Version classiqueVersion mobile

Les étudiants d’Afrique subsaharienne

 | 
Myriam Graber
, 
Claire-Lise Megard Mutezintare
, 
Théogène-Octave Gakuba

Chapitre V. Stéréotypes, préjugés et discrimination

Texte intégral

1Il ressort du discours des trois acteurs interviewés que certaines difficultés d’apprentissage et de communication que rencontrent des étudiants d’Afrique subsaharienne sont liées aux stéréotypes, aux préjugés voire même à la discrimination. Ces concepts qui sont très proches méritent d’être précisés pour ne pas les confondre. Nous nous référons ici aux définitions, reprises et enrichies d’autres auteurs, proposées par la sociologue Eckmann (2005, pp. 2-4), qui a beaucoup travaillé sur la problématique du racisme. Pour cet auteur,

Les stéréotypes sont des représentations ou des images collectives énonçant des généralisations et des simplifications au sujet de caractéristiques attribuées à certains groupes (notamment ethniques)… Ils se manifestent par des associations automatiques, à travers des expressions véhiculées par le langage, par l’éducation, les médias et les institutions. Ils sont connus de tous, et nous les véhiculons parfois à notre insu.

2Tous les stéréotypes ne sont pas à considérer sous un aspect négatif. Comme le précise Eckmann (2005), aussi longtemps qu’ils ne sont pas utilisés pour nuire à autrui, les stéréotypes en tant que tels ne constituent pas une forme de racisme. La notion de stéréotype évoque celles de préjugés qui sont des opinions et des attitudes préconçues, partagées par un groupe, au sujet des caractéristiques et des comportements d’un autre groupe. Ils ont une forte composante émotionnelle, positive ou négative (Eckmann, 2005, p. 2). La définition classique du préjugé donnée par Allport (1954) insiste sur l’attitude négative ou une prédisposition à adopter un comportement négatif envers un groupe, ou envers les membres de ce groupe, qui repose sur une généralisation erronée et rigide. Bourhis, Gagnon & Moïse (1994) abondent dans le même sens en soulignant que les préjugés sont

des attitudes problématiques dans la mesure où elles imposent des généralisations défavorables envers chacun des individus qui sont membres d’un groupe particulier sans égard aux différences individuelles existant à l’intérieur de chaque groupe (p. 162).

3S’agissant de la discrimination, elle se passe au niveau des actes alors que les préjugés se situent au niveau des jugements cognitifs et des réactions affectives. La discrimination est donc un traitement inégalitaire et sa relation avec les préjugés demeure complexe puisqu’elle n’est pas automatique (Pettigrew, 1993). A ce sujet, Bourhis, Gagnon & Moïse (1994, p. 164) indiquent que notre comportement est tributaire à la fois de nos convictions personnelles et des circonstances externes qui peuvent échapper à notre contrôle personnel. Les auteurs donnent ces deux exemples pour illustrer la relation complexe entre les préjugés et la discrimination :

Une personne peut avoir de vifs préjugés contre une minorité ethnique mais sentir qu’elle ne peut pas agir en fonction de ses sentiments négatifs parce que de tels comportements discriminatoires sont socialement indésirables ou carrément interdits par la loi. Par contre un individu qui n’a pas de préjugés contre les femmes, par exemple, peut être obligé de les discriminer à cause des lois ou de règlements sexistes existant au sein de l’organisation où il travaille ou dans le pays où il habite.

Héritage colonial

4Les représentations collectives perdurant dans le temps et pouvant être encore prégnantes dans les mémoires individuelles, les constats ci-après ont été évoqués par nos interlocuteurs.

5Ainsi, un enseignant met en avant le « décalage » qui peut exister entre tous groupes humains. Après avoir évoqué d’autres peuples il affirme :

Tandis que pour les Africains, on a l’impression que c’est un autre mouvement. Puis, en plus il y a tout le problème de la colonie, il y a eu l’esclavage et tout ça, je pense que il y a le contentieux, il y a quelque chose de l’ordre de l’admiration et du ressentiment toujours. D’être blanc c’est difficile d’en faire abstraction toujours pour discuter du fond d’une question, il semble que cela revient tout le temps quoi. Oh mais vous les blancs… (NO3E1, 273).

