Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Symbole

Résumé

Un symbole manifeste la présence de quelque chose qui n’est pas immédiatement présente. Il n’est pas de la même nature que la chose manifestée. La lune peut manifester la femme ou la féminité, le drapeau peut manifester le pays, le pain peut manifester le corps du Christ, un fétiche peut manifester une divinité. Les symboles ont la forme de mots, d’images, de chiffres, de gestes, de rituels, de mythes, de personnages, d’animaux, de plantes, d’œuvre d’art comme la peinture, la sculpture, la musique. Les symboles sont une forme de langage* qui manifeste des choses autres pouvant être des objets, des émotions, des actions, mais le langage est aussi, en soi, constitué de symboles rendant présent ce qui est absent ou manifestant ce qui est présent sous des formes qui sont autres que la chose présente. Tout ce qui existe peut être symbolisé et servir de symbole.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le langage symbolique est « expressif » dans le sens où il manifeste la présence d’une chose en la rendant disponible dans nos perceptions immédiates des éléments qui constituent le monde. Il leur donne une signification, mais cette signification n’est pas une chose ou un état des choses dans le monde. Elle découle de l’insertion d’une chose perçue dans un système interprétatif plus large.

Le récit que Freud (1990) fait de l’analyse de Sergueï Constantinovitch Pankejeff, l’« homme aux loups », représente un exemple de l’insertion d’un élément perçu dans un système de symboles. « J’ai rêvé qu’il faisait nuit et que j’étais couché dans mon lit. Tout à coup, la fenêtre s’ouvre d’elle-même, et à ma grande terreur je vois que sur le noyer en face de la fenêtre, plusieurs loups blancs sont assis. Il y en avait six ou sept. Les loups étaient tout blancs et ressemblaient plutôt à des renards ou à des chiens de berger, car ils avaient de grandes queues comme des renards, et leurs oreilles éta...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search