Version classiqueVersion mobile

Langage et savoir-faire

 | 
Kim Stroumza
, 
Heinz Messmer

Les textes comme accès à la réalité : l’herméneutique objective dans la recherche et la pratique du travail social

Roland Becker-Lenz

Note de l’éditeur

Article traduit de l’allemand par Diane Gilliard.

Texte intégral

Introduction

1Le texte ci-après expose une méthode de recherche en sciences sociales, l’herméneutique objective, et ses usages dans l’étude et la pratique du travail social. Cette méthode permet l’analyse des textes, donc des formations porteuses de structures de significations et de sens, qui sont pour la plupart de nature langagière. En herméneutique objective, la notion de texte est aussi utilisée en référence à des formations non verbales telles que des images, des plans de bâtiments et des morceaux de musique. Dans de tels cas, l’herméneutique objective recourt toujours au langage pour étudier son objet, soit les formes d’expression symboliques d’une réalité porteuse de sens, car la signification des éléments constitutifs de ces formes d’expression non verbales doit être, dans l’analyse, exprimée en mots.

  • 1 En septembre 2011, un colloque à ce propos a eu lieu à Francfort-sur-le-Main, dont les contribution (...)

2L’herméneutique objective, apparue dans le cadre d’une enquête sur la socialisation, est appliquée aujourd’hui à des domaines les plus variés dans d’autres disciplines1. Le travail social a compté très tôt au nombre de ceux-ci et c’est toujours le cas. L’herméneutique objective s’applique aussi en dehors de la recherche. Elle est utilisée pour répondre à des questions pratiques, notamment dans le conseil en organisation (Behrend et Wienke, 2001) et les investigations policières (Würstl, 2004). Ces expériences ont fait éclore un projet de sociologie clinique dans l’école de l’herméneutique objective (Oevermann, 2002). Pour comprendre les cas, voire établir des diagnostics, certains travailleurs sociaux appliquent actuellement cette méthode (cf. par ex. Jöbgen, 2008 ; Becker-Lenz et Lüscher, 2012), mais cela reste rare. Le texte ci-après vise à démontrer l’efficacité de la méthode dans la recherche et dans la pratique du travail social. A la lumière de cette approche, il entend mettre en évidence la nécessité de réviser certaines positions théoriques du travail social.

3La première partie de cette contribution expose la position épistémologique de l’herméneutique objective et l’importance du langage ; la deuxième décrit le matériel qui peut être utilisé dans la recherche et la pratique clinique ainsi que les principales procédures ; la troisième relève quelques contradictions entre la méthode herméneutique objective et des positions théoriques du travail social ; la quatrième donne quelques exemples d’utilisation dans la recherche en travail social ; enfin, la cinquième et dernière partie porte sur son utilisation dans le diagnostic en travail social.

1. La position épistémologique de l’herméneutique objective2

  • 2 Cf. pour ce qui suit les fondements méthodologiques de l’herméneutique objective dans Oevermann, U. (...)
  • 3 Le terme de Fallstrukturgesetzlichkeit n’a pas encore d’équivalent en français. Il représente les r (...)
  • 4 Par le concept de Lebenspraxis (au pluriel Lebenspraxen), U. Oevermann désigne l’ensemble des prati (...)
  • 5 Le terme « signification » est ici largement synonyme de « sens ». La seule différence réside dans (...)
  • 6 Oevermann utilise les deux termes comme synonymes dans de nombreux textes. Dans des écrits plus réc (...)

4L’herméneutique objective reconstruit des structures de cas et les règles à la base de ces structures, les Fallstrukturgesetzlichkeiten3. Les structures de cas sont les schémas d’action et de décision de Lebenspraxen4 confrontées à certaines exigences. La Fallstrukturgesetzlichkeit d’un cas, ou l’hypothèse sur les règles et les normes qui guident les actions et les décisions de ce cas, explique la logique interne ou la pertinence de ces schémas, et leur concrétisation. Les Lebenspraxen sont des formations sociales autonomes qui prennent des décisions et sont aptes à les justifier de manière rationnelle. A l’inverse des organisations bureaucratiques, elles n’obéissent à aucune instruction. Il peut s’agir de formations très différentes : individus, familles, groupes et gouvernements. Pour élucider la logique de fonctionnement et la signification de la structure de cas, l’herméneutique objective ne s’appuie pas sur l’interprétation subjective que donnent les individus ou les groupes (les Lebenspraxen) de leurs actes ; elle examine d’abord et principalement la signification objective d’une action et son sens latent5. Cette idée qu’il existe un monde de structures de sens latentes différencie l’herméneutique objective de nombreuses autres méthodes de recherche en sciences sociales, et se révèle dès lors étrange et difficilement compréhensible pour de nombreux chercheurs et chercheuses. Les contradictions entre l’herméneutique objective et les positions théoriques du travail social exposées dans la troisième partie dépendent fondamentalement de la distinction entre structures de sens tant latentes qu’objectives et significations et/ou sens conscients. Etant donné que la signification repose sur des règles dont la validité est vérifiable, les structures de significations sont dites objectives. La signification au sens objectif du terme n’est pas liée à une représentation dans la conscience des individus, mais aux règles qui confèrent sa signification à un texte. Ces règles sont de plusieurs sortes. Certaines, comme les règles de la compétence langagière, cognitive et morale sont invariantes et donc universellement valables pour toute l’espèce humaine à un moment donné de son histoire. Le tabou de l’inceste, qui existe sous diverses formes dans toutes les cultures humaines, en est un exemple. D’autres règles sont variables, en vigueur à certaines époques, dans certaines cultures, sociétés ou milieux. Les limitations de vitesse des véhicules à moteur, particulières à chaque pays, en sont une illustration. Les formes et rituels de salutation sont un autre exemple de règles en vigueur dans des régions ou des milieux spécifiques. La tradition théorique structuraliste dans laquelle s’ancre l’herméneutique objective postule que l’existence de ces règles et des structures de significations objectives ou de sens latentes qui en découlent6 est ce qui différencie fondamentalement nature et culture ; et postule également que le développement du langage et l’instauration du tabou de l’inceste comme règle indépendante de la programmation biogrammatique ont rendu cette transition possible (cf. à ce propos Wagner, 2001, pp. 24 ss. ; Lévi-Strauss, 1993 [1949]). Aujourd’hui, toute signification qui peut être exprimée symboliquement de différentes manières prend sa source dans la fonction signifiante du langage.

5Les structures de sens objectives sont dites latentes car elles sont le plus souvent inaccessibles à la conscience du sujet et qu’elles ne peuvent être reconstruites qu’à partir de textes analysés avec méthode. Il ne faut pas en déduire qu’il n’y a aucun rapport entre les significations conscientes ou le sens consciemment conféré aux actions d’une part, et les structures de sens latentes reconstruites sur la base de textes exprimant ces actions, d’autre part. Bien au contraire, les structures de sens latentes d’une action forment plutôt la base sur laquelle reposent les constructions de sens subjectives. Les significations dont le sujet a conscience ne représentent souvent qu’une partie du sens latent.

6L’herméneutique objective suppose – à condition de connaître les règles ou, selon les cas, d’être capable de jugement intuitif – que des significations se référant à des règles en vigueur dans une pratique sociale, c’est-à-dire intersubjectivement vérifiables, peuvent être identifiées objectivement sans problème. Il est en revanche beaucoup plus problématique de parvenir à des certitudes sur les points de vue du sujet et ses représentations de certains faits. A la lumière de cette position, la conception propagée dans la recherche sociale qualitative selon laquelle l’accès à la subjectivité des personnes interrogées génère des connaissances scientifiques fait figure de court-circuit méthodologique.

7La reconstruction du sens latent ou de la signification objective d’une seule action ne revient pas encore à reconstruire une structure de cas et ne livre pas davantage une hypothèse fiable sur celle-ci. Il faut nécessairement observer le déroulement des décisions ou des actes (qui sont aussi des décisions) d’une Lebenspraxis pour identifier le schéma qui préside à cet enchaînement. L’herméneutique objective reconstitue ce schéma par rapport à un problème donné en se demandant, à chaque moment d’une séquence, quelles possibilités s’offrent à l’acteur concerné et comment la séquence pourrait se poursuivre. La comparaison de ces principales possibilités avec l’agir réel fait apparaître la singularité de la sélection des actes, et la structure de cas émerge progressivement, au fur et à mesure de l’analyse. L’examen des raisons qui président à la sélection des actes permet de formuler une hypothèse pour la structure de cas et l’explique logiquement. Pour le contexte global, il est important de considérer que la signification d’une action résulte des possibilités réelles de raccorder les actions suivantes aux précédentes, en respectant les règles. L’action n’est donc pas pensée isolément mais toujours comme interaction, à l’instar d’un coup au jeu qui déclenche le coup d’un autre joueur. La signification d’une action découle de l’effet qu’elle a sur le cours du jeu. Pour cette raison, la détermination de la structure du cas dépend aussi de la clarification de sa signification et de son sens. Les deux interviennent dans la même opération méthodologique : la reconstruction de cas.

