Version classiqueVersion mobile

Les étudiants d’Afrique subsaharienne

 | 
Myriam Graber
, 
Claire-Lise Megard Mutezintare
, 
Théogène-Octave Gakuba

Chapitre IV. Processus d’acculturation

Texte intégral

Le concept d’acculturation

1Le concept d’acculturation a été proposé en 1880 par J.W. Powell, anthropologue américain, pour désigner la transformation des modes de vie et de pensée des immigrants au contact de la société américaine. En 1936, Redfield, Linton et Herskovits ont clarifié ce concept en donnant la définition suivante :

L’acculturation est l’ensemble des phénomènes qui résultent d’un contact continu et direct entre des groupes d’individus de cultures différentes et qui entraînent des changements dans les modèles (patterns) culturels initiaux de l’un ou des deux groupes. (Redfield, Linton & Herskovits, 1936, cités par Cuche, 1996, p. 54)

2Dans les années 60, il y a eu extension du concept d’acculturation à la dimension humaine d’où le terme d’acculturation psychologique (Graves, 1967). En psychologie interculturelle, Berry (1976) a étudié le processus d’acculturation en situation de migration et de contact entre deux groupes culturels différents : l’un dit dominant et l’autre non dominant appelé groupe d’acculturation. Dans cette situation, il montre que l’acculturation s’accompagne de changements physiques (nouveau milieu, nouvel habitat, etc.), de changements biologiques (nouvelle alimentation, nouvelles maladies, métissage, etc.), de changements politiques (perte d’autonomie), de changements économiques (emploi salarié, etc.), de changements culturels (la langue, la religion) et de changements sociaux (nouvelles relations interindividuelles et intergroupales).

3L’acculturation a été élargie également au contact indirect entre les cultures à travers le développement des médias, de la mondialisation de l’information et de l’économie ainsi que la modernisation des sociétés dites traditionnelles.

4Des changements psychologiques, durant et après l’acculturation, concernent aussi l’identité personnelle, des attitudes, des habiletés, des motivations (Berry, 1980). Certains de ces changements ont des conséquences positives (l’amélioration des conditions économiques). D’autres se manifestent sous forme de problèmes psychologiques : confusion identitaire, stress d’acculturation qui s’exprime par des problèmes de santé mentale (dépression, angoisse, etc.), de marginalité et d’aliénation. Au niveau des relations entre les deux groupes en contact, Berry (1989) met en évidence quatre modes d’acculturation, à partir des réponses à ces questions :

  • Est-il important de conserver son identité culturelle (langue, religion) ?

  • Est-il important de chercher à établir des relations (sociales, économiques) avec les autres groupes de la société ?

Tableau 1 : Le modèle d’acculturation de Berry

5Question 1 : Est-il important de conserver son identité et ses caractéristiques culturelles ?

6Question 2 :Est-il important d’établir et de maintenir des relations avec d’autres groupes ?

oui

non

oui

Intégration

Assimilation

non

Séparation / Ségrégation

Marginalisation

Source : Berry (1989, p. 139)

7L’assimilation signifie qu’on abandonne son identité culturelle au profit de celle de la communauté dominante. Dans la situation d’intégration, la personne ou le groupe conserve son identité et d’autres caractéristiques culturelles propres (langues, habitudes alimentaires, fêtes, etc.) tout en participant aux structures économiques, politiques et juridiques avec les autres groupes ethniques de la société nouvelle. La séparation fait référence à l’individu qui ne cherche pas à établir de relations avec la communauté dominante et qui veut garder son identité culturelle. Lorsque c’est le groupe dominant qui empêche l’établissement des relations et qui oblige le groupe non-dominant à maintenir ses caractéristiques culturelles, on parle de ségrégation. La situation de marginalisation correspond à l’état du groupe non dominant perdant son identité culturelle (souvent à cause des politiques du groupe dominant vers l’assimilation) et qui n’a pas le droit de participer au fonctionnement des institutions et à la vie du groupe dominant (à cause de pratiques discriminatoires). C’est chez les individus se situant dans cette catégorie qu’on retrouve la majorité des problèmes psychologiques et sociaux : stress d’acculturation, confusion identitaire, aliénation et déviance sociale (Berry, 1989, p. 139).

