin pour qui veut confronter son avis à celui d’autres personnes, et faire la découverte de l’avis partagé ou du désaccord. Parler des prestations fournies par l’institution dans un groupe dont les membres sont tous des bénéficiaires, c’est parler de choses partagées et connues, sur lesquelles il est aisé d’avoir un avis, même pour les personnes ayant une déficience intellectuelle importante.

562Autrement dit, cette catégorie peut tout à fait avoir sa place dans une institution et remplir son rôle dans les procédures qualité institutionnelles, pour autant qu’il y ait d’autres types de groupes qui soient mis en place et que le passage de l’un à l’autre soit possible, ou alors que la satisfaction ne soit que l’un des objectifs du groupe, comme c’est le cas pour les groupes « Donner son avis » de l’institution A.

Inconvénients de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

563Ce qui a été dit ci-dessus dans les avantages peut être répété dans les inconvénients. Les groupes de satisfaction purs ne favorisent pas l’articulation du « Je » au « Nous », puisque formellement l’institution ne recherche pas un consensus ou un avis collectif, mais plutôt des données statistiques du style : « 60 % des personnes sondées sont satisfaites de la nourriture, 30 % estiment qu’elle est généralement bonne, mais pourrait être améliorée, et 10 % ne sont pas satisfaites ». La confrontation d’idées, le ralliement à une position collective, le façonnement du « Nous » n’est pas encouragé, pour ne pas dire banni.

564De plus, comme le relève Mainardi (2004), la personne en situation de handicap bénéficiaire de prestations institutionnelles n’est qu’un des acteurs dans la recherche de la satisfaction, au côté de son représentant légal qui n’en est pas le destinataire, mais dont l’avis importe parfois davantage que celui du représenté. Il y a une sorte d’hypocrisie dans les concepts de nouvelle gestion publique à considérer comme « citoyens-clients » des bénéficiaires captifs de prestations non choisies (prestations d’aide sociale, pénitentiaires…). Dans la mesure où les personnes en situation de handicap accueillies en institution n’ont pas vraiment le choix de vivre ailleurs, elles se retrouvent également dans ce type de situation. Comment donner sa satisfaction sur une prestation que l’on est obligée de subir ? A cela s’ajoute le fait que la déficience intellectuelle des membres des groupes de satisfaction peut fausser les sondages s’agissant de prestations régulières qu’il convient d’évaluer dans la durée. Comme le dit Mainardi (2004) :

Satisfaction et joie ne sont pas synonymes et n’ont pas les mêmes caractéristiques. La première notion est l’expression d’une « appréciation de tendance » (« on mange bien dans cette institution »), la deuxième, un feedback ponctuel (« Que c’est bon aujourd’hui ! ») (p. 24).

565Or la distinction entre ces deux concepts n’est pas forcément opérée par les membres du groupe « Donner son avis », du constat des chercheurs.

566Les chercheurs ont également constaté que les institutions avaient parfois tendance à sonder les membres des groupes sur des prestations éducatives complexes, qui induisaient des réponses dans un registre affectif, ce qui peut provoquer des conflits de loyauté pour des personnes qui cherchent à se conformer à ce qu’on attend d’elles.

5.4 Quatrième catégorie : les groupes de développement personnel

Description

567Si l’on se réfère aux résultats de la première phase de la recherche, c’est la catégorie de groupes d’expression la plus représentée parmi les institutions qui ont rempli le questionnaire. C’est également la plus polymorphe. Elle rassemble en effet tous les groupes dont l’objectif premier est la progression personnelle des individus qui la composent. La mise en groupe et la recherche du bien commun ne sont pas considérés comme une finalité, mais comme un moyen socio-thérapeutique de développer les compétences relationnelles des participants. Tous les groupes d’expression mis en place dans les institutions accueillant des personnes ayant une déficience intellectuelle espèrent que les participants profiteront de cette expérience pour leur développement personnel. Cependant, dans les groupes des autres catégories, il y a en plus des attentes quant à la production du groupe, que ce soit en termes de propositions, de décisions, d’indice de satisfaction, voire d’organisation institutionnelle.

