Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

5. Conclusion

Texte intégral

1Pour aborder la thématique délicate de la maltraitance en milieu institutionnel, cette recherche s’est orientée vers un choix de méthodologie participative. Elle s’est inscrite sur une période totale d’environ trois ans, répartie en deux grandes étapes.

2Une première partie a réuni une équipe d’une douzaine de spécialistes des domaines de l’audiovisuel, du théâtre, de la psychoéducation, de la psychologie et du droit. Cette étape, d’une durée d’environ une année, a consisté en la création et l’élaboration d’un outil pédagogique et de ses essais dans une institution tierce, auprès des résidants et professionnels et auprès d’un groupe de parents d’une association (Masse, Petitpierre, Jossevel, Vidon, 2009). La deuxième partie a mobilisé la collaboration de près de soixante-cinq partenaires (personnes en situation de handicap, professionnels, parents et cadres), de deux grandes institutions romandes qui offrent des services d’hébergement et d’atelier à une population présentant une déficience intellectuelle. Cette étape s’est prolongée sur plus de vingt mois.

3Cette recherche représente une démarche de prévention active non persuasive. Débordant largement la simple information transmise, elle a stimulé une coconstruction des savoirs et des propositions d’actions pour prévenir la maltraitance en institution. Les vignettes vidéo utilisées, montrant des scènes fictives de la vie quotidienne, ont permis d’aborder cette thématique délicate en provoquant une identification des participants face à leur vécu de terrain. L’analyse de ces scénettes a facilité l’émergence des représentations individuelles, puis collectives, de ce qu’est la maltraitance et a permis d’en mieux dessiner les frontières. Puis, en identifiant des facteurs de risque et de protection, les participants ont finalement formulé des propositions multiples et complémentaires pour la consolidation ou la création de dispositifs à mettre en œuvre pour contrer la maltraitance à l’intérieur des institutions socio-éducatives.

4Ce chapitre revisite la méthodologie de recherche-action proposée ; il en trace les avantages, difficultés et limites rencontrées. Il reprend les principaux résultats et finalement, en cohérence avec le processus, il donne à voir les retombées de la recherche telles qu’elles ont été perçues par les acteurs impliqués, partenaires de terrain et chercheurs.

5.1 Méthodologie

5Une méthodologie de recherche-action est menée dans cette étude. Ce paragraphe reprend son élaboration et la posture sous-jacente du chercheur. Il commente la méthode utilisée et les options retenues pour l’analyse de données.

5.1.1 Une élaboration collective

6Avec les différents partenaires, l’ensemble de la démarche consiste en une élaboration collective, d’abord représentationnelle, puis conceptuelle. A l’aide de situations fictives présentées sous forme vidéo, le rôle du chercheur a été de faciliter l’émergence des représentations et d’en faire une restitution aux participants au fur et à mesure, afin qu’ils enrichissent celles-ci. Si cette retransmission en cours de démarche amenait vers un partage des concepts clés entre chercheurs et participants, elle occasionnait cependant un important travail de recension, de saisie et de préanalyse de données d’un matériel abondant avec un temps de réflexion court. Le chercheur recevait la parole du participant, il recueillait les données en les transcrivant, les organisait puis les restituait au groupe la séance suivante, en décrivant sa méthode et ses choix théoriques, dans ce cas-ci le modèle écosystémique de développement de Bronfenbrenner (1979, 1995) et les concepts de prévention (OMS, 2002a, 2002b, 2006 ; Papart, 2006).

7Cette méthodologie a nécessité des ajustements continus avec d’un côté, une préparation rigoureuse de guides d’entretien et de questionnaires et d’un autre côté, une souplesse dans l’application de ces guides en fonction des événements survenant au sein des groupes. De plus, elle a requis une attention importante pour faciliter l’expression des participants sans induire un message attendu. Les participants eux-mêmes se sont investis dans une restitution de leur propre réflexion aux autres groupes ; ces échanges ont amené une dimension collective partagée du phénomène étudié avec une appropriation de la démarche par chacun.

8Ces confrontations ont permis de dégager, au fil des discours, des valeurs partagées ou différenciées des uns et des autres, de percevoir la culture institutionnelle dominante et certains des enjeux de pouvoir présents liés à des dimensions relationnelles ou aux conditions organisationnelles. Néanmoins, la démarche de recherche n’avait pas pour mandat l’exploitation de ces données, qui restent pourtant déterminantes face aux systèmes d’actions qui seront déployés pour prévenir la maltraitance. Ce travail d’élaboration et d’approfondissement demeure sous la responsabilité de l’institution. Il pourrait correspondre à la création de programmes de formation spécifiques à l’interne ou être relayé à des ressources externes de formation ou de supervision.

5.1.2 Posture horizontale chercheurs et participants, actions à mener par l’institution

9La méthodologie proposée présuppose l’a priori d’une symétrie entre les partenaires impliqués et l’équipe de chercheurs en cours de processus. Elle donne une large place aux propos et suggestions émanant des participants, elle permet à chacun de faire une première analyse des résultats.

10Cependant, pour permettre cette réflexion sur les représentations, un investissement important des acteurs s’avère indispensable sur une longue période, avec le risque de perte des sujets. La durée de la démarche a ainsi probablement contribué à créer les conditions suffisantes pour une mise en commun des représentations. De même, les relations de confiance, de respect et de non-jugement, établies au sein des groupes, ont certainement favorisé un questionnement des pratiques et une reconstruction des savoirs respectifs. La perte de sujets s’est avérée faible.

11Un des buts de toute recherche-action aspire à une modification des pratiques. Cette dernière engage les acteurs institutionnels concernés. En effet, au moment où l’équipe de chercheurs se retire du processus, ce sont les partenaires de terrain qui demeurent seuls responsables des suites à donner. La modification des pratiques n’a pu être vérifiée que très partiellement. En effet, même si les derniers paragraphes analysent les retombées immédiates de la démarche, l’équipe de recherche saura seulement par le maintien de ses contacts avec les institutions si, sur une période plus longue, des modifications d’actions seront opérées. Difficile serait alors la tâche d’en déterminer les causes et prétentieux de les imputer à la seule démarche de recherche réalisée puisque, au départ, les deux institutions retenues le furent pour leur engagement et leur réflexion antérieurs face à la thématique de la prévention de la maltraitance.

5.1.3 Création préalable d’un outil pour le recueil des données, précautions d’application

12Cette démarche aura mis en évidence l’importance du développement d’un outil pédagogique adapté pour traiter ces thématiques sensibles. Malgré le fait que la création de vignettes vidéo peut s’avérer dispendieuse en temps et énergie consacrés, ce matériel didactique fictif, proche des situations réelles et vécues, a largement favorisé l’approche de la thématique en limitant l’émergence de contenus familiers pouvant être menaçants, tant pour l’entité institutionnelle que pour le participant lui-même. Certaines précautions préalables restent de mise, comme énoncé précédemment. La médiation demeure indispensable pour qui travaille avec ce genre d’outils de réflexion et d’élaboration.

