Version classiqueVersion mobile

L’intervention institutionnelle

 | 
Paola Ferretti
, 
Christiane Grau

Conclusion

Texte intégral

Ce sont les utopies qui ouvrent l’avenir et dirigent l’innovation
(Jean Onimus).

1Insatisfactions, sentiments d’inefficacité, nécessité d’actualiser nos modèles d’intervention... nous ont amenées à mettre en évidence les caractéristiques de cette situation inconfortable et, à partir de là, conceptualiser un modèle d’intervention plus opérationnel, adapté au contexte actuel des institutions de Suisse romande.

2Pour ce faire, nous avons beaucoup discuté, confronté nos idées, élaboré des concepts, des manières d’agir, entre les auteures, mais aussi avec nos collègues de formation et nos professeurs. La synergie entre l’intervision sur nos pratiques et la formalisation du modèle a permis de recréer une méthodologie originale dans notre contexte de la Suisse romande.

3Aujourd’hui, l’approche proposée par Sylvain Ohayon, Frédéric Blondel, Vincent de Gaulejac et d’autres enseignants-chercheurs de l’Université de Paris-VII n’est plus pour nous un « modèle magique » à plaquer éventuellement sur notre réalité romande. Les apports reçus ont été clarifiés, mieux compris et intégrés à notre pratique d’intervention.

4De fait, nous constatons que nous avons utilisé le modèle de l’intervention en institutions pour dépasser nos propres difficultés... mais sans intervenant ! Soulignons d’emblée que cette manière de procéder n’est pas très adéquate : elle empêche notamment l’expression et la résolution des conflits, et force un consensus trop rapide, ce qui appauvrit la réflexion. Si les auteures - ce qui n’est pas le cas - étaient appelées à poursuivre une collaboration, dans une institution par exemple, le recours à un superviseur/intervenant extérieur serait absolument nécessaire.

5Arrivées à ce point de notre bilan, nous sommes satisfaites d’avoir pu décrire une méthodologie claire et fonctionnelle. Après de larges détours, nous constatons que notre proposition de méthodologie respecte, pour l’essentiel, celle présentée par Sylvain Ohayon, pour qui l’intervention ne se laisse pas définir étroitement et reste avant tout un art.

6Nous espérons avoir évité à la fois l’emprunt trop disparate et non cohérent à divers courants, la codification pour former des recettes réductrices et la boîte à outils restreignant la créativité nécessaire à une intervention utile.

Caractéristiques et justifications du modèle d’intervention

7Au terme de notre démarche, nous pouvons affirmer que la méthodologie présentée se rattache à la lignée des méthodes psychosociologiques françaises d’intervention. Elle a émergé après de nombreux détours et en fonction de nos réflexions et expériences personnelles dans les institutions de Suisse romande.

8Au début de l’ouvrage, nous avons évoqué quelques différences qui nous paraissaient liées aux particularités helvétiques :

  • la supervision en Suisse romande avec son histoire particulière et son importance dans la culture professionnelle ;
  • les économies et restructurations du système suisse conséquentes à la crise de l’Etat social des années 90 ;
  • la dimension réduite et la fréquente autonomie des institutions dans un petit pays fédéraliste ;
  • les travailleurs sociaux fréquemment disqualifiés aux yeux du grand public ;
  • les spécificités régionales de l’action sociale et du travail social.

9Ces différences justifiaient à nos yeux une prospection-réflexion sur de nouvelles méthodologies d’intervention propres à notre région. L’hypothèse de départ, à savoir : Il faut une méthodologie d’intervention spécifique pour la Suisse romande et pour les institutions relevant du social en Helvétie, nous ont conduits à confirmer que :

