Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enquêter, former, publier au cœur de la cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Stéphanie Fretz
, 
Eva Nada
, 
et al.

Première partie. La recherche dans la cité

Posture du ou de la chercheur•e dans la relation d’entretien avec des jeunes ayant des parcours migratoires difficiles

Théogène-Octave Gakuba

Texte intégral

Introduction

1Mener des recherches sur des jeunes ayant des parcours migratoires difficiles peut mettre les chercheur•e•s dans une posture délicate, surtout s’ils sont perçus par les personnes enquêtées comme faisant partie de leur communauté, c’est-à-dire s’ils partagent certaines caractéristiques communes, notamment le lieu d’origine, la langue, la religion, des éléments d’histoire de vie. Pour certain•e•s jeunes migrant•e•s, l’arrivée dans le pays d’accueil peut être vécue comme une situation traumatisante quand ils se retrouvent, par exemple, sans famille ou confronté•e•s aux difficultés d’intégration (problème de statut de séjour, non-maîtrise de la langue, difficultés scolaires, discrimination). Parfois, ces jeunes ont subi des situations de guerre et de violence dans leur pays d’origine avant le départ en exil. Leurs histoires de vie sont des sujets sensibles qui relèvent de la vie privée et qui influencent le déroulement de l’entretien et les postures des enquêtrices ou enquêteurs.

  • 1 Une recherche menée par Théogène-Octave Gakuba, Ibrahima Guissé et Gislène Zürcher, en collaboratio (...)

2Pour aborder ma posture de chercheur, je me réfère, dans cet article, à deux recherches1 que j’ai menées avec des jeunes réfugié•e•s et migrant•e•s. Les entretiens semi-directifs conduits portaient sur des thèmes en rapport avec leur histoire personnelle parfois émouvante, leur vécu psychologique et leurs parcours migratoires difficiles. Dans le cas de la recherche portant sur les jeunes Rwandais•e•s réfugié•e•s en France et en Suisse, j’ai, par exemple, eu affaire à des jeunes qui avaient vécu des événements traumatiques durant la guerre, le génocide et l’exil. Dans la mesure où l’entretien de recherche est considéré comme une interaction entre deux partenaires ou plus (Olivier de Sardan, 1995), sa dimension relationnelle concerne non seulement les échanges établis entre les personnes impliquées dans l’entretien, mais aussi les sentiments éprouvés à l’égard d’autrui dans cette interaction. Dans le cas de cette recherche doctorale, j’ai enquêté sur des compatriotes rwandais. Même si la raison de mon arrivée en Suisse est due aux études et a eu lieu avant le génocide des Tutsi en avril 1994 et les massacres des Hutus au Rwanda, mon engagement personnel dans cette recherche est évident, du fait que, en choisissant de travailler sur la résilience des jeunes Rwandais•e•s réfugié•e•s, je voulais comprendre les conséquences psychologiques des événements vécus par mes compatriotes et les ressources mobilisées pour les surmonter, dans le but d’apporter ma contribution à leur prise en charge psychosociale.

3Les entretiens de recherche avec les jeunes migrant•e•s qui ont connu des histoires de vie difficiles ont soulevé un certain nombre de questions, que je souhaite discuter à partir des cas qui seront présentés dans cet article : comment gagner la confiance des jeunes qui ont vécu des événements traumatiques afin d’obtenir leur participation active dans un entretien de recherche ? Comment réagir aux histoires émouvantes ou à la souffrance des jeunes au cours des entretiens ? Quelle posture adopter face aux jeunes migrant•e•s qui expriment des demandes à propos de leurs projets personnels ? Quels sont les avantages ou les inconvénients d’être une chercheure ou un chercheur perçu par les enquêté•e•s comme faisant partie de leur communauté ?

4L’article se divise en quatre parties : la première présentera de manière succincte les recherches et la deuxième discutera des questions évoquées ci-dessus en mettant l’accent sur la relation que j’ai entretenue avec les jeunes migrant•e•s et réfugié•e•s dans les entretiens. Ma posture dans des situations problématiques d’entretien sera ensuite abordée. Enfin, je montrerai la pertinence de la restitution des résultats de mes recherches.

Présentation des recherches

Recherche sur le processus d’intégration des jeunes issus de l’immigration africaine subsaharienne en Suisse romande (Genève, Vaud)

5En Suisse, l’immigration africaine est récente, contrairement aux immigrations européennes traditionnelles, caractérisées par l’arrivée de travailleuses et travailleurs issus des régions frontalières d’Allemagne, de France, d’Autriche, d’Italie, avant et après la Seconde Guerre mondiale (Piguet, 2004). La présence africaine en Suisse devient conséquente entre les années 1970 et 1990, avec l’arrivée de demandeuses et demandeurs d’asile angolais, érythréens, éthiopiens, zaïrois (ressortissant•e•s de l’actuelle République démocratique du Congo) et somaliens. C’est la période où les ressortissant•e•s de certains pays africains fuyaient les guerres civiles (Angola et Somalie), les régimes dictatoriaux (ex-Zaïre) et la famine (Ethiopie et Erythrée).

  • 2 Site de l’OFS consulté le 23.04.2018, https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/population/ (...)

6Les données de l’Office fédéral de la statistique2 montrent que presque toutes les nationalités africaines sont représentées en Suisse, y compris celles des pays anglophones et lusophones. Actuellement, les demandeuses et demandeurs d’asile érythréens représentent un grand nombre des Africain•e•s qui viennent en Suisse. La majorité des ressortissant•e•s d’Afrique subsaharienne réside principalement dans les cantons de Genève, Berne, Vaud et Zurich.

