Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enquêter, former, publier au cœur de la cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Stéphanie Fretz
, 
Eva Nada
, 
et al.

Première partie. La recherche dans la cité

Quels liens entre recherche et travail social ?

L’exemple des études sur l’âge et la migration

Claudio Bolzman

Texte intégral

  • 1 La fonction explicite de cette Conférence de consensus était de rapprocher les perspectives à prop (...)
  • 2 Sur cette question, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) a choisi d’intégre (...)

1La question des liens possibles entre recherche et travail social fait débat, notamment dans le monde francophone. Ainsi, lors de la Conférence de consensus1 qui a eu lieu en France en 2012, il était question de savoir si l’on devait développer la recherche « dans, sur ou en travail social » (Jaeger & Mispelblom Beyer, 2014), comme s’il s’agissait de positions exclusives et inconciliables. Dans le même sens, il m’est arrivé aussi de rencontrer des collègues pour qui la seule recherche légitime concernant le travail social est celle qui étudie l’action des professionnel•le•s et ses effets. En revanche, d’autres collègues estimaient que le rôle des chercheur•e•s était d’analyser à partir d’une position d’externalité et surplombante ce qui se passe dans le monde social. En Suisse, on discute par ailleurs, bien que de manière moins figée et plus pragmatique,2 sur la nécessité d’élaborer une recherche dite appliquée qui répondrait mieux aux besoins des terrains que la recherche dite fondamentale.

2Mon expérience pratique de chercheur et enseignant au sein du Centre de recherche sociale de la Haute école de travail social de Genève m’amène à avoir une position plus nuancée sur ces débats. En effet, la thèse que je défends dans cet article est que, selon les circonstances, les questions posées, l’origine de la demande, etc., les mêmes chercheur•e•s peuvent être amenés à développer des modes de recherche différents et que tous peuvent être pertinents pour le travail social, à condition que des articulations soient construites entre professionnel•le•s de la recherche et professionnel•le•s de l’intervention. Ainsi, parfois, la recherche dite fondamentale peut contribuer à la production des savoirs nécessaires au travail social, car elle permet de découvrir des problématiques ignorées par l’intervention ou de penser autrement certains problèmes. Parfois, en revanche, c’est la collaboration étroite entre chercheur•e•s et instances sociales, ou entre chercheur•e•s et professionnel•le•s, voire entre chercheur•e•s et étudiant•e•s qui permet de produire des connaissances nouvelles et d’élaborer des méthodes d’intervention plus adaptées (Bolzman, 2008 ; 2014). A partir de recherches auxquelles j’ai participé autour des questions de l’âge et de la migration, on trouvera, dans ce qui suit, plusieurs illustrations de cette thèse.

Le contexte de départ : une rencontre improbable entre vieillissement et migration

3Aussi bien les questions relatives au vieillissement de la population que celles liées aux migrations intéressent au premier chef le travail social et, plus largement, les politiques sociales. En effet, la problématique d’une société composée d’un nombre croissant de personnes âgées et le financement des pensions de vieillesse et de retraite occupent souvent l’actualité de débats. Il en va de même pour les problématiques liées à l’intégration des personnes migrantes. Cependant, aussi bien au niveau de la réflexion sur les politiques à mettre en place que sur les terrains d’intervention, mais également sur le plan de la recherche, ces deux problématiques ont rarement été prises en considération ensemble jusqu’à une période relativement récente. Cela était clairement le cas lorsque, avec des collègues, j’ai commencé des recherches sur cette thématique en 1992. Ainsi, au début des années 1990, un démographe, Olivier Blanc, s’intéressait aux défis auxquels la Suisse devrait faire face dans le futur. Parmi ceux-ci, il mentionnait « Le vieillissement de la population résidente et la permanence d’une part d’étrangers représentant environ un habitant sur six (qui) posent des questions de société délicates mais ne pouvant pas être éludées ou contournées » (Blanc & Gilliand, 1991 : 15). Blanc se contentait d’évoquer en parallèle le vieillissement de de la population et la présence permanente des personnes étrangères, sans aborder explicitement la question des personnes âgées immigrées. Un peu plus tard, dans le Rapport fédéral suisse sur le vieillissement publié en 1995 – un rapport de plus de trois cents pages – nombre de questions de société liées à la vieillesse étaient abordées, mais sans aucune référence aux personnes âgées immigrées.

4Lorsqu’on établissait une relation entre les deux problématiques, la migration était perçue comme une manière de contrecarrer potentiellement le vieillissement de la population et ses conséquences sur les politiques sociales. En effet, on percevait la population immigrée – et c’est d’ailleurs encore largement le cas – comme une force de travail qui pouvait contribuer à rééquilibrer la structure par âge de la population et à financer l’assurance vieillesse et survivants (AVS). Ainsi, en 1993, un député demanda avec inquiétude au Conseil fédéral si une proportion de 40 % des étrangers serait nécessaire en 2040 pour financer l’AVS. Il estimait cependant que « ces personnes finissent par vieillir aussi » (Stalder, 1993 : 40). On notera que le conseiller national projetait le phénomène dans un temps futur. En fait, les personnes immigrées étaient perçues principalement en fonction de leur rôle économique de travailleuses, consommatrices, contribuables et cotisantes aux assurances sociales (Bolzman, 1999). Leur vieillissement était invisible.

