Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

Annexe A.6. Famille et définition des codes retenus

Texte intégral

Tableau 3 : Familles et détails des codes utilisés pour indexer le contenu discursif

Famille et détail des codes

Définition des codes

1. Thèmes identifiés et valeurs assignées (« appraisal », « affective valence »)

Cette catégorie regroupe les contenus identifiés à travers le recueil des premières impressions des participants, sitôt après la visualisation de la vignette. La valeur d’appréciation portée aux contenus identifiés est considérée comme un indicateur de l’interprétation que l’individu s’en fait (Labouvie-Vief, 2007).

1.1. Contenu ayant donné lieu à une impression positive

Propos évoquant un contenu ayant suscité une émotion/impression positive à l’égard de la situation. Exemple : Ben moi, dans un sens, elle est, dans un sens…, elle est respectueuse, parce qu’elle tape pas, elle ne l’enquiquine pas…

1.2. Contenu ayant donné lieu à une impression négative

Propos évoquant un contenu ayant suscité une émotion/impression négative à l’égard de la situation. Exemples : Choquant. – J’ai un sentiment de toute-puissance d’Alexandre et Juliette.

1.3. Contenu ayant donné lieu à une impression neutre

Propos évoquant un contenu ayant suscité un sentiment neutre à l’égard de la situation et le fait de ne pas être dérangé par elle. Exemple : Pour moi, c’est pas une scène qui me choque.

2. Attributs de la maltraitance

Cette catégorie regroupe les critères distinctifs utilisés par les participants pour qualifier une conduite de maltraitante ou non.

2.1. Forme

Propos qui réfère à des catégories d’actes considérées comme distinctes. Exemple : maltraitance physique vs psychologique.

2.2. Intensité

Propos qui évoque l’idée d’une force exercée contre quelqu’un. Exemple : empoigner.

2.3. Conséquences

Propos qui évoque la présence ou l’absence d’atteinte, de souffrances physiques ou psychologi - que, ou d’effets nocifs sur l’évolution et/ou le fonctionnement ultérieur de la personne. Exemple : Je ne pense pas qu’elle lui a fait un bleu au bras en l’amenant à la cuisine.

2.4. Récurrence

Propos qui évoque le caractère répété de l’acte. Exemple : C’est une scène routinière…

2.5. Contenu symbolique

Propos qui réfère au message exprimé ou suggéré par l’acte ou l’attitude. Exemple : On ne parle pas comme ça, elle [l’éducatrice] fait la différence, elle.

2.6. Intentionnalité

Propos qui réfère au motif, respectivement à l’absence de motif, sous-tendant la conduite de l’auteur. Exemple : (…) elle ne fait pas exprès non plus d’être agressive comme ça à ce moment-là.

3. Etendue du concept

Cette catégorie regroupe les propos se référant à un concept plus ou moins composite de la maltraitance.

3.1. Concept englobant

Propos qui évoque la maltraitance comme un phénomène générique et composite. Exemple : (…) il prendrait une sanction, dans ce cas-là, ça serait vraiment une forme de maltraitance.

3.2. Concept exigu

Propos qui évoque la maltraitance comme un phénomène simple formé d’un seul élément, ou d’un nombre très limité. Exemple : Maltraitant, c’est quand on les bat.

4. Facteurs de risque et de protection (FR & FP)

Cette catégorie regroupe les facteurs perçus comme augmentant ou atténuant la vulnérabilité.

4.1. Ontosystémiques

Propos qui réfère aux caractéristiques individuelles (physiques ou psychologiques) des acteurs, perçues comme susceptibles d’aggraver ou d’atténuer la vulnérabilité. Les dimensions relevant de l’ontosystème ont elles-mêmes encore été distinguées sur la base de catégories proposées par la CIF (OMS, 2001), notamment celles d’entre elles ayant trait à l’activité et à la participation de la psh ou de l’accompagnant (apprentissage et application des connaissances, tâches et exigences générales, communication, mobilité, entretien personnel, vie domestique, relations et interactions avec autrui, etc.).

4.2. Microsystémiques

Propos qui réfère aux caractéristiques des milieux physiques et sociaux immédiats (famille, atelier, résidence, voisinage, etc.), perçues comme susceptibles d’aggraver ou d’atténuer la vulnérabilité. Dans le présent contexte, les caractéristiques de l’organisation institutionnelle, telles que description et répartition des tâches entre professionnels, évaluation, ressources en encadrement, etc.) ainsi que le fonctionnement et les interractions à l’intérieur de l’établissement (types de relations pédagogiques valorisées entre la psh et l’accompagnant, relations entre collaborateurs, relations entre résidants) ont été pris en considération.

4.3. Mésosystémiques

Propos qui réfère aux relations que les différents microsystèmes entretiennent les uns avec les autres, ainsi qu’aux traits, aux qualités et aux médiations symboliques qui sous-tendent ces relations, perçues comme susceptibles d’aggraver ou d’atténuer la vulnérabilité.

4.4. Exosystémiques

Propos qui réfère aux structures ou ressources, présentes ou absentes, dans le contexte sociopolitique, aux conditions d’accessibilité à celles-ci (octroi avec ou sans condition, etc.), perçues comme susceptibles d’aggraver ou d’atténuer la vulnérabilité.

4.5. Macrosystémiques

Propos qui se réfère aux options et cadres culturels, économiques, politiques, juridiques et sociaux d’une communauté, y compris ses valeurs, ses idéaux, ses us et coutumes collectifs, perçus comme susceptibles d’aggraver ou d’atténuer la vulnérabilité.

4.6. Chronosystémiques

Propos qui réfère aux évolutions et aux changements qui traversent les différents systèmes, susceptibles d’aggraver ou d’atténuer la vulnérabilité.

5. Mesures de prévention

Cette catégorie regroupe les actions et les mesu - res utilisées ou identifiées comme faisant partie des moyens pouvant atténuer le risque d’apparition ou l’impact de la maltraitance. N. B. : La prévention primaire, secondaire et tertiaire suppose des actions aux différents niveaux du système, à savoir au niveau de l’ontsystème, du microsystème, du mésosystème, de l’exosystème, du macrosystème et du chronosystème (Charte d’Ottawa-OMS, 1986 ; Papart, 2006).

5.1. Mesures de prévention primaire

Propos qui réfère aux mesures visant à prévenir l’apparition de nouvelles situations de maltraitance, en intervenant sur les facteurs de risque et de protection.

5.2. Mesures de prévention secondaire

Propos qui réfère aux mesures visant à dépister et signaler les situations de maltraitance. N. B. : Le « signalement » de l’acte maltraitant inclut différents niveaux ; il présuppose une bonne connaissance de la définition du phénomène ainsi que des compétences relevant du niveau de prévention primaire (exemple : pratique réflexive). Pour le codage, le travail réflexif conduisant au signalement a été retenu dans la catégorie des mesures de prévention primaire, alors que les dispositifs formalisés permettant le signalement (formulaire de signalement interne ou externe) ont été répertoriés dans les mesures de prévention secondaire.

5.3. Mesures de prévention tertiaire

Propos qui réfère aux mesures faisant suite au signalement, qui visent à offrir un accompagnement aux personnes concernées (soutien thérapeutique, supervision, soutien pédagogique, etc.), afin d’atténuer ou de limiter les conséquences négatives potentielles.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search