Version classiqueVersion mobile

Langage et savoir-faire

 | 
Kim Stroumza
, 
Heinz Messmer

L’expérience du discours : comment et pourquoi y accrocher son attention ?

Antoine Auchlin

Texte intégral

Introduction

1Cet article présente quelques éléments d’une « approche expérientielle du discours », qui appréhende et définit le discours en tant qu’« expérience » (Erlebniss), incarnée (embodied), sensori-motrice, et temporalisée, et non pas comme « chose », figée, statique, extérieure à la personne qui parle ou écoute. Ce déplacement est nécessaire pour saisir et décrire les aspects « qualitatifs » par lesquels les discours peuvent nous importer ou non (qu’un discours nous marque, nous frappe ; ce qui fait qu’on est satisfait, ou non, de ce qu’on a dit, ou pas dit), l’ensemble des éprouvés associés à l’usage du langage, formant sa base motivationnelle et affective ; mais aussi les constructions complexes qui s’élaborent dans l’expérience langagière (tels les effets d’éthos, les « blends expérientiels », la « cacophonie » ; etc.), et celles liées à son déploiement temporel (rythme, tempo, et leurs variations), vecteurs, notamment, de la synchronisation interactionnelle.

2Ce donné expérientiel est subjectif, personnel, et donc relatif à qui l’« observe », c’est-à-dire le « constitue », le fabrique. C’est un donné en « je ». Il n’est pas pour autant « in-étudiable » : d’une part il « émerge » dans des conditions le plus souvent dialogales et interactionnelles, et se « stabilise » dans ces conditions, de façon non strictement privée ou solipsiste. D’autre part la constitution d’un savoir à ce sujet est soumise au regard des pairs, les personnes avec lesquelles on « fait science » (Stengers), qui le commentent, le critiquent, le font avancer, ou lui barrent la route. Enfin, le propos n’est pas de s’intéresser au détail biographique singulier de cet espace subjectif mais bien à ses dimensions générales, ses principes, son fonctionnement – d’où la notion de compétence discursive.

3Pour étudier un tel donné, l’approche présentée se réclame, aux plans épistémologique et méthodologique, du « mythe expérientialiste » (Lakoff et Johnson, 1980), de la cognition incarnée (Rohrer, 2007) et de l’énaction (Varela et al., 1993). Son objet d’étude (au sens saussurien de « construit théorique ») est la « compétence discursive », définie comme aptitude à élaborer de l’expérience avec des séquences langagières. J’examine quelques propriétés de cette expérience langagière, à travers la notion de « blend expérientiel », processus général d’intégration d’éléments verbaux et perceptifs, dont certaines constructions verbales donnent des illustrations remarquables.

4Interroger, en « je » et au présent, l’expérience du discours amène à se pencher sur l’une des dimensions les plus nécessaires, mais peut-être aussi la plus transparente, de cette expérience, celle de l’appréhension et la définition de soi comme parlant, dans le fait de parler, de dire quelque chose à quelqu’un. Je discute à cet effet la question du retour proprioceptif langagier, ce par quoi, et comment, je sais que je suis bien celui qui dit ce qu’il dit. Cette expérience de la création et la détermination de « je », et corrélativement du « tu » à qui l’on s’adresse, à chaque instant de parole, peut être vue comme l’un des processus d’intégration expérientielle les plus fondamentaux du discours.

5Bien que ne portant pas directement sur des pratiques du travail social et de la santé, cet article s’intéresse à des phénomènes au cœur de ces pratiques : empathie, résonnance, qualité de présence, mot juste ou heureux, etc. Il le fait en explicitant comment et pourquoi accorder son attention à la dimension qualitative et expérientielle du langage à laquelle le discours donne accès.

1. Cartographie de la problématique

Cadre

6L’approche du discours que je développe a son origine dans un constat que je dressais dès les années 1990, qui se résume ainsi : les sciences du langage qui se consacrent à l’étude de son usage – analyse du discours, des interactions et pragmatique linguistique – en proposent une vision trop étroite pour rendre compte des connexions vitales qui lient langage et existence.

  • 1 J.-F. Billetter (2012, pp. 116-117) dénonce ces mêmes effets de vue partielle qu’entraîne la spécia (...)

7Cette vision est trop étroite notamment parce qu’elle est partielle, fragmentée, parcellisée par la division du champ et du travail en disciplines et sous-disciplines. Cette parcellisation est véhiculée, et reproduite docilement par les chercheurs eux-mêmes, autant dans un but légitime de précision descriptive, que par nécessité de co-optation par les pairs. Mais elle entraîne la perte d’une vision générale, embrassant la « langagièreté » dans son ensemble, dans le cadre de notre condition humaine1.

8La séparation, largement dominante, des domaines de l’interprétation de la parole et de sa production, des rôles et activités d’auditeur/lecteur ou de locuteur/scripteur en est une des conséquences importantes. Certes, toutes les disciplines n’accréditent pas cette séparation. Le courant de recherche interactionniste, depuis les travaux fondateurs de Sacks, Schegloff et Jefferson (1974), se construit au contraire sur leur couplage constitutif.

9Au demeurant, la quantité immense de travaux et publications produits dans ce domaine n’en pèche pas moins par le travers de parcellisation. La stratégie commune est d’isoler tel ou tel micro-phénomène, afin d’en étudier précisément l’impact et la contribution à ce qui, dans les interactions, intéresse les interactionnistes, à savoir les processus de synchronisation des sujets en interaction, et la manière dont ceux-ci les activent et les maintiennent : verbalement, prosodiquement, vocalement, tout autant que visuellement, gestuellement, tactilement, spatialement, avec les mimiques, les gestes, les déplacements (Mondada, 2008, i.a.). Ici, la scène attribuée aux sujets en interaction est bien la scène de leur expérience globale, celle qui intéresse mon travail. Mais la mise à contribution de l’expérience des sujets observés me semble affaiblie d’une part parce qu’elle est observée (fictivement) de l’extérieur, d’un point de vue panoramique, par quelqu’un qui voit tout sans être là – l’« œil de Dieu » (Núñez, 1995, et d’autre part. parce que, de ce point de vue, elle est réduite à ce qui est facilement vérifiable les séquences d’événements dans le temps – mais pas la « nature » des événements dans l’expérience des participants.

  • 2 Cette généralisation, sans doute un peu abusive, désigne une tendance générale, qui n’est thématisé (...)
  • 3 Il y a des pré-conditions à l’étude de tout fait discursif : parler la langue ou le dialecte dans l (...)

10Cette question d’ordre épistémologique (ou idéologique) concerne la manière dont interactionnistes, pragmaticiens, analystes du discours2 conçoivent l’« objectivité ». Celle-ci a des effets sur le choix et la validation du point de vue, et la détermination des observables (i.e. ce à quoi on s’intéresse, matière et objet de la recherche). On peut reprendre la tripartition de Lakoff et Johnson (1980) entre « mythes objectiviste, subjectiviste, expérientialiste ». Les courants dominants en sciences du langage adhèrent au mythe objectiviste. Dans ce mythe, les « faits » observés sont supposés indépendants de l’observateur, qui est extérieur à ce qu’il observe (pour demeurer « objectif »). Cela permet aux « faits » de rester les mêmes, « indépendants de l’observateur3. »

  • 4 Cela revient en gros à considérer l’œuvre de Proust en termes de nombre de caractères typographique (...)

11Mais s’en tenir aux seuls « faits » ainsi attestables conduit à une limitation drastique de leur nature, et de leur intérêt – c’est une objection fondamentale4. Le mythe expérientialiste se distingue tout autant du mythe subjectiviste, de tout relativisme individuel radical, qui conduit à un solipsisme subjectif comparable au solipsisme objectif, sauf pour leurs motifs : le solipsiste subjectif l’est parce qu’il se pense incommensurable, radicalement différent, le solipsiste objectif parce qu’il se pense auto-suffisant.

Proposition

12Ma proposition, qui relève du « mythe expérientialiste », pose que le « discours » ne doit pas être conçu comme une chose, un « produit (d’interactions verbales) » (Roulet 1999 i.a.), inerte, permanent, et indépendant de l’observateur, mais sous la forme sous laquelle il se présente, et dans le temps même où il se présente, le « maintenant » de son occurrence.

13Une métaphore décrit cette distinction : un disque vinyle 30 cm, est-ce de la musique ? De même, un livre fermé, est-ce du discours ? Pour répondre, il faut un tourne-disque qui permette de « jouer » et d’écouter le disque – c’est peut-être un discours enregistré. Il faut ouvrir le livre, et en parcourir quelques lignes pour faire l’expérience de ce qu’il propose. Le disque, comme le livre, sont des « protocoles pour des expériences possibles ». Le protocole détermine certains aspects de l’expérience – c’est de la « musique, de la parole, des chants d’oiseaux, » etc. – mais ne donne pas accès à l’expérience même, musique ou discours, processus cognitif, intra-individuel, subjectif, « incarné (embodied) », à différents niveaux, sensori-moteur et conceptuel, pour le discours. La musique est dans l’écoute, dans le temps, le discours est dans l’expérience, temporalisée, de lire, d’écrire, d’écouter ou parler.

  • 5 Cette condition est aussi celle d’où tout analyste du discours ou spécialiste de pragmatique lingui (...)