5Au niveau des instances sociales et des professionnel•le•s du travail social, le lien entre ces deux problématiques (vieillissement et migration) n’était également guère perçu. Ainsi, les structures destinées aux personnes âgées n’abordaient pas la thématique des personnes âgées migrantes, ou alors comme un phénomène très marginal. De leur côté, les structures destinées aux personnes migrantes estimaient que le centre de leur intervention devait se concentrer sur les personnes actives et leurs familles. Lorsque nous avons commencé à nous intéresser aux personnes âgées migrantes, nous ne pouvions donc pas faire appel aux pratiques de travail social existantes ni aux expériences des professionnel•le•s du travail social dans le domaine car ce n’était pas une problématique identifiée comme telle.

La recherche « fondamentale » comme révélatrice d’une problématique méconnue du travail social : les personnes âgées immigrées

  • 3 Projet de recherche no 4032-35679 du FNS, « Modes de vie et projets d’avenir des immigrés espagnol (...)

6Ainsi, lorsque nous avons débuté dans ce domaine de recherche, nous ne pouvions que nous appuyer sur l’initiative de notre groupe de chercheur•e•s de l’Ecole de travail social (alors Institut d’études sociales). Au début des années 1990, le FNS lança un appel à projets de recherche dans le cadre d’un Programme national suisse de recherche (PNR) intitulé « Vieillesse ». Avec mes collègues Rosita Fibbi et Marie Vial, nous décidâmes de postuler à ce programme à partir de l’exploration de la question du retour pour les personnes immigrées espagnoles et italiennes proches de la retraite.3 L’idée fut retenue par les experts de ce PNR car, jusqu’à ce moment-là, personne ne s’était intéressé au vieillissement de ces populations arrivées pour travailler en Suisse entre les années 1950 et 1960. Il s’agissait ainsi d’une démarche scientifique « classique », issue du monde académique. La problématique et les méthodes étaient du ressort exclusif des chercheur•e•s, qui ont pensé le projet à partir de leurs intuitions, de leurs connaissances théoriques, d’un travail d’examen systématique de la littérature scientifique suisse et internationale sur le thème et des contacts exploratoires avec la population directement concernée. La principale méthode de récolte des données consista en une enquête par questionnaire (en partie auto-administré, en partie face-à-face) à laquelle répondirent quatre cent quarante-deux personnes espagnoles et italiennes âgées de 55 à 64 ans et résidant dans les cantons de Genève et Bâle-Ville. Il y eut aussi une vingtaine d’entretiens semi-directifs auprès d’une partie des enquêté•e•s. Les résultats ont rendu attentifs les professionnel•le•s et les institutions sociales à l’existence d’une population qui, contrairement aux conceptions habituelles, ne rentrait pas dans son pays d’origine au moment de la retraite et qui se trouvait en situation précaire, du point de vue économique et de son état de santé, par rapport aux personnes âgées « nationales » (Bolzman, Fibbi & Vial, 1996 ; 1999). Une population qui avait donc besoin davantage que d’autres du soutien des services sociaux et qui pourtant les sous-utilisait (Bolzman et al., 2004).

7Cet exemple, présenté de manière très sommaire et schématique, met en évidence qu’il est parfois nécessaire de poser des questions qui a priori peuvent paraître éloignées des préoccupations immédiates du travail social et qui demeurent plus largement sous-estimées dans l’imaginaire social. Notre recherche a pu montrer l’influence de la politique d’immigration (Sayad, 1991) sur cet impensé social à propos des personnes immigrées âgées. En effet, les populations venues dans les années 1950 et 1960 furent recrutées dans le cadre d’une politique dont l’objectif premier était de disposer d’une main-d’œuvre temporaire, bon marché et utile à court ou à moyen terme pour l’économie. Nul ne songeait alors à une immigration permanente. Dans ce contexte, le regroupement familial fut accepté avec beaucoup de retard et, en Suisse comme dans d’autres Etats européens, il n’y eut guère de politiques d’intégration mises en place au bénéfice de la « première génération » d’immigré•e•s ; cette tâche fut abandonnée au hasard des trajectoires personnelles, sans que des mesures concrètes ne viennent encourager la participation des migrant•e•s à la vie sociale et culturelle du pays de résidence. Cette situation ne préoccupait pas outre mesure les autorités, puisque celles-ci n’avaient pas envisagé sérieusement que ces « travailleuses et travailleurs » demeureraient à long terme dans la société de résidence. D’ailleurs, le terme allemand pour les désigner était celui de Gastarbeiter, « travailleur invité », donc forcément de passage. La recherche a donc permis de faire émerger une problématique à laquelle le travail social n’avait accordé qu’une attention discrète jusque-là.

De la recherche fondamentale à la recherche mandatée

  • 4 Fondation sans but lucratif mandatée par la Confédération suisse pour développer des prestations d (...)
  • 5 Devenue aujourd’hui la Commission fédérale des migrations. Il s’agit d’un organisme créé et financ (...)
  • 6 Le mandat de Pro Senectute et de la Commission fédérale des étrangers a été financé par le Pour-ce (...)
  • 7 Ce qui est important puisque deux tiers de la population suisse sont germano-phones.
  • 8 Certaines critiques sur les risques de créer des « ghettos » pour personnes immigrées âgées sont a (...)