568Les groupes de cette catégorie s’inspirent de la psychologie sociale (voir chapitre 4 de la première partie, page 49), notamment des thérapies de groupe initiées par Kurt Lewin (1945), qui travaillent à la fois la relation du participant avec le thérapeute, et les interactions de celui-ci avec les autres membres du groupe. Les groupes de cette catégorie recensés lors de la première phase de la recherche ont des visées plus ou moins thérapeutiques selon le statut et la formation de l’animateur. En effet, si certains groupes de cette catégorie sont clairement orientés sur la thérapie de groupe, d’autres penchent davantage vers le développement personnel, voire la formation élémentaire ou continue. Ils se reconnaissent cependant par la relation forte et verticale entre l’animateur thérapeute ou enseignant et les participants, se distinguant ainsi des groupes d’entraide (voir chapitre 4 de la première partie, page 52) dans lesquels la relation entre l’animateur et les participants est plus horizontale, celui-ci étant généralement une personne également concernée personnellement par le thème du groupe.

569Cette catégorie est de loin celle qui est la moins circonscrite par le contexte particulier de cette recherche : on trouve des groupes de développement personnel dans toutes les sphères de la société, qu’elles soient publiques ou privées. Le contexte institutionnel socio-éducatif et médico-social, quel que soit le type de population accueillie, favorise grandement le développement de ce type de groupes qui peuvent accroître ou maintenir les facultés physiques et mentales des participants, tout en atténuant le sentiment de confinement, voire d’ennui.

Rattachement à cette catégorie des groupes et institutions observés

570Cette catégorie est la seule à avoir été maintenue de la typologie issue de la première phase de la recherche, où elle en constituait la deuxième catégorie (voir la 2e partie, page 104). N’ayant retenu pour la deuxième phase de la recherche que des groupes identifiés dans les catégories trois et quatre, nous n’avons pas observé de groupes de développement personnel, que nous pensions moins aptes à favoriser la citoyenneté et l’articulation entre le « Je » et le « Nous ». Mais comme mentionné plus haut, tout groupe d’expression a des visées de développement personnel plus ou moins marquées. C’est ainsi que certains sujets abordés par le groupe « Donner son avis » de l’institution A à la demande de la direction, comme « vivre en famille ou en institution » ou « qu’est-ce qu’on attend du bon éducateur ? », induisent davantage de réponses personnelles et affectives plutôt qu’une production collective – qu’il faudra parfois reprendre de manière individuelle à d’autres moments. Les institutions dans lesquelles nous avons fait notre observation ont souvent mis sur pied de tels groupes en parallèle à celui que nous avons observé, à l’instar de l’institution D, qui en compte au moins neuf que nous avons identifié dans la deuxième catégorie de notre première typologie. L’institution C a mis sur pied un groupe « Ecoute » en parallèle au Conseil des Résidants observé, dans lequel sont abordés des thèmes comme « pourquoi je suis handicapé », « pourquoi quand je vais en ville, on me regarde d’une drôle de manière ». L’institution B a conçu un programme de formation comprenant notamment des cours pour développer l’autodétermination ou ses capacités d’écriture, de lecture et d’expression orale. Certains de ces cours sont obligatoires pour les résidants qui souhaitent présenter leur candidature dans les structures participatives.

Légitimité des groupes

571Les groupes de développement personnel n’ont pas de légitimité à faire valoir, dans la mesure où ils ne représentent pas d’autres personnes et n’ont pas pour vocation d’émettre des propositions. Au niveau de la légitimité institutionnelle, ces groupes font partie du dispositif socio-pédagogique mis en place et feront l’objet d’une publicité interne plus ou moins importante selon qu’ils cherchent ou non de nouveaux membres.

Conditions pour devenir membre

572De par leur origine thérapeutique ou de développement personnel, ces groupes fonctionnent en général sur le principe de la libre adhésion. Un engagement sur la durée peut être exigé, et la participation peut faire partie du projet personnel individualisé de la personne accueillie.

Organisation interne des groupes

573Ces groupes n’ont pas d’organisation interne particulière, l’instauration de fonctions particulières ou d’organisation structurée au sein du groupe pourrait fausser la dynamique du groupe. Toutefois, vu l’extrême diversité des groupes de cette catégorie et des concepts qui les sous-tendent, il n’est pas exclu qu’une organisation interne puisse être mise en place, notamment lorsque le groupe n’a pas que des visées thérapeutiques, ou lorsqu’il se transforme.

