Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle

 | 
Heinz Moser
, 
Emanuel Müller
, 
Heinz Wettstein
, 
et al.

8. Le paysage de l’animation socioculturelle

Entrées d'index

Texte intégral

8.1 Introduction

1Pour tracer le cadre du paysage moderne de l’animation, il sera formé ici trois catégories d’animation. La première se réfère à l’espace public et aux activités individuelles et collectives qui s’y déroulent. Cet espace est agencé et organisé par les citoyens à qui il offre des lieux de vie et des possibilités d’épanouissement et d’accomplissement. L’animation endosse ici un rôle de soutien et de capacitation sous des perspectives multiples (voir chapitre 5). L’espace est avant tout territorial — la ville, le quartier, le village, la région rurale, etc. — et son aménagement dépend entre autres aussi d’espaces juridiques ou économiques.

2En deuxième lieu, l’animation se rapporte à un thème qui dictera l’aménagement de cet espace. L’habitat, les loisirs, la culture, mais aussi les réseaux sociaux, les structures et services, les systèmes d’entraide et l’intégration sont des thèmes autour desquels s’articulent les actions. Les thèmes découlent d’analyses de situation et sont aussi définis par les principaux intéressés.

3Troisièmement et enfin, l’animation se réfère à des destinataires, à leurs intérêts et leurs besoins, individuels ou collectifs. Ceux-ci se comprennent comme des partenaires actifs des animateurs ; l’animation ne peut exister sans leur participation. Plus concrètement, cela revient à différencier, à l’intérieur d’un espace déterminé, des groupes de population particulièrement concernés par un thème donné du tait de leur situation ou de leur condition.

4Cette catégorisation présente quelques similitudes avec la subdivision opérée dans le travail communautaire en travail territorial, travail fonctionnel et travail catégoriel (voir à ce propos leur utilisation dans le travail socioculturel en Allemagne chez Schulze 1993, p. 275). Si une séparation stricte de ces approches est impossible sur le terrain, si les catégories se confondent parfois, on peut néanmoins en définir les principes de leurs modes d’intervention respectifs.

5Les deux cadres de référence que sont le thème et les destinataires seront regroupés dans ce chapitre, afin de livrer une première conception de l’animation moderne. Nous en mettrons en lumière les liens avec les approches pédagogiques et celles du constructivisme, puis c’est le cadre de l’espace public qui sera en point de mire. Pour éclairer la vocation générale de l’animation qui est l’accomplissement des individus et de la société, le chapitre analysera pour terminer ce qui la rattache aux concepts du développement des institutions et des collectivités ou communautés.

8.2 Animation socioculturelle et destinataires

6Le thème des destinataires nous renvoie aux groupes cibles et, plus généralement, à la question de savoir s’il est opportun de parler d’animation individuelle ou si celle-ci ne se conçoit que dans une perspective collective.

7Tout bien considéré, l’individu est toujours au centre de l’animation. Que l’on parle de conception du monde, des besoins ou des objectifs de développement, il est toujours au cœur de la réflexion. Mais l’approche n’est jamais exclusivement personnelle, puisque l’animation considère l’être humain dans sa dimension sociale qui veut que celui-ci ne puisse s’accomplir pleinement qu’à travers ses rapports avec les autres, rapports dont nous analyserons la nature plus loin.

8Ainsi, peut-on affirmer que l’individu est aussi sujet de l’animation. Son épanouissement dans divers domaines, sa compréhension de l’existence, sa capacité à gérer et à organiser sa vie font partie des objectifs de l’animation. L’homme, être social par excellence, ne peut y parvenir seul, sans compter que les chances ne sont pas égales pour tous.

9Malgré tout, l’animation part de l’aspiration de tous les êtres humains à se réaliser, à faire éclore et développer leurs talents et aptitudes de communication, de coopération et de création, à mobiliser leurs ressources et donc à décider individuellement et collectivement de leur mode de vie. Et ce n’est pas dans ce cadre que l’on pourra tenir compte des disparités sociales.

10Il n’est pas question de revenir au modèle des couches sociales, quand bien même il reste en partie légitime. L’animation saisit les discriminations, les inégalités dans les rapports entre les générations, entre les genres, entre les ethnies, dans le monde du travail ou l’habitat par exemple. Ce faisant, elle met en évidence les multiples conditions et modes de vie qui caractérisent la société moderne sans prendre toujours appui sur une théorie probante. Dans la réalité institutionnelle, hélas, les mandants restent souvent attachés au modèle traditionnel des couches sociales et assignent de surcroît à l’animation une mission de normalisation. Les contradictions sont programmées d’avance.

11L’animation ne part pas nécessairement de discriminations ou de handicaps propres à certains groupes sociaux, mais préfère postuler que la société en mutation place la plupart des individus, et la collectivité dans son ensemble, face à des situations exigeantes et que beaucoup aspirent à mieux comprendre leur condition et à façonner leur vie, à participer à l’organisation du cadre général et intervenir dans les développements publics. Ces aspirations forment l’essence de l’animation.

12L’animation privilégie à l’évidence certaines catégories de personnes en tant que groupes cibles, qu’elle associe d’ailleurs à des problématiques précises. Elle doit pourtant défendre absolument ses principes d’ouverture et d’accès à bas seuil et, pour ce faire, orienter ses champs d’intervention concrets vers l’intérêt général.

13La situation est similaire pour le thème, puisque l’animation se propose d’agir sur certaines conditions de vie qu’elle qualifie de très problématiques et particulièrement difficiles, et qu’elle doit s’atteler, dans une perspective plus large, à des problématiques sociales de portée plus générale.

14Parmi les groupes sociaux auxquels l’animation voue un intérêt particulier, il y a les différents groupes d’âge (enfants, adolescents, aînés), puis les groupes numériquement importants formés selon d’autres critères (étrangers, femmes, etc.), et enfin les groupes plus restreints en situation particulière (chômeurs, handicapés, toxicomanes, etc.).

A) Groupes d’âge

Enfants et adolescents

15En Suisse, les concepts d’animation se sont imposés avant tout dans le travail auprès des enfants et des jeunes, leur implantation coïncidant d’ailleurs en région alémanique avec la professionnalisation de l’action menée auprès de la jeunesse (cf. chapitre 2).