6Trois praticiens formateurs rappellent à juste titre la vision qu’avaient – osons mettre ce verbe à l’imparfait – les « occidentaux » des « Africains », perçus comme des « esclaves, des sous-hommes » (NO1PF3, 1 402), ce qui peut induire, aujourd’hui encore que, quand un noir vient dans un service habillé en tenue d’infirmier « personne ne pensera c’est un infirmier mais c’est un aide soignant ». (NO1PF3, 2 402)

7D’autre part face à des attitudes racistes de certains patients âgés vis-à-vis d’employés noirs, un praticien formateur relativise leurs comportements car

En réfléchissant je m’aperçois qu’en fin de compte, avec tout ce que l’on peut découvrir dans les livres, les livres d’histoire de cette génération là, c’était la personne de couleur, c’était bouana, c’était le boy, c’était l’Afrique équatoriale française, c’était la colonie et tout ça donc, je m’aperçois que je peux l’accepter. (NO1PF1, 92)

8Pour les étudiants interviewés dans le cadre de notre recherche, des préjugés et des stéréotypes à leur encontre de la part de certains enseignants et praticiens formateurs peuvent être dus à une méconnaissance de l’Afrique et de ses cultures, à un manque de décentration d’enseignants qui ont des difficultés à comprendre les cultures africaines, aux images véhiculées par les médias européens sur l’Afrique. Ces préjugés sont par exemple en rapport avec les difficultés de compréhension des étudiants africains, à leur incompétence, à leur lenteur, aux difficultés d’intégration. A titre d’exemples voici quelques témoignages d’étudiants :

Par rapport à l’explication des examinateurs, le fait que les africains ont des problèmes de compréhension, ça c’est quelque chose que j’ai souvent entendu dire, que l’échec des étudiants africains est dû aux problèmes de compréhension, à la lenteur. J’ai très souvent entendu ça depuis que je suis en Suisse, toujours entendu dire ça mais je crois moi sincèrement je crois, je mets aussi ça dans le compte des préjugés, il y a des gens aussi, je pense que c’est plus une question de personnalité, je pense qu’il y a des lents en Suisse tout comme il y a des lents en Afrique, c’est vrai qu’on est moins stressé mais de dire à ce point que l’échec est dû à la lenteur, c’est une question de préjugés parce que je connais les africains. Moi, je parle de ce que je vois à partir de mon expérience et j’ai quand même échoué, ce n’est pas parce qu’on vient de l’Afrique mais je mets dans le compte des préjugés. (NO2GR1, 16-27)

Comme moi je viens d’arriver aussi, je supporte aussi tout, par contre ce que je remarque ici, j’ai l’impression que les prof ils ont ces préjugés de compréhension sur les étudiants africains, ils n’ont même pas envie d’entendre, ils pensent que toi tu n’as pas quelque chose de bien à dire, ils font semblant de faire entendre et que tu fais des efforts, ils disent on est surpris, ça me frustre quoi, quand tu fais quelque chose de bien et qu’ils disent on attendait pas quelque chose de bien de toi, ça me frustre. (NO2GR1, 329-335)

9Les exemples sur les préjugés et les stéréotypés évoqués par les étudiants interviewés sont nombreux. Les deux retenus ci-dessus montrent des généralisations faites par les enseignants et qui sont, aux yeux des étudiants, considérés comme fausses alors que pour ces premiers, elles sont réelles. Il s’agit par exemple des difficultés de compréhension liées à la communication interculturelle. Pour la lenteur, les avis sont partagés entre les étudiants interviewés : certains sont conscients qu’ils sont lents pour des raisons d’ordre culturel ou de faire attention pour bien faire les choses et que c’est plutôt une attitude appréciable. D’autres estiment que c’est un préjugé dépréciatif qui les distingue des autres étudiants majoritaires et qui peut avoir des conséquences négatives sur leur formation :