13Par ailleurs, si la simplicité des scénettes et leur dimension audiovisuelle permet d’impliquer un groupe de personnes ayant une déficience intellectuelle et directement concernées par la thématique explorée, il reste que l’outil demeure peu accessible pour des personnes dont les ressources personnelles aux niveaux cognitif et/ou affectif ne permettent pas de démêler la fiction du réel. Des précautions dans le choix des participants sont indispensables pour éviter la nocivité du processus. En complément, des outils de communication alternatifs peuvent faciliter la compréhension du matériel vidéo projeté.

14L’utilisation d’un outil pédagogique avec scénettes vidéo suppose de l’équipe de chercheurs des compétences spécifiques en animation, en médiation ainsi que dans l’utilisation de modalités de communication alternatives, et ce particulièrement si l’outil est utilisé avec des populations ayant des limitations dans l’expression verbale.

5.1.4 Triangulations et méthodes mixtes de recueil et d’analyse

15La participation de partenaires émanant des trois groupes distincts a enrichi la démarche de points de vue différenciés. Dans un premier temps, le travail d’élaboration s’est fait dans un même groupe avec la garantie d’un traitement collectif des données recueillies et, ainsi, la préservation de la confidentialité des propos émis par chacun des participants individuellement.

16La suite du dispositif a consisté à deux reprises en une mise en commun des propos des différents groupes avec débats et échanges. Ces confrontations croisées en direct entre les participants des différents groupes d’une même institution, puis entre les deux institutions, ont enrichi les réflexions et le partage des représentations et savoirs des uns et des autres. Le climat de confiance a certainement été maintenu par le fait que les membres des groupes ont accepté de présenter eux-mêmes la synthèse des réflexions menées dans leur groupe aux participants des autres groupes. L’équipe de recherche a occupé ici un rôle de facilitateur pour l’élaboration et la préparation des présentations sur support PowerPoint.

17De plus, ce partage entre les groupes a permis aux uns et aux autres de mieux percevoir les similitudes dans leur perception. Ces points communs ont rapproché plus particulièrement les groupes de parents et responsables légaux et les groupes de professionnels. Les participants ont pu constater des préoccupations et propositions similaires émanant des différents groupes. Quant aux personnes en situation de handicap, plus promptes à identifier l’inacceptable et l’inexcusable dans les attitudes et conduites de certains protagonistes dans les scénettes proposées, elles ont largement contribué à une réflexion et au questionnement sur les pratiques.

18Les sources multiples de données provenant des trois groupes d’acteurs, des propos des cadres et l’analyse des deux contextes institutionnel et juridique ont complété l’étendue des données recueillies.

19Pour les parents et les professionnels, un recueil multimodal de données (questionnaires individuels et entretiens de groupe) a pu être réalisé ; il a permis une meilleure analyse et interprétation des résultats, plus particulièrement sur la définition de la maltraitance.

20Relevons finalement qu’à cette confrontation des trois groupes de participants s’est ajoutée une confrontation permanente entre les membres de l’équipe constituée de trois chercheuses, et ce tant au moment des préparations des séances, de la catégorisation des données récoltées que lors des analyses qualitatives des résultats.

5.2 Résultats principaux

21Les principaux résultats obtenus sont résumés dans ce paragraphe qui se termine par une réflexion sur l’importance du choix des mots maltraitance et bientraitance dans l’abord de cette thématique.

5.2.1 L’identification de ce qu’est la maltraitance

22Identifier ce qu’est la maltraitance est une étape capitale à sa prévention afin de l’éviter. A l’instar de la littérature actuelle (Brown, 2002 ; Belsky, 1993 ; Corbet, 2000 ; ONU, 2002), les acteurs impliqués optent pour une définition élargie de la maltraitance comprenant différents critères (description de l’acte, contexte, fréquence, intensité, conséquence pour la victime, intention de celui qui commet l’acte). Ils considèrent la maltraitance tout autant dans ses dimensions physique que psychologique, ou pouvant aussi découler d’une absence d’actes.

23Certaines conduites pédagogiques ont été considérées comme plus ou moins inadéquates, non pas en fonction de critères absolus, mais en relation avec le niveau d’autonomie perçue du résidant à laquelle elles étaient adressées. Le manque de contrôle éducatif comme l’excès de sollicitations ont tous deux suscité des réactions de tonalité négative, ce qui laisse penser que la qualité relative du suivi pédagogique réside dans l’état d’équilibre et d’ajustement qu’il peut trouver dans le contexte où il se déploie.

24Même si les participants se sont montrés clairement sensibles à la transgression de certains principes et à l’omission qui semblait caractériser la réponse à certains besoins fondamentaux, le fait qu’ils ne fassent pas du tout appel à la notion de négligence pour qualifier les conduites qui s’expriment par omission témoigne du manque de critères opérationnels pour juger des conditions que l’on sait pourtant indispensables à la santé et à l’épanouissement de la personne.

25Des écarts, ainsi que des recoupements et correspondances ont été identifiés dans les propos des participants de chacun des groupes face aux scènes et à la qualification des actes observés. Les similitudes portent sur l’acceptabilité ou la respectabilité des conduites observées. L’ensemble des participants parents et professionnels jugent les conduites inacceptables et irrespectueuses. Cependant, le passage au qualificatif de maltraitance pour décrire les actes observés est moins consensuel. Des différences entre les participants de chacun des groupes sont observées. Il apparaît que le terme « maltraitance » se rapporte à des critères multiples, d’une part, et de seuil attribué à ces mêmes critères, d’autre part. C’est à partir de l’identification des variables déjà mentionnées telles que : l’acte commis, le contexte (tirer le bras, injurier, ne pas agir, se trouver dans une situation d’urgence, par exemple), etc., en complément du seuil perçu, que chacun juge un acte maltraitant ou non. L’identification des facteurs pris en compte et le seuil toléré restent basés sur le vécu et les expériences singulières de chacun. Par contre, il n’a été constaté, dans la qualification des actes apparaissant sur les vignettes, aucune différence significative entre les groupes de parents et de professionnels, à l’exception d’une plus grande homogénéité de jugement dans le groupe des parents pour qualifier l’acte observé d’irrespectueux.

26La confrontation interindividuelle en cours de démarche reste une piste intéressante afin de modifier les critères retenus et les seuils tolérables pour chacun d’entre eux. Elle semble favoriser la prise en compte de cette complexe interrelation afin d’identifier un acte comme maltraitant (Brown, 2002 ; Juilhard & Blanc, 2003 ; Verdugo & Bermejo, 1997). Des recherches complémentaires pourraient permettre de vérifier cette hypothèse.

