Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Volonté

Résumé

Que disons-nous effectivement lorsque nous prétendons que nous agissons sous l’effet de notre volonté ? La volonté est un concept qui manque de profondeur. Il ne fait qu’effleurer, en surface, les forces* qui poussent nos actions* dans telle ou telle direction. Dire que nous agissons par notre volonté n’explique rien, sinon que nous sommes pour quelque chose dans nos actions. La volonté doit elle-même être expliquée. En effet, il faut pouvoir décrire les forces qui l’affectent et qui font que c’est cette volonté-là qui s’exprime à ce moment-là comme étant la nôtre. Pourtant, l’agir envers autrui fait sans cesse appel à la volonté, la nôtre, celle d’autrui*.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nietzsche entretenait de grands doutes quant à la manière de concevoir la volonté comme étant la seule chose qui exerce une action. « La croyance en la volonté entendue comme la cause d’effets est la croyance à des forces qui s’exercent de manières magiques » (1997, p. 179). En décrivant la volonté comme relevant d’une croyance en des forces magiques, Nietzsche souligne le caractère problématique et incertain du rapport entre la volonté et l’action. Malgré l’incertitude de la conception rationnelle de l’agir, nos conduites sont souvent décrites comme relevant de la volonté et nos codes de déontologie ou nos règles morales sont fondés sur de telles prémisses.

L’intelligibilité de l’action se gagne en refusant de la réduire à des causes comme la volonté d’un sujet* ou à des fins comme le bien, et en insérant l’agir humain dans la situation dans laquelle il s’exprime. Dans cette perspective, le lien entre une action et la situation n’est pas seulement contingent, mais il est constitutif...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search