Ce n’est pas dans les on dit, moi j’ai eu à les entendre plusieurs fois […] et ce n’est pas lâché de manière crue, […] c’est souvent genre, il fallait anticiper pour faire ça, ça entre dans la conversation, « on a remarqué que dans votre culture vous prenez du temps », ce n’est pas qu’on te lance, vous êtes lents non, ça ça ressort que les africains prennent du temps. D’un autre côté je ne le nie pas parce que de toute façon c’est deux mondes différents, on est dans deux mondes différents, ici les choses vont tellement vite, c’est un peu ça on n’a pas les mêmes objectifs que ce soit chez nous en Afrique ou ici quoi, il faut être clair et net, chez nous, on prend quand même du temps pour faire certaines choses (NO4GR1, 93-102)

Oui j’ai vécu ça quand je faisais mon stage, on disait que je n’étais pas très rapide mais moi je pense aussi que c’est une question de climat, nous venons des pays chauds, un climat rude et on a grandi là dedans et ce n’est pas tout d’un coup qu’on va changer. Parce que les enfants africains qui sont nés ici ils sont rapides comme les enfants d’ici. Je pense que dans le domaine de la santé, il faut aussi prendre son temps et réfléchir, moi j’ai eu des remarques positives par rapport à ça. Quand je suis dans une situation de stress, je ne vais pas réagir de la même façon qu’un Suisse ou un européen, je prends mon temps, il y a des évaluateurs qui ne comprennent pas pourquoi je ne rougis pas mais il y a d’autres qui comprennent et qui disent que c’est une bonne aptitude. Ils apprécient et disent que les africains savent mieux gérer le stress. (NO1GR1, 61-70)

Moi je crois que c’est quand même dépréciatif, parce que la remarque est que les étudiants africains sont plus lents mais pas toi, toi tu sors du lot, je t’apprécie parce que tu sors du lot, tu me ressembles, les autres, les étudiants africains sont mis un peu à côté, mais c’est plus dépréciatif qu’autre autre chose (NO4GR1, 130-134)

10La plupart des étudiants interrogés ont aussi mentionné qu’ils sont souvent victimes des stéréotypes, des préjugés et des comportements racistes de la part de certains patients, de leurs collègues ou des professionnels sur les lieux de stage :

Une fois je faisais le stage dans un hôpital et on me disait vous, vous avez la chance d’être ici en Suisse, c’était en 1995 avec le sida d’ici 2000 il n’y aura pas (plus) d’africains (NO2GR1, 1559-1561)

Moi, quand j’ai commencé cette formation j’avais plus la crainte par rapport aux gens dont j’allais m’occuper et même par rapport aux gens qui devaient m’encadrer et même en pré-stage, parce que j’ai eu une mauvaise expérience là-bas parce que tu arrives, même les comparaisons, voilà par exemple les médicaments qu’on pourrait envoyer en Afrique, vous pouvez crever et le monde continue, au CHUV même la femme qui fait le ménage te traite de n’importe quoi, parce que même à ce stade où je vais sur les lieux des stages, j’ai peur d’arriver dans un service où ils ont des préjugés des stéréotypes, tu as beau donner le meilleur de toi-même, désolé quoi, même des fois on ne le voit pas, comment on pourra dire que tu as des compétences pour avancer qu’on n’a pas vues, les patients sont géniaux mais l’encadrement c’est autre chose, même ici à l’école, quand je suis arrivé quelqu’un m’a dit tu vas voir ça va te choquer, nous ça fait plusieurs années. (NO4GR1, 343-355)