8Les modes d’acculturation proposés par Berry insistent sur les choix faits par les immigrés mais ne considèrent pas ceux de la communauté d’accueil dans les relations avec ces derniers. Bourhis, Moïse, Perreault et Lepicq (1998) font remarquer que les deux dimensions du modèle d’acculturation de Berry ne concordent pas dans le sens où la première est liée à des valeurs personnelles et la seconde à des intentions de comportement.

9Dans notre recherche, nous nous sommes basés sur le cadre d’analyse de l’acculturation repris par Berry en1997 plus dynamique et interactif. L’acculturation est envisagée comme un processus impliquant alors plusieurs autres variables comme le montre la figure suivante :

Graphique 3: Cadre d’analyse de l’acculturation (Berry 1997)

Graphique 3: Cadre d’analyse de l’acculturation (Berry 1997)

10Le cadre d’analyse de l’acculturation proposé par Berry (1997) considère le contexte sociopolitique, économique et culturel aussi bien du pays d’origine que du pays d’accueil dans lesquels l’immigré a vécu. La situation sociopolitique, économique et culturelle du pays d’origine peut avoir un impact sur le processus d’acculturation de la personne dans le pays d’accueil. Ce processus peut être sous l’influence de la situation de migration (migration forcée : guerre, violence politique…, migration volontaire : études, raisons professionnelles) dans laquelle l’individu se trouve. Dans le pays d’accueil, le contexte sociopolitique fait allusion aux conditions d’accueil des immigrés notamment l’octroi ou le refus de l’asile quand il s’agit des réfugiés, à leur insertion socioprofessionnelle et culturelle (emploi, participation aux activités culturelles, appui social). Sur les plans juridique, social et économique, les immigrés peuvent par exemple, être égaux aux membres de la communauté d’accueil ou bien être considérés comme des résidents temporaires, des travailleurs migrants ou même des étrangers indésirables (Hammar, 1985). Cette situation est dans la plupart des cas, liée aux relations politiques ou historiques entre le pays d’origine et le pays d’accueil.

11Les politiques d’intégration peuvent aussi favoriser les bonnes relations entre les immigrants et les membres de la communauté d’accueil. En revanche, les politiques d’exclusion peuvent entretenir ou attiser des préjugés et des stéréotypes négatifs dans les deux communautés. Le processus d’acculturation des immigrés est également facilité par les institutions de la société d’accueil (école, services sociaux, services administratifs, police). En effet, c’est par ces institutions que les immigrés peuvent, par exemple, apprendre la langue du pays d’accueil ou celle du pays d’origine, avoir des droits politiques, avoir accès aux soins de santé, accéder à une mobilité sociale comparable à celle des autochtones.

12Sur le plan individuel, le cadre d’analyse de l’acculturation insiste sur le vécu, l’histoire et l’expérience personnels de l’immigré dans le pays d’origine (âge, sexe, éducation, statut social, distance culturelle : langue, religion), les caractéristiques psychologiques (motivations pour la migration, attentes, traits de personnalité) ainsi que sur les facteurs modérateurs pendant l’acculturation dans le pays d’accueil (durée, attitudes et comportements, stratégies et ressources, appui social, attitudes de la société : préjugés et discrimination). Dans l’étude du processus d’acculturation des étudiants d’Afrique subsaharienne en HES, nous avons tenu compte des variables mentionnées dans le cadre théorique de Berry et les avons abordées selon les points de vue environnemental et social, des études et des lieux de stage, et du niveau personnel.

