Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Identité

Résumé

Le problème de l’identité marque depuis leur création les professions du travail social. Ce problème contient deux aspects. Premièrement, l’identité des professionnels eux-mêmes semble difficile à définir. Dans le contexte des professions de l’aide et du soin, les professionnels de l’action sociale peinent à dire ce qu’ils sont. Notamment dans l’éducation spécialisée, dite aujourd’hui éducation sociale, les praticiens arrivés tardivement dans le champ de l’aide à l’enfance ou à l’adolescence inadaptée ou en difficulté ont dû se définir par rapport aux enseignants, aux psychologues, à leurs prédécesseurs religieux et peut-être surtout aux parents. Ils ont surtout dit, en creux, ce qu’ils n’étaient pas, mais leur identité positive est restée fragmentaire. Néanmoins, lorsqu’il est question d’identité, vaut-il mieux décrire ce que l’on fait plutôt que ce que l’on est ? Les verbes d’action expriment aussi, et peut-être plus véridiquement, l’identité du locuteur. Il est effectivement plus aisé de dire ce que l’on fait plutôt que ce que l’on est.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de l’identité est importante dans le travail social du fait que les professionnels ont affaire à des personnes dont l’identité est vulnérable ou renvoie à des étiquettes stigmatisantes qui expriment des formes de déviance à l’égard des normes sociales. Pour se définir, les bénéficiaires de l’action sociale peuvent difficilement utiliser les catégories qui ont présidé à leur exclusion. Il est difficile de se définir publiquement comme malade mental, handicapé, sans emploi, sans domicile fixe, pauvre ou encore délinquant. De telles identités ne peuvent pas appeler une reconnaissance* sociale valorisante et le développement de relations positives à l’égard de soi-même. L’identité instable des travailleurs sociaux semble réfléchir l’identité problématique des personnes auxquelles ils s’adressent.

Comme le dit Descombes (1977), « l’identité est le lieu d’où parle celui qui parle, et celui qui parle indique d’où il parle en disant je, c’est-à-dire en parlant en son nom » (p. 45...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search