Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Désir

Résumé

Sans le désir de vouloir transformer autrui, sans le désir de vouloir transformer le monde et la société, le travail social et les travailleurs sociaux n’existeraient pas. Le désir est l’énergie qui alimente toutes les actions humaines. L’être humain est un « être capable d’action » et les actions* qu’il commet trouvent leur force dans le désir. Nous pouvons désirer des personnes, des objets, des actions ou encore des résultats, et penser et nous comporter en étant mus par ce désir.
Cependant, influencés par la psychanalyse ou par d’autres formes de psychologie, nous avons tendance à associer le désir au manque et au fait que, si le désir peut être éprouvé par l’individu, son véritable objet renvoie à des déterminations inconscientes comme le désir œdipien ou le désir du pénis, désirs concrètement non réalisés.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans notre expérience, nous sentons le désir comme une force vitale nous poussant vers quelque chose. Certes, le désir peut ne pas se réaliser ou manquer sa cible, mais nous sentons positivement sa force. Le désir de Bloom, un des personnages d’Ulysse de Joyce, ne dit rien du manque, ou alors, il faut bien chercher. L’auteur décrit le désir en tant que force positive, irradiant les mots et, par contamination, jusqu’à l’être du lecteur. « Follement mon corps pesait sur le sien, je l’embrassais ; yeux, lèvres, son cou tendu, ses artères battantes, ses seins de femme faite bombant dans la blouse en voile de laine, dressant leurs bouts épais » (1957, p. 254).

La conception du désir associé au manque fonde l’idée répandue selon laquelle les travailleurs sociaux exerceraient leur métier pour réparer leurs blessures ou combler divers manques d’amour en s’occupant d’autrui. Une telle idée ne rend pas compte de l’expérience* du travailleur social face à une personne qui requiert son appui. El...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search