Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Percept

Résumé

Généralement, nous ne faisons pas de distinction entre percept et perception. Cependant, Deleuze et Guattari (1991) créent un nouveau concept du mot percept. Le percept s’inscrit dans une trilogie composée du concept*, du percept et de l’affect*. Le concept est une nouvelle manière de penser, le percept une nouvelle manière de percevoir et l’affect, une nouvelle manière de sentir. Ces nouvelles manières de penser, de percevoir et de sentir ont une forme d’immortalité puisqu’elles survivent aux pensées, aux sentiments, aux affections et aux sentirs qui peuvent survenir occasionnellement dans des situations particulières. « Les percepts ne sont plus des perceptions, ils sont indépendants de l’état de ceux qui les éprouvent ; les affects ne sont plus des sentiments ou affections, ils débordent la force de ceux qui passent par eux. Les sensations, percepts et affects, sont des êtres qui valent par eux-mêmes et excédent tout vécu » (p. 154).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que les philosophes créent des concepts, le percept est le domaine privilégié de la création artistique. Les grands artistes ont la capacité d’élever au rang de percepts de simples perceptions en les faisant survivre à celui qui les éprouve. La difficulté de l’artiste est de les faire « tenir debout tout seul » (Deleuze et Guattari, 1991, p. 155). Les affects sont également du domaine de l’art, car l’œuvre nous fait sentir de nouvelles sensations. En ce sens, la musique est une formidable créatrice d’affects. Dans l’art, les percepts et les affects ne peuvent exister sans le matériau, la couleur sortant du tube, la pierre, les sons, les mots et la syntaxe. Le matériau passe entièrement dans l’affect et le percept. « Le but de l’art, avec les moyens du matériau, c’est d’arracher le percept aux perceptions d’objets et aux états d’un sujet percevant, d’arracher l’affect aux affections comme passage d’un état à un autre » (p. 158).

Dans son roman Moby Dick, Herman Melville arrache ...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search