  • 7 La comparaison est toutefois boiteuse, car il y a aussi quelques autres différences entre les Falls (...)

8Le sens d’une chaîne d’actions, c’est-à-dire l’hypothèse de la structure du cas ou la Fallstrukturgesetzlichkeit, peut être comparé d’un certain point de vue à une loi naturelle que nous formulons et dont nous pouvons observer les effets, mais que nous ne pouvons saisir comme objet physique ni percevoir en tant que tel par nos sens. Tant les lois naturelles que les Fallstrukturgesetzlichkeiten structurent et expliquent des phénomènes du monde matériel. A la différence des lois naturelles, qui semblent invariantes du moins durant la brève période qui a suivi leur découverte, les structures de sens latentes ou les structures de cas peuvent se transformer et le font en permanence7.

9Un petit exemple peut éclairer les concepts de structure de signification objective ou de sens latent et la transformation de la structure de cas. Lorsqu’un habitant d’une grande ville s’installe dans un petit village et, lors d’une promenade, rencontre un autre villageois qu’il ne connaît pas encore sur un petit chemin, il observera vraisemblablement en telle circonstance les règles de politesse de la grande ville et ne le saluera pas. Or, au village, la règle en vigueur veut que l’on se salue en cas de rencontre fortuite sur un chemin. Selon cette règle, en ne le saluant pas, l’ancien citadin se comporte donc objectivement de façon impolie, sans le savoir. Il viole la règle de réciprocité élémentaire du salut qui exprime la reconnaissance de l’autre comme membre de la communauté villageoise. S’il s’aperçoit au bout d’un certain temps que les habitants du village se saluent dans la rue, il modifiera son comportement et saluera lui aussi. Dans cette situation fréquente, la structure de cas s’est transformée et le comportement du citadin, qui peut désormais être qualifié de poli, prend une autre signification. L’exemple montre également que les règles en vigueur dans des sphères variées (ici les villages jusqu’à une certaine taille) ouvrent des possibilités d’action sensées, en l’occurrence les gestes de salut. La manière d’agir n’est cependant pas déterminée seulement par ces options, mais également par la subjectivité des sujets qui peuvent décider de saluer ou non. Les sujets agissants associent un sens précis à ce salut ou ce non-salut, mais, l’exemple le montre, celui-ci n’est pas forcément identique au sens objectif de leur acte.

  • 8 Entre-temps, d’autres méthodes pratiquent l’analyse séquentielle. Il faut cependant souligner que c (...)

10En herméneutique objective, l’analyse séquentielle8 permet de déduire la structure du cas et sa structure de sens latente, à condition d’avoir à disposition des formes d’expression des actions à étudier. Celles-ci reposent sur deux éléments : un protocole et le texte qu’il contient. Le protocole désigne seulement la base matérielle du texte, qui peut être une feuille de papier, la toile d’un tableau, etc. Le texte lui-même est immatériel, il est constitué d’éléments porteurs de signification en tout genre. Il peut s’agir d’un paysage agricole, d’un dessin, d’une photographie, d’un plan de ville, d’un article ou d’une partition de musique. Si le texte ne se présente pas déjà sous forme de mots, de notes de musique ou de toute autre notation, il doit être transposé dans une notation propice à l’analyse, ce qui passe généralement par une description détaillée des éléments porteurs de signification.

11Il n’y a pas de restriction à la manière dont est poursuivi le questionnement, à part évidemment qu’il ne porte et ne doit porter que sur le sens d’actions humaines, sans appréciation quantitative, puisqu’il s’agit d’abord d’en tirer un modèle théorique. L’herméneutique objective a cependant quelques domaines d’étude de prédilection, dont les pratiques professionnelles, les processus d’enseignement, les manifestations de religiosité, les religions et les œuvres d’art.

12Dans tous ces domaines, les crises portent sur des thèmes précis, qui constituent dès lors des champs de recherche particulièrement intéressants pour l’herméneutique objective. Dans les crises, les structures de cas se transforment, donnant naissance à du nouveau. Les opérations de l’analyse séquentielle ont de plus une affinité avec les démarches naturelles de compréhension qu’entreprennent des individus confrontés à des crises. Les constellations de crise sont diversement interprétées, il n’existe pas encore d’explications précises de leur apparition, et/ou leurs conséquences sont encore imprévisibles. Cela ouvre sur des lectures différentes de la crise, et c’est exactement ainsi qu’opère l’analyse séquentielle. Elle vise à produire méthodiquement des lectures (Lesarten) et à les vérifier. Ce faisant, elle stimule plus ou moins artificiellement l’ouverture d’une situation de crise et donc la possibilité de sa résolution.

2. Le matériel et les procédures de l’herméneutique objective

Types de protocoles

13Pour autant qu’ils contiennent des formes d’expression d’actions avec une structure de sens, tous les types de protocoles imaginables entrent en ligne de compte pour l’analyse herméneutique objective. Doivent seulement s’y exprimer des processus humains de décision et d’action. Il peut s’agir d’œuvres d’art, de procès-verbaux de séances, de transcriptions d’interviews, de cartes géographiques, de plans de construction, de vestiges d’anciennes habitations, d’extraits de dossiers et de génogrammes. Il y a deux sortes de protocoles : tout d’abord, les protocoles naturels, qui sont produits dans le cadre d’une pratique indépendamment du processus de recherche, par exemple les dossiers de cas, ensuite les protocoles spécialement produits aux fins de l’analyse, par exemple les transcriptions d’interviews, les questionnaires remplis, etc. La qualité d’un protocole se mesure au fait que l’agir d’une Lebenspraxis s’y exprime valablement, indépendamment d’une description et d’une interprétation extérieure. Les œuvres d’art et les protocoles techniques (enregistrements sonores, documents photographiques ou filmiques) sont à cet égard idéals. En effet, les œuvres d’art offrent un contenu signifiant concentré et les protocoles techniques présentent l’avantage, sous certaines conditions, de ne pas « protocoler » les données selon des critères de pertinence subjectifs, comme c’est le cas dans les comptes rendus ou les rapports d’observation.

Analyse séquentielle et reconstruction de cas

  • 9 Pour simplifier je pars de l’idée que le texte adopte la forme orale. Mais il est tout aussi possib (...)

14Dans l’analyse séquentielle, pratique centrale de l’herméneutique objective, on procède de la manière suivante : un extrait de texte (ou éventuellement plusieurs) est choisi pour être analysé selon des critères définis en fonction du questionnement. La plupart du temps, le début du texte en fait partie et c’est aussi celui qui est analysé en premier. On choisit ensuite un petit passage, par exemple la phrase introductive, et on commence à construire des « lectures » (Lesarten) de cette première séquence. Construire des lectures signifie inventer des histoires et imaginer des situations où ce premier petit passage aurait pu être dit ou écrit9. Ces lectures sont en quelque sorte des expérimentations mentales de contextes possibles ou imaginables de la séquence. Pour les construire, il faut exploiter à fond toutes les lectures typologiquement adaptées au passage concerné. Les contextes inventés sont comparés en tenant compte de leurs conditions de validité, c’est-à-dire en se demandant quelles caractéristiques ou composantes doivent impérativement être présentes pour que la lecture soit valable, puis une liste en est établie. Les contextes fictifs et les conditions de validité sont ensuite comparés avec le contexte réel de la séquence, ce qui permet de sélectionner des lectures et, dans l’idéal, de n’en retenir qu’une seule. Le contexte réel comporte de nombreuses strates ou dimensions différentes : par exemple une situation sociale contemporaine particulière, l’insertion de la Lebenspraxis du protocole dans des Lebenspraxen de plus haut niveau, ou des structures sociales, des milieux, des sous-cultures, etc., ou encore les circonstances concrètes dans lesquelles le protocole est né, etc. Les informations sur ce contexte réel doivent être rassemblées de diverses manières, selon le protocole et le texte. Pour les interviews, par exemple, la date et le lieu sont aussi « protocolés » et, selon les besoins, quelques données biographiques du partenaire de l’entretien sont ajoutées ; pour les protocoles naturels, figurent la date et le lieu, l’usage qui en est fait ainsi que le nom de celui ou celle qui en a rédigé le compte rendu. Pour les peintures, il est important de consigner la date de création, le lieu et le nom de l’artiste et, le cas échéant, celui du commanditaire. Ces connaissances sur le contexte de l’extrait à analyser sont souvent partiellement présentes au début de l’analyse, tandis que d’autres informations doivent être recherchées. Il importe toutefois de ne pas les utiliser pour produire des lectures, mais seulement pour vérifier celles-ci après coup. Cette vérification débouche sur l’introduction graduelle dans l’analyse des connaissances sur le contexte extérieur de l’extrait qui n’avaient pas été prises en considération dans un premier temps, pour parvenir enfin à une connaissance interne du contexte, c’est-à-dire une connaissance analytiquement immanente. Quand on utilise la connaissance du contexte, se pose toujours une question à laquelle cette connaissance doit apporter un éclaircissement (voir aussi à ce propos Oevermann, 1986, p. 52).

