Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Conscience

Résumé

L’homme et la femme, tant dans la personne qui pratique le travail social que dans la personne qui en est destinataire, sont considérés comme des êtres conscients ou pouvant accéder à la conscience. La conscience semble être la caractéristique humaine qui doit être, advenir et se développer. Il est prescrit aux humains d’avoir conscience d’eux-mêmes et du monde social dans lequel ils vivent. Vivre une vie digne requiert la conscience et être conscient n’est pas seulement un état propre aux humains, mais aussi une obligation morale. Malgré la bonne fortune du terme « conscience », il reste malaisé de savoir très bien ce qu’est cette « chose » désignée par ce mot. De même, il est difficile de préciser quel genre d’expérience nous avons lorsque nous affirmons prendre conscience de quelque chose, prendre conscience de nous-mêmes ou même prendre conscience que nous avons conscience de quelque chose.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque l’on parle de la conscience, la première difficulté consiste à savoir ce que recouvre le terme. Il est souvent utilisé comme équivalant à l’âme, à l’esprit, au psychisme, voire à la mémoire. Pour Searle (1999), l’usage du terme conscience renvoie à trois dimensions. Premièrement, le fait d’être éveillé, attentif ou vigilant. La réactivité aux stimulations extérieures est le critère de l’état conscient. Deuxièmement, ce dont le sujet a connaissance, c’est-à-dire ses pensées, ses sentiments, ses perceptions, ses rêves et ses raisonnements. Dans cette acception, la conscience est synonyme de présence à soi et au monde. Troisièmement, la conscience peut prendre une signification morale qui renvoie au sens de l’action et aux valeurs* qui sont censées la fonder. La conscience prend alors la signification de cette voix intérieure nous commandant de faire ce qui est bien à ses yeux. Elle est comme « Jiminy Cricket », cet insecte raisonnable, ami de « Pinocchio », lui donnant des con...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search