8La mise en lumière par notre recherche de cette invisibilisation d’une problématique sociale a fait l’effet d’une « bombe » dans les milieux concernés par le travail social auprès des personnes âgées, mais aussi auprès des personnes immigrées, qui s’étaient concentrées plutôt sur les personnes en âge d’exercer une activité ou les mineur•e•s. La diffusion de ces résultats inattendus provoqua une remise en question des instances intervenant auprès des personnes âgées ou des personnes migrantes. Nous avons ainsi été mandatés dans un deuxième temps par deux organismes importants en Suisse – Pro Senectute Suisse4 et la Commission fédérale des étrangers5 – pour donner suite à notre première étude et entamer une recherche, cette fois-ci appliquée, sur les pratiques de soutien existantes dans certains pays européens à l’égard des personnes immigrées âgées, dans le but de trouver des sources d’inspiration pour la Suisse.6 Nous avons pris le cas de deux pays voisins – l’Allemagne et la France – et d’un pays réputé pour sa réflexion pionnière dans le domaine, la Hollande. A partir d’une recherche documentaire dans ces trois pays et d’entretiens semi-directifs avec des professionnel•le•s des organismes du travail social dans ces pays, nous avons rédigé un rapport intitulé « Expériences européennes par et pour les migrants âgés » (Fibbi, Bolzman & Vial, 1999). Ce rapport, traduit en allemand,7 a été discuté dans le cadre d’une première conférence nationale sur les personnes immigrées âgées à laquelle ont participé des représentant•e•s de nombreux organismes de travail social, en particulier auprès des personnes âgées et auprès des personnes immigrées, ainsi que des représentant•e•s des associations d’immigré•e•s. Cette conférence a donné lieu un peu plus tard à la création d’un Forum national « Age et Migration », réunissant des représentant•e•s des principaux organismes concernés par l’action sociale et de santé dans le domaine de la vieillesse et de l’immigration en Suisse. J’ai été intégré en tant que chercheur à ce forum, qui a donné une impulsion à divers projets de soutien aux personnes immigrées âgées. On peut citer, à titre d’illustration, la mise en œuvre des « pôles méditerranéens » dans plusieurs établissements médico-sociaux (EMS) de villes en Suisse alémanique, qui s’inspiraient des exemples mis à jour par notre rapport de recherche. Il s’agissait notamment de permettre aux personnes âgées italiennes et, dans une moindre mesure, espagnoles, qui le souhaitaient de se retrouver dans un espace où elles pouvaient pratiquer leur langue et poursuivre certaines habitudes alimentaires ou familiales susceptibles de favoriser une meilleure qualité de vie durant cette période délicate de leur existence. On reconnaissait ainsi qu’égalité de traitement ne voulait pas dire uniformité de traitement et que des besoins de base pouvaient être satisfaits de manière spécifique. Plutôt que de demander aux personnes âgées immigrées de s’adapter aux institutions, on tenta des expériences d’ouverture interculturelle des institutions, comme le recommandait notre rapport de recherche. Il est à noter, en effet, que toutes ces expériences de « pôles méditerranéens » ont été conçues par des EMS destinés à toutes les personnes âgées. Les personnes âgées italiennes et espagnoles disposent d’un espace à elles dans des bâtiments où se retrouvent aussi des personnes âgées suisses et d’autres nationalités. Les prestations sont donc les mêmes pour toutes et tous, et des contacts peuvent avoir lieu entre des personnes de différentes nationalités qui le souhaitent. Enfin, il n’y a pas d’obligation pour les personnes italiennes et espagnoles de choisir ces « pôles méditerranéens ».8

  • 9 Etude réalisée à la demande de l’Office de coordination des Ecoles-clubs Migros, Zurich, à l’Insti (...)

9Durant la même période, nous avons aussi été sollicités par un autre organisme, l’Office de coordination des Ecoles-clubs Migros,9 afin de mener une recherche exploratoire sur la pertinence de mettre en place des activités de loisirs et de formation adressées spécifiquement aux personnes âgées immigrées. Notre mandataire avait l’impression que les personnes âgées espagnoles et italiennes étaient peu présentes parmi le public des Ecoles-clubs Migros. Sa coordinatrice, d’origine italienne, était particulièrement sensible à cette question et s’était intéressée à la thématique suite à la présentation publique de notre recherche FNS. Nous avons négocié le mandat avec elle et avons obtenu de ne pas cibler uniquement les activités de cette Ecole-club, mais de prendre en considération également la participation de ces personnes âgées à d’autres instances, davantage en lien avec l’animation socioculturelle, telles que les maisons de quartier ou les clubs des aînés. Etant donné que le mandataire demandait un rapport dans des délais brefs, la principale méthode utilisée fut celle des focus groups : dans les deux cantons de l’étude – Genève et Bâle-Ville –, neuf groupes ont été mis en place, à savoir un groupe d’hommes, un groupe de femmes et un groupe mixte pour chacune des nationalités (espagnole, italienne, suisse). La dimension comparative de l’étude, mettant aussi en évidence les pratiques des Suissesses et Suisses âgés, a permis de dégager certaines spécificités des manières de structurer la vie quotidienne de la part des personnes âgées espagnoles et italiennes, portant non seulement l’empreinte de leur origine nationale, mais également de leur origine sociale. Nous avons observé, par exemple, l’importance d’activités propres à la culture populaire, qui permettent de joindre « l’utile à l’agréable » et où la dimension familiale est souvent présente (Hoggart, 1970).