Oui c’était lors d’un atelier, on avait un enseignement clinique avec ma tutrice, on devait passer deux par deux, j’étais dans la salle avec une fille blanche, ce qui m’a choqué c’était que le travail qu’on faisait, c’était le pansement, quand on donnait les soins, son attention était du côté de la fille blanche et moi ce que je faisais ça ne l’intéressait pas, elle n’observait pas, à la fin on te donne une note alors qu’on ne t’a pas suivi, on ne t’a pas observé, je pense que la note qu’on te donne se base sur des préjugés… j’ai le droit d’être suivi comme les autres parce que nous sommes des étudiants comme les autres et dans les ateliers c’est tout à fait normal qu’on suit tous les étudiants ce n’est pas parce que j’ai la peau noire. (NO2GR2, 335-343)

11Le discours des enseignants et des praticiens formateurs ne corrobore pas toujours celui des étudiants sur tous ces stéréotypes et préjugés évoqués ci-dessus. Certains reconnaissent cependant le racisme à l’égard des étudiants africains en tant que noirs dans leur pratique professionnelle :

[…] comme un étudiant homme, ici on peut entendre dire, je ne veux pas que cela soit un étudiant infirmier qui fasse ma toilette… Est-ce que c’est plus important ? Qu’est-ce que cela fait ? Comment je reçois cela ? Comment je vis cela ? […] Ou alors de la part des collègues. Par exemple, on me dit, c’est important que tu viennes le voir rapidement parce qu’il est noir. Cela ce n’est ni des clients ni des étudiants mais c’est le professionnel… Parce qu’il est noir donc peut-être qu’il serait un peu plus maladroit dans la prise en charge. C’était un peu dans ce sens là. Et puis cela s’est avéré complètement faux… Maladroit par rapport à la relation, par rapport à la distance, par rapport au tu, au vous, à tous ces aspects relationnels, la distance je crois que c’était cela […], il avait vraiment très bien commencé son stage. (NO4E2, 266-289)

Alors c’est souvent des personnes âgées […] et puis c’est assez délicat, on respecte. On respecte et puis on discute avec la personne. Et puis c’est, en général, le personnel qui est noir qui a été refusé, en fait on le soutient beaucoup, parce que c’est quelque chose qui est très révoltant quoi, pour nous en tous cas. […] Donc après on ne va pas confronter les gens. Le patient, c’est le client mais c’est vrai que ce n’est pas arrivé souvent, mais c’est arrivé une ou deux fois. (NO4PF1, 601)

12Les étudiants, pour leur part, évoquent des situations vécues difficiles, encore d’actualité. Dans l’extrait-dessous, un étudiant réagit à une des situations emblématiques lues :

Ça c’est un complexe de supériorité, je sais qu’en Afrique, quand un occidental arrive on lui fait confiance parce qu’on estime qu’il sait tout, ici c’est la même chose, quand un africain arrive, il faut contrôler parce qu’on ne sait pas comment fonctionne son cerveau, s’il a voyagé pour arriver ici, s’il a pris l’avion ou s’il a voyagé avec les arbres, on m’a posé des questions comme ça quand je suis arrivé, comment j’ai fait pour arriver ici, s’il y a des avions, il y en a ceux qui savent pas (NO3GR2)

13Et de surenchérir face à la prégnance des stéréotypes qui ont la vie longue :

[…] des personnes qui ont beaucoup voyagé, là, ça peut changer mais les personnes qui n’ont jamais changé leur territoire, c’est très difficile de changer leurs représentations surtout que les journalistes, le travail qu’ils font à la télé, c’est d’augmenter l’audience et pour augmenter l’audience il faut montrer des choses qui frappent, les choses qui frappent c’est quoi, c’est montrer que l’Afrique va très mal, on sait que ça va choquer ; en Afrique on a besoin de montrer que l’Europe ça va très bien, comme ça les africains vont regarder la télé, donc on n’est pas prêt à juger les représentations face au travail des journalistes à moins qu’on voyage soi-même. (NO3GR2)

14Son collègue rajoutant :

