Version classiqueVersion mobile

Identités en conflit, dialogue des mémoires

 | 
Monique Eckmann

Préface

Charles Rojzman

Texte intégral

1Ce livre est passionnant et indispensable. Comment ne pas être conscient aujourd’hui de l’importance de cet enjeu : vivre ensemble dans un monde globalisé, de plus en plus multiculturel mais où les groupes humains risquent d’affronter leurs « identités meurtrières » comme le dit Amin Maalouf et comme le rappelle l’auteur ?

2Le sujet est traité avec rigueur, sérieux, honnêteté. Monique Eckmann ne nous cache rien des difficultés qui attendent à chaque pas le théoricien et le praticien. A travers trois exemples, le travail sur l’interculturel dans des séminaires en Suisse et en Europe avec des étudiants en travail social, les rencontres entre groupes en conflit en Israël et en Palestine, et la péda-gogie de la mémoire « après Auschwitz » ou plutôt « contre Auschwitz », elle tente de répondre à cette question dans son aspect théorique, mais aussi en tant qu’observatrice impliquée dans des interventions sociopédagogiques qui visent à permettre des dialogues, y compris conflictuels.

3Car on n’est pas ici dans l’illusion de la rencontre « qui suffirait à tout ». L’auteur sait bien que le dialogue demande une pédagogie du conflit et que les conflits sont inévitables – et indispensables – entre majoritaires et minoritaires, entre cultures dominantes et cultures dominées, à l’intérieur même des groupes d’appartenance, à l’intérieur même des individus. Monique Eckmann sait de quoi elle parle : femme, juive, blanche, suisse, de l’intérieur, elle connaît l’existence et l’importance du conflit.

4A travers ses voyages dans ce livre, de Genève à la frontière austro-hongroise et à l’île d’Inishee en Irlande, de Jérusalem à Francfort, elle va à la rencontre de celles et de ceux à qui « la rencontre ne suffit pas ». Elle voit que les cultures, les mémoires, les situations sociales sont antagonistes. Rien n’est pas facile et ce sont les difficultés concrètes que raconte ce livre. Tout en décrivant les interventions avec la plus grande objectivité, en exposant les contenus théoriques avec la plus grande rigueur scientifique, Monique Eckmann parle des souffrances et des blessures de ces étudiants de tous les pays, de ces Israéliens et de ces Palestiniens confrontés à un conflit apparemment sans issue, de ces Allemands et de ces Juifs confrontés à la mémoire... On sent que l’auteur ne s’est pas contenté d’étudier la théorie, même si la théorie est très présente dans ce livre. On sent qu’elle a été confrontée à la rude école de la pratique, qu’elle a vécu les groupes et leurs échecs, les colères et les rancœurs des participants.

5Elle sait en particulier qu’il y a une différence entre une identité de victime qui peut être nuisible à la construction d’une identité positive et la reconnaissance d’une expérience de victime. Je dois le dire, tout comme elle, j’ai moi-même rencontré ces différentes attitudes dans les banlieues françaises où vivent des immigrés et leurs familles, où les adolescents vivent parfois leur identité de victimes à travers la violence dans les rues ou les écoles, où pourtant le besoin est grand de partir d’une expérience réelle de la discrimination et du racisme et de l’injustice sociale pour aider à la construction d’une identité qui débouche sur la lutte pour la dignité et la reconnaissance. Monique Eckmann va encore plus loin : elle voit que les minorités tout comme les majorités peuvent mener des politiques d’identité et que les risques d’exclusion de l’autre existent dans toute politique identitaire. En France, telle est la question posée par l’islamisme politique et par l’adhésion d’un certain nombre d’adultes et de jeunes à des thèses xénophobes, antisémites.

6Le décor est planté : un immense besoin de dignité et de reconnaissance habite ces Européens et ces immigrés, ces adultes et ces jeunes de toutes origines, ces peuples en conflit, et en même temps, ce n’est pas simple. Il faut qu’en haut, les institutions créent les conditions qui pourront faciliter l’accès aux droits pour tous. Monique Eckmann le rappelle en prenant l’exemple de processus de paix comme celui d’Oslo et d’autres encore, une société qui veut se construire sur la dignité et les droits pour tous ne saurait se réaliser sans des acteurs sociaux qui disposent de compétences d’intervention dialogique. En effet, il ne suffit pas de réformer les institutions, de mettre en place des lois et des règles justes pour permettre le vivre ensemble, il faut aussi préparer, former les citoyens à cet esprit d’ouverture.

7L’expérience de ces séminaires et les méthodes de formation qui y sont développées apportent des outils intéressants pour avancer sur cette voie et contribuer à la diversité en Europe. Les leçons qu’on peut tirer de l’analyse et de la comparaison de ces modèles et dispositifs permet de mieux préciser les conditions de réussite et d’éviter les échecs de ces rencontres et de ces dialogues. En ce sens, cet ouvrage doit devenir un ouvrage de référence pour le formateur et l’intervenant, qui y trouvera à la fois des pistes de réflexions et des éléments de pratique pédagogique très concrets tels que l’alternance entre les dialogues intragroupe et intergroupes, l’élaboration du conflit, la prise en compte de toutes les perspectives, les principes d’intervention participante interculturelle et une approche qui inclut aussi bien le présent que la mémoire du passé.

8Cette simple énumération, bien détaillée dans l’ouvrage, montre bien le sérieux et la profondeur de l’entreprise. Son ambition également : l’auteur insiste beaucoup sur l’exigence que doivent avoir les responsables et les animateurs de ces interventions, sur leur professionnalisme, sur l’importance de la durabilité des processus, sur le souci qui doit rester permanent de générer des effets démultiplicateurs...

9La limite de ce livre, l’auteur le reconnaîtrait volontiers, c’est l’âpre réalité des peurs et des haines collectives, la dure loi d’airain des égoïsmes économiques et des inégalités inscrites dans les dispositifs institutionnels. Monique Eckmann rêve d’une Europe généreuse, ouverte à tous, où coexistent dans un conflit constructif des minorités fières à juste titre de leurs identités multiples et des majorités capables de questionnement et de remises en causes des certitudes et des dominations. Elle rêve d’une Europe ouverte, démocratique et respectueuse des droits humains. Elle prend le parti des opprimés, tout en ayant bien conscience que les victimes d’aujourd’hui peuvent devenir les bourreaux de demain. Mais elle préfère ne pas parler des réalités atroces de ce siècle commençant et qui risque de « mal tourner » pour se consacrer à sa tâche : décrire ce qui est à notre portée, possible et juste.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search