5.2.2 L’identification des facteurs de risque et de protection

27Les participants ont été invités à identifier les facteurs qui, dans un contexte institutionnel spécialisé, augmentent ou diminuent le risque de survenue ou d’exposition à la maltraitance. C’est en fonction de la connaissance, de l’attention que l’individu porte à ces facteurs, qualifiés respectivement de facteurs de risque et de facteurs de protection, que l’occasion d’une réflexion ou d’une initiative individuelle ou collective pourra être saisie, permettant d’anticiper les événements fâcheux, de tenter d’empêcher leur apparition et de prendre les précautions nécessaires pour en limiter la survenue, la portée et/ou les conséquences.

28Pour les professionnels et les personnes en situation de handicap, les facteurs de risque et de protection ont été identifiés le plus souvent au niveau proximal (ontosystémique et microsystémique). En effet, ces acteurs identifient spontanément, d’un côté, ce qui relève du fonctionnement ou de l’organisation de l’institution et d’un autre côté, les facteurs reliés aux caractéristiques individuelles des personnes ou de leurs interactions. Si les parents évoquent aussi des facteurs relevant de ces mêmes sous-systèmes, étant plus éloignés de la sphère institutionnelle, ils ont aussi insisté spontanément sur des facteurs de protection et de risque situés au niveau distal (mésosystémique, exosytémique et macrosystémique). Ainsi, ils sont sensibles à l’évolution des valeurs sociétales et des droits des personnes, de même qu’aux ressources existantes dans l’environnement extérieur à l’institution. Ils mentionnent plus spontanément ce qui relève de la collaboration entre la famille et l’institution, mais aussi entre les différents services de façon plus générale. Si le matériel proposé mettant en scène des activités de la vie quotidienne en institution n’est certes pas facilitateur de l’énonciation des systèmes de protection plus éloignés de la personne et de son environnement immédiat, il reste cependant que la posture de l’acteur, extérieure à l’institution pour les parents, semble contribuer à un regard global face à l’analyse d’une situation. Il est important de noter que les parents participant à cette démarche ne ciblaient pas la situation précise de leur enfant mais celle, élargie, du vécu d’un adulte en institution.

29Les résultats témoignent du fait que les participants articulent des variables relevant de plusieurs niveaux écologiques (Bronfenbrenner, 1979, 1998) pour rendre compte de l’enchevêtrement des influences qui se tissent autour de l’apparition des situations de maltraitance. Ils associent prioritairement les éléments des niveaux ontosystémique et microsystémique. On constate que l’articulation de facteurs multidimensionnels est fréquente lorsqu’ils approchent le matériel de façon relativiste et dialectique (Blanchard-Fields, 1994 ; Perry, 1970).

5.2.3 L’identification des dispositifs de prévention

30L’identification des dispositifs de prévention a nécessité, dans un premier temps, de mettre en évidence les mesures déjà présentes et d’en vérifier la connaissance par les groupes de participants. Une deuxième étape s’est révélée plus étoffée que ce qui avait été anticipé ; elle a consisté dans l’élaboration de recommandations pour la prévention de la maltraitance. Ce paragraphe revient sur celles-ci.

5.2.4 Connaissance des dispositifs existants

31La connaissance par les participants (professionnels, parents et personnes en situation de handicap) des mesures de prévention de la maltraitance qui ont été développées au sein de l’institution constitue un défi. Elle permet de vérifier comment celles-ci sont connues et utilisées au quotidien. Par ailleurs, ce questionnement a aussi favorisé l’élaboration de nouvelles propositions d’actions, démarche propre au choix de la méthodologie de recherche-action.

32Les deux institutions qui ont participé à la recherche avaient développé des stratégies spécifiques pour prévenir les abus au sein de leur organisation. L’Espérance possède une procédure pour le signalement des abus ou des actes violents. Les EPSE utilisent les formulaires de dysfonctionnement prévus par leur système de gestion qualité pour signaler la violence ou les abus. Chaque institution a également défini des procédures d’application des mesures de contrainte. Chacune, à sa façon, a aussi développé des programmes de formation pour les résidants et le personnel afin d’informer et de prévenir la maltraitance.

33Les deux institutions ont révélé une différence dans la connaissance de leur dispositif respectif par les membres des différents groupes.

34A l’Espérance les mesures de signalement étaient connues tout autant des professionnels, des personnes handicapées que des parents. Ces dernières consistent en des mesures internes (M. et Mme SOS et commission maltraitance) et externes (signalement des mesures de contrainte à un organisme étatique extérieur à l’institution. Ces dispositifs sont accessibles à la plupart des partenaires et sont utilisés régulièrement. De plus, les mesures mises en place au niveau cantonal ont sans aucun doute favorisé une visibilité des situations d’abus commis en institutions, plus particulièrement celles concernant des mesures d’isolement ou de contention. Le secret contenu dans l’univers clos de la sphère institutionnelle a pu être rompu.

35Aux EPSE, il n’existe aucun dispositif externe de signalement mais plusieurs mesures internes sont établies. Ces mesures de signalement étaient cependant inconnues des participants handicapés. Les professionnels ont réussi, en groupe, à les identifier progressivement. Quant aux familles, elles préfèrent se référer aux cadres ou aux référents en cas de difficulté et trouvent là une source d’information en général satisfaisante ; elles n’ont pas spontanément énuméré les mesures de signalement existantes. Dans cette institution, apparaît un manque d’accessibilité des mesures de signalement pour les personnes handicapées puisque le système en place propose des mesures écrites qui exigent le passage par un tiers.

5.2.4.1 Dispositifs à renforcer ou à développer

36Parmi les propositions des dispositifs à accentuer, plusieurs visent le développement de capacités individuelles, d’autres l’amélioration des facteurs environnementaux proximaux ou distaux. Les dispositifs privilégiés couvrent une large gamme de mesures qui touchent la prévention primaire, secondaire et tertiaire. Ce paragraphe en reprend les recommandations principales.

a) Un accent sur la personne et ses ressources

  • 1 Plamondon, par exemple, se centre sur l’identification des facteurs de vulnérabilité des personnes (...)