14Par « expérience du discours » je désigne la condition naturelle de toute parole5. Pour quiconque parle, converse, écrit ou lit, il s’agit d’une réalité très immédiate : l’expérience du discours, c’est tout ce qui se passe pour moi dans le décours des événements de parole, qu’ils soient écrits ou oraux, directement ou indirectement insérés dans des interactions, que je sois locuteur (« je »), interlocuteur (« tu »), ou témoin extérieur. Il ne s’agit pas du savoir-faire langagier remarquable des grands écrivains ou des orateurs « éloquents » : leur « savoir-faire », ou leur talent, n’est qu’une particularisation, qualitative, de l’expérience verbale au sens où je l’entends.

15La problématique de l’expérience du discours a d’abord sa place et sa pertinence dans le champ spécialisé de l’analyse pragmatique du discours. Les hypothèses sur lesquelles elle repose (cognition incarnée, expérientialisme épistémologique) ou qu’elle pose pour définir son objet (la compétence discursive ; l’intégration expérientielle ; la communication comme co-expérienciation) concernent l’analyse du discours, et la pragmatique, comme disciplines scientifiques centrées sur la description de l’usage du langage. Néanmoins, mon propos est d’inscrire cette étude à l’articulation des sciences cognitives, de la psychologie, de la micro-sociologie, pour esquisser les contours d’une théorie du discours sensible aux propriétés du langage qui concernent tout parlant, et particulièrement toute personne amenée à porter un regard réflexif sur son activité langagière, notamment si la parole constitue une médiation essentielle à l’exercice de sa profession. C’est sans doute le cas de la grande majorité des travailleuses et travailleurs dans le champ social, en exercice, en formation, en observation.

Mise en perspective

16Cette problématique s’est construite par étapes successives que je résume, car ces élaborations constituent la toile de fond sur laquelle s’inscrit ce que j’élabore aujourd’hui en étudiant l’expérience du discours.

De l’approche structurale du discours au bonheur conversationnel.

  • 6 Depuis les premiers travaux de l’équipe qu’il animait, dans les années 1980.

17B. Schlieben-Lange (1983) pointait une altération du sens du mot felicity, ou « bonheur », dans l’emploi technique qu’en faisait la théorie des actes de langage (Austin, Searle), où il désigne l’uptake, l’accomplissement effectif (vs. « prétendu »), d’un acte illocutoire – et non l’état de bonheur tel que le désigne le sens commun, et tel que le représente et l’instancie la littérature courtoise, objet de Schlieben-Lange. De même, l’analyse structurale du discours, telle que nous l’élaborions autour d’E. Roulet6, présentait pour moi une zone aveugle, son incapacité à décrire, et même simplement à faire apparaître, un aspect essentiel de l’ensemble des discours et des conversations authentiques que nous avions à traiter, décrire et analyser : leur caractère « affectivement investi ». Les enregistrements présentaient des locuteurs habitant plus ou moins leur parole, investissant ou non leur propos, prêtant de l’attention aux propos de leur interlocuteur, etc., dimensions dont la théorie ne disait rien. Par ailleurs, mon expérience personnelle d’échanges verbaux particulièrement créatifs et heureux m’a conduit à cette proposition : une science de l’usage du langage ne peut pas ignorer de tels effets subjectifs, elle doit, au contraire, les prendre pour repère, comme cadre où se construire. Un changement de paradigme et d’horizon (cf. Auchlin, [1990, 1991, ss.]).

Du bonheur conversationnel à la qualité du discours.

  • 7 Que l’on pense au disque rayé ou poussiéreux.

18Le bonheur conversationnel caractérisé étant relativement rare, et difficile à dupliquer délibérément, j’ai dû généraliser la problématique, pour saisir aussi bien les cas de malheur conversationnel que les cas de parole ordinaire plus fréquente ni particulièrement heureuse, ni spécialement malheureuse, et autres « petits malheurs », textuels ou conversationnels. La question devenait celle de la « qualité du discours » (Auchlin, 1997b). La distinction posée entre le « discours comme chose » et le « discours comme expérience » est ici cruciale : la qualité du discours est une propriété de l’expérience qu’on en fait, et non une propriété « intrinsèque », inhérente aux chaînes d’énoncés ou aux énoncés eux-mêmes. Les propriétés inhérentes – ce qui est écrit ou dit – ne font que déterminer, plus ou moins rigidement, l’expérience qu’on peut en faire7.

  • 8 Le même dispositif vaut dans la formation continue Prendre la parole ; en place du formateur interv (...)

19La question de la qualité du discours s’est montrée particulièrement pertinente dans ses applications pédagogiques, notamment en formation continue pour adultes (« Prendre la parole ; Rédaction et Communication »). A l’écrit ou à l’oral, la demande des participants à ces formations est, avant tout et de façon générale, d’« améliorer » leur production langagière – ou de modifier leur rapport personnel à leurs verbalisations. Le contrat pédagogique particulier qui lie ces « élèves » aux formateurs est tel que les premiers soumettent aux seconds des productions verbales potentiellement améliorables, charge aux formateurs de leur montrer et décrire où, comment et pourquoi elles pourraient être « meilleures » (Auchlin et Burger, 2008). Kim Stroumza et moi avons forgé le concept de « miroir expert » afin d’expliciter la nature du retour formateur donné à ces apprenants : il s’agit de leur « faire voir quelque chose qu’ils n’aperçoivent pas » dans leur production, qui a déclenché un « petit malheur » textuel, et de le faire depuis une multiplicité de points de vues, de lecture ou d’écoute, chaque point de vue étant celui d’une appréhension qualitative, subjective et impliquée – d’où la nécessité de les multiplier, afin de fournir à l’apprenant un diagnostic fiable8.

Dimension épistémologique

20Observer, documenter l’expérience du discours, ne peut se faire qu’au prix d’un déplacement épistémologique capital : le déplacement du point d’observation, du point de vue sous lequel on considère le langage, son usage, et l’étude de son usage. Comme le notent Depraz et al. (2003 : 2), l’expérience est un domaine qui se documente en « première personne » :

(By « experience ») we mean the lived, « first-hand » acquaintance with, and account of, the entire span of our minds and actions, with the emphasis not on the context of the action but on the immediate and embodied, and thus inextricably personal, nature of the content of the action. Experience is always that which a « singular » subject is subjected to « at any given time and place », that to which s/he has access « in the first person ».

  • 9 Des constructions syntaxiques groupées autour d’une « tête » ; des « phrases ».
  • 10 La taille de la fenêtre de ce « maintenant » peut varier, en amont, en aval. Néanmoins, maintenant, (...)

21Insistons sur le caractère « immédiat » de l’expérience, que pointent les auteurs : l’expérience, c’est ce dans quoi on est « maintenant ». Comme forme « spécifique » d’expérience, celle « du discours », a pour caractéristique d’être configurée temporellement par le traitement séquentiel d’unités linguistiques endocentriques9, des aires de déploiement de dépendances syntaxiques, qui délimitent, chacune successivement, un maintenant de l’expérience du sens10, qui se déploie progressivement dans cette succession. Notons que, dans ce déploiement, on passe davantage de temps (et d’énergie cognitive) à élaborer progressivement du sens linguistique qu’à contempler un sens linguistique achevé.

  • 11 Cf. Stroumza et Auchlin, 1997, p. 273, en note : « Ce penchant objectiviste consiste à appliquer à (...)
  • 12 La blague de Didier Anzieu, commentée dans Auchlin (2003), illustre bien cela : « – Toto, sais-tu c (...)

22Il y a une contradiction entre cet accès en première personne et le point de vue objectiviste des linguistes : ils « observent » une réalité qu’ils supposent extérieure à eux, et indépendante d’eux11. Refuser de voir et de prendre en considération le fait qu’ils font partie des données, que ce sont eux-mêmes, dans leur expérience propre, qui les constituent, les conduit soit à renoncer à en explorer les ressources, soit, cas le plus ordinaire – « à faire comme si » les données provenant de leur expérience propre résidaient dans le matériau linguistique « objectivable », indépendant d’eux12.

23C’est l’occasion ici de répondre à une critique adressée par Roulet et al. (2001, p. 37 ss.) à mon approche, qui s’expose, écrivent-ils, au risque de « tomber dans le travers d’un relativisme fâcheux, puisque cela conduit à admettre qu’il y a autant d’analyses d’un discours donné que d’individus analystes ». Comme l’a très bien montré Anne Catherine Simon (Simon 2004, pp. 114-121) la critique de Roulet, et celle de Kuyumcuyan (2002) sur laquelle il s’appuie, reposent sur une mauvaise interprétation du terme « occurrence » de discours, qu’ils entendent (et m’attribuent) au sens d’ « occurrence originelle », ou initiale, laquelle, la plupart du temps, est irrémédiablement hors d’atteinte. M’attribuer cette pensée est caricatural. On peut se demander, par ailleurs, ce qui fait que Roulet et al., et peut-être même davantage Kuyumcuyan, en viennent à « oublier » que, pour analyser un discours quel qu’il soit, il est nécessaire de le lire ou de l’entendre, d’y passer au moins une fois. Le fait d’y passer est bien une occurrence de ce discours, et cette occurrence est expérience. Suivant Simon (2004, p. 120) : « […] le problème ne se situe pas tant au niveau du « support » du discours (« traces » : transcriptions, enregistrements sonores et/ou visuels) qu’à celui du « mode d’accès » que l’analyste s’en donne. », que je préciserais, en « ce que l’observateur « reconnaît être » son accès au discours ».