15Pour les lectures qui subsistent après vérification, on imagine des enchaînements possibles, on réfléchit à la suite du texte. Le passage suivant est analysé de la même manière et comparé avec les enchaînements définis précédemment, etc. Si l’analyse des séquences dure suffisamment longtemps, on obtient un schéma type des choix d’une Lebenspraxis face à un problème précis. Ce schéma est appelé structure de cas. Par l’élimination des lectures inadéquates, permise par l’accès progressif au contexte réel du texte, on reconstruit dans le même temps la signification objective ou le sens latent de cette structure de cas. Cette signification n’émane pas du contexte, mais des règles. Cependant le contexte sélectionne les lectures rendues possibles par les règles.

16Pour vérifier la structure de cas reconstruite à partir d’un extrait de texte, d’autres passages doivent encore être analysés de la même manière, séquence par séquence, jusqu’à ce qu’une structure de cas se laisse identifier. Les structures reconstruites à partir des divers passages sont comparées les unes aux autres pour vérifier si l’une d’elles se reproduit constamment ou se transforme. Au terme de ces analyses, à partir des connaissances acquises, on peut formuler la Fallstrukturge-setzlichkeit, qui explique la signification, le fonctionnement interne et l’établissement de la structure du cas.

17Pour l’analyse, quelques principes déjà partiellement évoqués dans la présentation ci-dessus sont importants : « le principe de décontextualisation », selon lequel aucune connaissance sur le contexte externe d’une séquence ne peut être utilisée pour former une lecture. Le contexte extérieur ne peut et ne doit être utilisé pour sélectionner des lectures qu’après la formation de celles-ci. Le « principe de séquentialité » précise qu’un extrait de texte doit toujours être analysé en suivant l’ordre dans lequel le texte doit être lu ou dans lequel il a été produit. La longueur d’une séquence n’est pas définie, mais fixée en fonction du matériel. Selon le « principe de littéralité », un texte doit être lu mot à mot, et rien ne doit être ajouté qui n’y figure pas. Le « principe d’extensivité » ou « principe de complétude » demande de former toutes les lectures appropriées à un extrait de texte. La « règle de l’économie » ou de la « parcimonie » incite au contraire à ne former que les lectures indiquées par le texte. Les lectures nécessitant des conditions supplémentaires apparemment aberrantes et sur lesquelles le texte ne donne aucune indication sont à exclure jusqu’à nouvel ordre ; elles augmentent sensiblement le travail d’analyse et il est fort probable qu’elles s’avèrent non pertinentes.

18La généralisation de la structure est une autre procédure de l’herméneutique objective. Elle vise à généraliser les connaissances sur la construction de cas, d’une part à d’autres cas empiriquement fréquents ou pouvant être construits, et d’autre part aux règles (et à leur possible transformation) qui constituent les cas. La généralisation de la structure comprend sept aspects différents (cf. à ce propos Oevermann, 2002, pp. 12 ss.) que nous renonçons, faute de place, à présenter ici.

3. Contradictions entre la méthodologie de l’herméneutique objective et des positions théoriques du travail social

19Comme indiqué dans l’introduction, l’herméneutique objective, de par ses particularités méthodologiques, contraste et est en partie en contradiction avec les positions théoriques les plus influentes dans le travail social, ainsi qu’avec les conceptions de la pratique professionnelle. Premièrement, son exigence épistémologique d’objectivité n’est pas compatible avec la théorie du constructivisme, tant sous sa forme radicale que modérée. Deuxièmement, la catégorie de Lebenspraxis va à l’encontre de la notion de système défendue par les diverses écoles systémiques. Troisièmement, l’analyse fait appel avec parcimonie à des savoirs théoriques, et seulement dans des buts heuristiques, alors que de nombreuses conceptions de la pratique professionnelle exigent d’y recourir largement. Sur ces trois points, je vais tenter de démontrer que la position méthodologique de l’herméneutique objective permet de dépasser les difficultés inhérentes aux théories ou aux concepts mentionnés.

  • 10 Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer, pour le diagnostic, à des modèles d’interprétation et à (...)

20Le constructivisme conteste, tant dans ses versions modérées que radicales, la possibilité de parvenir à une connaissance objective et admet tout au plus une sorte de consensus scientifique sur des connaissances produites méthodiquement. De ce fait, l’efficacité de la recherche visant à produire des connaissances est mise sur le même plan que l’expérience extrascientifique et la formation d’hypothèses. Du coup, toute activité de diagnostic (ou activité diagnostique) fondée sur des procédés scientifiques n’est tendanciellement pas meilleure que les estimations de non-spécialistes et que les auto-évaluations des usagères et des usagers. Pour le travail social, il faut donc se demander si les efforts exigés pour parvenir à un diagnostic méthodiquement élaboré ne doivent pas être délaissés ou s’il ne faut pas revoir leurs objectifs. De fait, on peut effectivement lire dans des publications sur le diagnostic que celui-ci n’a pas pour but de produire des connaissances objectives, mais plutôt d’établir un consensus entre professionnels et usagers sur la définition du problème de ces derniers (cf. von Spiegel, H. 2004, p. 134). L’activité diagnostique est considérée comme un processus de négociation sur les objectifs et les mesures ou les aides (cf. par ex. Dollinger, 2011). Dans ce cas, la consultation n’a pas pour tâche première de mettre en évidence des problèmes et leur genèse et, par-là, d’ouvrir l’usager à des dimensions dont il n’était probablement pas conscient lui-même ou qui lui étaient inconnues. Pour la pratique professionnelle, il faut peut-être se demander pour quelle raison il faudrait assimiler des connaissances et des procédures scientifiques de production de savoir si, par comparaison, le savoir scientifique ou tiré de cas mais produit par des procédés scientifiques relevant de la vérité et de l’objectivité n’a en principe pas un statut supérieur à la connaissance empirique, à l’expérience professionnelle et aux modèles d’interprétation10. De la sorte, le constructivisme élargit encore le fossé qui persiste toujours dans le travail social entre la pratique professionnelle et la science. L’herméneutique objective y oppose une position contraire : selon elle, la conception des structures latentes de sens et de significations fonde un monde de significations objectives qui, grâce à la méthode, peut être valable et intersubjectivement vérifiable, plaçant ainsi l’exigence d’objectivité de la connaissance scientifique dans les sciences sociales et humaines à un niveau élevé. Il semble presque superflu de faire remarquer que le constructivisme fait apparaître comme hautement discutables tous les efforts consentis pour ériger le travail social en discipline à part entière puisqu’il pratique au fond, du moins dans ses variantes radicales, l’auto-déconstruction de la science.