L’acculturation des étudiants au niveau environnemental et social

13Les étudiants interviewés parlent de difficultés d’adaptation liées à un nouvel environnement occidental, comme par exemple, le rythme de la vie quotidienne très différent de celui de leur pays d’origine, le mode de vie en Suisse, la mentalité des gens, le fonctionnement de la société suisse etc. ; autant d’expériences difficiles à vivre pour ceux qui découvrent l’Europe pour la première fois comme on peut le constater dans les témoignages suivants :

  • 1 NO1, NO2, NO3, NO4, NO5 = sites de formation ; GR1, GR2, etc. = groupes d’étudiants ; PF1, PF2, etc (...)

[…] on a deux mondes en face, nous, on dit on a le temps, quand on voit ici, tout va vite, tout court, on peut avoir des problèmes, déjà le fait de s’adapter à ce rythme de vie là qui est vraiment pour nous à double vitesse, ce sont des problèmes et surtout quand on est confronté aux soucis d’ordre financier, problème de logement, il y a des petits problèmes, on a une lettre qui vient de la police, tous ces problèmes là quand ils s’ajoutent à une formation, ça devient lourd, notre esprit ne peut pas appréhender tout à la fois, on cherche du travail tout le temps, on cherche à évacuer ce qui est bizarre avant de s’attaquer à ce qui concerne notre formation. Ça, ce sont des aspects culturels qui sont réels et auxquels il faut en tenir compte. (NO3GR2, 43-53)1

Surtout que l’esprit n’a pas aussi l’habitude de fonctionner très rapidement, c’est ça aussi l’apprentissage, c’est-à-dire ici ça va vite, moi je me souviens pour connaître là j’avais besoin de regarder comment me positionner, le soleil, la lune, là tu connaîtras l’heure ou le début du soleil mais ici on ne regarde pas dehors, il faut regarder l’heure, tout à coup il faut réagir spontanément, les personnes de cultures différentes, africaines, n’ont pas l’habitude d’être sollicitées autant. (NO3GR2 57-63)

Par rapport à ça je dirais que c’est vrai ce n’est pas facile pour quelqu’un qui arrive ici, qui atterrit en Europe et qui se décide de faire une formation parce que par rapport à cette école précisément, j’avoue que personnellement je fais un grand sacrifice pour comprendre les choses, parce que c’est des choses que je vois à travers l’école, connaître la Suisse en profondeur, les lois, tout ça qui en fin de compte par rapport à quelqu’un qui a grandit ici, ce n’est pas facile pour quelqu’un, il faut vraiment qu’il y ait une certaine préparation si possible, des gens à l’arrivée, par rapport à la Suisse d’une manière générale parce que tout est lié à cela, surtout dans le domaine du social. (NO3GR2, 791-802)

14Ces extraits d’entretiens avec les étudiants montrent une situation de choc culturel que certains vivent lors de leur premier contact avec la société occidentale. Adler (1975 cité par Habimana et Cazabon, 2005, pp. 204-205) définit le choc culturel comme

un ensemble de réactions émotives déclenchées, d’une part, par la perte de renforcements reçus dans sa culture d’origine, remplacés par de nouveaux stimuli culturels qui ont peu ou pas de signification et, d’autre part, par la mauvaise compréhension des expériences nouvelles.

15Les recherches sur l’adaptation des étudiants étrangers (Yeh, 1972 ; Alexander et al., 1976) indiquent certaines manifestations psychologiques (frustration, angoisse, sentiments de perte) ; elles sont inévitables pour les étudiants qui n’ont pas ou qui ont peu de connaissances concernant la culture d’accueil ; ceux qui n’ont ni la motivation ni les ressources personnelles pour créer des liens avec la culture d’accueil et ceux dont les valeurs sont très différentes ou conflictuelles avec celles de la culture d’accueil.