2. Communication, interprétation et expérienciation

  • 13 Modèle de Shannon et Weaver, popularisé par les travaux de nombreux linguistes, selon lequel l’émet (...)

24Comme le rappellent Moeschler et Reboul (1994), la pragmatique issue des travaux de P. Grice a démontré que le sens n’est pas intégralement déterminé linguistiquement, mais résulte de calculs inférentiels de l’interprète à partir du matériau linguistique montré. La communication n’est pas adéquatement simulée par le modèle « du code »13 mais exige un second modèle. Ce dernier fait intervenir un « second » étage, inférentiel, où interviennent d’une part la présomption que le stimulus montré vaut la peine d’être traité, et d’autre part les connaissances de l’interprète, qu’elles soient disponibles dans son « environnement cognitif » (Sperber et Wilson, 1995) ou dans ses connaissances encyclopédiques. L’interprétation, ainsi, est « linguistiquement sous-déterminée », pour reprendre les termes de Moeschler et Reboul, et dépendante de l’interprète.

  • 14 Ou du texte.

25Mais l’interprétation, au sens de manipulation de données conceptuelles, n’est ni le point de départ du traitement de la parole14, qui nous est donnée d’abord comme « expérience », à la fois dans le temps et par les sens, ni son terme ultime, qui s’inscrit dans le vécu de la personne entière. Une approche réductionniste fait abstraction de ces propriétés ; mais le simple fait qu’elles « puissent » intervenir dans l’interprétation impose d’envisager un « troisième » modèle, définissant la communication comme « co-expérienciation ».

Les « blends expérientiels » : cas de figure, argument et modèle pour l’intégration expérientielle du discours

26Une façon d’établir le champ supposé de l’expérienciation discursive est d’isoler des cas de figure où traitement interprétatif et perception associée au « stimulus » (ou au signifiant) s’intègrent en une construction remarquable, une expérience singulière. Les « blends expérientiels » sont de tels cas de figure.

  • 15 J.R. Stroop (1935). L’original de Stroop est en couleurs. Les couleurs n’étant pas disponibles ici, (...)

27Adapté a minima, l’« Effet de Stroop »15 illustre le concept de « blend expérientiel » :

Image 10000000000002A5000000A73FE3889D.jpg

Fig. 1 Effet de Stroop – (adapté)

28Ecrire « jaune » en bleu, ou « bleu » en jaune, ne nous les fait pas percevoir « verts » – comme le ferait un pur mélange de teintes. Le concept « encodé » par le mot et la couleur dans laquelle il est écrit ne s’intègrent pas de cette façon, qui serait de la « fusion » (ou « binding », Bache, 2005). Leur compression, par « inhérence substantielle », résulte dans l’« effet de phase » – « négatif » à gauche, « positif » à droite – qu’engage la cohabitation « nom de couleur + couleur », effet qui s’inscrit dans l’expérience de la lecture (du « décodage »). On admettra que « décodage » d’un côté, et « perception de la couleur » de l’autre, sont des éléments d’« espaces d’entrée » (du traitement) distincts, qui se combinent – « s’intègrent » – dans l’expérience, sous la forme de cet « effet de phase ».

  • 16 Ou « mixage », mélange.
  • 17 Voir Hutchins (2005) et ses « ancres matérielles » pour les blends ; Bache (2005), et la distinctio (...)

29L’idée de « blend »16 provient des travaux de Fauconnier et Turner, et leurs blends conceptuels (Fauconnier et Turner, 2002), intégration d’entités d’ « espaces d’entrée » homogènes (conceptuels). Mais ce qu’ils entendent par « concept » est très large : le caractère matériel, sensible, expériencé n’est pas distinctif chez eux17.

  • 18 Ces espaces sont minimalement séparés par un « gradient de sémioticité ». L’un est plus abstrait qu (...)

30Le « blend expérientiel » est l’intégration sélective d’informations en provenance d’« espaces d’entrée » « substantiellement distincts »18, accessibles selon des modalités différentes : l’un est constitué par les percepts actuels, et l’autre par le décodage linguistique conceptuel (conduisant à l’interprétation). Ils s’intègrent en une construction nouvelle et inédite, « figure émergente » d’expérienciation discursive.

Modalités et niveaux d’intégration

  • 19 Analysé et commenté en détail dans Auchlin (2003).

31Les cas d’intégration conceptuelle discutés chez Fauconnier et Turner, et dans la littérature en général, sont des cas d’intégration harmonieuse, produisant un résultat convergent avec le but affiché de la construction. Tels sont aussi les blends expérientiels qui ont retenu mon attention en premier. Illustrons par un exemple écrit19 :

Exemple 1

« Un, deux, un, deux, un, deux,
un, deux, un, deux, un deux, un deux. »
Général Gamelin, Ma vie
(Desproges,1998, p. 149)

32A la seconde ligne de l’exemple, le rythme donné à la séquence « un, deux » se syncope (par l’absence de virgule) en « un-deux », et l’alternance, « perçue », entre la séquence « un, deux » qui évoque la marche (du Général Gamelin) et la syncope, qui évoque la pulsation d’un cœur (celui du Général) qui cesse de battre, est intégrée au contenu (Général Gamelin, Ma vie). De sorte que c’est dans l’expérience de lecture hic et nunc que l’on construit, à la fois, la mort du général, et la vacuité de « sa vie », qui se réduit à « marcher, mourir ».

  • 20 Tiré d’une publicité ; l’exemple complet est analysé, avec d’autres, dans Auchlin (2013).

33Une illustration orale minimale peut être donnée par l’exemple suivant20 :

Exemple 2

Chez Delta Lloyd, vous avez des formules flexibles, ou

Image 100000000000003C0000001302D01674.jpg

  • 21 « Exemplifie » au sens de Goodman cité par Jenny (1998, p. 200) : « Le jeu de l’"exemplification" c (...)

34L’intonation de la seconde occurrence du mot « flexible » « exemplifie »21 la flexibilité, la donne à percevoir hic et nunc. Il y a intégration du contenu conceptuel et du perçu, qui s’inscrit dans l’expérience du stimulus et en renforce le sens. Ces deux exemples sont des cas de « "bons " blends expérientiels ».

  • 22 Cf. la partie « gauche » de la fig. 1. Voir aussi les exemples de Ilić ici-même.

35L’intégration expérientielle produit aussi de « "mauvais" blends », expérience dissonante ou « cacophonique » (forme de « polyphonie » au sens de Ducrot, mais non harmoniquement intégrée, où les voix jouent des morceaux différents)22 :

Exemple 3

« Nous voulons préparer la rencontre aussi soigneusement que nécessaire, afin de réduire maximalement l’entropie inévitable que causent les actions humaines ! »

36Ce texte dit vouloir faire quelque chose (« maximalement réduire l’entropie ») –mais le dire revient à faire le contraire : réduire l’entropie consisterait à éviter cette justification. Par ailleurs, l’expression « maximalement réduire » convoque deux échelles argumentativement opposées (« maximalement » : aller de – à + ; réduire : aller de + à –) ; ici encore, il y a un « frottement formel », ça chauffe, l’entropie est maximisée, et non réduite.

37Mentionnons un autre exemple potentiellement « cacophonique », pour des raisons analogues :

Exemple 4

« Plusieurs actions individuelles devraient autoriser une diminution de la propension à la construction du malentendu. »

  • 23 Ces intuitions fines relèvent du « grain fin du présent », dans les termes de Dodier cité dans l’in (...)

38Ces exemples illustrent ce que j’appelle « intuition fine », un perçu langagier plus ou moins net ou diffus, gêne, ou autre sentiment particulier, qui, dans certains cas (applications didactiques, remédiations) peut servir de point de départ à l’opération de diagnostic de la compétence discursive qui a produit de tels morceaux de texte23.

39L’intégration expérientielle œuvre également de façon systématique, à des niveaux à la fois plus fondamentaux, et de « taille » beaucoup plus petite, à la limite de l’accessibilité réflexive, et du contrôle moteur.

  • 24 Les voix ambivalentes produisent toujours un effet particulier, qui est la réponse expérientielle à (...)

40Un premier cas est le « naturel » de la parole – propriété des verbalisations humaines que les techniques de synthèse de la parole, faute de pouvoir la fabriquer, se résignent à copier (enregistrer de la parole humaine). Expériencer une parole comme « naturelle » (vs artificielle, « machine-like ») c’est, à travers ses micro-variations, éprouver qu’elle a une source humaine, nécessairement catégorisée, de plus, comme femme, homme, enfant24. Il s’agit typiquement d’intégration expérientielle « de bas niveau » ou structurelle.

  • 25 Il est cependant probable que la neuro-imagerie mette en évidence des traces de tels processus à pl (...)
  • 26 L’audition – vision – en trois dimensions procède de minimales différences entre les deux canaux d’ (...)

