Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Capture

Résumé

Les pratiques de travail social ont deux versants. Le premier, lumineux, renvoie à leur capacité d’aider les bénéficiaires à améliorer leurs conditions d’existence* et à leur permettre d’effectuer au plus haut degré leur puissance* d’agir. Le deuxième, plus sombre et pourtant inséparable du premier, concerne les effets de capture des existences des individus que ces pratiques développent. Ce sont des pratiques de capture dans le sens où elles font entrer les modes d’existence des individus dans des catégories prédéfinies. Les forces qui tendent à la normalisation des pensées et des conduites sont pliées* dans les pratiques et agissent parfois, mais pas toujours, à l’insu des praticiens. Elles ne sont pas uniquement pliées dans les pratiques, mais aussi dans les idées et les théories auxquelles se réfèrent les modes d’intervention, comme elles sont aussi pliées dans les diverses conceptions de l’humain, de ses troubles, de ses symptômes, ainsi que dans les théories énonçant ce qu’est la vie sociale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces pratiques capturent le langage, la biographie et l’être des individus. Elles les rangent dans des définitions et des catégories. Elles capturent leur corps et leurs comportements en un espace, en un temps, afin de les soumettre. On peut voir dans ces manières de capturer la survivance des pratiques de redressement que des institutions telles que Mettray avaient portées jusqu’à l’infamie (Foucault, 1975) ou des pratiques d’intégration, de socialisation et de prévention plus contemporaines. Pour Deleuze (1980), la capture fonctionne dans des espaces* qu’il appelle « striés » et qui sont caractéristiques des « appareils d’Etat ». Ces espaces sont découpés, organisés, fermés. Ils peuvent prendre la forme intensive du bâtiment, ou la forme extensive du réseau. Le camp, la mine, l’usine, l’école, l’hôpital, mais aussi l’institution sociale sont des espaces striés où l’humain est confronté à l’inhumain du travail, ainsi qu’à la fonction qu’il doit accomplir et qui est constituée d’ordr...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search