Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Réflexivité

Résumé

Le travailleur social est un « praticien réflexif ». Une telle affirmation est présente dans les programmes de formation des hautes écoles de travail social et dans nombre de textes visant à définir cette profession par le haut niveau de complexité qu’elle requiert. En effet, la réflexivité semble réclamer des compétences élevées. La réflexivité est au cœur même de la professionnalité. Etre un professionnel, c’est être un praticien réflexif capable d’user d’une démarche d’analyse méthodique, régulière, instrumentée de sa propre pratique dont on considère qu’elle développe des effets sur elle. La réflexivité est aussi censée permettre l’anticipation de l’agir en évitant les erreurs commises et en ne gardant que ce qui est jugé conforme aux buts poursuivis. Dans les métiers de l’humain, la réflexivité semble être une évidence qui valorise l’autofondation de la pensée. Désigner les professionnels en tant que praticiens-réflexifs revient à les désigner en tant que sujets garants de leurs pensées et de leurs pratiques, capables de les justifier en en prenant la responsabilité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les praticiens sont réflexifs, au sens où ils sont toujours en mesure d’expliciter ce qu’ils sont en train de faire, même de manière routinière. Ainsi, pense-t-on, grâce aux vertus de la réflexivité, l’agir est ouvert aux choix. L’individu qui se considère comme un praticien réflexif est soumis à l’obligation d’une intense réflexivité qui répond au déclin de la force de la tradition et de l’habitude. Dès lors, il ne peut plus justifier sa façon d’agir en disant que c’est parce qu’il a toujours fait ainsi.

La réflexivité s’oppose à l’obéissance ou à la reproduction dans le sens où elle indique un mouvement de prise de distance critique à l’égard de ce qui constitue nos propres pensées et nos propres actions. Elle met en question l’incorporation sous forme d’habitude, de régularités qui constituent nos dispositions à penser et à agir. Dès lors, l’autonomie de l’acteur est inséparable de sa capacité de réflexivité.

Désigner des praticiens comme étant réflexifs sous-entend que d’autres ne...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search