16Les adolescents sont les premiers à mettre le doigt sur les bouleversements de la société, par leur comportement ils en révèlent les problèmes et les limites, les blocages et les difficultés non résolues. Au fond, c’est un miroir social qu’ils nous tendent.

17Le propos n’est pas de retracer ici l’histoire des concepts des activités de jeunesse (voir Krahfeld 1982, Wettstein 1989), mais il faut rappeler que depuis leur naissance, ces activités ont oscillé entre auto-organisation des intéressés et leur réinsertion dans un contexte défini et la socialisation dans les rapports sociaux dominants. Dans la foulée des mouvements de jeunesse de 68 ont vu le jour des concepts de travail émancipateurs (Giesecke 1971), anticapitalistes (Lessing/Liebel 1974) ou encore tournés vers les besoins (Damm 1975/1980), dont les buts rejoignaient ceux des concepts d’animation nés à la même période en France. En Allemagne, la dimension éducative l’a toujours emporté sur la question de la participation sociale, laquelle tenait en France une place au moins aussi importante que la pédagogie.

18Les associations de jeunesse ont toujours travaillé à la fois auprès des enfants et des adolescents ; le développement de l’action en milieu ouvert auprès des jeunes est allé de pair avec celui mené auprès des enfants. Fit avec la proclamation des droits de l’enfant, l’attention s’est portée sur ce nouveau groupe jusque-là pratiquement sans droits.

19L’animation auprès des jeunes et des enfants renoue avec la vocation fondamentale de l’animation, à savoir l’épanouissement de la personne, la mobilisation des ressources et la mise en valeur des compétences, qui compte beaucoup dans cette phase de la vie. L’animation est toujours conçue pour l’ensemble des enfants et adolescents d’une communauté.

20On comprend mieux, dès lors, pourquoi les professionnels du travail de jeunesse de Suisse alémanique ont réussi sans peine à se raccrocher à l’animation. C’est que celle-ci apportait un fondement théorique idoine à leur travail, tandis qu’en Suisse francophone, cette assise théorique s’était tout naturellement donnée dans le travail de jeunesse. Depuis lors, l’animation de jeunesse et l’animation socioculturelle évoluent de manière indissociable. Elles se sont nourries l’une l’autre ces dernières années et ont déployé des concepts originaux, parmi lesquels celui explicité dans la contribution de E. Müller ou encore le travail communautaire qui va vers les jeunes (cf. Grindat 1995). En Suisse alémanique, le travail en milieu ouvert et le travail avec la jeunesse en général ne peuvent plus faire abstraction de cette évolution empreinte de la philosophie de l’animation.

Aînés

21Ce groupe est entré tardivement dans le champ de l’animation, d’abord parce qu’il a fallu comprendre que la situation de nombreux aînés ressemble à celle des jeunes. Ils n’ont pas pleinement accès à la vie de la société, parce qu’exclus du monde du travail et parfois réduits dans leur mobilité. Les aînés doivent trouver leurs propres moyens pour se faire entendre, avoir voix au chapitre et peser de tout leur poids. L’animation précisément leur offre une approche appropriée pour développer leur capacité sociale.

22Les derniers développements font apparaître une nouvelle différenciation de ce groupe cible selon leurs aptitudes individuelles. On distingue désormais les jeunes vieux, c’est-à-dire les personnes en retraite anticipée et celles qui viennent de quitter le monde du travail, donc encore en pleine possession de leurs moyens et avec un grand potentiel et, d’autre part, les vieux vieux, personnes aux capacités réduites, contraintes de trouver de nouveaux rythmes de vie, des personnes avec des besoins spécifiques dont l’environnement doit tenir compte. Dans ce domaine, l’animation a déjà développé des concepts appropriés.

B) Autres grands groupes

Etrangers et étrangères

23Les ressortissants étrangers vivant en Suisse représentent près d’un cinquième de la population résidante et forment ainsi un groupe de destinataires de poids. Les différents groupes d’étrangers ont ceci en commun avec les aînés et les jeunes qu’ils sont exclus de la vie politique et privés de certains droits et prestations (selon leur statut en Suisse). Les barrières juridiques et culturelles limitent leur accès à l’organisation de la vie sociale-Ils doivent donc eux aussi trouver leurs propres voies pour influer sur le cours des choses. L’animation privilégie ici les thèmes de l’acceptation, des rapports avec l’Autre, des représentations de l’intégration et de la société multictilturelle. Des méthodes de travail adéquates se dégagent des différentes perspectives d’intervention.

Femmes

24Parler des femmes c’est parler de la majorité de la population. Or, il existe encore de nombreuses entraves au plein épanouissement de leurs capacités, en particulier dans la sphère publique. Les discriminations et disparités existantes constituent un véritable défi pour l’animation, dont les principes d’action ne sont pas assujettis aux normes et comportements du discours dominant.

C) Groupes spécifiques

25Les groupes spécifiques se définissent surtout par rapport à leur problématique : handicap, chômage, pauvreté, monoparentalité, violence, toxicodépendance, sans-abri, etc. Dans ces domaines, l’animation socioculturelle peut tenir lieu de complément aux concepts de l’éducation sociale ou du travail social, qui privilégient plus volontiers l’aide et la prise en charge individuelles. On note ici une vaste zone de recoupement avec le concept du travail communautaire. Les méthodes d’animation ont surtout pénétré l’éducation spécialisée où elles sont présentes tant dans la formation que dans la pratique.

26Animation et éducation spécialisée se combinent à des degrés divers dans la pratique. Le spectre va des projets d’animation pure (groupes d’entraide, organisation de structures destinées à des groupes spécifiques comme les mères ou pères élevant seuls leurs enfants, jusqu’aux entreprises relevant pour l’essentiel de l’éducation spécialisée et du travail social, où l’animation tient un rôle plutôt secondaire (par exemple dans la rééducation, où on ménage quelques espaces pour un travail d’animation). Elle déborde partout où elle se rattache au domaine éducatif (qui a lui aussi pour vocation l’épanouissement des aptitudes), à l’école et dans la formation des adultes (cf. contribution de H. Moser, in : Päd. Forum 4/1997).