21Le concept de Lebenspraxis entre à certains égards en tension avec les approches systémiques dans le travail social. La notion de Lebenpraxis se centre sur les actions et les décisions d’une formation sociale donnée pour résoudre ses problèmes. Ensuite, l’herméneutique objective se demande quels schémas caractéristiques des actions et des décisions sont observables. En revanche, les approches théoriques systémiques du travail social (par ex. Obrecht, 2005 ; Staub-Bernasconi, 2007 ; Bommes et Scherr, 1996 ; Lüssi, 2008) s’intéressent surtout à la position de l’individu, ou à celle occupée par des groupes d’individus par rapport à différents systèmes et sous-systèmes sociaux, et placent au cœur de leur observation les questions de l’échange et de l’exclusion, ou selon le cas de l’inclusion ou de l’intégration. La perspective systémique a sans aucun doute sa légitimité et ouvre un accès à des situations ou à l’origine de problèmes peu abordés dans les conceptions du travail social proches de la thérapie. Elle est pourtant aussi confrontée à certaines difficultés. Premièrement, l’observation ou l’analyse ne prend pas systématiquement en considération des schémas de décision et d’action caractéristiques. Ceux-ci, comme les besoins du système et les processus d’échange, font partie de la problématique du cas et doivent donc être reconstruits. Deuxièmement, vu leur perspective théorique, les conceptions du travail social d’inspiration systémique ont une certaine tendance à affaiblir le statut de l’usager. Du coup, il y a lieu de se demander qui est vraiment au centre de l’intervention et quels intérêts sont prioritaires. Les conceptions systémiques considèrent toujours l’usager comme partie d’un système dont ils analysent les différentes composantes et les rapports de celles-ci au sein de ce système, ainsi que les rapports entre celui-ci et d’autres systèmes extérieurs. Il y a là un certain danger de faire passer la position de l’usager au second plan et de s’occuper principalement des fonctionnalités du système, qui ne sont pas liées prioritairement au problème de l’usager. La position méthodologique de l’herméneutique objective permet aussi d’envisager les décisions et les actions d’une Lebenspraxis dans le contexte de ses possibilités et de ses règles, et de ses attentes. La caractéristique de la structure de cas (décision et action) de la Lebenspraxis ne peut être reconstruite qu’avec ces possibilités et ces normes en toile de fond. L’herméneutique objective s’intéresse par conséquent à l’insertion d’une Lebenspraxis dans des structures sociales et, simultanément, aux modèles d’action et de décision qui résultent de la biographie. Le concept de Lebenspraxis évite ainsi un rétrécissement de la perspective analytique. Troisièmement, les théories systémiques ne font pas toujours la distinction entre les deux concepts absolument centraux en sociologie que sont la communauté et la société. Cette imprécision transparaît notamment dans le fait que la communauté familiale est aussi définie comme système, occultant les différences dans sa constitution et sa dynamique par rapport à d’autres systèmes sociétisés comme les écoles, les autorités politiques, les entreprises. Au sein de l’école herméneutique objective, en revanche, la différenciation entre communautisation et sociétisation revêt une extrême importance (cf. à ce propos Oevermann, 2000b, pp. 15 ss. et Oevermann, 1986, p. 58 incl. note de bas de page). Sont qualifiés de communautisations les groupes d’individus qui, en tant que personnes, interagissent ensemble sans but précis. La forme fondamentale de la communautisation est la famille nucléaire, d’autres sont la parenté, l’amitié et la citoyenneté. Les sociétisations sont des groupes d’individus où chacun, depuis son rôle social, interagit avec les autres dans un but précis, par exemple les salariés d’une entreprise ou les membres d’associations et de partis politiques. Les travailleurs sociaux interviennent prioritairement auprès de personnes individuelles ou de collectifs de personnes, à savoir auprès d’usagers isolés, de familles, de groupes d’usagers du même âge et auprès des proches.Tous ces interlocuteurs concrets du travail social relèvent de communautisations dont il faut respecter la qualité de relation spécifique et la logique de fonctionnement. Le concept de Lebenspraxis de l’herméneutique objective appartient à la sphère de la communautisation et appréhende les usagers en termes de catégorie tout autrement que comme client ou destinataire défini par son affiliation à des systèmes sociaux.

Utilisation parcimonieuse et heuristique de la théorie dans la reconstruction de cas

22En herméneutique objective, il faut appliquer le précepte consistant à reconstruire le cas dans son langage, c’est-à-dire ne pas lui imposer un pré-savoir (théorique) qui lui est étranger. Le cas doit plutôt être analysé en recourant aux règles, ou aux structures, associées à sa constitution. Un pré-savoir théorique peut aider à identifier ces règles, mais il n’est pas forcément indispensable d’y recourir ou d’expliciter des règles si l’analyste est compétent dans l’utilisation de celles-ci et peut évaluer avec suffisamment d’intuition l’adéquation de son suivi. Un pré-savoir théorique peut servir à formuler des lectures, mais il est important de savoir si les règles incluses dans ce pré-savoir ont effectivement participé à la constitution du cas. Les conditions de validité des lectures formées à l’aide du pré-savoir doivent par conséquent être vérifiées, comme toutes les autres, par comparaison avec le contexte réel. Lorsque la reconstruction du cas est achevée et que les chercheurs généralisent à partir de cette structure, il faut traiter de ce niveau abstrait, dans la mesure où ces généralisations visent la construction de théorie et peuvent éventuellement se confronter avec des théories existantes. Il faut s’assurer que la reconstruction du cas n’est pas altérée par une subsomption déplacée, qui penserait le cas particulier à partir de considérations générales. Pour reconstruire un cas, il faut procéder principalement par abduction. Dans la recherche – en travail social aussi –, les procédures visant à vérifier des hypothèses, notamment celles de la recherche sociale quantitative, sont très éloignées de la reconstruction de cas. Il y a une différence considérable entre un diagnostic élaboré à partir de la reconstruction du cas fondée sur l’herméneutique objective et de nombreuses autres procédures et positions théoriques visant le même but : celles-ci recourent beaucoup plus au savoir théorique, souvent dans une logique subsumante (cf. par ex. la conception de la compréhension du cas fondée théoriquement chez Hochuli Freund et Stotz, 2011, pp. 216 ss., ou les trois étapes de la transformation chez Staub-Bernasconi, 2012). Pour ces approches, le diagnostic élaboré dans la pratique est parfois considéré comme peu professionnel parce qu’il repose très peu sur des théories. Cette position omet que lorsque le praticien comprend ses cas sur un mode reconstructif, il peut aller loin dans un diagnostic sans recours massif et explicite à des théories. Evidemment, il y faut quelques conditions, ce n’est pas facile et cela nécessite d’abord d’autres compétences que la possession d’un savoir théorique (ce qui ne veut pas dire qu’il faille y renoncer).

4. Exemples d’application de l’herméneutique objective dans la recherche en travail social

  • 11 Une collègue de ma Haute école a publié récemment une étude portant sur des questions similaires (M (...)

23Le passage ci-dessous donne un aperçu des applications possibles de l’herméneutique objective au travers de trois projets présentés à titre d’exemple. L’un d’eux, très prisé des herméneutes objectifs, est la recherche biographique. Elle nécessite des méthodes reconstructives et s’intéresse notamment à l’interaction des conditions sociales et des trajectoires de vie. D’un point de vue méthodologique, le choix de l’herméneutique objective coule de source. C’est précisément l’interaction entre des schémas structurels issus de la biographie (les structures de cas) et des conditions sociales qui m’intéressait dans mon projet de thèse (Becker-Lenz, R. 2004). J’y étudiais pour quels motifs des jeunes gens – principalement des jeunes filles – effectuaient un an de service volontaire en Allemagne dans le Freiwilliges Soziales Jahr (FSJ, Service volontaire social). Selon mon hypothèse, la décision d’accomplir ce service volontaire ne s’expliquait pas seulement par les choix qui s’offraient à elles à ce moment de leur vie, mais se rapportait aussi à des expériences existentielles passées. Il fallait donc procéder à des entretiens biographiques avec des volontaires, mettant en lien leur situation et leurs buts, mais aussi d’éventuelles expériences anciennes et importantes qu’elles auraient pu vivre avec le FSJ. L’analyse des récits a confirmé cette hypothèse et par ailleurs a permis de pointer que sous la motivation fréquemment avancée de l’intérêt personnel, d’autres raisons, pas forcément accessibles réflexivement aux interviewés et interviewées, avaient à voir avec la crise d’adolescence. L’analyse a aussi mis en évidence d’autres motivations inconscientes11. Au moment de les reconstruire, j’ai aussi examiné comment elles se situaient par rapport à l’offre éducative du Freiwilliges Soziales Jahr. Les dispositions légales régissant le FSJ sont à cet égard importantes, tout comme les différentes présentations de cette offre de formation par divers organismes. Les résultats empiriques ont permis d’élaborer des recommandations pour profiler l’offre éducative.