37Certains programmes de prévention de la maltraitance accordent une place prépondérante à l’identification des facteurs de vulnérabilité des personnes1 en insistant sur l’identification des facteurs de risque appartenant à la personne. Van der Linden, 1996, mentionne le risque induit par le ciblage spécifique des difficultés et déficits d’une population à risque. Viser une population à risque en travaillant prioritairement sur l’identification des facteurs de vulnérabilité des individus pourrait induire des conséquences négatives en empêchant les accompagnants de percevoir les dimensions positives présentes chez ces mêmes personnes. Or, les forces et ressources constituent en des points d’appui essentiels du travail préventif. Les définitions actuelles du handicap (CIF-OMS, 2001 ; Fougeyrollas et coll. 1998) insistent sur l’importance de considérer tout autant les ressources de la personne que les limites imposées par ses déficiences.

b) Un accent sur l’environnement et les conditions organisationnelles

38Un regard posé sur le développement des capacités de la personne ne doit pas non plus restreindre l’attention portée à son environnement. Parmi les facteurs environnementaux, la responsabilité de l’accompagnant et de l’organisation peut être prépondérante. Il y aurait en effet un risque à se centrer uniquement sur le développement des ressources chez la personne handicapée sans développer en parallèle des actions destinées aux accompagnants et à l’organisation institutionnelle.

39Les résidants ont eux-mêmes proposé des modifications de leur milieu de vie. Par exemple, ils ont recommandé en priorité que chaque résidence comporte des groupes d’usagers où, de façon régulière, la personne puisse être entendue face à son vécu et au fonctionnement du groupe et que sa parole puisse influencer le fonctionnement quotidien du groupe de vie. De même, c’est au travers de situations simples de la vie quotidienne, données en exemples, qu’ils ont illustré un malaise face à la prise de pouvoir des accompagnants (qui entrent sans frapper dans leur chambre) ou face à d’autres résidants, comme dans l’exemple du choix du programme télévisuel du soir, où un résidant relève l’importance de lire/communiquer aux personnes qui n’ont pas acquis la lecture les choix possibles afin qu’ils puissent tout autant participer et donner un avis ; sinon, seuls quelques résidants décident en permanence pour l’ensemble du groupe.

40La diversité des moyens de communication à disposition de la personne en situation de handicap sera autant d’occasions pour elle d’exprimer de petits événements désagréables qui se déroulent au quotidien et qui, pris isolément, ne correspondent pas à de la maltraitance mais, s’ils se répètent, pourraient présenter une nocivité.

c) Le développement des mesures de signalement

41Cette recherche a soulevé une réflexion qui reste à approfondir sur les mesures de signalement. Elle a permis de poser de délicates questions liées au signalement de situations potentiellement abusives.

42Qu’est ce qui doit être signalé ? Ce signalement doit-il se faire à l’interne ou à l’externe de l’institution ?

43Quelles seront les sanctions à appliquer et par qui ? Devrait-on différencier les types de signalement selon la personne victime de l’abus : abus d’un professionnel envers un usager ; abus d’un usager envers un autre usager ; abus d’un usager envers un professionnel ?

44Les analyses des discours des professionnels concordent pour que, dans les deux institutions, soit maintenue ou établie une procédure interne de signalement des violences subies par les professionnels au quotidien, complétée d’un soutien pédagogique efficace (mesure tertiaire).

45En ce qui concerne le signalement des abus, de la maltraitance et des violences à l’externe, il reste difficile à envisager pour l’ensemble des professionnels. Seuls les parents, plus éloignés du contexte institutionnel, proposent un signalement externe (ombudsman) et la constitution de groupes plus neutres, établis à l’interne ou à l’externe, à consulter (commissions bien-ou maltraitance).

46Ces différentes propositions rejoignent en partie celles émises en France dans le décret n° 2003-1095, du 14 novembre 2003, qui précise le contenu de certains règlements de fonctionnement (Viard, 2004). Parmi ceux-ci, celui de garantir la sécurité des personnes accueillies et celui de définir deux protocoles distincts au sein des institutions. L’un concerne un abus ou un acte de violence commis entre des personnes handicapées, l’autre s’intéresse aux abus commis entre une personne handicapée et un professionnel.

47Finalement, les faits de violence posent la question d’un éventuel dépôt de plainte. Ce dépôt de plainte pourrait se faire à l’encontre du professionnel ou de la personne en situation de handicap. Ces points devraient être préalablement définis par le règlement institutionnel. Cette réflexion oblige à penser en termes de droits et devoirs des uns et des autres. De même, elle amène vers le questionnement des sanctions lorsque les droits et devoirs ne sont pas respectés.

d) Dispositifs d’aide aux victimes et aux personnes ayant commis un acte d’abus

48Ce sujet a été développé face au soutien indispensable à offrir aux professionnels suite à une situation de violence survenant au sein de l’organisation, autant lorsque le professionnel est victime que lorsque la violence surgit à l’encontre d’une personne handicapée. Un consensus apparaît chez les professionnels, qui souhaitent des soutiens plus efficaces (supervision, consultation d’un groupe d’experts, soutien psychologique) en termes de spécialisation des aides et de la promptitude à leur déploiement.

49Par contre, l’accompagnement spécifique et l’aide à offrir aux personnes handicapées victimes d’actes d’abus commis par un pair ou par un professionnel furent très peu développés. Ils l’ont été uniquement dans la description de l’aide temporaire des services psychiatriques et de leurs limites (dialogue insuffisant avec la famille, absence de continuité des médecins spécialistes, système d’urgence trop lent à se mettre en route, hébergement dans un même lieu des différents protagonistes : victime et personne qui a commis l’abus).

50Une réflexion reste à faire à ce sujet afin d’établir comment offrir soutien et traitement aux personnes en situation de handicap qui seraient victimes d’abus, tout en tenant compte des variables de leur environnement.

e) Mesures aux trois niveaux de prévention et impliquant l’ensemble des sous-systèmes

51Les recommandations émises visent d’une part à compléter ou renforcer les dispositifs préalablement élaborés dans les établissements respectifs et d’autre part opérationnalisent certaines propositions en matière de prévention de la maltraitance formulées dans la littérature. Elles témoignent de la grande pertinence d’un modèle écologique et participatif pour le champ d’étude concerné (Chamberland, 1996).

52La multiplication des regards posés sur les situations présentées permet une analyse aux différents niveaux systémiques ; ainsi, les professionnels et les personnes handicapées se centrent davantage sur l’ontosystème et le microsystème. Les parents, plus éloignés du vécu institutionnel, s’ils identifient aussi de nombreux éléments de ces deux sous-systèmes proximaux, élargissent leur analyse au mésosystème, à l’exosystème et au macrosystème, plus particulièrement pour ce dernier à l’évolution des valeurs et des représentations sociales, ces deux dernières décennies, sur le handicap. Les cadres sont beaucoup investis au niveau du microsystème (dimension structurelle et fonctionnelle), et plus spécifiquement sur les mesures à mettre en œuvre pour le signalement des situations ; ils questionnent le traitement des situations, tant l’aide à apporter aux personnes en situation de handicap qu’aux professionnels, ils interrogent, au niveau de l’exosystème, les liens à développer avec des services d’aide extérieurs à leur organisation.

