Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des espaces collectifs d’expression au sein des institutions socio-éducatives

 | 
Manon Masse
, 
Yves Delessert
, 
Maëlle Dubath

Deuxième partie. Méthodologie

Texte intégral

1. Démarche de la première phase de la recherche

1.1 Choix d’une analyse par questionnaire

1Pour la première phase de la démarche de recherche qui consiste à recenser les espaces d’expression existants dans les institutions en Romandie et d’en dresser une première typologie, nous avons opté pour une approche exploratoire avec un recueil de données par questionnaire.

2Une partie des questions consiste en des questions fermées permettant de recueillir des données par questionnaire de type qualitatif au sens de Evrard et al. (1993), « les données qualitatives correspondent à des variables mesurées sur des échelles nominales et ordinales (c’est-à-dire non métriques) » (p. 35), ces questions permettent de classer les réponses en des catégories distinctes. Une autre partie du questionnaire est constituée de questions ouvertes qui laissent la possibilité à la personne de développer sa réponse. Ce recueil de données se rapproche de celui d’un entretien dirigé.

3L’ensemble du questionnaire permettra de dresser un portrait, en décembre 2010, des espaces d’expression qui existent en Suisse romande dans les institutions qui offrent des prestations aux personnes adultes ayant une déficience intellectuelle, de la façon la plus exhaustive possible.

4La démarche par questionnaire est apparue la plus pertinente car aucune donnée actualisée n’existe en Suisse sur ce thème. Elle a été suivie dans une deuxième phase de recherche par une démarche d’approfondissement par observations, entretiens individuels et entretiens de groupe sur les différentes typologies d’espaces d’expression rencontrées au sein de ces organisations.

5Le questionnaire élaboré a été envoyé aux directions des établissements. Celles-ci ont complété la première partie et relayé la seconde aux personnes directement impliquées dans les espaces d’expression. Les paragraphes suivants présentent les étapes d’élaboration du questionnaire, sa diffusion dans les institutions ainsi que l’analyse des données récoltées.

1.2 Etapes générales de réalisation de la première phase

6Pour ce faire, nous avons procédé en plusieurs étapes :

  1. élaboration du questionnaire (deux parties) en version électronique et papier (cf. annexe 1.1), une lettre et une annexe pour l’envoi postal (cf. annexe 1.2) ;

  2. test du questionnaire avec trois experts externes à la démarche ;

  3. identification des institutions romandes accueillant des personnes adultes ayant une déficience intellectuelle, ainsi que leur direction, pour un adressage ciblé des courriers et courriels de relance, prévus au nombre de deux ;

  4. saisie des données des questionnaires papier en ligne, et contrôles des ambiguïtés en duo ;

  5. élaboration de la base de données dans PASW ;

  6. pré-analyse des données : redistribution des réponses « autres » dans les catégories existantes si possible, ajout des catégories émergentes, suppression de deux questions ambiguës, ajout d’une donnée sur la taille des institutions ;

  7. demande de subsides au FNS DORE au 1er mars 2011 pour la deuxième phase de la démarche ;

  8. prise de contact et organisation de la deuxième phase de la démarche avec les quatre institutions retenues ;

  9. rédaction d’un rapport sur la première phase de la recherche ;

  10. transmission des résultats de la première phase aux institutions ayant participé à cette partie.

7Comme annoncé dans l’introduction, les résultats détaillés de cette première phase ne sont pas reproduits dans cet ouvrage, mais sont accessibles en ligne à l’adresse http://bit.ly/​28WM2cS. Nous présentons néanmoins brièvement ci-dessous quelques éléments relatifs à l’échantillon, à la description du questionnaire, et à la constitution d’une première typologie. Une synthèse des principaux résultats de cette première phase ainsi qu’une conclusion sont également présentées dans la troisième partie de l’ouvrage.

1.3 Echantillon

Identification des institutions

8Une recension de 47 institutions ou sites a été établie en Suisse romande. Ces institutions accueillent, en résidence ou en atelier de travail, une population adulte qui présente une déficience intellectuelle associée ou non à d’autres types de handicap. Cela représente environ 7000 personnes.