7Comparativement à d’autres communautés étrangères, les migrant•e•s d’Afrique subsaharienne présentent des caractéristiques particulières, notamment le vécu traumatique de certaines personnes ayant quitté leur pays d’origine au moment d’une guerre civile et se retrouvant dans une situation de précarité sociale (Eyer & Schweizer, 2010). Les migrant•e•s originaires d’Afrique subsaharienne vivant en Suisse connaissent également un accès difficile à l’emploi (Bagalwa & Bolzman, 2014). La situation précaire de la plupart des familles africaines immigrées ainsi que les difficultés d’ordre socio-culturel (langue, changement de statut social, adaptation à certaines valeurs en Suisse) sont des facteurs pouvant générer des conflits au sein des couples. Cette situation entraîne parfois des divorces ayant des répercussions sur le bien-être psychologique des enfants et sur leurs projets d’avenir. Par exemple, dans les familles érythréennes et somaliennes en Suisse, l’augmentation des divorces est notamment due à la redéfinition des rôles des hommes et des femmes (Eyer & Schweizer, 2010).

8Dans cette étude, la question générale était de savoir comment se fait le processus d’intégration des jeunes issus de l’immigration africaine subsaharienne en Suisse. Je suis parti de l’hypothèse suivante : il existe un lien entre les situations pré-migratoires, migratoires et post-migratoires complexes des familles immigrantes d’Afrique subsaharienne et les difficultés d’intégration (chômage, difficultés d’accès aux formations professionnelles et supérieures, insuffisance de réseaux sociaux, non-participation à la vie politique et sociale) que rencontrent un certain nombre de jeunes.

9La recherche, originale puisqu’il y avait peu d’études sur les jeunes migrant•e•s africain•e•s en Suisse, avait les objectifs suivants :

  • Fournir un ensemble d’informations utiles à une meilleure compréhension du processus d’intégration en Suisse des jeunes migrant•e•s d’Afrique subsaharienne (18 à 25 ans), à travers l’expérience de deux groupes cibles :

    • celui de la « deuxième génération » (les personnes nées en Suisse)

    • celui des personnes nées à l’étranger (pays d’origine ou autre pays) et arrivées en Suisse après la scolarité obligatoire

  • Donner aux professionnel•le•s du social et de la santé et aux responsables politiques des outils qui leur permettraient de comprendre les problèmes liés à l’intégration socioprofessionnelle de ces jeunes, mais aussi mettre en évidence les ressources dont ces jeunes disposent.

  • Identifier des pistes d’intervention psychosociale auprès des jeunes migrant•e•s ayant vécu des situations de guerre et de violence dans leur pays d’origine.

Recherche sur la résilience des jeunes Rwandais•e•s réfugié•e•s en France et en Suisse

10Cette recherche avait pour objectif d’étudier le concept de résilience (Cyrulnik, 1998), qui était d’actualité au début des années 2000, en l’appliquant à la situation concrète de jeunes Rwandais•e•s réfugié•e•s en France et en Suisse, ayant fui la guerre et le génocide. Il s’agissait d’analyser les conséquences psychologiques de la guerre et de l’exil chez ces jeunes, mais aussi leur capacité de les surmonter. L’utilisation de manière complémentaire de trois méthodes (les entretiens individuels semi-directifs, le questionnaire semi-structuré pour le stress post-traumatique du DSM-IV, l’échelle de l’estime de soi de Rosenberg, 1986) m’a permis d’atteindre cet objectif. En me concentrant sur le concept de résilience, j’ai suivi des jeunes durant quatre ans en discutant régulièrement avec eux de leur situation. Cette démarche longitudinale a été choisie dans la logique d’envisager la résilience comme « une caractéristique non stable pour la personne mais plutôt une capacité qui se construit dans un processus continu, durant toute une vie » (Vanistandael & Lecomte, 2000 : 185).

11L’analyse du contenu des entretiens semi-directifs avec les jeunes et du questionnaire semi-structuré pour le stress post-traumatique a révélé leur souffrance psychologique liée à la guerre (menace d’être tué•e, voir une personne être tuée ou blessée) et à la situation d’exil (quitter le pays d’origine, attente du statut de réfugié•e, problème d’adaptation au nouvel environnement culturel, peur d’être expulsé•e). Les plus vulnérables sont des orphelin•e•s qui n’ont pas pu ritualiser leur deuil et les jeunes séparé•e•s de leurs parents en raison d’un placement dû aux actes délinquants qu’ils ont commis. La souffrance psychologique se manifeste aussi chez les jeunes par un sentiment de métamorphose identitaire (Gakuba, 2004), c’est-à-dire le fait d’avoir changé sur le plan cognitif, affectif et social à cause des événements vécus pendant la guerre. Un certain nombre de jeunes Rwandais•e•s sont cependant parvenus à surmonter leur souffrance psychologique grâce aux ressources personnelles et sociales dont ils disposaient. Les principales ressources qui ont joué un rôle déterminant dans leur processus de résilience sont notamment les valeurs culturelles de la société d’origine (notion de responsabilité, intelligence sociale, volonté de maîtrise de soi, références religieuses), l’école, le groupe d’ami•e•s fidèles sur le long terme, la présence d’une personne de confiance et de l’entourage familial, qui peuvent faire modèle d’identification, et le sentiment d’appartenance à sa communauté d’origine.

Aspects méthodologiques et éthiques des recherches

12Comme on l’a vu plus haut, la démarche de recherche adoptée dans ces deux études s’inscrit dans un paradigme compréhensif et explicatif utilisant des méthodes qualitatives. La démarche par triangulation, consistant à combiner plusieurs méthodes de collecte de données (Cohen & Manion, 1980, cités par Pourtois & Desmet, 1988), a permis de multiplier les sources d’information et de procéder à leurs recoupements.

Terrain d’enquête et population

13Le terrain de l’étude sur le processus d’intégration des jeunes issus de l’immigration d’Afrique subsaharienne était les cantons de Genève et Vaud. Ces cantons comptent un grand nombre de migrant•e•s d’Afrique subsaharienne, ce qui a permis de mobiliser facilement les jeunes pour l’enquête. L’échantillon était composé de vingt-six jeunes (neuf filles et dix-sept garçons), âgé•e•s de 18 à 25 ans. Les jeunes qui ont accepté de participer à l’enquête ont des parents venant de divers pays d’Afrique subsaharienne (Angola, Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Erythrée, Ethiopie, Cameroun, Cap-Vert, Congo, Maurice, Nigeria, Rwanda, Somalie, République démocratique du Congo) et sont issus de familles présentant des situations différentes. Sept jeunes ont des parents qui vivent ensemble, alors que seize ont des parents divorcés. Deux jeunes ont perdu leurs deux parents, un jeune a des parents restés en Afrique. Au moment de l’entretien, vingt-quatre jeunes étaient en formation tandis que les deux autres avaient terminé leurs études et étaient à la recherche d’un emploi.