53Ces mesures s’inscrivent aussi dans un contexte juridique qu’il sied de connaître car il balise le champ des actions légales possibles. L’analyse juridique a permis d’explorer de nouvelles dimensions du macrosystème et de montrer que si le système législatif constitue une prévention passive, en donnant des repères et en punissant les actes graves de violences et de maltraitance, il demeure insuffisant, à lui seul, pour prévenir les actes plus banals ainsi que les négligences fréquentes et pernicieuses qui se glissent dans le vécu quotidien des milieux d’accueil institutionnels. La prévention active reste un complément indispensable pour qui veut diminuer les risques d’abus institutionnels, elle permet une réflexion approfondie sur sa pratique.

54Si le processus de recherche-action a abouti à la formulation d’un répertoire d’actions préventives, ces mesures demeurent tributaires des contextes et mouvances au sein des institutions ; un temps semble encore nécessaire pour la mise en œuvre institutionnelle des différentes actions préconisées. Comme le souligne Van der Linden (1996), il est essentiel de laisser les différents participants faire leur cheminement face à la thématique complexe de la maltraitance et à ses mesures de prevention. La sensibilisation des travailleurs est un processus lent ; il est important de ne pas créer un sentiment de dépossession et de les impliquer dans les mesures à développer pour prévenir l’apparition de conduites maltraitantes.

5.2.5 De la maltraitance à la bientraitance : deux versants d’un même concept ?

55Au fil des deux dernières décades, la littérature sur cette thématique a glissé du terme de violence institutionnelle (Tomkiewicz & Vivet, 1991) à celui plus édulcoré de violences dans les institutions (Corbet, 2004).

  • 2 Commission Habitat et lieux de vie INSOS Suisse romande, concept qualité de vie – prévention – bie (...)

56Comme le mentionne ce dernier auteur, il existe un risque à ces glissements sémantiques, qui donnent l’impression d’une décentration de la violence vécue par la victime vers diverses formes de violence présentes au sein de l’institution. Alors que Tomkiewicz s’était attardé à décrire la violence institutionnelle et à en prévenir les conséquences (souffrance et entraves au développement) pour les victimes, aujourd’hui, on en arrive à parler progressivement de la promotion de la bientraitance. Ainsi, l’association INSOS romande (2003) décrit que : La bientraitance est la mise en place des mesures nécessaires pour protéger la personne contre tout abus ou traitement dégradant et en renforçant ses capacités d’autodétermination (par exemple, formation des personnes handicapées à l’expression des situations d’abus)2.

57Alors même qu’il est difficile, aujourd’hui encore, d’identifier ce qui relève de la maltraitance, particulièrement en ce qui concerne les abus psychologiques ou la négligence, n’est-il pas précoce de glisser vers ce terme de bientraitance, qui inclut l’ensemble des bonnes pratiques institutionnelles et se décentre d’actes concernant plus particulièrement la relation à la personne en situation de handicap et au respect de sa dignité humaine ?

58N’y-a-t-il pas un danger à décrire la bientraitance comme l’envers de la maltraitance ? Ainsi en témoigne l’ambiguïté des termes utilisés pour qualifier la conduite d’une éducatrice tirant une personne handicapée à travers une pièce, conduite spontanément décrite comme « brusque » et « rude ». Des participants se sont refusé à la qualifier de « maltraitante » alors qu’ils l’ont simultanément estimée « inacceptable et inexcusable ».

59C’est donc volontairement que, tout au long de cet ouvrage, seuls les termes violence, abus, maltraitance et négligence ont été mentionnés pour aborder la thématique de la recherche.

60Comme l’indique Mercier (2004, p. 88) : La définition du bien et du mal relève essentiellement de positions éthiques : la limite entre la bien- et la maltraitance nous apparaît tributaire d’ambiguïté tant chez les scientifiques que chez les praticiens. A la fin de ce processus de recherche, nous estimons qu’il serait prématuré, voire contre-indiqué, de passer directement au mot « bientraitance », sans définir préalablement ou parallèlement celui de « maltraitance ». De plus, il est apparu que pour préciser les contours du sens donné au terme de maltraitance dans la sphère institutionnelle, un long travail réflexif, d’abord individuellement, puis collectivement, s’avère indispensable.

5.3 Retombées de la recherche

61Ce paragraphe présente les retombées perçues et possibles pour les partenaires, le milieu de formation et de la recherche et la communauté élargie.

62Elles émanent de plusieurs sources : des discours des protagonistes suite aux entretiens avec les cadres en fin de démarche (décembre 2007) et lors des rencontres tripartites entre les trois groupes d’acteurs de chacune des institutions en octobre 2007 ; des propos émis lors de la plénière avec les trois groupes et les cadres des deux institutions en janvier 2008 ; des rencontres complémentaires, avec les trois groupes impliqués et les cadres, réalisées dans chacune des institutions en avril et mai 2009, ainsi que des constats des chercheuses.

5.3.1 Retombées identifiées par les partenaires institutionnels

63Les partenaires institutionnels (parents, professionnels, personnes handicapées et cadres) ont pu exprimer ce qui, de leur point de vue, constituait les retombées essentielles de la recherche. Leurs commentaires ont été regroupés en cinq différents niveaux. Le premier concerne l’élaboration des connaissances autour du concept de la maltraitance. Le second touche à l’impulsion réflexive donnée par la démarche et à certaines modifications des pratiques. Le troisième exprime un souhait de poursuivre un travail d’approfondissement sur cette thématique en collaboration. Le quatrième décrit une plus grande prise en compte des limites et insuffisances des mesures actuelles en place pour prévenir la maltraitance institutionnelle. Le cinquième consiste en une transformation de la vision de ce que peut être une démarche de recherche par cette expérience vécue.

5.3.1.1 Mieux comprendre ce qu’est la maltraitance

64La démarche permet de mieux comprendre ce qu’est la maltraitance, ses contours et ses facteurs de risque et de protection. Elle contribue à thématiser certains phénomènes inhérents à la vie en institution.

