Version classiqueVersion mobile

La médiation artistique en travail social

 | 
Francis Loser

Conclusion

Texte intégral

Préambule

1Dans cette parte conclusive, il m’a semblé utile de resituer brièvement quelques aspects centraux relatifs aux enjeux qui entourent les activités menées dans le cadre des ateliers de création et l’agir des professionnels en charge de l’animation de ces lieux.

2Cela me donnera l’occasion de retracer le processus mis en œuvre au cours de ma recherche, en regard des postulats et questions retenus en début de démarche. Dans un second temps, sur la base des résultats obtenus, seront esquissées quelques perspectives générales pour les ADAC et, plus largement, pour les professionnels des domaines santé-social.

L’expérience esthétique comme connaissance et réunification

3Mon projet est construit autour du postulat que l’esthétique constitue un domaine spécifique de la connaissance et de l’agir, dans et par la sensibilité, irréductible à l’ordre de la morale ou à celui de la raison théorique. Elle constituerait ainsi une autre méthode d’appropriation du savoir, faisant autant appel à la sensibilité qu’à la raison.

4Ce postulat de départ, étroitement inspiré des travaux du philosophe Alain Kerlan et des apports de Hans Georg Gadamer, a permis d’appréhender les ateliers de création selon un angle d’approche renouvelé sans pour autant évacuer la pertinence du regard psychanalytique. Le fréquent recourt à Winnicott l’atteste d’ailleurs. De fait, mon cadre théorique est construit à la croisée des considérations sur l’esthétique – Gadamer, Kerlan, Cometti, etc. – et sur les notions de créativité et de jeu – Winnicott, Huizinga.

5Comme relevé dans la partie introductive, ce choix épistémologique m’a paru essentiel pour éclairer les réalités des ateliers de création sous un angle anthropologique et phénoménologique, davantage en correspondance avec des finalités sociales ou éducatives. Qui plus est, il a permis de caler la démarche de terrain sur les apports théoriques. Effectivement, tant l’observation participante, issue de l’ethnométhodologie, que les apports philosophiques de Hans Georg Gadamer et Michel Henry s’inscrivent dans une perspective phénoménologique. Même la méthode de l’entretien d’explicitation de Pierre Vermersch s’inspire dans une large mesure de ce courant de pensée.

6En fait, l’ensemble de la démarche entreprise dans cette recherche pose de nouveau les postulats du modèle esthétique à savoir, tenter de concilier raison et sensibilité. Mes différents temps d’immersion dans les ateliers de création m’ont effectivement amené à devoir non seulement observer et penser ce qui se déroulait dans ces espaces, mais encore à l’éprouver en acceptant de me laisser entraîner dans le mouvement. Par la posture de recherche adoptée, l’approche de mon objet a été menée conformément à la science du mode sensible de la connaissance d’un objet, définition que Baumgarten donne du modèle esthétique.

7Les lecteurs intéressés par mon journal de terrain constateront que ce type de texte constitue une autre façon d’appréhender la singularité des événements et des pratiques développées par l’ensemble des acteurs impliqués dans les ateliers de création. Effectivement, les observations livrées sous forme de narration présentent des informations factuelles sur ce qui se déroule dans les ateliers, mais tentent également de restituer diverses données sensibles : ambiance du lieu, gestuelle des participants, moments de complicité surpris dans les regards, etc., auxquelles s’ajoutent mes propres ressentis.

8La démarche d’explicitation, en grande partie fondée sur les entretiens, cadre davantage avec les méthodes d’investigation classiques. Cependant, comme le relève Vermersch lui-même, le questionnement des personnes interrogées selon cette méthode prend largement en compte les composantes émotionnelle et corporelle présentes dans l’action.

9Le modèle esthétique, qui a inspiré l’ensemble de ma démarche, s’est en fait avéré à la fois un objet de connaissance et une méthode d’approche. Et, pour reprendre les propos d’Alain Kerlan, j’ai constamment nourri le souci de garder à l’esprit une unité de la connaissance, une unité de l’homme dans la diversité de ses facultés intellectuelles et sensibles, une unité du sujet dans la multiplicité de ses expériences. (Kerlan, 2004 b, p. 105)

10Comme nous le rappelle Gadamer, dans un monde où prévaut une tradition épistémologique cultivée depuis les Grecs, une telle ouverture ne va pourtant pas de soi. Nous pouvons observer cela dans le champ de la recherche. Malgré leur capacité à produire des explications fécondes, les approches compréhensives ont encore bien de la peine à s’affirmer face aux recherches qui répondent davantage aux standards des critères scientifiques (critère de réfutabilité, par exemple).