24La recherche en éducation est un autre domaine intéressant pour l’herméneutique objective, ce qui est certainement dû en partie au fait qu’elle a éclos dans un groupe de chercheurs de l’Institut Max-Planck pour la recherche en éducation à Berlin. Pour l’herméneutique objective, les processus d’éducation sont ponctués de crises qui les différencient des processus d’apprentissage, centrés sur l’acquisition de savoirs standardisés ou la maîtrise d’actes routiniers. Comme indiqué ci-dessus, il y a une affinité entre l’analyse séquentielle et l’interprétation naturelle des crises par une Lebenspraxis. Un domaine situé à l’intersection de la recherche en éducation et sur la professionnalisation est la formation de l’habitus. Le concept d’habitus professionnel joue un rôle central dans la théorie de la professionnalisation (Oevermann, 1996), dans la mesure où il met les professionnels en situation d’accomplir leur tâche, non standardisable, qui consiste à résoudre une crise à la place de quelqu’un d’autre. La formation de l’habitus professionnel est comprise comme partie intégrante de la construction de l’habitus global qui évolue par crises. Dans la théorie de la professionnalisation, la formation devrait favoriser la constitution de l’habitus professionnel. Au cours d’une enquête empirique sur les cursus d’étudiants en travail social et en pédagogie sociale, nous avons demandé (Becker-Lenz et Müller, 2009a), premièrement, si un habitus professionnel était effectivement nécessaire pour maîtriser les missions du travail social et, deuxièmement, si les études favorisaient la constitution d’un tel habitus. Le matériel dont nous disposions était très varié : nous avions des protocoles naturels (souvent des extraits de dossiers) de la formation, y compris pratique, des interviews de recherche, des enregistrements réalisés dans la pratique ainsi que des enregistrements d’ateliers d’études de cas avec les étudiants de la haute école. Tous les protocoles existaient sous forme de textes, c’est-à-dire que le matériel était exclusivement parlé et écrit. Dans les interviews par exemple, la manière de se présenter des étudiants, qui peut aussi être imputée à l’habitus, n’était pas très importante pour nous ; mais ce qui nous intéressait, c’était leur manière de résoudre et de traiter des problèmes liés à l’activité professionnelle. Leurs actions étaient décrites dans les dossiers ; dans les interviews ils faisaient état des difficultés rencontrées en certaines circonstances et, dans les ateliers d’études de cas, ils pouvaient parler des problèmes qui les préoccupaient. En nous appuyant sur l’analyse des textes, nous avons reconstruit au fil du projet les processus de formation de l’habitus des étudiants. Comme dans l’analyse présentée plus haut, les structures de sens latentes sont largement inconscientes.

25L’herméneutique objective ne convient pas seulement – comme cette présentation pourrait le laisser entendre jusqu’ici – à l’analyse des Lebenspraxen d’individus concrets, mais peut aussi tout à fait s’appliquer à l’analyse de formations sociales agrégées à un niveau plus élevé, par exemple des organisations. Dans un troisième projet (cf. à ce propos Becker-Lenz et Müller, 2009b) pour lequel nous rédigeons actuellement une monographie, nous avons étudié les modifications apportées à la version allemande du code professionnel du travail social rédigé par des associations de travailleurs sociaux en Suisse. Nous avons examiné de très près tous les codes (le premier date de 1974, il y en a huit en tout) au cours d’un travail de plusieurs années. L’analyse a permis d’établir une liste de quelque vingt thèmes qui y revenaient fréquemment, mais de manières très diverses. Le résultat le plus surprenant peut-être de ce travail d’analyse montre la présence de phénomènes très négatifs dans les codes rédigés à partir de 1990 et qu’une lecture normale, voire attentive, ne décèle pas. Par exemple, les codes offrent aux professionnels la possibilité de restreindre les droits fondamentaux des usagères et des usagers ou de les leur octroyer selon leur bon vouloir. Les codes renvoient aussi des images négatives des usagers et des professionnels. Tout aussi remarquable est la prodigieuse abondance de phrases totalement incompréhensibles linguistiquement, absurdes et erronées grammaticalement. Les codes les plus récents donnent l’impression que les rédacteurs n’ont certes pas ménagé leurs efforts (et nous savons par l’étude des dossiers des associations professionnelles que c’était le cas), mais qu’ils n’ont pu éviter ces phénomènes pour des raisons structurelles. L’analyse des codes ouvre des perspectives très intéressantes sur le processus de professionnalisation du travail social.

5. Application dans le cadre du diagnostic en travail social12

  • 12 Ce passage a été publié sous une forme très proche dans le nº 5/2012 de la revue neue Praxis dans l (...)

26L’herméneutique objective n’est pas seulement indiquée pour la recherche mais aussi, au-delà, pour la résolution de divers problèmes pratiques. L’un de ces champs d’utilisation est le diagnostic en travail social. Son importance y est encore modeste, car presque personne ne se fonde sur l’herméneutique objective pour poser des diagnostics dans la pratique. La méthode a toutefois été introduite dans la formation au diagnostic par quelques hautes écoles, tandis que deux instituts extra-universitaires réalisent des expertises et offrent des formations continues en la matière. Nous exposons ci-après pourquoi l’herméneutique objective – comparée à d’autres méthodes – est tout à fait appropriée à un diagnostic universel dans le travail social.

27Pour commencer, j’aimerais examiner ce que doit apporter le diagnostic en travail social. En tout premier lieu, il doit se consacrer au problème d’un usager et constater en quoi il consiste exactement, comment il est apparu et de quelle manière il a cherché à y remédier jusqu’ici. Il doit évaluer la gravité du problème et émettre un pronostic sur son évolution sans le recours à une aide professionnelle. Dans le diagnostic, tout cela constitue la partie reconstructive du cas. Mais il doit aussi s’inscrire dans une logique subsumante, car le problème doit être rapporté à des savoirs et à des catégories juridiques déjà connus. L’indication, donc la formulation et le développement de mesures d’aide, peut aussi être considérée comme une partie du diagnostic.

  • 13 Pour simplifier notre propos, nous parlons d’un usager isolé. Evidemment, un couple, une famille en (...)
  • 14 Il y a là aussi une différence essentielle entre le diagnostic dans une logique de subsomption et l (...)

28Dans ce genre d’enquêtes, différents niveaux et aspects jouent un rôle. La première place revient au point de vue subjectif de l’usager sur son problème13 et son origine, ainsi que sur ses tentatives pour le résoudre. Un problème n’est jamais abstrait, dissociable d’un usager, mais toujours celui qu’il rencontre, lui, dans sa singularité14. Si, selon des critères objectifs, une situation problématique identique était avérée pour deux personnes, la vision subjective et la dynamique pour y remédier ne seraient très probablement pas semblables dans les deux cas. Dès lors, comment l’usager évalue-t-il sa situation ? Quelle est son explication sur l’origine de la situation problématique ? Comment considère-t-il sa manière de la gérer ? Quels sont ses plans et quelles attentes d’aide y associe-t-il ? Tout cela est constitutif de la problématique comme de l’aide et doit par conséquent être précisé dans un entretien d’anamnèse. Mais ce n’est pas terminé pour autant. Pour comprendre précisément la situation de l’usager, il faut aussi examiner s’il y a des facteurs ou des circonstances qui déterminent son problème sans qu’il en ait fait état. Il ne faut pas a priori partir de l’idée que les usagères et usagers ont une connaissance suffisante de tous ces facteurs et peuvent saisir leur signification, notamment s’ils sont d’ordre juridique. Le comportement de l’usager envers ces facteurs importants pour la situation problématique doit en outre être clarifié avec une grande précision. L’usager n’est pas tenu de percevoir intégralement son schéma usuel d’action et de décision et il est probable qu’elle n’en évalue qu’imparfaitement le sens ou la signification eu égard aux conséquences qu’il peut entraîner. C’est pourquoi le diagnostic doit reconstruire ce modèle avec des moyens appropriés. Cette reconstruction n’est alors pas simplement une interprétation arbitraire du praticien du diagnostic, qui, au gré d’influences quelconques, ordonne et par hasard interprète les données disponibles autrement que l’usager. L’interprétation doit être obtenue méthodiquement et, en principe, doit pouvoir être vérifiable et reproductible par quiconque maîtrise la méthode et dispose du dossier du cas. Si l’interprétation n’a pas été liée à une méthode mais seulement à une subjectivité, peu importe que ce soit celle de l’usager ou celle de la personne qui a posé le diagnostic ; et pour peu qu’elle en tire sa valeur, celle-ci ne serait pas vérifiable car la seule personne habilitée à valider cette interprétation est en même temps sa productrice. Le diagnostic doit donc recourir à une méthode qui parvienne aux résultats escomptés sur la base de critères objectifs, c’est-à-dire vérifiables indépendamment d’interprétations subjectives. Cette objectivité ne peut toutefois être assurée et obtenue par un output diagnostique construit à partir des données sur le cas sur le mode d’un algorithme, toujours le même si les données antérieures sont semblables. Cela voudrait dire que les données d’un cas doivent toujours être interprétées à la lumière de modèles d’explication préexistants, c’est-à-dire examiner la configuration du cas en fonction de sa similitude avec des modèles déjà connus. De cette manière, on pourrait peut-être typifier des biographies professionnelles individuelles, des carrières de pauvreté et des cheminements vers la délinquance et on aurait aussi à portée de main des explications théoriques sur l’apparition de ce type d’évolutions. Avec une telle logique subsumante, le cas n’aurait cependant été expliqué qu’en termes généraux, mais pas dans sa spécificité, pas dans sa constellation individuelle de crise. Il aurait certes pu être statistiquement classé, mais alors en occultant systématiquement ce qui fait qu’il est tel qu’il est en tant que tel, singulier et individuel, un cas qui ne peut être entièrement réduit au général puisqu’il ne peut qu’être identique à lui-même. Si l’objectivité ne peut être garantie par la comparaison des données avec des savoirs standardisés, il ne reste que la voie consistant à examiner le cas à l’aide des règles impliquées dans son émergence et qui lui confèrent sa signification. Les divergences d’interprétation peuvent ensuite être éclaircies par l’explication de ces règles ou par des évaluations intuitives de leur pertinence. De cette manière, on parvient à des interprétations objectives de données sur un cas ; objectives parce qu’intersubjectivement vérifiables et fondées sur des règles. Pour ne pas en rester à l’interprétation d’éléments isolés, le diagnostic a encore besoin d’un modèle ou d’une procédure permettant d’établir des rapports entre les interprétations. A ce stade, se soumettre à un modèle théorique serait à nouveau une erreur. Il faut un modèle ou une procédure qui soit en mesure de mettre au jour la logique singulière de la structuration interne du cas. Ce ne peut être la procédure qui connaît déjà le résultat, mais quelque chose qui avance et recule dans le flot des événements biographiques jusqu’à comprendre ce qui s’est passé pour aboutir à la situation présente.