16En plus du choc culturel, les étudiants d’Afrique subsaharienne sont souvent seuls, sans famille. Certains évoquent des problèmes relationnels avec les membres de la société d’accueil et les difficultés à se faire des amis :

Moi je suis arrivé jeune, à 16 ans, ce n’est pas évident. C’est clair qu’il y a les amis, la famille qui te manquent mais la seule chose qui est difficile est que même si tu as la famille, tu es confronté à toi-même quoi, c’est-à-dire que là tu dois te forcer, tu fais tes choses toi-même, il n’y a plus maman et papa qui te disent fais toi, c’est toi même qui doit te débrouiller pour pouvoir faire ce genre de choses. Ça c’est quelque chose qui est bien tu sais en Afrique ce n’est pas toujours évident. (NO5GR, 521-526)

C’est vrai que ma dernière année, j’étais presque dépressive, c’est pour cela que j’ai changé de voie d’études parce que je n’en pouvais plus, c’est vraiment très difficile de se dire que moi j’étais à Fribourg et ma famille à Bâle, c’est vraiment frustrant de se dire que le weekend tout le monde va aller en boîte sortir tout et tout mais toi si tu vas aller en boîte tu va sortir avec tes frères, si tu veux avoir un peu de compagnie, tu vas voir dans ta famille, c’est vraiment frustrant de se dire pendant la semaine, tu te lèves, tu vas à l’école, tu finis l’école, tu vas dans les magasins ou tu rentres chez toi, si tu veux converser c’est le téléphone, une sorte d’échange, je t’appelle. Tu arrives à l’uni, pendant les pauses tu dois lire le journal, tu dois t’occuper parce que tu dois avoir l’échange avec les gens, parce que tu es mal d’aller voir les gens en étant demandeur, finalement on reste dans notre cercle, on se met des idées dans la tête, on commence à réfléchir, qu’est-ce que j’ai comme défaut pour que les autres ne m’acceptent pas tel que je suis. Soit on se dit merde, je ne vais pas laisser ma vie dans un asile, je réagis, soit on reste comme ça. (NO4GR1, 831-846)

17Même si on ne peut pas généraliser à propos des difficultés des étudiants d’Afrique subsaharienne à avoir des relations sociales, ce témoignage pose la question de l’intégration des étudiants étrangers et de ses conséquences sur la formation. D’autres écrits (Habimana & Cazabon, 2005) soulignent que les difficultés d’adaptation des étudiants étrangers peuvent être dues à l’ethnocentrisme, aux comportements xénophobes de la société d’accueil. Cette question des relations sociales des étudiants sera développée dans le chapitre VII, sous-chapitre 2, les «  Relations entre pairs ».

L’adaptation aux études et dans les lieux de stage

18Au niveau des études, les étudiants d’Afrique subsaharienne doivent s’adapter au système de formation de la HES et aux professions du social et de la santé complètement différents de ceux de leur pays d’origine :

J’ai fait des études universitaires, on a toujours l’habitude d’écrire au stylo et les premiers travaux, on vous demande de les rendre écrits à l’ordinateur, c’était un casse tête, les camarades qui m’ont précédé m’ont aidé, on m’a forcé à écrire à un moment, ce qui fait que mon premier travail n’était pas tout à fait fameux, j’ai fait quand même il a fallu que je suive un cours d’initiation de trois mois et tous les travaux que je rendais, il y avait beaucoup de fautes, de présentation, alors que les autres qui sont ici, qui sont habitués n’avaient aucun problème, ce n’est pas évident mais on est obligé d’y aller quand même. (NO3GR2, 75-84)

19Les difficultés d’adaptation vécues par la plupart des étudiants d’Afrique subsaharienne sont aussi confirmées par certains praticiens formateurs.