41Une autre manifestation d’intégration expérientielle structurelle est le déploiement « holographique » de l’expérience discursive, dans le temps, et dans son espace intérieur. Cet espace n’est à ma connaissance ni mesurable ni quantifiable (accessible en– « ça » ou en « il »)25. Par analogie avec l’audition stéréo ou la vision en trois dimensions26, cet espace résulte de l’intégration de données d’espaces substantiellement distincts, et convergents vers un foyer d’intégration (ou non : exemples 3 et 4). Le caractère « spatial » de l’expérience discursive, corollaire de ses propriétés de texture et de densité, est ce que cherchent à capter des expressions métaphoriques comme « discours "profond", "léger", "superficiel"… ». Cet espace est partiellement élaboré dans la distinction « foyer – arrière-plan » informationnels, par exemple. Mais, dans l’intégration expérientielle, ces éléments de construction, qui proviennent de l’élaboration de l’espace linguistique (de la compréhension), se combinent avec des éléments en provenance d’un espace de percepts hic et nunc ; l’intégration des informations de ces deux espaces produit – comme l’audition stéréo – cet espace intérieur à trois dimensions qu’est l’expérience discursive.

42Enfin, l’établissement de l’accord intérieur (3.2. infra), et l’émergence du sentiment de je-parlant, me semble être un cas radical d’intégration expérientielle.

3. La notion de compétence discursive

La « créativité discursive (faible) »

43Chomsky a apporté dans l’étude du langage, contre l’étude de la grammaire d’une langue à partir d’un corpus (Bloomfield ; Harris), l’idée qu’un corpus (ne) contient (qu’)un nombre limité d’échantillons, alors que les phrases possibles sont, elles, en nombre illimité, que les locuteurs sont en principe aussi capables de les produire que de leur donner un sens, les juger bien ou mal formées (grammaticales), ou en produire des paraphrases. La reconnaissance de cette aptitude à produire et traiter une infinité de phrases, ou « créativité syntaxique », a permis de passer de l’étude d’échantillons à celle du dispositif, la compétence (grammaticale), faculté supposée responsable de cette fabrication. L’une des clés de cette faculté est (serait) cette propriété formelle nommée « récursivité », qui fait qu’une structure d’un certain type peut être enchâssée dans une structure du même type, une proposition dans une proposition, etc.

44Que les phrases possibles soient en nombre infini, est-ce une cause, ou une conséquence, du fait que les « discours » possibles, eux aussi, sont en nombre infini ? Soit la grammaire est un (ensemble d’) algorithmes qui génère des phrases possibles aléatoirement (position de Chomsky), soit c’est un dispositif qui agit à la demande. La demande provient des besoins expressifs des individus, dans leur adaptation langagière aux circonstances, interaction et situation.

45La structure hiérarchique du discours, telle que conçue par E. Roulet et collaborateurs dès les années 1980, précisée jusqu’à Roulet (1999), Roulet et al., 2001 possède cette propriété d’être récursive, comme le montre, en très simplifié, l’« échange enchâssé » (b-a), de l’exemple (5) ci-dessous.

Exemple 5

A : tu viens te promener ?

b : quand ?

a : cet après-midi

– B : d’accord

  • 27 Je nomme cela « créativité discursive faible », pour la distinguer de ce qui fait que des personnes (...)
  • 28 Il faut peut-être relativiser cette constatation au vu des conditions dans lesquelles s’est déroulé (...)

46Les discours possibles – quel que soit le sens donné à discours ici – sont en nombre infini27. Roulet attribue à la structure hiérarchique du discours, qui relie les différents actes discursifs successifs, et particulièrement à sa récursivité, la capacité à engendrer un nombre infini de discours, par analogie avec les rapports supposés entre caractère récursif des structures syntaxiques et infinité des phrases possibles28.

47Mais la récursivité de la structure hiérarchique du discours n’est qu’une conséquence notationnelle, et non une cause, de cette infinité (Auchlin, 1999 ; Simon, 2004). La cause est le fait que le discours résulte de choix, accomplis in situ par le locuteur, à chaque étape de production, et que ces choix ne sont pas prédictibles (même s’ils sont d’une part soumis à diverses contraintes discursives, textuelles ou rituelles, et d’autre part accomplis selon certains principes, étudiables). Par ailleurs, la structure hiérarchique d’un discours donné ne peut être établie qu’en « temps achevé », une fois que le discours originel est achevé, et que sa structure ne peut plus faire l’objet de réaménagements internes, « rétro-interprétation » d’un constituant qui en modifierait le statut hiérarchique. Cette posture d’analyse, rétrospective, ne s’oppose pas à celle que je suggère, qui dit que le discours est dans le « maintenant de son occurrence » : au contraire, elle la présuppose. Pour autant qu’on distingue occurrence initiale de « toute occurrence pour quelqu’un », tout discours « achevé » doit être entendu, ou lu, pour être discours pour quelqu’un.

  • 29 Ou « cybernétique » – l’idée de base est l’autorégulation du système, via une boucle de feed-back m (...)
  • 30 « Sujet parlant » et « locuteur » entendus dans des sens proches de ceux de Ducrot – mais hors du c (...)

48Ainsi, une théorie du discours devrait s’attacher, en deçà de l’analyse de corpus de discours « avérés (et achevés) », à théoriser le « dispositif » auquel on peut imputer l’expérience en quoi il consiste. C’est ce dispositif que je nomme « compétence discursive » (Auchlin, 1999 etc.). La compétence discursive, très schématiquement, est ce qui permet de métaboliser des séquences d’énoncés en expérience, en vécu, et inversement de transformer du vécu « brut » en vécu discursif, par des séquences d’énoncés. La compétence discursive, dans les premières formulations que j’en donnais (Auchlin, 1997 a ou b ; 1999 ; 2003), peut être représentée comme un système dynamique auto-régulé29, en équilibre dans le temps, qui ajuste mutuellement un « sujet parlant » (SP, une personne en chair et en os, organisme biologiquement autonome) à un « locuteur » (L, une instance de parole, être « intensionnel »), et leurs différents états successifs30. La compétence discursive est l’interface complexe qui lie SP à L.

Le principe de l’accord intérieur

  • 31 Plutôt qu’ « homéostasie » : De Preester, 2007, p. 606.

49Cet ajustement mutuel maintient le système dans un état d’équilibre ou d’« homéodynamie »31 nommé « accord intérieur », dont le principe se résume à la double maxime :

je (L) dis ce que je dis comme je le dis parce
que je (SP) suis qui je suis, comme je suis,


ET

je (SP) suis qui je suis comme je suis parce que je (L) dis ce que je dis, comme je le dis.

  • 32 Dédoublée, chez Sperber et Wilson (1995), en intention « informative », et intention « communicativ (...)
  • 33 L’hypnose (Chertok et Stengers, 1989 ; Lanna, 2005) est un cas particulier d’application de l’accor (...)

50La première partie traduit la vision intentionnaliste classique, selon laquelle toute parole manifeste une certaine intention32, préalable, et causalement première – au sens où cette intention « expliquerait » la profération. La seconde partie de la maxime (« intensionnelle ») pose que ce qu’on dit, et comment on le dit, engage notre définition, notre caractérisation, de nous-même : on ne devient pas la même personne selon que l’on dit a, a’ ou b. Le point important est que les deux parties de la maxime sont vraies simultanément33.

51Cet état d’équilibre, l’accord intérieur, est une « ultra-stabilité » (Watzlawick, 1991), ligne idéale, variable selon les individus, régulant leur conduite verbale selon des réglages propres (leur « calibrage »), dans le temps, par « pas de régulation » : des empans de constructions verbales, quel que soit le détail de leur définition (actes textuels ou mouvements périodiques, dans les termes de Roulet, énonciations ou périodes, dans les termes de Berrendonner, ou unités discursives de base, Simon et Degand, 2011).

52Les verbalisations comme « je ne trouve pas le mot », fréquentes dans le discours non préparé, sont des cas de récupération de l’accord intérieur analogues à la méta-résolution du double accord (infra). Elles adaptent L à un état, temporaire, de SP, et les « réconcilie », pour ainsi dire. Elles n’ont pas d’autre but ou d’autre sens.

  • 34 Sans même être débusqué. S’il l’est, c’est une autre affaire.

53Le cas de figure du mensonge, brandi par les sceptiques du concept d’accord intérieur, mérite un commentaire. Le menteur est mû par une intention de tromper son interlocuteur, de communiquer trompeusement (cf. Reboul, 1992). Son mensonge est en accord avec cette intention, et établit l’accord intérieur. Mais en retour, la personne (SP) s’auto-définit comme menteur34, et se trouve contrainte d’adapter son histoire personnelle afin de la rendre compatible avec ce qu’elle (L) a dit. Le fait de donner une version « aménagée » d’une situation (i.e. mentir) répond par ailleurs souvent moins à une intention de tromper ex nihilo qu’à celle de se protéger de quelque chose vécu comme une intrusion, ce que note la parole proverbiale « si tu ne veux pas qu’on te mente, ne pose pas de questions » : en position réactive, dans un échange, un mensonge a plusieurs auteurs (Auchlin, 1997a ; Vincent, Laforest et Bergeron, 2007), même si l’on n’en désigne généralement qu’un.