11Dans un tel contexte, quelle place concéder à la « connaissance sensible » ? A l’inverse, sur quelle compréhension de l’homme et des activités humaines débouche une conception rationnelle du monde ?

12John Dewey, dans son ouvrage L’art comme expérience, note pour sa part que :

L’existence est compartimentée et ces compartiments institutionnalisés sont classés selon une échelle de valeurs, profanes ou spirituelles, matérielles ou idéales (…) La division en compartiments des occupations et des intérêts engendre la séparation entre ce mode d’activité communément qualifié de « pratique » et la vision propre à l’artiste, entre l’imagination et l’exécution, entre l’objectif signifiant et la façon proprement dite, entre l’émotion et, d’autre part, la pensée et l’action. (Dewey, 2005, pp. 41-42)

13Ce jeu de division arbitraire, dénoncé par Dewey, reflète bien la réalité de notre monde ambiant, rationnellement pensé et organisé. Pour ne prendre qu’un seul exemple, qui illustre parfaitement cet état de fait, il est intéressant de mettre en corrélation les remarques émises par le philosophe, il y a plus d’un demi-siècle de cela, et les récents propos tenus par le chef du Département de l’instruction publique genevoise. En vue de combattre deux initiatives visant une réforme au Cycle d’orientation, Charles Beer présentait à la presse son contre-projet de la façon suivante :

(…) Le système préconisé instaure une 7e durant laquelle les élèves étudient les mêmes matières – y compris l’initiation au latin (…) Dès la 8e année, c’est le retour des sections, au nombre de trois. La moins exigeante prépare les jeunes aux filières artistiques, artisanales et techniques.

  • 1 Conférence de presse du 28 novembre 2007. Extrait du journal Le Courrier, 29.11.2007.

La section intermédiaire met l’accent sur les langues vivantes et la communication, ainsi que sur les technologies. La dernière formera les futurs littéraires et scientifiques1.

14La division des activités en compartiments ainsi que leur hiérarchisation sont explicitement énoncées dans ce cet extrait. Plutôt que de blâmer le politicien qui a formulé un tel projet d’école secondaire, entreprise qu’il n’a vraisemblablement pas mené seul, il convient davantage de considérer l’épistémologie qui sous-tend ce projet. Ne retrouvons-nous pas ici le fameux paradoxe relevé par bon nombres d’auteurs qui se sont penchés sur la place des activités artistiques à l’école, à savoir une grande valorisation de l’art au niveau culturel, le plus souvent couplée avec des programmes scolaires qui n’accordent qu’une place secondaire à ce type d’enseignement ? Assez symptomatiquement, il n’est pas rare que les termes créatif et récréatif soient associés, comme si le domaine artistique ne pouvait pas, d’une autre façon, constituer un lieu de connaissance et d’apprentissage.

15Les expériences menées par les pionniers de l’Ecole nouvelle, comme Freinet ou Montessori par exemple, ont bien mis en évidence que le recours à l’art et à la sensibilité pouvaient offrir de belles perspectives pour l’enseignement. Quelque deux siècles plus tôt, cherchant à transposer dans la pratique les idées de Rousseau, Pestalozzi avait lui aussi déjà saisi que tout apprentissage était autant une affaire de tête que de mains et de cœur.

16Pour ramener le débat aux résultats de ma recherche, il me semble intéressant de rappeler ici les réflexions de Sophie, une des participantes de l’atelier de modelage des créAteliers. Pour elle, le modelage englobe diverses réalités. Quand bien même elle apprécie la sensation de la glaise sous ses doigts et les volumes qui prennent vie au gré du processus engagé, elle insiste sur d’autres dimensions. Ainsi, Sophie a clairement pu expliciter que pour elle, à la découverte de la matière et des formes correspondait une découverte de soi. Et cette découverte de soi, au travers d’un jeu de miroir avec la matière, suivait un long processus de maturation qui était à la fois affaire affective et cognitive. Sphère affective, bien sûr, car l’activité de modelage donne à éprouver un mélange de sentiments, que cela soit du plaisir, de la frustration ou de l’angoisse. Pour ce qui concerne la sphère intellectuelle, il est intéressant de noter que pour Sophie, l’expérience engagée avec la matière l’amène aussi à comprendre autrement les questions que lui amène la vie. Non pas au travers d’une suite de procédures logico-déductives, mais plutôt au gré d’un processus d’élaboration tel qu’il se déroule dans un cadre thérapeutique ou lors de toute autre forme d’apprentissage qui engage profondément la personne. Il y a un moment où quelque chose fait « klunk », nous dit la participante, termes qui expriment bien l’ultime étape d’un cheminement heuristique. L’expérience esthétique, parce qu’elle engage l’individu dans sa totalité, semble donc bien constituer une autre façon de se penser et d’appréhender le monde.