Conclusion : Quelle procédure diagnostique et comment la mettre en œuvre ?

29A mon avis, l’herméneutique objective est le mieux à même de satisfaire aux exigences du diagnostic en matière de reconstructions de cas. Je ne connais pas d’autre méthode qui ait élaboré une procédure aussi aboutie pour dégager un sens objectif guidé par des règles et vérifiable, une procédure qui permette de clarifier les divergences suivant la logique des meilleurs arguments et non en se pliant à l’autorité ou à la décision de la majorité. D’autres méthodes connues de reconstruction de cas (ainsi Uhlendorff 1997 pour le diagnostic socio-pédagogique herméneutique ; Gerspach, 2004 et Ader, 2004 pour le diagnostic psychanalytique, et par exemple Völzke, 1997 pour le diagnostic biographique analytique) tentent d’accéder à la subjectivité des usagers à travers les ressentis, les intuitions ou les associations des diagnostiqueurs. Mais, compte tenu des difficultés à rassembler les résultats dans un concept, ces méthodes recourent parfois prématurément à la subsomption. Cela s’accomplit évidemment en suivant des procédures souvent extrêmement exigeantes et pointues. Si l’on regarde toutefois comment les significations sont extraites du matériel, soit l’énigme reste entière, soit elles relèvent de la subjectivité des diagnostiqueurs, soit on opère selon une logique subsumante en s’appuyant sur des théories et des grilles de classification. Dans la pratique, de fait, on aboutit à des conclusions et à des reconstructions de significations qui se fondent sur des règles génératrices de significations, par exemple quand on fait appel à la grammaire pour éclairer le passage d’une interview. Ces reconstructions de significations ne sont cependant pas insérées dans une procédure systématique, elles éclosent plus ou moins fortuitement, et les méthodes pour y parvenir manquent aussi d’une base méthodologique pour juger du niveau de signification, sur laquelle elles pourraient s’appuyer par la suite.

  • 15 Deux organisations d’aide à la jeunesse de Rhénanie-du-Nord-Westphalie établissent leurs diagnostic (...)
  • 16 Cf. par ex. Jöbgen, 2008 ; Höpfner et Jöbgen, 2004a, 2004b, 1999 ; Höpfner, Jöbgen et Becker, 1999  (...)

30Les avantages qu’offre l’herméneutique objective sont connus depuis longtemps. Quelques expériences pratiques existent15 et, du coup, aussi des arguments en faveur de son introduction à titre exclusif ou en lien avec d’autres méthodes, notamment l’analyse narrative de Schütz pour le diagnostic16. Oevermann a lui-même analysé de nombreux cas issus du travail social dans ses cours et dans des sessions de formation continue. Il a aussi présenté et argumenté exhaustivement les possibilités d’utilisation de l’herméneutique objective dans le cadre plus large d’une sociologie clinique (Oevermann, 2000a ; 2002). Les résultats pour le diagnostic sont les suivants :

  1. L’herméneutique objective présente une affinité avec les opérations naturelles de compréhension dans la pratique professionnelle. Elle apporte un fondement théorique au raccourci que représente la compréhension intuitive des cas dans la pratique par rapport à l’herméneutique objective et offre une méthode permettant de vérifier et de légitimer les interprétations intuitives.

  2. En vertu de ces constatations, l’acquisition de la méthode est profitable au praticien, qu’il l’utilise ou non dans sa pratique quotidienne, ou seulement rarement. Il peut fonder ses interprétations sur des utilisations succinctes de cette méthode et, s’il doute, les vérifier. Fort de sa formation à cette méthode, son approche compréhensive des cas et son regard clinique seront exercés et assurés.

  3. L’herméneutique objective n’est pas recommandée pour les cas de routine en raison du temps qu’elle nécessite, mais seulement pour les cas difficiles avec de grandes exigences de diagnostic ou lorsqu’il subsiste des doutes sur un diagnostic.

  4. Pour la supervision, l’herméneutique objective peut servir de temps à autre à vérifier les routines d’interprétation succinctes des cas qui se sont incrustées et, le cas échéant, les corriger (cf. Oevermann, U. 2002).

31L’herméneutique objective présente ainsi de très grands avantages pour le diagnostic en travail social. Comme souvent mentionné plus haut, la pratique diagnostique y manque encore de méthode. L’intuition et l’expérience y jouent un grand rôle. Elle n’est de ce fait pas mauvaise ; comme Oevermann (2002) le souligne, l’expérience peut aussi former le regard clinique naturellement. La compréhension intuitive des cas manque toutefois cruellement de justification méthodologique, de base idéal-typique plus systématique ainsi que de renommée. L’herméneutique objective propose une méthode permettant d’éclaircir les divergences et de résorber les doutes selon la logique du meilleur argument et non par consensus ou acte d’autorité. Le praticien formé à la méthode n’en est pas l’esclave, mais peut décider lui-même, en fonction des exigences du cas, quand il recourt à une analyse approfondie mais chronophage, et quand ses routines abrégées suffisent. Dans de nombreux cas, un regard clinique (exercé, évidemment) sur des données soigneusement recueillies est suffisant. Un analyste séquentiel bien formé en herméneutique objective est en mesure de tirer des conclusions à partir de détails qu’un praticien non initié à cette discipline ignorerait facilement. Il a l’habitude de raisonner selon une logique d’ébauches d’hypothèses ou de lectures et d’envisager de nombreuses possibilités. S’il combine expérience professionnelle, ou expérience de cas, avec une capacité d’analyse méthodique, le praticien dispose d’un regard clinique lui permettant de saisir rapidement, intuitivement et correctement les relations et les causes. Pour le regard clinique, le soin apporté à la réalisation de l’anamnèse revêt une grande importance. Dans de nombreux cas, il est plus important que de parvenir à un diagnostic. A ce propos, il convient de mentionner que l’herméneutique objective n’émet aucune restriction en matière de matériel analysable, sinon qu’il doit exister comme protocole de la manière d’agir d’une Lebenspraxis et figurer soit sous forme écrite, soit être textualisé, donc décrit, sur la base de son caractère symbolique. Bien que la nature du matériel à disposition ne soit pas du tout anodine en termes de temps et de rendement, de premières évaluations peuvent également être réalisées à partir d’un très mauvais matériel. Cela se produit souvent dans le travail social, par exemple lorsqu’il faut évaluer le bien-être d’un enfant après un signalement, ce qui ne pourrait être atteint par d’autres moyens. Pour les cas très complexes et présentant de ce fait des exigences de diagnostic particulières, on peut – dans la mesure où on ne dispose pas de temps et/ou de compétence appropriée – déléguer cette tâche à des experts spécialisés, comme pour un bilan médical.