27Dans la pratique, les frontières sont difficiles à tracer et c’est l’observation des tendances qui peut nous renseigner sur la conception dont se réclame une pratique donnée. Bref, l’animation obéit à une représentation du monde et une conception de l’homme spécifiques. L’être humain est considéré dans sa dimension sociale, il est vu comme un individu capable d’imaginer sa vie et de réaliser ses desseins. On est donc loin de la vision de Hobbes où l’homme, sans égards pour les autres, a pour seul horizon sa propre personne. L’animation postule un être capable de comprendre le sens et l’utilité d’une coopération pacifique. On est loin aussi de la philosophie du New Public Management qui réduit l’individu à sa seule fonction de client, dont il faut satisfaire les besoins par des offres de consommation. C’est au contraire un être qui aspire à se réaliser dans la construction de sa vie et de son cadre de vie, un être qui entend donner un sens à son existence. En d’autres termes, ce ne sont pas les contraintes extérieures qui poussent l’homme à agir et progresser, c’est l’homme qui est naturellement enclin à agir pour donner un sens à sa vie.

28L’animation saisit le rapport de l’individu à la société ni sous un angle déterministe (l’individu comme victime de la société) ni dans une perspective volontariste (l’individu totalement libre de son agir social) mais comme une combinaison des deux. L’histoire et la société pénètrent l’individu et il doit opposer à ces influences ce qui lui appartient en propre. La manière dont il appréhende et assimile les données n’est pas prédestinée, c’est par sa propre lecture des choses que l’homme construit son univers. Il existe un espace de liberté individuel et collectif, non absolu, mais assez large pour que l’individu et les communautés jugent essentiel de s’en approprier.

29Ainsi, la société ne se présente pas comme une mécanique géante qui fonctionnerait selon des lois précises. C’est une composition sociale ouverte sur l’avenir, dont le cours futur n’est pas tracé et dont il ne suffit pas de comprendre le fonctionnement pour prévoir son devenir. On distingue certes quelques lois ou constantes dans l’évolution sociale, mais elles ne conditionnent jamais l’action de manière définitive. L’animation porte en elle l’idée de liberté. Elle en reconnaît les limites imposées par les circonstances, mais s’emploie à la cultiver car sans elle, on ne peut donner de sens à sa vie.

30Ces considérations philosophiques permettent d’éclairer le lien avec la pédagogie et la politique. Au chapitre de la pédagogie, on relèvera surtout les courants de la pédagogie réformée qui a marqué l’Allemagne à l’aube du XXe siècle ou, plus récemment, l’éducation antiautoritaire (Neill 1965) ou encore la pédagogie des opprimés (Freire 1969). Les idées de Freire, en particulier, peuvent se lire comme un concept d’animation. C’est à la faveur d’un travail de conscientisation que l’individu, comme la communauté, apprend à mettre des mots sur sa situation pour mieux la saisir. Cette prise de conscience lui donne les moyens d’être actif et de mieux défendre ses intérêts et sa cause. Le langage et l’action sont les clés pour devenir maître de son destin et participer à la société.

31Sur le plan politique, l’animation érige la société démocratique en principe, elle mise sur une participation responsable de tous ses membres, elle postule l’égalité des hommes, non pas une égalité formelle, mais une égalité qui fonde la vie commune dans les domaines les plus divers. De fait, l’animation est inconcevable dans une société qui n’offre pas les conditions d’une vie démocratique, que ce soit sur le plan formel (juridique) ou matériel (par le jeu du pouvoir ou d’autres mécanismes). Soit elle se fait subversive ou révolutionnaire soit elle n’est pas acceptée par les individus, lesquels peuvent par exemple se tourner vers la consommation passive exclusivement. Aussi, l’animation n’est guère pensable, sinon carrément suicidaire sous une dictature (que celle-ci concerne un pays ou une institution) et elle ne rencontrera aucun écho dans une société qui entraîne ses membres dans une course folle à la consommation pour les museler (voir Huxley 1932/1959). Cette évolution, précisément, a soulevé de grandes questions ces dernières années : la société de consommation est-elle en train de miner les fondements de la participation démocratique ? Ses membres trouvent-ils encore un sens à s’engager pour la collectivité ou à s’engager tout court, alors qu’il y a tant d’offres à portée de main pour répondre à leurs besoins (cf. Gillet 1995) ou que l’on cherche à multiplier les sensations fortes pour donner un sens à sa vie ?

32Il est permis aussi de se demander si l’institution en tant que telle n’est pas un obstacle à l’animation socioculturelle au sens du concept décrit au chapitre 5 ou encore, si son action n’a pas valeur d’alibi, puisqu’elle ne dépasse jamais le cadre de l’institution. Ces interrogations s’expriment dans la sociologie française (Lapassade 1967, Lourau 1970) avec l’analyse institutionnelle qui a donné naissance aux notions d’institué et d’instituant, centrales aussi dans le concept de Gillet. En substance, il est affirmé qu’une institution qui se propose de faire de l’animation, doit être prête à se remettre et à se laisser remettre en question, qu’elle ne peut en aucun cas s’imposer comme structure fixe à laquelle les animés n’auraient d’autre choix que de s’adapter.

33Nous touchons ici une problématique qui n’a pas fini d’alimenter le débat. Une vision pessimiste veut que l’on prétexte très vite les contraintes de l’institution pour écarter d’emblée le concept d’animation. C’est oublier que l’animation commence déjà là où les individus ont la possibilité de cultiver et d’organiser intelligemment des espaces de liberté et par-là même de les élargir. Entre le tout ou rien, il y a dans la pratique une infinité d’entre-deux et de nuances capitales. Le problème se pose surtout quand il s’agit de mettre en œuvre des concepts d’animation dans les institutions sociopédagogiques. Comment mener un travail d’animation dans une institution où la marge d’action et de liberté laissée aux jeunes est définie de multiples manières ? Pour certains, la tâche est carrément impossible, pour d’autres, elle est faisable moyennant une bonne dose de patience, y compris du côté de l’institution (qui devra accepter par exemple qu’un projet ne produise pas grand-chose pendant une longue période et être prête à renoncer à ses attentes préconçues). D’autres encore disent l’animation possible à condition que les animateurs ne s’épuisent pas à dépasser les limites de l’institution et qu’ils tirent le meilleur profit de leur marge d’action.

