Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enquêter, former, publier au cœur de la cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Stéphanie Fretz
, 
Eva Nada
, 
et al.

Première partie. La recherche dans la cité

La recherche dans les hautes écoles, entre « débat académique » et « débat citoyen »

Reconnaissance et accompagnement de la mixité des approches

Monica Battaglini et Laurent Wicht

Texte intégral

Introduction

1Réaliser des recherches sur mandat d’actrices et d’acteurs impliqués dans l’action publique est une manière parmi d’autres d’exercer une activité de recherche en sciences sociales. Choisir une problématique et une approche, enquêter, analyser, synthétiser et communiquer des résultats sont autant d’actions communes à toute recherche, mais qui prennent une tournure différente selon les objectifs poursuivis à court terme. Même si l’on peut admettre que toute étude a comme finalité générale de servir la connaissance, et donc d’améliorer dans un certain sens la condition humaine, si on regarde les objectifs plus immédiats, on s’aperçoit que certaines recherches s’orientent prioritairement vers une compréhension/explication de la réalité et de ses mécanismes, alors que d’autres envisagent cette même démarche comme une première étape dans la préparation de l’action. Par la démarche scientifique, certaines recherches visent à comprendre et expliquer les phénomènes sociaux sans expliciter le lien avec l’utilisation potentielle d’un tel accroissement de la connaissance. Certes, les avancées produites par ces recherches pourront induire des effets plus tard, mais les modalités du passage de la connaissance à l’action ne sont pas structurées à l’avance. D’autres recherches explicitent dès le départ, comme objectif à court terme, l’utilisation des résultats comme fondement d’action. En résumé, de notre point de vue, plus qu’une « recherche » sur un plan générique, on observe des manières différentes d’envisager et de conduire des recherches, notamment en fonction des objectifs poursuivis à court terme, que ceux-ci relèvent de la seule connaissance ou de la connaissance en lien avec l’action. Or, à ces objectifs différents correspondent des manières différentes d’élaborer et de réaliser les étapes du travail de recherche. Ce constat de « mixité » dans les manières de concevoir l’acte de la recherche nous est suggéré d’abord par l’expérience que nous pouvons relater à partir de plusieurs mandats réalisés dans le cadre d’actions publiques locales, mais aussi de la conduite de recherches finalisées principalement à la compréhension de phénomènes sociétaux. L’exploration de l’histoire des recherches mandatées au sein de la Haute école de travail social que nous avons effectuée en 2015 confirme cette diversité de conceptions (Battaglini & Rodari, 2015).

  • 1 Débat dont on trouve un aperçu, par exemple, dans les échanges entre Jacques Le Bohec (2010) et Isa (...)

2De notre point de vue, le fait d’identifier divers types de recherche ne vise pas une ségrégation entre les conceptions de cette activité, et encore moins entre les chercheur•e•s eux-mêmes. Convaincus de la complémentarité des approches, nos ambitions se limitent à amener une manière de structurer la pensée autour de la notion de « mixité de conceptions de l’approche » pour essayer de sortir du débat animé, voire houleux, entre tenant•e•s d’une recherche académique « pure » et défenseur•e•s d’une recherche « impliquée », voire « appliquée ». Bien que digne d’intérêt, ce débat ne constitue pas à nos yeux un moyen très fécond pour faire avancer la réflexion sur la recherche en sciences sociales en général, et dans les hautes écoles en particulier. Il ne sera donc pas ici le lieu d’un approfondissement de cette controverse.1 Ainsi, nous ne nous attacherons pas à une mise en parallèle des pratiques dans un but de classification/hiérarchisation. Nous allons plutôt nous atteler à une description des particularités de la recherche mandatée par des actrices et acteurs impliqués dans l’action publique sous l’angle des potentialités et contraintes pour la recherche, et plus généralement pour le développement de la connaissance. Certes, si on considère la recherche et, plus généralement, la science d’un point de vue plus global, il apparaît clairement difficile de la séparer de la réalité historique, sociale et politique dans laquelle elle s’exerce. La recherche influence son environnement et est influencée par celui-ci. Au cours de l’histoire, par exemple, pour des

[…] raisons extra-théoriques […] certaines théories sont encouragées et d’autres écartées […] Est ainsi rappelé un truisme fort connu quoique souvent galvaudé : les sciences sont bien des constructions terriennes, entièrement humaines, qui prennent naissance, se déplient et se défont au beau milieu de conditions socio-historiques données (Karsz, 2017 : 256).

3Ainsi, bien que toute recherche soit d’une certaine manière impliquée dans la société, dans ce contexte, nous allons situer les recherches par rapport à l’implication plus ou moins directe des mandant•e•s dans l’action publique. En nous concentrant sur les mandats qui visent plus directement l’action, nous essayerons de montrer comment les chercheur•e•s organisent leur travail dans le cadre des relations humaines complexes qui caractérisent ce type de recherche.

4Après avoir présenté le contexte dans lequel notre réflexion a lieu, à savoir la recherche sur mandat de collectivités locales dans le cadre des hautes écoles spécialisées en Suisse, nous allons présenter quelques éléments génériques qui caractérisent la recherche sur mandat. Des éléments décrits dans la littérature, qui est traversée par les débats mentionnés ci-dessus et qui vont nous permettre de préparer le balisage de la présentation d’une expérience de ce type d’étude. Le récit de la recherche qui suit concerne un mandat effectué par notre équipe entre 2008 et 2011. Un mandat dans lequel nous avons été amené•e•s à réaliser un monitoring sociologique de l’implantation de nouveaux logements d’utilité publique dans un quartier de la commune de Carouge, à Genève. La notion de « mixité sociale » était au centre de ce mandat. La « mixité des conceptions de la recherche » est ici au centre de notre propos.

La recherche sur mandat au niveau local : caractéristiques, potentialités et contraintes

5Pour caractériser les recherches mandatées par des actrices et acteurs impliqués dans l’action publique, l’élément central est à notre sens la complexité des relations. Des relations de natures diverses, qui exigent des chercheur•e•s des compétences multiples.