Contenu et forme des débats

574Le contenu est en quelque sorte le prétexte à la relation, si bien que les thèmes sont très divers, mais bien identifiés et servent souvent d’appel à rejoindre le groupe. Il faut donc qu’ils intéressent potentiellement les personnes visées. Les chercheurs ont repéré deux grandes familles de thèmes proposés : la première utilise le mouvement, l’art et la créativité comme média. On y propose des groupes de yoga, de danse africaine, d’art-thérapie, etc. ; la deuxième a trait à l’intimité, à la santé et aux droits des personnes. Plusieurs institutions qui ont répondu au questionnaire de la première phase proposent des groupes d’expression sur la vie intime et sexuelle, sur la santé.

Rôle de l’animateur

575Comme nous l’avons vu plus haut, l’animateur joue un rôle très important étant donné qu’il conduit un groupe dépourvu d’autonomie propre. La relation qu’il entretient avec les participants est primordiale et oscille entre le thérapeutique et le pédagogique, selon ses qualifications et la finalité du groupe. D’après les réponses au questionnaire de la première phase, cette catégorie de groupe fait fréquemment appel à des animateurs externes à l’institution, ce qui se justifie par la spécificité des thèmes de certains groupes (art, mouvement…) et par le fait qu’il n’y a pas de relais institutionnels à actionner, si ce n’est sur le plan individuel, ce qui peut se faire aisément avec le référent éducatif.

Suivi des décisions par l’institution

576Ce qui est dit ci-dessus à propos des relais institutionnels est également valable pour le suivi institutionnel. Les groupes de développement personnel n’ont pas comme but de produire un contenu qui nécessiterait un suivi institutionnel particulier. Cependant, ce qui se dit dans ces groupes peut être une source d’informations très intéressante sur l’état d’esprit des personnes accueillies suivant les thèmes abordés, et pourrait alimenter la politique institutionnelle, sous réserve des règles d’éthique et de protection des données. Le contenu des échanges d’un groupe à tendance thérapeutique doit rester un secret partagé par le groupe uniquement, mais celui des groupes de discussion qui abordent des thèmes de société et de vie quotidienne pourraient remonter, pour autant que les propos y soient rendus anonymes.

Avantages de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

577Ce qui a été dit à propos des groupes de satisfaction est également valable pour les groupes de développement personnel. Les chercheurs n’ont pas retenu ce type de groupe pour la deuxième phase de la recherche, car ils ne pensaient pas que ceux-ci étaient les plus propices à l’articulation entre le « Je » et le « Nous ». Il n’en demeure pas moins que ces groupes peuvent jouer un rôle très important dans l’apprentissage de la communication collective et sont souvent un préalable, voire un passage obligé, à la participation à des groupes dont les visées seraient plus citoyennes. Il ne s’agit pas, comme dans le cas des groupes de satisfaction, de transformer les objectifs du groupe pour en faire quelque-chose de plus collectif, mais vraiment de faire coexister les deux catégories, et de permettre aux personnes accueillies de participer à l’un et l’autre, ou à l’un puis à l’autre. Lorsque j’ai pu faire valoir mon « Je » au sein d’un groupe et que j’ai pu y entendre les « Je » des autres, je pourrai plus aisément construire un « Nous » avec les autres membres du groupe.

Inconvénients de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

578Comme dit plus haut, cette catégorie de groupes est largement répandue dans les milieux socio-éducatif et socio-médical, notamment dans le cadre de prestations d’hébergement qui comportent potentiellement un risque de vase clos, de limitation de la sphère publique à la sphère institutionnelle. Lors de l’analyse du questionnaire de la première phase de la recherche, les chercheurs ont été surpris de constater que parmi les 29 groupes d’expression qu’ils avaient classés dans le développement personnel, aucun n’était ouvert à des personnes externes à l’institution. Si cette caractéristique se retrouve dans tous les groupes recensés, elle s’explique plus ou moins aisément pour les groupes des autres catégories qui se centrent principalement sur des aspects de la vie institutionnelle. Certains groupes de développement personnel centrés sur l’art ou le mouvement pourraient s’ouvrir aux personnes externes, notamment aux voisins de l’institution. Comme on l’a vu au chapitre 1 de cette partie (page 62), les institutions sont souvent situées dans des endroits isolés, ce qui rend d’autant plus important le décloisonnement et la rencontre. Nous constatons que le droit d’entretenir des relations sociales en dehors de l’institution, tel qu’il est garanti à l’art. 5 al. 1 let. e de la LIPPI et dans la plupart des plans stratégiques cantonaux, est assez inefficient, et le restera tant que les politiques publiques en la matière, et les institutions qui les mettent en œuvre, se borneront à s’abstenir de porter atteinte au droit garanti, et ne mèneront pas une politique active qui permette aux personnes de concrètement jouir de ce droit garanti. C’est là tout le sens de la Déclaration de Madrid que nous avons exposée au chapitre 2 de la première partie, et c’est bien l’enjeu principal de l’application par la Suisse de la CDPH entrée en vigueur en mai 2014, et qui sera l’un des objets du premier rapport que notre pays devra rendre dans quatre ans auprès du Comité des droits des personnes handicapées.