  • 2 L’Abécédaire de Gilles Deleuze, entretien filmé avec Claire Parnet, Ed. Montparnasse, Paris (2004 p (...)

17Dans une certaine mesure, ces éléments de réflexion peuvent être rapportés aux travaux de Gilles Deleuze, qui a établi la triade « concept – affect – percept », notions qui s’inscriraient dans une continuité. Pour ce philosophe, le percept n’est pas une perception ou, plutôt, il s’agirait de perceptions qui survivent à ceux qui les éprouvent, tout comme le concept est une idée qui survit à son auteur. Donc les idées ne seraient pas le produit exclusif de la pensée. C’est ainsi que, pour Deleuze : Le métier du philosophe serait de faire des concepts, le métier de l’artiste serait de faire des percepts2.

18Si l’on se tourne du côté des artistes, il suffit d’évoquer Paul Klee ou Wassily Kandinsky et les réflexions qu’ils ont menées dans le cadre du Bauhaus pour réaliser à quel point la notion de pensée n’est pas antinomique de celles de sensibilité et de perception.

La médiation artistique à l’épreuve des faits

19Comme le titre du paragraphe l’indique, dans ces prochaines lignes il sera question de procéder à l’examen des données de terrain afin de mettre en perspective quelques enjeux et dynamiques majeurs qui sous-tendent la médiation artistique. Le regard sera porté à la fois sur ce qui a pu être observé dans les ateliers de création et sur la manière dont les trois praticiennes associées à la recherche pensent et mettent en œuvre leur pratique.

20En ce qui concerne le premier volet de la question, bon nombre d’éléments de réponse ont pu être repérés dans le cadre de ma démarche d’observation participante. En prenant appui sur les différentes composantes de l’expérience esthétique, telles que définies par Hans Georg Gadamer, il est possible de relever un certain nombre d’indices qui viennent nous renseigner de manière utile.

21La notion de jeu, au travers du mouvement, apparaît de manière persistante dans les scènes observées dans les ateliers. Parfois il s’agit du mouvement des mains qui découvrent ou expérimentent la matière, parfois c’est l’énergie du groupe qui se met en activité, parfois encore c’est le mouvement des cœurs qui transportent les participants. D’une autre façon, l’humour et les jeux de mots participent également au mouvement des corps et des esprits.

22La dimension symbolique, elle aussi, est rarement absente des situations et dialogues rapportés. Les paroles des participants, leur gestuelle ainsi que leurs œuvres ne se laissent jamais réduire et relèvent d’une pluralité de sens que seule une herméneutique permet d’approcher. Lors de mes observations dans les ateliers, il était parfois saisissant de constater à quel point l’impression suscitée par le lieu pouvait se transformer. Lors des tours de table qui viennent clôturer les séances notamment, l’assistance captivée par les différentes évocations était, au gré des pérégrinations imaginaires situées dans des lieux et des temps parfois très éloignés, comme transportée hors des murs de l’atelier.

23Durant les temps d’atelier, par la magie du faire « comme si… », les participants sont comme emmenés dans une autre temporalité, hors du « monde habituel », dans un espace-temps où les objets se transforment au gré de l’imagination et où la vie peut s’éprouver dans une totale liberté créatrice. Un morceau de glaise modelé devient habitation dans la savane africaine, un assemblage de cailloux devient conducteur de chariot dans les sierras hispaniques.

24Dans les ateliers visités, comme dans les cérémonies, la langue la plus fréquemment parlée est le silence. Silence qui rassemble l’assistance, silence qui permet à chacun de se mettre en rapport avec lui-même, avec sa sensibilité et d’entrer dans un processus d’expérimentation avec la matière. Même si certains participants observés venaient à l’atelier sans réel projet ou simplement pour passer le temps, ils ont le plus souvent été absorbés par le climat ambiant, pris par le jeu. Quant à la convivialité et au plaisir du temps partagé, qui sont propres à la fête, plusieurs participants des différents ateliers visités les ont évoqués de manière explicite et avec une évidente satisfaction.

