Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

Annexe A.2. Démarrage de la recherche dans les établissements EPSE

Texte intégral

Contexte propre aux EPSE

1Contacts préalables à la recherche : les premiers contacts eurent lieu à la demande de deux membres de la direction de l’institution, en décembre 2003 ; ils visaient à la réalisation d’une recherche sur un projet de formation à la prévention de la maltraitance. Ce projet ne s’est pas concrétisé, suite aux réserves de la chercheuse contactée qui a proposé un nouveau projet à l’institution en mars 2005. Depuis mars 2005 jusqu’au terme de la recherche, c’est un membre de la direction, responsable du suivi des recherches réalisées au sein de l’institution, qui a été l’interlocutrice de l’équipe de recherche pour les EPSE. Après un premier contact afin de présenter le projet, le projet a été proposé par ce membre de la direction au Conseil de fondation. Ensuite, un formulaire d’accord, complété par les chercheuses, a été soumis à cet organe de décision interne. Acceptée par le Conseil de fondation, cette recherche a été valorisée par la direction et intégrée aux objectifs annuels de l’établissement. A son issue, il est prévu de la présenter dans le journal interne de l’institution.

2Ensuite, pendant une période d’une année, dans l’attente de l’acceptation du projet et de son financement par le FNS, un contact est maintenu avec l’institution afin de l’informer de la progression des travaux et des légères modifications demandées par le FNS et apportées au projet initial.

3Démarrage de la recherche : une fois le financement du projet assuré, au 1er octobre 2006, les chercheuses rencontrent une nouvelle fois le membre de la direction afin de lui présenter les supports de recherche (clips vidéo) et pour envisager avec lui la meilleure façon de constituer les groupes. Des commentaires positifs sont formulés sur les vignettes (très bon choix de situations) ainsi que quelques réserves (crédibilité de certains détails, par exemple décor des scènes ne correspondant pas à l’âge des résidants adultes, etc.). Au cours de cette rencontre, les principes qui président au recrutement des participants à la recherche, et notamment le critère de participation volontaire des professionnels ont été discutés. La direction émet le souhait que les cadres intermédiaires puissent choisir les personnes qui participent à la recherche parmi leurs collaborateurs, comme pour d’autres formations de leur institution, et éventuellement imposer la participation de certaines personnes, à hauteur, par exemple, d’une par équipe ; cette proposition ne sera pas retenue par l’équipe de recherche.

4Afin d’encourager la participation à la recherche, les collaborateurs pourront faire reconnaître le temps consacré à cette activité en crédit de formation.

5Au terme de la discussion, un délai est négocié pour le démarrage de la recherche (séances d’information prévues en décembre, reportées en janvier), compte tenu du temps requis pour trouver les candidats et aussi de la surcharge actuelle avec les changements en cours au sein de l’organisation.

Recrutement des participants

6Pour recruter les professionnels et les personnes en situation de handicap, le membre de la direction présente la recherche aux cadres intermédiaires. Ces derniers doivent ensuite l’annoncer à leur(s) équipe(s) lors des réunions hebdomadaires et inviter les personnes intéressées (professionnels et personnes en situation de handicap) à la séance d’information prévue en janvier 2007. Les personnes intéressées, professionnels et résidants, reçoivent une lettre d’explicitation ainsi que le formulaire de consentement. Ce sont les éducateurs des différentes équipes qui informent les personnes en situation de handicap d’une possibilité de participer à cette recherche. Cette information s’est déroulée de façon différente selon les lieux de vie. Pour trois résidants, elle s’est faite lors des séances de groupe d’usagers. Pour les autres participants, il s’agit d’un choix d’équipe ou du responsable et d’une information individuelle par le référent socio-éducatif de la personne. Il apparaîtra par la suite que certains professionnels et résidants n’avaient pas reçu la lettre d’explicitation. Celle-ci leur sera remise directement lors de la séance d’information.

7Pour les personnes en situation de handicap, une précaution supplémentaire était prévue ; elle consistait à vérifier par une observation attentive, faite par le référent socio-éducatif, après la séance d’information et après chacune des séances de recherche, si des manifestations émotives négatives se présentaient et si cela était le cas, d’en informer rapidement les chercheuses afin d’offrir l’aide et le soutien nécessaires, voire d’interrompre la démarche.

8Ces différentes démarches de recrutement, avec une présentation de la démarche de façon répétitive par plusieurs personnes (cadres, éducateurs, chercheuses) et selon diverses modalités (orale par le cadre, écrite par courrier, orale avec support PPT par les chercheuses), semblent a posteriori essentielles au bon démarrage de la recherche et à un engagement éclairé des participants.

9Les professionnels recrutés le sont d’abord dans le secteur des résidences, comprenant sept lieux de vie et un service d’accompagnement à domicile. Huit des onze professionnels proviendront de ce secteur. Un deuxième recrutement permettra d’atteindre trois professionnels des programmes spécifiques.

10Pour le recrutement des parents, ces derniers ont été sélectionnés directement par le membre de la direction. Cette dernière en a contacté une quinzaine directement par téléphone, un à un. Elle leur a expliqué la démarche et les a ensuite invités à la séance d’information. L’engagement requis par la démarche, sur une période d’une année, a posé des problèmes de recrutement pour ce groupe. Le recrutement s’effectuera en deux temps et nécessitera deux séances d’information ; la première pour quatre participants, la suivante pour sept autres. Seuls certains parents recevront les lettres par courrier ; deux des quatre parents du premier groupe rencontré avaient reçu ces lettres. Pour les autres, elles leur ont été remises pendant la séance d’informations.

Séances d’information

11La séance d’information eut lieu en début janvier 2007. Elle se déroula ainsi, selon les groupes de participants.

