Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Universel

Résumé

Il est pratique de disposer de théories*, de valeurs*, de principes de droits humains qualifiés d’universels. Nous pouvons ainsi considérer que ce qui est valable pour nous est valable pour tous et juger soi-même et autrui en référence à des universaux. L’homme universel s’est imposé parce que la connaissance pouvait enfin le capturer. En effet, s’il est universel, il ressemble à chacun d’entre nous et nous pouvons alors nous reconnaître en lui, nous connaître en lui comme le connaître en chacun de nous. L’universalité des caractéristiques humaines nous force à voir des ressemblances entre nous et autrui lorsque ce dernier nous échappe, nous devient totalement étranger ou encore « exotique ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il existe deux dimensions de l’universalité. La première indique qu’un phénomène se retrouve partout dans le monde, par exemple la bêtise, dont Jacques Brel chante dans « l’air de la bêtise » l’universalité. « Salut à toi, Dame Bêtise ; toi dont le règne est méconnu… Salut à toi, Dame Bêtise ; mais dis-moi comment fais-tu pour avoir tant d’amants et tant de fiancés… » La deuxième dimension de l’universalité concerne un mode explicatif. Une explication est universelle lorsqu’elle permet de décrire un phénomène ou un ensemble de phénomènes sans qu’il soit possible de trouver une exception à cette explication.

La science classique fait de l’universel ce qui la distingue des autres formes de discours. Les énoncés scientifiques ne se rapportent pas à ce qui est accidentel ou contingent, ils visent un haut degré de généralité. Le particulier est alors compris comme un échantillon de l’universel. Les lois de la nature doivent être vraies pour l’ensemble des phénomènes qu’elles sont censées ...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search