14L’échantillon de recherche comprenait également des professionnel•le•s du social et de la santé ainsi que des responsables d’associations impliqué•e•s dans l’insertion socioprofessionnelle des jeunes dans les cantons de Genève et Vaud.

15S’agissant de l’étude sur la résilience des jeunes Rwandais•e•s, elle a été menée dans les villes de Bordeaux, Lyon, Orléans, Paris et Tours en France, et dans les cantons de Berne, Genève, Lausanne, Fribourg et Neuchâtel en Suisse. Ces villes ont été chosies du fait qu’il s’y trouvait une grande communauté rwandaise. L’échantillon de l’étude était composé de trente jeunes Rwandais•e•s (seize jeunes en France et quatorze en Suisse, dont quatorze garçons et seize filles) arrivé•e•s en France et en Suisse entre 1994 et 2001. Quinze jeunes étaient demandeurs et demandeuses d’asile (onze en Suisse et quatre en France), onze avaient un statut de réfugié•e (en France), une personne avait une carte de séjour pour étudiant• e en France, deux jeunes avaient un permis B humanitaire en Suisse, un jeune avait un permis de séjour B en Suisse. Concernant leur situation familiale, dix jeunes étaient orphelin•e•s, dont sept orphelin•e•s de père et de mère, alors que douze jeunes ne vivaient pas avec leurs parents, soit parce qu’ils étaient réfugiés dans d’autres pays africains ou européens, soit parce qu’ils sont restés au Rwanda. La majorité des vingt-six personnes interviewées étaient en formation et quatre avaient un travail sans qualification.

16Pour les deux échantillons, l’insertion professionnelle des parents dans le pays d’accueil était difficile. Bien que les parents aient effectué des études secondaires ou universitaires dans leur pays d’origine, la majorité occupaient des emplois non qualifiés, d’autres bénéficiaient de l’aide sociale.

Entretiens individuels semi-directifs

17Les thèmes abordés dans les entretiens individuels semi-directifs avec les jeunes ont porté sur :

  • La formation, l’insertion professionnelle, les conditions de vie et la participation sociale ;

  • L’identité culturelle (transmission des valeurs culturelles de la société d’origine, perception de la société suisse ou française par rapport à la société d’origine) ;

  • Les représentations des jeunes par rapport à l’avenir ;

  • Les problèmes psychologiques présentés par les jeunes en exil ;

  • Les ressources personnelles et sociales contribuant à la résilience.

Questionnaire semi-structuré pour le stress post-traumatique du DSM-IV

18Le questionnaire semi-structuré pour le stress post-traumatique (SI-PTSD) du DSM-IV permet de donner des éléments de réponse à l’une des questions de recherche sur les symptômes du stress post-traumatique et les problèmes psychologiques présentés par les jeunes. Cette interview comprend des questions qui s’articulent autour de cinq critères d’évaluation (cf. American Psychiatric Association, DSM-IV, 1996 : 503-504) :

  • Vécu du traumatisme ;

  • Revivre l’événement traumatique ;

  • Evitement persistant des stimuli associés au traumatisme (efforts pour éviter les pensées, les activités, incapacité de se rappeler d’un aspect important du traumatisme, réduction nette de l’intérêt pour des activités importantes, sentiment de détachement d’autrui, restriction des affects, sentiment d’avenir bouché) ;

  • Présence de symptômes persistants traduisant une activation neuro-vegétative (difficultés d’endormissement ou sommeil interrompu, irritabilité ou accès de colère, difficulté de concentration, hypervigilance, réaction de sursaut exagérée) ;

  • Sentiment de culpabilité des personnes survivantes.

19A chaque critère, il importe de spécifier si la durée des symptômes est de moins de trois mois (forme aiguë) ou si la durée des symptômes est de trois mois ou plus (chronique).

20J’ai retenu les symptômes qui ont duré trois mois ou plus. L’interview structurée pour le stress post-traumatique a permis de compléter les informations données dans les entretiens semi-directifs sur les problèmes psychologiques. La durée de l’interview structurée pour le stress post-traumatique a été en moyenne d’une heure et demie.

  • 3 Voir https://www.hesge.ch/hets/sites/…/travail_social/codeethiquets-tb-etat_avril2013.pdf

21Dans les deux recherches, je me suis respectivement référé au code d’éthique de la Haute école de travail social de Genève (HETS, 2009).3 Avant de commencer l’entretien avec les jeunes et les professionnel•le•s, je les ai d’abord informé•e•s des buts de la recherche, des méthodes de recueil des données, des conditions de l’entretien (enregistrement, droit de réserve si on ne souhaite pas répondre à une question, confidentialité du contenu d’entretien, anonymisation des personnes interviewées). Ensuite, j’ai sollicité leur consentement pour participer à la recherche. Leur accord a été donné de manière orale, dans la mesure où je n’ai pas jugé indispensable de leur faire signer un document écrit pour ne pas casser la confiance établie au moment du recrutement. Presque toutes les personnes sollicitées ont donné leur accord oral de participation. Elles ont également accepté d’être enregistrées, à l’exception de trois personnes. J’ai respecté leur choix. Ces enjeux éthiques m’ont amené à m’interroger sur ma façon de gagner la confiance des jeunes ayant vécu des parcours migratoires difficiles.

