Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Concept

Résumé

Nous usons de concepts. Les concepts sont des mots qui expriment des idées* et ces idées ont trait à des objets, à des propriétés, à des fonctions ou à des relations. Un concept est toujours un concept de quelque chose. Ils sont économiques dans le sens où ils nous évitent de formuler la totalité de l’idée. En tant qu’outils pour exprimer des idées, ils font partie intégrante des théories*. Dans une conception intellectualiste du monde, les concepts sont abstraits. En effet, nous commençons par identifier une chose à un concept et ensuite nous identifions le concept à une définition. En procédant ainsi, nous sommes certains que nous connaissons la nature de la chose. Nous considérons que le concept est l’objet qu’il désigne. En considérant que les concepts sont identiques aux choses, nous pensons alors que toutes les choses désignées par le même concept sont identiques entre elles. Par exemple, nous pouvons croire que tous les enfants désignés par le concept « autiste » sont identiques alors que la pratique montre bien qu’il n’existe pas deux enfants désignés comme étant autistes qui soient identiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une vision intellectualiste, les concepts sont déconnectés de l’expérience*. Par exemple, dans le travail social, nous utilisons régulièrement le concept de « déviance ». Un tel concept n’exprime qu’abstraitement un phénomène social et ne dit rien de l’expérience des personnes qui vivent cette « chose » que l’on appelle déviance, comme il ne dit rien de l’expérience du praticien se trouvant face à une personne qualifiée comme étant déviante.

Le problème est que nous avons tendance à croire que la déviance est un phénomène concret et que, si nous nous promenons dans une ville, nous allons voir la déviance. Ce que nous voyons en réalité, ce sont des personnes, des groupes de personnes, des comportements, des habits, des rues, des quartiers. Ensuite, et comme nous avons dans notre esprit le concept de déviance, nous interprétons ce que nous avons vu comme des indices de la déviance, voire comme la déviance elle-même.

En procédant de cette manière, nous faisons l’économie de notre ex...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search