Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

Avant-propos

Texte intégral

1La prévention de la maltraitance à l’encontre de personnes présentant une déficience intellectuelle (DI) est un thème de grande actualité médiatique. Le public découvre malheureusement encore régulièrement l’existence de tels événements à l’encontre de ces personnes. Ces informations suscitent des réactions émotionnelles légitimes, ce d’autant plus lorsque les faits surviennent dans des milieux dont la mission est d’accompagner des personnes avec une DI en visant leur bien-être et le développement de leur autonomie dans différents domaines de la vie. Les faits signalés imposent de réagir, d’imaginer, de se doter et de mettre en œuvre des moyens d’intervention préventifs et/ou thérapeutiques visant à éviter que de tels événements ne se reproduisent.

  • 1 Cette recherche a été cofinancée par les organismes suivants : le Fonds national suisse de la rech (...)

2Cet ouvrage a pour objectif de présenter la recherche intitulée « Un outil pédagogique pour l’analyse des représentations de la maltraitance et sa prévention : recherche-action en institutions pour personnes handicapées mentales adultes », entrant dans le cadre d’une action de prévention de la maltraitance menée entre 2006 et 20081. L’originalité de ce travail réside dans sa méthodologie participative qui implique trois types d’acteurs concernés au premier plan par la thématique, à savoir des personnes avec une déficience intellectuelle, des parents et des professionnels de l’éducation sociale.

3A l’origine de la recherche, on trouve deux postulats. Le premier part du constat que les démarches de prévention peuvent emprunter des voies plurielles et complémentaires et qu’il pourrait être profitable de compléter les dispositifs proposés par les pouvoirs publics, plus particulièrement axés sur l’élaboration de dispositifs législatifs, par des mesures requérant une participation active des personnes concernées (Petitpierre, 2009). Le dispositif de prévention utilisé dans cette étude est fondé sur des principes s’apparentant à ceux de l’« éducation au risque ». Il se différencie, en les complétant, des dispositifs passifs qui prennent place aux niveaux législatif et réglementaire. Outre le fait d’impliquer plus activement les acteurs, le dispositif choisi présente l’avantage de répondre à des objectifs de formation.

4Le second postulat consiste à penser que les représentations, individuelles et collectives, portées sur les contours de la maltraitance, s’avèrent déterminantes pour l’efficacité de la prévention. La littérature spécialisée montre en effet que la maltraitance tient plus de l’objet social que du phénomène scientifiquement défini. Les définitions se heurtent à la complexité des critères à considérer et peinent à déterminer les seuils à partir desquels définir la maltraitance. L’hypothèse principale consiste à penser que les représentations des personnes avec une DI, tout comme les conceptions des parents et celles des professionnels du champ socio-éducatif sur certaines actions susceptibles d’être considérées comme maltraitantes, pourraient contribuer à déterminer les seuils à partir desquels l’appréciation du phénomène bascule. Les points de vue des participants ont été comparés aux définitions théoriques existantes. A terme, on peut supposer que la connaissance des concordances et des décalages entre les définitions d’une part, et les représentations des acteurs d’autre part, jouent un rôle capital pour qu’une attention suffisante soit accordée au problème, qu’une réflexion approfondie et responsable puisse se constituer et, le cas échéant, que des mesures concrètes de prévention puissent être prises à différents niveaux du système institutionnel et politique par les personnes concernées pour prévenir certains manquements. Il est en effet probable que c’est non seulement à partir du cadre juridique réglementaire ou des définitions disponibles dans la littérature, mais également en fonction de leurs propres représentations que les acteurs de terrain conçoivent la possibilité de signaler et de réagir à des actes qu’ils identifient comme ou présument maltraitants.

5Le déroulement pratique de la recherche a bénéficié de la collaboration de deux grandes institutions spécialisées dans l’accueil en hébergement et l’accompagnement en atelier de résidants adultes avec une DI. Ces établissements sont respectivement situés dans les cantons de Vaud et de Genève. En plus des membres de la direction de ces établissements, cinquante-huit personnes ont participé à cette recherche, parmi lesquelles dix-sept personnes en situation de handicap, dix-huit parents et vingttrois professionnels. Les participants ont été sollicités pour participer aux trois grandes étapes de la réflexion prévue dans le cadre de cette étude, à savoir : 1) l’identification des critères qui permettent de décrire le phénomène ; 2) le repérage des facteurs de risque et de protection, respectivement susceptibles de précipiter ou de déjouer la survenue de la maltraitance ; et finalement 3) la recherche de mesures concrètes visant à prévenir l’apparition ou à réduire les conséquences de phénomènes de maltraitance. Un matériel référant à des scénarios fictifs a été construit pour soutenir la réflexion durant les trois moments clés de l’étude (Masse & Petitpierre, 2006 ; Masse, Petitpierre, Jossevel & Vidon, 2009).

6Plusieurs personnes ont contribué à cet ouvrage. L’ensemble du texte a été discuté entre les auteurs et certaines parties rédigées conjointement. Par contre afin d’en faciliter l’écriture, des points spécifiques ont été rédigés plus particulièrement par l’un ou l’autre d’entre nous.

7Manon Masse (Professeure, Haute Ecole de Travail Social de Genève) : Points 1.3.1, 1.3.2, 1.5.6 ; Points 2.2, 2.3.1, 2.3.4, 2.4.2 et 2.7 ; Points 3.3, 3.4, 3.6 et 3.7 ; Conclusion ; Annexe A2

8Geneviève Petitpierre (Professeure, Université de Genève) : Avantpropos, Points 1.1, 1.2, 1.3, 1.4, 1.5.2 à 1.5.5, 1.6 et 1.7 ; 2.1, 2.3.3, 2.4, 2.4.1 ; Points 3.1, 3.2 et 3.5 ; Annexe A3

9Yves Delessert : (Chargé d’enseignement, Haute Ecole de Travail Social de Genève, Master en droit). Point 1.5.1 ; Points 4.1, 4.2 et 4.3

Notes

1 Cette recherche a été cofinancée par les organismes suivants : le Fonds national suisse de la recherche scientifique (subside no 13DPD3-113663), la HES-SO, la Hets-ies, les établissements EPSE (se nommant EPI depuis le 01.01.2008) et la Fondation l’Espérance. Dans une étape préalable, la création du matériel pédagogique servant de support à cette recherche a été financièrement soutenue par la Fondation Leenaards, la Hets-ies, la Haute école de théâtre de Suisse romande (HETSR) et la Fondation Ensemble.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search