La confiance des jeunes avec des parcours migratoires difficiles s’établit lors du recrutement

22Gagner la confiance des jeunes qui devaient participer à mes études était une condition primordiale au déroulement des enquêtes, et plus particulièrement à la réussite des entretiens (Poupart, Deslauriers, Groulx, Laperrière, Mayer & Pires, 1997). La plupart des jeunes Rwandais•e•s avaient en effet vécu des événements traumatiques dans leur pays d’origine et durant leurs parcours migratoires. Ces événements avaient créé chez eux un sentiment de peur, de méfiance et de manque d’estime de soi. D’autres jeunes, qui étaient passés par le processus de l’asile, avaient, par exemple, été marqués par les auditions sur les motifs de l’asile menées par les fonctionnaires du Secrétariat d’Etat aux Migrations (SEM). C’est le cas de ce jeune, qui a mal vécu sa première audition :

  • 4 Les prénoms utilisés dans les citations sont fictifs pour préserver l’anonymat des jeunes.

« La première interview que j’ai faite ici en Suisse m’a énervé même plus que tout ce que j’avais vu au Rwanda, celui qui m’a interrogé m’a dit que j’étais comme les autres Africains qui viennent en Suisse pour chercher de l’argent, il m’a dit que je mentais pour demander l’asile. C’est là où j’ai senti le point culminant du traumatisme » (Isidore, interviewé en 2000).4

23Gagner la confiance des jeunes a ainsi commencé par leur recrutement en les convaincant de participer à la recherche. Le recrutement des jeunes réfugié•e•s rwandais•e•s a exigé de faire connaissance avec eux ainsi qu’avec des parents et des membres de la communauté rwandaise exilés en France et en Suisse.

24Dans les deux échantillons, pour recruter les jeunes, j’ai utilisé la technique de l’échantillonnage « boule de neige », c’est-à-dire que je suis passé par les jeunes que je connaissais et qui m’ont aidé à atteindre d’autres jeunes. Cette technique a bien fonctionné, dans la mesure où les personnes qui étaient recrutées par leurs ami•e•s étaient rassurées et se sentaient en confiance pour participer à la recherche. Je me suis également entretenu avec certains parents, qui ont essayé de convaincre leurs enfants. L’échantillon constitué à partir de la technique « boule de neige » était hétérogène, du point de vue de l’histoire personnelle de chaque jeune et du point de vue de la situation familiale et du niveau socio-économique des parents.

25Dans l’étude sur le processus d’intégration des jeunes issus de l’immigration africaine subsaharienne en Suisse romande, je me suis informé sur les lieux où je pouvais recruter ces jeunes et sur leurs conditions de vie, notamment de celles et ceux ayant passé par le processus de l’asile. J’ai ainsi pris du temps pour créer des contacts avec des intermédiaires, notamment les associations de migrant•e•s africain•e•s et les structures d’accompagnement juvénile, qui m’ont permis d’établir les contacts recherchés. Mon réseau social au sein de la communauté africaine installée dans les cantons de Genève et de Vaud m’a aussi été très utile.

26Le recrutement des jeunes a, par ailleurs, été rendu possible grâce à la collaboration avec les responsables d’institutions sociales et d’associations qui travaillent dans le domaine de la migration dans les cantons de Genève et Vaud. Le statut de chercheur de la Haute école de travail social a facilité mes contacts avec les responsables de ces structures et associations qui, pour la plupart, sont des partenaires privilégiés de la HETS. Les responsables contacté•e•s ont montré leur intérêt pour mon étude, d’autant plus qu’ils comprenaient l’utilité des résultats dans l’accompagnement psychosocial de ce public. Pour recruter les jeunes, les responsables leur expliquaient d’abord l’objet de mon étude, avant de leur demander leur accord pour que je les contacte en vue d’un entretien de recherche. Je téléphonais alors à celles ou ceux qui avaient laissé leur numéro pour les informer des buts de la recherche et de mes attentes, avant de solliciter un rendez-vous dans le cas d’une réponse favorable.

27Les personnes les plus enthousisates à participer à la recherche me considéraient comme faisant partie de leur communauté, du fait de mon origine africaine, de mon histoire migratoire et de ma connaissance des langues africaines parlées par certain•e•s jeunes (kinyarwanda, kirundi, swahili). Ce sentiment d’appartenance à la même communauté a ainsi créé un climat de confiance avec les jeunes. La familiarité entretenue avec ces personnes m’a donné l’impression d’être considéré comme un alter ego, un semblable et un aîné (Haas & Masson, 2006), qui pouvait leur donner des conseils en fonction de ses expériences en Suisse. D’un autre côté, en tant que chercheur universitaire, j’étais dans une relation asymétrique avec ces jeunes qui, pour certain•e•s, étaient encore en formation ou en recherche d’emploi, mais je leur ai témoigné mon respect. J’ai essayé d’établir une relation plutôt symétrique avec les jeunes, en leur expliquant qu’ils avaient des choses à m’apprendre et ne devaient pas avoir peur de s’exprimer librement. Sanchez-Mazas, Maggi et Roca I Escoda estiment à ce sujet « qu’un entretien qui s’inspire d’une approche ethnographique visant la proximité et l’établissement d’un cadre empathique accordant une égale validité à la perspective du chercheur et à celle de l’acteur dans une relation symétrique devrait favoriser l’émergence de la voix d’acteurs affaiblis » (2010 : 148).

28Le fait d’être considéré comme un alter ego et un aîné m’a cependant mis dans une posture embarrassante quand certain•e•s jeunes ont imaginé que je pouvais les aider à résoudre leurs problèmes de la vie quotidienne, notamment concernant l’obtention d’un emploi ou d’un stage d’apprentissage. Chaque fois que j’étais sollicité, j’expliquais aux jeunes mes limites par rapport à leurs attentes, mais j’essayais de les orienter en leur fournissant des informations sur des structures existantes à Genève et les personnes qui pourraient les accompagner.