Moi je dis que c’est un problème de civilisation en fait, parce qu’on pense que d’une manière générale les africains sont moins intelligents que les européens, ce sont des préjugés qui sont basés sur de fausses bases parce que l’intelligence en tant que telle, ça a été démontré que l’homme noir est autant intelligent que l’homme occidental, mais quand on a essayé de faire en sorte que la race blanche soit supérieure à la race noire, on a essayé de démontrer ça, ce qui peut peut-être expliquer cet état de fait, de surveiller, parce qu’on ne peut pas faire confiance aux noirs, on pense que les facultés d’assimilation et d’adaptation sont douteuses, sont douteuses en fait. (NO3GR2)

15Cependant les préjugés sont universaux. Plusieurs enseignants ont eu l’occasion de voyager, voire de travailler en Afrique subsaharienne. Certains ont pu, à leur tour, être victimes de stéréotypes tel le fait que si une personne vient travailler en Afrique c’est « qu’elle n’est pas capable d’avoir un bon travail en Suisse » et qu’elle a donc du travail grâce aux Africains (NO2E2, 508)

Rapports « Nord-Sud »

16Cela renvoie à la question historique plus globale des rapports entre les groupes humains, entre des sociétés dont sont issues les personnes interviewées.

17Dans les pratiques qui ont marqué les rapports sociaux entre ce que nous pouvons nommer « le Nord » et le « Sud », dans une perspective historique, ces « étrangers » et leurs sociétés furent essentiellement définis par la négative. De l’époque des conquêtes et des exterminations (l’étranger vu comme un « sauvage »), en passant par l’esclavagisme (l’étranger considéré comme un « instrument à utiliser »), l’évangélisation (mythe du bon sauvage proche de la nature mais non-croyant), la colonisation où il s’agit d’apporter la « civilisation » (les sociétés du « Sud » n’ont pas d’organisation sociopolitique, ont de fausses croyances et manières de penser et il faut les assimiler)… Pour aboutir finalement à une vision évolutionniste où la modernisation et le développement sont à promouvoir à travers la coopération au développement. Rapide raccourci montrant cependant ce lourd passé où les références (valeurs, savoir-faire, modes de pensée) étaient celles de l’Occidental.

18Au vu des propos relatés par les étudiants nous pouvons malheureusement penser que certains de ces préjugés perdurent dans les mémoires collectives, y sont ancrés, et ont encore des incidences dans les interactions individuelles et entre les sociétés. Pour exemple, nous voulons citer ici des paroles tenues récemment à Dakar le 26 juillet 2007 par M. Sarkozy, président de la République française :

  • 1 Cité dans le journal « Le Courrier » du samedi 11 août 2007.

Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain, n’est pas entré dans l’histoire. […] Dans cet imaginaire où tout recommence, il n’y a pas de place ni pour l’aventure humaine, ni pour le progrès. […] Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin1.

19D’autres professionnels interviewés (enseignants, praticiens formateurs) pensent que certains étudiants d’Afrique subsaharienne utilisent le racisme comme stratégie de victimisation ou comme un alibi pour justifier leurs difficultés d’apprentissage.

On a vis-à-vis d’eux, et ça c’est vraiment une histoire de race, nous on a toujours peur qu’ils le prennent mal et eux peuvent voir cette défense de dire et oui tu me dis ça parce que je suis noir, ça ça revient quand même plus souvent qu’on le voudrait même si intentionnellement on parle la même chose avec un roumain, un africain quand on a des remarques à faire on les fait, on a l’impression qu’eux ils ont de la peine à se remettre en cause et ils se cachent un peu derrière, et eux ils me disent ça parce que de toute façon elle a des a priori contre moi, de toute façon, je peux faire n’importe quoi, je suis noir, elle trouvera des choses à critiquer, il y a un peu presque un complexe je dirais et ça ça les sert je dirais parce qu’ils se cachent un peu derrière, ils se protègent, je ne sais pas comment expliquer mais je pense qu’ils ont mais des fois je me dis ils sont plus racistes que nous. (NO5PF1, 168-180)

