Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Joie

Résumé

La joie est un mouvement qui se passe en nous. Il est sans équivoque. Nous le sentons lorsqu’il parcourt notre organisme. Face à une personne aimée, écoutant une musique, contemplant une œuvre d’art, lisant un livre, baigné dans un paysage ou dans bien d’autres situations qui n’ont pas besoin d’être extraordinaires, nous éprouvons sans conteste de la joie. Dans le travail également, écoutant, agissant, en relation avec des personnes, bénéficiaires ou collègues, nous sentons une joie nous parcourir. En imaginant des actions, en évaluant leur réussite, plus largement aussi, en pensant, un tel sentiment nous parcourt. Les mouvements de joie suivent parfois des chemins inverses. Nous en éprouvons alors de la tristesse*.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Spinoza est le philosophe de la joie. Son éthique* est une éthique de la joie. Chez lui, tout ce qui vit, les végétaux, les animaux, les humains sont définis comme des modes. Le mode est « un rapport complexe de vitesse et de lenteur, dans le corps, mais aussi dans la pensée, et c’est un pouvoir d’affecter et d’être affecté*, du corps ou de la pensée » (Deleuze, 1981, p. 166). La joie est l’affection qui arrive au mode, c’est-à-dire aux rapports qui constituent un être, lorsque cette affection a pour résultat l’augmentation de la puissance* d’agir ou, ce qui revient au même, de la puissance d’exister. La tristesse est le mouvement inverse de diminution de la puissance.

Joie et tristesse sont des mouvements de croissance ou de décroissance, des montées ou des chutes, des augmentations ou des diminutions. Ces mouvements sont produits par des corps, c’est-à-dire des modes, externes dont la puissance est de nous affecter, c’est-à-dire de modifier les rapports qui constituent notre corps....

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search