La posture de la ou du chercheur•e face à la souffrance des jeunes dans les entretiens

29Comme je l’ai déjà souligné, j’ai abordé, dans mes deux recherches, des sujets sensibles puisque les jeunes interviewés étaient invités à s’exprimer sur leurs parcours migratoires difficiles, notamment sur les événements vécus pendant la guerre et le génocide au Rwanda. L’intimité des jeunes était explorée à double titre (entretien semi-directif et questionnaire de type médical sur le stress post-traumatique) d’autant plus que la posture de chercheur• e implique de garder une certaine distance, afin de permettre à la personne d’exprimer ses réponses de la façon la plus « indépendante » possible. Je devais ainsi m’adapter aux caractéristiques propres de mes interlocuteurs et interlocutrices durant les entretiens (Boutin, 1997).

30Au cours des entretiens, je me trouvais, dans la plupart des cas, devant des personnes démunies, présentant des problèmes affectifs et émotionnels, qui me parlaient de leur souffrance psychologique ou de leur sentiment d’injustice et de révolte contre leur situation migratoire. Les portraits et extraits d’entretien qui suivent montrent la posture que j’ai adoptée face à la souffrance psychologique de trois jeunes.

Fatou : le rituel de deuil non accompli

31Fatou a fui le Rwanda à l’âge de sept ans, en 1994. Elle est arrivée dans un pays européen en 1998 avec sa mère adoptive et ses autres sœurs pour demander l’asile, qui leur a été accordé deux ans plus tard. Fatou avait 14 ans lors de l’entretien. Dans son enfance, elle a connu des difficultés liées à la pauvreté, à la maladie incurable de sa mère qui, finalement, n’a pas survécu alors que Fatou était encore au Rwanda. Le jour de l’enterrement de sa mère, Fatou n’a pas assisté aux funérailles à cause des problèmes de déplacement dus à la guerre dans son pays. Pendant le génocide, Fatou a failli être tuée et a dû se cacher dans le plafond de la maison pendant plusieurs jours. Quelques mois après son arrivée en France, les événements traumatiques vécus pendant la guerre, les traumatismes liés au rituel de deuil non accompli ont commencé à resurgir avec intensité chez Fatou, qui évoque sa souffrance psychologique dans les entretiens en ces termes :

« C’est maintenant que tous les événements que j’ai vécus dans la guerre et même avant viennent me traumatiser, c’est pourquoi je vais voir le psychologue. Tout me vient dans ma tête, tout ce que j’ai vécu que j’ai fait semblant de ne pas voir, c’est maintenant que tout ça se réveille, c’est-à-dire que maintenant je paie le prix. Le psychologue m’a dit que je suis traumatisée. »

32La reviviscence des événements traumatiques chez Fatou est associée à d’autres problèmes psychologiques et symptômes de stress post-traumatique. Elle a plusieurs symptômes : blocage de pensées, solitude, silence, mensonges, sentiment de culpabilité, idées suicidaires.

« Je n’arrive pas à parler de mes problèmes sauf quand je fais semblant. C’est un masque que les gens voient, ce n’est pas moi qu’ils voient. En fait, quand je rigole, c’est pour leur faire plaisir, mais dans ma tête ça bouillonne. Une fois, j’étais en classe, je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai tremblé et les autres me demandaient si j’étais malade… »

33La répression de la souffrance et des sentiments chez Fatou s’accompagne de gestes d’automutilation et d’évacuation de l’agressivité :

« Je me coupe avec des ciseaux et ça, je le fais souvent, j’ai des cicatrices parce que quand je souffre, ça diminue la douleur. Avant de dormir, je fais la boxe contre les murs. » Elle est par ailleurs menacée dans sa santé par le fait qu’elle fume.

34Le récit de la souffrance de Fatou ne me laissait pas insensible et je ne me sentais pas à l’aise, du fait que mon statut de chercheur ne me permettait pas d’apporter une aide psychologique à la jeune fille pour alléger sa souffrance. Je ne pouvais que faire preuve d’écoute et d’empathie en essayant de comprendre son histoire et en lui racontant mon vécu d’orphelin de père durant mon adolescence pour essayer de me mettre à sa place. J’estimais que cette posture me rendait plus empathique dans le sens de Rogers (1980, cité par Decety, 2004 : 59), qui indique que « être empathique, c’est percevoir le cadre de référence interne d’autrui aussi précisément que possible et avec les composants émotionnels et les significations qui lui appartiennent comme si l’on était cette personne, mais sans jamais perdre de vue la condition du « comme si ».

35Cette posture de compréhension et d’intervention dans l’entretien en parlant de mon histoire personnelle a permis à Fatou de se sentir comprise à propos de sa souffrance et d’avoir les ressources pour continuer à parler de son vécu. Donner son avis dans l’entretien est en effet considéré par Legavre comme un moyen d’aider l’enquêté•e à « sortir de lui-même »… et à faire qu’il en dise plus que ce qu’il aurait probablement dit dans une autre situation d’entretien « classique » (1996 : 221).

Jean : la perte de la mère durant son enfance

36Jean a perdu sa mère pendant le génocide au Rwanda dans des circonstances dramatiques, quand il avait 8 ans. Avec son père, ils sont arrivés en Suisse pour demander l’asile. Au moment de l’entretien, Jean avait 16 ans. Durant l’entretien semi-structuré pour le stress post-traumatique, j’ai abordé les événements traumatiques et posé la question de la perte de sa mère. Jean ne s’est pas exprimé sur ce sujet et j’ai appris ensuite que son père avait décidé de ne pas lui en parler avant qu’il ne soit majeur. J’avais donc abordé un sujet tabou, ce qui a posé des problèmes à l’interviewé qui ne souhaitait pas répondre à d’autres questions. Après l’entretien, Jean s’est enfermé dans sa chambre à la maison, a pleuré toute la soirée, n’a voulu parler à personne ni manger. Son père, qui ne comprenait pas le comportement de son fils, m’a appelé chez moi très tard le soir pour me demander ce que j’avais fait à son enfant. Je lui ai expliqué comment l’entretien s’était déroulé et les thèmes abordés.

