Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Loi

Résumé

« La loi d’la pesanteur est dure, mais c’est la loi », chante Georges Brassens dans Vénus callipyge. Ces paroles quelque peu irrévérencieuses se réfèrent à une des lois de la mécanique de Newton à laquelle certains attributs féminins finissent par répondre. Dans son acception scientifique, la loi énonce un principe que l’on tient pour universel et vrai et qui décrit le fonctionnement du monde. Une loi comme celle de la pesanteur ou de l’attraction universelle énoncée par Newton et évoquée par Brassens est vraie* jusqu’à ce qu’on ait pu la falsifier et tant qu’elle est vraie, elle est impérative. Un corps, les seins, les fesses de la Vénus de Brassens doivent se comporter de la manière dont la loi l’énonce, ils n’ont d’autre choix que de tomber en direction du centre de la Terre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une conception « classique », notamment en physique, la science est censée découvrir les lois auxquelles la nature répond. Ces lois articulées logiquement entre elles à propos d’un objet ou d’un ensemble cohérent d’objets forment une théorie*. Les lois expliquent les phénomènes comme présentant des régularités entre eux et, en ce sens, elles permettent de prédire leur apparition. La loi décrit l’« intelligence » des phénomènes dans le sens où ceux-ci n’arrivent pas par hasard. Ils suivent une logique que la loi énonce.

Une loi scientifique est découverte, pense-t-on généralement, sur le mode de l’induction. L’induction consiste à énoncer une loi générale à partir de faits particuliers. Plus les faits sélectionnés sont nombreux, plus la loi est valide. Popper (1997) récuse cette conception d’une science procédant par induction. Il montre que ce que la science appelle « fait » est produit par une hypothèse. Il n’est ni brut ni neutre, il est déjà « imprégné » de théories. Dès lors...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search