25En contrepoint à la notion de fête, il convient de relever la gravité des thèmes existentiels abordés dans les ateliers – impermanence des choses et de la vie humaine, par exemple. La charge émotionnelle qui imprégnait parfois l’espace de l’atelier ainsi que l’intensité de concentration visible chez les participants illustrent de manière incarnée la notion d’expérience pathétique de la vie telle que décrite par le philosophe Michel Henry.

26En considérant l’ensemble de mes observations, telles que consignées dans le journal, il est difficile d’affirmer que les participants parvenaient toujours à donner une réponse favorable à la promesse de réunification et de totalité, postulat central de l’expérience esthétique. Interpellés sur les intentions qui les amènent dans les ateliers, plusieurs participants ont néanmoins pu nommer des éléments de réflexion très significatifs. Dans le cadre de l’EMS des Lauriers, à l’aide des crayons de couleur, monsieur Brun s’intéressait au mouvement de vie, alors que M. Grenat s’attelait à des tracés d’une teneur symbolique explicite. En se livrant longuement au modelage d’une tête, Roland, participant de l’atelier de la Maison de l’Ancre, recherchait visiblement autre chose que la simple maîtrise technique.

27Quant à l’atelier de modelage des créAteliers, Sophie et Anouk fréquentaient cet espace autant par désir de se confronter à la matière et aux sensations que cette dernière autorise que pour soutenir activement, au travers du jeu avec les volumes et les formes, un cheminement personnel.

28Pour ce qui est du second volet de la question – les enjeux qui entourent l’animation des ateliers de création – les données et réflexions réunies dans le chapitre sur l’explicitation de l’action ont permis de montrer que nous nous trouvons bien face à une activité complexe. Les compétences observées chez les trois praticiennes tranchent singulièrement avec les préjugés qui entourent habituellement ce type de pratique et, de façon plus générale, les activités créatives.

29En dehors des compétences humaines – habiletés relationnelles, tant au niveau individuel que du groupe – et des compétences techniques – maîtrise de l’ensemble des paramètres relatifs à la gestion d’un atelier –, il convient de relever que les praticiennes approchées sont au bénéfice d’une connaissance intime des matières et de leur maniement. Ce dernier point n’est pas mineur dès lors qu’il s’agit de mobiliser des matériaux relevant du champ artistique pour en faire des outils de médiation de la relation à même de souscrire aux exigences et finalités des métiers de l’humain.

30Lorsqu’on analyse les pratiques des ADAC, il apparaît que le recours aux matériaux est chose subtile et ouvre sur de larges perspectives au cœur desquelles se croisent des préoccupations techniques et des réflexions psychologiques et philosophiques. Pour ne prendre qu’un seul exemple, nous avons pu voir que le travail de la pierre, en dehors des exigences propres à son maniement, était propice pour penser des questions aussi variées que le recentrement sur soi, la gestion de la frustration ou le rapport au temps et à la matière.

31La créativité, quant à elle, se donne bien à voir dans les ateliers d’expression artistique. Toutefois, conformément à la définition donnée par Winnicott, si la créativité peut être mise en correspondance avec l’inspiration et les habiletés dont font preuve les participants lorsqu’ils s’adonnent à la peinture ou au modelage, elle doit aussi être comprise comme la liberté que l’humain se donne dans la construction de son rapport au monde. Ce point est essentiel et permet de comprendre l’importance que les trois praticiennes associées à la recherche accordent à la dimension symbolique, composante présente dans les œuvres et l’ensemble des actions et comportements observables chez les participants.

32A l’évidence, pour ces trois professionnelles, l’activité de leur atelier ne saurait se réduire à une occupation agréable pour passer le temps ou à une exploration de la matière visant les seules considérations sensorielles ou artistiques. Outre la dimension symbolique, il convient également de souligner l’importance que revêtent les notions de jeu et de mouvement, autres composantes essentielles qui sous-tendent ce genre de pratique.

Agir professionnel et modèle esthétique

33Comme cela a été relevé dans mes analyses, de nombreuses passerelles peuvent être établies entre les habiletés que les trois ADAC ont développées dans le cadre de leur pratique et les compétences définies pour les professions des domaines santé-social.

