Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

Annexe A.3. Démarrage de la recherche dans les établissements L’Espérance

Texte intégral

Contexte propre à la Fondation L’Espérance

1Contacts préalables à la recherche : le premier contact avec le directeur général de la Fondation L’Espérance a eu lieu en automne 2004. Cette rencontre, qui s’est inscrite en amont de l’obtention des crédits de recherche, avait pour but de présenter le projet de recherche et de discuter de la participation éventuelle de l’établissement à la démarche projetée. Il est apparu que le thème de la recherche, comme son actualité, répondait à l’intérêt de l’institution, qui menait par ailleurs plusieurs réflexions sur cette thématique depuis quelques années. La direction a accepté d’engager son établissement selon les conditions posées par le FNS-DORE. La direction a été tenue informée tout au long de la procédure de soumission, de la première soumission refusée en 2005 à l’acceptation de la seconde demande par le FNS-DORE en septembre 2006. Dans l’intervalle, la direction a maintenu son intérêt et son engagement vis-à-vis du projet, le directeur étant la personne de contact de l’établissement.

2Démarrage de la recherche : après l’acceptation du projet, et à partir de sa mise en route, les chercheuses ont été invitées à prendre contact avec le responsable de la recherche au sein de l’institution. Cette personne, nouvellement nommée, est devenue le principal interlocuteur de l’établissement pour toutes les questions relatives à la mise en œuvre de la recherche. Les chercheuses l’ont rencontré une première fois, en novembre 2006 afin de lui présenter les buts et le déroulement de la recherche. Les clips ont été présentés à cette occasion. Il s’est agi aussi, au cours de cet échange, de discuter des étapes relatives à la mise en œuvre de la recherche, notamment de l’étape cruciale de la constitution des groupes. Le responsable bien informé du projet, a formulé quelques appréhensions au sujet des délais souhaités, de l’accueil du projet par les professionnels de terrain qui étaient de son point de vue déjà très lourdement chargés, du risque lié à la thématique et des relations chercheurs-professionnels. Les difficultés perçues à l’occasion de cette première rencontre ont été interprétées par les chercheuses comme inhérentes à une explication insuffisante du processus de recherche-action, qui résulte en partie de l’introduction tardive du responsable dans le projet de recherche. Des informations additionnelles relatives au principe de la recherche-action ont été apportées dans un second entretien pour tenter d’atténuer les craintes évoquées et optimaliser la collaboration.

3Une rencontre de quatre heures destinée à recueillir des informations contextuelles sur l’établissement est intervenue entre le responsable et les chercheuses en décembre 2006. Cet entretien s’est accompagné d’un envoi de documents permettant aux chercheuses de mieux se familiariser avec l’établissement et d’en connaître les structures et le fonctionnement. Certaines questions portant sur des points spécifiques du dispositif de prévention mis en œuvre pour lutter contre la maltraitance n’ayant pu être éclaircies sur le moment, les chercheuses ont été invitées à prendre contact avec une personne fonctionnant comme médiatrice à l’intérieur de l’institution, qui était particulièrement à même de rendre compte des ressources internes en matière de prévention des abus, ainsi que de l’utilisation qui en était faite. Cette rencontre très riche et informative a eu lieu en janvier 2007.

Recrutement des participants

4Par ailleurs, dans l’intervalle, le responsable avait engagé la démarche de recrutement des professionnels, des résidants et des parents afin de former les groupes souhaités. La recherche a été systématiquement présentée dans tous les groupes de l’institution. Un ajustement des délais a été négocié pour organiser cette démarche, qui a pris place lors d’une période chargée de fin d’année. Une première annonce a laissé craindre une participation des professionnels et des résidants numériquement faible. Au terme de la procédure de recrutement, cette tendance ne s’est heureusement pas confirmée pour le groupe des professionnels et des résidants, à l’inverse du groupe des parents. Au cours de cette procédure, la décision a été prise de permettre aux résidants de participer aux rencontres sur leur temps de présence aux ateliers. On note également le choix de considérer le temps consacré par les professionnels aux rencontres comme du temps de travail, ce qui assure des conditions propices à la participation des professionnels. Le personnel a été informé de l’existence de la recherche par le responsable des recherches ; les psh en ont été informées par leurs éducateurs de référence, ces derniers se sont aussi chargés d’informer les parents.

Séances d’information

5Les séances d’information tenues à la Fondation L’Espérance ont réuni respectivement neuf professionnels, huit résidants et six parents (dont deux couples). Le responsable de l’établissement a accueilli les chercheuses sur place, puis s’est discrètement retiré au moment où les séances ont débuté. Les questions des professionnels ont concerné en priorité les hypothèses de la recherche. Certaines craintes en lien avec l’existence de relations entre la démarche de recherche et un éventuel processus de restriction budgétaire ont du être apaisées. La question de la liberté de réflexion par rapport à la direction fut également discutée. Dans cette perspective, l’équipe de recherche a défendu l’idée que l’ouverture manifestée par la direction et le soutien à la démarche prévue permettait à chacun de s’exprimer librement afin de participer à une démarche d’analyse et de construction collective. Les parents présents ont réagi à la présence numériquement faible des familles à la séance. Ils ont fait part de leur étonnement et de leur incompréhension quant au manque d’intérêt et d’implication (« c’est un privilège de participer à une recherche »). Trois parents, en dehors de ceux présents, ont pris contact téléphoniquement au cours de la période de recrutement pour manifester leur intérêt, mais ont renoncé à s’engager, étant donné l’exigence de la démarche sur le plan temporel ou en raison de difficultés d’organisation. Avec les psh, le déroulement, hormis la présentation de la démarche, fut en grande partie axé sur la présentation de chacun(e) et la réaffirmation de la liberté de chacun(e) de participer ou de se retirer à tout moment du processus. Certains participants, inquiets de ne pas être à la hauteur des attentes de participation à leur égard, sont repartis rassurés.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search