6Tout d’abord, comme dans toute recherche, on est amené à établir une relation avec l’objet qu’on s’apprête à étudier. En se questionnant sur les faits sociétaux, on utilise des concepts analytiques ad hoc, empruntés à la littérature et/ou élaborés, pour construire un objet de recherche. La relation avec cet objet devient étroite. Il influence l’approche au fil du temps autant qu’il est influencé par elle. Peu importe si, d’un point de vue épistémologique, la démarche s’insère dans un paradigme explicatif ou compréhensif (Charmillot & Dayer, 2007), la recherche s’intéresse à l’être humain sur un plan individuel et collectif dans le but ultime d’accroître la connaissance. Dans le cadre des recherches mandatées par des actrices et acteurs impliqués dans l’action publique, les thèmes recouvrent une dimension supplémentaire. Selon Olivier de Sardan (2010), il existe une « valeur ajoutée » dans le fait d’être à la fois dans un « débat académique » (qu’il juge, comme nous par ailleurs, indispensable à toute recherche) et dans ce qu’il appelle un « débat citoyen ». Ces objets de recherche ont ainsi une double caractéristique : non seulement ils sont intellectuellement intéressants, mais ils le sont aussi socialement et politiquement (Olivier de Sardan, 2010).

7La relation qu’on entretient avec ces objets est d’autant plus intense qu’ils représentent un intérêt pluriel pour la recherche et amènent à se positionner dans des réseaux multiples. Le premier réseau n’est pas spécifique à la recherche mandatée par les actrices et acteurs impliqués dans l’action publique. Il s’agit de l’ensemble des relations entre chercheur•e•s, à l’intérieur et à l’extérieur de l’équipe de recherche. Les collaborations, la concurrence entre plusieurs équipes, les questions de pluri/multidisciplinarité se posent dans ce contexte, constituent des enjeux majeurs de la recherche académique et influencent indéniablement les choix opérés dans diverses étapes du processus. A ce faisceau relationnel déjà passablement complexe, et lorsque le questionnement est initié par des actrices et acteurs impliqués dans l’action publique, s’ajoutent les relations au-delà du monde de la recherche : les mandant•e•s, les personnes impliquées dans le terrain d’enquête, la sphère politique… L’initiation du questionnement n’appartient pas exclusivement aux chercheur•e•s, dans ce contexte, mais aussi à ceux et celles qui mandatent l’étude et/ou qui bénéficient des résultats et qui n’ont pas nécessairement le même référentiel théorique ou les mêmes objectifs dans la construction de l’objet d’enquête. Il découle de cela une nécessité de négociation avec les chercheur•e•s impliqué•e•s et les mandant•e•s, et ce dès le début du processus, pour déterminer la pertinence du questionnement et son éventuelle réorientation.

8Les chercheur•e•s interprètent la demande à la lumière de concepts analytiques et contribuent à déterminer l’objet en interagissant avec les mandant•e•s. La construction de l’objet de recherche est, dans ce contexte, une démarche collective mixte entre scientifiques et actrices et acteurs de terrain. Dans l’étude exploratoire que nous avons réalisée sur les mandats de recherche à la HETS (Battaglini & Rodari, 2015), l’expression « faire avec » était majoritairement employée par les chercheur•e•s interrogé•e•s pour décrire la plupart des étapes des études réalisées. L’interaction étroite avec les mandant•e•s fait partie intégrante de ce type de recherche, ce qui implique la nécessité de faire des compromis et requiert des capacités spécifiques qui vont bien au-delà des compétences scientifiques. Cela est d’autant plus saillant dans le contexte qui nous préoccupe ici, car les chercheur•e•s dont il est question opèrent dans un cadre institutionnel particulier qui est celui des hautes écoles, à savoir toutes les institutions de niveau tertiaire (en Suisse, les universités, les écoles polytechniques et les hautes écoles spécialisées). Des institutions ouvertes d’une manière générale sur la cité par vocation et par nécessité, car elles sont par essence en prise avec la réalité de leur environnement, tout d’abord en raison de leur fonction de formation. Cette tâche les amène, dans un certain sens, à un devoir moral de mise en lien avec les besoins de la société en connaissances et en compétences. L’enjeu principal se situe, à notre sens, dans l’interprétation de ces besoins et dans la manière d’y répondre. En clair, il ne s’agit pas d’une réponse mécanique de pédagogues et d’autres scientifiques aux demandes formulées par la cité, incarnée par les professionnel•le•s de terrain ou par les politiques, mais d’une mise en lien de ces demandes avec les connaissances préexistantes dans les hautes écoles dans un mouvement de co-construction explicite (lorsqu’il y a collaboration) ou implicite (lorsque les hautes écoles interprètent les besoins de la cité). Autrement dit, indépendamment des conceptions des un•e•s et des autres, on ne peut concevoir les hautes écoles comme étant hors de la cité. La mise en lien est une réalité qu’il est difficile de contester, tant les interactions sont étroites. Tout en défendant leur autonomie dans les choix des contenus, de la pédagogie et des méthodologies, les hautes écoles sont influencées dans leur action formatrice et de recherche par les tendances structurelles qu’on retrouve dans la société. Preuves en sont, par exemple, les réformes opérées dans les pays européens, que bon nombre de personnes s’accordent à définir comme une « marchandisation de l’enseignement supérieur » (Schultheis, Roca & Cousin, 2008), tout à fait cohérente avec la diffusion de modalités managériales dans le fonctionnement de l’ensemble du secteur public (Giauque, 2003), du monde du travail et de la société dans son ensemble (de Gaulejac, 2005 ; Linhart, 2015).