10Du point de vue du travail social, les résultats confirmaient la faible présence des personnes âgées espagnoles et italiennes dans les clubs des aînés et les maisons de quartier. Les participant•e•s à l’étude estimaient que ces lieux « n’étaient pas pour des personnes comme eux ». Ils évoquaient leur souhait d’espaces de rencontre informels où il leur serait possible de se rendre sans crainte de se sentir mal à l’aise. Au fond, tout comme dans le cas des EMS, ces personnes exprimaient la nécessité d’un espace où elles n’auraient pas à justifier de leur intégration et qui serait adapté aux besoins des personnes âgées immigrées issues de milieux populaires. Le message renvoyé aux instances existantes était donc la nécessité de repenser le travail d’animation socioculturelle avec un public vieillissant devenu plus divers (Bolzman, Fibbi & Vial, 2001).

11Les deux exemples sont donc issus des recherches mandatées, ciblées spécifiquement sur des questions d’intérêt pour les mandant•e•s. Mais ces deux études n’auraient probablement pas eu lieu sans l’existence d’une recherche « fondamentale » qui les avait précédées et avait inscrit la problématique dans l’agenda des préoccupations sociales. Par ailleurs, les chercheur•e•s ont certes rempli leur mandat, mais ils ont en même temps inscrit leurs résultats dans le cadre du débat scientifique avec leurs pairs, au sein des colloques ou des séminaires scientifiques, et ont contribué à des publications inscrivant les résultats empiriques dans un cadre théorique plus large.

Recherches en collaboration avec des travailleuses et travailleurs sociaux

12Nos divers travaux et la diffusion que nous en avons faite, notamment à travers nos interventions dans les formations de Bachelor, Master ou postgrade, ont attiré l’attention de travailleuses et travailleurs sociaux qui se sont sentis interpellés par des situations rencontrées dans le cadre de leur activité professionnelle. Les échanges avec une partie de ces professionnel•le•s se sont limités à des discussions informelles. D’autres ont choisi d’aller un peu plus loin dans leur réflexion et de profiter du cadre d’une formation pour faire leur mémoire de fin d’études sur des questions relatives aux personnes âgées immigrées (Jäggi, 2004 ; Lopes, 2006). Certain•e•s ont aussi développé des initiatives spécifiques destinées à améliorer la situation de ce public dans leurs institutions respectives. Enfin, quelques travailleuses et travailleurs sociaux ont établi des discussions plus suivies avec nous, qui nous ont progressivement amenés à élaborer des collaborations dans le cadre de recherches systématiques.

13Diverses recherches que nous avons menées ont en effet été suscitées directement par les questions de travailleuses et travailleurs sociaux en lien avec la grande complexité qui caractérise certaines situations rencontrées par les populations âgées de nationalité étrangère ; en lien parfois aussi avec des dilemmes éthiques concernant les effets de leurs interventions sur la vie des personnes concernées. Nous avons ainsi été sollicités pour clarifier certaines interrogations par rapport à ce que l’on pourrait définir comme des épreuves institutionnelles spécifiques à certaines catégories de populations immigrées. On peut définir les épreuves institutionnelles comme des exigences que les institutions imposent à ces populations, souvent en relation avec leur droit au séjour ou leurs droits sociaux, et qui viennent s’ajouter aux épreuves que tout individu peut rencontrer dans son parcours de vie (Bolzman, 2014). Un nombre important de mes recherches se concentre sur cette problématique. Dans le cadre de cet article, j’évoquerai deux exemples liés à la thématique âge et migration : l’un concerne le regroupement familial des ascendant•e•s, l’autre la précarité des fonctionnaires internationaux à la retraite.

  • 10 Le plus souvent, il s’agissait de femmes, du fait de leur espérance de vie plus longue, mais il y (...)
  • 11 Projet no 13DPD3-112658 FNS, « Regroupement familial des ascendants et travail social », de Claudi (...)