32Dans une pratique en permanence sous la pression du temps et de la nécessité d’agir, contrainte par conséquent de recourir à des procédures abrégées, des erreurs sont susceptibles de s’immiscer sur la durée. Il est donc recommandé de vérifier ses routines abrégées, soit régulièrement, soit en fonction des circonstances. C’est à cela que servent l’intervision entre collègues et la supervision de cas. Dans les deux configurations, l’herméneutique objective est un moyen très efficace pour vérifier la procédure et les résultats du diagnostic. De la sorte, l’intervision ou la supervision de cas ne dépend plus exclusivement du soutien offert par le regard clinique des collègues, ce qui procure évidemment une aide considérable, mais offre en plus une procédure très puissante de vérification et de correction des incohérences du regard clinique.

Bibliographie

Ader, S. (2004) Strukturiertes kollegiales Fallverstehen als Verfahren sozialpädagogischer Analyse und Deutung. In M. Heiner (Hrsg.), Diagnostik und Diagnosen in der Sozialen Arbeit, (S. 317-331). Berlin : Lambertus.

Becker-Lenz, R. (2004). Eigeninteresse und Gemeinwohlbindung im Freiwilligen Sozialen Jahr. Adoleszenzkrisenbewältigung und sittliche Vergemeinschaftung als Motivation von Freiwilligen. Bern : Peter Lang.

Becker-Lenz, R. & Lüscher, D. (2012). Der Nutzen objektiv-hermeneutischer Diagnostik in der Sozialen Arbeit. neue Praxis, 5, 475-492.

Becker-Lenz, R. & Müller, S. (2009a). Der professionelle Habitus in der Sozialen Arbeit. Grundlagen eines Professionsideals. Bern : Peter Lang.

Becker-Lenz, R. & Müller, S. (2009b). Die Rekonstruktion von Transformationen ethischer Richtlinien der Sozialen Arbeit in der Schweiz. Sozialer Sinn. 2, 317-344.

Behrend, O. & Wienke, I. (2001). Zum Konzept der klinischen Soziologie als Basis einer fallorientierten Beratung. Exemplarische Explikation anhand eines Projekts bei einer Personalberatung. In N. Degele, T. Münch, J. Pongratz, & N.J. Saam (Hrsg.), Soziologische Beratungsforschung. Perspektiven für Theorie und Praxis der Organisationsberatung, (S. 177-198). Opladen : Springer.

Bohler, K. F. (2011). Das Fallverstehen als methodische Grundlage der sozialpädagogischen Diagnostik. Zeitschrift für Sozialpädagogik, 1, (S. 5-28).

Bommes, M. & Scherr, A. (1996). Soziale Arbeit als Exklusionsvermeidung, Inklusionsvermittlung und/oder Exklusionsverwaltung. neue Praxis, 2, 107-122.

Dollinger, B. (2011). Sozialpädagogische Diagnostik als Kunst des Spurenlesens. Zeitschrift für Sozialpädagogik, 1, 29-49.

Fischer, W. & Goblirsch, M. (2004). Narrativ-biographische Diagnostik in der Jugendhilfe. Fallrekonstruktionen im Spannungsfeld von wissenschaftlicher Analyse und professioneller Handlungspraxis. In M. Heiner (Hrsg.), Diagnostik und Diagnosen in der Sozialen Arbeit. Ein Handbuch, (S. 127-140). Berlin : Lambertus.

Gerspach, M. (2004). Sozialpädagogische Diagnosen aus Sicht der Psychoanalytischen Pädagogik. In F.-J. Krumenacker (Hrsg.), Sozialpädagogische Diagnosen in der Praxis. Erfahrungen und Perspektiven (S. 39-62). Weinheim/München : Beltz Juventa.

Haupert, B. (1997). Die Fallrekonstruktionsmethode als Grundlage der Professionalisierung Sozialer Arbeit. Forum Soziale Arbeit, 2, 7-44.

Hochuli Freund, U. & Stotz, W. (2011). Kooperative Prozessgestaltung in der Sozialen Arbeit. Ein methodenintegratives Lehrbuch. Stuttgart : Kohlhammer.

Höpfner, N. & Jöbgen, M. (1999). Fallverstehen statt Falschverstehen.

Sozial Extra, 1, 4-8.

Höpfner, N. & Jöbgen, M. (2004a). Die Rückgewinnung des Analytischen : Pädagogische Diagnostik als Ausweg aus der Intuitionspädagogik. In F.-J. Krumenacker (Hrsg.), Sozialpädagogische Diagnosen in der Praxis. Erfahrungen und Perspektiven, (S. 77-90). Weinheim/München : Beltz Juventa.

Höpfner, N. & Jöbgen, M. (2004b). Diagnostik in der Jugendhilfe. Szenen einer schwierigen Ehe. unsere jugend, 2, 71-83.

Höpfner, N., Jöbgen, M. & Becker, R. (1999). Zur Methodisierbarkeit von Hilfen oder : Braucht die Soziale Arbeit Diagnosen. In F. Peters (Hrsg.), Diagnosen – Gutachten – hermeneutisches Fallverstehen. Rekonstruktive Verfahren zur Qualifizierung individueller Hilfeplanung (S. 197-226). Frankfurt am Main : Internationale Ges. f. erzieherische Hilfen.

Jöbgen, M. (2008). Die pädagogische Diagnostik. Ein rekonstruktionslogisches Verfahren zur Diagnose und Indikationsstellung in der Jugendhilfe. Saarbrücken : Dr. Müller E.K.

Kraimer, K. (1998). Sozialpädagogisches Fallverstehen, Forschungswerkstatt, professionelles Handeln. Archiv für Wissenschaft und Praxis der sozialen Arbeit, 3, 170-189.

Lévi-Strauss, C. (1993 [1949]) Die elementaren Strukturen der Verwandtschaft. Frankfurt am Main : Suhrkamp

Lüssi, P. (2008). Systemische Sozialarbeit. Praktisches Lehrbuch der Sozialberatung. Bern : Haupt.

Müller-Hermann, S. (2012). Berufswahl und Bewährung. Fallrekonstruktionen zu den Motivlagen von Studierenden der Sozialen Arbeit. Wiesbaden : Springer.

Müller, S. & Becker-Lenz, R. (2011). Professionalität in der sozialpädagogischen Betreuung von Behinderten. Szenen aus dem Wohngruppenalltag. In R. Becker-Lenz, S. Busse, G. Ehlert & S. Müller (Hrsg.), Professionelles Handeln in der Sozialen Arbeit. Materialanalysen und kritische Kommentare, (S. 84-106). Wiesbaden : VS Verlag.

Nölke, E. (1999). Biographieanalyse als hermeneutische Rekonstruktionsverfahren und ihre Bedeutung für die Kinder und Jugend-hilfe. In F. Peters (Hrsg.), Diagnosen -Gutachten -hermeneutisches Fallverstehen. Rekonstruktive Verfahren zur Qualifizierung individueller Hilfeplanung, (S. 166-196). Regensburg : Internationale Ges. f. erzieherische Hilfen.

Obrecht, W. (2005). Ontologischer, sozialwissenschaftlicher und sozialarbeitswissenschaftlicher Systemismus – Ein integratives Paradigma der Sozialen Arbeit. In H. Hollstein-Brinkmann & S. Staub-Bernasconi (Hrsg.), Systemtheorien im Vergleich, (S. 93-172). Wiesbaden : Springer.

Oevermann, U. (1986). Kontroversen über sinnverstehende Soziologie. Einige wiederkehrende Probleme und Missverständnisse in der Rezeption der « objektiven Hermeneutik » . In S. Aufenanger & M. Lenssen (Hrsg.), Handlung und Sinnstruktur, (S. 19-83). München : Kindt.

Oevermann, U. (1991). Genetischer Strukturalismus und das sozialwissenschaftliche Problem der Erklärung der Entstehung des Neuen. In S. Müller-Doohm (Hrsg.), Jenseits der Utopie, (S. 267-338). Frankfurt a. M. : Suhrkamp.

Oevermann, U. (1993). Die objektive Hermeneutik als unverzichtbare methodologische Grundlage für die Analyse von Subjektivität. Zugleich eine Kritik der Tiefenhermeneutik. In T. Jung & S. Müller-Doohm (Hrsg.), Wirklichkeit im Deutungsprozeß, (S. 106-189). Frankfurt a. M : Suhrkamp.

Oevermann, U. (1996). Theoretische Skizze einer revidierten Theorie professionalisierten Handelns. In A. Combe & W. Helsper (Hrsg.), Pädagogische Professionalität. Untersuchungen zum Typus pädagogischen Handelns, (S. 70-182). Frankfurt a. M. : Suhrkamp

Oevermann, U. (2000a). Die Methode der Fallrekonstruktion in der Grundlagenforschung sowie der klinischen und pädagogischen Praxis. In K. Kraimer (Hrsg.), Die Fallrekonstruktion. Sinnverstehen in der sozialwissenschaftlichen Forschung, (S. 58-156). Frankfurt a. M : Suhrkamp.