65Un parent :

« J’ai aimé, c’est quelque chose que je ne fais plus dans le privé, la réflexion, et j’ai réalisé que j’ai un manque. On n’est plus dedans, et chaque fois il fallait se remettre un peu dans le bain. J’ai beaucoup appris, il y a des choses que j’ignore. »

66Un professionnel :

« C’est-à-dire, on aurait peur, on ne voudrait pas appeler ça de la maltraitance, je ne sais pas comment dire, donc c’est à ça que ça m’a sensibilisé, plus que ce qu’on voit dans les journaux […], elle est petite entre guillemets, elle n’est pas aussi flagrante, perceptible. »

« Moi, je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas que la violence physique, il y avait aussi le verbal, le toucher. »

67Un cadre :

« Parce que la maltraitance, moi je l’entends de façon très large. La maltraitance, c’est aussi ne pas répondre à des besoins qu’on estime fondamentaux pour soi. »

« [Cette recherche] permet de s’arrêter. S’interroger. (…) Où je pense que cela peut porter, c’est que ça permet une meilleure compréhension de ces phénomènes-là et de la prise en charge en général. »

5.3.1.2 Impulsion réflexive et modification des pratiques

68La démarche a permis de modifier certaines pratiques quotidiennes. De plus, l’impulsion réflexive amenée par la démarche de recherche semble ne pas s’être arrêtée aux seuls participants. Certains d’entre eux ont en effet relayé des réflexions auprès de leurs collègues des groupes socioéducatifs dans lesquels ils travaillent. Ce processus est prioritairement intervenu parallèlement à la tenue de la recherche. Ainsi, pendant la recherche, a-t-il été procédé à des modifications de l’environnement physique pour améliorer le respect de l’intimité des résidants. De même, l’attention prêtée à certaines valeurs s’est trouvée affermie et le respect accordé à ces dernières renforcé.

69Un parent :

« J’ai trouvé que c’était très intéressant, très utile et que ça nous incite à la vigilance. […] Côté éducateurs, côté médical, côté parents, qu’on se rende compte qu’il y a encore beaucoup à faire. »

« Oui, c’est fascinant, ça. Aussi la remise en question des éducateurs, […] ça m’a beaucoup aidé, parce que là j’ai un peu les points où le problème peut venir, pour le moment je ne les vois pas, mais je vais être attentive à plusieurs points que j’ai entendus maintenant. »

70Un professionnel :

« Moi, ça m’a interrogé sur ma pratique, je me souviens du tout premier film où le gars il est rentré à la salle de bains sans frapper, et puis je me suis rendu compte en travaillant le lendemain que, voilà, c’est… des fois aussi, je le faisais, dans l’urgence. Je me suis rendu compte que voilà, il fallait absolument taper, quoi. Ça m’a interrogé dans mon quotidien, ça a apporté beaucoup de positif pour moi dans la pratique du quotidien. »

« Moi, ça m’a amené à tirer des liens avec toute sorte de choses qui se passent sur le groupe et qu’il y a du travail à faire. Même sur des choses qui ne seraient pas considérées comme des maltraitances, par exemple, l’histoire de la salle de bains, il y avait la pharmacie, et chez nous, c’est pas la pharmacie, mais c’est le vestiaire, où finalement les gens traversaient la salle de bains pour aller au vestiaire et il suffisait juste de fermer une porte pour que ça ne se passe plus, et voilà, c’était aussi simple que ça. Plein de petites choses comme ça, qu’on peut améliorer simplement. Oui, ça a été fait concrètement, parce que là je trouvais pire que la pharmacie, on avait quelque chose à y faire, tandis que là, c’était juste un lieu de passage. »

« L’autre jour, il y a un gars qui est venu pour faire le karcher des façades, il voulait venir pour poser et j’ai dit : ‹ Vous entrez pas là, vous me donnez la prise et vous, vous allez dehors, je pense que vous n’apprécieriez pas si quelqu’un entrait chez vous quand votre femme prend son bain. »

« Moi, c’est amusant, parce que plusieurs fois je me suis dit, mais on regarde ces images, et puis après je me disais : ‹ Mais c’est comme ça, quoi, qu’est-ce qu’on peut changer à ça ?› et on en parlait en équipe, je racontais un peu ce qu’on avait travaillé. C’est un travail au quotidien qu’on fait avec les résidants. »

5.3.1.3 Un souhait de poursuivre la réflexion en collaboration

71La démarche a suscité l’envie de prolonger le travail de réflexion hors du cadre de la recherche et en collaboration. Cette collaboration a été décrite à trois niveaux distincts. Le premier niveau consiste en une collaboration à développer entre professionnels de différentes équipes ou entre plusieurs parents qui ont un enfant adulte qui reçoit des prestations dans l’institution. Le deuxième niveau propose de développer ou d’accentuer les collaborations entre les différents partenaires sollicités dans la démarche (cadres, personnes en situation de handicap, professionnels et parents), le troisième niveau touche d’autres membres du personnel impliqués dans l’accompagnement des résidants à l’interne ou à l’externe. Pour les parents et les professionnels, la démarche donne l’idée de s’impliquer davantage, de développer des collaborations pour poursuivre la réflexion. Certains professionnels revendiquent la possibilité d’avoir une autre phase de recherche sur le thème de la violence.

72Un parent :

« Les réflexions des uns et des autres, c’est ce qui va faire la force, tout seul on est impuissant. »

« Oui, mais il y avait aussi beaucoup de choses qui concordaient entre parents et éducateurs. »

« J’ai trouvé très intéressant d’entendre les handicapés. »

« Moi, j’étais épaté de ce que les jeunes [les adultes handicapés] ont pu faire, ce qu’ils ont présenté, comment ils l’ont présenté. Pour moi, c’est toujours un côté inconnu quelque part, parce que nous, on les voit d’une façon, et après on est tout étonné de ce que d’autres personnes arrivent à leur faire faire. »

« La réunion a donné l’occasion de côtoyer d’autres intervenants, des éducateurs mais aussi les cadres. »

« Mais c’est utile, c’est un combat qu’on ne doit jamais lâcher et ne pas avoir peur d’être sur le terrain pour dire ce qu’on pense. C’est comme ça qu’on se fait rappeler à leur bon souvenir, à ceux qui décident ».

73Un professionnel :

« Que ça soit le début d’un processus […], d’un premier pas, ça commence souvent par un petit groupe, par quelques volontaires, mais je vis vraiment en espérant qu’au niveau de la hiérarchie, il y ait quelque chose après, que ça ne s’arrête pas juste à l’étude, mais qu’on puisse en faire quelque chose. Je n’ai pas forcément encore d’idées concrètes ; par des groupes de travail, par une réflexion, amener une reconnaissance beaucoup plus forte et de la maltraitance et de la bientraitance dans l’institution. »

« En fait, c’est amusant de voir tout ce que ça apporte chez les professionnels et en même temps les réactions des résidants qui comprennent […] qu’on a pu s’arrêter un moment, on parle de ça, la maltraitance, ça fait longtemps qu’on en parle parce qu’on se trouve très souvent dans ces situations-là et comment la gérer ? C’est bénéfique, c’est pas fini, c’est à continuer. Vous avez amené un moment d’arrêt sur une image, et puis on regarde et on essaie de décrypter, et se dire : ‹ Comment ça se passe chez nous ?› et voir ce qu’on va en faire… Alors, merci. »

« Peut-être qu’il nous faudrait une deuxième phase où on pourrait bien parler de la violence. »

74Un cadre :

« Les familles sont demandeurs de formation. Je me suis dit : ‹ Mais les familles, il faudrait se poser la question de savoir si elles ne pourraient pas s’inscrire aussi aux formations permanentes. › […] Donc, un besoin de formation chez les parents, donc les parents vivent autant de problèmes que nous dans la relation avec leur enfant handicapé. »

« Oui, il y aurait des modules qui pourraient être communs, même aux proches, personnes handicapées et personnel, moi je trouve qu’on doit développer ça. »

5.3.1.4 Perception accentuée des limites institutionnelles pour prévenir la maltraitance

75Si la démarche suscite d’abord la méfiance de certains professionnels, elle renouvelle aussi la confiance dans l’institution et sa capacité de questionner ses pratiques, elle a permis de prendre conscience de certaines limites face aux mesures de protection et aux dispositifs proposés dans les établissements. Les cadres lors des séances plénières et des entretiens ont été sensibles aux limites révélées et cherchaient des solutions.