14Pour ce qui est du premier exemple, une assistante sociale travaillant dans un service social pour personnes âgées a constaté que son institution recevait un nombre croissant de familles ayant fait venir une mère âgée10 en Suisse et qui n’arrivaient plus à faire face toutes seules aux problèmes engendrés par cette nouvelle situation. D’une part, les professionnel•le•s n’arrivaient pas à bien cerner ces situations ; d’autre part, ils ne savaient pas très bien quelle était leur marge de manœuvre pour venir en aide à ces familles. Une assistante sociale nous sollicita pour clarifier cette situation. Elle ne se contenta pas simplement du rôle de « lanceur d’alerte », mais s’impliqua pleinement dans la démarche de recherche. Suite à l’élaboration d’un projet de recherche, nous avons obtenu le financement du Fonds DORE du FNS pour mener à bien une recherche « classique ».11 Afin de garantir la participation de l’assistante sociale dans le processus, nous avons soutenu ses négociations avec son employeur pour qu’elle puisse consacrer du temps à la recherche dans le cadre de ses heures de travail. Le fait de l’avoir impliquée, ainsi que sa direction, dès le début du projet de recherche a facilité la négociation. Elle a obtenu d’être déchargée de ses tâches une demi-journée par semaine. Par rapport aux exigences de la recherche, cela peut apparaître comme un temps relativement limité, mais pour elle comme pour les quatre autres personnes qui formaient l’équipe de recherche, ce temps se révéla précieux. En effet, elle participa à toutes les séances de l’équipe de recherche et sa connaissance concrète des situations et de ce qui se passait dans les institutions pour personnes âgées fut très importante pour l’équipe et pour la bonne marche de la recherche. En effet, lorsque des membres de l’équipe allaient « à la pêche » aux situations de regroupement familial d’un•e ascendant•e, par exemple, ses liens avec d’autres assistantes et assistants sociaux et sa connaissance de la problématique rendaient attentifs ses collègues intervenant•e•s au fait qu’il y avait plus de situations de ce type qu’il n’y paraissait dans leurs dossiers. Son action a donc permis de rendre visibles des situations qui seraient restées dans l’ombre sans son intervention. Au total, nous avons interviewé quarante-huit professionnel•le•s et vingt-trois familles concernées par le regroupement familial d’un•e ascendant•e. Cette assistante sociale participa également à des séances d’analyse de cas où les savoirs des uns (professionnel•le•s de la recherche) et des autres (professionnel•le•s de l’intervention) ont été précieux pour l’exploration de la problématique. Enfin, elle cosigna notre principal article de synthèse de la recherche, qui a été publié en français et en anglais (Bolzman et al., 2008 a ; 2008b).

15Les résultats ont mis en évidence que la figure de l’ascendant•e âgé•e venu•e rejoindre ses enfants est inexistante dans la Loi sur les étrangers et dans les statistiques sur le regroupement familial. Ce qui reflète un décalage entre les réalités transnationales que ces familles ont vécues pendant des années (puisque leurs membres ont vécu la solidarité – envois réguliers de fonds à la personne âgée – et l’intimité à distance – contacts téléphoniques ou via internet) et les réponses institutionnelles, basées sur un concept de famille bien plus restreint et sur des politiques sociales liées étroitement à la notion de solidarité nationale (Righard, 2008). Cette épreuve qui conduit à s’occuper d’aîné•e•s en situation de fragilité ou de dépendance concerne de nombreuses familles. Elle revêt un caractère particulier et plus complexe pour les familles avec un membre étranger (Bolzman et al., 2008 a ; 2008b).

16Outre le fait d’avoir diffusé les résultats de la recherche sous une forme classique (articles scientifiques, tels que Vuille et al., 2013 ; Bolzman, 2015), la présence d’une assistante sociale dans l’équipe a permis d’adapter et d’ajuster progressivement les interventions des professionnel•le•s de son institution à partir des nouvelles informations issues de l’enquête de terrain. Elle a permis aussi de rendre plus visible la problématique auprès de ses collègues directs et des membres de son réseau professionnel. Avec les nouvelles connaissances acquises grâce à l’étude, l’assistante sociale est devenue une personne de référence pour les professionnel•le•s concerné•e•s par la problématique.

  • 12 Projet « Une précarité inattendue ? Trajectoires et situations des anciens fonctionnaires internat (...)
  • 13 Cette région inclut le canton de Genève, la France voisine et une partie du canton de Vaud. Nombre (...)

17Un deuxième exemple, qui sera un peu moins développé ici car la recherche n’est pas tout à fait terminée, concerne la problématique d’une « précarité inattendue » chez les anciennes et anciens fonctionnaires internationaux. J’ai été alerté sur cette question, en effet, par une ancienne étudiante devenue assistante sociale pour l’Association d’anciens fonctionnaires internationaux, qui suivait, dans le cadre de cette fonction, un certain nombre de « cas difficiles » caractérisés par une précarité financière, de la solitude, parfois accompagnées par des problèmes de santé et des difficultés de communication au niveau local dues à une connaissance lacunaire du français. A la suite de nombreuses réunions informelles, nous avons décidé d’élaborer un projet de recherche pour approfondir cette problématique inattendue. En effet, l’image qui prédomine habituellement est celle d’une population assez aisée et bénéficiant de conditions de vie généralement agréables. C’est le réseau CEDIC de la HES-SO qui a financé la mise en œuvre de ce projet.12 Nous avons élaboré un questionnaire auto-administré destiné à tous les membres de l’association et avons mené aussi des entretiens semi-directifs avec d’anciennes et anciens fonctionnaires internationaux résidant dans la région du « Grand Genève ».13

  • 14 Par exemple, le droit à recevoir un financement pour certaines prestations de l’aide à domicile ou (...)