34Au-delà d’une possible rationalisation de l’action, il convient de souligner l’importance que revêtent la gestuelle et l’affectivité pour ces professions tournées vers l’humain. A l’évidence, les facultés intellectuelles trouvent leur prolongement dans les facultés sensibles et nous amènent à considérer la place du corps en tant que vecteur incontournable des habiletés professionnelles. Comme le relève fort judicieusement Christophe Dejours, l’action se traduit le plus souvent en termes de « tours de main », ce qui implique une nécessaire subjectivation de l’activité. Et le moyen de cette subjectivation, précise l’auteur, c’est le corps lui-même, sa sensibilité par quoi il parvient à « faire corps » avec elle. (Dejours, 2007)

35Grâce aux contributions de Le Boterf, nous savons que la notion de compétences n’est pas une liste éclatée de capacités, mais bien davantage un « savoir y faire » – un « art de faire », dirait Michel de Certeau – actualisé par un sujet en situation d’agir dans des contextes singuliers et complexes. Or, si l’on considère l’esprit qui anime notre époque, cette expertise professionnelle risque d’être battue en brèche par la notion d’excellence, qui rime davantage avec hyperspécialisation et une expertise focalisée dans un champ circonscrit, le plus souvent coupé des autres domaines d’activité. Il est donc à craindre que le praticien soit de moins en moins considéré dans sa globalité et pour ses habiletés plurielles. Pour le travail social, et sans doute aussi pour les infirmières en soins communautaires, une telle conception va à l’encontre de l’agir sur le terrain qui, le plus souvent, se situe au carrefour, sinon aux interstices, de nombreux champs et pratiques professionnels. Par ailleurs, si les réflexions et les gestes techniques prennent évidemment appui sur des théories scientifiques et des méthodes formalisées, la nature même de l’action professionnelle ne peut pas être réduite aux seuls résultats fixés et le praticien ne peut pas être considéré comme un simple technicien qui appliquerait des savoirs déclaratifs. Bien au contraire, le praticien réflexif est d’abord un sujet vivant et agissant, plongé dans un contexte donné, devant faire face à des situations singulières traversées par un ensemble de phénomènes difficile à circonscrire. Seule cette seconde conception de l’action professionnelle permet d’en appréhender pleinement le sens et la dimension symbolique.

36A la spécialisation professionnelle et au morcellement des activités répond le découpage de l’humain. Si nous considérons la manière dont est mise en œuvre la politique sociale dans nos pays occidentaux, il est effectivement frappant de voir que les usagers et les malades sont catalogués et dirigés dans les différents lieux en fonction de quelques caractéristiques majeures (âge, problématiques, pathologies, etc.). Quand bien même ces classifications peuvent s’avérer nécessaires pour planifier les soins et l’accompagnement social, le risque est grand que malades et usagers finissent par être réduits à un seul trait, rationalisation pernicieuse qui conduit à renforcer les stéréotypes et à accréditer une définition fonctionnelle de l’être humain ainsi soumis à la mesure et au découpage.

37Les observations qu’Eric Chauvier a menées dans le cadre d’un foyer pour mineurs en mal de projet de vie et d’insertion socioprofessionnelle sont très parlantes à ce sujet. Après de nombreuses heures passées dans ce lieu, il s’étonne de découvrir une ligne de démarcation qui est artificiellement tracée entre les usagers qui parviennent à respecter les contrats d’intégration qui leur sont soumis et les autres. Là encore, nous assistons à une division de l’humanité. D’un côté, il y a des jeunes qui méritent d’être soutenus car, malgré leurs souffrances et difficultés, ils parviennent à s’inscrire dans les projets imaginés par les promoteurs de l’intégration et, de l’autre côté, nous trouvons des individus qui échouent. Selon Chauvier, cette ligne de démarcation, rationnellement orchestrée par l’administration, conditionne directement le projet pédagogique du foyer de jeunes même si les éducateurs n’en sont pas totalement conscients. Ce constat amène le chercheur à dénoncer le

diktat de cette époque, qui tient pour du narcissisme et, par là, pour un luxe insupportable, l’attention portée à l’anomalie et à ce qu’elle autorise d’un retour sur soi, cette époque dont les experts attitrés préconisent le consensus du panel représentatif, assorti d’une rhétorique simplificatrice constituée de sentences définitives, de pourcentages, de tendances, se muant en préconisations, puis en solutions clés en main et en slogans destinés à la sphère politique. (Chauvier, 2008, p. 125)

38Pour répondre à cet ensemble de considérations, il y a tout lieu de penser que le modèle esthétique, qui refuse la dichotomie de la raison et du sensible et envisage l’individu et les activités humaines de manière unifiée, constitue une réelle espérance pour les professionnels des domaines santé-social.