  • 21  http://www.insos.ch/fr/institutionen/mitgliederverzeichnis/mitgliederverzeichnis.asp (consulté le (...)

9La recension des institutions accueillant des personnes adultes ayant une déficience intellectuelle résulte de différentes sources. La première fut la liste des membres INSOS (association de branche nationale des institutions pour personnes avec handicap) disponible sur internet21. Elle a été utilisée à partir des mots clés suivants : handicap mental, Suisse romande.

  • 22  http://www.geneve.ch/handicap/repertoire/repertoire_info.asp (consulté le 02.09.2010) http://www.v (...)
  • 23  http://www.ne.ch/neat/site/jsp/rubrique/rubrique.jsp?StyleType=marron&Doc
    Id=16281 (consulté le 13. (...)
  • 24  http://www.insieme-vs.ch/lien/index.php ; http://www.asavalais.ch/html/liens.html (consultés le 13 (...)

10Cette recherche a été complétée par les répertoires officiels des institutions des cantons de Genève, Vaud et Fribourg22. Puis par des entretiens téléphoniques à Insieme-Jura qui a communiqué le nom d’une seule institution correspondant aux critères retenus, et à Insieme-Neuchâtel qui a transmis deux institutions correspondant aux critères23. Enfin, pour le Valais, les sites ASA-Valais et Insieme-Valais ont été consultés24.

11Dans un second temps, un membre de l’équipe de recherche a contacté par téléphone chacune des institutions pour obtenir le nom du/de la directeur/trice, et savoir précisément à qui adresser le questionnaire (par exemple uniquement à la direction de l’institution, ou dans chacun des sites d’hébergement ou de travail).

1.4 Description du questionnaire

Différentes parties et thématique traitée

12Le questionnaire est constitué de deux parties, l’une pouvant être remplie par un cadre de l’institution concernant des éléments généraux, et l’autre devant être remplie par une personne participant/connaissant bien le groupe d’expression détaillé dans cette partie.

Première partie

13Une première partie est réservée à l’identification de l’institution (mission, objectifs, population accueillie, taille, approche(s) spécifique(s), source de financement, structure juridique, etc.).

Deuxième partie

14Une deuxième partie décrit les espaces d’expression individuels et collectifs offerts à la personne en situation de handicap (date de création, objectifs recherchés, sujets abordés, etc.), puis se centre sur le fonctionnement des espaces collectifs :

  • Processus de création du groupe.

  • Formes des groupes (participants : qui, nombre, gestion des présences ; types d’animation : qui, formation, ordre du jour, procès-verbaux ; durée ; fréquence des séances ; lieu de pratique ; groupe ouvert ou fermé ; critères d’adhésion ou d’exclusion, modalités de communication et utilisation d’outils de communication alternatif) (Scelles et al., 2007).

  • Buts et objectifs annoncés des groupes et changements dans le temps.

  • Contenus traités (thèmes abordés, thèmes mobilisateurs, réalisations concrètes, par qui, etc.) et changements.

  • Processus de décisions et de suivi.

  • Apports et inconvénients du groupe pour la personne ayant une déficience intellectuelle, pour les accompagnants et pour l’organisation.

  • Une dernière question porte également sur l’intérêt à approfondir l’analyse des espaces collectifs d’expression pour les personnes en situation de handicap avec une mise en commun entre des partenaires institutionnels qui accepteront de participer à cette partie.

1.5 Réalisation d’une première typologie des espaces d’expression

15Comme mentionné dans la partie théorique de ce rapport (page XXX), la création de cette typologie est inspirée de l’échelle de participation de Arnstein (1969) qui a été adaptée pour mieux tenir compte des caractéristiques des personnes (déficiences intellectuelles, difficulté d’expression orale, etc.) et de leur environnement (milieu institutionnel).

16La variable intitulée « typologie de participation » a été établie à partir de l’analyse des trois questions ouvertes portant sur les motivations quant à la création des espaces d’expression, les objectifs poursuivis et les apports et inconvénients de ce groupe, pour la personne en situation de handicap, pour les professionnels et pour l’institution.

