Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

Annexe A.7. Scénarios

Texte intégral

Scénario 1 – Scène de base : « Au moment de la douche »

Contexte – Lieux : vestiaire-douche, couloir devant le vestiaire.

N. B. : sur la porte du vestiaire figurent des logos « douche », un autre avec des toilettes et un troisième avec un logo de « pharmacie/infirmerie » également.

Acteurs :
Alain et Lise, deux adultes avec une DI légère

Alexandre (un éducateur) et Isaline (une éducatrice)

Prises de vues : vestiaire vu de l’extérieur

Scénario

Dans le couloir devant les armoires : Alain et Lise (de dos) passent ensemble en tenue de sport. Chacun avec un linge sur l’épaule. Lise tient un flacon de savon douche. Ils s’arrêtent et bavardent :

Alain : « Ça nous a crevés, j’vais prendre ma douche ! »

Lise : « Oui, oui, vas-y… »

Alain entre dans la pièce de la salle de douche. Quelques minutes s’écoulent.

Alexandre arrive, s’arrête devant la porte. Il frappe, ouvre la porte, entre en laissant la porte ouverte.

On aperçoit le rideau de douche fermé et on entend l’eau couler.

Alexandre : « Coucou, Alain. Je ne fais que passer. Ciseaux… bande… sparadrap… Voilà ! C’est bon ! »

Alexandre sort et referme la porte.

Après un certain temps, Alain sort habillé (cheveux encore un peu mouillés et en bataille), ses affaires de douche dans les mains. Il s’arrête dans le couloir pour mettre son linge dans un sac plastique.

Il croise Isaline.

Isaline : « Alors, Alain, c’est fini cette douche ? Tu es rapide, dis donc ! Mais tu devrais peut-être te sécher les cheveux parce qu’il fait très froid dehors ! »

Isaline ouvre la porte de la salle de bains toute grande. A la manière d’une portière, elle fait un signe théâtral à Alain pour lui signifier d’entrer. Elle se retire.

Alain entre à nouveau dans le vestiaire et ferme la porte derrière lui.

[🔈 : point d’insertion de la variante 1]
[🔈 : point d’insertion de la variante 3]
[🔈 : point d’insertion de la variante 4].

Quelques secondes s’écoulent.

Alexandre, qui passe vers le vestiaire, entrouvre la porte, sans frapper au préalable, il passe la tête à travers l’encadrement. Il jette un coup d’œil à l’intérieur : « Alain, tu as encore un peu de temps pour te faire tout beau ! »

🔈 Scénario 1 – Variante 1 : « C’est privé ! »

Contexte : idem scénario 1, histoire de base

Action : idem scénario 1 →
Alexandre
, à la cuisine, regarde sa montre et se dirige ensuite vers la salle de douche.

Alexandre s’approche de la porte, l’ouvre toute grande, et Alain dit : « Laisse-moi ! T’as pas le droit de rentrer. C’est privé ! » et il referme la porte derrière lui.

🔈 Scénario 1 – Variante 3 : « Je suis pressé ! »

Contexte : idem scénario 1, histoire de base

Action : idem scénario 1→

La porte du vestiaire (vue de l’extérieur) est fermée.

Alexandre arrive avec son désinfectant et son sparadrap. Il frappe.

Alain répond : « Non ! C’est OCCUPÉ ! Attends ! »

Alexandre : « Je dois ranger les affaires dans la pharmacie, je peux entrer ? »

Alain dit : « Non ! Attends ! J’ai bientôt fini ! »

Alexandre ignore cette réponse, il ouvre la porte.

Alexandre : « Ecoute, je suis pressé ! » et il ajoute en riant : « Ce que tu peux être pudique ! »

Il entre, range le matériel dans la pharmacie.

Il ressort en laissant la porte ouverte, puis s’éloigne dans le couloir.

Isaline, sortant d’un atelier, observe son collègue passer.

🔈 Scénario 1 – Variante 4 : « C’est pas une très bonne idée… »

Contexte : idem scénario 1, histoire de base

Action : idem scénario 1 →

La porte du vestiaire (vue de l’extérieur) est fermée.

Alexandre arrive avec le désinfectant, le sparadrap et les ciseaux. Il frappe, attend une réponse en restant derrière la porte.

Alain répond : « Attends ! J’ai pas fini ! C’est occupé ! »

Alexandre : « Je dois ranger les affaires dans la pharmacie, je peux entrer ? »

Alain répond : « J’ai fini tout de suite maintenant ! Attends ! »

Alexandre attend derrière la porte.

Alain ouvre la porte, sort et quitte la pièce.

Alexandre entre dans la salle de douche.

Alexandre range le désinfectant, le sparadrap et les ciseaux dans la pharmacie. Il se parle à lui-même : « C’est pas une très bonne idée, la pharmacie dans la salle de douche. Il faudra que j’en parle à l’équipe. On la mettra ailleurs. ».

Il ressort, puis s’éloigne dans le couloir.

N. B. : La variante 2 de la scène de la douche n’a pas été retenue pour le matériel de recherche.

Scénario 2 – Scène de base : « Après le repas : vaisselle et rangement »

Contexte : Salle à manger, cuisine, vestiaire attenant.

C’est vendredi à la résidence, il est 14h00, les activités reprennent selon le planning habituel. L’activité qui suit (groupe rangement-cuisine) consiste à laver et ranger la vaisselle du repas de midi et ensuite à aller en ville faire les courses pour le repas du soir.