34Le problème se pose généralement partout où les employés d’une quelconque instance porteuse, une commune par exemple, conduisent un travail d’animation et soutiennent des initiatives contraires aux souhaits de cette instance. Le lecteur trouvera au chapitre 5 une approche permettant de sortir de cette impasse.

35Cette présentation montre à quel point les différents contextes s’interpénètrent et ne peuvent déboucher sur des concepts aux lignes nettes. L’animation est donc plutôt un terme générique coiffant différentes approches conformes à la position fondamentale énoncée.

36Au sujet des destinataires, relevons encore que la dimension du social et de la solidarité a suscité maints débats dans ces dernières décennies. D’aucuns annoncent l’érosion de la cohésion sociale (Gillet 1995, p. 195 ss.), la rupture du contrat entre les générations, la désolidarisation entre les différents groupes sociaux et, surtout, l’émergence d’un ethnocentrisme, d’un nationalisme et d’un racisme nouveaux.

37L’animation voit dans cette évolution une nouvelle donne sociale, le produit de l’individualisation et de la désarticulation croissantes et, plus généralement, de la mutation des valeurs. Le flou et l’incertitude dans lesquels se trouve l’individu le poussent à chercher refuge dans le groupe, à se replier dans le cadre ou dans le milieu où il se sent bien et peut trouver ses marques, là où il trouve un soutien et peut vivre sans toujours être remis en question ni se heurter à tout le monde. La diversité des modes et projets de vie, des valeurs et comportements qui coexistent aujourd’hui (anything goes) fait partie des nouvelles donnes sociales que l’animation se propose de maîtriser, à tel point qu’elle axe son action sur le concept de médiation ou celui de médiaction (Gillet 1995) et débouche sur de nouveaux modèles qui sont présentés au chapitre 5. L’animation en vient donc à se réclamer du concept de médiation propre à d’autres domaines du travail social, elle y voit plus qu’un instrument de règlement de différends entre conjoints ou cocontractants. C’est désormais un formidable outil qui promet une prise de décision optimale sur des questions politiquement et socialement controversables. L’animation a donc trouvé un champ d’action spécifique dans tous les domaines où il s’agit de construire de nouvelles solidarités, où différentes cultures doivent apprendre à vivre ensemble, où l’intégration ne signifie pas prépondérance d’une culture sur une autre mais enrichissement mutuel. La société dite multiculturelle, modelée par les flux migratoires des dernières décennies, représente un véritable défi pour tous, y compris pour l’animation.

38L’animation, on le voit, reste foncièrement attachée à l’objectif d’une société solidaire et à une conception sociale de l’homme, et semble s’inscrire ainsi à contre-courant. La communication, la coopération, la participation demeurent les maîtres mots de l’animation. En Suisse, l’animation qui se revendique de cette orientation est assortie du qualificatif socioculturel, par opposition à l’animation tout court, laquelle englobe les offres de consommation peu conformes à sa mission fondamentale.

8.3 L’animation socioculturelle en rapport avec l’espace public

39Gillet (1995, p. 239 ss.) évoque dans son ouvrage le mythe du quartier, qui voit dans ce dernier le prolongement de l’idéal de la communauté villageoise et continue de faire figure d’idéal dans les concepts d’animation actuels. Dans cette conception, l’animation permettrait de restaurer cette communauté à l’intérieur d’un territoire circonscrit. A partir de là, elle s’est divisée en deux branches : l’animation urbaine et l’animation rurale (voir Poujol 1989, p. 100 ss.). Dans son implantation en pays germanophone, la première branche s’est fortement rattachée au travail communautaire (cf. U. Rellstab), cependant que l’animation rurale est restée plutôt marginale et n’a été thématisée qu’au travers de projets concrets, en particulier le projet Culturemobile.

A) Animation urbaine

40L’animation urbaine est conditionnée par les multiples bouleversements qu’a connus la population citadine dans les dernières décennies : réalisations architecturales, politique des transports, séparation du travail, de l’habitat et des loisirs, mobilité liée aux problèmes économiques, etc. Dans ce contexte, le quartier au développement harmonieux et organique fait figure d’exception, la norme étant le quartier hétéroclite, chaotique, disparate et monofonctionnel, à l’architecture anarchique et caractérisé par une forte mobilité, ou encore la commune suburbaine, qui a souvent relayé le quartier et qui s’étire sur de vastes espaces, dans des agglomérations souvent amorphes et pauvres en structures et en services.

41L’exploitation de l’espace est aujourd’hui essentiellement monofonctionnelle, si bien que les gens n’ont guère d’autre choix que de s’adapter aux lieux, de s’accommoder des règles qui les régissent. Ils ne disposent plus d’espaces qu’ils peuvent occuper ou aménager à leur guise. Une situation difficile à vivre, pour les jeunes générations surtout. En témoignent les nombreux conflits intergénérationnels portant sur l’occupation et l’usage de l’espace : création de centres autonomes, occupation de logements ou de locaux industriels ou commerciaux, combats menés pour pouvoir changer provisoirement l’affectation d’un espace (street parades par exemple), mais aussi les petites disputes quotidiennes autour de l’usage des planches ou patins à roulettes. L’appropriation et l’agencement de l’espace — quand il sort des limites de la sphère privée - est aujourd’hui un sujet majeur de controverse dans le débat urbain.

42C’est dans les maisons de quartier de la ville de Zurich que le concept de l’animation socioculturelle s’est imposé avec le plus de vigueur en Suisse alémanique, à une époque précisément où l’on mettait à l’épreuve les concepts de travail communautaire dans les quartiers. En Allemagne, l’animation n’a pas connu pareille concrétisation institutionnelle. Ces éléments permettent de comprendre pourquoi le débat sur le développement historique de la ville a toujours été de pair avec l’animation socioculturelle, en Suisse comme en France (voir Jean-Caude Gillet.). On s’est aperçu qu’il fallait redéfinir sans cesse l’entité quartier, que ses limites sociales, contrairement à ses limites territoriales, restent difficiles à saisir et que l’espace urbain autorise des approches distinctes. A côté du quartier, il y aussi l’entité grand ensemble. Le projet Schönbühl, par exemple, consistait à mettre en évidence les problèmes d’espace d’un groupe de jeunes dans une grande cité de quelque 2000 habitants Le projet peut aussi concerner la ville dans son entier, lorsque celle-ci est de taille réduite (par exemple Dietikon, petite ville de 20 000 habitants qui s’est assuré les services d’un animateur communal).

