Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Procès

Résumé

Le monde est un procès et nous sommes nous-mêmes un procès dans le monde, notre expérience* est un procès. Le procès indique le mouvement, le changement, la transformation* incessante de tout ce qui constitue le monde. « Ou bien votre expérience ne comporte ni contenu ni changement, ou bien on peut y percevoir une somme de contenu ou de changement. Votre familiarité avec la réalité s’accroît littéralement par boutons ou gouttes de perceptions. Intellectuellement et à la lumière de la réflexion, vous pouvez diviser ces boutons ou ces gouttes en leurs composants, mais – en tant qu’ils sont immédiatement donnés – ils adviennent totalement ou pas du tout » (James, in Whitehead, 1995, p. 140).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le procès est l’enchaînement de ces gouttes d’expériences ou de ce que Whitehead appelle des « événements* ». Ils se succèdent et forment une série, et s’influencent de telle manière qu’un événement survient en héritant des événements qui l’ont précédé et, lui-même, influencera ceux qui lui succéderont. Comme le dit James : « Dans la conscience du tonnerre se glisse et se prolonge la conscience du silence qui lui précède ; car, ce que nous entendons lorsque retentit le tonnerre n’est pas le tonnerre pur, mais le tonnerre-qui-brise-le-silence-et-contraste-avec lui » (1890, vol 2, p. 240). Les éléments de la série silence-tonnerre communiquent entre eux et influenceront l’événement silence qui leur succédera. Ce dernier silence peut être compris comme l’aboutissement d’un procès dans lequel le silence est rempli de lui-même tout en étant l’héritier des événements antécédents. Ce qui existe ne doit donc pas être décrit en le soustrayant au temps, en le concevant « à un instant ». Au co...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search