Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Croyance

Résumé

« Le fait moderne, c’est que nous ne croyons plus en ce monde. Nous ne croyons même pas aux événements qui nous arrivent, l’amour, la mort, comme s’ils ne nous concernaient qu’à moitié (…). C’est le lien de l’homme et du monde qui se trouve rompu. Dès lors, c’est le lien qui doit devenir objet de croyance : il est l’impossible qui ne peut être redonné que dans une foi (…). Seule la croyance au monde peut relier l’homme à ce qu’il voit et entend (…). Chrétiens et athées, dans notre universelle schizophrénie, nous avons besoin de raisons de croire au monde » (Deleuze, 1985, p. 223). Pourtant, même si nous ne croyons plus en ce monde, une grande partie de ce que nous faisons dans notre vie professionnelle ou privée a un rapport avec nos croyances.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la conception moderne de la connaissance, la croyance a mauvaise réputation. Elle appartient parfois à la religion et est voisine du dogme, voire de l’intégrisme. Elle s’oppose à la science dans le sens où elle n’est pas falsifiable, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas être réfutée par des faits empiriques. Cependant, la science construit aussi des idées qui deviennent objets de croyances, car, dans notre vie courante, nous croyons à ces idées sans que nous cherchions toujours à les vérifier par l’expérience et sans même que nous en ayons la possibilité. Dès lors, la croyance prend valeur de vérité*.

Pour la plupart d’entre nous, il est impossible de vérifier que la matière est composée d’atomes. Nous sommes contraints à le croire. De même, dans le travail social, les professionnels ne peuvent que croire les conclusions d’études portant sur le taux de chômage ou les théories sur les causes des troubles psychiques. Dans notre vie courante, la croyance n’est pas opposée au savoir, ou...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search