5.5 Cinquième catégorie : les groupes d’organisation de vie collective

Description

579Ces groupes s’inspirent de manière plus ou moins directe de la pédagogie institutionnelle. Comme expliqué au chapitre 4 de la première partie (page 53), les précurseurs de la pédagogie institutionnelle comme Coussinet, Freinet ou Montessori ont commencé à s’intéresser à la classe autant qu’aux élèves, en faisant un lieu de coopération où ces derniers trouvent non seulement entraide et solidarité, mais s’exercent à la prise de responsabilités. Cette nouvelle manière de voir l’école va bouleverser les rapports enseignants – enseignés : le maître n’est plus la figure autoritaire qui transmet le savoir de manière plus ou moins efficace selon les individus, mais un organisateur de groupe qui fait en sorte que ses membres puissent trouver le savoir par eux-mêmes en participant à des activités collectives. Dans les années soixante, les politiques publiques en Suisse ont commencé à s’intéresser à l’éducation à la citoyenneté, à l’éveil au sens critique et au débat démocratique, domaines réservés jusque-là à la sphère familiale, hormis des cours de civisme présentant de manière abstraite le fonctionnement des institutions politiques. C’est dans ces mêmes années que la pédagogie institutionnelle est sortie de l’école pour inspirer les milieux socio-éducatifs.

580Aujourd’hui, la plupart des institutions socio-éducatives ont instauré des lieux de participation où est discuté le quotidien et où, pour reprendre Habermas (1991), la discussion devient le procédé de validation des normes. Dans les institutions qui accueillent des personnes ayant une déficience intellectuelle, ces groupes sont axés sur le bien vivre ensemble. Ils intègrent le plus souvent l’ensemble des résidants ou travailleurs d’un lieu d’hébergement, d’un même atelier ou les élèves d’une même classe. Les membres du groupe ne se sont pas choisis entre eux, toutefois ils se retrouvent ensemble dans le partage de tâches et de lieux communs. S’ils ont été regroupés par des instances externes, il arrive cependant que leur rassemblement impose des régulations, le partage de tâches et de responsabilités ou la mise en commun de certains problèmes rencontrés. C’est pourquoi ces groupes d’expression, mis en place dans les institutions socio-éducatives, visent différents buts. Ils sont aussi utilisés pour transmettre les informations sur le fonctionnement de l’institution, de l’équipe, du groupe ou sur les personnes.

Rattachement à cette catégorie des groupes et institutions observés

581Le Comité des Résidants de l’institution D fait indéniablement partie de ce groupe. Il s’agit d’une réunion de toutes les personnes vivant dans la même unité décentralisée de l’institution, dans des appartements communautaires ou autonomes. Toutes les institutions qui ont fait l’objet de la deuxième phase de la recherche ont des groupes d’organisation de vie collective. Ces groupes sont plus ou moins formels et concernent souvent de petites unités. C’est probablement pour ces raisons qu’ils ne sont pas forcément mentionnés par l’institution comme groupe d’expression, si l’on en croit les réponses au questionnaire de la première phase de la recherche. Cette pratique semble en effet si bien intégrée dans les dispositifs éducatifs qu’elle n’est parfois pas considérée comme une expérience digne d’être mentionnée. Il existe cependant des assemblées formelles d’une certaine importance qui s’apparentent à cette catégorie, notamment celles qui élisent les groupes de reproduction politique, comme l’Assemblée des Villageois de l’institution B.

Légitimité des groupes

582La légitimité des groupes d’organisation de vie collective repose sur la démocratie directe, puisque toutes les personnes concernées y participent. Il n’y a donc pas de représentation, et la représentativité y est absolue, car toutes les catégories de participants sont présentes dans la proportion idéale.