Oevermann, U. (2000b). Die Bewährungsdynamik des modernen Subjekts als Triebfeder des Spannungsverhältnisses von Gemeinwohlbindung und Eigeninteresse-Rationalität in der Entfaltung der Krise der Arbeitsgesellschaft, unveröffentlichtes Vortragsmanuskript.

Oevermann, U. (2002). Klinische Soziologie auf der Basis der Methodologie der objektiven Hermeneutik – Manifest der objektiv hermeneutischen Sozialforschung. http://www.ihsk.de/publikationen.htm

Oevermann, U., Allert, T., Konau, E., & Krambeck, J. (1979). Die Methodologie einer « objektiven Hermeneutik » und ihre allgemeine forschungslogische Bedeutung für die Sozialwissenschaften. In H.-G. Soeffner (Hrsg.), Interpretative Verfahren in den Sozial und Textwissenschaften, (S. 352-424). Stuttgart : Metzler.

Staub-Bernasconi, S. (2007). Soziale Arbeit als Handlungswissenschaft. Bern : Haupt.

Staub-Bernasconi, S. (2012). Der « transformative Dreischritt » als Vorschlag zur Überwindung der Dichotomie von wissenschaftlicher Disziplin und praktischer Profession. In R. Becker-Lenz, S. Busse, G. Ehlert, S. Müller-Hermann (Hrsg.), Professionalität Sozialer Arbeit und Hochschule. Wissen, Kompetenz, Habitus und Identität im Studium Sozialer Arbeit, (S. 163-186). Wiesbaden : Springer.

Sutter, H. (1997). Bildungsprozesse des Subjekts. Eine Rekonstruktion von Ulrich Oevermanns Theorie-und Forschungsprogramm. Opladen : Springer.

Uhlendorff, U. (1997). Sozialpädagogische Diagnosen III. Ein sozialpädagogisch-hermeneutisches Diagnoseverfahren für die Hilfeplanung. München : Beltz Juventa.

Völzke, R. (1997). Biographisches Erzählen im beruflichen Alltag. Das sozialpädagogische Konzept der biographisch-narrativen Gesprächsführung. In von H.-J. Wensierski & G. Jakob, (Hrsg.), Rekonstruktive Sozialpädagogik, Konzepte und Methoden sozialpädagogischen Verstehens in Forschung und Praxis, (S. 271-286). Weinheim/München : Juventa.

Von Spiegel, H. (2004). Methodisches Handeln in der Sozialen Arbeit. Grundlagen und Arbeitshilfen für die Praxis. München : Reinhardt.

Wagner, H.-J. (2001). Objektive Hermeneutik und Bildung des Subjekts. Weilerswist : Velbrueck GmbH

Würstl, H. (2004). Analyse eines Erpresserschreibens. Schriftenreihe der Thüringer Fachhochschule für öffentliche Verwaltung. Fachbereich Polizei. Frankfurt am Main : Verlag für Polizei Wissenschaft.

Notes

1 En septembre 2011, un colloque à ce propos a eu lieu à Francfort-sur-le-Main, dont les contributions seront publiées par l’Institut pour la recherche herméneutique en sciences sociales et en sciences de la culture de Francfort (Institut für Hermeneutische Sozial-und Kulturforschung in Frankfurt am Main) dans un ouvrage à paraître. Voir http://ihsk.de/tagung/

2 Cf. pour ce qui suit les fondements méthodologiques de l’herméneutique objective dans Oevermann, U. et al. (1979) ; Oevermann, U. (1991 ; 1993 ; 2000a).

3 Le terme de Fallstrukturgesetzlichkeit n’a pas encore d’équivalent en français. Il représente les régularités inhérentes aux structures de cas. (NdT).

4 Par le concept de Lebenspraxis (au pluriel Lebenspraxen), U. Oevermann désigne l’ensemble des pratiques sociales usuelles d’un individu ou d’un groupe confronté à la nécessité d’agir et de prendre des décisions. (NdT).

5 Le terme « signification » est ici largement synonyme de « sens ». La seule différence réside dans le fait que le concept de sens met l’accent sur la signification fonctionnelle d’une action par rapport à une structure de cas ou sur la logique de fonctionnement d’un cas considéré comme un tout. Le concept de « signification » renvoie bien davantage aux possibilités de connexion ouvertes par des actions pour d’autres à venir, cela sans qu’il y ait déjà un lien avec la logique de fonctionnement ou la raison d’être d’une chaîne d’actions plus longue.

6 Oevermann utilise les deux termes comme synonymes dans de nombreux textes. Dans des écrits plus récents (Sutter, 1997, p. 149), Oevermann n’emploie le concept de « structure de signification » objective qu’à propos d’expressions isolées et celui de « structure de sens latente » qu’en relation avec la signification de séquences plus longues.

7 La comparaison est toutefois boiteuse, car il y a aussi quelques autres différences entre les Fallstrukturgesetzlichkeiten et les lois naturelles. Celles-ci valent pour la nature en son entier, tandis que les premières n’ont cours que pour des Lebenspraxen précises. Les Fallstrukturgesetzlichkeiten représentent le sens social, les lois naturelles représentent des relations de cause à effet non sociales.

8 Entre-temps, d’autres méthodes pratiquent l’analyse séquentielle. Il faut cependant souligner que cela ne correspond pas toujours à l’analyse de l’herméneutique objective. En outre, Oevermann et ses collaborateurs (1979) sont les premiers à avoir développé les principes de base d’un tel procédé.

9 Pour simplifier je pars de l’idée que le texte adopte la forme orale. Mais il est tout aussi possible que la première séquence d’un extrait soit tirée d’un tableau dont la signification est interprétée.

10 Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer, pour le diagnostic, à des modèles d’interprétation et à des connaissances tirées de l’expérience. Je considère au contraire ce recours comme absolument nécessaire, d’une part parce qu’il doit être souvent écourté face à l’exigence d’explicitation de la procédure scientifique et d’autre part parce que la connaissance scientifique ou le savoir généré par des procédés scientifiques n’est pas du tout suffi pour interpréter chaque cas. Il arrive parfois que des contenus scientifiques nécessaires à l’éclairage de la problématique du cas fassent tout simplement défaut ou que les données disponibles soient insuffisantes pour produire des connaissances sur le cas.

11 Une collègue de ma Haute école a publié récemment une étude portant sur des questions similaires (Müller-Hermann, S. 2012). Ce travail traite de la motivation à entreprendre des études en travail social.

12 Ce passage a été publié sous une forme très proche dans le nº 5/2012 de la revue neue Praxis dans le cadre d’un article sur le diagnostic en travail social (cf. Becker-Lenz et Lüscher, 2012). Je remercie les éditeurs de m’avoir autorisé à reproduire des extraits de ce texte dans la présente contribution.

13 Pour simplifier notre propos, nous parlons d’un usager isolé. Evidemment, un couple, une famille entière ou un groupe peut aussi être un usager. Pour la même raison, nous faisons ici abstraction du fait que d’autres personnes impliquées dans la situation peuvent aussi fournir des données et des interprétations de la problématique.

14 Il y a là aussi une différence essentielle entre le diagnostic dans une logique de subsomption et la compréhension du cas dans une logique reconstructive. Le diagnostic fondé sur une classification tente d’identifier le problème à la lumière de types de problèmes connus. Ainsi, le problème fait abstraction de la personne de l’usager. La reconstruction de cas reconstruit une structure de cas qui est une forme d’expression de la gestion de son problème par un client.

15 Deux organisations d’aide à la jeunesse de Rhénanie-du-Nord-Westphalie établissent leurs diagnostics en appliquant l’herméneutique objective.

16 Cf. par ex. Jöbgen, 2008 ; Höpfner et Jöbgen, 2004a, 2004b, 1999 ; Höpfner, Jöbgen et Becker, 1999 ; Nölke, 1999 ; Kraimer, 1998, 2007 ; Haupert, 1997 ; Fischer et Goblirsch, 2004 ; Bohler, 2011.

Auteur

Roland Becker-Lenz, docteur en Sociologie, est professeur à la Haute de travail social de la Fachhochschule Nordwestschweiz (FHNW). Ses champs de recherche sont la sociologie des professions, des organisations et de la connaissance.
roland.becker@fhnw.ch

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search