37En discutant avec le père, j’ai compris que le fait d’avoir parlé de la mort de la mère avait affecté l’adolescent. Celui-ci a pu surmonter cette crise grâce à l’écoute de son père. Je me suis senti mal à l’aise, avec un sentiment de culpabilité d’avoir provoqué une situation douloureuse chez l’adolescent dont le père m’avait fait confiance en m’autorisant à interviewer son fils. Je me suis excusé auprès du parent et du jeune mais, avec le recul, j’estime que je n’aurais pas dû faire l’entretien avec cet adolescent, qui n’était pas encore prêt à parler de sa souffrance psychologique. Je n’avais pas suffisamment discuté avec le père pour analyser les risques de l’entretien. Dans l’entretien, il convient en effet de tenir compte « des caractéristiques sociales des catégories de populations interrogées (les sujets de l’enquête) mais aussi des rapports qu’elles entretiennent avec les questions et thèmes abordés (les objets de l’enquête) » (Demazière, 2012 : 36)

38D’autres jeunes ont aussi montré leurs émotions, leur souffrance et leur angoisse quand ils ont évoqué leurs parcours migratoires, leur situation difficile en exil, leur désespoir face à l’avenir incertain. En tant qu’être humain, il m’était impossible de rester insensible à la détresse de ces jeunes, même si je devais garder une certaine distance en tant que chercheur. J’ai expliqué à ces jeunes que mon objectif n’était pas de les prendre psychologiquement en charge, mais je leur donnais quelques conseils pour faire face à leurs problèmes. Je leur montrais l’importance qu’il y aurait à consulter des psychologues, à discuter avec leurs ami•e•s proches ou les membres de leur famille ou de leur communauté d’origine. Il convient également de souligner que d’autres jeunes ont manifesté leur satisfaction d’être interviewés, dans la mesure où ils n’avaient jamais exprimé leurs traumatismes auprès de psychologues. Ces jeunes avaient besoin d’être écoutés dans un entretien considéré, dans le sens de Sanchez-Mazas et Roca i Escoda (2007), comme une figure de réconfort ou comme une mise à disposition attentive de soi qui offre l’ouverture d’un capital de reconnaissance.

Pierre : le sentiment de ne pas être reconnu comme suisse

39Pierre, jeune Suisse d’origine africaine, avait 21 ans au moment de l’entretien. Il est né en Suisse de parents africains et possède la double nationalité (suisse et celle du pays d’origine de ses parents). En s’exprimant, sur le thème de l’identité, Pierre a mis en évidence le sentiment de ne pas être reconnu comme suisse en ces termes :

« C’est clair que je suis fier de mon pays d’origine, même plus fier, car en Suisse, j’y suis né, je me suis habitué et c’est pourquoi je m’y plais au minimum. Mais je ne pourrais jamais brandir le drapeau suisse, fier d’en être patriote, je pense que c’est impossible pour moi. La Suisse, partout où je vais, quand je dis que je suis suisse, les gens rigolent, même mes amis, même si ce n’est pas méchant, ça les fait rire. Ça veut tout dire, c’est la situation. Ici, il y a une mentalité car il est encore inconcevable qu’un Suisse ne soit pas de couleur blanche. Déjà, un Italien ou un Espagnol naturalisé suisse, ça va encore et les Suisses ne vont pas tout de suite trop se poser la question. Mais pour moi, non ! ‹ D’origine, ah d’accord, tu es né ici et puis tes parents sont venus à la nage ?› Ils vont tout de suite se poser la question. Tous ces facteurs font en sorte que je ne puisse pas me sentir chez moi, tout simplement. »

40Dans ce témoignage, le jeune parle de la discrimination des personnes naturalisées suisses qui ne sont pas blanches. Une situation qui témoigne de la racialisation dont il est l’objet et provoque sa colère ainsi que son manque de patriotisme envers la Suisse. Parmi les jeunes interviewés, trois ont évoqué le fait de ne pas être reconnu comme suisses. Mon statut de chercheur d’origine africaine a sans doute influencé leurs propos. Certain•e•s jeunes ont en effet profité de l’entretien pour parler de leurs déceptions et frustrations, ce qui apparaissait comme tout à fait légitime. De surcroît, une occasion leur a été donnée durant les séances de restitution des résultats ; ils ont pu parler de leur vécu en présence d’autres jeunes qui n’avaient pas participé à l’enquête et de professionnel•le•s du social et de la santé investi•e•s dans la migration.

Restituer les résultats de la recherche pour partager la souffrance des jeunes migrant•e•s

41Après la fin des recherches précitées, j’ai gardé des liens avec certain•e•s jeunes qui m’avaient pris comme une personne ressource ; c’est-à-dire que je pouvais les aider dans leurs difficultés de la vie quotidienne. Je leur ai aussi envoyé un exemplaire de mon étude. Nous avons continué à échanger sur leurs conditions de vie et sur leurs projets. J’ai également souhaité partager la souffrance des jeunes interviewés avec différents acteurs et actrices de la société (parents, associations de migrant•e•s, professionnel•le•s du social et de la santé, services publics concernés par les migrations) par un travail de restitution des résultats de recherche. Cette restitution était très importante parce qu’elle offrait aux enquêté•e•s « un espace-temps d’appropriation critique leur permettant non seulement de prendre connaissance de la production scientifique mais de faire entendre leurs voix » (Bergier, 2001 : 191). Ma démarche s’inscrivait également dans une approche citoyenne de restitution (Olivier de Sardan, 2004), qui offre de débattre publiquement sur une problématique sociale.

