Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Diplomate

Résumé

Quelles pourraient être les conséquences de considérer le travailleur social non seulement en tant que médiateur, comme c’est parfois le cas, mais en tant que diplomate ? Le médiateur s’inscrit entre deux personnes, entre deux instances et fait passer des informations, des revendications, des plaintes, des souhaits, des questions, des réponses de l’une vers l’autre. Le médiateur ne doit appartenir à aucun des deux mondes qu’il fait communiquer, il occupe une position intermédiaire. Par rapport aux problèmes de l’un et de l’autre de ces mondes, sa situation est surplombante. En effet, les problèmes qu’il médiatise ne peuvent être les siens, ce qui l’amène à les observer d’en haut. Le diplomate, quant à lui, appartient à un monde ou, tout au moins, est reconnu et validé dans et par ce monde pour « faire passer » (Stengers, 1997b) les intérêts propres à ce monde dans un autre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Certes, le travailleur social n’appartient pas en propre au monde de ceux qu’il représente et il n’a pas les mêmes intérêts. Il ne vit pas dans ce lieu défini comme « en marge » du monde des citoyens « normaux ». Cependant, nous pourrions tenter de prétendre qu’il y est reconnu comme étant capable de « sentir »* l’expérience* de ceux qui y vivent, c’est-à-dire d’expérimenter à sa manière les problèmes qui se posent à ceux qu’il représente et de la faire passer dans le monde des individus insérés.

« Sentir » l’expérience d’autrui ou d’une collectivité ne signifie nullement la ranger dans les catégories construites par les sciences humaines. Sentir l’expérience d’une personne qualifiée de « malade psychique » ne signifie pas qu’il doive devenir fou lui-même, mais indique surtout qu’il ne peut ranger cette expérience dans les catégories de la psychopathologie. Sa fonction de diplomate exige qu’il traduise* cette expérience de telle manière qu’elle soit intelligible dans le public, mais ...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search