Paradigmes expressif et existentiel

39Comme relevé ci-avant, la dimension symbolique, le jeu et le mouvement forment les piliers centraux des pratiques développées par les trois praticiennes associées à la recherche. Comme plusieurs éléments d’analyse l’ont montré, elles constituent de bons indicateurs pour repérer les frontières qui se dessinent entre les paradigmes expressif et existentiel. Comme ce denier point constitue l’objet de mon hypothèse de départ, il me paraît maintenant utile de vérifier, à la lumière des données récoltées au travers de l’ensemble de ma démarche, les éléments qui permettent de la valider ou, au contraire, de l’invalider.

40Pour rappel, mon hypothèse de départ avançait l’idée que nous étions parvenus à un point de basculement des paradigmes. Au côté du paradigme expressif et thérapeutique (l’art comme sublimation et « réparation »), il y aurait émergence, ou du moins un renforcement, du paradigme existentiel (l’art comme lien social et structuration de l’individu), qui entrevoit dans le processus artistique un moyen d’éprouver l’expérience humaine dans sa totalité.

41De toute évidence, la démarche mise en œuvre n’a pas permis de réunir suffisamment d’indices permettant d’accréditer mon hypothèse relative à un basculement de paradigme. Nous touchons ici aux limites de mon entreprise qui, plutôt que de prendre en compte l’ensemble des pratiques qui recourent à la médiation artistique, s’est focalisée sur les activités de quelques ateliers de création.

42De ma démarche, il me semble toutefois possible de dégager quelques perspectives intéressantes. En effet, quand bien même deux des ADAC associées à la recherche sont au bénéfice d’une formation d’art-thérapeute et que la troisième s’est aventurée sur les terres de l’Art cru, de nombreux indices montrent que les pratiques observées ne peuvent être réduites à la seule dimension thérapeutique.

43Bien au contraire, en optant pour une clé de lecture anthropologique et phénoménologique, mes observations de terrain ont clairement mis en évidence que ce qui se déroule dans les ateliers de création relève bien d’une expérience esthétique au sens philosophique du terme. Si la participation à un atelier de création favorise l’expression de soi, l’activation de processus psychiques à même de consolider la construction identitaire, il convient cependant d’élargir cette vision en prenant en compte plus largement les multiples dimensions qu’implique une participation à un atelier de création.

44Mes observations de terrain ont mis en évidence que les participants d’un lieu de création vivaient bien une expérience humaine totale telle que définie par Gadamer. Sur le plan individuel, cela se caractérise par l’expérience d’une unité de soi résultant de l’entremêlement des sensations corporelles, des émotions et de la pensée. Pour ce qui relève du plan collectif, il convient de se reporter aux observations rapportées dans le second chapitre. L’importance que revêtent le silence et la concentration lors des temps de création, ce qui crée de troublants apparentements entre ce qui déroule dans ces espaces et les lieux de cérémonie, constitue un exemple frappant de la dynamique collective. Comme autre illustration des multiples phénomènes qui peuvent être observés dans ces espaces de vie, il est possible de souligner la large place occupée par les rituels qui rythment les activités de l’atelier et renforcent les liens entre participants et l’unité de groupe.

Expérience esthétique et notion de santé

45La série de constats évoquée ci-dessus me semble essentielle car elle offre des perspectives prometteuses pour envisager une approche de la créativité – au sens winnicottien du terme – qui ouvre sur une réelle possibilité de médiation, s’inscrivant en amont de toute visée thérapeutique.

  • 3 Constitution de l’OMS adoptée par la Conférence internationale de la Santé, tenue à New York en 19 (...)

46Si l’on se réfère à la définition positive que donne l’OMS de la notion de santé, cette dernière n’est pas la simple absence de maladie, mais un état de complet bien-être physique, social et mental de la personne3. Toujours selon la définition retenue par l’OMS, la santé serait ainsi un état de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser et surmonter les tensions normales de la vie. La promotion de la santé mentale passerait par la mobilisation d’un éventail de stratégies visant à améliorer tant les ressources individuelles que l’environnement socio-économique.

47S’il est illusoire d’imaginer améliorer les conditions de vie d’un individu sans prendre en compte l’environnement sociétal, cela ne signifie pas pour autant que le soutien individuel n’a pas de sens, bien au contraire. Cependant, plutôt que de miser sur la seule approche curative, ne seraitil pas temps d’insister sur le renforcement des ressources de la personne et de soutenir une idée dynamique de la santé envisagée comme un processus et non pas comme un état ?

48Des voix critiques s’élèvent pour dénoncer un tel projet qui ne ferait qu’améliorer les capacités de résistances des travailleurs et contribuerait à augmenter leur employabilité et leur exploitation. Bon nombre d’entreprises l’ont déjà compris en proposant à leurs employés des cours comme la sophrologie par exemple.

