Version classiqueVersion mobile

La maltraitance en institution

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Petitpierre

Préface

Michel Mercier

Texte intégral

1La problématique de la maltraitance, tant des adultes que des enfants et des personnes en situation de handicap, a trop souvent été abordée d’un point de vue objectivant, sans vraiment tenir compte des perceptions des personnes directement concernées.

  • 1 in La Revue Internationale de l’éducation familiale. « De la Maltraitance », Volume 8, No 1, pp. 9 (...)
  • 2 in Boris Cyrulnik et Jean-Pierre Pourtois, Ecole et résilience, pp. 161-175, Edition Odile Jacob, (...)

2En effet, les concepts de bien et de maltraitance ont fait l’objet d’investigations, dites scientifiques, alors que les notions de bien et de mal relèvent d’éléments culturels et idéologiques qui induisent des présupposés éthiques. Nous avons largement abordé cette problématique dans diverses publications dont « Maltraitance et bientraitance : du déni éthique au réductionnisme scientifique »1 et « Ecole, handicaps, représentations sociales et résilience »2.

3Nous tentons de mettre en évidence que les concepts de bien et de maltraitances devraient, dans leur utilisation, dépasser une simple objectivation scientifique, par la prise en compte des points de vue des différents acteurs.

4C’est là tout l’enjeu de la recherche de Manon Masse et Geneviève Petitpierre.

5En effet, les deux auteurs utilisent une méthodologie qui permet, par une approche qualitative, de mettre en évidence les prises de conscience, les perceptions et les subjectivités des différents acteurs concernés : les personnes handicapées mentales tributaires de maltraitance possible, les personnes potentiellement maltraitantes, l’entourage dont les parents et les observateurs extérieurs, les différents acteurs institutionnels et environnementaux.

6Le premier intérêt de la recherche est donc le point de vue méthodologique qu’elle adopte.

7En effet, les chercheuses occupent une position de co-construction de l’objet, dans leur approche scientifique. Repartir des scénarios, mettant en scène des situations concrètes, induit la pluralité des interprétations par les acteurs concernés, y compris les personnes handicapées elles-mêmes. Les personnes en situation de handicap, les représentants légaux, les professionnels et les cadres ont, chacun de leur point de vue, enrichi le champ de recherche.

8La démarche participative menée a engendré un engagement important des protagonistes. Cette position épistémologique a permis de dépasser les objectifs visés initialement par la recherche. Les acteurs concernés identifient et recommandent des dispositifs à renforcer ou à maintenir, voire d’autres à développer, tels :

  • l’accès à des mesures de signalement interne pour les personnes en situation de handicap et leurs proches ;
  • une réflexion sur les mesures de signalement externe à développer, ainsi que sur les aides à apporter aux personnes concernées : la victime, l’agresseur ainsi que les témoins proches et éloignés ;
  • une meilleure visibilité des sanctions possibles en cas de maltraitance commise à l’égard des résidants ;
  • les personnes en situation de handicap soulignent l’importance de leur fournir des moyens d’expression sur leur vécu et sur le fonctionnement des institutions ;
  • les professionnels se déclarent eux-mêmes victimes de violences et souhaitent des soutiens appropriés ;
  • les parents souhaitent être considérés comme des partenaires pour la prévention des maltraitances et demandent à être informés des décisions de traitements médicamenteux.

9La définition elle-même de la maltraitance est le résultat de cette méthodologie participative qui a voulu mettre en évidence les représentations, les perceptions et les sensibilités de tous les acteurs. Il est à souligner que la définition sur laquelle débouche le groupe de recherche autour des deux initiatrices, correspond aux éléments mentionnés de la définition du Conseil de l’Europe.

10Sont évoqués : la description de l’acte, l’intensité et la répétition, les conséquences pour la victime, l’intention, la responsabilité de la personne qui commet l’acte. Cette concordance valide la pertinence de la méthode utilisée : les singularités et les possibilités de généralisation sont respectées, dans une même démarche de recherche.

11Des seuils interindividuels sont mis en évidence, ainsi que des combinaisons de critères.

12Le travail met clairement l’accent sur les variations importantes d’une personne à l’autre et ce, dans chacune des deux institutions étudiées.

13Un des critères sensibles d’évaluation de la maltraitance est l’importance des conséquences néfastes pour la personne. En définitive c’est la victime elle-même qui est la mieux placée pour exprimer les conséquences de l’acte maltraitant sur elle.

14Cependant, il faut reconnaître que, dans le cas de la déficience intellectuelle, la personne est face à des difficultés pour une telle expression. Un des intérêts de la recherche est que le travail d’évaluation a également été mené avec des personnes en situation de handicap qui ont eu l’occasion de s’exprimer suite au visionnement des scénarios.

15Au niveau de l’identification des facteurs de « protection » et de « risque », ils sont situés en référence à différents sous-systèmes en présence. Ils sont concentrés sur les sous-systèmes individuels, relationnels et institutionnels, pour la personne en situation de handicap et pour le professionnel.

16Les parents et les responsables légaux mettent aussi l’accent sur ces facteurs, mais les situent relativement à des niveaux extérieurs à l’institution : l’écosystème et le macrosystème.

17L’analyse juridique montre que, face aux situations quotidiennes d’actes de maltraitance, les lois, quoique nécessaires, restent des mesures passives. Elles sont insuffisantes, n’intervenant que dans des cas graves. La recherche met en évidence que des mesures de prévention actives doivent pallier les manques du dispositif légal en vigueur.

18Quant à l’utilisation des dispositifs de prévention et de signalement, la recherche montre que seule est efficace l’accessibilité orale et directe, en référence à deux personnes de confiance nommées par les personnes en situation de handicap. La comparaison de l’efficacité des dispositifs dans les deux institutions étudiées confirme la nécessité de contacts directs et oraux avec les personnes de confiance. De plus, le choix des personnes de confiance par les bénéficiaires eux-mêmes semble essentiel aux yeux des chercheuses.

19Selon nous, c’est le principe d’autodétermination et de relation proche avec les personnes concernées qui est mis en jeu.

20Soulignons également la fécondité de la collaboration entre deux chercheuses ayant des profils de recherche différents et complémentaires, mettant en œuvre les compétences de praticiennes et de théoriciennes. Insistons encore sur la richesse de la méthodologie choisie qui favorise les interprétations diversifiées de tous les acteurs concernés.

21Ce travail est, sans aucun doute, d’un apport essentiel pour l’approche de la maltraitance dans les milieux institutionnels qui accompagnent des personnes en situation de handicap mental.

Notes

1 in La Revue Internationale de l’éducation familiale. « De la Maltraitance », Volume 8, No 1, pp. 97-99, Edition Matrice, 2004.

2 in Boris Cyrulnik et Jean-Pierre Pourtois, Ecole et résilience, pp. 161-175, Edition Odile Jacob, 2007.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search