76Un parent :

« Et puis, je salue beaucoup l’ouverture des institutions qui s’ouvrent à ça, parce que ça implique une telle remise en question possible, ça me donne confiance dans l’institution. »

77Un professionnel :

« D’ailleurs, moi j’étais comme toi, un peu sur la défensive, qu’est-ce que vous allez en faire, à quoi ça va servir ? On n’a pas envie d’une intrusion dans notre travail et en même temps, c’est vrai que ce sont des outils, comment se les approprier pour que ce soit vraiment quelque chose qui soit un outil et pas un contrôle. Mais autrement, ça m’a apporté beaucoup. »

78Un cadre :

« J’ai senti une grande demande de la part des professionnels, qu’il y ait une suite donnée. Donc, quelque part, je me sens un peu responsable de ne pas laisser ça dans un tiroir, mais de voir quelle suite peut être donnée. Tout en disant mon étonnement quand je lis toutes les actions proposées, c’est que tout existe, quasi tout, donc il y a ce fossé entre l’existant et ce qui est demandé, quoi. Dans un premier temps, ça déprime, parce qu’on se dit : ‹ Zut ! Tout existe ! »

« Et moi, ce qui m’intéressait surtout, c’était, oui, voilà, comment on rebondi maintenant, comment reprendre tout ce qui a été dit, comment on peut réexploiter mieux les mesures existantes ? »

« Moi, je parlais plutôt de la réflexion sur le sujet, bien entendu. C’est vrai que ça m’interpelle, ce que vous dites par rapport à faire connaître les mesures aux personnes handicapées et aux familles. ». « Il y a eu un audit interne, que j’ai mené avec quelqu’un sur ce sujet [connaissance des procédures de signalement et de recours], je peux vous dire que les professionnels sont loin de tout bien connaître. » « Et bien, c’est vrai que quand il y a une réclamation d’une personne handicapée par rapport à un besoin qu’elle considère fondamental, tout de suite, ça pose des questions sur l’organisation, sur le fonctionnement et en quoi l’atelier doit répondre à ces besoins-là ou pas. Enfin, ça pose des questions fondamentales, d’éthique certes, mais aussi d’organisation et de priorités des besoins. Automatiquement, la parole de la personne handicapée, elle va déclencher des grosses questions. […] Donc, ça m’a fait me poser beaucoup de questions sur la notion [comment signaler] – et on en avait déjà beaucoup discuté sur la notion de réclamation client – donc, voilà, ça, je me suis dit, ça pose beaucoup de questions sur cette histoire de réclamation client. […] Qu’avant de penser à M. SOS, ben, peut-être qu’il y a encore des choses à développer en termes de formation… »

« Ça m’a posé beaucoup de questions sur […] – qu’est-ce que le travailleur peut faire remonter comme doléances, comment il le fait. […] Quand on n’est pas content, comment on peut le dire ? A qui ? A qui on le dit ? Quand on ne peut pas le dire à l’éducateur, à qui d’autre ? Et c’est vrai que souvent, ils sortent les amis et puis il y en a qui disent qu’ils n’ont pas d’amis, justement, parce qu’ils ont un cercle restreint. »

« L’autre retombée par rapport à moi dans mon rôle, c’est qu’en fait, ça m’a rappelé qu’on a beau mettre en place tous les outils institutionnels, ces outils sont portés par des personnes.[…], c’est vrai que j’ai aussi un rôle par rapport à être vigilante par rapport à ce qu’on met en place. »

« Je constate que des fois il y a un fossé – bon, le mot est trop fort – mais entre un idéal auquel on adhère et qu’on veut et puis la réalité. »

5.3.1.5 Une perception différente de la recherche

79La démarche de recherche-action et de coconstruction est vécue positivement par l’ensemble des participants. L’utilisation de vignettes constitue un élément facilitateur pour échanger sur ce thème et est mentionnée par plusieurs participants. Les parents bénéficient particulièrement des échanges et du partage, au sein de leur groupe, mais aussi entre les groupes. Ils apprécient le climat de confiance qui s’est instauré. Pour les professionnels, au départ, la recherche semble avoir été perçue par certains avec méfiance, comme un risque de contrôle de leur travail. En fin de démarche, plusieurs participants expriment que, pour eux, cette participation fut très enrichissante et a consisté en une formation à la prévention de la maltraitance et en un lieu d’expression.

80Un parent :

« J’ai apprécié différents points dans cette recherche. D’abord la méthode, qui paraît simple mais qui engage beaucoup de recherches préalables, la méthodologie, tout ce que vous avez amené de vos connaissances, et puis par rapport à ces scènes, plus on les voit, plus on y voit de choses et ça conforte dans l’idée qu’il faut avoir un regard aiguisé sur les situations, pas seulement nous, mais tous les partenaires et que l’écoute interpartenaires est très importante. Quand les jeunes ont présenté de manière simple, mais qui les impliquait eux, les éducateurs, le côté parents et l’écoute entre ces personnes, ça me semble très important pour tout le monde et pour les conclusions que vous allez en retirer. »

« C’est tellement enrichissant, moi ça m’a fait du bien et je revois maintenant dans cette roue [illustration du modèle écosystémique du développement], vous savez où on se situe dans la vie, à quel point je me situe, eh oui, c’est magnifique, ouh, c’était parfait, j’ai beaucoup aimé, parce que vous nous laissez être ce que l’on est, c’est pas si courant. »

« J’ai trouvé toute la démarche vraiment très intéressante, et je dirais assez bien structurée. Je serais intéressé de savoir, la question qui reste ouverte pour moi, c’est la valeur scientifique, est-ce que ça a une valeur statistique ? […] oui mais, bon, votre étude, faite avec quelques parents, quelques élèves, c’est intéressant, mais c’est pas suffisant pour nous permettre ou pour nous donner des arguments solides […] J’espère que dans vos conclusions, de toute l’étude, on arrivera à sortir des éléments qui auront un poids, qui seront une assise suffisante pour qu’on en tire quelque chose. J’espère que l’échantillon est assez grand. »