17Elle comprend quatre types de participation : deux qui visent une participation à des fins personnelles (développement personnel, réalisation de tâche) et deux qui visent des réalisations qui concernent la collectivité avec une augmentation des responsabilités quant à la prise de décision. Ces participations ne sont pas nécessairement progressives selon les différents niveaux décrits précédemment.

18La première de ces catégories est celle des groupes axés sur l’information sans recherche de feed-back (sens unique). Les membres reçoivent ou transmettent une information sur le fonctionnement de la résidence ou de l’atelier et sur les projets en cours, ils peuvent poser des questions, mais ils ne sont pas invités à donner leur avis. Dans ces groupes, les sujets abordés sont multiples et servent au bon fonctionnement de l’activité (plannings, présences et absences, tâches à exécuter, annonces d’événements…).

19La deuxième de ces catégories est celle des groupes axés sur le développement personnel des membres, et de leurs capacités individuelles d’expression (visée socio-éducative ou thérapeutique) ou sur de la formation sur un thème spécifique avec un engagement personnel pour progresser soi-même. La priorité est mise sur le développement des capacités d’expression des membres (prise de parole en groupe, clarté d’expression, communication alternative, communication sur son vécu). Parmi les réponses aux questionnaires que nous avons mis dans cette catégorie, on trouve pour la question relative aux objectifs du groupe, des réponses comme : « créer un terrain favorable à l’expression », « créer des espaces d’expression et d’échange », « permettre l’expression, favoriser l’écoute », « susciter l’expression verbale, sortir mentalement de son quotidien ».

20La troisième de ces catégories est celle des groupes axés sur la consultation des membres pour l’amélioration du fonctionnement institutionnel. Il s’agit de recueillir l’opinion individuelle pour orienter des décisions collectives. Les objectifs de ces groupes peuvent être multiples : recueillir le niveau de satisfaction des personnes pour modifier une prestation (par exemple les repas), satisfaire les exigences d’une procédure qualité, recueillir l’avis des usagers et leurs doléances afin d’améliorer les relations institutionnelles et de désamorcer les conflits, améliorer l’ambiance au travail… La prise en compte par l’institution des avis émis reste hors de la responsabilité des membres du groupe.

21La quatrième catégorie concerne les groupes axés sur la participation aux décisions. Le but de ces groupes est de développer la démarche participative et l’intérêt pour la chose publique : « permettre aux résidants d’être plus actifs dans leur vie au sein de l’institution », « participer aux décisions concernant l’organisation du village ». Ici l’avis des membres est non seulement récolté, mais des procédures sont mises en place pour que ces avis individuels se transforment en décisions collectives et que ces décisions collectives soient appliquées au sein de l’institution.

22Comme on l’a déjà dit, cette typologie ne doit pas être perçue comme une gradation dans l’échelle de la citoyenneté. Elle a été élaborée sur la base d’un questionnaire et dit peu de choses sur le vécu des groupes d’expression, si ce n’est peut-être sur la représentation que s’en fait la personne qui a rempli le questionnaire. A ce stade de la recherche, qui nous dit qu’une information bien menée n’est pas plus apte à développer l’empowerment communautaire qu’un processus participatif qui aboutit sur des décisions qui ne sont jamais prises en compte par l’institution ? Comment classer la typologie des groupes axés sur le développement personnel dans une telle gradation ?

2. Démarche de la deuxième phase de la recherche

2.1 Choix d’un approfondissement par observations et entretiens de groupe

23Après une première phase consistant à recenser les espaces d’expression existants dans les institutions en Romandie et à en dresser une typologie – à partir d’un recueil de données par questionnaire −, la seconde phase consiste en une démarche d’approfondissement par observations et entretiens de groupe sur les différentes typologies d’espaces d’expression rencontrées au sein de ces organisations.

24Dans un souci de représentativité des institutions offrant ce type de prestations, quatre sites ou institutions sont retenus selon trois critères : répartition par canton (2 VD, 1 GE, 1 NE), taille des institutions (deux institutions accueillant plus de 200 personnes, une institution accueillant entre 97 et 200 personnes et une institution accueillant entre 49 et 96 personnes) et selon les typologies identifiées.

