Version classiqueVersion mobile

Les étudiants d’Afrique subsaharienne

 | 
Myriam Graber
, 
Claire-Lise Megard Mutezintare
, 
Théogène-Octave Gakuba

Introduction

Texte intégral

1Difficile de résumer en quelques phrases le contour de la recherche menée essentiellement en 2006 et 2007 auprès d’étudiants d’origine d’Afrique subsaharienne et des partenaires encadrant ces étudiants dans la Haute Ecole de Suisse Occidentale (HES-SO) dans les domaines du Travail Social et de la Santé. Effectivement si la question première, mentionnée par certains enseignants, des difficultés singulières d’apprentissage de ce public cible était à la base du questionnement originel – tout en souhaitant apporter des pistes de résolutions innovantes en termes de pédagogie – force fut d’élargir la problématique tant il s’agissait de ne pas réduire les questionnements mais au contraire d’introduire des points de vue divers, voire divergents. Ainsi, l’acculturation, les représentations parfois conflictuelles des visions du Monde et des rapports sociaux, la communication verbale et non-verbale, la contextualisation des interactions des acteurs en présence dans les rapports pédagogiques incluant les discriminations vécues – que ce soit dans l’ici et maintenant des formations de niveaux HES ou dans la question socio-historique des rapports sociaux – sont introduits et débattus. Le processus d’apprentissage retrouve ainsi toute son ampleur et ses nuances dépassant la « simple » question des difficultés, sans l’occulter néanmoins.

2Le contenu de cet ouvrage s’appuie sur une recherche qualitative réalisée grâce au financement du Fond Stratégique du centre de compétence romand CEDIC/HES-SO et à la participation de certains des sites de formation de cette Haute Ecole Spécialisée. Cette étude aspirait à créer une grille de lecture innovante face aux défis d’apprentissage des étudiants d’Afrique subsaharienne dans les Hautes Ecoles Spécialisées Santé Social grâce à l’articulation complémentaire des théories de communication interculturelle, de l’apprentissage et de l’interculturalisation des formations. Lors de l’avancement de cette recherche, suite à l’évocation de situations difficiles vécues par des étudiants quant à leur intégration, nous avons inclus d’autres références théoriques telles le processus d’acculturation, les sentiments identitaires, les questions de préjugés et de discrimination qui, certes, font partie des théories de l’apprentissage mais auxquelles nous souhaitions donner une place plus importante qu’initialement prévue.

  • 1 Pour simplifier l’écriture nous avons utilisé le masculin tout au long du travail. Il va de soi qu (...)
  • 2 Selon les écoles le terme tuteur ou conseiller aux études est utilisé. Dans les deux cas il s’agit (...)

3La recherche concerne les trois principaux groupes d’acteurs de la relation pédagogique : étudiants1, conseillers aux études/tuteurs2 et praticiens formateurs.

4Analyser la réalité vécue par les différents acteurs au travers de leur discours respectif nous permet de clarifier et d’exemplifier les concepts utilisés, de les rendre plus explicites afin de pouvoir ensuite émettre des recommandations utiles, voire opérationnelles, pour la formation. Nous avons donc travaillé à partir des discours des trois groupes d’acteurs retenus, au niveau de leurs représentations individuelles et collectives des diverses réalités de formation et professionnelles traversées et des interactions vécues. Une même « réalité » peut ainsi être décodée, ressentie diversement, parfois même de façon antagoniste, selon le point de vue de l’acteur concerné. Nous ne pouvons néanmoins pas mettre en doute les paroles relatant les vécus des uns et des autres tout en sachant que nous n’accédons en fait qu’à des reconstructions de « réalités ».

5Selon les acteurs, des méthodes différentes ont été développées : entretiens semi-directifs avec les enseignants et praticiens formateurs, analyse des dossiers des étudiants, entretiens compréhensifs en sous-groupes d’étudiants à partir de situations emblématiques. Ces diverses méthodologies ont enrichi la récolte des données et ont permis ensuite un décodage et une analyse complémentaires des discours retranscrits.