9Dans ce contexte général de lien entre écoles et cité, le cas des hautes écoles spécialisées (HES) en Suisse est particulier, tant la proximité avec les milieux professionnels est élevée. Dans la deuxième moitié des années 1990, la mise en place en Suisse d’un degré tertiaire dans la formation professionnelle a donné naissance aux hautes écoles spécialisées (HES) à partir des écoles professionnelles existantes. L’objectif de cette réforme était de donner à la Suisse un système de formation supérieure duale basée sur l’alternance entre lieux de formation et milieu professionnel (SER, 2006). La réforme de l’enseignement supérieur capitalise donc sur une tradition éprouvée de formation en alternance pour renforcer la formation professionnelle. Les HES naissent dans un contexte de valorisation des liens qu’elles entretiennent avec les milieux professionnels, et plus généralement avec la cité. Ces contacts ancrés et continus entre les actrices et acteurs de terrain et les écoles constituent donc, dès la naissance des HES, un canal privilégié de passage d’offre et de demande de connaissance qui s’entremêlent. Le lien entre écoles et environnement social est, dès le départ, partie intégrante de la mission qui est confiée aux HES. La recherche, souvent déjà présente dans les écoles professionnelles préexistantes, se développe au sein des HES tout naturellement dans ce contexte de relations étroites entre science et cité. Les archives des activités de recherche, à l’Institut d’études sociales (IES) d’abord et à la Haute école d’études sociales (HETS) ensuite, montrent des chercheur•e•s très inséré•e•s dans des réseaux locaux, réalisant à la fois des mandats de recherche, des formations, voire d’autres types de services (Battaglini & Rodari, 2015). L’insertion dans ce tissu relationnel dense et institué a eu, et a encore, un impact sur la manière de concevoir la recherche et engendre à la fois opportunités et difficultés. Un impact qu’on peut analyser à partir de la réflexion d’Olivier de Sardan (2010). Ce dernier identifie dans la démarche mandatée par les instances publiques trois difficultés principales : la détermination des thématiques et des objets de recherche, les contraintes sur le questionnement et sur la méthodologie de recherche et, enfin, les possibilités d’application des résultats de recherche. En toile de fond, on entrevoit les risques encourus en raison des liens plus ou moins étroits entre, d’une part, les chercheur•e•s et, d’autre part, les professionnel•le•s impliqué•e•s dans l’action publique. Comme le rappellent Frauenfelder et Mottet (2012), une participation de la « science » à l’organisation de l’action publique n’est pas sans risques, tant le rôle double de savant-expert/savant-acteur est délicat à assumer entre « validation des problèmes publics », normativité et diffusion de notions au statut épistémologique flottant (Frauenfelder & Mottet, 2012). Des difficultés à mettre en regard avec les risques inhérents à une recherche orientée prioritairement vers la compréhension/explication de phénomènes, à savoir un défaut d’opérationnalisation de la connaissance. S’il est clair, à nos yeux, que les recherches qui visent à être une base pour l’action ne peuvent se passer de la recherche « fondamentale » – sous peine d’être instrumentalisées –, il se peut que cette dernière ne soit jamais à même d’être utilisée pour penser, actualiser, améliorer des pratiques (Olivier de Sardan, 2010), et de fait, finisse par fonctionner en vase clos. La connaissance ne serait alors utile qu’aux personnes qui peuvent la comprendre. Ce qui reviendrait à une vision très élitiste de la science.

10Pour illustrer ces difficultés, mais aussi les opportunités que ces engagements représentent pour les scientifiques, nous proposons de revenir sur les principales étapes d’une recherche mandatée par l’Office du logement du canton de Genève que nous avons réalisée au sein de la HETS.

Monitoring d’un programme de logements d’utilité publique : la mixité dans tous ses états

  • 2 Fondations immobilières de droit public (FIDP) et la Fondation Kammacher.
  • 3 La loi pour la construction de logements d’utilité publique (I 4 06 - LUP) a été votée par le Grand (...)

11En avril 2008, les autorités cantonales genevoises lancent, en collaboration avec deux fondations immobilières,2 un appel d’offre pour un monitoring sociologique d’un programme d’implantation de deux immeubles dans un quartier de la commune de Carouge : L’opération pilote HBM 199 Tambourine sur la mixité sociale. Le cahier des charges de cet appel d’offre jetait les bases d’une étude, sur trois ans, des effets de la mixité sociale dans le quartier de la Tambourine, dans lequel deux nouveaux immeubles avaient été construits dans le cadre de la loi pour la construction de logement d’utilité publique (LUP).3 Dans ces deux immeubles, une pondération plus importante des loyers que l’usage habituel avait été introduite, permettant ainsi une mixité économique des revenus des locataires au sein même des immeubles. Au printemps 2008, notre équipe de recherche, basée à la HETS, répond à cet appel d’offre. C’est à l’automne de la même année que le projet est accepté par les mandant•e•s.

12Dans l’appel d’offre, les mandant•e•s formulaient la demande d’un suivi de l’implantation d’immeubles qui représentaient un exemple très explicite de la volonté de promotion de ce que les politiques appellent la « mixité sociale » sur le territoire genevois. Cette demande entrait dans un contexte de mise en avant de cette vision positive d’un habitat urbain empreint de mixité sociale, vue comme un rempart contre la construction de « ghettos ». En Suisse et à Genève en particulier, on conçoit la mixité sociale comme un idéal du « vivre ensemble » au niveau des immeubles d’habitation, du quartier ou plus largement de la commune (Herzog, 2005). Dans le sens commun, cette conception de la mixité sociale met en avant la cohabitation harmonieuse d’une pluralité d’individus et de familles intégrées, au sein d’un même territoire, à la même collectivité.

13Cette vision helvétique de la mixité sociale s’oppose radicalement à une conception anglo-saxonne de l’intégration, qui favorise le développement de quartiers homogènes du point de vue des appartenances socioculturelles ou socio-économiques en visant l’intégration de collectivités toutes entières dans le corps social. Cette conception est souvent associée à une notion perçue de façon très péjorative en Suisse, la notion de « ghetto ». Dès la réponse à l’appel d’offre, la démarche de l’équipe de recherche a été de remettre en question cette vision incantatoire de la mixité sociale vue comme allant de soi pour s’opposer à une homogénéité ghettoïsante.

Conception de la mixité sociale à Genève

14A Genève, tout semble se passer comme si cette appréhension du ghetto était amplifiée par effet de résonance avec les constats effectués dans certains quartiers suburbains français, dans lesquels le repli communautaire (Ellyas, 2006 ; Boucher, 2007) les fait ressembler à des « quartiers d’exil ». En France, cette notion de repli communautaire, donc de non-mixité de nationalités et de cultures, viendrait se surajouter à une autre forme d’homogénéité qu’ont toujours connue les quartiers suburbains français, à savoir une homogénéité du revenu de leurs habitant•e•s. Dubet & Lapeyronnie (1992) montrent bien que les banlieues françaises sont passées d’une homogénéité liée à l’appartenance commune à la classe ouvrière (les « banlieues rouges » des années 1950) à une homogénéité de bas revenus (banlieue pour les personnes en difficultés sociales), déliée de toute autre appartenance de classe sociale ou d’appartenance « ethnique ». En nous référant à Wacquant (2006), qui compare la situation française à celle des États-Unis, l’on pourrait dire que les quartiers périurbains français se sont constitués autour d’une notion d’homogénéité de classe ou de revenus et, dans le même temps, d’une mixité nationale ou culturelle, alors que, à l’inverse, les quartiers américains se sont constitués autour de l’homogénéité ethnique du ghetto (au sein duquel il existe une mixité socio-économique et socioprofessionnelle). Dès lors, si, dans une société française clairement organisée en classes sociales, il apparaissait acceptable qu’il existe une certaine cohésion sociale organisée autour de valeurs ouvrières, par exemple dans les « banlieues rouges » des années 1950, de nouvelles formes de cohésion sociale organisées autour de l’appartenance communautaire viennent perturber fortement la conception de l’idéal républicain.