  • les mutations macro-économiques qui ont modifié ces dernières années le rapport à la productivité dans les entreprises – avec, en corollaire, un coût social et humain considérable - affectent aujourd’hui les institutions sociales, médico-sociales et scolaires, y compris en Suisse romande ;
  • de nouvelles catégories de désadaptation sociale apparaissent simultanément aux réductions de personnel et à l’exigence de prouver son efficacité, y compris dans les institutions publiques ;
  • les stratégies « classiques » consistant à expliquer les origines des problèmes, à mettre en évidence les facteurs qui les maintiennent, sans proposer des solutions concrètes, sont aujourd’hui insuffisantes ;
  • il est nécessaire de formaliser un référentiel méthodologique dans une posture de clinicien au sens de S. Ohayon : Mais deux ou trois choses nouvelles nous ont conduits à pousser plus loin le rôle du consultant jusqu’à accompagner le client dans l’action, ou pour être plus précis dans la préparation de l’action. Restent alors les questions difficiles de la mise en route du processus de changement : – Que faire ? Comment le faire ? Et avec qui le faire ? (Ohayon 2000, p. 12).

10L’intervenant en institutions a bien sa place pour répondre aux caractéristiques et besoins des institutions de Suisse romande, aujourd’hui. Par ses sources conceptuelles diversifiées, qui permettent des analyses croisées (systémique, psychosociologique, économique), son regard sur les facteurs en présence, ses outils de mise en évidence des ressources et des freins, son orientation délibérée vers la résolution des problèmes, cette pratique de l’intervention assure beaucoup d’opérationnalité dans l’incitation et la conduite du changement.

11De fait, l’impact de cette réflexion sur notre pratique de l’intervention est considérable. Il ne réside pas dans l’originalité absolue du modèle, mais bien dans le fait qu’il offre aux institutions de Suisse romande des compétences utiles. Les fondements de ce mode d’intervention systématique et peu coûteux enrichissent les cadres de référence, les modes de raisonnement et permettent de renouveler la représentation du consultant extérieur.

Enjeux et perspectives

12Quels enjeux, quelles perspectives peut-on dégager en guise de conclusion de cette réflexion sur l’intervention en institutions sociales en Suisse romande ?

13Sans prétendre à l’originalité - dans la mesure où le Laboratoire de changement social de l’Université de Paris-VII, par l’intermédiaire de ses professeurs, l’ont prônée avant nous – nous pensons avoir justifié et défini une nouvelle posture d’intervenant en institutions.

14Avec cette question de la posture de l’intervenant, nous soulignons probablement un tournant dans l’histoire du travail social, lequel n’échappe pas aux grands mouvements qui affectent le marché du travail en général, comme le souligne notamment J.-N. Chopart : Une régulation institutionnelle prévaut désormais sur la régulation professionnelle ; soit que des normes d’action plus précises bornent les conditions de l’activité professionnelle, soit que l’organisation collective du travail s’impose à tous et à chacun et réduise la part d’autonomie de chaque professionnel (2000, p. 269).

15Aux visions classiques de la relation d’aide se substituent aujourd’hui les notions de projet, de contrat, de résolution de problèmes qui, bien gérées, peuvent trouver un sens dans une période économiquement difficile, à condition toutefois qu’elles ne masquent pas la réalité des souffrances des bénéficiaires du travail social et des professionnels qui s’en occupent.

16En dépit des étapes définies et des fiches présentées dans cet ouvrage, il n’y a pas un dispositif méthodologique unique dans cette approche de l’intervention. Les formes vont se diversifier autour d’un processus de base. Il s’agit d’une démarche simple, opérationnelle et ouverte au savoir ordinaire, qui met les acteurs au centre de la réflexion et de l’action. En cela, elle dépasse souvent la commande explicite, pour travailler sur les caractéristiques et besoins réels des destinataires de l’intervention, compte tenu du contexte dans lequel ils évoluent.

17Notre parti pris, et annoncé, de traiter de l’intervention en institution invite les promoteurs, les praticiens d’autres modes d’intervention, en particulier de la supervision, d’en redéfinir les modalités, les objectifs et les situations, lorsqu’ils sont opérationnels, en fonction de leurs spécificités. Ce mouvement de clarification est d’ailleurs en cours dans le cadre de l’Association romande des superviseurs.

© Éditions ies, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search