Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Influence

Résumé

Le travail social peut être qualifié de « pratique d’influence ». Il ne s’agit pas d’un qualificatif péjoratif niant sa part de rationalité et le respect qu’il accorde généralement aux bénéficiaires.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tobie Nathan définit l’ethnopsychanalyse, mais également toutes les formes de thérapie et la psychanalyse elle-même, comme « l’art du maniement technique de l’influence » (Nathan, 2001). Sans trop de risques, nous pouvons prétendre qu’une part de l’intervention en travail social relève des techniques d’influence. Plus largement, les phénomènes d’influence sont constitutifs de toute relation. Nous sommes tous susceptibles d’influencer comme d’être influencés, même sans le savoir. Cependant, l’influence a mauvaise réputation. Comme le pharmakon de Platon, cette drogue qui est remède ou poison peut, selon les mains qui en usent, guérir ou tuer. Le désaveu de l’influence tient aussi à ce qu’elle met en scène un sujet humain que l’on ne peut plus définir selon l’idéal énonçant qu’il est à la fois autonome et rationnel. La croyance en ces deux attributs humains a notamment déterminé Freud à abandonner l’hypnose, modèle canonique du processus d’influence, au profit de la psychanalyse qu’il...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search