C’est vrai il faut être vigilant par rapport au racisme, comment se comportent les gens et c’est pour ça que je ramène toujours tout au côté professionnel. Je n’accepterais pas non plus qu’un étudiant me dise, je suis mal noté parce que je suis africain… non, regarde les consignes de ton stage, c’est ça, ça et ça, tu ne les as pas respectées, alors maintenant tu oublies ta couleur, ça n’a rien à voir. Mais il faut avoir quelque chose de concret, faut pas avoir du flou, parce que si on travaille sur du flou, on prête le flan à dire, ouais bon d’accord, je te valide ton stage parce que t’es africaine, je ne veux pas avoir de souci, je ne veux pas être traité de raciste. (NO2PF1, 310)

20Ces témoignages des acteurs interviewés dans la recherche montrent que les stéréotypes, les préjugés et le racisme sont des concepts complexes qui impliquent plusieurs facteurs (environnement socioculturel, personnalité de l’individu, position sociale de l’individu ou d’un groupe…) surtout dans un processus de formation. Nous avons travaillé sur le discours et non sur les faits observés et vérifiés, raison pour laquelle nous avons préféré donner des récits recueillis sans prendre position. Les exemples cités indiquent cependant comment les stéréotypes, les préjugés et les attitudes racistes peuvent déformer la réalité et créer un sentiment de dévalorisation, de souffrance chez les étudiants qui en sont victimes. Cette situation est de nature à affecter leur confiance en soi et à avoir des répercussions sur leur réussite scolaire. D’un autre côté, les stéréotypes, les préjugés et le racisme peuvent être utilisés par les étudiants minoritaires comme une stratégie pour justifier leur position ou leur échec. Pour mieux intégrer les étudiants minoritaires dans le système de formation et favoriser leur processus d’apprentissage, tous les acteurs impliqués dans la formation (étudiants, enseignants, direction des HES) devraient travailler ensemble pour éviter les stéréotypes et les comportements racistes. Il ne s’agit pas évidemment d’un travail facile dans la mesure où ces derniers sont du domaine cognitif mais certaines approches proposées par les psychologues sociaux pour atténuer la discrimination sont d’un apport capital. La théorie de l’équité qui se base par exemple sur le partage équitable des ressources au sein d’une société apparaît comme la mesure efficace pour réduire les préjugés et la discrimination (Marger, 1991).

21En situation éducative, il sera question de garantir à tous les étudiants, y compris les minorités et les étrangers, l’égalité de chances éducatives concernant l’accès à l’éducation, l’encadrement pédagogique, l’évaluation… Outre la théorie de l’équité susceptible d’atténuer les préjugés et la discrimination, il y a lieu de mentionner les contacts entre les groupes pour favoriser la compréhension et la connaissance entre les membres, la coopération entre les groupes pour atteindre les buts communs (Bourhis, Gagnon & Moïse, 1994). Dans une approche cognitive de la théorie de l’identité sociale (Tajfel & Turner, 1986), la coopération intergroupe a par exemple

pour effet de réduire le caractère saillant des catégories « eux/nous » et peut inciter les individus à se concevoir en tant que membres d’un seul groupe, composé d’un « nous » inclusif (Brown & Turner, 1981 ; Doise, 1976 cités par Bourhis, Gagnon & Moïse, 1994, p. 194).

22Dans cette recherche, nous avons constaté qu’il existe encore une distance dans le contact entre les étudiants d’Afrique subsaharienne et les étudiants autochtones ainsi qu’avec certains enseignants qui, peut-être par méconnaissance d’autres manières de penser, d’être, de faire et de nouer des relations sociales, peuvent contribuer à la perpétuation des préjugés et des stéréotypes. L’art du vivre ensemble devrait se construire et se préparer collectivement.

Notes

1 Cité dans le journal « Le Courrier » du samedi 11 août 2007.

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search