Version classiqueVersion mobile

83 mots pour penser l’intervention en travail social

 | 
Claude de Jonckheere

Autrui

Résumé

Qui est cet autrui que le travailleur social doit rencontrer et aider ? Est-il un autre lui-même ou un étranger insaisissable ? Peut-il comprendre sa vie, son expérience en référence à sa propre vie, sa propre expérience ? Plus généralement, avons-nous des devoirs moraux à l’égard d’autrui ?
Nous ne pouvons pas nier que l’exercice du travail social consiste à s’occuper d’autrui afin de le soulager de ses souffrances et de ses misères. Exercer cette activité implique donc des devoirs à l’égard d’autrui. Nous ne pouvons non plus nier que les souffrances et misères d’autrui nous affectent et mobilisent notre sollicitude. Nous reconnaissons bien qu’autrui n’est pas nous, mais il est difficile de saisir ce que le terme « autrui » exprime de cet autre qui n’est pas nous. Cependant, la conception que nous formons d’autrui a des conséquences sur la manière dont nous le percevons, le sentons et dont nous nous adressons à lui.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Se mettre à la place d’autrui, comme il est parfois suggéré, est proprement impossible. Ce serait éventuellement possible si nous réduisions autrui à un rôle. Les rôles sont distribués socialement et il est éventuellement possible de jouer plus ou moins fidèlement le rôle de quelqu’un d’autre. Autrui n’est pourtant pas réductible à un rôle. Dès lors, prendre la place de quelqu’un d’autre est une forme de simulacre, car nous ne pouvons que prendre la place que nous lui attribuons en ignorant tout de la place qu’il s’attribue lui-même. De plus, même si nous parvenions à prendre, au sens propre, la place de quelqu’un d’autre, nous le délogerions de cette place. La requête « essaie de prendre ma place » doit être comprise au sens figuré et signifie un appel à la compréhension ou à la bienveillance.

Il est risqué de définir autrui en lui donnant des attributs, car ces définitions réduisent ceux à qui elles s’adressent et ils se trouveront ainsi sommés de répondre à ce qu’elles délimitent....

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search