Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Bricolage

Résumé

Pour répondre aux questions concrètes qui leur sont posées, pour pouvoir comprendre et agir dans les situations dans lesquelles ils doivent intervenir, les travailleurs sociaux fabriquent, on pourrait dire « bricolent », des modèles*. Ces modèles sont un composé de concepts théoriques*, de valeurs*, de règles d’action, ou de prescriptions*. Ces éléments proviennent de théories, d’expériences* ou du sens commun. Dans ce processus de modélisation intervenant sous la pression des questions pratiques concrètes, les théories convoquées afin de fournir des repères stables et fiables deviennent souvent méconnaissables ou à peine reconnaissables. Cette transformation qu’à première vue on pourrait considérer comme le signe d’une incompétence ou d’une difficulté des praticiens à user rigoureusement de théories est en fait une nécessité liée à ce que réclament d’eux les situations avec lesquelles ils ont affaire. La singularité de même que la complexité de ces situations imposent le « bricolage ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le bricolage définit un objet produit et son mode de production. Un objet est qualifié de bricolage parce que, dans sa forme même, apparaît son mode de production. Nous voyons dans l’objet l’hétérogénéité de ses composants et leur mode d’assemblage par collage, fixation à l’aide de clous, de ficelle, de fil de fer, etc. La multiplicité de ces éléments et les manières dont ils sont agencés les uns avec les autres permettent donc de parler de bricolage. La visée de ce bricolage est pragmatique. Celui-ci doit permettre l’action* et il importe peu qu’il réponde à une pure logique rationnelle. Il ne doit pas non plus répondre à des critères esthétiques, ou alors l’esthétique doit être définie par sa fonction. Ce qui est beau est ce qui accomplit la fonction qui lui incombe, juste la fonction et rien d’autre. Dans ce sens, un bricolage fonctionnel et efficace est beau.

Dans l’idée que « ça peut toujours servir », le bricoleur conserve des objets sans savoir ce qu’il pourra en faire. Face à...

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search