49Cette réserve mérite d’être entendue, mais elle ne doit cependant pas venir balayer d’un seul coup les éventuels bienfaits que recèlent des approches qui permettent aux individus de s’éprouver dans leur totalité et, par ricochet, de mieux se repérer dans ce qu’ils vivent à leur propre niveau et dans la relation aux autres et à l’environnement. Dans cette idée, notamment en ce qui concerne les personnes les plus fragilisées, la participation à un atelier de création constitue sans nul doute un soutien essentiel dans la mesure où cette dernière favorise une mise en mouvement qui autorise à la fois une centration sur soi et une décentration de ses préoccupations. Comme nous le rappellent les réflexions du philosophe Michel Henry, l’art permettrait à l’homme de poser le fardeau insupportable de l’existence et par là même d’échapper momentanément à sa souffrance.

50Par ailleurs, comme nous l’avons entrevu tout au long des précédents chapitres, l’expérience esthétique touche à la question de la représentation et de la reconnaissance. Reconnaissance dans la mesure où, face à l’œuvre créée ou contemplée, il se passe un phénomène de rencontre – l’imitatio selon Gadamer – qui ouvre sur la dimension symbolique, étant entendu que la chose représentée est bien davantage que la seule réalité qui s’offre au regard.

51Comme l’indiquent les observations de terrain, l’expérience esthétique, une fois libérée des exigences des canons artistiques, constitue un formidable vecteur de jeu libre qui, au sens winnicottien du terme, signifie création de son rapport au monde et aux autres.

  • 4 Dans une récente brochure éditée par la fondation Recherche suisse contre le cancer, il est relevé (...)

52De fait, les ateliers de création me semblent constituer des espaces contribuant à la santé puisqu’ils aident les participants à se forger une posture personnelle permettant de résister aux pressions d’une société de consommation qui détourne les individus de l’épaisseur symbolique des choses et amplifie le sentiment de morcellement et d’incomplétude inhérent à la destinée humaine. Permettant de retrouver, ne serait-ce que momentanément et imparfaitement, une unité perdue et de réenchanter le monde, les ateliers de créations ne mériteraient-ils pas d’être encouragés puisqu’ils constituent de véritables ateliers de vie ?4

Apports escomptés au niveau des terrains associés et de l’enseignement

53Un des objectifs poursuivis par ma démarche consistait à offrir aux professionnels des terrains associés une meilleure lisibilité des pratiques développées dans le cadre des ateliers de création, ceci afin d’améliorer leur positionnement et leur questionnement.

54La démarche d’explicitation de l’action, entreprise avec les trois praticiennes associées à la recherche, me paraît être en mesure d’apporter quelques précieuses précisions sur ce point. En effet, les développements portant sur la nature des compétences des ADAC, ainsi que les analyses relatives au dispositif et aux finalités retenus pour ces lieux, proposent quelques éclaircissements qui me paraissent féconds. Pour les responsables d’institution et autres décideurs qui ne connaissent pas les pratiques examinées, le rapport de recherche fournit assurément bon nombre d’informations.

55Par ailleurs, il convient de mentionner que les différents temps de questionnement et d’échanges ont passionné les professionnelles associées à la recherche. A les entendre, elles les auraient investis comme de véritables espaces de formation continue.

56En ce qui concerne les apports de la recherche pour la formation, il convient de relever que pour les orientations éducation sociale et animation socioculturelle, la notion de médiation est essentielle pour assurer l’accompagnement des usagers, qu’il s’agisse d’un recours aux arts plastiques, au sport ou à tout autre support.

57Pour ce qui relève des pratiques qui recourent aux arts plastiques, les résultats de ma démarche sont de divers ordres.

  • 5 Il convient de relever que les apports de la recherche ont déjà pu être mis à profit dans le cadre (...)

58Tout d’abord, sans sous-estimer les apports de la psychologie et de la psychanalyse, le cadre conceptuel choisi pour ma démarche semble particulièrement bien correspondre aux finalités du travail social. En effet, si les notions de mouvement, de jeu, de symbole et de cérémonie sont à mettre en rapport avec le développement de la personne, le lien social et l’intérêt collectif ne sont pas pour autant oubliés. Comme nous venons de le voir ci-avant, dans le contexte sociétal actuel il est particulièrement bienvenu de valoriser des approches qui promeuvent une lecture sensible et symbolique du monde tout en valorisant les liens de groupe5.