43Le manque de visibilité y pèse davantage, la ségrégation des groupes y est plus marquée et engendre des cités de type ghetto (quartiers sensibles). Il y a moins de possibilités d’aménager son environnement immédiat et son existence sans se perdre dans les méandres d’une administration rigide et anonyme. Ainsi, l’animation y a-t-elle pour mission première de recréer des espaces de vie individuelle et collective librement organisés, des lieux où exprimer sa vision du monde et où les initiatives ne se brisent pas sur les résistances institutionnelles.

44Pendant longtemps, l’animation a surtout cherché à offrir des locaux ou des lieux où réaliser et développer ce type d’activités et les soutenir. Ce concept se retrouvait dans les maisons de jeunes, les centres de quartier, les centres de rencontres et espaces de loisirs, ainsi que dans les centres socioculturels, et en partie aussi dans les Bürgerhäuser en Allemagne. Mais depuis quelques années, l’animation veut élargir son terrain d’action à tout le quartier. La « maison » reste importante en tant que base logistique, mais l’animation se déploie partout où se trouvent les individus ou les groupes qui cherchent à s’exprimer et à aménager leur environnement. L’animation renoue du coup avec les concepts de l’action sociale en milieu ouvert et va désormais vers ses destinataires. Sa finalité est de rendre un peu d’espace urbain à ceux qui l’habitent pour en faire des lieux à façonner et à modeler et non plus dictés simplement par des impératifs architecturaux, économiques, juridiques ou par les besoins des transports.

45En d’autres termes, la ville est appelée à développer une culture sociale conforme aux définitions ci-dessous de l’Unesco ou du Conseil de l’Europe. Et c’est justement ce qu’a fait le projet Soziokultur Zürich qui présente les caractéristiques fondamentales décrites ici (cf. Sozialamt Zurich 1995). Cependant, son association avec les idées du New Public Management a placé le projet dans un champ antagonique, celui-ci étant d’une part soumis à une obligation de résultats et orientant d’autre part son action vers un processus sur la durée.

46Unesco : « La culture englobe les structures, formes d’expression et conditions d’existence dans une société donnée et les différentes opérations par lesquelles l’individu s’exprime et s’accomplit dans une société. »

47Conseil de l’Europe : « La culture est tout ce qui permet à l’individu de s’orienter dans le monde, la société, et aussi vis-à-vis de son patrimoine spirituel, tout ce qui aboutit à ce que l’être humain saisisse mieux sa situation pour pouvoir la modifier, le cas échéant. » C’est aussi l’approche dont se réclament les centres socioculturels en Allemagne, qui eux aussi visent à organiser l’espace urbain par la base. On retrouve cette idée dans l’ouvrage de Joachim Schulze (1993) intitulé « Soziokulturelle Zentren — Stadterneuerung von unten » (centres socioculturels — une rénovation urbaine par le bas), qui se demande comment réussir la jonction entre le centre (maison ou équipements) et le quartier.

48Dans la pratique, il en résulte des pratiques diverses et variées. On observe en premier lieu un panachage avec des approches catégorielles ou fonctionnelles, qui veut que l’action menée dans le quartier s’adresse le plus souvent à un groupe déterminé ou cible une problématique particulière. C’est dans un deuxième temps que la problématique devient, à la faveur des réseaux et des discussions, l’affaire de tout le quartier. Le projet global, qui répond aux préoccupations de l’ensemble des habitants du quartier et vise une organisation commune de l’espace quartier et la construction d’une culture de quartier, est plutôt rare. Souvent il faut commencer par créer des interactions internes dans le quartier, car pour bien des habitants le quartier est une chose trop abstraite et trop vague. Leur univers se rapporte à des unités plus restreintes pas toujours liées au quartier. C’est ainsi que dans diverses grandes villes allemandes, il existe des centres socioculturels sans véritable point d’ancrage géographique, parce que de par leurs mode d’intervention et leurs activités, ils se revendiquent d’une certaine culture et attirent une catégorie précise de la population de la ville entière.

49L’animation urbaine doit par ailleurs trouver un heureux équilibre entre activité sociale et activité culturelle. La fête ou le bazar de quartier côtoie les projets pour les sans-emploi, le vernissage ou la production théâtrale coudoie la structure de jour pour les adolescents ou le groupe d’entraide des familles monoparentales. La difficulté majeure consiste ici à marier ces deux types d’activités sur un mode créatif afin d’offrir aux intéressés de multiples occasions de montrer leurs capacités et leurs talents mêmes et éviter aussi la formation d’îlots de consommation pour privilégiés qui n’auraient rien à partager avec les autres usagers de la même structure. La position de médiacteur explicitée au chapitre 5 prend ici tout son sens.

50Ce délicat dosage exige des efforts continus qui confèrent à la structure et à son offre, et pourquoi pas au quartier tout entier, un profil dynamique et toujours renouvelé. Il faut cette recherche permanente pour trouver ses repères, pour libérer des énergies, organiser l’espace urbain et rendre visible ceux qui l’habitent.

51Une autre question est de savoir si les habitants doivent se rendre dans un endroit précis pour bénéficier des offres ou si c’est aux animateurs de les porter dans tous les recoins du quartier ? Le juste équilibre est difficile, notamment parce que le fonctionnement de la maison accapare souvent toutes les forces et risque de faire perdre de vue le reste du quartier. Il faudra toute la vigilance propre à la position de concepteur pour éviter ce piège.

52L’animation urbaine exige des modes d’intervention aux accents multiples permettant d’agir activement sur l’organisation de la vie urbaine.