15En Suisse, et à Genève en particulier, ces phénomènes sociétaux ne se sont pas vraiment réalisés. Ainsi, ce n’est pas l’appartenance nationale ou ethnique qui a servi de guide pour l’organisation de la ville et de ses quartiers. L’homogénéité de classe des quartiers type « banlieues rouges » qui se seraient transformés par la suite en quartiers d’exil, par le départ massif des ouvrières et ouvriers accédant aux classes moyennes, n’a pas non plus eu lieu à Genève. Bien au contraire, il apparaît plutôt que la cohésion sociale dans les quartiers périurbains construits dans les années 1960-70 s’est organisée dès le départ essentiellement autour de l’appartenance à une certaine « classe moyenne ».

  • 4 La PPE ou « propriété par étage » est une copropriété, à savoir une forme d’habitation où plusieurs (...)

16Quid, alors, de la mixité sociale si la cohésion qu’on a pu observer dans ces quartiers, sortes de villes nouvelles genevoises, semble être liée plutôt à un principe d’homogénéité qu’aux effets de la mixité ? Cette question est d’autant plus intéressante pour notre propos que le cœur du mandat qui avait été donné à la HETS reposait sur ce présupposé de « nécessité évidente » de mixité sociale, basée sur une figure mythique du « ghetto » à éviter à tout prix. Or, comme nous le mentionnons ci-dessus, la réalité genevoise est particulière et ne ressemble en rien à celle de banlieues françaises. Si on prend l’exemple des quartiers périphériques de l’agglomération genevoise comme Meyrin ou les Avanchets dans les années 1960-70, on trouve une population plutôt homogène du point de vue du niveau socio-économique, mais résolument mixte du point de vue des nationalités qui la composent (Bergier, 1965). De plus, de son côté, la cité des Avanchets représente un exemple de mixité économique avec deux tiers de logements subventionnés et un tiers de logements en loyer libre ou en PPE4 (Gros, 2004).

17Les observations et les études qui concernent ces quartiers montrent une satisfaction générale des habitant•e•s, du moins jusqu’au milieu des années 1990. Est relatée une qualité de vie exceptionnelle basée sur une sorte d’esprit de village où règnent interconnaissance avec ses voisins et convivialité (Maitre, 1991). Les données quantitatives, comme le très faible taux de rotation des habitant•e•s, par exemple dans le cas des Avanchets (Gros, 2004), confirment les déclarations des habitant•e•s. Cependant, il ressort aussi de ces études que les débuts n’ont pas été si faciles ; la cohésion sociale n’allait pas de soi et ne s’est pas faite « comme par enchantement ». Au moment de leur création, ces quartiers sont habités par des jeunes couples avec enfants, certes d’origines nationales diverses, mais qui, dans le contexte socio-économique genevois des années 1960 à 1980, peuvent accéder relativement aisément au mode de vie de la classe moyenne. De plus, comme le relève Bergier (1965), les habitant•e•s se retrouvent autour de revendications pour la mise en place de services comme des espaces commerciaux ou autres espaces de loisirs. Ainsi, l’absence d’équipements collectifs semble agir comme un puissant facteur de stimulation de la participation collective. La relative mixité socio-économique et socioculturelle de ces quartiers évolue dans un contexte de participation à la revendication de meilleurs équipements commerciaux et socioculturels en donnant lieu à la création d’un consensus sur un mode de vie relativement homogène.

18Les premières difficultés, dans ces environnements mixtes créateurs de consensus sur le mode de vie, se font sentir dès le début des années 1990. Selon Gros (2004), la transformation de ces quartiers, qui les conduit vers une relative marginalisation, a lieu en raison de l’arrivée de nouveaux et nouvelles habitant•e•s. Des habitant•e•s qui sont essentiellement des locataires, rencontrant des difficultés sociales liées à la crise économique et à une migration récente (notamment en raison de la guerre des Balkans). Cette nouvelle mixité génère auprès des ancien•ne•s habitant•e•s un sentiment d’insécurité lié à la crainte de voir leur environnement direct changer. L’arrivée de personnes en difficulté socio-économique représente une augmentation de la mixité sociale qui bouscule les habitudes des habitant•e•s de longue date, notamment en termes de mode de vie.

19L’étude réalisée dans le quartier des Tours de Carouge en 2006 (Wicht & Chuard, 2006) permet d’illustrer ce mécanisme. Les observations effectuées dans ce contexte ont mis en évidence une forte cohésion sociale entre les personnes établies depuis longtemps dans ce quartier. Cette cohésion sociale s’était constituée peu à peu, sur la base d’un sentiment d’appartenance à un même groupe social, et plus largement à la commune de Carouge, de l’adhésion à des valeurs comme l’effort personnel, de l’engagement dans le travail, ou encore du respect de règles tacites, mais fortes. L’ensemble des personnes rencontrées avait aussi le sentiment très clair que la qualité de vie au sein des Tours était en train de se dégrader peu à peu. Pour expliquer cela, les habitant•e•s mettaient en avant deux raisons : l’arrivée de nouveaux et nouvelles locataires (désignés comme « cas sociaux ») ne respectant pas les règles de base qui étaient fortement valorisées par ceux et celles qui étaient déjà là (discrétion, politesse, propreté et respect des équipements communs) et la présence de jeunes dans les espaces communs (allées, coursives). Dans ce cas, les figures des personnes nouvellement arrivées et des jeunes cristallisaient une forme de sentiment d’insécurité des ancien•ne•s habitant•e•s, qui considéraient que leur mode de vie homogène et partagé par toutes et tous risquait de disparaître.