59Si les résultats de la recherche sont ciblés sur les ateliers de création faisant appel aux arts plastiques, bon nombre de réflexions développées s’appliquent largement à d’autres types de médiation (ateliers sons, ateliers mouvement et danse, ateliers photographie, etc.). Aussi, ma démarche devrait aider au meilleur positionnement de la médiation artistique au côté des autres outils d’intervention professionnelle.

60A travers cette démarche, il me semble avoir réuni une solide base de données pour construire un programme de formation continue destiné aux professionnels qui sont intéressés par ce type d’intervention ou qui ont mis en place des ateliers de création de manière empirique. Même pour les professionnels qui ont suivi une formation spécialisée dans ce domaine d’activité – les art-thérapeutes, par exemple – mes développements autour du modèle existentiel offrent des perspectives qui peuvent les intéresser et les aider à renouveler leur pratique, notamment pour ce qui est du volet « lien social » de leur activité.

61Comme le modèle esthétique est une philosophie qui conçoit l’homme comme un être unifié – tête, corps et sentiments –, cet éclairage ouvre sur des perspectives qui ne sont pas réservées aux seules pratiques professionnelles qui recourent à la médiation artistique. Au contraire d’un slogan creux, ce modèle est un creuset fertile pour notamment penser les questions éthiques. Comme se plaisait à le relever Wittgenstein dans son Tractatus, l’éthique et l’esthétique ne font qu’un.

  • 6 Certificat of advanced Studies.

62Les apports du modèle esthétique sont de portée générale et peuvent aisément être transposés au domaine santé-social. De ce fait, développer une formation continue de type CAS6 pourrait permettre de venir féconder les réflexions professionnelles portant sur les pratiques développées dans ces métiers de l’humain. En alliant théorie, pratique créative et analyses de situations, ce type de formation continue ne devrait pas uniquement venir renouveler la formule des séminaires de créativité. Bien au contraire, son but premier serait de permettre aux professionnels intéressés de véritablement fonder une esthétique de la relation qui, d’un côté, envisage l’individu et les activités humaines comme une totalité et, d’autre part, ne coupe pas les réflexions des affects et perceptions. Il s’agit pour moi de réellement valider et promouvoir une autre forme de pensée qui accorde un réel statut à la sensibilité et qui ne serait pas opposée, comme trop souvent, à la rationalité et à toute considération théorique. Alors que partout se développent et se mettent en place les outils de management – normes qualités, grilles d’évaluation, etc. –, il me semble urgent de dépasser ce clivage.

  • 7 Aimé Césaire, Discours de Dakar du 8 avril 1966. Colloque sur « La fonction et la signification de (...)

63Si l’on suit Alain Kerlan, dans un monde de spécialisation, de morcellement des activités humaines, la voie esthétique constituerait peut-être une espérance pour tous dont nous aurions besoin pour rééquilibrer, réorienter une culture et un rapport au monde dominés par la technique et la raison instrumentale (Kerlan, 2004 b, p. 45). Perspective que ne démentirait pas Aimé Césaire qui, dans son fameux discours de Dakar, a tenu à rappeler que l’art et la culture constituent un besoin vital à même de combattre la réification du monde telle que l’a produit le modèle occidental. Et le poète et écrivain martiniquais de souligner : comme l’homme a besoin d’oxygène pour survivre, il a besoin d’art et de poésie. C’est qu’en effet, au contraire de l’idéologie, l’art et la poésie rétablissent la dialectique de l’homme et du monde7.

Notes

1 Conférence de presse du 28 novembre 2007. Extrait du journal Le Courrier, 29.11.2007.

2 L’Abécédaire de Gilles Deleuze, entretien filmé avec Claire Parnet, Ed. Montparnasse, Paris (2004 pour la version DVD).

3 Constitution de l’OMS adoptée par la Conférence internationale de la Santé, tenue à New York en 1946 et entrée en vigueur le 7 avril 1948. Référence tirée du site de l’OMS : www.who.int/mediacentre/factsheets/fs220/fr/

4 Dans une récente brochure éditée par la fondation Recherche suisse contre le cancer, il est relevé que l’état de santé et la qualité de vie de la plupart des patients s’améliorent d’une manière significative avec des mesures créatives ou des relaxations comme l’art-thérapie ou le training autogène.

5 Il convient de relever que les apports de la recherche ont déjà pu être mis à profit dans le cadre du module C5 de la HETS de Genève, enseignement principalement consacré aux outils de médiation.

6 Certificat of advanced Studies.

7 Aimé Césaire, Discours de Dakar du 8 avril 1966. Colloque sur « La fonction et la signification de l’art négro-africain dans la vie du peuple ». www.pileface.com/sollers

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search