6Comme la population estudiantine était délimitée précisément, les étudiants d’origine d’Afrique subsaharienne ayant suivi l’école obligatoire en grande partie ou totalement dans leur pays d’origine, il s’est avéré très important qu’un chercheur d’origine africaine soit associé à l’équipe afin de modérer et compléter l’analyse effectuée par les autres chercheurs issus de Suisse ou des pays francophones voisins. De plus le chercheur « africain » a participé à tous les entretiens de groupes d’étudiants pouvant ainsi permettre à certains d’entre eux, une part d’identification en termes de parcours migratoire ou d’appartenance commune à un sous-groupe en situation minoritaire en Suisse.

7Les membres de l’équipe étaient donc d’origines diverses, de professions différentes, d’expériences professionnelles variées, de cursus de formation complémentaires, ce qui a provoqué à maintes reprises de grands débats au niveau théorique et éthique permettant de dire les divergences mais aussi d’affiner et d’adopter une position commune pour l’avancement de la recherche.

8Pour l’analyse des discours recueillis, après leur codage par l’interviewer, nous avons opté pour qu’une même personne fasse l’analyse – à partir d’une grille de décodage – d’un des trois groupes d’acteurs. Cette première analyse a ensuite été reprise, au minimum, par une deuxième voire une troisième personne. Ceci a permis des discussions ouvertes et a diminué les divergences sans toutefois enlever une richesse au travail d’analyse qui, de toute manière, garde une certaine subjectivité.

9Le pas suivant a permis l’écriture du rapport final où, cette fois, les thèmes principaux de la recherche ont été répartis selon les compétences et intérêts des auteurs-chercheurs.

10Le rapport entre les différents membres de l’équipe de recherche était basé sur une confiance et une ouverture réciproque. L’équipe était constituée de sept membres au départ, deux personnes ont quitté la recherche après une année. Trois membres, de professions différentes (Docteur en sciences de l’éducation, Professeure dans une Haute école de travail social et Professeure dans une Haute école de santé) ont été des moteurs du début à la fin de l’étude et deux autres membres ont apporté leur précieuse collaboration à ce travail par l’analyse des dossiers estudiantins.

11Une telle recherche ne se fait pas sans révéler l’histoire personnelle et professionnelle des personnes impliquées ; le rapport à l’objet d’étude ne peut être ignoré. A plusieurs reprises, nous avons partagé nos intérêts concernant les thématiques de cette recherche, le pourquoi et au nom de quoi il nous tenait à cœur de la mener à bien. Ceci afin de ne pas mêler nos vécus à la réalité traversée par les étudiants, voire les collègues enseignants et praticiens formateurs. Comment rester dans le travail d’analyse, en tant que professionnels chercheurs, en diminuant au maximum les partis pris ? C’est en parlant entre nous de nos expériences de vie, de nos engagements professionnels et de nos références théoriques, en évoquant les analyses effectuées au fur et à mesure et, surtout, en faisant des allers et retours entre les discours et la théorie que nous sommes restés, autant que faire se peut, professionnels et chercheurs.

12Notre intérêt professionnel étant de mieux comprendre le réel de ces étudiants, leurs difficultés mais aussi leurs ressources ; de mieux comprendre à quoi ont été confrontés nos collègues enseignants ne disposant de pratiquement aucune directive institutionnelle quant à l’accueil de ce public d’étudiants, tentant de faire au mieux, d’imaginer des solutions innovantes, d’entendre également les propos des praticiens formateurs. Tout ceci nous a permis de nous concentrer sur l’objet de recherche tout en le questionnant, le faisant évoluer afin d’avoir des éléments à donner par la suite aux trois groupes d’acteurs rencontrés mais également aux directions des écoles professionnelles de la HES-SO.

Notes

1 Pour simplifier l’écriture nous avons utilisé le masculin tout au long du travail. Il va de soi que nos propos concernent tant les femmes que les hommes!

2 Selon les écoles le terme tuteur ou conseiller aux études est utilisé. Dans les deux cas il s’agit d’enseignants encadrant les étudiants de manière plus proche tout au long de leur processus de formation et du suivi des formations pratiques.

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search