Vraiment cette identité culturelle qu’ils traînent avec eux et qui gênent l’adaptation ici. Après très concrètement, des questions de rythme, de toucher, de compréhension, de collaboration et d’intégration dans l’équipe parfois. Sinon, pour certains on a déconstruit ce qui avait été fait auparavant et retravailler des notions estime de soi, valorisation, sur la base de critères. (NO2PF3, 583)

Le problème de l’intégration vraiment, je pense que pour eux, c’est un changement de vie, d’habitudes, qui est assez marquant, lié en plus aux débuts d’une profession qui n’est pas évidente. Avec certaines en fait, deux qui avaient déjà bossé en fait en Afrique, donc avec une notion de ce qu’était le milieu de l’hôpital qui est complètement différente de ce qui se passe ici, par exemple la gestion des repas, là-bas c’est la famille qui apporte etc., ici c’est pas du tout comme ça que ça se passe ; les notions d’hygiène qui sont complètement différentes, donc y a ce gros choc-là qui était difficile à gérer ici. Au-delà de ça ce qui était difficile, c’est le niveau d’exigence que nous on a par rapport à elles. […] et puis moi, la difficulté que j’avais c’était comment leur communiquer les choses. (NO2PF2, 13)

20L’acculturation des étudiants d’Afrique subsaharienne concerne également les oppositions entre les valeurs culturelles de la société d’accueil et celles de la société d’origine surtout dans la pratique professionnelle sur les lieux de stage. Cette situation est souvent difficile à vivre pour certains étudiants qui sont très attachés aux valeurs culturelles de leur société. L’exemple suivant est très illustratif :

C’est comme les EMS (Etablissements Médicaux Sociaux), pour un africain, c’est inadmissible et inacceptable, se dire que mon père qui a un certain âge est dans un EMS, il a sa famille, il n’y a personne qui vient lui rendre visite, il est tout seul, il y a des trucs comme ça où l’on se met dans la position de juger parce que pour nous c’est incompréhensible, parce que ça ne se passe pas comme ça mais après à force de le vivre, on apprend à comprendre, à comprendre certaines personnes, il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu mais c’est vrai quand on voit, tu te dis ce n’est pas possible moi je ne laisserai pas mon père vivre comme ça rester seul mais après quand on vit ici et qu’on voit le contexte dans lequel ça se fait, on peut comprendre la personne qui est dans une pareille situation. (NO4GR1, 630-640)

21Les divers exemples précités montrent comment certains étudiants se trouvent dans une situation de conflits de valeurs culturelles des deux sociétés différentes, ce qui peut causer un blocage au niveau de l’apprentissage pour ceux qui n’arrivent pas à se décentrer et comprendre les valeurs d’une autre culture. Un étudiant par exemple nous a révélé son échec de stage parce qu’il n’arrivait pas à travailler avec les personnes âgées. D’autres réclament plus de temps pour comprendre les valeurs culturelles de la société d’accueil et souhaitent être écoutés et bien accompagnés par les professionnels, ce qui n’est pas toujours évident dans les professions du social et de la santé où le temps est compté et dans lesquelles une grande flexibilité est exigée.

L’acculturation des étudiants au niveau personnel

22Les problèmes personnels évoqués par les étudiants d’Afrique subsaharienne sont en rapport avec leurs conditions de vie précaires, c’est-à-dire avec les difficultés financières, les problèmes de logement, les problèmes d’ordre administratif (permis d’étudiant) et familial. En effet comme nous l’avons constaté dans l’analyse des dossiers des étudiants et lors de nos rencontres, la majorité des étudiants ne bénéficie pas de bourses et doit travailler durement pour financer ses études. Ils subissent également des pressions de l’Office Cantonal de la Population concernant la prolongation de leur permis de séjour. Celle-ci est souvent conditionnée par la réussite des examens. La majorité des étudiants africains n’a pas non plus la possibilité d’aller régulièrement en vacances pour voir leur famille et les étudiants se retrouvent isolés dans les cités universitaires. A titre d’exemples, voici quelques problèmes parmi tant d’autres racontés par ces étudiants :