B) Animation rurale

53A l’animation urbaine s’oppose l’animation rurale qui mérite une attention particulière. Il est aujourd’hui impossible de partir d’un espace rural intact, tel qu’on l’exposait dans les débuts de l’animation. La campagne en effet, n’a pas été à l’abri des transformations sociales, mais leurs effets y ont été en partie autres. La Suisse, petit pays s’il en est, n’a plus guère de véritable campagne et les distances y sont courtes. Les zones à faible densité de population qui mériteraient à la rigueur le nom de campagne, sont situées avant tout en région de montagne, à la différence de l’Allemagne et de la France où elles se trouvent dans les régions éloignées des grandes zones de concentration industrielle. La majeure partie de la population suisse, comme celle de la plupart des pays voisins du reste, ne vit ni dans les grandes villes ni à la campagne. La structure de l’offre entre les zones rurales et les espaces urbains présentent bien sûr de grands contrastes : la campagne se distingue de la ville par un tissu associatif nettement plus dense et aux racines plus profondes, par une offre moins ouverte, par des manifestations culturelles plutôt grand public, par une autre approche de l’expérimentation, par un filet de soutien aux mailles nettement moins serrées et, enfin, par des réseaux privés en plus grand nombre. La mobilité y est une exigence absolue pour qui veut mener une vie active, spécialement pour les jeunes, dont le champ de découverte dépasse généralement l’horizon du village et s’étend à la région dans son entier (voir études de Böhnisch et al. 1989, 1990, 1991). La nature des rapports et liens sociaux y est aussi différente. La communauté villageoise très soudée appartient certes au passé, mais le contrôle social reste plus vif qu’en ville, les gens en savent bien plus sur la vie des uns et des autres. Une autre problématique typique réside dans la séparation — souvent peu perceptible du dehors — entre les indigènes et les nouveaux arrivants, entre la souche et le sable mouvant. Les premiers comptent y rester, souvent parce qu’ils vivent dans leur propre logement, alors que pour les seconds, le village n’est guère plus qu’un lieu de séjour transitoire.

54Les développements technologiques, économiques, sociaux et culturels ont aussi bouleversé la vie rurale. Les habitants savent tout ce qui se passe ailleurs, ils participent via les médias à l’univers des autres régions. Cette influence nivelle quelque peu les disparités à l’intérieur des zones rurales, mais accentue les tensions entre ville et campagne, qui se traduisent différemment selon les personnes. Les uns s’estiment bien lotis et épargnés par certains développements, ils disent avoir la chance de vivre près de la nature par exemple. D’autres, regrettent d’être tenus à l’écart des développements et d’en subir tout de même les effets. D’autres encore affirment « en savoir autant » que les citadins et aiment rappeler qu’ils ont accès à beaucoup de choses. Les conservateurs comme les tenants de la modernité ont du coup besoin de maîtriser le cours des événements et déploient des efforts particuliers. Les premiers soulignent la valeur des traditions rurales, généralement incarnées par les associations ou sociétés locales, les rites saisonniers hérités de la paysannerie, ils marquent leur distance avec tout ce qui ne cadre pas avec cette image au risque de se scléroser. Les seconds ne voient dans la région rurale qu’étroitesse et privations, prêtent à la ville une force libératrice et souhaitent profiter de son offre, réelle ou imaginée.

55Le conflit entre préservation et alignement est au cœur de l’animation rurale. Les projets bien documentés du Culturemobile en Suisse, réalisés en grande partie en zone rurale, identifient la manière dont les habitants de ces régions vivent et gèrent ces antagonismes (voir à ce sujet les tomes de Pierre Rossel, François Hainard et Michel Bassand, 1990 et 1993). Il faut continuer de développer l’espace rural et ses particularités, préserver ce qui est digne d’être préservé, mobiliser les ressources sans se fermer à la nouveauté. L’exercice exige l’ouverture d’un véritable débat, une communication constructive, pour confronter les différents modèles de vie.

56Dans les régions rurales, caractérisées par de faibles ressources dans le domaine social et culturel, l’animation est peu développée et ne compte que peu de structures fixes professionnalisées. Elle y est surtout une affaire de bénévolat et de volontariat, avec le concours ponctuel de professionnels pour des projets particuliers à l’exemple du projet désormais classique du Culturemobile. Il s’ouvre ici un champ d’action qui mérite une attention accrue. A défaut, ces régions risquent d’être les grandes perdantes de la modernisation, d’être dépossédées de leurs forces vives et de glisser dans une situation irréversible d’exode et d’une population de vieux.

57La campagne a aussi ceci de particulier qu’elle compte une faible proportion de résidants étrangers et ne réclame donc pas d’animation interculturelle. Les approches qui s’en inspirent y sont pourtant essentielles pour briser la logique exclusive des conservateurs et éveiller l’intérêt des nouveaux arrivants pour la chose communautaire. Une dynamique de rencontre et d’acceptation mutuelle s’impose, une dynamique qui favorise un aménagement commun de l’espace village ou région. C’est là une des principales missions de l’animation et nombre d’initiatives et de projets, à divers niveaux, vont dans ce sens (voir à ce sujet l’échange de parlementaires entre la ville de Zurich et le canton d’Uri, canton de montagne dont la population est dix fois inférieure à celle de la métropole).

C) Situations spécifiques

58Arrêtons-nous encore sur cet espace qui sépare la ville de la campagne, là où l’agglomération cède la place à un habitat disséminé et sans contours qui dissout les structures rurales sans en créer de nouvelles à caractère urbain. Anciens gros bourgs, petites villes dépassées et dépouillées de leur caractère, villes-dortoirs qui offrent peu, où l’on élit domicile sans y vivre.

59Ces territoires socialement disloqués et culturellement appauvris 11e présentent pas encore les caractéristiques des grandes banlieues françaises ni des foyers sociaux brûlants propres à l’Allemagne. Il s’agit tout simplement d’agrégats de constructions anonymes, comptant quelques structures et représentant un champ d’animation à part, et dont certains sont aujourd’hui des points chauds. Il manque souvent dans ces espaces peu structurés des concepts d’animation à caractère général et global. L’offre se limite à quelques activités pour les enfants et les jeunes (parce que le logement pour les familles y est avantageux) et inclut encore quelques initiatives à caractère familial et quelques offres de loisirs, le plus souvent à caractère sportif.

