Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Éthique

Résumé

Beaucoup de questions posées aux travailleurs sociaux par les situations dans lesquelles ils sont impliqués sont, disent-ils, d’ordre éthique. Ce sont des questions concernant ce qu’ils appellent « le sens » de leurs interventions envers autrui. Elles s’imposent comme requêtes éthiques lorsque les références théoriques provenant des sciences humaines et les règles institutionnelles et sociales sont impuissantes à apporter des réponses pratiques aux divers dilemmes qui écartèlent la pensée et rendent l’agir incertain.
Dans les professions de l’aide, l’éthique prend des acceptions larges et variées. Mais, le plus souvent, elle est conçue comme une « morale » proposant à l’agent des normes d’action*. L’éthique est alors ramenée à l’énoncé de principes ou de maximes que le sujet doté, comme chez Kant, d’une « volonté* bonne », met en acte. Elle est censée donner des devoirs permettant de mener une vie méritante et vertueuse en regard de valeurs* transcendantes. En ce sens, la « déontologie », qui impose des normes d’action, est une morale réglant le commerce des professionnels avec ceux qui requièrent leurs services, avec l’institution qui les emploie et, plus largement, avec le monde social.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’éthique normative et, par extension, la morale sont fondées sur une liberté abstraite qui voudrait que nos actes soient pleinement désintéressés et uniquement déterminés par un sujet autonome, c’est-à-dire imperméable à ce qui provient du monde extérieur et doté d’une « volonté bonne ». L’une et l’autre énoncent des principes, des « maximes », et présupposent que nos actes pourront les suivre. L’impossibilité dans laquelle les humains se trouvent souvent de les mettre en application ne remet pas en question les principes eux-mêmes, mais est comprise comme l’expression de la faiblesse de la nature humaine. Dès lors, l’éthique normative peut être comprise comme proposant un idéal, par nature inaccessible, mais servant en quelque sorte de point de fuite qu’il s’agit de viser tout en sachant qu’il ne pourra jamais être atteint, à moins d’accéder à une forme de sainteté. Le problème est que l’impossibilité de suivre les normes éthiques ou les maximes morales ne peut que conduire les hu...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search