42La restitution des résultats de ma recherche sur les jeunes Rwandais•e•s a été menée en France et en Suisse. J’ai notamment présenté les résultats de la recherche aux membres de la communauté rwandaise en Suisse en mai 2003 (une année avant de terminer ma thèse) dans le cadre des activités socioculturelles d’une association rwandaise. La majorité des jeunes interviewés en Suisse ont assisté à cette conférence et ont pu donner leurs opinions sur les résultats de la recherche. Pour ces jeunes, la conférence a été une occasion de partager leurs problèmes et leurs ressources avec le public et les autres jeunes qui n’avaient pas participé à l’étude. Cette conférence a incité les jeunes Rwandais•e•s de Suisse à organiser, le 21 février 2004 – au moment où je terminais ma thèse –, une conférence-débat intitulé Les jeunes Rwandais en Suisse : perspectives d’avenir. Elle a mobilisé une trentaine de jeunes Rwandais•e•s, y compris ceux venus de Belgique, pour parler de problèmes liés à la culture, à la famille et à l’intégration. Les éléments discutés et les propositions faites par les jeunes ont confirmé les résultats de ma recherche, portant notamment sur la souffrance psychologique des jeunes Rwandais•e•s ayant vécu des événements traumatiques, le rôle de la communauté d’origine en exil dans le processus de résilience et l’importance de l’école pour s’intégrer dans la société d’accueil. D’autres conférences, auxquelles des professionnel•le•s ont participé, ont été organisées en France et ont permis de mieux comprendre les besoins des jeunes Rwandais•e•s réfugié•e•s pour leur prise en charge psychosociale. Les résultats de mon étude ont également fait l’objet de certaines publications (Gakuba, 2004 ; 2005 ; 2013) dans lesquelles j’ai intégré certains éléments issus des discussions lors de la restitution des résultats.

43Concernant l’étude sur le processus d’intégration des jeunes issus de l’immigration africaine subsaharienne, la restitution des résultats a été faite à travers des présentations dans le cadre de conférences scientifiques ou événements organisés par des associations genevoises impliquées dans l’accompagnement des jeunes migrant•e•s. J’ai à chaque fois pris le soin d’inviter les jeunes ou les responsables d’associations et structures impliquées dans la recherche. J’ai, par exemple, présenté les résultats de la recherche lors du 13e Congrès de la revue transculturelle L’autre sur les filiations, affiliations et adoptions, qui a eu lieu les 2 et 3 décembre 2011, aux Hôpitaux universitaires de Genève. Ma communication, intitulée « Identités, appartenances culturelles et nationales », a porté sur les jeunes Suisses d’origine africaine en montrant les différentes appartenances nationales évoquées par les jeunes :

  • les jeunes qui acceptent leur double ou multiple appartenance culturelle et nationale ;

  • les jeunes qui se définissent comme étrangers en Suisse et étrangers dans le pays d’origine ;

  • les jeunes Suisses d’origine africaine, mais qui se définissent comme étrangers en Suisse.

44Les professionnel•le•s accompagnant les jeunes migrant•e•s qui étaient venus assister à ma présentation ont estimé que cette typologie pouvait faire l’objet d’une réflexion sur comment accompagner les jeunes dans leurs projets d’avenir en faisant le lien avec les représentations de leur identité.

45D’autres présentations ont été données dans le cadre d’événements organisés par des associations africaines et de migrant•e•s à Genève. Je peux citer l’atelier organisé à Zurich en 2012 par le réseau des jeunes Africains de la diaspora en Suisse. Les jeunes participant à l’atelier m’ont confié que les résultats de ma recherche leur avaient permis de mieux se connaître, d’être sensibles aux difficultés d’intégration rencontrées par les jeunes. Enfin, la restitution des résultats de la recherche a été faite lors d’un caucus africain organisé par des associations africaines à Genève, en octobre 2016, et lors du Forum des étrangers, organisé par des associations de migrant•e•s à Genève en mars 2017. Des professionnel•le•s, des membres de la communauté africaine et des jeunes ayant participé à ces événements ont échangé sur des recommandations proposées, au sujet de l’accompagnement des jeunes migrant•e•s d’Afrique subsaharienne.

Conclusion

46Dans cet article, j’ai montré comment les conditions de vie des personnes migrant•e•s, l’histoire personnelle de ces dernières et leurs appartenances identitaires sont parmi les causes de la souffrance psychologique exprimée par les jeunes dans les entretiens de recherche. Face aux différents témoignages traduisant cette souffrance des personnes interviewées, le ou la chercheur•e éprouve un malaise (Rostaing, 2010) qui l’amène à adopter certaines postures dans la relation d’entretien. Dans le cas de jeunes migrant•e•s qui ont vécu des événements traumatisants, l’entretien peut être un espace où exprimer des traumatismes. Les chercheur•e•s doivent ainsi faire preuve d’écoute et d’empathie pour comprendre la souffrance de ces jeunes, mais ils ne peuvent, du fait de leur position (et de leur manque de formation), entamer un travail de suivi psychologique ou autre. Cette situation exige une bonne préparation des entretiens, en tenant compte de tous les aspects éthiques (confidentialité, consentement libre, respect de la sphère privée) et des répercussions que ces entretiens pourraient avoir sur les personnes interviewées. Dans des situations d’entretiens problématiques sur le plan affectif et émotionnel, une prise en charge des personnes interviewées par les professionnel•le•s agréé•e•s peut être conseillée. Il est aussi, d’ailleurs, important de noter que les chercheur•e•s qui sortent affecté•e•s par les entretiens difficiles avec des personnes en souffrance puissent bénéficier de séances de supervision dans lesquelles il soit possible de parler de ses propres expériences, difficultés et limites. Dans mon cas, l’école doctorale que je suivais était un lieu approprié pour partager mes expériences et où je pouvais trouver un soutien durant les moments difficiles de la recherche.

47Pour d’autres jeunes migrant•e•s, l’entretien peut être considéré comme une occasion pour faire valoir des revendications ou parler des injustices et des frustrations vécues dans le pays d’accueil. Les propos, d’une certaine virulence, peuvent embarrasser les chercheur•e, du fait qu’ils ne peuvent pas agir directement, ni psychologiquement ni politiquement, sur ces frustations. Avant de commencer l’enquête de terrain, il est important pour les chercheur•e•s de faire un travail de réflexivité (Chimienti, 2010) sur l’objet de la recherche et sur la population étudiée ; ce qui pourrait permettre aux chercheur•e•s d’anticiper les demandes qui pourraient être exposées dans les entretiens par la population étudiée. Les jeunes, et plus particulièrement celles ou ceux qui sont dans un processus de demande d’asile, peuvent percevoir les chercheur•e•s comme des personnes qui pourraient améliorer leurs conditions de vie. Des demandes sociales (recherche d’emploi, apprentissage, permis de séjour) peuvent, lors de l’entretien, leur être adressées. L’impossibilité d’accéder à ces demandes doit être clarifiée au début de la recherche ; le ou la chercheur•e évitera de se positionner dans une situation de relation d’aide. Cependant, les chercheur•e•s doivent être conscient•e•s de leur responsabilité dans la reviviscence des traumatismes lors d’entretiens avec des personnes ayant vécu des événements traumatiques, et peut proposer aux enquêté•e•s vulnérables des informations sur les structures existantes de prise en charge psychosociale des personnes migrantes.