25Les groupes d’expression ont été choisis en fonction de l’une des quatre typologies identifiées suite à la première phase de la recherche :

  • Ainsi, le groupe de l’institution A − « Donner son avis » − correspond à un groupe de type 3, axé sur la consultation des membres pour l’amélioration du fonctionnement institutionnel ;

  • le groupe de l’institution B – « le Conseil des Villageois et Compagnons » − correspond à un groupe de type 4, axé sur la participation aux décisions, avec un système d’élection ;

  • le groupe de l’institution C – « le Conseil des Résidants » − correspond également à un groupe de type 4, avec un système de représentation ;

  • enfin, le groupe de l’institution D – « le Comité des Résidants » − correspond à un groupe de type 2, axé sur le développement de l’expression dans un lieu de vie.

26Aucun groupe de type 1 n’a été retenu, ce type de groupe ne développant pas la participation collective, mais ayant plutôt pour but de transmettre des informations.

2.2 Etapes générales de réalisation de la deuxième phase

27Pour ce faire, nous avons procédé en plusieurs étapes :

287. Choix du groupe d’expression à observer en accord avec chacune des institutions

298. Formulaire de consentement et fiche d’identification des participants à la recherche (cf. annexe 2.1 et 2.2)

309. Analyse documentaire concernant les institutions retenues

3110. Description des espaces collectifs d’expression observés

3211. Préparation des guides d’observation : rôle des facilitateurs (cf. annexe 2.3) ; dynamique de groupe (participants) – ambiance – contenu (cf. annexe 2.4) ; diagrammes de communication ; grille nominative avec mot clé et timing

3312. Préparation des guides d’entretien : psh avec extrait audio, facilitateurs, direction (cf. annexes 2.5, 2.6, 2.7 et 2.8, par institution)

3413. Observation T1

3514. Entretiens avec les psh, avec les facilitateurs, avec les membres de la direction

3615. Observation T2 : environ quatre mois après T1

3716. Retranscriptions des observations et des entretiens

3817. Codage thématique des entretiens

3918. Consultation des experts internationaux pour l’analyse (30.05.2012, cf. annexe 2.9)

4019. Débuts des analyses thématiques

4120. Approfondissements des apports théoriques

4221. Consultation des experts internationaux pour l’analyse (14.11.2012, cf. annexe 2.10)

4322. Organisation d’une rencontre interinstitutionnelle (14.12.2012)

4423. Fin des analyses thématiques

4524. Ecriture du rapport final

2.3 Description des guides d’observation

46Trois types de guides d’observation ont été créés et utilisés pour chacune des observations, T1 et T2.

47Le premier se focalisait sur le rôle de l’animateur, nommé souvent facilitateur (cf. annexe 2.3) : ce guide a été construit à partir des trois principales fonctions de l’animation définies par Lamoureux et al. (2008), à savoir encadrer la procédure, soutenir la production, et faciliter les relations entre participants. Chacune de ces techniques comprenait plusieurs items à observer ; enfin, des commentaires généraux sur la directivité, l’induction dans les débats et décisions du groupe, la présence physique ou la position corporelle, et le style d’animation ou de co-animation ont été également ajoutés.

48Le second visait à commenter la dynamique de groupe, l’ambiance et le contenu abordé (cf. annexe 2.4), selon les points suivants : l’ambiance dans le groupe, les thèmes, les objectifs, l’ordre du jour, les règles, les liens avec d’autres séances, les prises de parole, l’écoute, les aides à la communication, les désaccords et avis contraires, les régulations, négociations et digressions, les décisions et le procès-verbal.

49Le troisième consistait à réaliser des diagrammes de communication à trois moments distincts des séances (début, milieu et fin), afin de voir les types de prises de parole et les interactions.

50Enfin, l’un des chercheurs prenait en notes nominativement les prises de parole avec des mots clés et le timing, afin de transcrire au plus juste les enregistrements des séances, vu le grand nombre de personnes présentes.

2.4 Description des guides d’entretien

51Deux types de guide d’entretien ont été créés : l’un pour les entretiens des professionnels animant les groupes d’expression et les membres de la direction, et l’autre pour les entretiens avec les personnes en situation de handicap.

