Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Reconnaissance

Résumé

La question est de savoir si les pratiques de travail social constituent des actes de reconnaissance dirigés vers des personnes souffrant d’un déficit de reconnaissance. Le développement de l’individu, notamment de ses compétences et plus largement de son identité, dans les sphères professionnelle, sociale et personnelle nécessite l’établissement d’une certaine forme de rapport positif à soi-même. Ce rapport n’est pas le simple fait d’un individu qui se construit lui-même sans lien avec son environnement. Cette construction se développe dans un espace dialogique au sein duquel ce qu’une personne dit et montre d’elle-même, c’est-à-dire ce que nous pouvons appeler son identité, puisse être entendue et reconnue, ce qui ne veut pas dire nécessairement acceptée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les bénéficiaires des institutions sociales ont des rapports fragiles avec eux-mêmes et les autres, et leurs modes d’existence sont marqués par l’incertitude et la précarité. Dès lors, ils se trouvent dans cette « zone de vulnérabilité » décrite par Castel (1995) dans laquelle la précarité du travail et la fragilité relationnelle se conjuguent afin de rendre leur devenir incertain, oscillant entre l’affiliation à notre monde social et la désaffiliation. La non-reconnaissance d’un individu dans son identité et dans les qualités qu’il s’attribue à tort ou à raison entraîne une fragilité des rapports qu’il entretient avec les autres et avec lui-même, et par conséquent accentue sa vulnérabilité.

Si l’on suit Castel, cette vulnérabilité, outre la souffrance physique et psychique qu’elle peut produire, présente un risque de désaffiliation. De plus, la vulnérabilité tend à devenir une catégorie sociale, celle des vulnérables, dans laquelle sont rangés les individus ne parvenant pas à satisf...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search