Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des espaces collectifs d’expression au sein des institutions socio-éducatives

 | 
Manon Masse
, 
Yves Delessert
, 
Maëlle Dubath

Troisième partie. Résultats et analyse de la première phase

Texte intégral

1. Synthèse des principaux résultats de la première phase

1Le taux de réponse obtenu au questionnaire (70.2 %) montre que les organisations et les partenaires de terrain sont intéressés par le thème de la recherche proposée. Les questionnaires recensés représentent la population et les institutions qui accueillent cette population en Romandie, à l’exception du canton de Fribourg qui est le moins bien représenté.

2Les réponses à la partie 2 du questionnaire permettent de recenser 62 groupes d’expression proposés aux adultes ayant une déficience intellectuelle tant dans leur lieu de vie que dans leur lieu de travail. Ces groupes sont associés aux différentes prestations offertes (43 % ateliers de travail, de développement personnel ou en milieu ordinaire protégé ; 31 % hébergement ; 18 % loisirs ; 5 % formation ; 3 % soins de santé).

3L’existence de groupes d’expression collectifs demeure récente au sein des organisations, ainsi, parmi ceux recensés, 79 % ont été créés depuis 2000. Leur initiateur est un membre de la direction et un cadre intermédiaire dans 40 % des cas, dans 38 % des cas un membre du personnel éducatif et dans 10 % des cas une psh.

4Parmi les participants de ces groupes, il existe une légère surreprésentation des jeunes adultes au détriment des personnes âgées. Par-contre, les participants ne semblent pas discriminés selon des caractéristiques en lien avec leurs déficiences ou incapacités (troubles du comportement, troubles du spectre de l’autisme, etc.). Seules les personnes polyhandicapées et celles présentant des troubles du comportement sont très légèrement sous-représentées.

5Les thèmes les plus traités et les plus mobilisateurs touchent la communication dans sa forme de transmission d’informations servant le fonctionnement institutionnel ou le bon déroulement des activités quotidiennes (travail, résidence et loisirs), ainsi que le maintien de bonnes relations interpersonnelles afin de faciliter la vie en commun ; les thèmes spécifiques liés à l’organisation du travail et des loisirs suivent. Les thèmes touchant la vie à l’extérieur de l’institution, tels que les déplacements ou la vie communautaire dans le quartier ou un milieu associatif, ne demeurent qu’exceptionnellement abordés.

6Lorsque des décisions sont prises au sein de ces groupes, elles le sont de façon collégiale ou par vote majoritaire, et sont relayées à la direction dans 44 % des cas. Leur suivi se fait dans 57 % des cas par un membre du personnel éducatif ou soignant, dans 19 % des cas par la direction ou un cadre intermédiaire et dans 14 % des cas par un participant en situation de handicap. Cependant ce suivi se restreint souvent à l’application des décisions du groupe.

7Les réalisations concrètes qui émanent des groupes d’expression touchent dans 29 % des cas la réalisation de loisirs et pour 25 % l’aménagement du lieu d’habitation, 11 % sont liées à des aménagements apportés pour faciliter les relations interpersonnelles et 9 % des réalisations en lien avec les activités de travail ; il existe peu de réalisations concernant la vie extérieure à l’institution (déplacement et vie communautaire : 5 %) et les responsabilités (5 %).

8Une première typologie a été élaborée à partir des réponses aux questions ouvertes portant sur les motivations quant à la création des espaces d’expression, les objectifs poursuivis et les apports et inconvénients de ce groupe, pour la psh, pour les professionnels et pour l’institution. Cette typologie comprend quatre catégories de groupe. Les deux catégories de groupe les mieux représentées sont premièrement celle des groupes à visée de développement personnel ou d’apprentissage de l’expression (47 %) et deuxièmement celle des groupes d’expression visant une participation symbolique (44 %). Il existe très peu de groupes de la troisième catégorie axés spécifiquement sur la transmission d’informations (7 %) ou de groupes de la quatrième catégorie où se pratiquerait une participation citoyenne et représentative dépassant la consultation symbolique (3 %).