18L’élaboration du questionnaire s’est avérée extrêmement complexe. Il fallait en effet produire un instrument en deux langues, anglais et français, avec une traduction « parfaite » pour les rendre comparables et ne pas biaiser les réponses. De plus, l’association voulait avoir un droit de regard sur le contenu du questionnaire et, par le truchement d’un des membres de la direction, elle est intervenue à plusieurs reprises pour demander des modifications de celui-ci. Cela a retardé considérablement le travail de l’équipe de recherche et produit un certain découragement parmi ses membres. Sans l’intervention diplomatique et constructive de l’assistante sociale, par ailleurs bilingue et très impliquée dans la construction du questionnaire, le processus aurait demandé encore plus de temps. En outre, sa connaissance du milieu s’est avérée précieuse pour pouvoir intervenir dans une séance d’information destinée aux membres de l’association et se livrer à une première distribution du questionnaire. De plus, elle a réussi à convaincre la direction de l’association de l’envoyer par courrier électronique à l’ensemble de ses membres. Enfin, sa connaissance de nombreux retraités et retraitées internationaux nous a permis d’avoir un accès facilité à des personnes interviewées. On le voit, l’engagement de l’assistante sociale a été décisif à toutes les étapes du processus d’une recherche encore en cours. En tout cas, les premiers résultats montrent qu’une source importante de précarité est liée au décalage entre des vies professionnelles menées dans un cadre international (y compris au niveau des assurances vieillesse et maladie des fonctionnaires internationaux, qui dépendent des Nations Unies) et la nécessité ou le choix de s’insérer, au moment de la retraite, dans un cadre national avec d’autres règles, notamment en termes de protection sociale, qui peuvent exclure les anciennes et anciens fonctionnaires internationaux de certaines prestations sociales14 dépendantes des contributions à des caisses nationales.

19Dans ces deux exemples, la recherche a été suscitée par des travailleuses sociales très engagées dans leur terrain d’intervention et préoccupées par des problématiques mettant en relation des questions d’âge et de migration. Leur dynamisme a interpellé les chercheur•e•s, a permis d’approfondir leurs interrogations initiales et de les co-construire sous forme de projets de recherche. Une fois les projets mis en œuvre, elles ont été partie intégrante de l’équipe de recherche et ont joué un rôle clé d’interface avec les instances et les populations directement concernées. La faisabilité de la recherche a été directement liée à ce rôle d’interface, qui facilita la communication entre les divers actrices et acteurs impliqués et permit de rendre visibles et clarifier certains enjeux liés à la problématique.

  • 15 Comme le montrent Wimmer et Glick-Schiller (2002), les questions transnationales sont souvent trai (...)

20Ce double mouvement de visibilisation et de clarification peut aider les professionnel•le•s à mieux définir leur marge de manœuvre par rapport aux problématiques étudiées. Plus largement, il peut contribuer à penser autrement ces questions et soulever un débat sociétal plus large sur la manière habituelle de traiter ces problèmes avec une dimension transnationale.15 Cela est d’autant plus important que, souvent, les individus et les familles sont placés dans des situations particulièrement difficiles du fait du décalage entre leurs besoins et le cadre légal, organisationnel et habituel, prévu pour faire face à des difficultés rencontrées par les personnes âgées. Par ailleurs, dans les cas où une travailleuse sociale n’est pas associée directement à l’équipe de recherche, il faudrait imaginer, lors du processus de recherche et lors de la restitution des résultats, des manières de tenir compte de ce double mouvement de visibilitation et de clarification afin que les questions spécifiques concernant les personnes migrantes puissent être prises en compte de manière pertinente par les services concernés.

Remarques finales

21A travers l’exemple des recherches menées autour des questions relatives à l’âge et aux migrations, nous avons tenté de montrer que la spécificité de la recherche en lien avec le travail social se construit, ou du moins peut se construire, à travers le temps. Ici, nous avons mis en évidence que la recherche académique « classique » peut susciter des recherches mandatées et des recherches collaboratives. Parfois, l’ordre d’inscription dans le temps de ces trois types de recherche peut être différent. L’important est qu’elles contribuent à la fois à produire de nouvelles connaissances théoriques et empiriques sur des questions sociales, mais aussi de nouvelles réflexions sur les modes d’intervention des travailleuses et travailleurs sociaux, voire des pistes concrètes d’action face aux problématiques rencontrées.

22Dans notre exemple, une recherche académique classique a permis d’attirer l’attention des actrices et acteurs institutionnels sur des problématiques délaissées par les institutions, car n’entrant pas dans le cadre de leur champ d’action ordinaire. Ce type de recherche a contribué à sortir la pensée des sentiers battus en rendant visible ce que les modes habituels de construire les problèmes sociaux empêchent de voir, et a donc permis aux actrices et acteurs institutionnels de se donner les moyens de redéfinir leur champ d’intervention.

23Les recherches mandatées permettent en effet aux institutions de s’approprier une problématique peu claire en collaborant avec des chercheur•e•s. Dans le premier cas cité, les instances concernées sollicitent les chercheur•e•s pour mieux connaître ce qui est fait ailleurs par et pour les migrant•e•s âgé•e•s afin de mieux cerner ce qu’elles pourraient mettre en place dans leur sphère d’action. Dans le deuxième cas, il s’agit de mieux comprendre pourquoi la population immigrée âgée est peu présente dans les espaces d’animation socioculturelle prévus pour les personnes âgées et ce qui pourrait les inciter à y participer. La recherche peut contribuer de manière directe à répondre à ces demandes, tout en élargissant l’horizon de celles-ci pour le situer dans un cadre plus large de production de connaissances. Elle déploie ainsi son orientation vers l’application tout en restant en même temps fondamentale.

