Version classiqueVersion mobile

La médiation artistique en travail social

 | 
Francis Loser

Annexe 5

Texte intégral

LA MAISON DE L’ANCRE

Présentation générale

1La Maison de l’Ancre est une structure sociale qui accueille toute personne confrontée à des problèmes liés à la dépendance à l’alcool. Dans le cadre du foyer de réinsertion socioprofessionnelle, lors d’une première étape de leur séjour, les résidents sont soumis à un programme éducatif et thérapeutique obligatoire. L’atelier d’expression et de création est intégré à ce programme et les résidents du foyer sont tenus de le fréquenter pendant seize séances réparties sur huit semaines.

  • 1 Le prénom des animatrices et les noms des institutions sont réels. Cela a fait l’objet d’un accord (...)

2L’animatrice de ce lieu, Dania1, est au bénéfice d’une formation en artthérapie et d’une longue expérience d’éducatrice. A la Maison de l’Ancre, elle occupe d’ailleurs un poste qui combine ces deux fonctions. Dania est aussi sculptrice et anime différents ateliers de création, notamment avec des personnes victimes de maltraitance et des personnes séropositives.

Description de l’atelier

3L’atelier est situé au 7e étage d’un immeuble moderne, construction érigée à la fin des années 1960.

4La salle rectangulaire qui accueille l’atelier d’expression offre un espace relativement exigu et tout en longueur. Fort heureusement, un des côtés de la salle est totalement vitré, ce qui rend l’espace lumineux. Depuis les fenêtres, la vue donne sur un ensemble d’immeubles, anciens et récents, situés de l’autre côté de l’artère (la rue de Lausanne, une des grosses artères de dégagement de la ville qui passe devant la gare CFF). Quelques appartements font face à l’atelier ainsi que des toits avec leur cortège de cheminées.

5En cette période estivale, il fait très chaud dans ce lieu mal isolé sur le plan thermique. Des fenêtres ouvertes, le bruit de la circulation qui monte de la rue est très présent.

Le dispositif

6En entrant dans l’atelier, on découvre un alignement de tables placées au centre de la pièce. Du côté de l’entrée, un espace dégagé accueille trois bibliothèques sur lesquelles sont placés les crayons, feutres, pastels, terre et autre matériel que l’on retrouve habituellement dans les ateliers de création. Sur une petite étagère, quelques instruments de musique (percussions légères, pipeau, etc.) sont également mis à disposition des participants. Dans ce coin de l’atelier, un ensemble de feuilles blanches et de couleurs, plus ou moins bien empilées, occupent les tablettes qui sont fixées le long des fenêtres. En plus des tables, les participants ont la possibilité d’utiliser des panneaux verticaux, ce qui leur permet de peindre debout.

7L’endroit dégage une ambiance générale de « désordre » qui fleure bon l’atelier, sentiment amplifié par les chaises disparates. Le décor semble propice à inciter les participants à explorer librement leur créativité sans trop devoir se préoccuper de salir le lieu.

8Un accès au « toit terrasse » est possible depuis le couloir qui conduit à l’atelier et offre ainsi un espace d’activité supplémentaire bienvenu. Quel - ques tables et chaises ornent ce lieu ouvert, avant tout destiné aux participants qui désirent travailler la pierre.

Le cadre et les règles

9Les activités débutent par un tour de table destiné à prendre la température du groupe. Elles se terminent par un second tour de table durant lequel les participants sont invités à montrer et commenter au groupe leur réalisation du jour. Comme les temps d’atelier sont relativement longs (1 h 30 le jeudi et 2 h 30 le lundi), un temps de pause est aménagé et les participants sont autorisés à sortir du lieu pour aller fumer leur cigarette. Si les participants sont invités à librement choisir l’activité et la technique qui leur conviennent, Dania leur propose parfois des thèmes. Par ailleurs, lors des premiers temps d’atelier, les participants sont invités à réaliser un collage en lien avec leur parcours de vie.

10Comme relevé plus haut, les résidents du foyer sont contraints de venir à l’atelier, ce qui n’est pas sans incidence sur leur investissement dans les activités et la dynamique de groupe. Dans le cadre des analyses, ce point est examiné à plusieurs reprises.

LES LAURIERS

Présentation générale

11L’Etablissement médico-social (EMS) Les Lauriers a trouvé place dans un immeuble locatif situé dans un quartier animé de la rive droite genevoise. Cette institution accueille une soixantaine de pensionnaires dont la moyenne d’âge se situe aux alentours de 86 ans. Outre les soins prodigués par le personnel soignant, une équipe de cinq animateurs propose aux résidents une série d’activités auxquelles ces derniers peuvent participer en fonction de leurs envies et degré d’autonomie. L’atelier d’« expression », également ouvert aux résidents qui le souhaitent, est animé par Claudia, qui a un statut d’intervenante extérieure dans cette institution. Cette dernière est au bénéfice d’un brevet d’institutrice, d’un diplôme d’infirmière et d’une spécialisation en art-thérapie. Elle anime également d’autres ateliers d’expression, dans le cadre d’un autre EMS notamment et à l’hôpital psychiatrique de Belle-Idée à Genève.