583La légitimité institutionnelle de ce type de groupe dépend de l’importance que l’institution lui accorde. L’institution D les met en avant, notamment par le fait qu’ils n’existent pas dans toutes les unités et sont encore au stade « d’expérience ». D’autres institutions qui ont intégré ces instances de participation dans leur pratique socio-éducative n’y attachent pas forcément une grande importance. C’est ainsi que l’institution B semble avoir des espaces de ce type dans chacune des maisons, mais ceux-ci ne sont pas formalisés et ne font pas partie de l’organigramme, car ce sont les instances de reproduction politique qui représentent vraiment la volonté institutionnelle en terme de participation.

Conditions pour devenir membre

584Toutes les personnes bénéficiaires de la prestation qui fait l’objet du groupe sont membres de fait et se doivent d’y participer. Dans le Comité des Résidants de l’institution D, cette présence est obligatoire, sous réserve d’excuses valables, mais cette obligation peut être plus ou moins respectée et contrôlée. Une participation totalement libre nuirait cependant à la légitimité du groupe, qui tendrait alors davantage vers l’échantillonnage et le groupe de satisfaction.

Organisation interne des groupes

585Ces groupes sont en général peu structurés, et n’ont pas besoin de l’être pour les objectifs qu’ils se sont fixés. Il peut toutefois y avoir des exceptions notables, lorsque le groupe délègue des tâches à un ou plusieurs membres. Il ne s’agira pas d’une organisation associative ou politique (secrétariat, présidence…) mais plutôt une responsabilité liée à l’organisation pratique, comme le responsable du tri des déchets au Comité des Résidants de l’institution D. Des commissions de plusieurs membres peuvent se créer, comme par exemple pour élaborer les plannings de travail d’un atelier.

Contenu et forme des débats

586A l’instar des groupes d’élèves dans les classes pratiquant la pédagogie coopérative, le contenu principal échangé dans ce type de groupe est « le travail à faire » et « la vie du groupe à organiser ». Les initiatives et les référendums y ont leur place, mais ceux-ci sont limités par le cadre imposé, ce qui n’empêche pas le groupe d’adopter des propositions concrètes qui ont une incidence sur la vie de l’unité. Lors des deux séances du Comité des Résidants observées, les chercheurs ont pu observer une décision quant à une sortie du 1er mai, et des propositions quant à la réparation d’une télévision et à l’agrandissement de l’espace vélos de la maison.

587Ce type de groupe est également le cadre privilégié pour faire passer de l’information aux personnes concernées, étant donné qu’elles sont toutes présentes, voire pour faire de la pédagogie. C’est ainsi que lors des deux séances du Comité des Résidants observées, il a été question d’informations et de conscientisation sur le tri des déchets dans la maison.

Rôle de l’animateur

588L’animateur est garant du cadre des débats. Comme mentionné plus haut, celui-ci est assez délimité : le groupe n’a pas pour vocation d’émettre des propositions concernant n’importe quel domaine de l’institution, mais sur le fonctionnement d’une unité de vie ou de travail, voire pour désigner des représentants qui, eux, auront une marge de manœuvre élargie. De plus, la fréquence de ces groupes et leur histoire font qu’il échoit la plupart du temps à l’équipe socioéducative de l’animer. L’animateur est donc la personne qui mène les débats, mais également celle qui devra mettre en œuvre les propositions du groupe, avec ce que cela peut demander comme surcroît de travail. C’est ce qui a été décrit dans la quatrième partie, au chapitre précédent concernant les rôles de l’animateur, au sujet des propositions faites au Comité des Résidants de l’institution D qui étaient parfois « dirigées » vers d’autres instances, pour éviter que des propositions difficilement réalisables ne soient validées (page 250).

Suivi des décisions par l’institution

589Lorsque le cadre des débats est respecté, les propositions émanant du groupe ne remontent pas forcément très haut dans l’institution, car elles concernent des aspects institutionnels qui peuvent être suivis au niveau de l’équipe socioéducative. Si des éléments doivent néanmoins remonter, l’institution se doit évidemment d’y donner suite. Lorsque l’institution a mis en place des groupes d’expression de reproduction politique ou fédératifs, l’animateur demandera au groupe de s’adresser à ces derniers, ce qui permet justement d’expérimenter et de développer des habiletés à traiter des affaires qui vont au-delà des groupes d’organisation de vie collective.