Mixité, une distance sociale à combler

20Dans cette perspective, si la notion de mixité sociale se présente d’abord comme un choix politique fort, en tant que donnée de départ, elle a pour conséquence l’établissement d’une certaine distance sociale entre les différent•e•s habitant•e•s. Ceux-ci vont donc être amenés à construire un référentiel commun, plutôt homogène, une sorte de proximité sociale en termes de conception de la cohabitation, cela pour combler cette distance de départ. Chamboredon (1970 ; 1971) montre bien l’importance de la distance sociale ou, à l’inverse, de la proximité sociale dans la constitution d’un sentiment d’appartenance à un quartier de grands ensembles, qui génère, par essence, une situation de grande proximité spatiale. Pour Chamboredon, cette dimension de proximité sociale va déterminer la capacité d’un groupe d’habitant•e•s de s’indigner ou non du comportement de certain•e•s actrices et acteurs, de désigner ou non des outsiders et de réguler à l’interne ou, au contraire, de requérir des institutions (police, service social) pour réguler les difficultés qu’il rencontre au quotidien. Elias (1965), dans une recherche classique, démontre lui aussi que cette proximité sociale à l’origine de la constitution d’une forte cohésion sociale entre certain•e•s habitant•e•s d’un quartier anglais n’est pas déterminée par leur origine culturelle ou nationale (ces personnes sont de nationalité anglaise), et n’est pas non plus fonction de l’appartenance à une couche sociale puisqu’il s’agit essentiellement d’ouvrières et d’ouvriers. Cette étude permet à Elias de mettre en évidence la notion d’ancienneté dans la constitution du sentiment d’appartenance du groupe qui se considère comme établi. Un groupe de personnes établies qui va entrer dans une logique de distinction et de discrimination à l’égard des personnes nouvellement arrivées, notamment en mettant en évidence des éléments liés à l’ordre, au savoir-vivre, à la propreté. Wimmer (2003), dans une étude suisse plus récente, arrive aux mêmes conclusions qu’Elias. Il met en évidence que les groupes d’habitant•e•s des quartiers qu’il a interrogés et qui se considèrent comme établis ne se constituent pas autour d’une logique d’appartenance culturelle, et regroupent par là aussi bien des personnes de nationalité suisse qu’italienne, espagnole ou encore tamoule. Pour Wimmer, la dichotomie normative développée par les personnes établies se construit autour de la capacité d’adhésion aux valeurs du « propre en ordre » (propreté, discrétion, être sans histoire, etc.).

21En synthèse, les études précédemment menées ainsi que l’utilisation de la littérature spécialisée permettent à l’équipe de recherche de questionner la pertinence de la notion qui est au cœur du mandat : la mixité sociale. Cette remise en question de la notion permettra une réorientation de l’objet de recherche et son recentrage sur la mixité des conceptions des modes d’habiter et de leur éventuelle convergence vers un compromis permettant le « vivre ensemble ». Dès les premières discussions, tout l’enjeu était de proposer une description, en vue d’une définition, de la mixité introduite par le projet immobilier. L’observation du processus éventuel de mise en place d’un mode de vie consensuel dans le quartier a été rajoutée à la recherche. C’est le rapport entre distance sociale génératrice potentielle de conflit et référentiel commun homogène permettant une cohabitation harmonieuse qui devient l’objet de la recherche. Paradoxalement, c’est la mixité introduite pour faciliter la cohabitation qui la rend plus difficile. Le but de l’action se déplace donc, le cas échéant, vers un accompagnement afin de mieux réguler le fonctionnement du « vivre ensemble » dans l’immeuble ou le quartier.

De la mixité sociale à la construction de la cohabitation : redéfinition d’un mandat

22La difficulté principale du processus de redéfinition du mandat était l’introduction d’une vision moins idéalisée, mais plus réaliste de la mixité sociale, qui devenait dans la démarche scientifique un obstacle à la cohabitation, alors qu’elle avait été introduite dans la politique d’aménagement urbain précisément pour faciliter cette cohabitation. Le glissement sémantique vers une notion de « distance sociale initiale » à la place de la « mixité sociale » a permis de sortir rapidement d’une idée de mesure de la satisfaction des habitant•e•s vis-à-vis d’une mixité mal définie. A la place a été réalisée une observation du processus de création éventuelle d’un référentiel commun de cohabitation pouvant servir de base à la mise en place d’une action d’accompagnement de la mixité introduite dans les immeubles.

23La structure de recherche suivante a été proposée aux mandant•e•s et acceptée rapidement.

Tableau 1 Plan de la recherche proposé au mandant par l’équipe

24La redéfinition du questionnement s’est faite dès les premières séances entre l’équipe de recherche et les mandant•e•s. La problématique qui a résulté de ce processus a permis aux mandant•e•s et à l’équipe de recherche de trouver un intérêt commun dans le travail de monitoring proposé. En questionnant les premières demandes des mandant•e•s, il a été possible de trouver un compromis entre l’intérêt scientifique à accroître la connaissance dans la compréhension des phénomènes de construction de la cohabitation dans un quartier et l’intérêt politique à documenter les résultats d’une expérience pilote servant de base à d’autres réalisations éventuelles. Cela a pu être réalisé alors même que les référentiels d’action (introduction de la « mixité sociale » pour éviter le « ghetto ») qui avaient été utilisés par les actrices et acteurs de terrain étaient remis en question par l’équipe de recherche. Il en a résulté une construction analytique qui a permis de tenir compte des acquis scientifiques du moment et des besoins en connaissance des actrices et acteurs de terrain.

  • 5 L’équipe de recherche a proposé de réaliser une série d’entretiens et d’observations dans le quarti (...)
  • 6 Le quartier de la Tambourine est implanté en périphérie de la commune de Carouge, commune genevoise (...)

25Le contexte spatial de l’étude a aussi fait l’objet de négociations. Le mandat de départ demandait un rapport sur les effets de la mixité dans les immeubles en faisant abstraction de leur environnement. Il était évident pour l’équipe de recherche que l’étude ne pouvait contourner les variables contextuelles liées aux caractéristiques spécifiques du quartier. Bien qu’on ne puisse pas parler, dans le contexte genevois, de quartiers d’exil, comme nous l’avons montré ci-dessus, les possibilités de mobilité sur un plan spatial et social paraissent déterminantes dans la prévention de phénomènes de ségrégation (Wicht, Christe et al., 2011). Des négociations supplémentaires ont été nécessaires pour permettre une analyse plus contextualisée. Tout en étant consciente des limites matérielles du mandat, notamment au niveau des ressources, l’équipe de recherche a demandé et obtenu un élargissement partiel de l’enquête.5 L’historique du fonctionnement du quartier dans lequel les immeubles sont implantés, sa topographie, sa démographie constituent des variables contextuelles primordiales dans la compréhension de l’évolution de la cohabitation. Dans ce contexte, cet élargissement était d’autant plus important en raison de la configuration territoriale, qui fait de ce quartier une réalité symboliquement et physiquement6 séparée du reste de la commune.

Les possibilités données par la mobilité physique (desserte en transports publics), l’accès à la formation, au travail, au logement et la qualité des aménagements extérieurs (espace public, lieux de rencontre) sont déterminants pour savoir si un quartier devient ou non un lieu d’exclusion sociale. L’intégration socioculturelle se fait en premier lieu dans des voisinages homogènes et non pas dans des voisinages hétérogènes (Schulte-Haller, 2011 : 6).