Acteurs :
Monique et Stéphane, deux résidants adultes d’un centre pour personnes handicapées qui participent à l’activité « cuisine ».

Béatrice, une éducatrice, responsable de l’activité cuisine et Pierre, un éducateur qui travaille dans la même institution.

Caractéristiques des acteurs :
Monique :
elle présente une lenteur motrice généralisée qui se caractérise par une gestuelle et une démarche très lentes, son expression verbale est limitée par une difficulté d’élocution.

Stéphane : aime l’activité cuisine, il est souvent pressé de se mettre au travail, il va trop rapidement, il a de la difficulté à tenir compte du rythme des autres, il s’impatiente facilement.

Béatrice : une éducatrice qui semble fatiguée ce jour-là et peu motivée.

Pierre : un éducateur expérimenté et calme.

Scénario
Béatrice, buvant son café et terminant une discussion avec son collègue éducateur. Les résidants sont assis à la salle à manger et terminent aussi leur pause.

Béatrice dit à voix haute, sans enthousiasme : « Pff ! Je suis fatiguée !… C’est l’heure… ! On y va… ! Au travail ! » Elle se dirige vers la cuisine, elle y enfile son tablier de travail et attend Stéphane et Monique qui doivent aller mettre le leur au vestiaire.

Stéphane se précipite vers son vestiaire, enfile son tablier et revient à la cuisine.

Monique, seule à table, finit son dessert.

Stéphane, qui revient pour débarrasser la table s’adresse à elle à voix basse : « Allez, dépêche-toi ! »

Béatrice et Stéphane vont et viennent entre la table et la cuisine.

Monique se lève, traverse très lentement la salle à manger et se dirige vers son vestiaire. Elle ouvre son armoire, en retire une photo. Elle s’arrête de longues secondes dans la contemplation de la photo trouvée.

Béatrice s’approche de Monique, toujours absorbée par sa photo.

Béatrice lui dit : « Bon ! Tu le fais exprès ? Tu te dépêches ? On n’a pas que ça à faire ! »

Monique, imperturbable, enfile doucement son tablier.

Depuis la cuisine, Stéphane apostrophe Monique en criant : « Alors, Mademoiselle Monique l’importante ! »

Béatrice intervient auprès de Stéphane : « Stéphane, arrête ! Ici, l’éducatrice c’est moi ! »

Un éducateur passe, demande si ça va à Béatrice ; elle répond à voix haute : « C’est encore Monique qui fait son intéressante. »

Béatrice se dirige vers Monique, lui crie : « Bon, maintenant, ça suffit, tu arrêtes de jouer à la princesse, il n’y a pas que toi dans cette institution, on doit ranger et préparer le repas du soir, allez ! »

Monique range soigneusement la photo qu’elle avait prise dans son armoire.

Béatrice s’impatiente, elle arrive au côté de Monique et la saisit par un bras.

[🔈 : point d’insertion de la variante 5].

Béatrice tire vivement Monique en soupirant en direction de la cuisine.

L’éducateur observe la scène.

[🔈 : point d’insertion de la variante 1].

🔈 Scénario 2 – Variante 1 : « Tu n’as pas le droit ! »

Contexte : idem scénario 2, histoire de base

Action : idem scénario 2 →

Monique (la résidante) réagit : « Aïe ! Tu me fais mal ! Tu n’as pas le droit ! ». Elle se défait de l’étreinte de Béatrice et marche seule, lentement et la tête haute, en direction de la cuisine.

Béatrice (l’éducatrice) s’excuse auprès de Monique de son geste d’impatience : « Excuse-moi ! »

🔈 Scénario 2 – Variante 3 : « A la maison »

Contexte : un salon

C’est dimanche en soirée, Monique (la résidante) se trouve dans un salon avec sa maman. Elle est taciturne, boudeuse.

Sa maman lui demande : « Qu’est-ce qui ne va pas, Monique ? Tu as l’air fatigué, tu es de mauvaise humeur. »

Monique raconte : « C’est Béatrice (l’éducatrice), elle me fait mal, elle me bouscule, elle est méchante avec moi. Je ne veux plus retourner demain au travail. » Monique sanglote dans les bras de sa mère.

Sa maman lui répond : « Demain, avant que tu partes, on téléphonera pour savoir ce qui s’est passé. »

Monique acquiesce de la tête.

🔈 Scénario 2 – Variante 5 : « Aide »

Contexte : idem scénario 2, histoire de base

Action : idem scénario 2→
L’éducateur
intervient au moment où Béatrice empoigne Monique.

Il propose à Béatrice : « Béatrice ! Commence ton activité avec Stéphane. ».

Il se dirige vers Monique, regarde son image, lui demande : « Monique ! Range cette photo maintenant ! On a besoin de toi au travail ! Tu la regarderas plus longtemps ce soir. »

Les résidants ont quitté la cuisine et la salle à manger, c’est la fin de la journée.

Les deux éducateurs discutent en tête à tête à la cuisine.
Béatrice
explique : « Je me suis emportée contre Monique, mais elle met trop de temps pour venir à l’activité et ça m’a énervée ! »

L’éducateur répond : « Monique, elle est lente parfois. C’est agaçant, mais elle n’y peut rien. Il faut qu’on reparle de cette situation en équipe lors du colloque. C’est pas la première fois qu’on a des difficultés avec les personnes lentes. On va trouver des solutions pour aider Monique et que ça ne se reproduise plus. »

N. B. : Les variantes 2 et 4 de la scène de la vaisselle n’ont pas été retenues pour le matériel de recherche.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search