La résonance

54La compétence discursive, outre qu’elle est ouverte dans le temps (à court terme, par l’auto-régulation) est supposée ouverte également à la « résonance », les effets globaux induits par la proximité organisationnelle d’une autre compétence discursive dans le dialogue. Ces effets peuvent prendre plusieurs formes, et s’exercer par plusieurs voies : une voie discursive, pragmatique – ce qui fait par exemple que, lorsqu’on nous pose une question, on contracte une forme d’obligation de répondre, à laquelle, généralement, on donne suite, ne pas donner suite étant un cas marqué ; ou que, à l’écrit, en l’absence de destinataire immédiat, on puisse hésiter dans le choix de la formule d’adresse du message adaptée au destinataire ; et une voie « comportementale », que représente la tendance à l’alignement mutuel, rythmique, tonal, dans les interactions. Ce phénomène, aujourd’hui étudié à l’aide de méthodologies descriptives et statistiques approfondies (De Looze et Rauzy, 2011 ; Lelong et Bailly, 2011), est connu depuis longtemps dans l’étude des interactions en tant que « synchronisation interactionnelle » (Kerbrat-Orecchioni, 1990 ; Cosnier, 1993), ou encore l’« échoïsation corporelle », que présuppose la synchronisation (Cosnier, 2003).

55La résonance du premier type, pragmatique, dépendante de l’interprétation, est articulée à une contrainte rituelle forte régissant la clôture des interactions, contrainte dite du « double accord » (Goffman, 1973 ; Moeschler, 1982) : pour clore une interaction tout en préservant l’ordre rituel, une étape d’accord mutuellement manifesté est nécessaire – fût-ce sous forme de « méta-résolution » par des verbalisations du type « on n’est pas d’accord » – qui permettent d’obtenir un double accord – sur la base de l’accord intérieur de chacun des partenaires. En tant que dépendante de l’interprétation, elle est portée par les « Locuteurs », dans la gestion de l’accord intérieur. La résonance comportementale quant à elle, est aujourd’hui éclairée par les découvertes concernant les systèmes de neurones-miroirs (Arbib, 2006), responsables de notre aptitude imitative, et ses applications. Je n’entre pas ici dans le détail ; les travaux sur ces structures neuronales, y compris dans les pathologies, soutiennent globalement cette hypothèse d’interaction (quasi-)motrice directe d’un individu à l’autre. Cette part de la résonance est, elle, indépendante des « Locuteurs » : elle agit entre deux « Sujets Parlants », deux individus physiques, comme elle agirait si ils dansaient ensemble.

56Ces deux formes de résonance fondent l’« empathie » (Deonna, 2007). Elles sont aussi une condition à l’émergence des « intuitions fines », ces éprouvés subtils et complexes que peut livrer la compétence discursive au contact d’une autre et « au sujet » de celle-ci, point de départ du diagnostic, dans les interactions didactiques (Auchlin, 1996 ; Stroumza et Auchlin, 1997 ; Auchlin et Burger, 2008), ou dans les démarches de remédiation (Ilić, ici-même).

57A une autre échelle temporelle que la régulation, la compétence discursive est enfin susceptible d’évoluer (elle est « ouverte ») dans le long terme, en un processus de « maturation », le troisième type de modification qui peut, hypothétiquement, affecter la compétence discursive. Les formations continues à l’expression écrite ou la prise de parole en public misent sur la possible maturation de chaque compétence discursive engagée (chaque participant), par une modification de sa régulation, en situation de production en particulier, mais non exclusivement.

L’expérience de je-parlant

  • 35 Sauf habitudes professionnelles, radio, télévision, cinéma.

58Pour cerner l’expérience de parole du point de vue du parleur, de l’intérieur, on peut évoquer le fait de réécouter sa parole enregistrée. Lorsque ils y sont confrontés, les participants à la formation « Prendre la parole » font état d’un sentiment de bizarrerie, d’altérité : « Mais ce n’est pas "moi" ! ». Fréquemment, ne « se » reconnaissant pas, ils ne « s’«  aiment pas. C’est là clairement une donnée d’expérience intérieure, de vécu, au sens où je m’y intéresse. Cette expérience comporte une partie audio-vocale, qui n’est pas strictement « langagière » : on obtiendrait en partie le même résultat avec des syllabes répétées dépourvues de sens. La part audio-vocale est explicable : lorsqu’on vocalise, le retour proprioceptif auditif s’établit par deux circuits différents, la perception osseuse, via les vibrations du masque, du crâne, et la perception auditive aérienne. La voix à laquelle « je » suis habitué et à laquelle je m’identifie est celle que je perçois comme « émetteur du son ». Mais lorsque je m’entends via un enregistrement, il n’y a plus que la perception aérienne, de sorte que, dans ce que j’entends, je ne reconnais pas ma voix, c’est celle d’un « autre », auquel je ne m’identifie pas35.

  • 36 La question de la proprioception fait l’objet de travaux récents en neurosciences cognitives (Chris (...)

59Au-delà de cette explication partielle, cet effet de « dés »-identification fait apparaître a contrario une dimension essentielle : celle de l’identification de soi en « je » dans la parole, et de la nature du retour proprioceptif qui la permet36.

60L’expérience du « je »-parlant à l’oral peut être perturbée par des facteurs externes contingents, qui font artificiellement sortir la régulation qu’exerce la compétence discursive de ses valeurs standard (son calibrage – les habitudes phono-articulatoires du locuteur).

61C’est le cas, par exemple, si l’on parle après avoir inhalé de l’hélium : en raison de sa densité inférieure à celle de l’air, l’hélium expiré en parlant fait vibrer les plis vocaux (« cordes vocales ») à un multiple de la fréquence du fondamental, qui se traduit par une « voix de Mickey ». De sorte que, sans effort particulier du tractus vocal, on s’entend parler comme un personnage de bande dessinée, ce qui est généralement très amusant : l’amusement est une sortie expérientielle de cette altération proprioceptive.

62Une autre expérience artificielle, dans le domaine temporel (et non plus spectral), consiste à parler dans un micro en s’entendant par des écouteurs avec un délai de l’ordre de 200 millisecondes, ce qui perturbe spectaculairement la fluidité de la parole : on ne peut pas s’empêcher de bégayer en parlant. Ici encore, la réponse expérientielle est généralement de l’ordre de l’amusement.

  • 37 Cette émission est généralement non ou infra-consciente, « automatique » ou réflexe. Son contrôle i (...)

63Dans la parole « normale », notons un fait fréquent, présent dans toute langue, connu et étudié comme « marque d’hésitation » ou « marque du travail de formulation » (MTF), à savoir toute syllabe fortement allongée et mélodiquement plate, ou « euh, euhm, èh, èhm, ahhh, ahhm » selon les langues et les locuteurs. Ruptures de fluidité de la parole, ces marques sont associées à la recherche lexicale, à l’activité cognitive de planification, etc (Auchlin et al., sous presse). Quoiqu’abondamment étudiées, il semble que personne n’explique « pourquoi », durant cette activité cognitive, on émet un son37. Mon hypothèse est que ces marques sont une forme d’auto-manipulation acoustique qui maintient active la boucle proprioceptive audio-vocale, et le parleur dans son état homéodynamique de je-parlant, lui confirmant que, même sans dire quelque chose, il existe toujours.

  • 38 Observation sur corpus, mesures, etc. chez De Looze et Rauzy (2011) ; élaboration de modèles de loc (...)
  • 39 Les femmes semblant présenter une plus grande sensibilité – Lelong et Bailly (2011).

64Chaque locuteur ajuste sa parole non seulement à ses états internes, mais également aux circonstances (voir la détermination situationnelle des phonostyles, Simon et al., 2010) ; Pršir et al., 2013), et par là intègre, à des degrés divers, différents paramètres de la situation. En dialogue, le locuteur adapte également sa parole à celle de ses interlocuteurs, voir les travaux récents de De Looze et Rauzy (2011) et Lelong et Bailly (2011) sur la convergence phonétique, et la tendance à la dis-(ou anti-) similarité prosodique. A travers des méthodologies différentes38, ces travaux montrent, en très résumé, que l’alignement mutuel est observable et mesurable, qu’il n’est ni constant, ni régulièrement distribué. L’adaptation, et son degré de sensibilité à l’implication des interlocuteurs (De Looze et Rauzy) et au sexe39 n’en demeure pas moins le fait de chaque locuteur, quelle que soit sa contribution (stable ou adaptée ; modèle-copie). L’une, l’autre, ou les deux personnes qui parlent ensemble s’auto-régulent selon une boucle intégrant plus ou moins, selon son propre calibrage, la boucle dialogale (interactionnelle) à sa boucle monologale.

Conclusion

  • 40 « […] there is no such thing as a body "in itself", naively taken as a given, immediate object of i (...)

65Une perspective expérientialiste et incarnée (embodied) ne repose pas nécessairement sur une vision « naïve du corps », d’un point de vue sémiotique (Violi, 2008)40, ou philosophique (Waldenfels, 2004). Je voudrais montrer ici comment l’approche expérientielle du discours, et les questions qu’elle pose, rejoignent des questions posées par ailleurs. Pour Waldenfels (2004), « le corps propre » de la phénoménologie se situe entre appropriation (selfhood) et aliénation (otherness) : « mon » corps est mien et non-mien ; c’est moi qui commande – c’est lui (sa raison) qui commande. Cela concerne trois points centraux en phénoménologie : l’intentionnalité, la conscience de soi (self-awareness), et l’intersubjectivité, qui sont le pendant plus ou moins direct des cas de figure discutés plus haut.