24La recherche peut aussi être initiée non par le haut des institutions, mais par « la base », à savoir les professionnel•le•s du travail social intervenant directement sur le terrain. Les exemples présentés dans cet article montrent qu’un dialogue fécond peut s’instaurer entre praticien•ne•s de l’intervention et praticien•ne•s de la recherche, conduisant à des recherches collaboratives. Celles-ci se distinguent par trois caractéristiques principales : une démarche de co-construction entre les partenaires concernés ; le fait de jouer sur deux registres à la fois, celui de la production de connaissances et celui du développement professionnel des praticien•ne•s ; la contribution de ces derniers au rapprochement, voire à la médiation entre communauté de recherche et communauté d’intervention (Desgagné, 1997).

25Dans les exemples présentés, les travailleuses sociales sont confrontées à des interrogations qu’elles souhaitent clarifier afin de soutenir leurs usagères et usagers de la manière la plus pertinente possible. La recherche peut fournir des éléments importants pour éclairer leur pratique, tout en mettant en évidence certaines problématiques qui dérivent d’un cadre contextuel plus large, telles que des dispositions légales ou administratives peu claires ou limitatives. En tout état de cause, la mise en place de telles collaborations entre praticien•ne•s de terrain et de la recherche est un processus qui nécessite des rapports de confiance qui se construisent avec le temps.

26Quelles que soient les modalités de la recherche en lien avec le travail social dans le domaine de l’âge et des migrations, sa spécificité ne se situe pas dans le type des questions posées, ni dans les méthodologies utilisées. Elle apparaît dans le souci d’articulation avec les pratiques professionnelles. Ce souci, il ne faut pas cependant l’évaluer dans l’espace d’une recherche particulière, mais dans le cadre d’un processus qui peut s’étaler sur une période bien plus longue.

Bibliographie

Références bibliographiques

Blanc, O. & Gilliand, P. (Ed.). (1991). Suisse 2000. Enjeux démographiques, Lausanne : Réalités sociales.

Bolzman, C. (1999). Le parcours de deux générations d’immigrés : un chemin d’intégration ? Dans C. Bolzman & J.-P. Tabin (Ed.), Populations immigrées : quelle insertion ? Quel travail social ? (pp. 41-56). Genève et Lausanne : Editions ies et EESP.

Bolzman, C. (2008). Quelles articulations entre recherche et formation en travail social ? L’exemple du domaine interculturel en Suisse romande. Dans J. Depireux & A. Manço (Ed.), Formations d’adultes et interculturalité. Innovations en pays francophones (pp. 115-130). Paris : L’Harmattan.

Bolzman, C. (2014). Articuler recherche et travail social : l’exemple de la migration. Dans S. Voélin, M. Eser Davolio & M. Lindenau, Le travail social entre résistance et innovation = Soziale Arbeit zwischen Widerstand und Innovation (pp. 367-377). Genève et Lucerne : Editions ies et Interact Verlag.

Bolzman, C. (2015). Personnes âgées, migrations et care. Enjeux intergénérationnels et pour les politiques sociales. Dans N. Hajji & O. Lescarret (Ed.), Les mouvements sociaux à l’épreuve de l’interculturel (pp. 189-209). Paris : L’Harmattan.

Bolzman, C., Fibbi, R. & Vial, M. (1996). La population âgée immigrée face à la retraite : problème social et problématique de recherche. Dans H. R. Wicker et al. (Ed.), Das Fremde in der Gesellschaft. Migration, Ethnizität und Staat (pp. 123-142). Zurich : Seismo.

Bolzman, C., Fibbi, R. & Vial, M. (1999). Les Italiens et les Espagnols proches de la retraite en Suisse : situation et projets d’avenir. Gérontologie et société, 91, 137-151.

Bolzman, C., Fibbi, R. & Vial, M. (2001). Les loisirs des personnes âgées immigrées : pratiques, besoins, demandes. [Rapport de recherche]. Genève : Institut d’études sociales.

Bolzman, C., Hirsch Durrett, E., Anderfuhren, S., Vuille, M. & Jäggi M. (2008a). Le regroupement familial des ascendants : le traitement national d’une problématique transnationale. L’exemple de la Suisse. Retraite et Société, 55, 40-69.

Bolzman, C., Hirsch Durrett, E., Anderfuhren, S., Vuille, M. & Jäggi, M. (2008b). Migration of Parents under Family Reunification Policies. A National Approach to a Transnational Problem. The case of Switzerland. Retraite et société, sélection 2008, 93-121.

Bolzman, C., Poncioni, R., Vial, M. & Fibbi, R. (2004). Older labour migrants’ wellbeing in Europe: the case of Switzerland. Ageing and Society, 24(3), 411-429.

Desgagné, S. (1997). Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants. Revue des sciences de l’éducation, 23(2), 371-393.

Fibbi, R., Bolzman, C. & Vial, M. (1999). Age et Migration. Expériences européennes pour et par les migrants âgés. Zurich : Pro Senectute, Commission fédérale des étrangers.

Hoggart, R. (1970). La culture du pauvre. Paris : Minuit.

Jaeger, M. & Mispelblom Beyer, F. (2014). Introduction. Dans M. Jaeger (Ed.), Conférence de Consensus. Le travail social et la recherche (pp. 1-5). Paris : Dunod.

Jäggi, M. (2004). Perceptions des directeurs des organisations cantonales et des assistants sociaux de Pro Senectute, face à la diversité culturelle de leurs clients et implications sur les pratiques professionnelles [Travail de certificat, CAS « Migrations et pratiques professionnelles »]. Lausanne et Genève : Université de Lausanne, EESP, HETS.