12Pour les professionnels : elle a accueilli quinze professionnels, dont quatre cadres intermédiaires et le membre de la direction, ainsi qu’une personne non employée par l’institution, que nous n’avons pas retenue malgré son intérêt manifeste.

13La présence des cadres s’explique à cette séance d’information car nous en avions convenu au préalable, mais uniquement pour cette séance, afin qu’ils reçoivent une information complète sur la démarche prévue. En effet, les cadres pourraient ainsi peut-être mieux motiver leurs collaborateurs et les personnes en situation de handicap à y participer.

14Avant le début de la séance et pour élargir le groupe, le membre de la direction a demandé si la participation de deux cadres était possible pour l’ensemble du processus. Notre refus a été maintenu pour les raisons précédemment évoquées.

15Au délai prévu, huit professionnels ont signé le formulaire de consentement. Sept ont participé à la première séance du processus de recherche (S2). Il a alors été décidé de recruter des nouveaux professionnels dans le secteur des programmes spécifiques, ce qui a élargi la représentativité de cette catégorie de participants. Nous avons alors convenu de faire une deuxième séance d’information, suivie d’une séance 2 de recherche avec ce deuxième sous-groupe, afin de recruter quatre autres professionnels intéressés.

16Lors de ces séances d’information, quelques questions ont été soulevées par les professionnels. Ces questions avaient pour objectif de cerner l’origine de la démarche de recherche proposée ; elles semblaient traduire une certaine réserve à l’égard de la démarche. Ils voulaient savoir qui avait mandaté les chercheuses, à qui allaient servir les résultats obtenus et si des suites à cette démarche, en termes de modification du fonctionnement institutionnel, étaient déjà prévues. Il semble qu’il y ait eu une crainte de s’engager dans une recherche qui servirait davantage comme moyen pour la direction de contrôler les pratiques éducatives des éducateurs. Il est opportun de placer cette crainte dans un contexte particulier qui a été mentionné, celui de la fusion avec une autre institution qui allait être effective une année après. Afin de rassurer les personnes à cet égard, nous avons précisé que l’équipe de recherche était à l’origine de cette étude, par ailleurs financée en grande partie par des organismes de soutien à la recherche (FNS, HES-SO, Fondation Leenaards), que la direction avait été sollicitée pour ouvrir ses portes et collaborer à un projet de recherche-action. Il a été également rappelé que la confidentialité serait garantie. Au final, c’est un groupe de onze professionnels réunis qui a participé à la suite de la démarche de recherche.

17Pour les parents : seulement quatre parents se sont présentés à la séance d’information. Les quatre ont remis leur formulaire de consentement ce jour-là. Nous avons alors convenu avec le membre de la direction de faire une deuxième séance d’information, avant la séance 2 de recherche, et d’y inviter au moins six autres parents intéressés.

18A la 2e séance d’informations, sept autres parents se sont présentés, mais seuls deux des premiers sont venus à la séance 2. Les deux absents ont été recontactés pour vérifier leur motivation à poursuivre ou non.

19Lors de cette première séance, il y a eu, comme dans le groupe des professionnels, des questions qui ont été soulevées par les parents. Ils voulaient également connaître les instigateurs du projet. La demande provenait-elle de l’institution, du politique ? Avait-elle un but de formation ? Ils ont également abordé la question de l’impact de cette démarche, une fois qu’elle serait terminée. Il s’agissait notamment de savoir si des suites étaient d’ores et déjà prévues, si, par exemple, les institutions s’étaient engagées à tenir compte de certains résultats pour modifier le fonctionnement institutionnel. Il leur a été donné les mêmes réponses qu’au groupe des professionnels. C’est l’institution qui reste garante des changements à apporter. Au final, ce sont onze parents qui ont remis leur formulaire de consentement et qui poursuivront la démarche.

20Pour les personnes en situation de handicap : Huit personnes se sont présentées à la séance d’information. Parmi celles-ci, l’une présentait un niveau d’anxiété très élevé. Nous avons questionné sa participation. Elle en a reparlé avec son éducatrice référente, puis elle a choisi de ne pas rester pour la suite de la recherche.

21Un autre participant, aussi très anxieux, est venu à la première rencontre accompagné de son éducatrice de référence. Elle est restée très discrète, mais à proximité. Elle a revu avec lui, après la séance, les conditions de sa participation et l’a aidé à prendre la décision de poursuivre. Lors de la séance 2, elle l’a simplement accompagné jusqu’à la porte.

22Des participants nous ont fait part de préoccupations de plusieurs ordres. Certains ont exprimé leurs craintes que la participation à la recherche n’aille interférer avec leurs agendas. En effet, des activités hebdomadaires telles que le théâtre ou un groupe de parole avaient lieu au même moment que les séances de recherche. Ils ont été rassurés sur le fait que les séances n’auraient lieu que huit fois sur une année, que leur éducateur référent était au courant et que leurs activités seraient maintenues. Une personne a fait part de son inquiétude de ne pas être à la hauteur des attentes de l’équipe de recherche, notamment par son incapacité à lire ou à écrire. Cette personne a également été rassurée en apprenant que des compétences en lecture ou en écriture n’étaient pas nécessaires pour participer à la démarche, qu’il s’agissait de regarder des vidéos et d’en discuter oralement entre nous. Des supports pictogrammes pourraient être utilisés en cas de nécessité.

23Au total, après avoir réglé des problèmes de planning et d’organisation des horaires des uns et des autres, sept personnes resteront et signeront le formulaire de consentement. Un 8e candidat se présentera directement à la séance 2.

24L’envoi de la lettre d’information au tuteur ou au parent responsable légal a été discuté avec la personne en situation de handicap et avec le référent. Tous acceptent d’informer leur responsable légal de la démarche. L’institution s’est occupée de leur faire suivre l’information par courrier.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search