Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Faitiche

Résumé

Ecrire « faitiche » de cette manière n’est pas une coquille orthographique. Le néologisme « faitiche » est inventé par Bruno Latour (1996). Il désigne de drôles d’objets qui ressemblent aux fétiches des prêtres, sorciers et guérisseurs des sociétés dites « traditionnelles », mais qui ressemblent aussi aux divers objets dits « modernes » que nous utilisons et qui nous utilisent.
Le faitiche met en problème* la distinction entre fait réel* et fait construit*, entre vérité* et croyance*, entre science et animisme comme entre modernes et non modernes. Dans la perspective ouverte par le faitiche, ces dualités n’existent pas. Le faitiche n’existe pas « en soi », dans le sens où il a une existence indépendante du sujet, ou bien « pour nous », dans le sens où il n’existe que dans l’esprit du sujet. Son mode d’existence est d’être inséparablement « en soi » et « pour nous ». Comme le montre Stengers (1996), le neutrino est un faitiche construit par les physiciens et il a indissociablement une existence « en soi » en tant que particule dotée de propriétés, et il existe pour les physiciens qui s’y intéressent, les faisant penser et agir.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La distinction entre réel et construit perd son sens en raison de ce que le faitiche est ce dont nous sommes obligés de tenir compte, et peu importe qu’il s’agisse d’un fait tenu pour réel ou d’un artefact. En ce sens, il est un événement*. De même, la distinction entre vérité et croyance est un effet du pouvoir attribuant la supériorité de la science occidentale moderne sur l’animisme sauvage non moderne. Du point de vue de l’efficacité sur les manières de sentir, de penser et d’agir, ce qui est tenu pour vrai en fonction des critères de la rationalité ne peut se distinguer de ce qui est objet de croyance.

Selon Latour, les modernes prétendent ne pas être dépassés par les choses qu’ils fabriquent, par leurs machines, par leurs théories, par les événements et même par leurs actions. Ils soutiennent que l’autonomie appartient seulement au sujet qui fabrique (1996, p. 98). Ils se trompent, dit l’auteur, l’autonomie n’est pas la caractéristique de celui qui fabrique comme, à l’inverse, ...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search