Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Sentir

Résumé

Le concept de « sentir » proposé par Whitehead permet de développer encore plus avant la question de l’expérience*. Nous sentons le monde qui nous entoure, nous sentons certains de ses composants, nous sentons les individus que nous rencontrons et nous sentons aussi des idées. Dire que nous sentons des choses signifie que ces choses « entrent » dans notre organisme et produisent des mouvements que nous pouvons percevoir. Les actes du sentir suivent des vecteurs, car ils ressentent ce qui est là-bas et le transforment en ce qui est ici. Le vecteur du sentir va donc de ce qui est ailleurs vers l’ici de notre expérience. « Cette chose est présente dans mon expérience en tant qu’elle est ailleurs » (Stengers, 2002, p. 330). « Un sentir est l’appropriation de certains éléments de l’univers, afin qu’ils entrent à titre de composants dans la constitution interne réelle de son sujet. Les éléments sont des données initiales ; ils sont ce que sent le sentir » (Whitehead, 1995, p. 371).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sentir une chose qui n’est pas nous-mêmes et qui se situe dans un ailleurs consiste à nous produire nous-mêmes en tant que sentant ce qui n’est pas nous. Cet acte par lequel nous sentons quelque chose n’étant pas nous, constitue ce que Whitehead appelle une « entité actuelle »*. Le fait de sentir quelque chose comme la couleur verte d’un arbre fait de nous une entité actuelle. Tout objet est une potentialité pour nos sentirs et tout sentir fait exister une entité actuelle, un sujet* sentant son monde.

Le sentir s’effectue sous le signe de la créativité*. En effet, le fait que parmi tous les sentirs potentiels seuls certains sont effectivement sentis, et la forme subjective du sentir, qui a pour effet que c’est à notre manière que nous sentons un objet, indiquent qu’il n’y a aucun déterminisme, aucune obligation de sentir ce que nous sentons de la manière dont nous le sentons. Cette indétermination des sentirs est l’expression de la créativité.

La satisfaction est l’achèvement du senti...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search