Avantages de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

590S’ils fonctionnent correctement, ces groupes constituent une bonne entrée en matière pour l’apprentissage de la confrontation à l’avis des autres, à l’instar des groupes de développement personnel. Ils ont en plus l’avantage de concerner tous les membres de la communauté, donc de ne laisser personne à l’écart. L’analyse des réponses aux questionnaires de la première phase de la recherche ne nous a pas permis de vérifier si ces groupes étaient réservés aux unités composées de personnes disposant de bonnes compétences de communication, car l’obligation de participation nécessiterait dans bien des cas des moyens pour faciliter la communication.

591Les sujets abordés dans ce type de groupe concernent de près les personnes, et il leur est relativement aisé d’avoir un avis sur la question.

592En conséquence, ce type de groupe est, comme les groupes de développement personnel, extrêmement utile à l’amorce de construction d’une citoyenneté, pour autant que d’autres espaces existent au sein de l’institution pour permettre d’aller plus loin, notamment pour s’emparer de sujets qui concernent la politique institutionnelle, voire les politiques publiques extra-institutionnelles.

Inconvénients de cette catégorie par rapport à l’empowerment communautaire et à la citoyenneté

593Comme dit précédemment, ces groupes sont souvent intégrés dans le travail socio-éducatif ordinaire, et les animateurs qui les mènent le font sur leur temps de travail éducatif. Les objectifs peuvent ainsi être faussés et le risque de manipulation réel. L’intérêt du personnel socio-éducatif à animer ce type de groupe est de faire en sorte que les tâches quotidiennes soient bien réparties, que les informations importantes soient transmises et que l’ambiance du groupe soit bonne. Il n’a aucun intérêt à provoquer des frustrations et des dissensions parmi les participants en organisant des débats et des votes, ni à recevoir, traiter et appliquer des propositions de changement dans l’organisation d’un quotidien qui fonctionne bien, et qui lui causeraient inévitablement du travail supplémentaire, quand ce n’est pas l’obligation d’annoncer finalement le refus de la proposition, ce qui le met affectivement dans une position délicate par rapport aux personnes accueillies. Les risques de manipulation sont donc d’autant plus importants que ce personnel joue un rôle essentiel dans la vie des personnes accueillies, qui sentent parfaitement ce qu’elles doivent dire, ne pas dire, quelle position prendre ou ne pas prendre, pour se conformer à ce qu’on attend d’elles. Il pourrait arriver ainsi de faire légitimer par le groupe des décisions que l’équipe socio-éducative avait déjà prises avant la séance, et le groupe serait persuadé d’avoir lui-même pris la décision. Il n’y a ici pas d’articulation entre le « Je » et le « Nous », mais plutôt une articulation entre le « moi et mes envies » et le « moi et mon intérêt à maintenir des bonnes relations avec le personnel socio-éducatif ».

594En d’autres termes, ce type de groupe est un peu victime de son succès : à force de le banaliser, de le considérer comme une tâche éducative ordinaire, il risque d’être amputé de son pouvoir d’initier une démarche réellement citoyenne.

Tableau 17 : Typologie finale des groupes d’expression mis en place dans les institutions romandes accueillant des adultes ayant une déficience intellectuelle

Tableau 17 : Typologie finale des groupes d’expression mis en place dans les institutions romandes accueillant des adultes ayant une déficience intellectuelle

Notes

25 Source : plan stratégique du canton de Genève en faveur de l’intégration des personnes handicapées, mai 2010, accessible sur : http://sodk.ch/fileadmin/user_upload/Fachbereiche/Behindertenpolitik/NFA_Plattform/Plan_strategique_GE_.pdf consulté le 22 octobre 2012.

26 K 1 36, Recueil systématique genevois.

27 Source : PSH2011 - Plan Stratégique Handicap 2011 - Plan stratégique vaudois en faveur de l’intégration des personnes adultes en situation de handicap et de la prise en charge en structure de jour ou à caractère résidentiel des mineurs en situation de handicap, juin 2010, accessible sur : http://sodk.ch/fileadmin/user_upload/Fachbereiche/Behindertenpolitik/NFA_Plattform/Plan_strategique_VD_RPT_PSH2011.pdf (consulté le 22 octobre 2012).

28 850.61, Recueil systématique vaudois.

29 Source : République et canton de Neuchâtel : Plan stratégique, 2011, accessible sur : http://sodk.ch/fileadmin/user_upload/Fachbereiche/Behindertenpolitik/NFA_Plattform/Plan_strategique_NE.pdf

30 800.100.01 du recueil systématique neuchâtelois.