Déjà, nous on vient ici, on a trop de problèmes, on a trop de problèmes, par exemple, moi si je ne réussis pas cette année j’aurai déjà un problème de permis, automatiquement, peut être je ne pourrais même pas continuer mes études, donc on fait tout avec ce stress, avec les problèmes qu’on a, on n’arrive pas à trouver du boulot, on a tellement de problèmes et quand tu rencontres un enseignant qui ne te comprend pas, ça me démoralise, c’est choquant. (NO2GR2, 410-417)

Le problème le plus dur je dirais, c’est toujours le problème administratif […] moi ça m’a beaucoup frustré, moi je me rappelle quand j’étais à l’Ecole de Culture Générale à la fin de l’année, on devait faire un voyage d’études en Espagne, moi je ne pouvais pas aller parce qu’au niveau administratif il n’y avait rien qui était fait, au niveau du permis, depuis je ne pouvais pas sortir de la Suisse et puis aussi il y avait ce problème financier, c’était difficile mais quand c’est comme ça, comme on dit on arrondit les angles, on ne s’ouvre pas comme ça […], donc tu es obligé de mentir pour sauver un peu la face, on dit par exemple mais vous savez moi je viens d’arriver, je ne me suis pas encore installé, la seule chose qu’on évoque la plupart du temps, je ne suis pas au top financièrement. […] Associer le boulot aux études, ce n’est pas toujours évident, parce que c’est vrai en Afrique, on vit à la cité universitaire, tu as ta bourse, tu ne te tiens pas la tête pour trouver un boulot, tu es plongé dans tes bouquins et tu essaies d’avancer. Par contre ici tu ne peux pas le faire, il y a tellement de charges, d’abord la bourse tu n’en as pas droit, il faut aller à l’école et en même temps travailler. (NO5GR1, 497-521)

23D’autres étudiants sont sous la pression de leur famille qui a fait des sacrifices pour qu’ils viennent se former en Europe. Ces premiers doivent réussir et rentrer avec un diplôme puisque échouer deviendrait un déshonneur pour la famille. César explique ce problème en ces termes :

Ça sert à rien de nous prendre dans une école et qu’on ne veut pas nous former parce que nos parents dépensent énormément, ils font trop de sacrifices, ça sert à rien, qu’on nous prenne qu’on paye des taxes je ne sais quoi et qu’on ne peut pas nous donner, tu te rends compte quand tu viens dans un pays et que tu rentres tu n’as même pas un diplôme c’est l’horreur, c’est l’échec, c’est la honte même pour toute la famille, c’est beaucoup de sacrifices, déjà tu laisses la famille parce que tu dois faire les études. (NO2GR, 2, 1296-1304)

24Face à toutes ces difficultés liées au processus d’acculturation, les étudiants interviewés ont des ressources personnelles qui les aident à avancer dans leur formation.

Ressources mobilisées par les étudiants d’Afrique subsaharienne dans le processus d’acculturation

25Dans les entretiens avec les étudiants et les professionnels (enseignants, praticiens formateurs) nous avons mis en évidence les ressources dont les étudiants disposent qui peuvent être qualifiées de facteurs modérateurs durant le processus d’acculturation. Il s’agit principalement de ressources personnelles puisque comme nous l’avons montré, ces étudiants n’ont pas beaucoup de ressources sociales ; ils sont souvent seuls sans famille et ont, majoritairement, des difficultés à avoir des relations sociales avec les membres de la société d’accueil. Certains étudiants estiment également que les écoles ne disposent pas de structures d’accueil des étudiants étrangers pour mieux les intégrer dans l’institution scolaire et dans la société d’accueil de manière générale. D’autres indiquent qu’ils ne sont pas pris en charge sur plan psychosocial dans des situations de détresse en rapport avec les études ou les stages. Les ressources identifiées concernent les qualités personnelles des africains comme la capacité de surmonter le stress, la joie de vivre et l’envie de collaboration, pouvoir éviter les préjugés et avancer, la valorisation de l’identité africaine et la stratégie d’intégration.