66Ainsi, la problématique du « je-parlant », et son articulation à un « tu », autant que les productions réputées échapper à son contrôle conscient, ne font que particulariser la problématique de la conscience de soi : dans l’approche expérientielle, elle émerge du dialogue, des dialogues et de l’image de soi, réfléchie et vécue en même temps, qui s’y construit. La perméabilité de la parole aux circonstances (les genres de parole) est intéressante parce qu’elle met doublement en perspective les fissures dans l’intentionnalité, au niveau du locuteur singulier, qui ne règle pas sa conduite verbale intentionnellement, délibérément, mais parce que les circonstances, et les façons de parler adaptées à ces circonstances, s’imposent à lui ; et au niveau de la collectivité où ces façons de parler ont cours, niveau social, où elles émergent, fruit du travail collectif, qui ne répond à aucune forme d’intentionnalité collective ou distribuée – mais fait advenir ces collectivités, « ceux qui parlent comme ça », quel que soit le trait commun qui établit le groupe. Enfin, accordage vocal, ajustement mutuel dans l’interaction, synchronisation, empathie, sont les ouvertures même de l’intersubjectivité, ce par quoi elle nous est donnée – et condition même de la conscience de soi. La conscience de soi en dialogue intègre présence interne (accord intérieur) et présence externe, le « sentiment de tu ».

  • 41 Ce point doit être développé ; je nomme cela « l’effet "justement" » : c’est « justement » parce qu (...)

67Il faudrait encore ajouter le clivage, la fragmentation interne – les velléités inconscientes que joue le « théâtre vocal » (Fónagy, 1983) dans les marges de jeu que laisse le système linguistique41.

68J’aimerais en conclusion insister sur un point qui me semble crucial pour toute approche scientifique du discours et du langage, que j’appellerais ici « réflexivité épistémologique » : une théorie « du » discours est une construction « de » discours, qui se fait « en » discours, et ce qu’elle pose au sujet du discours doit être vrai également de ce discours-là.

69Pour répondre, enfin, à la question de savoir « pourquoi » s’intéresser à l’expérience du discours, je citerai ce que E. Roulet présente comme l’un des apports de sa démarche d’analyse du discours,

« […] apport qui sort du cadre strict de l’enseignement-apprentissage en milieu scolaire ou universitaire, mais qui n’est pas le moins important, car il touche directement notre vie en société : un développement significatif de la compréhension du comportement de soi-même et des autres dans les interactions verbales (y compris les productions écrites), ainsi que des enjeux de celles-ci. » (1999, p. 210) (c’est moi qui souligne).

70Appréhender les aspects qualitatifs ou l’empathie dans le dialogue en cours est hors de portée des théories linguistiques ou pragmatiques du mythe objectiviste, qui envisagent la signification linguistique comme représentation, et le traitement interprétatif comme un strict calcul. Ou sans intérêt pour elles.

71A bien des égards, l’analyse expérientielle du discours esquissée ici ne fait que prendre au sérieux et déployer le programme de Roulet (supra). Dans la vie de tous les jours, et particulièrement dans les professions où le recours au langage est essentiel, qualité de la parole, effets empathiques, postures de circonstance sont là, incontournables, mais difficiles à appréhender, peu accessibles. Pour « développer la compréhension de soi et des autres », il faut accepter d’ouvrir la boîte de « soi » en « je », et d’entrer en matière sur l’expérience discursive.

Bibliographie

Arbib, M. A. (Ed.) (2006). Action to language via the Mirror Neuron System. Cambridge : Cambridge University Press.

Auchlin, A. (1990), Analyse du discours et bonheur conversationnel, Cahiers de linguistique française 11, 311-328.

Auchlin, A. (1991), Le bonheur conversationnel : fondements, enjeux et domaines, Cahiers de linguistique française 12, 103-126.

Auchlin, A. (1995). Le bonheur conversationnel : émotion et cognition dans le discours et l’analyse du discours. Dans D. Véronique & R. Vion (Eds.), Modèles de l’interaction verbale, (pp. 223-233). Aix en Provence : Publications de l’Université de Provence.

Auchlin, A. (1996). Du texte à la compétence discursive : le diagnostic comme opération empathico-inductive. Cahiers de linguistique française 18, 339-355.

Auchlin, A. (1997a). Beau mensonge et qualité de parole en pragmatique linguistique. Dans M. Bakkali-Yedri & A. Zeggaf (Eds.), Le beau mensonge. Rabat : Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

Auchlin, A. (1997b). L’analyse pragmatique du discours et la qualité du dialogue : arguments pour une approche systémique de la compétence discursive. Dans Luzzatti et al. (Ed.), Le Dialogique, (pp. 123-135). Berne : Lang.

Auchlin, A. (1999). Les dimensions de l’analyse pragmatique du discours dans une approche expérientielle et systémique de la compétence discursive. Dans J. J. Verschueren (Ed.), Pragmatics in 1998 : Selected papers from the 6th International Pragmatics Conference, (vol. 2, pp. 1-21). Anvers : IPrA.

Auchlin, A. (2000a). Grain fin et rendu émotionnel subtil dans l’observation des interactions : sur le caractère « trans-épistémique » des attributions d’émotions. Dans Ch. Plantin, M. Doury & V. Traverso (Eds.), Les émotions dans les interactions, (pp. 195-204). Lyon : Presses Universitaires de Lyon

Auchlin, A. (2000b). Sur l’ethos. Quelques remarques. Dans M. Wauthion & A. C. Simon (Eds.), Politesse et idéologie. Rencontres de pragmatique et de rhétorique conversationnelles, (pp. 77-95). Louvain : Peeters « BCILL ».

Auchlin, A. (2003). Compétence discursive et co-occurrence d’affects : « blends expérientiels » ou (con)fusion d’émotions ? Dans J.-M. Colletta & A. Tcherkassof (Eds.), Les émotions. Cognition, langage et développement, (pp. 137-152). Hayen : Mardaga.

Auchlin, A. (2013). Prosodic Iconicity and Experiential Blending. In S. Hancil & D. Hirst (Eds.), Prosody and Iconicity, (pp. 1-31). Amsterdam : John Benjamins.

Auchlin, A. & Burger, M. (2008). Uzalunu : Analíse do Discurso e ensino de língua maternal. In L. Glaucia Muniz Proença, I. L. Machado & W. Emediato (Eds.), Análises do Discurso hoje, (vol. 2, pp. 83-114). Rio de Janeiro : Nóva Fronteira. Disponible en version française non publiée « Le zélève : analyse du discours et enseignement de la langue maternelle » à http://archive-ouverte.unige.ch/unige:26382

Auchlin A., Goldman J.-P., Simon A. C. (sous presse), Pauses avec et sans prise de souffle : typologie acoustique et fonctionnelle. Dans E. Richard & Oriez S. (Eds.), Des organisations dynamiques de la langue orale. Berne : Peter Lang.

Auchlin, A., Filliettaz, L., Grobet, A. & Simon, A. C. (2004). (En)action, expérienciation du discours et prosodie. Cahiers de linguistique française 26, 217-249.

Bache, C. (2005). Constraining conceptual integration theory : Levels of blending and disintegration. Journal of Pragmatics 37, 1615-1635.

Bateson, G. (1984 [1979]). La nature et la pensée. Paris : Seuil.

Beacco, J.-C. (2004). Trois perspectives linguistiques sur la notion de genre discursif, Langages 153, 109-119. doi : 10.3406/lgge.2004.939.

Berrendonner, A. (2011). Unités syntaxiques et unités prosodiques, Langue française 170, 81-93. http://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2011-2-page-81.htm

Billeter, J.-F. (2012). Un paradigme. Paris : Allia.

Chertok, L. & Stengers, I. (1989). Le cœur et la raison. L’hypnose en question, de Lavoisier à Lacan. Paris : Payot.

Christoff, K., Cosmelli, D., Legrand, D. & Thompson, E. (2011). Specifying the self for cognitive neuroscience. Trends in Cognitive Sciences 15(3), 104-112. doi :10.1016/j.tics.2011.01.001.

Cosnier, J. (1993). Psychologie des émotions et des sentiments. Paris : Retz.

Cosnier, J. (2003). Les deux voies de communication de l’émotion (en situation d’interaction de face à face). Dans J.-M. Colletta & A. Tcherkassov (Eds.), Les émotions. Cognition, langage et développement, (pp. 59-67). Bruxelles : Mardaga.

De Looze, C. & Rauzy S. (2011). Measuring speaker’s similarity in speech by means of prosodic cues : methods and potential. InterSpeech 2011, 1393-1396.

De Preester, H. (2007). The deep bodily origins of the subjective perspective : Models and their problems. Consciousness and Cognition 16, 604-618.

Deonna, J. A. (2007). The Structure of Empathy. Journal of Moral Philosophy 4(1), 99-116. doi : 10.1177/1740468107077385

Depraz, N., Varela,F. & Vermersch,P. (2003). On becoming aware, a pragmatics of experiencing. Amsterdam : J. Benjamins.