52Ainsi les cinq questions sont les mêmes pour les professionnels et les membres de la direction, adaptées à chacun des contextes institutionnels.

53Pour les personnes en situation de handicap, 1 à 2 extraits audio de la séance observée ont été retenus et présentés lors de l’entretien, afin qu’elles puissent réagir sur des exemples concrets et que le souvenir de ces exemples en soit facilité. De plus deux questions générales, concernant le but et le contenu du groupe d’expression, leur sont ensuite posées.

Guide d’entretien des facilitateurs et des membres de la direction

54Cinq questions ont été posées aux facilitateurs et aux membres de la direction.

55La première concerne les thèmes traités en séance : par qui sont-ils amenés ? Est-ce que la direction est impliquée dans le choix des sujets abordés ? Une censure est-elle appliquée sur certains sujets ?

56La deuxième concerne le suivi des propositions émises pendant la séance, ainsi que le rôle des facilitateurs : est-ce que des personnes en situation de handicap sont impliquées dans ce suivi ? Quel est le rôle des facilitateurs ?

57La troisième concerne le type d’espace d’expression collectif, en termes de fonctionnement, d’historique de la création du groupe, de représentativité, et de représentation :

  • la distinction entre un groupe axé sur la satisfaction des résidants et un groupe axé sur la participation (A)

  • le fonctionnement du Conseil, du Bureau, des Assemblées, le système d’élections et de votations (B)

  • le fonctionnement du Conseil, de la Plénière, des commissions, le système d’élection par maison (C)

  • l’historique du Comité et les différents types de groupe dans l’institution (D)

58La quatrième concerne l’évolution du groupe en termes de participation : quels sont les bénéfices et les inconvénients, pour les personnes en situation de handicap, pour les professionnels, et pour la direction ou l’institution ?

59La dernière concerne les difficultés rencontrées dans la mise en place et la vie de ces groupes, ainsi que les recommandations qui pourraient être faites à d’autres institutions voulant en mettre en place.

Guide d’entretien des personnes en situation de handicap

60Un ou deux extraits audio, reprenant un exemple concret de la séance observée, sont présentés lors de l’entretien. Ces passages interrogent soit le suivi des propositions et l’implication ou non des personnes en situation de handicap dans ce suivi (A et C) ; soit les procédés formels de participation (B et D) :

  • la demande de création d’une boutique, et le fait de désigner un porte-parole pour aller en parler à la direction (A) ;

  • la décision de dissoudre la commission de citoyenneté - porte-voix/l’écoute, l’impression de ne pas être entendus, la communication (B) ;

  • la participation d’une personne en situation de handicap, avec le facilitateur, pour aller présenter les propositions du Conseil à un groupe de gestion institutionnelle (C) ;

  • la votation de la sortie du 1er mai/l’explication du compost (D).

61Les deux questions générales par rapport au but et au contenu du groupe, sont formulées ainsi :

  • à quoi sert ce groupe ?

  • de quoi pouvez-vous parler dans ce groupe ?

2.5 Analyse : consultation des experts

62Afin de préparer les analyses, tous les entretiens ont été codés thématiquement. Chaque entretien a été codé par deux chercheurs, qui ont ensuite confronté leurs codages. Différents thèmes ont émergé, et deux experts internationaux ont été consultés deux fois. Il s’agit de Madame Mireille Tremblay et de Monsieur Jean-Philippe Cobbaut.

63Mme Tremblay est professeure en communication et relations humaines au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. L’évaluation de la participation citoyenne et de l’engagement citoyen, le développement des compétences civiques, la gouvernance démocratique et les modalités de mobilisation, d’animation et de consultations publiques font partie de ses champs d’intérêt.

64M. Cobbaut est directeur du Centre d’éthique médicale (CEM) de l’Université catholique de Lille. Il est juriste, philosophe, docteur en santé publique (mention éthique), chargé de cours invité à la Faculté de santé publique de l’UC Louvain. Il s’intéresse à la question de l’éthique clinique, de l’éthique organisationnelle et aux politiques de santé.