60Là où existe une activité d’animation on observe un conflit de nature singulière qui tient à ce que les mandants conçoivent l’intervention comme un mal nécessaire et, surtout, comme une stratégie rassurante destinée à préserver la qualité de l’habitat (qui semble se résumer dans les pays germanophones à ces trois principes : ordre, calme et propreté). Ils partent le plus souvent d’une vision idéale de la communauté, celle du village ou de la bourgade d’antan. Or, l’image concerne tout au plus un tiers de la population qui est de souche, le reste étant formé d’habitants anonymes, individualisés et non engagés. Le mandat confié aux animateurs consiste le plus souvent à maintenir l’illusion d’une communauté soudée et est donc tout à fait à l’opposé de la vocation fondamentale de la mobilisation des ressources. Du reste il est souvent formulé au départ en réaction aux gêneurs, aux importuns, aux groupes de la population qui expriment leur manque d’intégration d’une manière que le mandant juge inconvenante. L’animation cible alors un groupe jugé à risque que l’on cherche à éviter au mieux, cependant que le travail sur le terrain met justement en lumière les interactions et corrélations de la communauté dans son ensemble, appelle la construction de réseaux et une intervention auprès de tous. C’est là une tâche difficile qui réunit l’ensemble des fonctions exposées au chapitre 5. Travail d’information d’abord, y compris auprès de la population qui souhaite vivre en paix avant tout, travail de soutien ensuite, auprès des groupements actifs, parfois marginalisés ou exclus, puis travail de mise en contact, soit la construction d’un réseau de relations fonctionnel qui ouvre un lieu de discussion constructive. Les concepts récents, qui misent pour certains sur l’intervention d’éducateurs de rue engagés par la commune, donnent effectivement aux professionnels la chance de travailler dans l’esprit de l’animation.

61Dans les quartiers sensibles — preuve que la commune a ses laissés-pour-compte — l’animation a un rôle précis comme le montre Gillet. Les foyers de conflits ne sont pas seulement des terrains d’intervention de l’aide sociale individuelle ou de la police, ils recèlent de formidables ressources, des solidarités qu’il s’agit de révéler au grand jour et de soutenir. Du moment que cette population aura crié qu’elle existe, la commune ne pourra plus l’ignorer.

62En conclusion, le rôle de l’animation consiste à faire exister les espaces intermédiaires qui séparent ville et campagne avant qu’ils ne deviennent des no man’s land culturels et sociaux, des lieux inexistants.

63Un autre cas particulier est celui des stations touristiques. Leur développement peut être dicté par une vision purement consommatoire où la relation entre visiteurs et indigènes n’a pas de place et où les touristes et les habitants sont considérés sous l’unique angle du rendement et du profit. Mais on peut voir aussi dans ces lieux de formidables occasions de rencontre, où détente va de pair avec échanges.

64Plus concrètement, il naît dans les lieux touristiques de nouvelles fonctions désignées sous le terme animation, dans les offices du tourisme ou syndicats d’initiatives, dans les organisations de vacances, les hôtels ou les villages de vacances. L’animation socioculturelle a toujours considéré ces fonctions avec inquiétude parce qu’elle ne les range pas dans l’animation véritable. Pourtant, elles réunissent de fait nombre de composantes de l’animation socioculturelle et en partagent souvent les objectifs, même si elles se déploient dans le seul but d’accroître l’attrait du lieu et la satisfaction des hôtes. Si l’on admet que l’animation socioculturelle répond aux besoins humains, elle ne peut se tenir à distance des zones touristiques. Considérer les touristes comme des personnes sans besoins propres et sans implications serait prétentieux. L’animation a dans ces régions un vrai potentiel de développement qui ne peut être que profitable à l’essor touristique. De fait, il s’agira de privilégier la qualité des sites et stations, d’en accroître l’attrait tant économique qu’écologique. L’animation est alors tant au service des hôtes que des habitants.

8.4 Animation socioculturelle et développement des systèmes

65Après l’analyse selon les catégories relevant du travail communautaire, arrêtons-nous encore sur l’approche systémique qui éclaire la parenté avec des domaines, des méthodes ou des modes de travail distincts ou simplement désignés par un autre nom et qui révèle les multiples liens et ramifications de la pratique d’animation.

66Sans vouloir examiner dans le détail les innombrables travaux portant sur la notion de système, la théorie ou révolution des systèmes, nous jugeons utile de préciser quelques points au sujet de l’animation.

67Nous parlons ici de systèmes sociaux, par quoi il faut entendre un vaste ensemble de personnes ayant entre elles des liens définis qui permettent au groupe de se démarquer des autres. La délimitation, bien sûr, peut être catégorielle, mais elle peut aussi s’opérer en fonction, par exemple, des rapports, des échanges, du degré d’implication ou des tâches communes. Dans tous les cas, les membres d’un système doivent considérer sa délimitation comme possible et supportable. Les éléments d’un système ne se tiennent pas côte à côte, ils se situent dans un rapport fonctionnel ; la nature de leurs liens fait que le système global représente plus que la simple somme de ses éléments isolés.

68Un système social donné peut faire partie d’un autre système social plus vaste, de même qu’il peut se subdiviser en différents sous-systèmes. Prenons l’exemple des adolescents d’une petite ville, concernés dans leur totalité par le manque d’espace à aménager et menant une action commune pour se faire entendre. Le groupe est loin d’être homogène, il comprend divers sous-groupes qui ne partagent pas les mêmes revendications, ni une conception identique de l’espace qu’ils se proposent d’organiser. Pourtant ils s’unissent pour se faire entendre par la commune, qui répondra peut-être en votant la construction d’un centre de jeunes, l’usage tout-public des terrains de sport ou la création d’un lieu d’animation.

69Dans le monde actuel, les personnes appartiennent le plus souvent et simultanément à plusieurs systèmes, du moins pendant les étapes de vie où elles évoluent dans l’espace public. Ces systèmes peuvent être parallèles ou subordonnés les uns aux autres. Nous partons aussi du principe qu’ils sont tous en interaction avec l’environnement, par conséquent avec d’autres systèmes, d’où les multiples liens et dépendances de chaque groupement.

70Les systèmes fonctionnent selon leurs propres lois et peuvent ainsi subsister dans un environnement précis et avoir un sens pour leurs membres. Ils offrent des repères, une identité, une appartenance, du travail, des lieux d’activités par exemple, et forment pour les humains un élément central de la gestion et de la maîtrise de l’existence. Dès lors qu’ils ne remplissent plus ce rôle, qu’ils se révèlent impuissants face aux changements environnementaux, ils s’érodent et s’effondrent, perdent leurs membres. Pour perdurer, tout système doit s’adapter et c’est précisément là que s’opère la jonction avec l’animation. Le développement technique, économique, social et culturel s’est accéléré et complexifié au cours des dernières décennies, mettant à rude épreuve la capacité d’évolution des systèmes. Et sans aide, ceux-ci ne sont pas toujours capables de relever le défi. Si on pousse la logique jusqu’au bout, le système humanité risque de courir à sa propre ruine parce qu’il ne parviendra pas à rester maître de l’évolution qu’il engendre.