26Au fil des rapports entre mandant•e•s et équipe de recherche, une complexification de la problématique a pu se déployer avec le passage d’un questionnement sur l’impact d’une certaine mixité sociale (économique) sur la cohabitation dans deux immeubles à l’étude de la dynamique de la mise en place du « vivre ensemble » dans un quartier, en partant de ces deux immeubles spécifiques. Ce processus a impliqué une remise en question de la part des mandant•e•s, qui ont implicitement accepté que soit intégrée dans la démarche l’étude des choix opérés dans la composition de la mixité des immeubles. Autrement dit, dans cette recherche, il a été possible d’inclure l’action des mandant•e•s dans l’objet d’étude. Un des biais potentiels de ce type de recherche, évoqués par Olivier de Sardan (2010), a pu être ici évité grâce à l’ouverture des mandant•e•s à une interaction prolongée avec l’équipe de recherche. La mise en place d’un « groupe de pilotage », qui a structuré les interactions entre mandant•e•s et mandataires, a eu deux effets principaux. Tout d’abord, l’accès au terrain d’enquête a été facilité. Les contacts sur le périmètre d’étude ont été aisés et les données collectées riches et de bonne qualité. Ensuite, les contacts formels et informels entre mandant•e•s et mandataires ont favorisé un « phénomène d’apprentissage » semblable à celui décrit dans une partie de la littérature sur l’analyse de politiques publiques (Knoepfel, Larrue & Varone, 2006 ; Sabatier & Jenkins-Smith, 1999). Dans ces approches, qui traitent tout particulièrement des dynamiques de changement au sein des politiques publiques, le propos est de mettre en avant les interactions entre actrices et acteurs comme base de l’évolution progressive des conceptions des dispositifs d’action. Les agent•e•s internes à l’action publique et les externes (expert•e•s ou autres) donnent l’impulsion à l’évolution dans la conception de l’action, et donc potentiellement à des changements. Certes, il ne s’agit pas ici de la mise en place d’une politique publique, mais d’une opération pilote dans le cadre d’une politique ; aussi, un certain phénomène d’apprentissage a-t-il pu être observé. Le produit de ces interactions a été l’évolution de la vision de la mixité sociale au sein du groupe de pilotage formé par les représentant•e•s des mandant•e•s. Au cours des trois ans d’étude, une vision plus nuancée de l’impact de la mixité sociale sur le quartier a été construite au sein du groupe de pilotage.

27La concertation qui a eu lieu dès le début de la recherche a permis aussi de réduire les risques potentiels liés aux possibilités de contrainte des mandant•e•s sur les choix méthodologiques, comme l’évoque Olivier de Sardan (2010). Dès le départ, il a été proposé aux mandant•e•s une collecte de données sur une base mixte combinant approche quantitative et qualitative. Un questionnaire standardisé et des entretiens qualitatifs ainsi que des observations continues des immeubles et du quartier ont permis de réunir les données nécessaires au suivi de l’évolution du projet.

28L’utilisation d’une méthodologie de collecte de données mixte constitue un avantage sur un plan scientifique. Selon le principe de la triangulation des sources de données (Yin, 1994 : 92), multiplier les techniques d’enquête en faisant appel tour à tour à des sources différentes permet de minimiser les biais propres à chacune des méthodes de collecte d’informations. De cette façon, la même information peut être collectée plusieurs fois avec des techniques différentes, ce qui augmente sa fiabilité. Sur le plan des relations entre mandant•e•s et équipe de recherche, ce type de construction méthodologique permet de mieux tenir compte des besoins des un•e•s et des autres. En cohérence avec les méthodes de gestion en vigueur depuis les années 1990, la demande en données quantitatives est bien présente dans les mandats d’actrices et acteurs impliqués dans l’action publique. Il faut rappeler que ces actrices et acteurs sont issus pour l’essentiel des secteurs public ou parapublic. Les services de l’Etat et leurs partenaires ont adopté pour la plupart les principes de la nouvelle gestion publique (NGP), inspirés par la littérature américaine et remontant à l’ouvrage Reinventing government (Osborne & Gaebler, 1993). Ces méthodes managériales font la part belle aux indicateurs quantitatifs et ont favorisé le développement d’une culture administrative privilégiant des données quantitatives, perçues comme plus faciles à comparer et à communiquer (Giauque, 2003 ; Giauque & Emery, 2008). Prévoir une approche mixte (quantitative et qualitative) permet donc de répondre aux exigences de simplicité dans la présentation des résultats tout en maintenant la richesse et la fiabilité de l’approche. Ces choix méthodologiques ont été possibles en raison de la marge de manœuvre que l’équipe de recherche a pu maintenir dans la démarche. Le récit du développement de ce mandat montre une équipe de recherche relativement autonome vis-à-vis des mandant•e•s et capable d’animer une co-construction de la problématique des choix méthodologiques en partant de présupposés scientifiques. Nous l’évoquions ci-dessus, les difficultés et les risques inhérents à ce processus ne manquent pas. Or, ici, le déroulement de l’action de recherche qui aboutit au maintien de l’autonomie des chercheur•e•s s’explique d’abord par la structuration de la relation de type contractuel qui a défini dès le départ les bornes de la liberté académique, basée sur un respect mutuel entre la haute école et les mandant•e•s. De plus, une partie du financement a été assurée par la haute école elle-même, via des fonds de recherche internes ainsi que par la mise à disposition de temps de travail de chercheur•e•s. La participation de fonds de recherche au financement constitue en soi un élément central de la qualité scientifique du processus de recherche. L’évaluation par les pairs permet un contrôle de la qualité scientifique de la démarche et fournit une certaine protection aux chercheur•e•s face à la pression qui pourrait être exercée par les mandant•e•s dans la construction de l’objet de recherche et dans les choix méthodologiques. En d’autres termes, la structuration institutionnelle et la mixité des financements permettent d’équilibrer le pouvoir entre mandant•e•s et mandataires, les mettant dans une situation partenariale plutôt que de subordination.