Desproges, P. (1998), Vivons heureux en attendant la mort. Paris : Le Seuil

Fauconnier, G. & Turner, M. (2002). The way we think. Conceptual blending and the mind’s hidden complexities. New York : Basic Books.

Fónagy, I. (1983). La vive voix, essais de psycho-phonétique. Paris : Payot.

Frijda, N. (2003). Passions : l’émotion comme motivation. Dans J.-M. Colletta & A. Tcherkassof (Eds.), Les émotions. Cognition, langage et développement, (pp. 15-32). Bruxelles : Mardaga.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne (vol. 2), Les relations en public. Paris : Editions de Minuit.

Hymes (1994) Note 31

Hutchins, E. (2005). Material anchors for conceptual blends. Journal of Pragmatics 37, 1555-1577.

Jenny, L. (1998). Bonheur d’expression. Cahiers de linguistique française, 20, (pp. 197-208). http://clf.unige.ch/display.php?numero=20&idFichier=170

Kerbrat-Orecchioni, C. (1990). Les interactions verbales. Paris : Colin

Kuyumcuyan (2002). Diction et mention. Pour une pragmatique du discours narratif. Berne : Peter Lang.

Lakoff, G. & M. Johnson, M. (1985 [1980]). Les métaphores dans la vie quotidienne. Paris : Editions de Minuit.

Lanna, M. A. L. (2005). Ação,experiência e discurso : a gestão da interação na hipnoterapia, [Thèse de doctorat].Belo Horizonte : UFMG.

Lelong, A. & Bailly, G. (2011). Study of the phenomenon of phonetic convergence thanks to speech dominoes. In A. Esposito, A. Vinciarelli, K. Vicsi, C. Pelachaud & A. Nijholt (Eds.), Analysis of Verbal and Nonverbal Communication and Enactment : The Processing Issues (pp. 280-293). Heidelberg : Springer Verlag.

Léon, P. R. (1994). Précis de phonostylistique, parole et expressivité, Paris : Nathan.

Moeschler, J. (1982), Dire et contredire. Pragmatique de la négation et acte de réfutation dans la conversation. Berne : Peter Lang

Moeschler, J. & Reboul, A. (1994). Dictionnaire encyclopédique de pragmatique. Paris : Seuil.

Mondada, L. (2008). L’interprétation online par les co-participants de la structuration du tour in fieri en TCUs : évidences multimodales. Tranel, 48.

Núñez, R. (1995). What brain for God’s Eye ? Journal of consciousness studies 2(2), (pp. 148-165).

Núñez, R. (1999). Could the future taste purple ? Reclaiming mind, body, and cognition. Journal of consciousness studies, 6, 41-60.

Pršir, T., Goldman, J. P. & Auchlin, A. (2013). Variation prosodique situationnelle : étude sur corpus de huit phonogenres en français. Dans P. Mertens & A. C. Simon (Eds.), Proceedings of the Prosody-Discourse Interface Conference 2013 (IDP-2013), (pp. 107-112). Leuven : Université de Leuven. Récupéré de http://www.arts.kuleuven.be/ling/franitalco/conference/idp2013/documents/proceedings_idp2013

Reboul, A. (1992). Le paradoxe du mensonge dans la théorie des actes de langage. Cahiers de linguistique française, 13, 125-147.

Rohrer, T. (2007). Embodiment and Experientialism. In D. Geeraerts & H. Cuyckens (Eds.), The Handbook of Cognitive Linguistics (pp. 25-47). Oxford : Oxford University Press

Romagnoli, S. (2010). Le corps propre : une pierre d’achoppement des théories contemporaines sur l’identité personnelle. Revue philosophique de Louvain 108(2), 287-312. DOI : 10.2143/RPL.108.2.205.1634

Roulet, E. (1991). L’enseignement-apprentissage de la compétence discursive et l’analyse du discours. Revue de l’ACLA 13(2), 7-22.

Roulet, E. (1992). Le plaisir du discours dans un soliloque de Sol. Dans Ph. Martin (Ed.), Mélanges P. Léon, (pp. 415-426). Toronto : Mélodia.

Roulet, E. (1999). La description de l’organisation du discours. Des dialogues oraux aux discours écrits. Paris : Didier.

Roulet, E., Filliettaz, L., Grobet, A. & Burger, M. (2001). Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours. Berne : Peter Lang.

Sacks, H., Schegloff, E. A. & Jefferson, G. (1974). A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation. Language, 50(4), 696-735.

Schlieben-Lange B. (1983). Vom Glück der Konversation. LiLi, 13, 141-156.

Simon, A. C. (2004). La structuration prosodique du discours en français. Une approche multidimensionnelle et expérientielle. Berne : Peter Lang.

Simon, A.C. & Auchlin, A. (2001). Multi-modal, multi-focal : les « hors-phase » de la prosodie. Dans Ch. Cavé, I. Guaïtella & S. Santi, (Eds.), Oralité et gestualité. Interaction et comportements multimodaux dans la communication, (pp. 629-633). Paris : L’Harmattan.

Simon, A.C., Auchlin, A., Avanzi, M. & Goldman, J.-Ph. (2010). Les phonostyles. Une description prosodique des styles de parole en français. Dans M. Abecassis & G. Ledegen (Eds.), Les voix des Français. En parlant, en écrivant, (vol. 2, pp. 71-88). Berne : Peter Lang.

Simon, A.C. & Degand, L. (2011). L’analyse en unités discursives de base : pourquoi et comment ? Langue française, 170, 45-59.

Sperber, D. & Wilson, D. (1995). Relevance. Communication and Cognition. Oxford : Wiley-Blackwell.

Stroumza, K. & Auchlin, A. (1997). L’étrange polyphonie du texte d’apprenti rédacteur. Cahiers de linguistique française, 19, 267-304.

Stroumza, K. & Jonckheere C. de (2012). La vitalisation au cœur de l’intervention. Genève : Editions ies.

Varela, F., Thompson E. & Rosch E. (1993 [1991]). L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine. Paris : Seuil.

Vincent, D., Laforest M. & Bergeron A. (2007). Lies, rebukes and social norms : on the unspeakable in interactions with health-care professionals. Discourse Studies, 9, 226. DOI : 10.1177/1461445607075349

Violi, P. (2008). Beyond the Body : Towards a full embodied semiosis. In R. M. Frank, R. Dirven, T. Ziemke & E. Bernárdez (Eds.), Body, Language and Mind, (vol. 2, pp. 241-264). Berlin : Mouton de Gruyter.

Waldenfels, B. (2004). Bodily experience between selfhood and otherness. Phenomenology and the Cognitive Sciences, 3, 235-248.

Watzlawick, P. (1991). Les cheveux du Baron de Münchhausen. Psychothérapie et « réalité ». Paris : Seuil.

Wilson, D. & Wharton, T. (2006). Relevance and Prosody. Journal of Pragmatics, 38, 1559-1579.

Notes

1 J.-F. Billetter (2012, pp. 116-117) dénonce ces mêmes effets de vue partielle qu’entraîne la spécialisation disciplinaire contemporaine de façon générale dans les sciences humaines.

2 Cette généralisation, sans doute un peu abusive, désigne une tendance générale, qui n’est thématisée comme telle que par ses détracteurs.

3 Il y a des pré-conditions à l’étude de tout fait discursif : parler la langue ou le dialecte dans laquelle le discours est produit ; ou connaître la référence des éléments référentiels. Ces pré-conditions ne sont jamais exprimées, comme restrictions à l’objectivité, respectivement comme participation subjective effective du chercheur à l’établissement de ses données. A fortiori ne sont-elles pas interrogées quant à ce que signifie le fait de posséder une langue.

4 Cela revient en gros à considérer l’œuvre de Proust en termes de nombre de caractères typographiques par segment borné par un point, par exemple.

5 Cette condition est aussi celle d’où tout analyste du discours ou spécialiste de pragmatique linguistique tire ses données – mais il en fait abstraction, en accord avec le mythe objectiviste.

6 Depuis les premiers travaux de l’équipe qu’il animait, dans les années 1980.

7 Que l’on pense au disque rayé ou poussiéreux.

8 Le même dispositif vaut dans la formation continue Prendre la parole ; en place du formateur interviennent quatre personnes, chacune chargée d’une facette de l’activité de parler en public. Leurs retours – feed-back, commentaires – sont rarement contradictoires, rarement identiques, et, souvent, complémentaires.

9 Des constructions syntaxiques groupées autour d’une « tête » ; des « phrases ».

10 La taille de la fenêtre de ce « maintenant » peut varier, en amont, en aval. Néanmoins, maintenant, comment est présent à moi ce qui a été dit – lu – « auparavant » ? « maintenant », quelles prédictions fais-je sur ce qui va se passer « ensuite » ? Ces questions (« auparavant, ensuite ») présupposent un « maintenant ». Ce fenêtrage de l’expérience est tributaire de la médiation, orale, évanescente, ou écrite, « permanente ». Mais si, à l’écrit on peut relire, chaque relecture n’en est pas moins une réitération de l’expérience de lire, dans un certain « maintenant », un certain segment de texte.