Description de l’atelier

12L’atelier a lieu chaque semaine dans une des salles réservées à l’animation, située au rez-de-chaussée de l’EMS, dans le prolongement du salon et de la salle à manger.

13Dans la salle, claire et spacieuse, l’espace central est occupé par de larges tables assemblées en rectangle, autour desquelles sont disposées des chaises. Le caractère polyvalent du lieu apparaît au premier regard : une série de gran des armoires jouxte un coin cuisine équipé d’un large plan d’eau et d’une cuisinière électrique. Plus loin, entre un piano et une vitrine contenant de la vaisselle en porcelaine, se trouvent disposés une chaîne stéréo et un vaste bac de plantes grasses. Un chariot à roulettes et des chaises en réserve occupent l’espace devant la baie vitrée qui s’étire sur un des côtés de la pièce.

14Située non loin de la porte d’accès à la salle, une fresque aux dimensions de grand tableau (160 x 120 cm) orne le mur. Réalisée par les participants de l’atelier, elle figure le village idéal tel que ses concepteurs l’ont imaginé. Un paysage verdoyant, avec un enchevêtrement de chemins et une large bande de ciel bleu, constitue le motif de la fresque. Sur ce fond coloré sont fixées des cartes amovibles, décorées par les participants du lieu, sur lesquelles figurent les divers éléments constitutifs d’un village : des maisons, une fontaine, une salle de spectacle. Des représentations de chats et d’oiseaux viennent compléter l’ensemble. L’« animatrice » de l’atelier note que plusieurs créateurs de cette fresque sont décédés depuis sa réalisation. Nous sommes bien dans un EMS… Un rideau permet de masquer la fresque au-dessus de laquelle figure un petit encadrement dans lequel il est écrit « Utopie à 401 m ». Juste à côté de la porte de la salle, un poster présente, sous la dénomination « Nos 10 engagements », la charte éthique du lieu. Parmi les accessoires présents dans le lieu, il convient encore de signaler un ventilateur et une chaufferette. L’isolation du lieu constituerait-elle un problème ou bien s’agit-il des signes tangibles de la grande vulnérabilité des personnes âgées ?

Le dispositif

15Comme il s’agit d’une salle polyvalente, l’« animatrice » de l’atelier doit mettre en place son dispositif avant chaque intervention. Les armoires du fond ainsi qu’un meuble bas contiennent tout le matériel nécessaire à l’animation de l’atelier : crayons, feutres, pastels, peinture pour vitraux, terre, pâte à modeler et autre matériel que l’on retrouve le plus souvent dans les ateliers de création.

16Des sous-main protègent les tables, quelle que soit l’activité. En fonction des matériaux utilisés, des tabliers jetables sont mis à disposition des participants.

Le cadre et les règles

17L’atelier se tient tous les mercredis matin entre 9h30 et 10h45. Les participants s’engagent à venir régulièrement, mais ils ne sont pas astreints à produire une activité artistique. Aucun thème n’est imposé, mais Claudia suggère parfois des techniques ou des médiums (technique du vitrail, la glaise, etc.). Les œuvres sont généralement conservées à l’atelier, mais les participants sont autorisés à les emporter. Une fois l’an, en fin d’année civile, l’ensemble des réalisations des participants fait l’objet d’un passage en revue.

18Les participants occupent des places fixes à l’atelier. Les premiers arrivés ont choisi la place qui leur convenait et, au fil de la constitution du groupe, les autres arrivants ont pris les places libres, le plus souvent celles laissées vacantes par les personnes décédées…

19Pour initier leur processus créatif, en plus des différentes matières et techniques mentionnées plus haut, les participants ont à leur disposition divers documents à même de stimuler leur inspiration (ouvrages et calendriers illustrés).

20Les activités se terminent par un tour de table durant lequel les participants sont invités à montrer et commenter leur réalisation du jour.

LES CRÉATELIERS

Présentation générale

  • 2 FASe : Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle.

21Les créAteliers sont un centre de rencontres et d’expression créatrice qui dépend de la FASe2. Comme le relève un document de présentation officiel,

  • 3 Eléments de présentation extraits du site : www.fase-web.ch/site/centres/villegeneve/CRcreateliers (...)

l’objectif des créAteliers est le développement de l’expression créatrice. Par ses activités, l’association vise à favoriser l’épanouissement personnel et la vie associative. Elle s’est donné pour mission de promouvoir la créativité dans un esprit de tolérance, de respect, de solidarité et de prévention de la qualité de vie.
Les créAteliers existent notamment grâce à l’investissement d’un comité composé de bénévoles (élèves, parents d’élèves et habitants du quartier) qui assume la gestion de l’association, de trois animatrices qui organisent les activités, accueillent et gèrent le centre en collaboration avec une secrétaire, un comptable et une nettoyeuse et d’une équipe de professionnels composée d’une vingtaine de professeurs, responsables d’atelier, qui assurent les cours et les stages…3

Description du centre

22Les locaux où se déroulent les diverses activités du centre sont situés dans une grande arcade d’un immeuble du quartier des Pâquis. Ce quartier de la ville de Genève est singulier car, en plus des immeubles d’habitation, des nombreux commerces et restaurants, il est cerné par les grands hôtels qui bordent les quais de la rive droite du lac. Les lieux alternatifs, comme les Bains des Pâquis, et les lieux chauds de la prostitution se chargent de compléter ce biotope à la fois dynamique et coloré qui accueille une population provenant de nombreuses contrées.