Tableau 1 : répartition des groupes d’expression en fonction des typologies

Typologies

Effectifs

Pourcentage

1. Information

4

6.5

2. Développement personnel

29

46.8

3. Consultation

27

43.5

4. Participation

2

3.2

Total

62

100

9Il apparaît une tendance que les discussions au sein des espaces d’expression visant une participation symbolique ont initié davantage de réalisations concrètes dans l’institution, que celles des espaces de développement personnel. Nous constatons qu’il existe peu de liens entre les approches guidant l’accompagnement des personnes au sein de l’institution et les caractéristiques des groupes. Une légère tendance apparaît dans les groupes ayant pour modèle la valorisation des rôles sociaux (VRS) et l’anthroposophie vers des choix de thèmes traités davantage en rapport avec des activités extérieures à l’institution. Mais ce résultat est à interpréter avec prudence compte tenu du faible effectif.

10De même, les groupes de typologie 3 (consultatif) semblent plus axés sur des sujets extérieurs. Par-contre ce sont les groupes d’expression et de développement personnel qui paraissent étonnamment les plus structurés en termes d’ordre du jour, de procès-verbal ou de règlements liés à leur fonctionnement.

11Il demeure important d’effectuer une analyse plus fine des premiers résultats obtenus à partir d’observations sur les terrains où se pratiquent ces espaces d’expression et en interrogeant les principaux acteurs qui y participent lors d’entretiens plus approfondis.

12C’est pourquoi, pour la suite de la démarche et dans un souci de représentativité des institutions offrant ce type de prestations, quatre sites ou institutions sont retenus selon trois critères : répartition par canton (2 Vd, 1 Ge, 1 Ne), taille des institutions (deux institutions accueillant plus de 200 personnes, une institution accueillant entre 97 et 200 personnes et une institution accueillant entre 49 et 96 personnes) et selon les typologies identifiées.

13Nous analyserons chacune des quatre différentes typologies décrites. Quatre institutions répondant à ces critères ont accepté de poursuivre la démarche d’approfondissement pour la deuxième phase de la recherche.

2. Conclusion de la première phase

14La première phase de la recherche a permis de recenser les différentes formes d’espaces d’expression collectifs existant dans les institutions accueillant des personnes adultes ayant une déficience intellectuelle et d’en faire une première typologie. La deuxième phase permettra de chercher quelle forme favorise le mieux l’exercice de la citoyenneté, elle devrait contribuer à l’élaboration d’un « bon usage » des groupes d’expression. Il y a donc une utilité directe et évidente pour le partenaire de terrain à s’inspirer de cette recherche pour favoriser la participation citoyenne de ses résidants et travailleurs.

15Le souhait de 11 institutions de poursuivre leur participation montre bien l’importance de cette thématique pour elles. De plus, pour la population directement concernée, le développement tant qualitatif que quantitatif des espaces d’expression pourra contribuer à prévenir les risques de négligence et d’abus que peuvent représenter ces milieux d’accueil lorsqu’une culture de la parole n’y est pas suffisamment développée.

16Ce qui est dit au sujet des partenaires de terrain est valable pour toutes les institutions accueillant des adultes ayant une déficience intellectuelle. Même si cette participation n’est pas une priorité actuelle pour les institutions, le cadre général de l’art. 5 LIPPI, les législations cantonales, ainsi que la ratification à terme par la Suisse de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, contraindront celles-ci à tenir compte de cette participation. Elles pourront alors se référer aux résultats de cette recherche pour trouver la forme qui leur convient le mieux et qui semble leur offrir la plus grande efficacité.

17Avec l’analyse de différentes catégories de groupe identifiées lors de la première phase de la recherche, nous pourrons aller plus loin dans la compréhension de leur fonctionnement. Cet approfondissement pourra donner des pistes aux travailleurs sociaux et responsables des politiques publiques relatives à l’inclusion et à la citoyenneté. En effet, cette recherche tente d’appréhender un processus d’habitude tellement rapide et dispersé qu’il est insaisissable. Le chemin qui mène une personne ayant une déficience intellectuelle de l’autodétermination dans ses choix personnels à une participation représentative est probablement plus long que celui d’une personne « ordinaire ». De plus, le microsystème dans laquelle la recherche se déroule, rythmé par les temps planifiés des groupes d’expression, filtre en partie les innombrables éléments insaisissables qui alimentent d’habitude l’apprentissage de la citoyenneté. En d’autres termes, les résultats de la deuxième phase de cette recherche pourront également servir de modélisation d’un processus reproductible à d’autres catégories de personnes qui rencontrent des difficultés dans cet apprentissage (populations migrantes, adolescents en rupture, personnes dans une situation de grande pauvreté…).

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540