11 Cf. Stroumza et Auchlin, 1997, p. 273, en note : « Ce penchant objectiviste consiste à appliquer à l’étude du discours des stratégies d’établissement des faits qui conviennent à certains niveaux de l’organisation linguistique (phonologie, morphologie, syntaxe), niveaux dits « à basse participation subjective » (Auchlin, 1997), où la part personnelle de l’observateur peut légitimement être considérée comme nulle, lui permettant de parler au nom de « tout locuteur compétent ». Les niveaux plus complexes d’organisation langagière n’autorisent pas cette assimilation de l’observateur à l’ensemble d’une communauté linguistique ; l’établissement des « faits » à ces niveaux suppose une « haute » participation de l’observateur ; dès lors, cette part des faits, réputée « subjective », est déclarée inétudiable voire inexistante, du point de vue objectiviste ; l’alternative expérientialiste que nous défendons vise plutôt à expliciter et à intégrer cette nécessaire participation subjective de l’observateur à la constitution de ses données. […] »

12 La blague de Didier Anzieu, commentée dans Auchlin (2003), illustre bien cela : « – Toto, sais-tu ce que c’est qu’un congre ? – Oh ouigre ! » De deux choses l’une : ou le linguiste connaît, ou il ne connaît pas, le sens du mot « congre » (rare). Tout « objectif » qu’il soit, ce linguiste est « nécessairement » d’un côté ou de l’autre. Mais s’il veut être objectif, doit-il reconnaître qu’il (ne) connaissait (pas) le mot avant l’histoire, et « objectiver » sa subjectivité ? Ou au contraire, reconnaître qu’il est possible de connaître ou non ce mot – mais alors, il doit effacer, neutraliser la polarisation effective, qui fait que l’auditeur se range nécessairement du côté de Toto, ou du côté du père ? Sans cette polarisation, cette histoire – un « bon blend expérientiel » – perd l’essentiel de son sens.

13 Modèle de Shannon et Weaver, popularisé par les travaux de nombreux linguistes, selon lequel l’émetteur encode des pensées en langue, que le récepteur, qui dispose du même code linguistique, décode, accédant ainsi aux pensées « dupliquées » de l’émetteur. L’approche gricéenne – infra – critique son caractère « suffi » ; Oswald Ducrot notamment critique son caractère adéquat : les langues ne sont pas des codes. J’utilise ici « code » et assimilés par commodité pour désigner l’activité de traiter des suites d’unités linguistiques supposées avoir un sens.

14 Ou du texte.

15 J.R. Stroop (1935). L’original de Stroop est en couleurs. Les couleurs n’étant pas disponibles ici, nous demandons au lecteur un effort d’imagination – ou une rapide recherche via internet...

16 Ou « mixage », mélange.

17 Voir Hutchins (2005) et ses « ancres matérielles » pour les blends ; Bache (2005), et la distinction de « niveaux d’intégration ». Cf. Auchlin (2013).

18 Ces espaces sont minimalement séparés par un « gradient de sémioticité ». L’un est plus abstrait que l’autre.

19 Analysé et commenté en détail dans Auchlin (2003).

20 Tiré d’une publicité ; l’exemple complet est analysé, avec d’autres, dans Auchlin (2013).

21 « Exemplifie » au sens de Goodman cité par Jenny (1998, p. 200) : « Le jeu de l’"exemplification" commencera dès lors que la parole sortira de sa "réserve", c’est-à-dire, lorsqu’au-delà de la simple "possession", elle fera référence aux propriétés qu’elle possède. Le cas le plus manifeste (le plus évidemment perceptible) de l’"exemplification" est celui où le retour sur une propriété de la Lettre est redondant par rapport à la dénotation du signe : ainsi le mot "bref" dénote-t-il la brièveté tout en exemplifiant la brièveté que sa Lettre possède. C’est ce que la stylistique traditionnelle identifiait traditionnellement comme "expressivité" » (Marouzeau, 1969). Elle y voyait essentiellement un « relief conféré à la dénotation par la forme du discours. »

22 Cf. la partie « gauche » de la fig. 1. Voir aussi les exemples de Ilić ici-même.

23 Ces intuitions fines relèvent du « grain fin du présent », dans les termes de Dodier cité dans l’introduction.

24 Les voix ambivalentes produisent toujours un effet particulier, qui est la réponse expérientielle à une difficulté d’intégration de ce niveau ; conceptuel par la catégorisation de Humain {femme ; homme ; enfant}, perceptif parce qu’il s’agit d’appréhender une perception auditive, et d’intégration problématique à cause de l’effet de « moiré » que produit l’hésitation dans la catégorisation.

25 Il est cependant probable que la neuro-imagerie mette en évidence des traces de tels processus à plus ou moins brève échéance.

26 L’audition – vision – en trois dimensions procède de minimales différences entre les deux canaux d’entrée, dont l’intégration produit le changement qualitatif de la perception en deux dimensions à celle en trois dimensions – voir Bateson (1984, pp. 75-76) : « […] la « différence » entre les informations fournies par l’une et l’autre rétine est elle-même une information d’un type logique différent, (avec laquelle) le sujet donne à sa vue une dimension supplémentaire. »

27 Je nomme cela « créativité discursive faible », pour la distinguer de ce qui fait que des personnes proposent des expériences langagières remarquables – poètes, écrivains, orateurs, montrant une « créativité discursive forte », maniement expérimenté ou virtuose du langage et de la pensée dans un propos.

28 Il faut peut-être relativiser cette constatation au vu des conditions dans lesquelles s’est déroulé l’entretien. La dernière partie de cette contribution, « Questions en suspens et utilité de la méthode », mentionne les objections possibles.

29 Ou « cybernétique » – l’idée de base est l’autorégulation du système, via une boucle de feed-back modifiant de l’intérieur l’état du système pour le conserver dans certaines limites, dans ses interactions avec son environnement.

30 « Sujet parlant » et « locuteur » entendus dans des sens proches de ceux de Ducrot – mais hors du cadre où il les définit, rigoureusement intra-linguistique – le « sujet parlant » étant caractérisé par son caractère « extra-linguistique », hors de portée de la réflexion linguistique stricte.

31 Plutôt qu’ « homéostasie » : De Preester, 2007, p. 606.

32 Dédoublée, chez Sperber et Wilson (1995), en intention « informative », et intention « communicative », distinction ignorée ici.

33 L’hypnose (Chertok et Stengers, 1989 ; Lanna, 2005) est un cas particulier d’application de l’accord intérieur, qui mobilise également le circuit long de l’interaction, où elle présuppose, de plus, le double accord.

34 Sans même être débusqué. S’il l’est, c’est une autre affaire.

35 Sauf habitudes professionnelles, radio, télévision, cinéma.

36 La question de la proprioception fait l’objet de travaux récents en neurosciences cognitives (Christoff et al., 2011) comme en philosophie (De Preester, 2007). Dans les études récentes consacrées aux processus cognitifs liés à la représentation de soi (self-image), beaucoup sont consacrées à des processus impliquant le sujet comme témoin de lui-même, comme lorsqu’on se voit dans la glace ou que l’on s’entend dans un enregistrement, mais peu à ce qui se passe lorsque le sujet est à la fois « agent » d’une action et « patient » exclusif.

37 Cette émission est généralement non ou infra-consciente, « automatique » ou réflexe. Son contrôle intentionnel est possible, mais peut demander un travail spécifique.

38 Observation sur corpus, mesures, etc. chez De Looze et Rauzy (2011) ; élaboration de modèles de locuteurs par entraînement de HMM (Hidden Markov Models), et mesure de la reconnaissance de parole via le modèle de l’interlocuteur chez Lelong et Bailly (2011).

39 Les femmes semblant présenter une plus grande sensibilité – Lelong et Bailly (2011).

40 « […] there is no such thing as a body "in itself", naively taken as a given, immediate object of inquiry. Body cannot be described outside of the different discoursive practices that defi it : to forget this implies the risk of hypostatising the body, as if it were endowed with an inherent essence, independent of the different practices, discourses and cultures that shape it. No "hard" science can escape from this paradox : even the body as it is described by the most sophisticated technologies – radiography, magnetic resonance imaging and spectroscopy, etc. – is not a more basic level of description that reaches some more essential hypothetical ‘structure’ of the body, but just another way of representing it. Even the body as studied in medicine is a construal, so much so that different medical practices in different cultures construe as many different bodies as there are cultures : the "Western" body studied in our medical tradition is not the same as the body mapped by Chinese acupuncture » (Violi, 2008, p. 243).

41 Ce point doit être développé ; je nomme cela « l’effet "justement" » : c’est « justement » parce qu’une différence n’est pas pertinente, au sens phonologique (associée à une différence de signification), qu’elle laisse place au « jeu », qu’elle peut porter des informations supplémentaires, de nature non linguistique.

Auteur

Antoine Auchlin, docteur en Lettres, est maître d’enseignement et de recherche au Département de linguistique de l’Université de Genève. Ses champs de recherche actuels en analyse pragmatique du discours vont de la prosodie de la parole à la cognition incarnée (embodied cognition).
http://www.unige.ch/lettres/linguistique/Auchlin/
antoine.auchlin@unige.ch

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search