23L’enchevêtrement des différentes salles donne à penser que le lieu est issu d’un regroupement de plusieurs arcades. Il convient de préciser que les trois salles principales, celles qui accueillent les activités créatives, sont ornées d’une vitrine. Les activités organisées dans ces espaces sont par conséquent placées sous le regard des passants.

  • 4 L’« animatrice » du lieu intervient notamment dans le cadre des activités parascolaires. Elle a pa (...)

24Comme relevé plus haut, les cours et stages sont animés par des intervenants extérieurs. L’atelier de modelage auquel j’ai participé, était animé par une jeune artiste-céramiste qui dispose d’une large expérience d’animatrice auprès des enfants4,

Description de l’atelier

25L’atelier de modelage se présente comme une salle allongée (environ 4 mètres de large sur 10 mètres de long), spécialement aménagée pour le travail de la terre. Une longue table occupe le centre de la pièce. Des tabourets empilés et des tours sont entreposés du côté de la vitrine. Des étagères courent le long de toutes les parois de l’atelier. L’une d’entre elles contient les pièces réalisées par les participants. Certaines sont en train de sécher alors que d’autres, encore en cours de réalisation, sont soigneusement emballées dans des sacs en plastique destinés à conserver l’humidité de la terre. Toutes témoignent de l’activité fébrile qui se déroule dans ce lieu qui accueille chaque semaine plusieurs groupes de participants, adultes et enfants.

26Le long d’une autre paroi de la salle, des rayonnages accueillent les tabliers et divers supports pour le travail de la terre comme les girelles (petits tours) et des planchettes de bois. Au-dessus, se trouvent les différents engobes et émaux qui permettent la finition des pièces. Un passage étroit conduit vers un grand évier auprès duquel sont rangés les bols ainsi que les chiffons qui permettent d’emballer les pièces en cours de réalisation.

27Dans le fond de la pièce, éclairée d’une fenêtre donnant sur une arrièrecour, se trouvent d’autres étagères encore. C’est là que sont rangés les outils de modelage tels que les ébauchoirs, les mirettes, les fils à couper la terre ou encore les moules destinés à réaliser les bols et autres récipients. Dans ce coin de l’atelier, il y a aussi une table où est entreposée une grande variété de blocs de glaise. Une seconde table, qui fait office de séparation entre les deux parties de l’atelier, sert également à l’« animatrice » pour entreposer les pièces qui sortent de cuisson. Enfin, toujours dans le même espace de l’atelier, est installée une grande presse servant à aplanir la terre, cela afin d’en faire des plaques d’épaisseur variée. Cette technique est surtout appréciée pour le moulage des récipients tels que vases ou coupelles. Il convient encore d’ajouter que le four est situé dans un des couloirs adjacents.

28Le lieu est très bien aménagé et diffuse indéniablement une ambiance d’atelier qui invite à travailler la terre. Tout autre activité paraîtrait déplacée dans ce lieu, qui est assez vaste pour accueillir une bonne dizaine de participants. Au cours de la période durant laquelle je me suis immergé dans l’activité, les participants étaient au nombre de trois ou quatre (moi y compris) selon les séances. Initialement organisé pour cinq personnes, l’atelier a souffert de désistements de dernière minute.

Le cadre et les règles

  • 5 Site des créAteliers consulté le 15 avril 2007, www.lescreateliers.ch

29Contrairement aux autres ateliers, à part le cadre horaire et la matière, aucune règle n’était fixée pour ce lieu. De fait, chaque participant était totalement libre d’explorer les diverses techniques et envies de réalisation – objets utilitaires ou créations. Sur le site des créAteliers5, l’atelier était présenté comme un espace où « chacun pourra développer sa créativité et laisser exploser son imagination à son rythme ». Le texte précisait encore que, aux côtés des sculptures « justes belles », il y avait aussi place pour des réalisations utiles « comme un dragon brûleur d’encens ou une boîte transformée en lutin ».

Notes

1 Le prénom des animatrices et les noms des institutions sont réels. Cela a fait l’objet d’un accord formel avec les personnes concernées. Par contre, les prénoms des participants sont volontairement fictifs.

2 FASe : Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle.

3 Eléments de présentation extraits du site : www.fase-web.ch/site/centres/villegeneve/CRcreateliers/index.htm

4 L’« animatrice » du lieu intervient notamment dans le cadre des activités parascolaires. Elle a participé à des nombreux camps pour enfants et, toujours pour le même public, elle anime régulièrement des ateliers de créativité dans des maisons de quartier.

5 Site des créAteliers consulté le 15 avril 2007, www.lescreateliers.ch

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search