Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Jugement

Résumé

Le pouvoir de juger se fonde et se justifie sur un savoir autorisant à parler au nom et sur le silence d’autrui. Le jugement procède par attribution de caractéristiques à un sujet. Le jugement se présente comme la vérité et non comme une connaissance* construite* dans un espace dialogique. Au nom de la vérité du jugement, la construction doit s’effacer afin que le jugement puisse se présenter comme étant fondé sur la connaissance vraie d’un individu observé dans son milieu « naturel ». Par exemple, les observations pratiquées dans des institutions éducatives à la demande des juges pour mineurs afin de leur fournir des connaissances susceptibles d’éclairer leurs décisions procèdent par éviction des conditions « artificielles » de leur production. En ce sens, elles ont le caractère du jugement.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le jugement est, dans la perspective de Foucault, un classement des actes et des conduites dans les catégories du bien et du mal, du normal et du pathologique, du sociable et de l’asocial, de l’adapté et de l’inadapté, de l’intégré et du marginal, du méritoire et de l’infâme. Ce classement, quadrillage des gestes et des populations, permet de décider de leur sort. Mais le jugement est terrible dans le sens où il affecte celui qui est jugé sur le mode particulier de l’autoaffection. La personne jugée en arrive à être persuadée que la vérité prononcée sur elle est effectivement sa vérité. Elle finit par croire, sans révolte, qu’elle est réellement ce que dit l’étiquette attachée à son être. Le jugement des autres devient alors le jugement qu’elle porte sur elle-même.

En définitive, ce qui compte n’est pas tant la manière dont nous sommes jugés, c’est que finalement, c’est toujours nous qui nous jugeons nous-mêmes. Le contenu du jugement vient remplir notre mode d’existence et nous nous...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search