Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Traduction

Résumé

Dans le travail social, la question de la traduction se pose lorsque le consultant, la famille où le groupe auprès duquel le praticien intervient s’exprime dans une autre langue que le français. Dans les consultations pour migrants, dans les services sociaux internationaux et dans de nombreuses institutions, les travailleurs sociaux doivent traduire les propos de leurs consultants dans une langue qu’ils maîtrisent suffisamment. Lorsque cela n’est pas possible, ils font appel à des traducteurs ou à des interprètes dont la langue maternelle, voire la culture, est la même que celle des consultants. Ainsi, la relation d’aide est médiatisée par la traduction. Cependant, dans de nombreux services et notamment dans les consultations pour migrants, les traducteurs ou interprètes ne produisent pas uniquement des traductions littérales. Ils donnent des informations à propos de la culture d’origine des consultants. Ils occupent une place d’« informateurs culturels » ou de « médiateurs culturels » et jouent un rôle actif dans la relation d’aide. La question de la traduction ne se pose pas uniquement lorsque le travailleur social parle une autre langue que la population ou les individus auxquels il s’adresse. La question de la traduction se pose également lorsque les partenaires parlent la même langue, par exemple le français. Au sein de la même langue, le français, existent d’autres langues ou des idiomes. Il y a des langues dans la langue.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est ici question de traduction et non d’interprétation. Le premier terme sous-entend généralement que le sens d’un énoncé exprimé dans une langue est transféré dans une autre langue sans perte ou transformation de signification. Le deuxième signifie qu’un nouveau sens est donné au sein de la même langue. Pourtant, la traduction ne laisse pas la signification d’origine intacte, notamment parce qu’existent des langues dominantes et des langues dominées. Jouant sur la proximité des consonances des termes, on dit que traduire revient à trahir. Interroger la traduction et ce qu’il advient de la « vérité » dans ce passage d’un idiome à un autre ne signifie alors nullement que les humains ne puissent jamais se comprendre. Cela signifie plutôt que, lorsque cela se passe, sans que l’on puisse être certain que cela se passe, il ne reste qu’à s’en émerveiller. Les questions que pose la traduction sont d’autant plus pertinentes qu’elles ne masquent pas cette sorte d’intuition émouvante indiq...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search