Tableau 2 Structure de l’appareil méthodologique mis en place pour la recherche

29Cette structure relationnelle relativement horizontale entre mandant•e•s et mandataires a eu comme effet de rendre possible une valorisation multiple des résultats. Sur un plan scientifique, l’étude a été présentée dans divers lieux (Aifris, 2011 ; journée cantonale du logement, 2012) et a contribué à l’avancement de la compréhension du « faire quartier » dans un contexte de distance sociale. Du côté de la formation, l’étude a été utilisée dans le cadre de la formation de base et de la formation continue à la HETS ; elle a permis la diffusion d’une vision de la mixité sociale plus proche des réalités locales auprès des futurs travailleuses et travailleurs sociaux, potentiels utilisateurs et utilisatrices de ces notions en tant que metteur•e•s en œuvre des dispositifs d’intervention sociale dans les quartiers. Au niveau professionnel, la diffusion des conclusions de l’étude a engendré un changement de perception de la mixité sociale comme instrument de l’aménagement urbain. Dans le mandat, on trouve une conception mythique de la mixité définie par la diversité des revenus, garantissant la non-stigmatisation des locataires à faible capacité socio-économique et prévenant les dégâts à la propriété. Dans les présentations qui suivent l’étude, on commente une définition de la mixité sociale ayant

  • 7 Extrait de la présentation des conclusions de l’étude par Laurent Wicht, lors de la journée du loge (...)

[…] trop souvent été présentée comme un remède miracle ou un vœu pieux. La réalisation d’une cohésion sociale demande un savoir-faire et des moyens, afin que l’expérience urbaine puisse être partagée équitablement entre tous et que la ville soit accessible aux usages pluriels. Elle doit trouver une cohérence d’échelle et de décisions en s’appuyant sur l’expérience des communes qui ancrent leurs actions dans la réalité des quartiers.7

30Après trois ans d’étude, il a été possible de formuler un certain nombre de suggestions aux mandant•e•s pour soutenir la construction d’un « vivre ensemble » harmonieux dans les nouveaux immeubles, et plus généralement dans le quartier de la Tambourine. Synthétiquement, ces propositions allaient dans le sens d’une prise en compte des difficultés inhérentes aux différences et d’un accompagnement de cette mixité. En se référant à la vision de Donzelot (2006), qui affirme qu’

un quartier n’existe que si on le produit, il a été suggéré de travailler à l’identification des composantes sociales et ethniques sur un quartier, de ses forces associatives, mais aussi des questions qui unissent les gens comme celles qui les opposent. Ceci dans le but de les réunir autour d’initiatives susceptibles de faire prévaloir d’abord une tolérance mutuelle, ensuite un certain nombre d’objectifs communs (Donzelot, 2006 : 156).

31Le processus complexe de construction d’un « référentiel commun » d’interprétation de la réalité de la vie des immeubles et du quartier de la Tambourine, réalisé par les mandant•e•s et l’équipe de recherche, a débouché sur une conception proactive des actions à envisager dans ce quartier. La notion de mixité sociale a ainsi pu évoluer d’une perception idéalisée et peu opérante vers celle d’un outil d’analyse à mobiliser dans le cadre d’une agentivité performante, dans le but de construire une cohabitation harmonieuse dans un quartier.

Conclusion : reconnaître et accompagner la mixité des approches

32A la lumière de ces expériences, nous pouvons retenir que le travail de recherche dans le cadre des recherches mandatées par des actrices et acteurs impliqués dans l’action publique comporte des risques et des opportunités. Coté risques, nous retenons principalement les possibilités d’instrumentalisation de la connaissance, qui sont en lien avec la pression que les mandant•e•s peuvent exercer dans leur position de financeurs. Des risques à mettre en parallèle avec les recherches qui n’explicitent pas les liens avec l’action et qui, par une vision très élitiste de la connaissance, pourraient servir uniquement le cercle fermé de celles et ceux qui peuvent la comprendre. L’exemple du mandat effectué à Carouge montre que l’accompagnement institutionnel permet en grande partie de limiter ce double risque tout en saisissant l’opportunité de mettre en adéquation les conceptions des mandant•e•s avec les acquis scientifiques. La présence d’un financement mixte comprenant un fonds de recherche à côté de la rémunération par les mandant•e•s nous paraît tout particulièrement importante. La présence d’un fonds scientifique permet l’évaluation par les pairs, gage de rigueur, ainsi qu’une certaine autonomie des chercheur•e•s, fondée sur une marge de manœuvre financière. La mise en place de contrats qui formalisent les relations entre mandant•e•s et mandataires représente aussi un élément important, de par la clarification des rôles et des attentes. Dans notre exemple, cette structuration couplée à la mise en place d’un groupe de pilotage a généré un phénomène d’apprentissage permettant l’évolution d’une conception incantatoire de la « mixité sociale » vers une vision dynamique de la création d’un « vivre ensemble harmonieux ». Dans ce contexte, les chercheur•e•s ont servi de pont entre des connaissances scientifiques en quête d’approfondissement empirique et une réalité sociale demandeuse de ces connaissances. Dans cette conception des processus, la relation est au centre des préoccupations ; sa structure est primordiale pour que les divers acteurs et actrices y trouvent leur compte.

33Ce travail de structuration des relations est possible s’il existe une reconnaissance institutionnelle de la diversité des manières de concevoir la recherche dans toutes ses étapes, de la construction de l’objet à la diffusion des résultats. Synthétiquement, il s’agit de mettre en avant les complémentarités et non la concurrence entre modalités de recherche afin de garantir les meilleurs échanges entre science et cité. A l’image des quartiers mixtes, il s’agit de reconnaître et accompagner la diversité d’approche dans la recherche pour minimiser les contraintes et maximiser les potentialités afin d’accroître à la fois la connaissance et son utilisation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alami, S., Desjeux, D. & Garabuau-Moussaoui, I. (2009). Les méthodes qualitatives. Paris : Presses Universitaires de France.

Battaglini, M. & Rodari, S. (2015). Recension et analyse des mandats. [Rapport de recherche]. Genève : Haute école de travail social.

Bergier, J.-F. (1965). Meyrin-Genève. Revue de médecine préventive, V, 517-529.

Boucher, M. (2007). Turbulences : comprendre les désordres urbains et leur régulation. Montreuil : Aux lieux d’être.

Chamboredon, J.-C. (1971). La délinquance juvénile, essai de construction de l’objet. Revue française de sociologie, 12, 335-377.

Chamboredon, J.-C. & Lemaire, M. (1970). Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement, Revue française de sociologie, 11, 3-33.

Charmillot, M. & Dayer, C. (2007). Démarche compréhensive et méthodes qualitatives : clarifications épistémologiques. Recherches qualitatives, hors série, 3. Consulté le 09.04.17 sur http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/hors_serie_v3/Charmillot_et_Dayer-FINAL2.pdf

de Gaulejac, V. (2005). La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social. Paris : Le Seuil.

Donzelot, J. (2006). Quand la ville se défait. Paris : Seuil.