Lopes, F. (2006). Le voyage inachevé : la prise en charge des personnes âgées immigrées en EMS. [Mémoire de fin d’études]. Genève : Haute école de travail social.

Rapport de la Commission fédérale sur la vieillesse (1995). Vieillir en Suisse : Bilan et perspectives. Berne : CFV.

Righard, E. (2008). The welfare mobility dilemma. Transnational strategies and national structuring at crossroads. Lund: Media Tryck.

Sayad, A. (1991). L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Bruxelles : De Boeck.

Stalder, J. (1993). Question ordinaire, 9.6.93 : « 40 % d’étrangers en l’an 2040 ? ». Sécurité sociale, 5, 93.

Vuille, M., Bolzman, C. & Hirsch Durrett, E. (2013). Professional stances and personal values in the realm of transnational family reunification with older parents: social work practice in an emerging field. European Journal of Social Work, 16(3), 407-426.

Wimmer, A. & Glick-Schiller, N. (2002). Methodological nationalism and beyond: nation-state building, migration and the social sciences. Global Networks, 2(4), 301-334.

Notes

1 La fonction explicite de cette Conférence de consensus était de rapprocher les perspectives à propos du lien entre recherche et travail social, car la question est très controversée en France.

2 Sur cette question, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) a choisi d’intégrer la recherche qu’il a définie comme « recherche orientée vers l’application » dans la Division des sciences humaines et sociales, qui s’occupe en principe de la recherche dite fondamentale. Par ailleurs, les critères pour évaluer les deux types de projets de recherche sont, à quelques nuances près, identiques, mettant ainsi en évidence que le FNS ne perçoit pas une différence de nature entre ces deux types de recherche.

3 Projet de recherche no 4032-35679 du FNS, « Modes de vie et projets d’avenir des immigrés espagnols et italiens proches de la retraite », dans le cadre du PNR 32 de Claudio Bolzman et Rosita Fibbi, obtenu en 1992.

4 Fondation sans but lucratif mandatée par la Confédération suisse pour développer des prestations d’aide sociale auprès de la population âgée.

5 Devenue aujourd’hui la Commission fédérale des migrations. Il s’agit d’un organisme créé et financé par la Confédération pour promouvoir l’intégration des personnes étrangères en Suisse.

6 Le mandat de Pro Senectute et de la Commission fédérale des étrangers a été financé par le Pour-cent culturel Migros et a été confié à l’Institut d’études sociales. La recherche a commencé en 1999.

7 Ce qui est important puisque deux tiers de la population suisse sont germano-phones.

8 Certaines critiques sur les risques de créer des « ghettos » pour personnes immigrées âgées sont apparues. Cependant, ce n’est pas lorsque les personnes âgées se trouvent fragilisées ou en état de dépendance que la cohabitation avec des personnes d’autres origines et qui parlent une autre langue est la plus facile. La situation de ces personnes à ce stade avancé de leur parcours de vie reflète plutôt l’absence de politique d’intégration à leur égard lorsqu’elles ont travaillé comme jeunes adultes en Suisse.

9 Etude réalisée à la demande de l’Office de coordination des Ecoles-clubs Migros, Zurich, à l’Institut d’études sociales et financé par le Pour-cent culturel Migros, organisme à but non lucratif qui finance des projets culturels et sociaux, principalement en Suisse. L’étude a commencé en 2000.

10 Le plus souvent, il s’agissait de femmes, du fait de leur espérance de vie plus longue, mais il y avait aussi quelques cas concernant des hommes ou des couples âgés.

11 Projet no 13DPD3-112658 FNS, « Regroupement familial des ascendants et travail social », de Claudio Bolzman et Elisabeth Hirsch Durrett, obtenu en 2006. Partenaires de terrain : Pro Senectute Genève et Pro Senectute Vaud.

12 Projet « Une précarité inattendue ? Trajectoires et situations des anciens fonctionnaires internationaux retraités : le cas du Grand Genève » (Projet CEDIC 23-12, Claudio Bolzman), obtenu en 2012. Partenaire de terrain : Association des anciens fonctionnaires internationaux de Genève.

13 Cette région inclut le canton de Genève, la France voisine et une partie du canton de Vaud. Nombre d’anciennes et anciens fonctionnaires internationaux résident en effet dans la région.

14 Par exemple, le droit à recevoir un financement pour certaines prestations de l’aide à domicile ou lors de séjour en EMS.

15 Comme le montrent Wimmer et Glick-Schiller (2002), les questions transnationales sont souvent traitées à partir d’une perspective caractérisée par le nationalisme méthodologique. Cela veut dire que les frontières nationales constituent l’unité d’analyse des problèmes et que la notion de société est considérée comme identique à celle d’Etat-nation, confondant ainsi les intérêts nationaux avec la manière de penser les problèmes par les sciences sociales. Cette perspective dominante n’aide pas les personnes confrontées à des problématiques transnationales à trouver des solutions.

Auteur

Sociologue, il est professeur ordinaire à la Haute école de travail social (HES-SO/Genève). Ses travaux portent notamment sur les questions migratoires et les relations à l’altérité. Il est spécialiste de la thématique « âge et migration » sur laquelle il a mené diverses recherches, et a contribué à de nombreuses publications.

Lire

Open access