48Enfin, il nous paraît indispensable d’envisager la restitution des résultats de la recherche sur les jeunes migrant•e•s qui ont connu des parcours migratoires difficiles pour faire connaître leur souffrance. C’est par la restitution que les actrices et acteurs de la société (jeunes, parents, associations de migrant•e•s, professionnel•le•s, services publics concernés par les migrations, associations d’aide aux migrant•e•s) auront une meilleure connaissance de la situation de ces jeunes pour une meilleure prise en charge psychosociale et une bonne intégration dans la société d’accueil.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bagalwa, J. & Bolzman, C. (2014). Accès à l’emploi qualifié : difficultés rencontrées par les diplômés d’origine africaine. Tangram, 33, 84-87.

Bergier, B. (2001). Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales. Paris : L’Harmattan.

Boutin, G. (1997). L’entretien de recherche qualitatif. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Chimienti, M. (2010). Le « stigmate de putain ». Les défis posés par la relation d’enquête auprès de travailleuses du sexe migrantes. Dans J.-P. Payet, C. Rostaing & F. Giuliani (Ed.), La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles (pp. 39-55). Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Cyrulnik, B. (Ed.) (1998). Ces enfants qui tiennent le coup. Revigny-sur-Ornain : Hommes et perspectives.

Demazière, D. (2012). L’entretien de recherche et ses conditions de réalisation. Variétés des sujets enquêtés et des objets de l’enquête. Sur le journalisme, 1(1), 30-39.

Decety, J. (2004). L’empathie est-elle une simulation mentale de la subjectivité d’autrui ? Sciences humaines, 150, 54-88.

Eyer, P. & Schweizer, R. (2010). Les diasporas somalienne et érythréenne en Suisse. Berne : Office fédéral des migrations.

Gakuba, T.-O. (2004). La résilience des jeunes Rwandais réfugiés en France et en Suisse [Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation]. Genève : Université de Genève.

Gakuba, T.-O. (2005). Sentiment de métamorphose identitaire chez les jeunes Rwandais réfugiés en Europe. Diversité-Ville Ecole Intégration, 143, 135-140.

Gakuba, T.-O. (2013). Integration process of young sub-Saharian African migrants in Switzerland. International Network on Youth Integration Journal, 3(2), 4-5.

Haute école de travail social de Genève (2009). Code d’éthique de la recherche. Genève : HETS.

Haas, V. & Masson, E. (2006). La relation à l’autre comme condition à l’entretien. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 71, 77-88

Legavre, J.-B. (1996). La « neutralité » dans l’entretien de recherche. Retour personnel sur une évidence. Politix, 9(35), 207-225.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). La politique du terrain. Consulté le 10.01.2018 sur http://enquete.revues.org/263 ; DOI : 10.4000/enquete.263

Piguet, E. (2004). L’immigration en Suisse. Cinquante ans d’entreouverture. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

Poupart, J., Deslauriers, J.-P., Groulx, L. H., Laperrière, A., Mayer, R. & Pires, A. P. (1997). La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques. Montréal : Gaëtan Morin.

Pourtois, J.-P. & Desmet, H. (1988). Epistémologie et instrumentation en sciences humaines. Liège : Mardaga.

Rosenberg, M. (1986). Self-concept from middle childhood through adolescence. Dans J. Suls & A.G. Greenwalds (Ed.), Psychological perspectives on the self (vol. 3, pp. 107-136). Hillsdale : Lawrence Erlbaum.

Rostaing, C. (2010). On ne sort pas indemne de prison. Le malaise du chercheur en milieu carcéral. Dans J.-P. Payet, C. Rostaing & F. Giuliani (Ed.), La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles (pp. 23-37). Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Sanchez-Mazas, M. & Roca I Escoda, M. (2007). La dimension politique de la reconnaissance : clés de lecture de l’action collective à partir de la théorie d’Axel Honneth. Vivre ensemble au XXe siècle. [Actes du colloque international de l’Institut de sociologie]. Bruxelles : Publications de l’Institut de sociologie.

Sanchez-Mazas, M., Maggi, J. & Roca I Escoda, M. (2010). En quête de la voix des sans droits. Le cas des exclus du droit d’asile. Dans J.-P. Payet, C. Rostaing & F. Giuliani (Ed.). La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles (pp. 143-160). Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Vanistandael, S. & Lecomte, J. (2000). Le bonheur est toujours possible. Construire la résilience. Paris : Bayard.

Notes

1 Une recherche menée par Théogène-Octave Gakuba, Ibrahima Guissé et Gislène Zürcher, en collaboration avec Tatiana Oyomo Amougou. Pour davantage de détails, voir Gakuba (2013, 2004).

2 Site de l’OFS consulté le 23.04.2018, https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/population/migration-integration.html

3 Voir https://www.hesge.ch/hets/sites/…/travail_social/codeethiquets-tb-etat_avril2013.pdf

4 Les prénoms utilisés dans les citations sont fictifs pour préserver l’anonymat des jeunes.

Auteur

Docteur en Sciences de l’éducation avec une spécialisation en Psychologie interculturelle et diplômé en sciences politiques et relations internationales, il est adjoint scientifique à la Haute école de travail social (HES-SO/Genève). Ses intérêts de recherche portent sur les aspects psychologiques de la migration et de l’exil, la résilience des personnes migrantes et réfugiées, les jeunes migrant•e•s, la qualité de vie des personnes migrantes âgées.

Lire

Open access