81Un professionnel :

« La trouille que j’avais au départ, les conséquences, et que l’intérêt a remplacé la trouille au fil du temps et au fil du travail qu’on faisait ensemble. J’étais étonnée toute seule, moi qui me disais : ‹ Alors, tu ne t’investis surtout pas dans ce genre de trucs dangereux là (rires) ›, et puis je me suis étonnée toute seule en ayant envie de m’investir. »

« Que c’était intéressant, la même situation vue par plusieurs personnes, par un handicapé, par un éducateur, par un parent et puis les spécialistes HES. Faire quelque chose avec ça, je ne sais pas exactement quoi, peu importe. Je trouve, je me suis longtemps posé la question, de la démagogie de la science, j’en ai douté longtemps, mais certains canevas, certaines méthodologies qui font que… (inaudible) […] mais avec ma participation, j’en ai profité. »

« C’est toujours intéressant de pouvoir s’arrêter, quelque part, c’est ce qui m’a plu, même si c’est vrai que c’est un investissement. »

« Moi, j’ai apprécié la finesse des vignettes, on partait dedans avec les mêmes bases de discussion et j’ai trouvé ça très intéressant. »

82Un cadre :

« Bon, c’est ce qui m’a donné des cheveux blancs, les professionnels. D’abord, les équipes ont refusé. Il n’y avait pas d’enthousiasme. Ils étaient inquiets : ‹ Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Encore un groupe de travail ? »

« Les groupes professionnels, parents et personnes handicapées, ils n’ont cessé de venir me remercier d’avoir participé à cette recherche. »

« Les personnes handicapées, je trouve que c’était une vraie formation qu’elles ont vécue, ils étaient aussi tellement reconnaissants. »

« C’est vrai que j’ai vu, dans les séances, cette grande solidarité qui s’est mise en place entre les familles, alors ça, c’est quelque chose que j’ai bien perçu. […] Au niveau des éducateurs, moi, ce qui m’avait fortement interpellée, c’était cette culpabilité qui ressortait, ce côté : ‹ Oui, c’est vrai, on n’est pas toujours très bons ›, et ça, je ne sais pas très bien comment il faut le reprendre, mais… oui, c’était assez fort. Et puis pour le groupe des personnes handicapées, oui, j’avais l’impression, enfin moi j’ai senti comme, oui, c’était une occasion, une plate-forme pour eux pour vraiment pouvoir exprimer des choses qu’ils ne savent peut-être pas toujours bien exprimer, en tout cas une plate-forme supplémentaire. Je pense qu’ils peuvent peut-être le dire dans leurs groupes de vie, à leurs référents, mais là, ça me paraissait important pour eux d’avoir cette nouvelle plate-forme. »

5.3.2 Retombées au niveau de la formation et de la recherche

83En dehors des retombées précédemment mentionnées, certaines autres concernent directement le travail des chercheurs et experts impliqués dans cette démarche de recherche et le milieu académique et de la recherche.

5.3.2.1 Contribution à une meilleure formation des travailleurs sociaux et pour la recherche

84Cette démarche a permis la création d’un matériel didactique vidéo théâtre et la production d’exercices pédagogiques associés. Ces derniers ont été testés, puis utilisés régulièrement depuis 2005 auprès d’environ cent cinquante étudiants en formation initiale et cinquante travailleurs sociaux en formation continue dans les Hautes écoles de travail social de Genève et Fribourg, en Suisse, et à l’Université de Namur en Belgique. Un projet de rédaction d’un manuel pédagogique utilisant les vignettes et les exercices élaborés et proposés durant la recherche est en cours de rédaction par les chercheuses.

85De plus, suite aux propositions émises par les participants à cette recherche, afin de mieux former le personnel accompagnant à la prévention de la maltraitance dans la formation initiale, un programme spécifique sur ce sujet, comprenant 5 crédits ECTS, a été mis en place en 2009. Ce programme s’adresse aux étudiants romands en deuxième partie de formation initiale. Il a lieu à la Hets de Genève. Il consiste en un module libre ; une première volée de dix-huit étudiants s’y est inscrite en 2009. Ce programme pédagogique, dirigé par l’une d’entre nous, fait l’objet d’une recherche doctorale qui en évaluera les retombées.

86Les chercheuses impliquées dans cette démarche portent l’espoir qu’elle contribue à prévenir les actes d’abus et de maltraitance en institution envers les personnes en situation de handicap. Selon les recommandations formulées par les participants, et plus particulièrement par ceux ayant une déficience intellectuelle, un nouveau projet de recherche est en cours. Il vise à analyser les espaces de parole disponibles pour ces personnes dans les contextes institutionnels romands. Le but étant de les répertorier et d’en faire une typologie afin d’identifier les modalités d’expression qui contribuent à une démarche participative de la personne dans son contexte de vie, et plus largement dans la société.

5.3.2.2 Retombées pour le milieu scientifique et la communauté

87Plusieurs communications ont été réalisées dans des congrès nationaux et internationaux, qui ont rendu plus visible cette problématique au regard des professionnels du domaine et suscité leur intérêt pour des approfondissements.

88Pour les terrains du social, une conférence sur les collaborations entre chercheurs et terrains a présenté le processus de cette recherche par le partenaire principal de terrain et une des chercheuses impliquées. Cette communication avait pour but d’illustrer les apports et synergies entre le milieu de la recherche et le milieu des pratiques dans le champ du travail social ; elle visait à l’encouragement des terrains à participer à des démarches de recherche participative.

89La publication de cet ouvrage scientifique valorise le travail accompli et encourage tant les participants qu’un public élargi à prendre en considération les résultats et recommandations émises.

90Finalement, l’équipe de recherche espère que ce travail permettra aux politiques de prendre connaissance de la complexité de la problématique de la maltraitance institutionnelle et les aidera à mieux percevoir que des mesures passives et actives de prévention visant différents sous-systèmes doivent être développées au sein des institutions sociales et de la communauté pour éviter qu’apparaissent des abus et des maltraitances dans ces milieux d’accueil spécialisés.

Notes

1 Plamondon, par exemple, se centre sur l’identification des facteurs de vulnérabilité des personnes afin de mieux reconnaître celles susceptibles d’être victimes d’abus, pour ensuite développer des mesures de protection autour d’elles. (Plamondon, 2http ://www.rifvel.org/documents/test.php#003 ; consulté le 27.08.2009).

2 Commission Habitat et lieux de vie INSOS Suisse romande, concept qualité de vie – prévention – bientraitance, 2003.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search