71Les secteurs et domaines sociaux les plus divers ont élaboré des modes de travail qui aident les individus et les groupes à dominer les changements pour penser un avenir individuel et collectif. Arrêtons-nous sur quelques approches courantes que l’animation a empruntées à d’autres domaines.

72a) Microsystèmes, c’est-à-dire les individus et les groupes restreints. Nommons ici les méthodes biographiques et ethnographiques de l’animation. Elles postulent que l’individu doit comprendre sa genèse pour pouvoir saisir sa situation. Genèse individuelle et collective, par quoi on désigne la compréhension de son histoire et des causes de son comportement, de ses habitudes, de ses théories et schémas de pensée, etc. Il s’agit de saisir la culture d’un groupe, les règles qui lui sont propres et leur sens, ses modes de fonctionnement. L’animation applique, en particulier dans la position de concepteur, des méthodes de travail censées favoriser cette compréhension. Les reportages, expositions, journaux par exemple, sont des formes de présentation et de documentation favorisant cette prise de conscience et propices aux formes de recherche participatives.

73b) Organisations/institutions : dans les secteurs à but non lucratif, ces systèmes se confrontent à des mutations qui les forcent parfois à justifier leur existence. Dans les sciences de l’organisation, c’est le modèle du développement organisationnel qui s’est distingué comme le plus adapté aux principes de l’animation. 11 postule un individu actif, motivé et intéressé à une activité intelligente et constructive et affirme que seul peut produire un changement, celui qui le comprend et ne le perçoit pas comme contraire à ses propres intérêts. Il admet en outre qu’une grande partie du savoir et du savoir-faire nécessaires à l’accomplissement de ce changement est détenu par la base, qu’il faut donc associer pour faire des intéressés des acteurs.

74Parallèlement, le modèle propose une approche systématique qui s’apparente à de nombreux égards à celle de l’animation. Elle admet un problème par hypothèse, puis explore la réalité en y intégrant les personnes concernées ; les données recueillies dans la recherche sont renvoyées aux intéressés qui posent alors un diagnostic. A partir de là se définissent les buts du changement et la démarche à adopter. Cette démarche prend souvent une forme ouverte de type projet (voir chapitre 6).

75Pour ce qui est du développement organisationnel, nous renvoyons à l’abondante littérature sur la question. On retiendra surtout que l’animation en a adopté certains fondements et qu’elle peut mettre à profit certains points pour légitimer sa pratique et en définir l’agencement concret.

76c) Macrosystèmes : quartiers/communes. Ce domaine est sans doute le plus ouvert et celui que les autres domaines de travail ont le moins investi. On y transpose volontiers les instruments du développement de l’organisation, sans toujours tenir compte du fait que le lien qui rattache l’individu à son quartier ou à sa commune n’est pas aussi intense que celui qu’il a avec une organisation ou institution. Les mesures qu’un quartier ou une commune choisit d’engager ne touchent pas tous ses habitants dans une égale mesure. Par ailleurs, il semble que l’on ne puisse remettre en question l’existence même de ces macrosystèmes, parce qu’ils font partie de la structure de base de la société et sont le reflet des données territoriales. Nombre de participants ne semblent pas souffrir de l’érosion interne de ces systèmes et ne mesurent d’ailleurs pas le problème. Qui plus est, les administrations tendent aujourd’hui à considérer les habitants comme des clients qui ne veulent justement plus prendre part à la vie de la cité, mais préfèrent réclamer des produits qu’ils paient via les impôts ou d’autres taxes.

77Dans le quartier ou la commune, le travail est en premier lieu un travail de sensibilisation et d’information. Il faut mettre en lumière des liens et corrélations pour susciter l’implication et favoriser la participation. C’est là une tâche de communication. La mobilisation est possible dès que l’on a identifié les points communs. L’animation se fait active et actrice. Car l’érosion interne de ces systèmes, le recul de la participation, l’individu réduit à sa dimension de client, sont autant de facteurs qui mettent en péril la démocratie. Or, la démocratie est précisément l’organisation étatique dont l’animation se revendique. Si les membres d’une communauté étaient tous des démocrates modèles, l’animation perdrait sa raison d’être. Mais lorsqu’il n’y plus de démocrates et que s’instaure un système autoritaire qui pense et agit à la place des citoyens, l’animation est malvenue. Pareille situation risque aussi de se produire dans une démocratie dont personne ne prendrait soin, où personne ne participerait plus (parce que chacun serait bien trop occupé à consommer, à l’image des personnages du Meilleur des mondes de Aidons Huxley).

78Il existe dans les macrosystèmes plusieurs méthodes d’intervention destinées généralement à des grands groupes : les ateliers de l’avenir conçus spécifiquement pour le développement communautaire, et plus récemment aussi, les conférences de l’avenir, les open space, sans oublier les approches s’inspirant de Jabob Moreno, fondateur du psychodrame. Il y a là encore un vaste champ pour la créativité méthodologique.

79La méthodologie de projet a sans nul doute sa place dans les systèmes de toute dimension. Elle libère un potentiel créatif, qui génère de nouvelles formes de travail y compris dans des grands champs et divers projets menés ces dernières années en attestent. Nous renvoyons ici au chapitre 6 du présent ouvrage et aux travaux de Hanspeter Hongler et Alex Willener (1998).

80Pour achever ce tableau sans doute incomplet, retenons que les approches et les méthodes de l’animation socioculturelle sont multiples et infinies. L’animation du reste n’a que faire de modèles normatifs rigides, contraires à sa nature. Les animateurs font bien de se remémorer sans cesse les intentions et conditions premières de l’animation et de partir du principe que tout ce qui ne leur est pas contraire, ne peut être qu’utile et profitable. Si l’animation veut être à la hauteur de sa mission, elle doit garantir à tous les acteurs et participants une marge de liberté.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540