31 Les citations sont extraites des retranscriptions des enregistrements audio des observations des séances. A1_ A = animateur 1 de l’institution A ; A2_A = animateur 2 de l’institution A ; A1_B = animateur 1 de l’institution B ; A2_B = animateur 2 de l’institution B ; A1_C = animateur 1 de l’institution C ; A2_C = animateur 2 de l’institution C ; A1_D = animateur 1 de l’institution D ; A2_D = animateur 2 de l’institution D.

32 Malika = responsable du secteur, membre de la direction.

33 Les résidants de cette institution se nomment « les Villageois », en rapport avec sa forme d’organisation.

34 Créée en 1958, cette association se nommait alors l’association genevoise des parents d’enfants inadaptés, elle est la deuxième association de parents d’enfants handicapés en Suisse, elle suit la création d’une première association à Zurich en 1957. Les mouvements associatifs de parents ont largement contribué au développement de prestations pour répondre aux besoins de cette population.

35 Cet internat avait été créé en 1929 par le patronage des enfants arriérés. Par ailleurs, au niveau de la scolarité, dès 1898 sous l’impulsion d’Edouard Claparède s’étaient créées deux classes spécialisées pour l’accueil d’enfants arriérés. En 1900 ces classes se trouvaient au nombre de dix, elles accueillaient les enfants qui présentaient une déficience légère.

36 Les Compagnons sont des personnes en situation de handicap travaillant dans l’institution, mais habitant à l’extérieur.

37 Les données inscrites en italique sont extraites de l’entretien avec les deux animatrices de l’institution B : A1_B (présente au Conseil des Villageois et Compagnons) et A2_B.

38 Informations récoltées à partir du questionnaire 2, et des divers documents remis (bulletin de l’institution C, travail de N. Kongolo Mabika, rapport d’activité 2007).

39 Texte lu au début et à la fin du Conseil des Résidants, écrit par une participante.

40 Organe composé des cadres des différents domaines et du directeur, dans le but d’avoir une vue d’ensemble des questions institutionnelles.

41 A1_C = animateur 1 de l’institution C (éducateur) ; A2_C = animateur 2 de l’institution C (praticienne en communication facilitée) ; A3_C = animateur 3 de l’institution C (éducateur en formation).

42 Passages en italique : extraits de la retranscription de la séance du Conseil des Résidants.

43 Il y a deux colloques par appartement (au rez et au 1er étage), l’étage des studios n’ayant pas de colloque.

44 Cf. PV no 3 du Comité des Résidants, 05.04.11, « contenu » et « décisions » p. 3

45 Cf. PV no 1 du Comité des Résidants, 01.02.11, « décisions » p. 1

46 L’un des participants ayant donné deux réponses, le total des pourcentages dépasse le 100 %.

47 Là aussi, le total prend en compte deux réponses d'un participant.

48 Les chercheurs se nomment : C1 = chercheur 1, C2 = chercheur 2, C3 = chercheur 3 et CE = chercheur étudiant.

49 D1_B = membre de la direction 1 ; D2_B = membre de la direction 2.

50 Nous n’entrons pas ici dans la polémique sur la reconnaissance ou non de cette approche d’aide à la communication. Même si la méthode utilisée d’un pointage de lettres avec les doigts, assisté par l’animatrice, continue de nous interroger, nous avons par ailleurs pu constater que l’attention portée à chacun et particulièrement à ceux ayant des difficultés importantes de communication leur donnait une place dans le groupe et que ces personnes demandaient spontanément l’aide de l’animatrice pour s’exprimer.

51 http://www.topozym.be/spip/spip.php? article33 (consulté le 29.11.12)

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : répartition des participants par sexe
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 4 : répartition des psh par âge
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 5 : répartition des professionnels par âge
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 6 : répartition des membres des directions par âge
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 7 : répartition des psh par type d’habitation
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 8 : répartition des psh par type de travail47
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 9 : nombre d’activités mentionnées
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 10 : types d’activités mentionnées
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 12 : par qui sont organisées les activités de loisirs
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 13 : répartition des professionnels et membres des directions par fonction
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 16 : déroulement des groupes
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 17 : Typologie finale des groupes d’expression mis en place dans les institutions romandes accueillant des adultes ayant une déficience intellectuelle
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2266/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540