Dubet, F. & Lapeyronnie, D. (1992). Les quartiers d’exil. Paris : Seuil.

Elias, N. (1965). Logiques d’exclusion. Paris : Pocket.

Ellyas, A.-B. (2006). Replis communautaires à Sarcelles. Manière de voir, 10(89), 46-48.

Frauenfelder, A. & Mottet, G. (2012). La fabrique d’un problème public. Reconnaître, expertiser et gérer la « violence en milieu scolaire ». Revue suisse de sociologie, 38(3), 441-457.

Garabuau-Moussaoui, I. (2010). « Les méthodes qualitatives : une réponse à Jacques Le Bohec », Lectures [en ligne]. (2011, 12 mai). Consulté le 16.02.2017 sur http://lectures.revues.org/5454

Giauque, D. (2003). Nouvelle gestion publique et régulation organisationnelle. La bureaucratie libérale. Revue Internationale des Sciences Administratives, 69(4), 663-692.

Giauque, D. & Emery, Y. (2008), Repenser la gestion publique : bilan et perspectives en Suisse. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

Gros, D. (2004). Un exemple de marginalisation en zone urbaine. L’éducation en débat, 2, 3-21.

Herzog, S. (2005). La Suisse ne connaît pas de ghetto social. Repère social, 70, 5.

Karsz, S. (2017), Affaires sociales, questions intimes. Malakoff : Dunod.

Knoepfel, P., Larrue, C. & Varone, F. (2006). Analyse et pilotage des politiques publiques. Zurich : Rüegger.

Le Bohec, J. (2010). « Sophie Alami, Dominique Desjeux, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Les méthodes qualitatives », Lectures [Enligne]. (2010, 5 octobre). Consulté le 16.02.2017 sur http://lectures.revues.org/1146

Linhart, D. (2015). La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale. Toulouse : Erès.

Maitre, M. (1991). Meyrin : au-delà des grands ensembles. Dossiers publics, 79(28), 28-49.

Olivier de Sardan, J.-P. (2010). Anthropologie médicale et socio-anthropologie des actions publiques. Anthropologie et santé, 1. Consulté le 12.03.2018 sur http://journals.openedition.org/anthropologiesante/86

Sabatier, P. & Jenkins-Smith, H., (1999). The Advocacy Coalition Framework : An Assessment. Dans P. Sabatier (Dir.), Theories of the Policy Process (pp. 117-166). Boulder : Westview Press.

Schulte-Haller, M. (2011). Mixité sociale et développement de quartier : entre désir et réalité. Berne : ARE, OFL, SEM, OFSPO, SLR, CFM

Schultheis, F., Roca i Escoda, M. & Cousin, P.-F. (Dir.) (2008). Le cauchemar de Humboldt. Les réformes de l’enseignement supérieur européen. Paris : Raisons d’agir.

Secrétariat d’Etat à l’éducation et à la recherche. (2006). Panorama de l’enseignement supérieur en Suisse. Berne : SER.

Wacquant, L. (2006). Parias urbains. Paris : La Découverte.

Wicht, L., Christe, E., Battaglini, M. & Chuard, C. (2011). Faire l’expérience de la mixité sociale dans son quartier. [Rapport de recherche]. Genève : Haute école de travail social.

Wicht, L., Chuard, C. & Seiler, I. (2006). Recherche-action participative au sein des Tours de Carouge. Habitants établis et outsiders : nuisances et qualité de vie dans le quartier. [Rapport de recherche]. Genève : Haute école de travail social.

Wimmer, A. (2003). Etrangers établis et outsiders indigènes, formation de catégories sociales et réseaux de relations dans trois quartiers d’immigrants. Dans H.-R. Wicker, R. Fibbi & W. Haug (Ed.), Les migrations et la Suisse (pp. 197-226). Zurich/Genève : Seismo.

Yin, R. K. (1994). Case Study research. London: Sage.

Notes

1 Débat dont on trouve un aperçu, par exemple, dans les échanges entre Jacques Le Bohec (2010) et Isabelle Garabuau-Moussaoui (2011) à propos de l’ouvrage Les méthodes qualitatives (Alami et al., 2009).

2 Fondations immobilières de droit public (FIDP) et la Fondation Kammacher.

3 La loi pour la construction de logements d’utilité publique (I 4 06 - LUP) a été votée par le Grand Conseil sans opposition le 24 mai 2007 et est entrée en vigueur le 31 juillet 2007. Elle a été modifiée le 14 mai 2009, en renforçant les objectifs et les moyens à disposition. (Loi pour la construction de logements d’utilité publique (LUP - I 4 06). Loi générale sur les zones de développement (LGZD) et son article 4A.)
La loi fixe pour objectif à l’Etat de constituer un parc pérenne de logements à caractère social à hauteur de 20 % du parc locatif du canton. A terme, le contingent pourrait atteindre environ 35 000 logements. Consulté le 30.03.2017 sur https://www.ge.ch/logement/logement-utilite-publique/loi-lup.asp

4 La PPE ou « propriété par étage » est une copropriété, à savoir une forme d’habitation où plusieurs personnes sont propriétaires d’une certaine partie de cette habitation. Les copropriétaires ont l’usage exclusif sur leur logement.

5 L’équipe de recherche a proposé de réaliser une série d’entretiens et d’observations dans le quartier, bien que la démarche principale à laquelle était dédiée la plus grande partie de ressources fût centrée sur lesdits immeubles.

6 Le quartier de la Tambourine est implanté en périphérie de la commune de Carouge, commune genevoise de 20 000 habitants.

7 Extrait de la présentation des conclusions de l’étude par Laurent Wicht, lors de la journée du logement 2012.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 Plan de la recherche proposé au mandant par l’équipe
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 2 Structure de l’appareil méthodologique mis en place pour la recherche
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteurs

Docteure en Sciences politiques, elle est professeure associée à la Haute école de travail social (HES-SO/Genève). Elle est spécialisée dans l’analyse des politiques publiques en lien avec les récentes transformations de l’Etat social et ses relations avec les actrices et acteurs de la société civile. Elle étudie l’impact de ces développements sur les actions publiques au niveau urbain, en Suisse particulièrement.

Licencié en Sciences de l’éducation, il est professeur associé à la Haute école de travail social (HES-SO/Genève). Spécialisé dans les questions liées à la jeunesse, ses travaux portent notamment sur les processus de marginalisation et d’intégration des jeunes et sur l’intervention des travailleuses et travailleurs sociaux. Dans ce cadre, il s’intéresse en particulier au travail social de proximité et au territoire local.

Lire

Open access