Version classiqueVersion mobile

Les étudiants d’Afrique subsaharienne

 | 
Myriam Graber
, 
Claire-Lise Megard Mutezintare
, 
Théogène-Octave Gakuba

Chapitre III. Synthèse des dossiers d’étudiants

Texte intégral

1La synthèse proposée ci-après repose sur l’analyse de vingt cinq dossiers d’étudiants des domaines santé-social. Ces étudiants ayant tous donné leur accord à la consultation de leur dossier.

2Au niveau des cinq écoles considérées, vingt sept étudiants entraient potentiellement dans notre échantillon mais vingt trois ont effectivement participé à l’étude. Cette différence est due au fait que certains étudiants n’ont pas pu se libérer pour les entretiens.

Graphique 1 : Origine et âge

Graphique 1 : Origine et âge

3Les étudiants inclus sont majoritairement d’origine camerounaise (17 soit 56 %), puis dans des proportions significatives congolaises (5 soit 20 %). Le Niger, la Guinée, le Togo ainsi que le Rwanda sont représentés de façon équivalente (1 soit 4 % chacun). Trois étudiants (12 %) sont binationaux par mariage, un Congolais-Suisse et deux Camerounais-Suisse. La proportion importante représentée par le Cameroun peut s’expliquer par les accords entre le Département fédéral de justice et police (Office fédéral des migrations ODM) et la république du Cameroun relatifs à l’entrée des étudiants camerounais en Suisse. Cet accord a été modifié dès novembre 2006, ce qui pourrait dès lors changer les pourcentages des origines actuelles.

Graphique 2 : Répartition des âges dans les dossiers d’étudiants

Graphique 2 : Répartition des âges dans les dossiers d’étudiants

4La moitié des étudiants rencontrés a entre vingt et un et trente ans, avec une plus grande proportion de femmes que d’hommes. Cette dernière variable correspond au nombre élevé de femmes dans la formation santé-social en HES et n’est donc pas spécifique à la population étudiée.

5La moyenne d’âge générale est de trente et un ans et demi. L’âge des étudiants semble plus élevé que pour l’ensemble des étudiants santé-social, ce qui invite à émettre plusieurs hypothèses : une arrivée tardive en Suisse suite à des études post baccalauréat au pays (sept étudiants), une autre formation suivie en Suisse (trois étudiants) de type module de complément de formation, formation diplômante pour répondre aux critères synthèse des dossiers d’étudiants 47 d’admission, ou enfin un long temps de régularisation administrative notamment pour les personnes réfugiées politiques (un étudiant).

6A noter que les cinq étudiants du domaine social sur les vingt-cinq inclus dans la recherche ont tous plus de trente cinq ans. Cette particularité peut s’expliquer par la possibilité de suivre une formation en cours d’emploi et à temps partiel dans le domaine social.

Raison de l’immigration

7Dix-sept étudiants (68 %) ont envisagé suivre une formation en Suisse dans le domaine santé-social car la formation était perçue comme étant de bonne qualité. Les étudiants ont été renseignés par des personnes installées en Suisse et se sont également informés sur les accords internationaux existant entre leur pays et la Suisse.

8Il est difficile de savoir si un projet de retour au pays est envisagé. Les informations contenues dans les dossiers ne sont pas toujours précises et les étudiants rencontrés se montrent très prudents lorsque le sujet est abordé.

9Trois étudiants ont débuté des études en Suisse avant de se réorienter dans le domaine santé. Trois autres personnes sont arrivées en Suisse pour un regroupement familial. Le projet professionnel s’inscrit alors en regard de cette nouvelle intégration.

10Un étudiant, réfugié politique a dû patienter plusieurs années avant de voir son statut régularisé. Il a alors immédiatement débuté sa formation dans le domaine de la santé. Il n’exprime aucun regret, analysant cette expérience avec philosophie : « J’ai eu le temps de m’intégrer. Mes enfants étant scolarisés j’ai pu découvrir le système helvétique et je suis resté attentif à développer ma culture générale de manière autodidacte dans la perspective de ma future formation ».

Motivations pour les études dans le domaine santé-social

11Le point « raison de l’immigration » a mis en évidence que le domaine santé-social est majoritairement choisi en premier lieu comme projet professionnel. Les éléments recueillis dans le dossier ne mettent pas suffisamment en avant les raisons de ce choix si ce n’est la volonté de pouvoir mieux « soulager » les gens dans le pays d’origine, le besoin d’avoir une formation solide et « sérieuse » pour pouvoir rentrer au pays « aider » au sens de secourir, accompagner.

12Le domaine social offrant une formation en cours d’emploi représente une option intéressante financièrement, au niveau familial et pourrait être une hypothèse de compréhension du choix opéré.

13Enfin le passage de plusieurs étudiants par l’école d’ingénieur (en général une année) pourrait être mis en lien avec le fait que certains pays d’Afrique offrent une bourse d’études aux étudiants choisissant une voie technique ou technologique. L’étudiant se réorienterait alors ensuite au sein de la HES dans le domaine santé social.

Conditions de vie

14L’ensemble des étudiants est en règle au niveau administratif. Trois sont au bénéfice d’un permis C et quinze d’un permis B. Deux sont en phase de régularisation.

15En ce qui concerne leurs conditions de séjour, il apparaît que, dans l’ensemble, des solutions pour assurer le quotidien ont été trouvées. Sept étudiants sont au bénéfice d’une bourse d’études suisse, trois sont accueillis dans des familles suisses et huit sont mariés avec enfants. Les situations sont donc extrêmement variées. Les petits boulots et l’aide de la famille au pays ou en Suisse sont évoqués par l’ensemble des étudiants mais avec une certaine discrétion. A ce titre, les indemnités lors des périodes de formation pratique apparaissent comme indispensables.

Cursus de formation y compris conditions d’admission

Cursus scolaire

16Tous les étudiants répondent aux critères d’admission HES au niveau du titre et des aptitudes personnelles. Vingt et un étudiants présentent un baccalauréat option scientifique obtenu dans leur pays d’origine. Les autres sont au bénéfice de formation helvétique permettant l’accès aux HES (diplôme de culture générale, option paramédicale ; certificat de spécialiste en développement ; école d’ingénieur).

Cursus HES

17Huit étudiants sur vingt-cinq ne rencontrent pas de difficultés majeures.

18Toutefois, la majorité des étudiants (68 %) semble présenter des difficultés durant leurs études. Les échecs et remédiations sont fréquents, parfois même à chaque module. Pour certains les difficultés semblent persister tout au long de la formation.

19La validité des éléments présentés ci-dessus nécessite d’être interrogée. En effet, les outils à notre disposition ne permettent pas de quantifier avec précision ces données ce qui rend le croisement et la comparaison avec les résultats des étudiants autochtones impossible. Ceci est dû au fait que tous les dossiers d’étudiants ne sont pas encore informatisés de façon systématique et identique.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Origine et âge
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique 2 : Répartition des âges dans les dossiers d’étudiants
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search