26La valorisation de l’identité africaine permet de lutter contre la solitude et d’avoir un sentiment d’appartenance : « Quand on est seul, on se sent isolé, c’est pour cela quand on se retrouve entre africaines, ça nous fait plaisir ». (NO2GR1, 1014-1015) Pour deux étudiants, il faut essayer d’éviter les préjugés et l’enfermement en allant vers les autres :

La différence va toujours exister, […] la différence parce qu’il y a tant de personnes ici qui ont ça dans la tête, c’est comme ça qu’ils sont, souvent, c’est même dès le bas âge, tu sais un enfant qui est éduqué de cette manière là, c’est vrai que ça va se répercuter sur son comportement. S’il y a la différence il a absolument les préjugés, […] ça fait partie du monde mais sur les problèmes de groupe, d’école tout ça moi le seul conseil à donner, il faut aller vers les gens c’est sûr et certain, on ne peut pas être aimé de tout le monde, c’est impossible mais dans un groupe, il y a toujours une personne qui va vouloir sympathiser avec toi. (NO5GR1, 537-544)

Je ne pense pas que ça devrait créer un enfermement, de toute façon la personne n’est pas chez elle, ce ne n’est plus sa culture, c’est typiquement une autre classe, la personne doit s’adapter, si elle s’enferme, c’est dangereux pour elle, il ne faut pas que ce soient les autres qui viennent vers elle, c’est à elle de prendre ce qui est bon dans ça et de laisser ce qu’il ne peut pas quoi. (NO4GR1, 246-251)

27Du côté des enseignants et des praticiens formateurs, il y a ceux qui sont conscients des ressources dont disposent les étudiants étrangers et qui estiment qu’il convient de les valoriser pour les aider à bien faire la formation :

Cet étudiant il cherchait plutôt à changer totalement et à oublier sa culture et c’était pas entendable. […] Comment tu peux t’oublier toi-même et tu peux pas sauter comme ça autrement tu n’existes plus, et continuer à apprendre de ta propre culture et d’apprendre aussi des références d’ici et comment tu pourras faire que cette alliance, faire autre chose de nouveau mais qui pourra être ni l’un ni l’autre. Et pour lui même c’est quelque chose qui était un grand questionnement, je trouve que c’était extrêmement complexe. (NO3E3, 178)

Je me dis, soit un enseignement par un enseignant qui est de la même culture qu’eux, mais pour le moment je ne vois pas d’enseignant comme ça, ou alors quelqu’un qui a vécu là-bas ou alors quelqu’un qui est capable de se mettre à leur… d’aller vers eux. Parce que je trouve qu’on leur demande beaucoup de s’adapter à nous. Je trouve qu’il devrait y avoir un mouvement vers eux. (NO4PF2, 168-174)

28Ces exemples montrent certaines ressources dont disposent les étudiants étrangers et qui peuvent être développées pour leur permettre aussi bien d’être mieux intégrés dans l’école que de réussir. Les institutions de formation qui accueillent ces étudiants ne devraient pas ignorer leurs ressources personnelles. Elles peuvent créer des structures psychosociales dans le but de donner un appui psychosocial aux étudiants en détresse à cause de la solitude et des difficultés d’apprentissage. La littérature sur les étudiants étrangers se limite en effet à leurs problèmes et à l’échec mais ne valorise pas leurs ressources psychosociales qui influent sur la réussite scolaire.

Notes

1 NO1, NO2, NO3, NO4, NO5 = sites de formation ; GR1, GR2, etc. = groupes d’étudiants ; PF1, PF2, etc. = praticien formateur ; E1, E2, etc. = enseignant

Table des illustrations

Titre Graphique 3: Cadre d’analyse de l’acculturation (Berry 1997)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search