65La première consultation a eu lieu le 30 mai 2012, lors de laquelle trois questions ont été abordées (cf. annexe 2.9). La seconde consultation a eu lieu six mois après la première (14. novembre 2012) : les analyses se sont poursuivies entretemps, confortées par l’approfondissement des apports théoriques. Plusieurs documents ont été alors transmis aux experts (cf. annexe 2.10) afin d’engager une discussion sur leurs commentaires et réactions à la lecture de ces différents textes. La seconde partie de cette consultation a été consacrée à la préparation de la matinée d’échanges entre institutions, afin de préciser l’apport de chacun des deux experts à cette rencontre.

2.6 Rencontre interinstitutionnelle

66Afin de transmettre les premiers résultats de la recherche aux partenaires des quatre institutions impliquées et de partager les expériences vécues dans chacune des institutions, une rencontre interinstitutionnelle a été organisée en décembre 2012.

67Cette matinée a réuni l’ensemble des participants de trois institutions (la quatrième ayant dû décliner l’invitation), soit les personnes en situation de handicap participant au groupe d’expression observé, les professionnels animant ces espaces d’expression et des membres de la direction de l’institution A (VD), l’institution B (GE) et l’institution C (VD).

68Une séance a été en outre organisée en janvier 2013 avec les participants de la quatrième institution (D, NE).

69L’institution A, partenaire principal de cette recherche, a accueilli cette matinée en s’occupant de la logistique et en offrant un apéritif dînatoire à l’issue de la rencontre. Le programme a été le suivant :

  • présentation de la démarche de recherche ;

  • conférence de Mme Tremblay : « appropriation des droits et participation citoyenne » ;

  • travail en sous-groupes (trois groupes de résidants et facilitateurs, par institution, un groupe de directeurs) : les droits des participants aux groupes d’expression ;

  • restitution des travaux des quatre groupes ;

  • présentation des résultats intermédiaires de recherche ;

  • conférence de M. Cobbaut : « éthique et participation démocratique dans les institutions ».

70Le travail en sous-groupes était organisé autour de huit droits :

  • Droit de donner mon avis

  • Droit de parler de moi

  • Droit d’obtenir des réponses à mes demandes

  • Droit de ne pas participer à ce groupe

  • Droit de dire que je ne suis pas d’accord avec les autres

  • Droit de défendre mes idées

  • Droit de parler au nom du groupe

  • Droit de décider en groupe

71Les participants devaient retenir les trois principaux droits qu’ils peuvent exercer dans le groupe d’expression, et les classer selon la priorité sur un podium (médaille d’or, d’argent et de bronze). Enfin ils devaient retenir un droit qui n’était pas du tout exercé, et le placer sur la médaille de charbon.

72Les directeurs devaient en outre répondre à la question : « pourquoi organiser des groupes d’expression en milieu institutionnel ? »

73La restitution de ce travail, la présentation des résultats intermédiaires et les échanges entre participants, ont permis à chacune des institutions de découvrir les similitudes et les différences entre leurs groupes d’expression. De plus, certains éléments facilitant ou freinant la participation ont été transmis par les chercheurs, éléments qui sont développés dans ce livre. (cf. schéma 1 de la page suivante).

Schéma 1. Plan de la deuxième phase de recherche

Schéma 1. Plan de la deuxième phase de recherche

Notes

21  http://www.insos.ch/fr/institutionen/mitgliederverzeichnis/mitgliederverzeichnis.asp (consulté le 02.09.2010)

22  http://www.geneve.ch/handicap/repertoire/repertoire_info.asp (consulté le 02.09.2010) http://www.vd.ch/fr/themes/sante-social/handicaps/liste-dinstitutions-et-ateliers-proteges/
http://www.fr.ch/sps/fr/pub/institutionsspecialisees/personnesadultes/handicapmental.htm (consultés le 09.09.2010)

23  http://www.ne.ch/neat/site/jsp/rubrique/rubrique.jsp?StyleType=marron&Doc
Id=16281 (consulté le 13.09.2010)

24  http://www.insieme-vs.ch/lien/index.php ; http://www.asavalais.ch/html/liens.html (consultés le 13.09.2010)

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Plan de la deuxième phase de recherche
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540